Version classiqueVersion mobile

Les sagas islandaises : enjeux et perspectives

 | 
Torfi H. Tulinius

L’Islande médiévale : une société atypique et une littérature hors pair

Première conférence

Texte intégral

  • 1 Sur l’expansion viking en Atlantique Nord, voir J. Arneborg, « The norse settlements of Greenland » (...)

1L’Islande est une grande île située au milieu de l’Atlantique Nord. Les terres les plus proches se trouvent, d’une part, à huit cents kilomètres à l’est et au sud – à savoir la côte ouest de la Norvège et le nord de l’Écosse –, d’autre part, à cinq cents kilomètres à l’ouest – à savoir la côte orientale du Groenland, inabordable à cause de la banquise. Extrêmement isolée, l’Islande ne reçut pendant des siècles que quelques visites occasionnelles, et peut-être même hypothétiques, telles celles de Pythéas, venu de Marseille, ou de l’Irlandais saint Brendan. La grande expansion viking, commencée au viiie siècle et rendue possible notamment par de nouvelles techniques de construction des bateaux, permit à des explorateurs d’origine scandinave de s’aventurer sur ces mers inconnues. Ils peuplèrent d’abord les îles Féroé, puis l’Islande à la fin du ixe siècle, la côte ouest du Groenland un siècle plus tard et, enfin, le continent américain où les tentatives d’installation permanente n’aboutirent pas1.

  • 2 J. Jóhannesson, A History of the Old Icelandic Commonwealth. Íslendinga Saga, trad. de H. Bessason, (...)

2La superficie de l’Islande est de cent mille kilomètres carrés, soit le cinquième de la France. Au ixe siècle, seules les régions côtières étaient habitables : les grandes plaines du sud, les vallées fertiles du nord et les fjords de l’est et de l’ouest combinant des rivages relativement riches et un accès facile à la mer et à ses ressources. La population grandit rapidement. Vers l’an mil, les historiens estiment à plus de quarante mille le nombre d’habitants : largement de quoi faire société2.

Le peuplement humain : économie, langue, culture et société

  • 3 J.H. Barrett, S. Boessenkool, C.J. Kneale et al., « Ecological globalisation, serial depletion and (...)
  • 4 H. Þorláksson, « Frá landnámi til einokunar », in A. Agnarsdóttir, H. Bjarnason, G. Gunnarsson et a (...)

3Il est important de noter que l’implantation humaine en Islande n’est pas seulement celle d’un groupe de personnes, mais aussi celle d’un système économique, d’une langue, d’une culture et d’une organisation sociale. Évoquons tout d’abord la question de l’économie. C’est sans doute la quête de ressources à exploiter qui a conduit les premiers voyageurs en Islande : en particulier la chasse au morse, dont les défenses étaient en ivoire précieux et dont le cuir épais servait à fabriquer le gréement des navires. Ces produits rares mais recherchés étaient vendus dans les marchés du nord de l’Europe3. Les liens commerciaux avec le reste du monde ne se sont jamais rompus, bien que le contenu et l’ampleur des échanges aient varié au cours des siècles4.

  • 5 Byskupasögur, éd. de G. Jónsson, Reykjavik, Íslendingasagnaútgáfan, 1953, t. I, p. 8.
  • 6 À ce sujet, voir mon article « Hvers Manns Gagn: Hrafn Sveinbjarnarson and the social role of Icela (...)

4Qui dit échanges commerciaux dit également interactions et influences. Les sagas mettent volontiers en scène des hommes importants d’Islande, possédant terres et pouvoirs, qui étaient également des marchands et avaient de ce fait des contacts avec des dignitaires étrangers. Un court texte narratif datant d’environ 1200 – Hungurvaka, que l’on pourrait traduire par « mise en appétit », et qui n’est pas à proprement parler une saga mais plutôt une chronique de l’établissement de l’Église catholique en Islande aux xie et xiie siècles – nous présente un évêque islandais de la seconde moitié du xie siècle : Gissur Ísleifsson. Dans sa jeunesse, il fut un grand navigateur, commerçant dans de nombreux pays5. Marins, marchands, chefs locaux, voire hommes d’Église, les Islandais des couches supérieures de la société occupaient de multiples fonctions et pouvaient avoir des contacts suivis avec le reste du monde6.

  • 7 A. Gautier donne une excellente présentation récente en langue française : « L’âge viking », in F.  (...)
  • 8 G. Karlsson, Landnám Íslands, Reykjavik, Háskólaútgáfan, 2016, p. 189-216.

5Les premiers colons islandais sont majoritairement venus de la Norvège et des régions des îles Britanniques, où des Scandinaves s’étaient implantés parfois pendant plusieurs générations. Une manière de vivre ensemble s’était développée aussi bien dans les pays nordiques que dans les communautés d’origine norroise établies ailleurs. Elle se caractérisait par une loi coutumière, c’est-à-dire des assemblées d’hommes libres dans lesquelles les litiges étaient réglés et où de nouvelles lois pouvaient être adoptées par un pouvoir central faible, voire inexistant ; ce dernier était contrebalancé par un système d’alliances basé sur les liens familiaux et l’amitié afin de protéger les individus7. Ce mode d’organisation sociale, qui n’excluait pas l’esclavage – ne l’oublions pas –, fut importé en Islande par les colons norrois, mais probablement également par des personnes originaires des régions celtiques des îles Britanniques, libres ou esclaves8.

  • 9 V. Óskarsson, « Íslensk málsaga », in : Málsgreinar, Reykjavik, Stofnun Árna Magnússonar í íslensku (...)

6Très peu de signes témoignent cependant d’une influence des langues celtes sur la langue islandaise : soit parce que les premiers colons les parlant étaient peu nombreux, soit parce que les immigrants d’origine norroise exerçaient une position dominante. Il en va de même des toponymes, bien que l’étymologie de quelques-uns puisse sembler celtique. Leur présence apparaît d’ailleurs davantage dans certaines régions que dans d’autres. C’est donc la langue norroise qui a investi le pays à la fin du ixe siècle, en même temps que ceux qui la parlaient. Fait remarquable, plus de onze siècles après la colonisation du pays, on constate peu de différence entre cette langue et l’islandais actuel9 ; d’où la toponymie éminemment transparente. Ainsi, la capitale, qui s’est construite autour d’une baie possédant des sources chaudes, a été baptisée « baie des vapeurs », ou Reykjavik.

  • 10 E.R. Barraclough, « Naming the landscape in the Landnám narratives of the Íslendingasögur and Landn (...)

7Cette accessibilité du sens des noms donnés aux lieux et aux particularités du paysage nous éclaire sur la culture des premiers Islandais. Beaucoup de toponymes se réfèrent aux animaux domestiques de ce peuple d’éleveurs : Geitafell, « la colline de la chèvre » ; Sauðanes, « le cap du mouton » ; Hestur, « la montagne du cheval ». D’autres indiquent les ressources qui pouvaient être exploitées : Hvallátur, lieux sur le littoral où les morses élevaient leurs petits ; Laxá, « rivières à saumon » ; Hrísey, « île boisée ». D’autres encore reflètent les modes de vie. Une quarantaine de monts s’appellent ainsi « Búrfell », « la montagne du garde-manger ». Tous se distinguent par une forme spécifique – pentes raides, sommet large et arrondi – et une situation à l’écart d’autres montagnes. Ils évoquent le bâtiment où l’on conservait les aliments dans les fermes de l’époque viking : búr signifiant « garde-manger » et fell, « montagne ». On trouve d’ailleurs ce toponyme aussi bien en Norvège que dans l’une des régions du Groenland habitée par des personnes d’origine norroise. La structure de l’habitat a donc influencé la perception du paysage et, ce faisant, les toponymes. Quelques noms de lieux font d’autre part référence aux divinités païennes : principalement au dieu Þór (Thor). Ce dieu ayant, semble-t-il, été particulièrement prisé par les paysans et les navigateurs, il n’est pas étonnant que de nombreux toponymes soient dérivés de son nom. La pratique de l’assemblée – ou du þing (thing) – explique aussi beaucoup de noms de lieux : Þingvellir (« plaines du parlement ») est le plus célèbre d’entre eux10.

  • 11 J. Byock, L’Islande des Vikings, Paris, Aubier, 2007, en particulier le chap. x.
  • 12 Ibid., chap. xix.

8Une fois lancé, le mouvement de peuplement de l’île aurait été rapide et, en l’espace de quelques décennies, la majorité des meilleures terres auraient été colonisées. Il a donc fallu accorder les diverses lois, asseoir le pouvoir d’un groupe d’hommes sur d’autres, organiser la société, en somme. Du fait de son éloignement des autres terres, avec comme conséquence notable des difficultés insurmontables au Moyen Âge pour envahir le pays et subjuguer sa population, la société islandaise s’est structurée différemment des sociétés d’où venaient les colons et avec lesquelles elle interagissait. Moins hiérarchisée, la collectivité garantissait les liens entre les habitants grâce à un système d’alliances par le sang, le mariage, mais aussi par l’échange de dons ou de promesses de soutien mutuel. Aucun pouvoir central, aucun roi ni autre souverain ne maintenait l’ordre. La protection contre les agressions était assurée par ce système qui pouvait provoquer de longs conflits entre factions, mais que la communauté s’efforçait de contenir11. La soumission tardive des chefs islandais au roi de Norvège, qui n’eut lieu qu’en 1262, suivie de l’adoption d’un droit royal et d’un impôt royal quelques années plus tard, souligne le caractère atypique de la société islandaise dans le contexte européen des xiie et xiiie siècles12.

Le Livre des Islandais

  • 13 G. Karlsson, Goðamenning. Staða og áhrif goðorðsmanna í þjóðveldi Íslendinga, Reykjavik, Màl og men (...)

9L’une des singularités de l’Islande, si on la compare aux sociétés contemporaines, réside dans le fait que la classe dominante semble avoir fait sienne l’Église dès les premières décennies qui ont succédé à la conversion chrétienne. En a résulté une sorte de symbiose entre les chefs laïcs et la hiérarchie ecclésiastique qui a eu pour effet remarquable l’adoption de la culture de l’écrit apportée par l’Église non seulement par les clercs, mais aussi par nombre de laïcs13.

  • 14 L’édition de référence est celle de J. Benediktsson : Íslendingabók. Landnámabók, Reykjavik, Hið ís (...)

10C’est à l’un de ces hommes, Ari Thorgilsson (dit « Ari le Savant »), à la fois prêtre et chef laïc, que nous devons un document exceptionnel établissant une chronologie des principaux événements qui ont marqué les premiers siècles du peuplement de l’Islande, c’est-à-dire du ixe au début du xiie siècle. Ce texte a pour titre Íslendingabók ou Livre des Islandais14. Si le manuscrit dans lequel il a été conservé commence par une phrase en latin – « Hic incipit Libellus Islandorum » –, l’ensemble est rédigé en vieil islandais, langue de composition originale. L’auteur place son récit sous le parrainage des deux évêques de l’île, ce qui nous permet de le dater entre 1122 et 1133, et entend constituer une chronique des débuts de l’histoire humaine en Islande, de la découverte du pays au premier enregistrement écrit de ses lois, quelques années avant la composition du texte. Parmi les événements qu’Ari Thorgilsson juge dignes de rapporter figurent la création du parlement annuel réunissant les chefs de tout le pays (ou Althing), en 930, la conversion au christianisme par décision du parlement, en l’an mil (ou 999 suivant les spécialistes), l’établissement des évêchés du nord et du sud, au cours du ixe siècle, et l’instauration de la dîme procurant une source de revenus importants pour l’Église, mais aussi pour les chefs laïcs qui administraient les bénéfices ecclésiastiques.

  • 15 G. Karlsson, Inngangur að miðöldum, Reykjavik, Háskólaútgáfan, 2007, p. 118-123.

11Le Livre des Islandais est remarquable pour trois raisons. Tout d’abord, il nous procure des renseignements précieux auxquels nous n’aurions autrement pas eu accès, lui seul les abritant. C’est pourquoi il convient également de le manier avec précaution, car il est de toute évidence écrit du point de vue d’une personne appartenant à un groupe social et familial qui construit le passé selon sa mémoire et – on peut le penser – ses intérêts. Il est impossible, cependant, de ne pas être sensible à la volonté manifeste de l’auteur de convaincre son lecteur de la véracité de ses dires : il cite en effet ses informateurs et explique comment ces derniers ont obtenu ces renseignements15. Le troisième aspect important de ce texte est qu’il donne un cadre temporel à l’histoire du peuplement de l’Islande. Ainsi, il offre à ses contemporains et aux générations suivantes les moyens de percevoir la profondeur du passé de leur société et des principales institutions qui la gouvernent.

  • 16 Livre de la colonisation de l’Islande, trad. de l’islandais ancien annotée et commentée par R. Boye (...)

12À cet axe temporel propre au Livre des Islandais s’en ajoute un autre, spatial cette fois. Le Landnámabók, littéralement « le livre de la prise des terres », plus souvent appelé Livre de la colonisation, notamment dans la traduction de Régis Boyer16, énumère, région par région, les premiers colons et les terres sur lesquelles ils se sont établis. Les versions conservées du livre datent du xiiie siècle, mais l’une d’entre elles fait référence à un premier « livre de colonisation » composé par Ari Thorgilsson, auteur du Livre des Islandais. Contrairement aux versions qui nous sont parvenues et qui se caractérisent par un fort contenu narratif, le manuscrit original du Livre de la colonisation était probablement une simple liste des colons et des terres dont ils avaient pris possession.

  • 17 T.H. Tulinius, « Skrásetning og stjórnun lands og lýðs. Um Landnámuritun og goðamenningu », in H. B (...)

13Le Livre des Islandais est indéniablement composé sous l’impulsion d’une Église qui veut montrer le rôle du christianisme dans l’histoire de l’Islande. La version perdue du Livre de la colonisation souligne un autre aspect de l’activité de l’Église dans le pays, à savoir un mouvement d’organisation du territoire aussi bien pour des raisons fiscales (le paiement de la dîme) que pour assurer l’encadrement des fidèles. Établir une liste des premiers colons et des terres occupées par eux – et elles, puisqu’il y avait également quelques femmes – était un moyen de saisir l’espace dans une perspective de gestion administrative17.

14Aujourd’hui encore, les historiens débattent des motivations qui ont pu susciter la composition des deux textes : en particulier du second, dont la version originale – je le rappelle – est perdue. Il est toutefois impossible de sous-estimer l’importance de ces deux livres dans le développement de la littérature islandaise, et notamment des sagas. En ce début du xiie siècle, Ari Thorgilsson crée en effet ce que l’on pourrait nommer un « devenir-texte » du temps et de l’espace islandais.

La bibliothèque des auteurs de sagas

15Avant de montrer comment le Livre des Islandais et le Livre de la colonisation ont préparé la genèse du genre le plus intéressant de la littérature islandaise, c’est-à-dire de ce que l’on appelle les « Íslendingasögur » ou « sagas des Islandais », il convient de dresser un portrait de ce que l’on pourrait qualifier de « bibliothèque » des auteurs de sagas. Pour les auditeurs passionnés des cours de William Marx – dont je suis –, cette notion n’est pas étrangère. Dans le cas des auteurs de sagas, il s’agit non seulement d’une bibliothèque réelle, attestée par la mémoire manuscrite, mais aussi d’une bibliothèque hypothétique, composée soit d’écrits qui étaient probablement connus des Islandais, soit de textes transmis selon la tradition orale, donc insaisissables, mais qui ne peuvent pas ne pas avoir existé.

  • 18 Fyrsta Málfræðiritgerðin í Snorra Eddu (AM 242, fol.), éd. de H. Benediktsson, Reykjavik, Heimspeki (...)

16Les textes conservés dans les manuscrits islandais sont variés et témoignent à la fois de l’enracinement de la culture écrite islandaise dans le paysage lettré du Moyen Âge et de son originalité. Certains sont encyclopédiques, telles les Étymologies d’Isidore de Séville, d’autres sont des écrits sur le comput et la géographie, sans oublier les traités de rhétorique et de grammaire, dont plusieurs sont parvenus jusqu’à nous. L’un d’entre eux, composé au milieu du xiie siècle par un auteur anonyme dit, par convention, le « premier grammairien », est un traité de phonologie qui consiste à établir des règles de transcription des sons de la langue norroise avec l’alphabet latin. Ce faisant, il invente la technique des paires minimales pour définir la valeur des différents sons18. Le Premier traité grammatical – c’est son titre – est un exemple d’appropriation d’outils intellectuels nouveaux et venus d’ailleurs à des fins locales. Nous aurons l’occasion de mentionner d’autres exemples d’appropriation culturelle.

  • 19 Ibid., p. 208-209. Ma traduction.

17Quelques décennies après les travaux d’Ari le Savant, le « premier grammairien » nous renseigne également sur l’état de la littérature islandaise, puisque dans son préambule il énumère les types de textes écrits jusqu’alors en langue norroise : les lois, les listes généalogiques, les interprétations sacrées et « la sage science d’Ari Thorgilsson19 ». Il y aurait beaucoup à dire sur cette énumération qui apparaît dans le Premier traité grammatical. Retenons simplement que dès que l’on se mit à écrire en langue vernaculaire, l’écriture servit aussi bien les clercs que les laïcs. Les lois et les généalogies avaient une fonction dans la vie de tous : les lois gouvernaient les interactions humaines et les liens de parenté étaient un facteur important pour le positionnement de tout un chacun dans la société. Les interprétations sacrées, en revanche, relevaient du domaine clérical, car il s’agissait de l’exégèse biblique, essentielle dans la vie intellectuelle de l’ensemble de la chrétienté médiévale.

18Quant à Ari Thorgilsson, il est probable qu’il ait composé d’autres textes que le Livre des Islandais et le Livre de la colonisation. Les mots du « premier grammairien » indiquent en effet que, déjà au xiie siècle, il était considéré comme une autorité sur l’histoire islandaise et peut-être sur l’histoire en général. Les écrits d’Ari le Savant n’appartiennent cependant pas au genre des sagas. Nous pouvons en conclure que ce genre est apparu plus tard, vraisemblablement peu après le milieu du xiie siècle, comme nous le verrons.

Mais qu’est-ce donc qu’une saga ?

  • 20 T.H. Tulinius, « Langues scandinaves et adaptations du latin sur Alexandre », in C. Gaullier-Bougas (...)
  • 21 Tristan et Iseut. Les poèmes français, la saga norroise, trad. et commentaires de D. Lacroix et P.  (...)

19En vieil islandais – mais aussi en islandais moderne –, le mot saga signifie tout simplement « récit ». Ce que nous désignons aujourd’hui sous l’appellation « saga » regroupe des récits composés en Islande au Moyen Âge. Il s’agit par conséquent d’un genre très étendu, tout récit en prose situé dans un passé proche ou lointain pouvant être appelé « saga ». Ces récits présentent des faits qui se déroulent dans un temps légendaire – voire mythologique –, historique ou encore contemporain. Toute matière narrative peut donner lieu à une saga : la vie d’un saint – la Nikulásar saga, par exemple –, mais aussi la traduction en prose d’un poème latin – c’est le cas de l’Alexanders saga, dont l’auteur probable fut un évêque islandais du milieu du xiiie siècle20, qui est la traduction de L’Alexandréide de Gautier de Châtillon. Une série de poèmes narratifs, tirés de l’Edda poétique, donna vers la même époque la Saga des Völsungar, qui inspira à Richard Wagner L’Anneau du Nibelung. Des récits bibliques ont également fait l’objet d’une saga : par exemple, la Gyðinga saga, qui est une adaptation du Livre des Maccabées, ou encore une série de chansons de geste telle la Karlamagnús saga. N’oublions pas la Tristrams saga, qui est la traduction de Tristan, roman courtois de Thomas d’Angleterre dont la version originale est conservée uniquement sous la forme de fragments. La traduction norroise du fait d’une personne qui avait sous les yeux la version complète du texte en ancien français est donc un document important pour l’histoire de la littérature française21.

  • 22 Sturlunga saga, éd. de G.Á. Grímsdóttir, Reykjavik, Hið íslenska fornritafélag, 2021, 3 vol. ; La S (...)
  • 23 T.H. Tulinius, The Enigma of Egill. The Saga, the Viking Poet, and Snorri Sturluson, trad. de V. Cr (...)

20S’il existe plusieurs catégories de sagas, quatre d’entre elles sont plus connues que les autres et nous intéresseront dans la suite de cet ouvrage. La première, dite catégorie des « sagas de contemporains », rassemble des chroniques d’événements s’étant déroulés en Islande de mémoire des auteurs et de leurs premiers lecteurs. Écrites principalement au xiiie siècle, elles rapportent donc des faits datant de ce même siècle et, dans quelques cas, du siècle précédent. Parmi elles, on compte des biographies d’évêques, qui sont d’un grand intérêt historique, et des récits de conflits internes à la classe dominante islandaise : ces derniers retiendront notre attention. La plupart de ces sagas ont été perdues dans leur version originale, mais nous sont parvenues grâce à une compilation du xive siècle appelée Sturlunga saga22 (Saga des Sturlungar). Elles permettent de se faire une idée assez précise de la vie des milieux qui ont produit ces récits et sont une source précieuse pour l’historien, en particulier pour celui qui, comme moi, étudie la genèse de cette littérature et sa signification pour les auteurs et leur premier public23.

  • 24 Sagas légendaires islandaises, trad. présentée et annotée par R. Boyer et J. Renaud, Toulouse, Anac (...)
  • 25 T.H. Tulinius, « Kynjasögur úr fortíð og framandi löndum : riddarasögur og fornaldarsögur », in V.  (...)

21La deuxième catégorie que je retiendrai est celle des « sagas légendaires ». Comme leur nom l’indique, elles se déroulent dans un passé lointain et mythique. Il s’agit de récits ancestraux, de mythes et autres fantaisies qui sont souvent des mises en prose de poèmes composés antérieurement, telle la Saga des Völsungar qui mélange prose et poésie, comme il est courant de le faire dans les sagas24. Les sagas légendaires ont joui d’une grande popularité. Cette catégorie s’est par conséquent ouverte à une matière diverse, notamment sous l’impulsion des traductions de chansons de geste et de romans courtois, donnant naissance à un genre hybride qui a été nommé « roman médiéval islandais » dans une histoire de la littérature islandaise à laquelle j’ai contribué. Elles aussi reflètent les valeurs, la vision du monde et les préoccupations des auteurs et de leur public, mais sur un mode spécifique25.

  • 26 Pour une étude récente sur ce phénomène, voir Á. Jakobsson, A Sense of Belonging. Morkinskinna and (...)

22Le troisième groupe, celui des « sagas royales », aurait pu être cité en premier étant donné que son apparition semble avoir précédé celle des autres catégories. Comme nous l’avons vu, les Islandais n’avaient pas de roi. Ils avaient néanmoins un rapport soutenu et complexe avec la royauté, surtout avec les souverains norvégiens. Depuis au moins le xe siècle, des Islandais faisaient partie de l’entourage des rois de Norvège. S’il s’agissait le plus souvent de guerriers, certains avaient aussi pour rôle de composer de la poésie en leur honneur. Cette poésie d’un style singulier tire son nom du terme norrois skáld, qui signifie « poète » ; les poètes de cour du monde nordique médiéval s’appelaient ainsi les « scaldes » et leurs œuvres, la « poésie scaldique » – nous y reviendrons. Pour un jeune Islandais, entrer au service d’un seigneur scandinave en tant que guerrier et/ou poète était un moyen d’acquérir richesses et statut social26.

  • 27 S. Grammaticus, La Geste des Danois. Gesta Danorum. Livres I-IX, trad. du latin par J.-P. Troadec, (...)

23Au cours des trois premiers siècles d’habitation de l’Islande, le va-et-vient entre la Norvège et l’île fut constant, et les insulaires cultivèrent la mémoire des souverains en préservant la poésie de leurs scaldes. Ainsi, dès le début du xiie siècle, Ari le Savant et ses contemporains composaient vraisemblablement déjà des généalogies de ces rois. Les premiers chroniqueurs norvégiens, écrivant vers la fin de ce siècle, se sont d’ailleurs référés aux connaissances historiques des Islandais. Ces derniers semblent en effet s’être construit une réputation de « spécialistes de la mémoire » du monde viking, comme l’attestent les remarques du Danois Saxo Grammaticus dans le premier livre de sa Gesta Danorum, où il loue « l’industrie » des Islandais qui gardent le souvenir des temps anciens dans leurs poèmes27.

24La canonisation d’Óláfr Haraldsson, roi convertisseur de la Norvège mort en 1030, dont le culte prit un nouvel essor lors de l’établissement de l’archidiocèse de Trondheim en 1153, a sans doute favorisé l’éclosion du genre de la saga royale. Qui dit saint dit vita ou vie de saint, et il se trouve que plusieurs ont été consacrées à saint Olaf. Bientôt, les Islandais produisirent leurs propres versions de cette vie, enrichies par la poésie des scaldes qui avaient servi le roi. Les récits devenaient de ce fait plus laïcs dans leur esprit. Parallèlement, les moines du monastère de Þingeyrar, dans le nord de l’Islande, s’attelèrent à la composition d’une vie du roi qui avait converti l’Islande deux siècles plus tôt, en l’an mil : un autre Olaf, à savoir Óláfr Tryggvason.

  • 28 K. Jónsson, La Saga de Sverrir, roi de Norvège, trad. présentée et annotée par T.H. Tulinius, Paris (...)

25Vers 1200, la réputation des auteurs islandais de sagas royales semblait bien établie. C’est du moins ainsi que l’on peut comprendre le fait qu’un roi norvégien, le roi Sverrir, ait confié à l’abbé dudit monastère, Karl Jónsson, la tâche de rédiger sa biographie, œuvre que ce dernier poursuivit après la mort du souverain. Le résultat est La Saga de Sverrir, l’un des fleurons du genre, notamment en raison de l’art avec lequel l’auteur peint le portrait de ce roi singulier qui commença sa carrière comme prêtre sur les îles Féroé. Profitant d’une crise dynastique et de la guerre civile qui s’ensuivit, Sverrir – qui se prétendait fils illégitime d’un roi défunt – put obtenir des soutiens pour conquérir le trône et fonder une dynastie qui régna pendant deux siècles après lui28.

  • 29 S. Sturluson, Histoire des rois de Norvège, trad. du vieil islandais introduite et annotée par F.-X (...)
  • 30 La Saga de saint Óláf, tirée de la « Heimskringla » de Snorri Sturluson, trad. de R. Boyer, Paris, (...)
  • 31 Ibid., p. 91-97. Pour une étude détaillée de cet épisode, voir T.H. Tulinius, « ‘Á Kálfskinni’: Sag (...)

26La composition des sagas royales continua durant tout le xiiie siècle, la plus célèbre étant Heimskringla, ou Histoire des rois de Norvège dans la traduction de François-Xavier Dillmann parue dans la collection « L’aube des peuples » chez Gallimard29. On l’attribue au seigneur islandais Snorri Sturluson, qui vécut de 1179 à 1241 et dont il sera beaucoup question par la suite. Cet ouvrage massif, composé probablement vers 1220, détaille l’histoire de la dynastie royale de Norvège, de ses origines mythiques à l’arrivée du prétendant Sverrir dans le pays. On considère souvent Heimskringla comme l’apogée des sagas royales. L’art narratif y est très développé, en particulier dans la Saga de saint Óláf30. Cette version de Snorri Sturluson, la plus longue et la plus complète écrite jusqu’à lui, est en effet remarquable pour le soin apporté à l’intelligibilité des multiples aspects contradictoires du personnage : à la fois Viking se livrant à des pillages dans sa jeunesse et souverain convertisseur, aussi décidé dans sa lutte pour le pouvoir qu’hésitant et maladroit dans ses efforts pour le conserver, finalement roi déchu et défait par ses propres hommes, mais qui finit martyr de la religion et saint patron de la Norvège après sa mort. Parmi les nombreuses qualités du récit de Snorri Sturluson, il faut mentionner sa lucidité quant aux rapports de pouvoir dans une société qui est en train de se soumettre à la puissance royale et sa distance ironique vis-à-vis des personnages. Cette distance propre à l’écriture romanesque, qui s’allie à un plaisir manifeste de la narration, n’est nulle part aussi apparente que dans les parties où l’auteur ne semble pas recourir à des sources préexistantes pour alimenter son récit, mais où il donne libre cours à son talent de conteur. Un épisode mémorable concerne le roitelet Hrærekr, que le roi Olaf a vaincu et aveuglé, mais qu’il ne veut pas tuer et préfère garder auprès de lui. L’auteur raconte avec délectation les efforts répétés du vieil homme aveugle pour se venger, jusqu’à ce que le roi se résigne à l’exiler en Islande. Au-delà de l’humour, ce récit met en scène le caractère inextinguible de la soif de vengeance des humiliés et des offensés31.

  • 32 Á. Jakobsson, « The life and death of the Medieval Icelandic short story », The Journal of English (...)

27L’un des mérites de ces grandes fresques que sont les sagas royales à leur apogée, c’est-à-dire durant la première moitié du xiiie siècle, réside dans la présence de personnages secondaires qui, pour un temps, deviennent le personnage principal du récit, avant que le roi ne retrouve la place centrale. On a longtemps cru que ces épisodes avaient eu une existence indépendante, orale ou écrite, avant d’être incorporés dans les sagas royales. Cette idée est aujourd’hui fortement contestée par des chercheurs qui ont montré que cet entrelacement de plusieurs fils narratifs relevait d’une esthétique toute médiévale32. Toutefois, ce qui suscite ici notre intérêt, c’est que l’objet de ces récits était souvent des Islandais, dont parfois des scaldes qui composaient en l’honneur du roi, mais qui pouvaient également se rendre auprès de lui pour d’autres raisons.

Un genre nouveau : les sagas des premiers Islandais

28Vers 1220, les conditions étaient donc réunies pour qu’éclose un nouveau sous-genre de sagas : les Íslendingasögur. En français, l’usage veut qu’on les appelle « sagas des Islandais ». Je préfère pour ma part leur attribuer le nom de « sagas des premiers Islandais », afin de les distinguer des sagas de contemporains qui ont elles aussi pour personnages principaux des Islandais. Ces sagas des premiers Islandais – environ une quarantaine de textes de longueur différente – seront au centre de cet ouvrage. Si le contexte dans lequel elles sont apparues a été largement évoqué, c’est qu’il était nécessaire de souligner qu’elles ne sont pas sorties du vide, qu’elles sont le fruit d’une évolution longue et qu’il faut les situer dans un paysage littéraire qui était alors déjà riche et complexe.

29D’une part, les sagas des premiers Islandais se caractérisent par l’origine des personnages principaux, à savoir l’Islande. En cela, elles se distinguent des sagas royales, les rois étant norvégiens ou danois. D’autre part, elles se définissent par le cadre temporel de leur action, à savoir la période qui s’étend du peuplement de l’Islande à sa conversion au christianisme, ou peu après, soit de la génération des colons à leurs arrière-petits-enfants. En cela, elles se différencient des sagas de contemporains qui parlent d’Islandais ayant vécu aux xiie et xiiie siècles, donc à l’époque où les textes furent composés. Les sagas des premiers Islandais, écrites à la même période, mettent en scène environ quatre générations d’Islandais qui vécurent entre la prise des terres, au ixe siècle, et l’introduction d’une nouvelle religion dans le pays. Elles se situent donc aux origines de cette société, un écart temporel qui devait être perçu comme tel par les auteurs qui les rédigeaient deux siècles plus tard, soit la distance qui nous sépare de la génération de Victor Hugo, d’Alphonse de Lamartine et de George Sand.

30Au Moyen Âge, les sagas des premiers Islandais étaient considérées comme un genre distinct des autres catégories de sagas. Plusieurs d’entre elles pouvaient d’ailleurs être réunies dans des codex qui leur étaient réservés, ce qui suggère que les scribes ou les commanditaires des manuscrits les voyaient ainsi.

Un système littéraire

  • 33 T. Todorov, Mikhaïl Bakhtine. Le principe dialogique, Paris, Seuil, 1981.
  • 34 M. Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, trad. de D. Olivier, Paris, Gallimard, 1978, p. 237.

31Il peut sembler étrange de définir un genre littéraire par l’origine de ses personnages et la période où ils sont censés avoir vécu. Il est utile, à cet égard, de faire intervenir un concept créé naguère par Mikhaïl Bakhtine : celui de « chronotope ». Selon le théoricien russe, l’objet littéraire est avant tout un acte de communication au sein d’une société donnée. Le « principe dialogique », pour citer Tzvetan Todorov, implique que cette communication laisse des traces dans le texte lui-même, aussi bien dans les aspects formels que dans les éléments de signification33. Au sein de la communication littéraire, il existe différents modes d’expression et une variété de genres. Bakhtine propose de définir les divers genres du récit en fonction de l’espace-temps qui les caractérise ; d’où la notion de chronotope34.

32Je ne sais si ce concept bakthinien, fort à la mode vers la fin du siècle dernier, est encore jugé pertinent dans les études littéraires en France. Quoi qu’il en soit, dans la littérature islandaise médiévale, il garde une valeur heuristique, puisque les différents types de sagas que je viens de décrire, à l’instar de ceux que j’ai seulement mentionnés, trouvent aisément leur place sur un schéma construit autour de deux axes : l’un temporel et l’autre spatial.

Fig. 1 — Tableau des différents genres de sagas ordonnés suivant la distance qui les sépare, dans l’espace et dans le temps, du lieu et de la période de composition.

Islande

Pays nordiques

Plus loin

Passé lointain

· Sagas royales sur des rois du passé lointain
· Sagas légendaires
· L’Edda de Snorri Sturluson

· Sagas de saints
· Sagas de chevaliers, traduites et autochtones
· Sagas antiques et bibliques

Période du peuplement et de la conversion (du ixe au xie siècle)

· Sagas des premiers Islandais
· Íslendingabók (Livre des Islandais)
· Landnámabók (Livre de la colonisation)

· Sagas royales sur des rois historiques (Óláfr Tryggvason, saint Olaf, Haraldr harðráði, etc.)
· Sagas sur d’autres régions de la diaspora viking (Jómsvíkinga saga, Orkneyinga saga, Eiríks saga)

Époque contemporaine (du xiie au xive siècle)

Sagas de contemporains : sagas des évêques, Saga des Sturlungar et autres sagas

Sagas royales sur des rois contemporains (Sverrir Sigurðarson, Hákon, etc.)

33Le tableau ci-dessus décrit l’organisation du système générique des sagas dans l’espace et dans le temps à partir de leurs auteurs et de leur premier public. Plusieurs remarques s’imposent. Premièrement, les sagas royales se déroulent dans un espace voisin de l’Islande et des Islandais, et recouvrent les trois périodes en question : celle qui précède le peuplement de l’Islande, celle de la colonisation et de la conversion au christianisme, et l’époque contemporaine. Cet espace proche est celui dont les Islandais des xiie et xiiie siècles s’estiment originaires et avec lequel ils sont constamment en contact ; il comprend les autres lieux habités par des personnes d’origine norroise en Atlantique du Nord. Deuxièmement, l’Islande ne possède pas de passé légendaire à proprement parler. Grâce à Ari le Savant, les auteurs des sagas savent en effet – ou croient savoir – quand leur pays a été découvert et peuplé. Troisièmement, ces derniers s’intéressent aussi bien aux événements contemporains qu’à ceux qui relèvent du passé historique, à la fois sur leur île et dans les pays voisins. Quatrièmement, le passé lointain des autres territoires connus fait partie à la fois de leur vision du monde et de leur imaginaire. Le système littéraire des sagas reflète donc la situation des Islandais du Moyen Âge à l’échelle mondiale, ainsi que les préoccupations qui étaient les leurs. Chacun des chronotopes qui caractérisent les différents genres joue un rôle dans ce système.

Réalité, idéologie et identité

  • 35 T.H. Tulinius, « Time and space », in M. Bampi, C. Larrington et S. Ríkharðsdóttir (dir.), A Critic (...)

34Dans un article récent, j’ai proposé de voir cette double tripartition du temps et de l’espace dans le corpus des sagas comme une clé permettant de comprendre pourquoi il est si intéressant en tant qu’expression de la situation de l’être humain en société35. J’y lis en effet la manifestation d’une dynamique entre trois termes : réalité, idéologie et identité.

35Ces concepts sont complexes et difficiles à manier, et apparaissent par ailleurs souvent dans les discours comme inextricablement liés. Cependant, je crois pouvoir dire, en simplifiant un peu, qu’une différence qualitative s’exprime à travers la façon dont les sagas font sens pour leurs auteurs et pour leur public, selon la distance qui les sépare, dans l’espace et dans le temps, des événements rapportés. Voyons cela de plus près.

  • 36 Pour une discussion nuancée du rapport entre subjectivité et véracité du récit dans la Saga des Stu (...)

36Les auteurs des sagas de contemporains étaient tenus de narrer la réalité telle qu’elle leur apparaissait. Ils étaient soumis au contrôle de la perception des faits, chose qu’ils partageaient avec leur public. Conscients de la subjectivité de tout récit, nous pouvons cependant dire que les sagas de contemporains rendent compte de la réalité36.

37À l’autre bout de l’axe spatio-temporel, la matière légendaire, mythique, héroïque et religieuse a tendance à exposer une idéologie, c’est-à-dire que les personnages sont soit des modèles, soit des anti-modèles, et que leurs actes incarnent cette idéologie ou en montrent les limites. Ainsi, dans la Saga des Völsungar, Sigurðr et Guðrún représentent-ils par leur comportement, d’une part, l’héroïsme et, d’autre part, l’absurdité de l’obligation de venger son sang, le récit sur Alexandre montrant les limites de l’esprit de conquête, etc.

  • 37 L. Althusser, « Idéologie et appareils idéologiques d’État », La Pensée, no 151, juin 1970 ; repris (...)
  • 38 P. Ricœur, « L’identité narrative », in P. Bühler et J.-F. Habermacher (dir.), La Narration. Quand (...)

38Entre l’idéologie et la réalité vécue par les individus et les groupes se trouve la « subjectivation », pour reprendre un concept développé par Michel Foucault. On pourrait aussi utiliser celui d’« interpellation », proposé par Louis Althusser avant lui37. Il s’agit, pour être bref, de l’exigence de décliner son identité par rapport à un système de valeurs et de représentations. Le tout premier texte que nous avons évoqué, le Livre des Islandais, peut justement être lu comme le résultat d’un effort pour énoncer l’identité des Islandais en tant que peuple nordique et chrétien, en particulier celle de sa classe dominante, à la fois laïque et cléricale. Le problème des identités, c’est qu’elles sont toujours instables, indécises, parfois contestées, toujours en construction et, surtout, sujettes à des évolutions parfois soudaines. On n’est jamais tout à fait identique à soi-même38.

  • 39 O. Vésteinsson, The Christianization of Iceland. Priests, Power, and Social Change 1000-1300, Oxfor (...)
  • 40 S. Jakobsson, Auðnaróðal. Baráttan um Ísland 1096-1281, Reykjavik, Sögufélag, 2016, p. 151-210.

39Ce n’est sans doute pas un hasard si les sagas des premiers Islandais émergent au moment où la société, du moins dans ses couches supérieures, subit des changements souvent douloureux et quelquefois violents. Sous l’impulsion de la réforme grégorienne, l’Église, jusqu’alors contrôlée par l’aristocratie laïque, revendique son indépendance en même temps qu’elle renforce son emprise sur les individus en affirmant son rôle pastoral39. À partir des années 1220, la royauté affermit par ailleurs son pouvoir en Norvège et s’efforce de l’étendre aux communautés nordiques de l’Atlantique. Auparavant, on avait assisté à une concentration des pouvoirs entre les mains de quelques familles islandaises ; dès 1235, elles se livrent une compétition acharnée pour la domination du pays soit en tant que représentants du roi de Norvège, soit pour leur propre compte40.

  • 41 Sturlunga saga, op. cit., t. II, p. 211 ; La Saga des Sturlungar, op. cit., p. 319.

40C’est à cette époque, pensent les philologues, que les premières sagas appartenant au genre de l’Íslendingasaga (ou « saga des premiers Islandais ») furent écrites, soit au moment même où les sagas royales historiques connaissaient leur essor. Les deux phénomènes sont liés, car les Islandais semblaient alors fascinés par cette royauté à laquelle ils allaient bientôt se soumettre. Un épisode de la Saga des Sturlungar, cette compilation de sagas de contemporains, nous montre l’un de ces Islandais, Sturla Sighvatsson, qui deviendra homme lige du roi norvégien Hákon, auquel il promettra de lutter pour que l’Islande soit rattachée à sa Couronne. Quelques années plus tôt, il s’était rendu chez son oncle Snorri Sturluson, dont il désirait faire copier les « récits livresques » (bóksögur) que celui-ci composait et qui appartenaient probablement au recueil que nous appelons aujourd’hui Heimskringla41.

41Le genre des sagas des premiers Islandais représente néanmoins un changement de perspective par rapport aux sagas royales historiques. Ce n’est plus en effet un roi norvégien qui est au centre du récit, mais un Islandais. Ce renversement des rôles ouvre de grandes possibilités littéraires, parce que le chronotope qui caractérise ce nouveau genre est celui des origines de la société dans laquelle vivent les auteurs et le public auquel ils s’adressent. Or, du point de vue d’un chrétien du xiiie siècle, ces origines sont ambiguës. De fait, cette société fut fondée par des païens et les générations suivantes vécurent pendant une période de transition vers la nouvelle religion qui leur donna un statut particulier, ce que les auteurs de sagas utiliseront pour explorer leurs propres ambiguïtés, non seulement religieuses, mais aussi sociales. Nous examinerons par la suite comment ces contradictions identitaires se manifestent dans les sagas.

Une classe dominante lettrée

  • 42 Pour une analyse plus détaillée des conditions matérielles et sociétales de l’apparition des sagas, (...)

42Si le contexte historique dans lequel ont émergé les sagas des premiers Islandais a été décrit, le contexte social et matériel de leur apparition ne l’a pas encore été. Tout d’abord, au xiie siècle, l’aristocratie laïque islandaise savait déjà lire et vraisemblablement écrire. D’autre part, ses membres les plus puissants s’entouraient de clercs pour les aider tant à administrer leurs biens qu’à gérer leurs écritures, mais aussi à accéder au salut de leur âme. Le plus important, cependant, c’est que tout porte à croire que les sagas avaient une fonction considérable dans les fêtes que les seigneurs islandais donnaient. Ces festins, organisés à l’occasion de mariages ou des fêtes de Noël, duraient plusieurs jours. Les convives pouvaient être nombreux et il fallait les divertir. Certains récits tirés de diverses sagas conduisent à penser que ce fut une motivation majeure de leur composition et de leur circulation, et que bien souvent les seigneurs en étaient eux-mêmes les auteurs. Toutefois, ces récits ne mettant pas en scène la lecture à voix haute de sagas des premiers Islandais, il nous est seulement possible de dire que le divertissement était un motif probable de leur composition. Elles possèdent en effet des qualités artistiques réelles qui impliquent un effort et un talent particuliers des auteurs, ainsi qu’un public exigeant qui savait distinguer entre une saga bien ou mal composée42.

*

  • 43 Egils saga, éd. B. Einarsson, Londres, Viking Society for Northern Research, 2003.
  • 44 Saga d’Egil, trad. introduite et annotée par T.H. Tulinius, avec la collaboration de P. Desoille-Ca (...)

43Terminons ce chapitre par un exemple issu de la Saga d’Egil, qui pourrait bien être la première Íslendingasaga43. Entre autres grands événements, elle raconte l’arrivée en Islande du père d’Egil, Skalla-Grímr, après avoir fui la tyrannie d’Harald de Norvège, et notamment son acte d’attribution de terres aux compagnons qui l’avaient soutenu lors d’une confrontation avec le roi, alors qu’ils étaient encore au pays. Cet épisode haut en couleur est précédé d’une présentation imaginative de ces guerriers qui ressemblent davantage à des trolls qu’à des hommes. Or chacun d’entre eux a laissé une ou plusieurs traces dans la toponymie de la région, que la saga prétend avoir été colonisée par Skalla-Grímr. Que le souvenir de ces personnages qui forment son entourage ait perduré pendant plus de trois siècles, jusqu’à la composition du récit, paraît douteux. Il est plus probable que ce soit les toponymes qui les aient inspirés à l’auteur44.

44Nous avons évoqué plus haut la question du « devenir-texte » du passé islandais dans les œuvres d’Ari le Savant au xiie siècle. Cet épisode de la Saga d’Egil est un exemple de ce devenir-texte de l’espace-temps qui constitue l’une des caractéristiques principales des sagas des premiers Islandais, genre remarquable qui sera au cœur de cet ouvrage.

Notes

1 Sur l’expansion viking en Atlantique Nord, voir J. Arneborg, « The norse settlements of Greenland », in S. Brink et N. Price (dir.), The Viking World, Londres, Routledge, 2008, p. 588-597, et B. Wallace, « The discovery of Vinland », in : ibid., p. 604-612.

2 J. Jóhannesson, A History of the Old Icelandic Commonwealth. Íslendinga Saga, trad. de H. Bessason, Winnipeg, University of Manitoba Press, 1974, p. 33-34.

3 J.H. Barrett, S. Boessenkool, C.J. Kneale et al., « Ecological globalisation, serial depletion and the Medieval trade of walrus rostra », Quaternary Science Reviews, vol. 229, 2020, p. 1-15.

4 H. Þorláksson, « Frá landnámi til einokunar », in A. Agnarsdóttir, H. Bjarnason, G. Gunnarsson et al. (dir.), Líftaug landsins. Saga íslenskrar utanlandsverslunar 900-2010, Reykjavik, Sögufélag, 2017, p. 21-206.

5 Byskupasögur, éd. de G. Jónsson, Reykjavik, Íslendingasagnaútgáfan, 1953, t. I, p. 8.

6 À ce sujet, voir mon article « Hvers Manns Gagn: Hrafn Sveinbjarnarson and the social role of Icelandic chieftains around 1200 », Saga-Book of the Viking Society for Northern Research, vol. 40, 2016, p. 91-104.

7 A. Gautier donne une excellente présentation récente en langue française : « L’âge viking », in F. Mazel (dir.), Nouvelle histoire du Moyen Âge, Paris, Seuil, 2021, p. 199-213. Pour en savoir plus, voir A. Winroth, Au temps des Vikings, Paris, La Découverte, 2018 ; trad. fr. de The Age of the Vikings, Princeton, Princeton University Press, 2014.

8 G. Karlsson, Landnám Íslands, Reykjavik, Háskólaútgáfan, 2016, p. 189-216.

9 V. Óskarsson, « Íslensk málsaga », in : Málsgreinar, Reykjavik, Stofnun Árna Magnússonar í íslenskum fræðum (Institut Árni-Magnússon), 2017, http://ait.arnastofnun.is/grein.php?id=703 (consulté le 14/11/2022).

10 E.R. Barraclough, « Naming the landscape in the Landnám narratives of the Íslendingasögur and Landnámabók », Saga-Book of the Viking Society for Northern Research, vol. 36, 2012, p. 79-101. Voir aussi E. Lethbridge, « The Icelandic sagas and saga landscapes: Writing, reading and retelling Íslendingasögur narratives », Gripla, vol. 27, 2016, p. 51-92.

11 J. Byock, L’Islande des Vikings, Paris, Aubier, 2007, en particulier le chap. x.

12 Ibid., chap. xix.

13 G. Karlsson, Goðamenning. Staða og áhrif goðorðsmanna í þjóðveldi Íslendinga, Reykjavik, Màl og menning, 2004, p. 447.

14 L’édition de référence est celle de J. Benediktsson : Íslendingabók. Landnámabók, Reykjavik, Hið íslenska fornritafélag, 1968. Une traduction française existe, celle de F. Wagner : « Le Livre des Islandais », in J.-C. Polet (dir.), Patrimoine littéraire européen. Anthologie en langue française, Bruxelles, De Boeck Université, 1992-2000, t. III, p. 415-418.

15 G. Karlsson, Inngangur að miðöldum, Reykjavik, Háskólaútgáfan, 2007, p. 118-123.

16 Livre de la colonisation de l’Islande, trad. de l’islandais ancien annotée et commentée par R. Boyer, Turnhout, Brepols, 2000.

17 T.H. Tulinius, « Skrásetning og stjórnun lands og lýðs. Um Landnámuritun og goðamenningu », in H. Bernharðsson (dir.), Landnám Íslands. Úr fyrirlestrarröð Miðaldastofu Háskóla Íslands 2014-2015, Reykjavik, Háskólaútgáfan, 2019, p. 227-242.

18 Fyrsta Málfræðiritgerðin í Snorra Eddu (AM 242, fol.), éd. de H. Benediktsson, Reykjavik, Heimspekideild Háskóla Íslands, 1960.

19 Ibid., p. 208-209. Ma traduction.

20 T.H. Tulinius, « Langues scandinaves et adaptations du latin sur Alexandre », in C. Gaullier-Bougassas (dir.), La Fascination pour Alexandre le Grand dans les littératures européennes (xe-xvie siècle), Turnhout, Brepols, « Alexander Redivivus » (5), 2014, t. I, p. 589-595.

21 Tristan et Iseut. Les poèmes français, la saga norroise, trad. et commentaires de D. Lacroix et P. Walter, Paris, Librairie générale française, 1989.

22 Sturlunga saga, éd. de G.Á. Grímsdóttir, Reykjavik, Hið íslenska fornritafélag, 2021, 3 vol. ; La Saga des Sturlungar, trad. de l’islandais ancien présentée et annotée par R. Boyer, Paris, Les Belles Lettres, 2005.

23 T.H. Tulinius, The Enigma of Egill. The Saga, the Viking Poet, and Snorri Sturluson, trad. de V. Cribb, Ithaca (NY), Cornell University Library, 2014, en particulier les chap. iv et v.

24 Sagas légendaires islandaises, trad. présentée et annotée par R. Boyer et J. Renaud, Toulouse, Anacharsis, 2012.

25 T.H. Tulinius, « Kynjasögur úr fortíð og framandi löndum : riddarasögur og fornaldarsögur », in V. Ólason (dir.), Íslensk bókmenntasaga, Reykjavik, Mál og menning, 1993, t. II, p. 165-245.

26 Pour une étude récente sur ce phénomène, voir Á. Jakobsson, A Sense of Belonging. Morkinskinna and Icelandic Identity, c. 1220, trad. de F. Heinemann, Odense, University Press of Southern Denmark, 2014.

27 S. Grammaticus, La Geste des Danois. Gesta Danorum. Livres I-IX, trad. du latin par J.-P. Troadec, présentée par F.-X. Dillmann, Paris, Gallimard, 1995, p. 25-26.

28 K. Jónsson, La Saga de Sverrir, roi de Norvège, trad. présentée et annotée par T.H. Tulinius, Paris, Les Belles Lettres, 2010.

29 S. Sturluson, Histoire des rois de Norvège, trad. du vieil islandais introduite et annotée par F.-X. Dillmann, Paris, Gallimard, 2000-2022, 2 vol.

30 La Saga de saint Óláf, tirée de la « Heimskringla » de Snorri Sturluson, trad. de R. Boyer, Paris, Payot, 1983.

31 Ibid., p. 91-97. Pour une étude détaillée de cet épisode, voir T.H. Tulinius, « ‘Á Kálfskinni’: Sagas and the space of literature », European Journal of Scandinavian Studies, vol. 47, no 1, 2017, p. 168-180.

32 Á. Jakobsson, « The life and death of the Medieval Icelandic short story », The Journal of English and Germanic Philology, vol. 112, no 3, 2013, p. 257-291.

33 T. Todorov, Mikhaïl Bakhtine. Le principe dialogique, Paris, Seuil, 1981.

34 M. Bakhtine, Esthétique et théorie du roman, trad. de D. Olivier, Paris, Gallimard, 1978, p. 237.

35 T.H. Tulinius, « Time and space », in M. Bampi, C. Larrington et S. Ríkharðsdóttir (dir.), A Critical Companion to Old Norse Literary Genre, Londres, Boydell and Brewer, 2020, p. 145-160.

36 Pour une discussion nuancée du rapport entre subjectivité et véracité du récit dans la Saga des Sturlungar, voir Ú. Bragason, « Sagas of contemporary history », in R. McTurk (dir.), A Companion to Old Norse-Icelandic Literature and Culture, Oxford, Blackwell, 2005, p. 427-446, en particulier p. 440-442.

37 L. Althusser, « Idéologie et appareils idéologiques d’État », La Pensée, no 151, juin 1970 ; repris dans Positions (1964-1975), Paris, Les Éditions sociales, 1976, p. 67-125. M. Foucault, « Le sujet et le pouvoir », in : Dits et écrits, tome II : 1976-1988, Paris, Gallimard, 2001, p. 1041-1062.

38 P. Ricœur, « L’identité narrative », in P. Bühler et J.-F. Habermacher (dir.), La Narration. Quand le récit devient communication, Genève, Labor et Fides, 1988, p. 278-300.

39 O. Vésteinsson, The Christianization of Iceland. Priests, Power, and Social Change 1000-1300, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 167-178.

40 S. Jakobsson, Auðnaróðal. Baráttan um Ísland 1096-1281, Reykjavik, Sögufélag, 2016, p. 151-210.

41 Sturlunga saga, op. cit., t. II, p. 211 ; La Saga des Sturlungar, op. cit., p. 319.

42 Pour une analyse plus détaillée des conditions matérielles et sociétales de l’apparition des sagas, voir mon article « The social conditions for literary practice in Snorri’s lifetime », in G. Sveinbjarnardóttir et H. Þorláksson (dir.), Snorri Sturluson and Reykholt. The Author and Magnate, his Life, Works and Environment at Reykholt in Iceland, Copenhague, Museum Tusculanum Press, 2018, p. 389-408.

43 Egils saga, éd. B. Einarsson, Londres, Viking Society for Northern Research, 2003.

44 Saga d’Egil, trad. introduite et annotée par T.H. Tulinius, avec la collaboration de P. Desoille-Cadiot, Paris, Le Livre de Poche, coll. « Lettres gothiques », 2021, p. 85 et p. 95.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search