Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La pluralité interprétative

 | 
Alain Berthoz
, 
Carlo Ossola
, 
Brian Stock

Fondements cognitifs

Comprendre les actions, émotions et états mentaux d’autrui : psychologie et neurosciences

Coralie Chevallier, Nicolas Baumard, Julie Grèzes et Lydia Pouga

Entrées d'index

Texte intégral

  • 1 Davis, 1983.

1Notre capacité à interagir avec les autres repose en partie sur notre aptitude à prendre en compte leur point de vue. Considérer la perspective d’autrui est d’autant plus cruciale chez les humains, qui forment une espèce hautement sociale, où chaque individu dépend des autres pour coopérer et augmenter ses chances de survie. Comment se caractérise la « prise de perspective » ? Elle est souvent définie comme « la tendance à spontanément adopter le point de vue psychologique des autres » et à imaginer comment l’autre est affecté par sa situation sans confondre ses propres sentiments avec ceux de l’autre1. Une telle définition, très générale, s’applique en conséquence à des processus aussi divers que l’empathie, la sympathie, la Théorie de l’Esprit, ToM), ou même la capacité à négocier et à avoir un comportement social adapté. De nombreux travaux en psychologie et en neurosciences présentent ainsi la capacité de « prise de perspective » comme un concept aux frontières relativement floues, partageant celles de nombreuses autres dispositions psychologiques. Il est pourtant légitime de se demander si l’on a affaire à un concept unitaire, référant à un mécanisme cognitif circonscrit, et sous-tendu par un réseau cérébral spécifique, ou s’il s’agit au contraire d’un phénomène reposant sur divers processus psychologiques et cérébraux. Pour répondre à cette question, il convient de se pencher sur les différents usages qui sont faits de ce terme dans la littérature actuelle et de tenter de les regrouper en des catégories unifiées d’un point de vue fonctionnel.

2Dans ce chapitre, nous distinguerons d’abord la capacité à utiliser sa perspective propre pour comprendre les actions, émotions et sensations d’autrui. Nous verrons ensuite que cette capacité à comprendre l’autre en mobilisant ses propres ressources ne suffit pas à expliquer l’ensemble des capacités sociales. En particulier, la compréhension des états mentaux d’autrui, de ce qu’il voit, de ce qu’il croit, etc., nécessite de mettre en œuvre d’autres mécanismes, qui impliquent de changer de perspective, par exemple, la ToM). Dans la dernière partie de ce chapitre, nous verrons que ces deux mécanismes sont souvent confondus, à tort, avec ceux qui nous permettent de réagir de façon adaptée à ce que ressentent et pensent les autres, comme par exemple la sympathie). Enfin, nous conclurons en défendant l’idée que le concept de prise de perspective recouvre un ensemble de dispositions psychologiques distinctes reposant sur des bases cérébrales spécifiques.

1. Utiliser sa propre perspective pour comprendre les actions et émotions d’autrui

3De nombreux travaux en psychologie cognitive et en neurosciences indiquent que la compréhension des actions, des émotions ou des sensations d’autrui repose en partie sur la mobilisation des ressources cognitives et neurales utilisées pour produire nos propres actions, émotions ou sensations. Ainsi, l’observation des actions d’autrui implique des mécanismes qui nous permettent de produire ces mêmes actions. De la même manière, l’observation de certaines sensations et émotions chez autrui engage des processus qui sont également mis en jeu lorsque nous ressentons nous mêmes ces émotions ou sensations. Autrement dit, il semble que nous utilisions spontanément notre propre perspective pour comprendre celle d’autrui. Voyons comment ce phénomène a été mis en évidence dans le domaine de l’observation de l’action et dans celui de la compréhension des émotions et sensations.

Actions

  • 2 Berthoz, 1997 ; Jeannerod, 1994.
  • 3 Pellegrino, Fadiga, Fogassi, Gallese et Rizzolatti, 1992.
  • 4 Jeannerod, 1994 ; Rizzolatti et Arbib, 1998.

4Lorsque nous observons nos congénères, nous sommes attentifs à leurs mouvements, nous analysons automatiquement les changements subtils qui animent leurs muscles faciaux, et nous pouvons aisément reconnaître un vaste répertoire de gestes et de postures. Cette capacité à reconnaître les actions motrices d’autrui semble reposer sur l’existence d’un lien entre le système de représentations de nos propres actions et celles d’autrui. Plus précisément, la perception d’une action active dans le cerveau de l’observateur une représentation similaire à celle qu’il aurait formée s’il avait lui-même exécuté cette action2. Cette idée, ancienne, a trouvé un fondement physiologique important, avec la découverte de neurones miroirs au sein du cortex prémoteur et du cortex pariétal du macaque, qui s’activent lorsque le singe exécute une action dirigée vers un but, attraper, casser) et lorsqu’il observe cette même action3. Cette correspondance entre percevoir et agir est décrite sous le terme de représentations partagées et/ou de résonance motrice4.

  • 5 Brass, Bekkering et Prinz, 2001 ; Brass, Bekkering, Wohlschläger et Prinz, 2000 ; Kilner, Paulignan (...)
  • 6 Fadiga, Fogassi, Pavesi et Rizzolatti, 1995.
  • 7 Buccino et al., 2001 ; Buccino et al., 2004 ; Decety et al., 1997 ; Grafton, Arbib, Fadiga et Rizzo (...)
  • 8 Voir méta-analyse, Grezes et Decety, 2001.

5Chez l’homme, de nombreuses expériences comportementales et de neuroimagerie ont également illustré le fait que l’observation et l’exécution de l’action engagent des processus communs. Plusieurs études en psychologie expérimentale ont ainsi montré que la perception d’actions réalisées par autrui facilite l’exécution de nos propres actions ou bien, au contraire, interfère avec celles-ci5. Par ailleurs, l’observation passive d’une action provoque chez l’observateur une diminution du seuil de déclenchement des potentiels évoqués des muscles impliqués dans la réalisation de cette même action6. Enfin, la neuroimagerie a permis d’identifier les bases anatomiques de ce « système miroir » chez l’homme, et de confirmer qu’il existait un réseau cérébral commun pour l’observation et l’exécution de l’action7. En particulier, les cortex frontaux, cortex prémoteur et gyrus frontal inférieur, les aires de Broadmann 6 et 44) et pariétaux, sulcus inférieur pariétal et cortex somato-sensoriel SII) sont actifs à la fois lorsque le sujet observe une action et lorsqu’il l’exécute8.

  • 9 Perani et al., 2001 ; Shiffrar et Freyd, 1990 ; Stevens, Fonlupt, Shiffrar et Decety, 2000.
  • 10 Calvo-Merino, Glaser, Grèzes, Passingham et Haggard, 2005 ; Calvo-Merino, Grèzes, Glaser, Passingha (...)

6L’idée que notre propre perspective nous permet de comprendre celle de l’autre est encore renforcée par le fait que l’activation de ces réseaux est d’autant plus forte que l’action de l’autre fait partie de notre propre répertoire moteur. D’une part, le mouvement perçu doit respecter les lois de production motrice qui sous-tendent la génération de nos actions : seuls les mouvements biologiques sont donc à même de donner naissance à ce phénomène de résonance9. D’autre part, le niveau d’activation du système de résonance est modulé par le niveau d’expertise de l’observateur pour réaliser l’action perçue : nous semblons donc mieux prédire et comprendre les actions appartenant à notre propre répertoire moteur10.

Sensations et émotions

  • 11 Dimberg, 1982 ; Dimberg, Thunberg et Elmehed, 2000 ; Hess et Blairy, 2001 ; Hess, Philippot et Blai (...)
  • 12 Wallbott, 1991.
  • 13 Pour une revue, voir Niedenthal, 2007.

7Au delà du domaine moteur, il semblerait que nous utilisions nos propres ressources, notre perspective propre, pour comprendre les sensations et les émotions d’autrui. La psychologie expérimentale nous apprend en effet que la perception des expressions faciales d’autrui donne lieu, chez l’observateur, à l’activation de muscles sous-tendant la production de la dite émotion, y compris lorsque le sujet ne perçoit pas consciemment le visage11. Ce mimétisme chez l’observateur est tel que des participants, filmés à leur insu pendant une tâche de reconnaissance d’émotions, sont capables de retrouver l’émotion qu’ils étaient en train de juger à partir d’une vidéo montrant leurs propres expressions faciales pendant la tâche12. Enfin, une perturbation temporaire des mécanismes de production des expressions faciales, en demandant, par exemple, aux sujets de mordre un crayon) donne lieu à une diminution des performances de reconnaissance des émotions13.

  • 14 Wicker et al., 2003 ; Jackson, Meltzoff & Decety, 2005 ; Singer et al., 2004.
  • 15 Adolphs, 2001 ; Adolphs, Damasio, Tranel, Cooper et Damasio, 2000.
  • 16 Pitcher, Garrido, Walsh et Duchaine, 2008.

8En neuroimagerie, un ensemble d’études a également mis en évidence que les processus propres à la production des émotions sont activés par l’observation passive des émotions d’autrui. Là encore, il semble donc que nous utilisions nos propres représentations, notre propre perspective, pour mieux appréhender le point de vue d’autrui. Ainsi, les mêmes aires cérébrales, p. ex : l’insula et le cortex cingulaire antérieur) sont impliquées lorsque les sujets ressentent du dégoût ou de la douleur14 et lorsqu’ils observent une personne éprouvant les mêmes sensations. En parallèle, il a été montré que des patients porteurs de lésions des cortex somato-sensoriels, cortex impliqués dans l’expérience sensorielle, présentent des difficultés pour reconnaître les expressions émotionnelles faciales15. L’étude de Pitcher et de ses collaborateurs, plus récente, montre en outre que l’inhibition transitoire par stimulation magnétique transcranienne, TMS) de ce même cortex somato-sensoriel diminue les performances de reconnaissance des expressions émotionnelles faciales, suggérant que la reconnaissance des émotions d’autrui nécessite en partie d’accéder à l’éprouvé de l’autre en simulant l’expérience sensori-motrice perçue16.

Simulation incarnée et perspective en première personne

  • 17 Gallese, 2006 ; Niedenthal, 2007.
  • 18 Barsalou, 1999.

9À partir de l’ensemble de ces résultats, il a été proposé qu’une forme implicite et directe de la compréhension des actions et des émotions d’autrui est accomplie par des processus de simulations incarnées17. Plus précisément, la théorie modale de la cognition18 postule que l’incarnation correspond à l’expérience renouvelée – ou réactivation – partielle des états corporels d’origine, qui fournit des informations utiles pour comprendre les actions et les émotions d’autrui, grâce à la génération de feed-backs périphériques, p. ex : muscles faciaux), et/ou à une simulation partielle de cette expérience au sein des aires sensori-motrices pertinentes. Ainsi, le mimétisme de la tristesse et/ou sa simulation serait un composant essentiel du traitement de la tristesse, qu’elle soit perçue chez autrui, ou simplement évoquée par le sujet.

  • 19 Gallese, 2006.

10Les mécanismes de représentations partagées ou simulations incarnées semblent donc jouer un rôle important dans la compréhension des actions et émotions d’autrui. Pour certains, ils pourraient même participer à l’interprétation d’intentions simples chez autrui19. Dans ce qui suit, nous verrons cependant que les mécanismes de compréhension d’autrui ne sauraient se réduire à l’activation de nos propres représentations.

2. Changer de perspective pour comprendre les intentions et croyances d’autrui

11Si les mécanismes évoqués dans la partie précédente peuvent constituer des pré-requis importants pour identifier les intentions ou les états mentaux d’autrui, ils ne sont néanmoins pas suffisants. Comprendre la perspective d’autrui ne saurait en effet se réduire à activer nos propres représentations motrices et/ou émotionnelles. Pour illustrer notre propos, considérons le cas suivant. Face à un individu qui oriente subitement son regard vers le côté, nous suivons spontanément ses yeux pour identifier l’objet de son attention. Des mécanismes de bas niveau peuvent permettre de comprendre le mouvement des yeux d’autrui par l’activation de nos représentations motrices propres. Il en faut cependant davantage pour accéder au sens de cette action et déclencher la réponse comportementale adéquate. L’observateur doit notamment identifier une cible suffisamment intéressante pour avoir pu attirer l’attention de l’autre, une étape qui repose sur les capacités de l’observateur à comprendre la perspective spatiale de l’autre et à faire des inférences sur ses états mentaux, sur ce qu’il cherche, ses intentions) et sur ce qu’il pense trouver, ses croyances sur le monde). Une véritable compréhension de l’autre nécessite donc de faire des inférences concernant des états internes accessibles seulement de manière indirecte. Un même comportement peut en effet être motivé par des états mentaux différents et invisibles à l’observateur.

Comprendre ce que l’autre perçoit

  • 20 Call, Hare et Tomasello, 1998 ; Okamoto et al., 2002 ; Tomasello, Call et Hare, 1998 ; Tomasello, C (...)
  • 21 Hare, Call, Agnetta et Tomasello, 2000 ; Hare, Call et Tomasello, 2001 ; Tomasello et Call, 2006.
  • 22 Corkum et Moore, 1995, 1998 ; D’Entremont, Hains et Muir, 1997.
  • 23 Butterworth & Cochran, 1980 ; Butterworth et Jarrett, 1991.
  • 24 Caron, Kiel, Dayton et Butler, 2002 ; Dunphy-Lelii et Wellman, 2004.
  • 25 Brooks et Meltzoff, 2002 ; Caron, Butler et Brooks, 2002.
  • 26 Deak, Flom et Pick, 2000 ; Moll et Tomasello, 2004.
  • 27 Emery et Clayton, 2009 ; Saxe, 2006).

12Comprendre ce que l’autre perçoit nécessite en premier lieu de prendre en compte sa perspective spatiale. Cette capacité est présente chez les primates, et de façon extrêmement précoce chez l’homme. Les chimpanzés sont, en effet, capables de savoir ce que les autres voient ; ils suivent la direction du regard d’un autre et se retournent vers lui lorsqu’ils ne trouvent pas de cible intéressante dans la direction indiquée20. Plus frappant encore, ils ne cherchent à obtenir de la nourriture en présence d’un dominant que si ce dernier n’a pas d’accès visuel à la nourriture et montrent ainsi leur capacité à prendre en compte le point de vue d’un compétiteur21. De la même manière, les bébés suivent le regard dès leur première année22, et peuvent identifier la cible du regard d’autrui avec précision, y compris dans des situations où des objets distracteurs se trouvent sur la même ligne de vision23. Entre 12 mois et 15 mois, les bébés peuvent également comprendre que la vue d’un adulte est bloquée par un écran, sauf si celui-ci est transparent ou transpercé d’une fenêtre24 ; qu’un adulte ne peut pas voir une cible s’il porte un bandeau opaque ou s’il a les yeux fermés25 ; et qu’un adulte peut voir des choses qu’ils ne peuvent pas voir lorsqu’il regarde derrière un occludeur26. L’ensemble de la littérature indique donc que les primates et les jeunes enfants sont capables de prendre en compte la perspective spatiale d’autrui. Cependant, les primates non humains sont incapables de réussir des tâches de mentalisation27 suggérant que la prise de perspective spatiale repose sur des mécanismes indépendants de la compréhension de l’état mental de l’autre.

  • 28 Aichhorn et al., 2006.
  • 29 Arzy, Mohr, Michel et Blanke, 2007 ; Arzy, Thut, Mohr, Michel et Blanke, 2006 ; Berthoz, 2004 ; Bla (...)

13Les données de neuroimagerie suggèrent que la région de la jonction temporo-pariétale, STS-TPJ) joue un rôle très important dans les processus de changements de perspective spatiale et mentale. En particulier, Aichhorn et ses collaborateurs28 ont montré qu’une tâche de prise de perspective spatiale d’autrui avait en commun avec les tâches de fausses croyances cette région de la jonction temporo-pariétale, STS-TPJ), mais n’était pas associée à des activations du cortex préfrontal médian, contrairement aux tâches de théorie de l’esprit). L’importance de STS-TPJ dans la prise de perspective spatiale est par ailleurs confirmée par d’autres études qui mettent en avant son rôle dans la localisation du corps propre dans l’espace29. Ainsi la prise de perspective spatiale d’autrui ne partagerait seulement avec la prise de perspective mentale d’autrui que l’un des processus en jeu dans l’attribution d’états mentaux à autrui.

Comprendre les intentions et les croyances d’autrui

  • 30 Hamlin, Wynn et Bloom, 2007 ; Tomasello, Carpenter, Call, Behne et Moll, 2005.
  • 31 Call, Hare, Carpenter et Tomasello, 2004.

14Tout comme la prise de perspective spatiale, la prédisposition à lire les intentions fait partie de notre psychologie intuitive précoce : avant même de maîtriser le langage, les bébés préfèrent en effet un acteur qui a nui accidentellement à un autre qui a nui intentionnellement30. Plus tard, les enfants utilisent cette distinction accidentel/intentionnel lorsqu’ils cherchent à justifier leurs propres erreurs, « Je n’ai pas fait exprès », disent-ils). Il est important de noter que, là encore, ce domaine de la psychologie intuitive n’est pas spécifiquement humain. Ainsi, les grands singes patientent calmement face à un humain qui essaie de leur de donner de la nourriture, mais échoue) et sont au contraire agités lorsque l’expérimentateur refuse de leur donner la nourriture31. Les primates seraient donc capables de comprendre les intentions d’un autre. En revanche, seuls les humains semblent pouvoir spontanément attribuer des croyances à autrui.

  • 32 Voir, par exemple, la tâche de Sally et Anne, Wimmer et Perner, 1983). Dans cette tâche, on raconte (...)
  • 33 Pour une revue récente, voir Wellman, Cross et Watson, 2001.
  • 34 Onishi et Baillargeon, 2005 ; Surian, Caldi et Sperber, 2007.

15Cette capacité de prise de perspective est sans aucun doute la plus intégrée en ce qu’elle demande de prendre en compte le contenu des représentations mentales d’autrui. Autrement dit, les humains sont capables de méta-représenter, c’est-à-dire de se représenter une représentation. Cette capacité, souvent nommée Théorie de l’Esprit, ToM) n’est pas seulement ubiquitaire dans le fonctionnement psychologique adulte, elle est aussi présente de façon très précoce. La ToM est traditionnellement évaluée grâce aux tâches de fausse croyance qui nécessitent de garder à l’esprit ce qu’un personnage pense à tort et d’utiliser cette représentation de représentation pour prédire son comportement futur32. En d’autres termes, ces tâches requièrent de comprendre que la perspective de l’autre peut être différente de sa propre perspective. De nombreuses études montrent que les enfants maîtrisent ce type de raisonnement dès l’âge de 4 ans33, et d’autres suggèrent même que les mécanismes de ToM sont déjà présents à 13-15 mois34.

  • 35 Castelli, Happé, Frith et Frith, 2000 ; Fletcher et al., 1995 ; Frith et Frith, 2006 ; Gallagher et (...)
  • 36 Decety et Jackson, 2004 ; Gallagher et Frith, 2003.
  • 37 Ruby et Decety, 2003.
  • 38 Rubyet Decety, 2004.
  • 39 Samson, Apperly, Chiavarino et Humphreys, 2004 ; Samson, Apperly, Kathirgamanathan et Humphreys, 20 (...)

16Les études de neuroimagerie montrent en outre qu’un ensemble de régions cérébrales sont impliquées de façon spécifique dans les tâches de ToM, en particulier lorsqu’il s’agit de comprendre les croyances d’autrui. Ce réseau cérébral est constitué du sillon temporal supérieur et de la jonction temporo-pariétale, STS-TPJ), du cortex cingulaire postérieur et antérieur, du cortex orbitofrontal latéral et médial et de l’amygdale35. Ces aires cérébrales sont activées lorsque l’on demande aux participants de comprendre des histoires concernant les croyances d’un personnage et non lorsqu’ils lisent des histoires portant sur les causes physiques d’un événement, l’apparence d’une personne ou même les sensations corporelles d’autrui36. Dans l’une de ces expériences, des étudiants en médecine devaient répondre à des questions portant sur leur domaine d’expertise en adoptant leur propre perspective ou en imaginant la réponse d’une personne non experte37 ; dans une autre, ils devaient imaginer leur propre réaction ou celle de leur mère dans une situation émotionnelle fictive38. Ces deux études ont permis de montrer que les conditions de perspective propre impliquent les cortex somato-sensoriels tandis que les conditions de changement de perspective impliquent le cortex frontal et le STS-TPJ. L’importance de ces deux régions dans la prise de perspective subjective, qu’elle soit en première ou en troisième personne, a par ailleurs été confirmée par le fait que des patients porteurs de lésions des gyrus frontaux et/ou du STS-TPJ présentent des difficultés dans des tâches nécessitant un changement de point de vue39.

  • 40 .Ruby et Decety, 2004.
  • 41 Gilovich, Medvec et Savitsky, 2000.

17Selon Ruby et Decety40, deux mécanismes pourraient être impliqués : l’un de simulation de l’expérience d’autrui permettant de comprendre autrui, et sous-tendu par les cortex somato-sensoriels et le STS-TPJ ; l’autre d’inhibition de ses propres représentations permettant de prendre en compte l’état mental de l’autre, et sous-tendu par les régions préfrontales. Ce réseau cérébral pourrait ainsi constituer le substrat neural de « l’hypothèse de l’ancrage et de l’ajustement »41, selon laquelle notre compréhension d’autrui est biaisée par notre propre point de vue, ancrage) qui doit en conséquence être inhibé, ajustement) pour mieux comprendre et anticiper les actions. Une hypothèse alternative est que ces deux perspectives, soi et autrui) peuvent être activées en parallèle, et que le sujet peut envisager le point de vue de l’autre sans pour autant avoir à « inhiber » son propre point de vue. Les données actuelles de la neuro-imagerie ne nous permettent pas de départager ces deux types d’explications qui, de plus, ne sont probablement pas mutuellement exclusives.

3. Comprendre autrui, est-ce partager sa perspective ?

  • 42 Pour une définition différente, voir Berthoz et Jorland, 2004 ; voir, par exemple, Hein et Singer, (...)
  • 43 Danziger, Faillenot et Peyron, 2009.
  • 44 Frijda, 1986 ; Grèzes et de Gelder, 2009.

18Un postulat souvent trouvé dans la littérature est qu’une seule et même capacité – l’empathie – nous permet de partager et de comprendre les états d’autrui et, qu’en nous disposant à éprouver les mêmes états qu’autrui, l’empathie nous permettrait de mieux comprendre les autres42. Dans les deux premières parties de ce chapitre, nous avons cependant été amenés à distinguer les mécanismes de compréhension des actions et des affects, parfois appelés « empathie émotionnelle ») des mécanismes de compréhension des états mentaux, parfois appelés « empathie cognitive ») d’autrui. Dans cette dernière partie, nous aimerions défendre l’idée que ces mécanismes impliqués dans la compréhension des actions, émotions et états mentaux d’autrui ne conduisent pas invariablement à partager son état, c’est-à-dire à ressentir son émotion. L’étude récente de patients présentant une insensibilité congénitale à la douleur illustre cette possible dissociation : ces patients, n’ayant aucune expérience passée de douleur, présentent néanmoins les mêmes activations cérébrales que des sujets contrôles face à la douleur d’autrui43. Il semble donc nécessaire de distinguer les mécanismes de contagion de ceux impliqués dans la réaction de l’observateur44. Nous illustrerons ce point en prenant, d’une part, l’exemple de la colère et de la peur, et, d’autre part, celui de la sympathie.

  • 45 Panksepp, 1998.
  • 46 Izard et Ackerman, 2000.

19La contagion – notamment émotionnelle – prédit que la perception d’une émotion chez autrui conduit l’observateur à systématiquement ressentir cette même émotion. En réalité, il est possible que les situations où l’observé et l’observateur éprouvent la même émotion ne soient que des cas particuliers. Prenons l’exemple de la perception de la colère. Un visage en colère signale que celui ou celle qui l’exprime se prépare à une agression, le plus souvent dirigée vers une autre personne. Cette information peut induire chez l’observateur différentes émotions en fonction du contexte, de la position de l’observateur par rapport à son agresseur etc. En fonction de ces paramètres, la colère de l’autre pourra donc induire une réaction d’agression, de peur, ou même parfois de jubilation. Autrement dit, nos émotions ne naissent pas tant de la vue des émotions des autres que de la situation dans laquelle nous nous trouvons et à laquelle nous réagissons. Ceci n’exclut pas que dans certains cas, par exemple lorsque l’observé et l’observateur se trouvent dans la même situation, la simple observation d’une émotion conduise à ce qu’elle soit également ressentie par l’autre. Ainsi, si quelqu’un part subitement en courant, nous pouvons immédiatement en inférer qu’un danger arrive dans la direction opposée à celle de sa fuite. La peur des autres peut donc nous informer sur les dangers potentiels de l’environnement, et nous préparer à les affronter. Nos émotions ne visent donc pas à partager l’émotion d’autrui. Elles ont chacune des origines évolutionnaires différentes45, des fonctions de communication sociale différentes46, et sont de fait associées à des réactions motrices différentes.

  • 47 Sur l'usage du terme « sympathie » en psychologie, voir, par exemple, la revue de Wispe, 1986.
  • 48 Krebs, 1970 ; Maner, DeWall, Baumeister et Schaller, 2007 ; Wilson, 1993, p. 49.

20De la même manière, il serait tentant d’invoquer un mécanisme de contagion émotionnel pour expliquer pourquoi la joie ou la tristesse de nos proches provoquent en nous des sentiments identiques : nous serions tristes parce que nous aurions adopté, par empathie, la tristesse de l’autre. Mais, comme précédemment, il est possible de considérer la joie ou la tristesse comme la meilleure réponse à la compréhension de la tristesse ou de la joie d’autrui. Si nous sommes sensibles aux émotions d’autrui, ce n’est donc pas nécessairement parce que nous partageons l’état de l’autre, mais parce que nous réagissons avec sympathie ou compassion à son état47. Pour mieux comprendre ce phénomène, considérons à nouveau les émotions dans une perspective évolutionnaire. Les humains ne peuvent pas vivre sans leur entourage – famille, amis, alliés – et accomplissent la plupart de leurs actions collectivement. Il est donc naturel qu’ils aient à cœur l’intérêt de ceux qui les entourent : ce qui concerne leurs proches les concerne aussi. Notre sympathie se trouve donc bel et bien accrue, nous avons davantage de compassion) lorsque nous interagissons avec des individus avec lesquels nous avons davantage de chances de partager des objectifs, des façons de penser, de travailler, etc.48. Ainsi, nous ajustons d’autant plus notre voix, nos expressions faciales et nos émotions à celles de l’autre que nous sommes désireux d’améliorer notre relation avec lui. C’est bien cette conjonction d’intérêts, et non une contagion émotionnelle, qui fait que nous nous trouvons souvent dans la même situation que nos proches et que, logiquement, nous éprouvons les mêmes émotions qu’eux. Leurs échecs sont un peu nos échecs, et leurs succès sont un peu les nôtres. Cependant, l’identité des sentiments entre nos proches et nous-même n’est pas systématique. Si mon ami est amoureux, je me réjouirai pour lui, mais je ne serai pas amoureux. Si mon ami s’est mal comporté, il éprouvera de la culpabilité pour le mal qu’il a causé et j’éprouverai non pas de la culpabilité, car je n’ai rien fait de mal), mais de la honte ou de l’embarras.

4. Conclusion

21Dans ce chapitre, nous avons été amenés à distinguer différents mécanismes psychologiques permettant de comprendre le point de vue d’autrui. Nous nous sommes d’abord intéressés aux mécanismes de représentations partagées, qui jouent un rôle important dans la compréhension des actions, des sensations et émotions d’autrui. Nous avons vu que ces mécanismes reposent sur l’utilisation de sa propre perspective, tandis que la compréhension des états mentaux d’autrui, de ce qu’il voit, de ce qu’il croit, etc., nécessite de véritablement changer de perspective en mettant en œuvre d’autres dispositifs psychologiques. Dans la dernière partie, nous avons cherché à montrer que ces mécanismes de compréhension du point de vue d’autrui ne doivent pas être confondus avec les mécanismes permettant de réagir à ce point de vue. Notre capacité à changer de point de vue et à prendre en compte celui d’autrui n’est donc pas unitaire, mais recouvre un ensemble de dispositions psychologiques distinctes reposant sur des bases cérébrales spécifiques.

Bibliographie

Adolphs R., 2001, « The neurobiology of social cognition », Current Opinion in Neurobiology, 11(2), 231-239.

Adolphs R., Damasio H., Tranel D., Cooper G. & Damasio A.R., 2000, « A role for somatosensory cortices in the visual recognition of emotion as revealed by three-dimensional lesion mapping », Journal of Neuroscience, 20(7), 2683.

Arzy S., Mohr C., Michel C. M. et Blanke O., 2007, « Duration and not strength of activation in temporo-parietal cortex positively correlates with schizotypy », Neuroimage, 35(1), 326-333.

Arzy S., Thut G., Mohr C., Michel C.M. & Blanke O., 2006, « Neural basis of embodiment: distinct contributions of temporoparietal junction and extrastriate body area », Journal of Neuroscience, 26(31), 8074.

Barsalou L.W., 1999, « Perceptual symbol systems », Behavioral and Brain Sciences, 22(04), 577-660.

Berthoz A., 1997, Le Sens du mouvement, Paris, Odile Jacob.

Berthoz A., 2004, « Physiologie du changement de point de vue » in Berthoz A. & Jorland G., éd.), L’Empathie, Paris, Odile Jacob, 251-275.

Berthoz A. & Jorland G., 2004, « Avant-propos » in Berthoz A. & Jorland G. (éd.), L’Empathie, Paris, Odile Jacob.

Blanke O., Mohr C., Michel C.M., Pascual-Leone A., Brugger P., Seeck M. et al., 2005, « Linking out-of-body experience and self processing to mental own-body imagery at the temporoparietal junction », Journal of Neuroscience, 25(3), 550-557.

Brass M., Bekkering H. & Prinz W., 2001, « Movement observation affects movement execution in a simple response task », Acta Psychologica, 106(1-2), 3-22.

Brass M., Bekkering H., Wohlschläger A. & Prinz W., 2000, « Compatibility between observed and executed finger movements: comparing symbolic, spatial, and imitative cues », Brain and Cognition, 44(2), 124-143.

Brooks R. & Meltzoff A.N., 2002, « The importance of eyes: how infants interpret adult looking behavior », Developmental psychology, 38(6), 958.

Buccino G., Binkofski F., Fink G., Fadiga L., Fogassi L., Gallese V. et al., 2001, « Action observation activates premotor and parietal areas in a somatotopic manner: an fMRI study », European Journal of Neuroscience, 13(2), 400-404.

Buccino G., Vogt S., Ritzl A., Fink G.R., Zilles K., Freund H.J. et al., 2004, « Neural circuits underlying imitation learning of hand actions an event-related fmri study », Neuron, 42(2), 323-334.

Butterworth G. & Cochran E., 1980, « Towards a mechanism of joint visual attention in human infancy », International Journal of Behavioral Development, 3(3), 253.

Butterworth G. & Jarrett N., 1991, « What minds have in common is space: spatial mechanisms serving joint visual attention in infancy », British Journal of Developmental Psychology, 9(1), 55-72.

Call J., Hare B., Carpenter M. & Tomasello M., 2004, « Unwilling or unable: Chimpanzees’ understanding of human intentional action », Developmental Science, 7(4), 488-498.

Call J., Hare B. & Tomasello M., 1998, « Chimpanzee gaze following in an object-choice task », Animal Cognition, 1(2), 89-99.

Calvo-Merino B., Glaser D.E., Grezes J., Passingham R.E. & Haggard P., 2005, « Action observation and acquired motor skills: an fmri study with expert dancers », Cerebral Cortex, 15(8), 1243-1249.

Calvo-Merino B., Grèzes J., Glaser D.E., Passingham R.E. & Haggard P., 2006, « Seeing or doing? Influence of visual and motor familiarity in action observation », Current Biology, 16(19), 1905-1910.

Caron A.J., Butler S. & Brooks R., 2002, « Gaze following at 12 and 14 months: do the eyes matter? », British Journal of Developmental Psychology, 20(2), 225-239.

Caron A.J., Kiel E. J., Dayton M. & Butler S.C., 2002, « Comprehension of the referential intent of looking and pointing between 12 and 15 months », Journal of Cognition and Development, 3(4), 445-464.

Castelli F., Happé F., Frith U. & Frith C., 2000, « Movement and mind: a functional imaging study of perception and interpretation of complex intentional movement patterns », Neuroimage, 12(3), 314-325.

Danziger N., Faillenot I. & Peyron R., 2009, « Can we share a pain we never felt? Neural correlates of empathy in patients with congenital insensitivity to pain », Neuron, 61(2), 203-212.

Davis M.H., 1983, « Measuring individual differences in empathy: evidence for a multidimensional approach », Journal of Personality and Social Psychology, 44(1), 113-126.

Deak G., Flom R. & Pick A., 2000, « Effects of gesture and target on 12-and 18-month-olds’ joint visual attention to objects in front of or behind them », Developmental Psychology, 36(4), 511-523.

Decety J., Grezes J., Costes N., Perani D., Jeannerod M., Procyk E. et al., 1997, « Brain activity during observation of actions. Influence of action content and subject’s strategy », Brain, 120(10), 1763.

Decety J. & Jackson P.L., 2004, « The functional architecture of human empathy », Behavioral and Cognitive Neuroscience Reviews, 3(2), 71.

Dimberg U., 1982, « Facial reactions to facial expressions », Psychophysiology, 19(6), 643-647.

Dimberg U., Thunberg M. & Elmehed K., 2000, « Unconscious facial reactions to emotional facial expressions », Psychological Science, 11(1), 86-89.

Dunphy-Lelii S. & Wellman H.M., 2004, « Infants’ understanding of occlusion of others’ line-of-sight: implications for an emerging theory of mind », European Journal of Developmental Psychology, 1(1), 49-66.

Emery N. & Clayton N., 2009, « Comparative social cognition », Annual Review of Psychology, 60, 87–113.

Fadiga L., Fogassi L., Pavesi G. & Rizzolatti G., 1995, « Motor facilitation during action observation: a magnetic stimulation study », Journal of Neurophysiology, 73(6), 2608-2611.

Fletcher P., Happé F., Frith U., Baker S., Dolan R., Frackowiak R. et al., 1995, « Other minds in the brain: a functional imaging study of “theory of mind” in story comprehension », Cognition, 57(2), 109-128.

Frijda N., 1986), The Emotions, Cambridge, Cambridge University Press.

Frith, C. D., & Frith, U., 2006, « The neural basis of mentalizing », Neuron, 50(4), 531-534.

Gallagher H. & Frith C., 2003, « Functional imaging of ‘theory of mind’« , Trends in Cognitive Sciences, 7(2), 77-83.

Gallagher H., Happé F., Brunswick N., Fletcher P., Frith U. & Frith C., 2000, « Reading the mind in cartoons and stories: an fMRI study of ‘theory of mind’ in verbal and nonverbal tasks », Neuropsychologia, 38(1), 11-21.

Gallese V., 2006, « Intentional attunement: a neurophysiological perspective on social cognition and its disruption in autism », Brain Research, 1079(1), 15-24.

Gilovich T., Medvec V.H. & Savitsky K., 2000, « The spotlight effect in social judgment: an egocentric bias in estimates of the salience of one’s own actions and appearance », Journal of Personality and Social Psychology, 78(2), 211-222.

Grafton S., Arbib M., Fadiga L. & Rizzolatti G., 1996, « Localization of grasp representations in humans by positron emission tomography. Observation compared with imagination », Experimental Brain Research, 112(1), 103-111.

Grèzes J., Costes N., & Decety J., 1999, « The effects of learning and intention on the neural network involved in the perception of meaningless actions », Brain, 122(10), 1875.

Grèzes J. & de Gelder B., 2009, « Social perception: understanding other people’s intentions and emotions through their actions », in Reid S.T. & V., éd.), Social Cognition: Development, Neuroscience and Autism, Oxford, Blackwell.

Grezes J. & Decety, J., 2001, « Functional anatomy of execution, mental simulation, observation, and verb generation of actions: a meta-analysis », Human Brain Mapping, 12(1), 1-19.

Grèzes J. & Decety J., 2002, « Does visual perception of object afford action? Evidence from a neuroimaging study », Neuropsychologia, 40(2), 212-222.

Grèzes J., Tucker M., Armony J., Ellis R. & Passingham R., 2003, « Objects automatically potentiate action: an fMRI study of implicit processing », European Journal of Neuroscience, 17(12), 2735-2740.

Hamlin J., Wynn K. & Bloom P., 2007, « Social evaluation by preverbal infants », Nature, 450, 557-559.

Hare B., Call J., Agnetta B. & Tomasello M., 2000, « Chimpanzees know what conspecifics do and do not see », Animal Behaviour, 59, 771-785.

Hare B., Call J. & Tomasello M., 2001, « Do chimpanzees know what conspecifics know? », Animal Behaviour, 61(1), 139-151.

Hein G. & Singer T., 2008, « I feel how you feel but not always: the empathic brain and its modulation », Current Opinion in Neurobiology, 18(2), 153-158.

Hess U. & Blairy S., 2001, « Facial mimicry and emotional contagion to dynamic emotional facial expressions and their influence on decoding accuracy », International Journal of Psychophysiology, 40(2), 129-141.

Hess U., Philippot P. & Blairy S., 1998, « Facial Reactions to Emotional Facial Expressions: Affect or Cognition? », Cognition and Emotion, 12(4), 509-531.

Izard, C.E. & Ackerman B.P., 2000, « Motivational, organizational, and regulatory functions of discrete emotions », Handbook of Emotions, 2, 253-264.

Jackson P.L., Meltzoff, A.N. & Decety J., 2005, « How do we perceive the pain of others? A window into the neural processes involved in empathy », Neuroimage, 24(3), 771-779.

Jeannerod M., 1994, « The representing brain: neural correlates of motor intention and imagery », Behavioural and Brain Sciences, 17, 187-187.

Kilner J.M., Paulignan Y. & Blakemore S.J., 2003, « An interference effect of observed biological movement on action », Current Biology, 13(6), 522-525.

Krebs D.L., 1970, « Altruism: an examination of the concept and a review of the literature », Psychological Bulletin, 73(4), 258-302.

Maner J.K., DeWall C.N., Baumeister R.F. & Schaller M., 2007, « Does social exclusion motivate interpersonal reconnection? Resolving the “porcupine problem” », Journal of Personality and Social Psychology, 92(1), 42-55.

Moll H. & Tomasello M., 2004, « 12-and 18-month-old infants follow gaze to spaces behind barriers », Developmental Science, 7(1), 1-9.

Niedenthal P.M., 2007, « Embodying emotion », Science, 316(5827), 1002.

Okamoto, S., Tomonaga M., Ishii K., Kawai N., Tanaka M. & Matsuzawa T., 2002, « An infant chimpanzee, Pan troglodytes) follows human gaze », Animal Cognition, 5(2), 107-114.

Onishi K.H. & Baillargeon R., 2005, « Do 15-month-old infants understand false beliefs? », Science, 308(5719), 255-258.

Panksepp J., 1998, Affective Neuroscience: The Foundations of Human and Animal Emotions, Oxford, Oxford University Press.

Pellegrino G., Fadiga L., Fogassi L., Gallese V. & Rizzolatti G., 1992, « Understanding motor events: a neurophysiological study », Experimental Brain Research, 91(1), 176-180.

Perani D., Fazio F., Borghese N.A., Tettamanti M., Ferrari S., Decety J. et al., 2001, « Different brain correlates for watching real and virtual hand actions », Neuroimage, 14(3), 749-758.

Pitcher, D., Garrido, L., Walsh, V., & Duchaine, B. C., 2008, « Transcranial magnetic stimulation disrupts the perception and embodiment of facial expressions ». Journal of Neuroscience, 28(36), 8929.

Prinz W. & Meltzoff A.N., 2002, « An introduction to the imitative mind and brain », in Prinz W. & Sebanz N., éd.), The Imitative Mind: Development, Evolution and Brain bases, New-York, Cambridge University Press, p. 1–15.

Rizzolatti G. & Arbib M.A., 1998, « Language within our grasp », Trends in Neurosciences, 21(5), 188-194.

Rizzolatti G., Fadiga L., Gallese V. & Fogassi L., 1996, « Premotor cortex and the recognition of motor actions », Cognitive Brain Research, 3(2), 131-141.

Ruby P. & Decety J., 2001, « Effect of subjective perspective taking during simulation of action: a PET investigation of agency », Nature Neuroscience, 4, 546-550.

Ruby P., & Decety, J., 2003, « What you believe versus what you think they believe: a neuroimaging study of conceptual perspective-taking », European Journal of Neuroscience, 17(11), 2475-2480.

Ruby P. & Decety J., 2004, « How would you feel versus how do you think she would feel? A neuroimaging study of perspective-taking with social emotions », Journal of Cognitive Neuroscience, 16(6), 988-999.

Samson D., Apperly I.A., Chiavarino C. & Humphreys G.W., 2004, « Left temporoparietal junction is necessary for representing someone else’s belief », Nature Neuroscience, 7, 499-500.

Samson D., Apperly I.A., Kathirgamanathan U. & Humphreys G.W., 2005, « Seeing it my way: a case of a selective deficit in inhibiting self-perspective », Brain, 128(5), 1102.

Saxe R., 2006, « Uniquely human social cognition », Current Opinion in Neurobiology, 16(2), 235-239.

Sebanz N., Knoblich G. & Prinz W., 2003, « Representing others’ actions: just like one’s own? », Cognition, 88(3), 11-21.

Shiffrar M. & Freyd J., 1990, « Apparent motion of the human body », Psychological Science, 1(4), 257-264.

Singer T., Seymour B., O’Doherty J., Kaube H., Dolan R.J. & Frith C.D., 2004, « Empathy for pain involves the affective but not sensory components of pain », Science, 303(5661), 1157-1162.

Stevens J.A., Fonlupt P., Shiffrar M. & Decety J., 2000, « New aspects of motion perception: selective neural encoding of apparent human movements », Neuroreport, 11, 109-115.

Surian L., Caldi S. & Sperber D., 2007, « Attribution of beliefs by 13-month-old infants », Psychological Science, 18(7), 580-586.

Tomasello M. & Call J., 2006, « Do chimpanzees know what others see – or only what they are looking at », Rational animals, 371–384.

Tomasello M., Call J. & Hare B., 1998, « Five primate species follow the visual gaze of conspecifics », Anim Behav, 55(4), 1063-1069.

Tomasello M., Call J. & Hare B., 2003, « Chimpanzees understand psychological states: The question is which ones and to what extent », Trends in Cognitive Science, 7, 153-156.

Tomasello M., Carpenter M., Call J., Behne T. & Moll H., 2005, « Understanding and sharing intentions: the origins of cultural cognition », Behavioral and Brain Science, 28(5), 675-691.

Vogeley K., Bussfeld P., Newen A., Herrmann S., Happé F., Falkai P. et al., 2001, « Mind reading: neural mechanisms of theory of mind and self-perspective », Neuroimage, 14(1), 170-181.

Vogeley K. & Fink G.R,, 2003, « Neural correlates of the first-person-perspective », Trends in Cognitive Sciences, 7(1), 38-42.

Wallbott H.G., 1991, « Recognition of emotion from facial expression via imitation? Some indirect evidence for an old theory », British Journal of Social Psychology, 30(3), 207-219.

Wegner D.M. & Bargh J.A., 1998, « Control and automaticity in social life », The Handbook of Social Psychology, 2(4).

Wellman H.M., Cross D. & Watson J., 2001, « Meta-analysis of theory-of-mind development: the truth about false belief », Child Development, 72(3), 655-684.

Wicker B., Keysers C., Plailly J., Royet J., Gallese V. & Rizzolatti G., 2003, « Both of us disgusted in my insula: the common neural basis of seeing and feeling disgust », Neuron, 40(3), 655-664.

Wilson,J., 1993), The Moral Sense, New York, Free Press.

Wimmer H. & Perner J., 1983, « Beliefs about beliefs: representation and constraining function of wrong beliefs in young children’s understanding of deception », Cognition, 13(1), 103.

Wispe L., 1986, « The distinction between sympathy and empathy: to call forth a concept, a word is needed », Journal of personality and social psychology, 50(2), 314-321.

Young L., Cushman F., Hauser M. & Saxe R., 2007, « The neural basis of the interaction between theory of mind and moral judgment », Proceedings of the National Academy of Sciences, 104(20), 8235.

Zacks J., Rypma B., Gabrieli J.D.E., Tversky B. & Glover G.H., 1999, « Imagined transformations of bodies: an fMRI investigation », Neuropsychologia, 37(9), 1029-1040.

Notes

1 Davis, 1983.

2 Berthoz, 1997 ; Jeannerod, 1994.

3 Pellegrino, Fadiga, Fogassi, Gallese et Rizzolatti, 1992.

4 Jeannerod, 1994 ; Rizzolatti et Arbib, 1998.

5 Brass, Bekkering et Prinz, 2001 ; Brass, Bekkering, Wohlschläger et Prinz, 2000 ; Kilner, Paulignan et Blakemore 2003 ; Prinz et Meltzoff, 2002 ; Sebanz, Knoblich et Prinz, 2003 ; Wegner et Bargh, 1998.

6 Fadiga, Fogassi, Pavesi et Rizzolatti, 1995.

7 Buccino et al., 2001 ; Buccino et al., 2004 ; Decety et al., 1997 ; Grafton, Arbib, Fadiga et Rizzolatti, 1996 ; Grèzes, Costes et Decety, 1999 ; Grèzes et Decety, 2002 ; Grèzes, Tucker, Armony, Ellis et Passingham, 2003 ; Rizzolatti, Fadiga, Gallese et Fogassi, 1996.

8 Voir méta-analyse, Grezes et Decety, 2001.

9 Perani et al., 2001 ; Shiffrar et Freyd, 1990 ; Stevens, Fonlupt, Shiffrar et Decety, 2000.

10 Calvo-Merino, Glaser, Grèzes, Passingham et Haggard, 2005 ; Calvo-Merino, Grèzes, Glaser, Passingham et Haggard, 2006.

11 Dimberg, 1982 ; Dimberg, Thunberg et Elmehed, 2000 ; Hess et Blairy, 2001 ; Hess, Philippot et Blairy, 1998.

12 Wallbott, 1991.

13 Pour une revue, voir Niedenthal, 2007.

14 Wicker et al., 2003 ; Jackson, Meltzoff & Decety, 2005 ; Singer et al., 2004.

15 Adolphs, 2001 ; Adolphs, Damasio, Tranel, Cooper et Damasio, 2000.

16 Pitcher, Garrido, Walsh et Duchaine, 2008.

17 Gallese, 2006 ; Niedenthal, 2007.

18 Barsalou, 1999.

19 Gallese, 2006.

20 Call, Hare et Tomasello, 1998 ; Okamoto et al., 2002 ; Tomasello, Call et Hare, 1998 ; Tomasello, Call et Hare, 2003.

21 Hare, Call, Agnetta et Tomasello, 2000 ; Hare, Call et Tomasello, 2001 ; Tomasello et Call, 2006.

22 Corkum et Moore, 1995, 1998 ; D’Entremont, Hains et Muir, 1997.

23 Butterworth & Cochran, 1980 ; Butterworth et Jarrett, 1991.

24 Caron, Kiel, Dayton et Butler, 2002 ; Dunphy-Lelii et Wellman, 2004.

25 Brooks et Meltzoff, 2002 ; Caron, Butler et Brooks, 2002.

26 Deak, Flom et Pick, 2000 ; Moll et Tomasello, 2004.

27 Emery et Clayton, 2009 ; Saxe, 2006).

28 Aichhorn et al., 2006.

29 Arzy, Mohr, Michel et Blanke, 2007 ; Arzy, Thut, Mohr, Michel et Blanke, 2006 ; Berthoz, 2004 ; Blanke et al., 2005 ; Ruby et Decety, 2001 ; Vogeley et Fink, 2003 ; Zacks, Rypma, Gabrieli, Tversky, et Glover, 1999.

30 Hamlin, Wynn et Bloom, 2007 ; Tomasello, Carpenter, Call, Behne et Moll, 2005.

31 Call, Hare, Carpenter et Tomasello, 2004.

32 Voir, par exemple, la tâche de Sally et Anne, Wimmer et Perner, 1983). Dans cette tâche, on raconte à l’enfant l’histoire de deux poupées, Sally et Anne, qui jouent avec une balle. Sally met la balle dans un panier et sort de la pièce. Anne prend la balle, joue un moment, et la range dans une boîte. Sally revient dans la pièce. L’enfant doit alors prédire où Sally va chercher la balle. L’enfant réussit s’il répond que Sally va chercher la balle à l’endroit où elle l’a laissée, dans le panier) et il échoue s’il répond que Sally va chercher la balle là où elle se trouve réellement.

33 Pour une revue récente, voir Wellman, Cross et Watson, 2001.

34 Onishi et Baillargeon, 2005 ; Surian, Caldi et Sperber, 2007.

35 Castelli, Happé, Frith et Frith, 2000 ; Fletcher et al., 1995 ; Frith et Frith, 2006 ; Gallagher et Frith, 2003 ; Gallagher et al., 2000 ; Vogeley et al., 2001 ; Young, Cushman, Hauser et Saxe, 2007.

36 Decety et Jackson, 2004 ; Gallagher et Frith, 2003.

37 Ruby et Decety, 2003.

38 Rubyet Decety, 2004.

39 Samson, Apperly, Chiavarino et Humphreys, 2004 ; Samson, Apperly, Kathirgamanathan et Humphreys, 2005.

40 .Ruby et Decety, 2004.

41 Gilovich, Medvec et Savitsky, 2000.

42 Pour une définition différente, voir Berthoz et Jorland, 2004 ; voir, par exemple, Hein et Singer, 2008.

43 Danziger, Faillenot et Peyron, 2009.

44 Frijda, 1986 ; Grèzes et de Gelder, 2009.

45 Panksepp, 1998.

46 Izard et Ackerman, 2000.

47 Sur l'usage du terme « sympathie » en psychologie, voir, par exemple, la revue de Wispe, 1986.

48 Krebs, 1970 ; Maner, DeWall, Baumeister et Schaller, 2007 ; Wilson, 1993, p. 49.

Auteurs

Laboratoire de Neurosciences Cognitives INSERM U960 ; NASH, Institut Jean-Nicod, UMR 8129, EHESS, CNRS ; Département d’Études Cognitives – École Normale Supérieure, Paris.
NASH, Institut Jean-Nicod, UMR 8129, EHESS, CNRS ; Département d’Études Cognitives – École Normale Supérieure, Paris.
Laboratoire de Neurosciences Cognitives INSERM U960 ; Département d’Études Cognitives – École Normale Supérieure, Paris.
Laboratoire de Neurosciences Cognitives INSERM U960 ; Département d’Études Cognitives – École Normale Supérieure, Paris.

© Collège de France, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr