Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La pluralité interprétative

 | 
Alain Berthoz
, 
Carlo Ossola
, 
Brian Stock

Pratiques interprétatives et conflits d’interprétation

Éthos et passion dans le discours politique : lectures de Robespierre

Sara Cigada

Entrées d'index

Mots clés :

rhétorique, Robespierre

Texte intégral

1Nous n’avons pas rencontré le terme « émotion » (qui est utilisé aujourd’hui pour faire référence à l’ensemble des phénomènes assez variés qui constituent l’implication du locuteur et de l’auditoire dans le discours) dans l’interdiscours de Robespierre, et notamment dans l’Encyclopédie : on y trouve, en revanche, le terme « passions » :

  • 1 Encyclopédie, t. XII, p. 145.

[D]es verres colorés qui répandent sur tout ce qu’on voit au travers la couleur qui leur est propre. Elles s’emparent de toutes les puissances de notre âme ; elles ne lui laissent qu’une ombre de liberté ; elles l’étourdissent par un bruit si tumultueux qu’il devient impossible de prêter l’oreille aux avis doux et paisibles de la raison1.

2Nous avons étudié, dans ce chapitre, la construction rhétorique du point de vue du locuteur dans un corpus de discours passionnés sur la liberté de la presse. Comme méthodologie de recherche, nous avons appliqué au discours argumentatif politique une analyse linguistico-textuelle visant à repérer les aspects émotifs (ou stratégiques) et émotionnels (ou expressifs).

  • 2 Cigada (2008), p. 61-64.

3Considérons tout d’abord que les études en théorie de l’argumentation, en communication verbale et en analyse de la conversation constatent la présence d’un lien constant entre émotion et intérêt. Nous allons nous arrêter brièvement sur ce mot significatif d’« intérêt », dont nous avons reconstruit ailleurs l’étymologie2. Nous ne reprenons ici que le Robert historique, qui décrit la sémantique originelle d’« intérêt » de la manière suivante :

‘il y a de la différence entre’, ‘il importe’, 3ème personne de l’indicatif présent de inter-esse, ‘être entre’, ‘être parmi’, ‘être présent’, ‘assister à’, puis ‘être distant’ et, au figuré, ‘participer à’, ‘s’occuper de’.

  • 3 Cf. Cigada (2008), p. 50-52 ; Plantin (1999) ; Ungerer (1997).
  • 4 Damasio (2001), passim.
  • 5 Rigotti-Rocci (2006), p. 32-35.

4En psychologie, par ailleurs, l’intérêt coïncide, au sens propre, avec ce qui est perçu comme proche dans l’espace temporel et mental3. Chez des individus sains, l’intérêt est le rapport inévitable à l’expérience : s’il n’y a pas d’intérêt, c'est-à-dire d’implication personnelle dans le sujet, la communication elle-même devient en conséquence inconcevable, comme le montrent par ailleurs les recherches de Damasio4, qui confirment dans le domaine de la neurochirurgie ce qui apparaît aussi du point de vue de la linguistique pragmatique5.

5La présupposition d’un intérêt qui « pousse » à communiquer nous donne une suggestion significative pour l’analyse de notre corpus : en effet, le locuteur Robespierre affiche tout au long des discours qu’il tient sur une période de trois ans, et dans des contextes politiques différents, un ethos particulier, à l’avoir l’absence d’intérêt. Ce détachement représente dans son discours une des « vertus » les plus importantes pour un révolutionnaire comme nous le voyons dans plusieurs passages du corpus :

  • 6 Les chiffres entre parenthèses font référence aux items du corpus qu’on trouvera en annexe à la fin (...)

(9) sévère impartialité ;
(14) ces hommes incorruptibles, qui n’ont d’autre passion que celle de faire le bonheur et la gloire de leur patrie […] une vie irréprochable et les preuves d’un zèle pur et désintéressé ;
(15) le suffrage d’une conscience pure et la force de la vérité ;
(26) une sage impartialité ;
(50) nous, qui sommes intraitables comme la vérité, inflexibles, uniformes, j’ai presque dit insupportables, comme les principes6.

  • 7 Cf. le corpus Pétain (2002) et le corpus Charbon et Acier (2008) dans Cigada (2008).
  • 8 Encyclopédie, t. XII, p. 142.
  • 9 Voir aussi le débat sur la rhétorique du genre judiciaire dans le même article de l’encyclopédie.

6L’absence d’intérêt affichée par Robespierre va à l’encontre du principe d’intérêt, ce qui produit des résultats particuliers dans notre corpus, peu comparables à ceux d’autres corpus7. Le point de vue affiché par Robespierre est, pour ainsi dire, super partes, objectif : il a la prétention d’une indifférence absolue (cf. la notion latine d’abstinentia). En effet, une analyse sémantico-textuelle du contexte ne peut que remarquer que les passions sont considérées comme « des maladies de l’âme8 ». Pourtant l’attitude de Robespierre s’y révèle particulièrement déconcertante du fait qu’elle ne correspond pas du tout au style rhétorique des textes, décidément émotionnel et émotif9.

  • 10 Plantin (1999), p. 204-209.

7Tout en appliquant la méthodologie d’analyse proposée par Plantin10, nous signalons la présence dans les discours du corpus : (a) de « termes d’émotion directs », c'est-à-dire de noms, verbes, adjectifs ou adverbes qui dénomment des émotions ; (b) de « termes d’émotion indirects », qui décrivent plutôt des réactions physiques, des attitudes ou des comportements qui sont normalement associés à une émotion spécifique. Ces termes permettent au lecteur d’inférer l’émotion à laquelle le texte fait référence. En voici quelques exemples :

(25) rougissent déjà […] pudeur ;
(42) c’était en rougissant, et dans les ténèbres ;
(47) Quel mépris de la pudeur et des lois les plus saintes !

8D’après cette méthodologie, il est utile, pour chaque terme direct ou indirect, de vérifier aussi la « source » (ce qui est à l’origine de l’émotion) et le « lieu psychique » (le siège de l’état émotionnel dans le texte). Par exemple, dans « Mais c’était en rougissant, et dans les ténèbres, qu’ils faisaient circuler cette calomnie », c’est « cette calomnie » qui est la source de l’émotion, à savoir de la honte, signalée indirectement par « en rougissant », tandis que « ils » (les ennemis de la Révolution) représentent le lieu psychologique d’une telle émotion.

9La présence de termes d’émotion confère au texte une orientation euphorique ou dysphorique selon les cas. Il est indispensable de considérer chaque occurrence des termes pour en établir la couleur émotionnelle, du fait que cette couleur dépend des valeurs qui sont à sa source, aussi bien que du lieu psychologique qui est le siège d’un éprouvé spécifique : une valeur positive, comme celle qui est associée dans le texte à la liberté, comporte des termes d’émotion euphoriques pour les amis. La même valeur comporte une orientation émotionnelle négative à l’égard de ceux qui la menacent, comme dans les exemples suivants :

(18) la liberté de la presse doit nécessairement inspirer une certaine terreur ;
(33) Ainsi on voit que la calomnie est encore la mère du feuillantisme, ce monstre doucereux qui dévore en caressant, et qui a pensé tuer la liberté naissante, en secouant sur son berceau tous les serpents de la haine et de la discorde ;
(52) cette confédération de tant d’écrivains perfides, soutenue par toutes les ressources de la puissance publique, est peut-être plus redoutable à la liberté que toutes les conspirations de la cour ;
(56) ces journalistes infidelles (sic) qui sont les plus dangereux ennemis de la liberté.

10En effet, les textes du corpus associent la notion de péril et de menace pour la Liberté à la calomnie de la part des ennemis. Nous observons que la qualité de l’intérêt spécifie la couleur émotionnelle d’une perception : la même expérience peut provoquer de la peur ou de la colère, mais aussi de la joie sous d’autres conditions.

11L’argumentation s’effectue aussi (c) par un constant « travail de métaphores », comme par exemple ici :

(24) la démarche de paix faite ici a été empoisonnée par des libellistes, dirigée contre lui, contre cette société et contre le peuple.

  • 11 Introduction, xi.

12Tout en préservant l’affichage d’un ethos absolument désintéressé, Robespierre manifeste dans le corpus que nous avons étudié (et qui recueille la totalité de ses discours en matière de droit à la liberté de la presse prononcés entre 1791 et 1793, soit sept discours) une évolution significative de son point de vue. Cette évolution se reflète aussi dans l’orientation émotive des discours, que nous avons choisis parce qu’on y trouve simultanément une continuité thématique et une discontinuité d’approche. Nous avons utilisé l’édition critique des discours prononcés par Maximilien Robespierre, publiée par M. Bouloiseau entre 1950 et 1958 (tomes VI-IX). Cette édition critique a été réalisée pour « recueillir tous les textes permettant d’embrasser l’ensemble de l’activité oratoire de Robespierre11. Nous avons, par conséquent, un corpus qui contient des discours rédigés par Robespierre pour l’impression (le premier et le quatrième dans la liste qui suit : ce sont aussi les plus étendus) et des interventions publiques sténographiées et publiées par les journaux (les cinq autres textes). Nous avons reproduit la graphie et la ponctuation de cette édition sans les modifier en rien.

1. Discours Sur la liberté de presse (prononcé à la Société des Amis de la Constitution, le 11 mai 1791) :
2. Intervention à la Société Contre toute entrave à la liberté de parole (le 30 avril 1792) ;
3. Intervention à la Convention Sur l’inculpation de dictature (le 25 septembre 1792) ;
4. Discours Sur l’influence de la calomnie sur la Révolution (Société, le 28 octobre 1792) ;
5. Débat Sur l’organisation du Tribunal Criminel Extraordinaire (Convention, le 10 mars 1793) ;
6. Intervention à la Convention Sur la liberté de la presse (le 19 avril 1793) ;
7. Intervention à la Convention Pour une adresse sur les dangers de la patrie et contre les journalistes infidèles (le 16 juin 1793).

13Parmi les termes directs d’émotion que nous retrouvons le plus fréquemment dans l’ensemble du corpus, il y a notamment ceux qui relèvent du champ sémantique de la peur (“redoutable”, “peur”, “effarouche”, terreur”, “terrible”, redoutez”, inquiéter”, “effrayer”, “crainte”, “effroi”, “épouvantait”, “bouleverser”, …) : l’orientation de base dans l’ensemble du corpus est, en effet, dysphorique. Il est pertinent de remarquer l’absence fréquente du lieu psychologique : les termes d’émotion apparaissent dans le discours pour se référer à quelque chose qui a lieu de manière objective et universelle, comme s’ils indiquaient un « devoir d’éprouver » partagé respectivement par les bons et par les méchants.

14Dans le premier discours du corpus, Sur la liberté de presse, les sujets abordés s’articulent autour du thème principal de la Liberté. La voix de l’innocence opprimée est “redoutable” et “touchante” (2) ; le “courage” des écrivains dévoués à la cause de la justice et de l’humanité est la “terreur” de l’intrigue et de l’“ambition” des hommes en autorité (6) ; il y a également la métaphore de l’“empoisonnement” (7) ; le peuple est “le seul appui de la liberté” (12) ; les “écrivains courageux” sont des “sentinelles” (17).

15Dans le quatrième discours Sur l’influence de la calomnie sur la Révolution, Robespierre remarque que, dans un contexte limité, le danger de la calomnie est limité ; dans le contexte immense créé par la Révolution, le danger de la calomnie est devenu immense. La liberté est donc “en danger” : le discours a une orientation fortement dysphorique du fait que ce danger provoque la peur. Il réclame une réponse à sa mesure : cette mesure sera à son tour redoutable pour les ennemis de la liberté.

16Pour l’étude de l’évolution du point de vue, il est significatif d’observer les mots par lesquels Robespierre désigne et qualifie le peuple, précédemment exalté comme l’incarnation de la liberté même : nous trouvons ici des expressions nouvelles, comme “multitude ignorante” (30) ; qui “croit stupidement” (35) ; “les sots et les ignorants” (41).

17Le changement de point de vue est, si possible, encore plus significatif dans les discours 6 et 7 du corpus : si, dans le premier discours, la liberté de la presse devait être absolue et illimitée au point d’admettre la liberté de calomnie – la soumission à une loi décrétant la censure n’étant qu’un “sophisme” (10) et un “prétexte” (12) pour limiter la liberté du peuple –, dans le sixième Robespierre remarque que ce principe demeure juste, mais que l’application que l’on en est fait est fausse : les circonstances d’après la Révolution justifient et demandent même de protéger la liberté qui vient d’être “enfantée” (46) par des normes transitoires exceptionnelles. Dans le septième discours, finalement, tout ce qui met la liberté en danger est redoutable tout court (56) et doit être “écrasé” (55). Les passages intermédiaires renvoient au “suspect” (“il y a une cabale”) dans le deuxième discours et à la dénonciation d’une organisation criminelle antirévolutionnaire dans le troisième – un “système d’intrigue et de calomnie” (26) –. Le quatrième discours est consacré, comme nous l’avons dit, à la construction discursive de l’ennemi et de son pouvoir – le pouvoir de la calomnie qui demande, de la part des amis de la liberté, “armes contre les tyrans et livres contre les intrigans” (sic, 53) – tandis que le cinquième pose la question « qui sont les conspirateurs ? » sans, par ailleurs, perdre du temps à se poser la question préliminaire concernant l’existence de ces conspirateurs, totalement présupposée.

Bibliographie

Sara Cigada, Les Émotions dans le discours de la construction européenne, Milano, DSU, 2008.

Antonio R. Damasio, L’Erreur de Descartes, Paris, Odile Jacob, 2001.

Encyclopédie, tome XII, « Passion ».

Christian Plantin, « La construction rhétorique des émotions », dans Eddo Rigotti (éd.), Rhetoric and Argumentation, Tübingen, Niemeyer, 1999, p. 203-219.

Eddo Rigotti & Andrea Rocci, « Tema-rema e connettivo : la congruità semantico-pragmatica del testo », dans Giovanni Gobber, Maria Cristina Gatti & Sara Cigada (éd.), Sýndesmoi. Connettivi nella realtà dei testi, Milano, Vita e Pensiero, 2006, p. 3-44.

Maximilien de Robespierre, Discours, Marc Bouloiseau (éd.), Paris, Presses Universitaires de France, 1950-1958 (tomes VI, VII, VIII, IX)

Friedrich Ungerer, « Emotion and emotional language in English and German news stories », in Susanne Niemeier & René Dirven (éd.), The Language of Emotions, Amsterdam-Philadelphia, Benjamins, 1997, p. 307-328

Annexes

EXTRAITS DU CORPUS

1. La liberté de la presse ne peut être distinguée de la liberté de la parole ; l’une et l’autre est sacrée comme la nature [1/12-13].

2. Que l’innocence opprimée puisse faire entendre impunément sa voix redoutable et touchante [1/24-25].

3. Le même écrit qui paroîtra utile et sage à l’homme ardent et courageux, sera proscrit comme incendiaire par l’homme froid et pusillanime ; l’esclave ou le despote ne verra qu’un extravagant ou un facétieux où l’homme libre reconnoît un citoyen vertueux [1/139-142].

4. L’homme de génie qui révèle de grandes vérités à ses semblables, est celui qui a devancé l’opinion de son siècle : la nouveauté hardie de ses conceptions effarouche toujours leur foiblesse et leur ignorance ; toujours les préjugés se ligueront avec l’envie, pour le peindre sous des traits odieux ou ridicules. C’est pour cela précisément que le partage des grands hommes fut constamment l’ingratitude de leurs contemporains, et les hommages tardifs de la postérité ; c’est pour cela que la superstition jeta Galilée dans les fers et bannit Descartes de sa patrie [1/163-170].

5. Ils [les grands hommes] alarment presqu’également et les tyrans qu’ils démasquent, et les esclaves qu’ils veulent éclairer [1/173-174].

6. S’il est vrai que le courage des écrivains dévoués à la cause de la justice et de l’humanité, soit la terreur de l’intrigue et de l’ambition des hommes en autorité ; il faut bien que les lois contre la presse deviennent entre les mains de ces derniers une arme terrible contre la liberté [1/185-189].

7. Mais tandis qu’ils poursuivrons ses défenseurs, comme des perturbateurs de l’ordre public, et comme des ennemis de l’autorité légitime, vous les verrez caresser, encourager, soudoyer ces écrivains dangereux, ces vils professeurs de mensonge et de servitude, dont la funeste doctrine, empoisonnant dans sa source la félicité des siècles, perpétue sur la terre les lâches préjugés des peuples et la puissance monstrueuse des tyrans, les seuls dignes du titre de rebelles, puisqu’ils osent lever l’étendard contre la souveraineté des nations, et contre la puissance sacrée de la nature [1/189-197].

8. La presse libre est la gardienne de la liberté ; la presse gênée en est le fléau [1/205-206].

9. Timidité servile…, audace extrême…, le courage et le calme…, la haine… [1/209-214]… Elle [la presse] les jugera avec une sévère impartialité [1/215] … ou plutôt soyez libres ; avec la liberté viendront toutes les vertus, et les écrits que la presse mettra au jour, seront purs, graves et sains comme vos mœurs [1/217-219].

10. À ces principes éternels, quels sophismes objectent les ennemis de la liberté ? la soumission aux lois ; il ne faut point permettre d’écrire contre les lois [1/242-244].

11. [Les lois]… selon le degré de conformité aux lois éternelles de la raison, de la justice et de la nature [1/252-253].

12. Analysez bien tous ces prétextes, toutes ces déclamations contre ce que quelques-uns appellent écrits incendiaires, et vous verrez qu’elles cachent le dessein de calomnier le peuple, pour l’opprimer et pour anéantir la liberté dont il est le seul appui [1/308-311].

13. Observez, sur-tout, que, dans aucun cas, l’ordre social ne peut être compromis par l’impunité d’un écrit qui auroit conseillé un délit [1/328-330].

14. Ce ne sont pas ces hommes incorruptibles, qui n’ont d’autre passion que celle de faire le bonheur et la gloire de leur patrie, qui redoutent l’expression publique des sentiments de leurs concitoyens [1/421-424] […] lorsqu’on peut opposer à la calomnie une vie irréprochable et les preuves d’un zèle pur et désintéressé [1/425-426].

15. S’ils éprouvent quelquefois une persécution passagère, elle est pour eux le sceau de leur gloire et le témoignage éclatant de leur vertu ; ils se reposent, avec une douce confiance, sur le suffrage d’une conscience pure et sur la force de la vérité qui leur ramène bientôt ceux de leurs concitoyens [1/426-430].

16. Qui sont ceux qui déclament sans cesse contre la licence de la presse, et qui demandent des lois pour la captiver ? ce sont ces personnages équivoques, dont la réputation éphémère, fondée sur les succès du charlatanisme, est ébranlée par le moindre choc de la contradiction [1/431-435].

17. Pour tromper et pour asservir leur patrie, il faut, avant tout, réduire au silence les écrivains courageux qui peuvent la réveiller de sa funeste léthargie, à-peu-près comme on égorge les sentinelles avancées pour surprendre le camp ennemi [1/442-445]

18. La liberté de la presse doit nécessairement inspirer une certaine terreur, et tout système qui tend à la gêner, trouve une foule de partisans qui ne manquent pas de le présenter sous les dehors spécieux du bon ordre et de l’intérêt public [1/477-481].

19. Les principes éternels sur lesquels doit reposer la liberté des nations [1/486-487].

20. Laissez passer ce torrent fangeux, dont il ne restera bientôt plus aucune trace, pourvu que vous conserviez cette source immense et éternelle de lumières qui doit répandre sur le monde politique et moral la chaleur, la force, le bonheur et la vie [1/488-492].

21. Ces écrits sacrilèges où les droits de l’humanité sont attaqués, où la majesté du peuple est outragée [1/493-495].

22. Dans le premier cas, les attaques de nos ennemis ne seront que ridicules ; dans le second cas, nous aurons à expier le crime d’avoir pensé que les français étoient dignes d’être libres et pour mon compte je me résigne volontiers à cette destinée [1/509-512].

23. Enfin faisons des loix, non pour un moment, mais pour les siècles ; non pour nous, mais pour l’univers [1/513-514].

24. La démarche de paix faite ici a été empoisonnée par des libellistes, dirigée contre lui, contre moi, contre cette société et contre le peuple [2/20-22].

25. Vous n’attendez pas, sans doute, que je m’abaisse à me justifier d’une inculpation contradictoire et extravagante, dont ceux même qui ont consenti a en être l’organe, rougissent déjà, j’en suis sûr ; car j’aime à leur croire quelque pudeur [3/5-8].

26. Prévenez, au moins, par une sage impartialité, les conséquences funestes d’un système d’intrigue et de calomnie, qui semble nous présager les plus grands maux [3/48-50].

27. Je parle du pouvoir de la calomnie. Il falloit une révolution telle que la nôtre, pour la déployer dans toute son étendue [4/4-5].

28. Je vais vous révéler les prodiges qui l’ont signalé [4/5-6].

29. Sous le régime despotique, tout est petit, tout est mesquin, la sphère des vices, comme celle des vertus, est étroite. Sous l’ancien gouvernement, la puissance de la calomnie se bornoit à diviser les frères, à brouiller les époux [4/8-11]. Notre révolution lui a ouvert une immense carrière. Ce ne sont plus des individus ; c’est l’humanité elle-même qui est devenue l’objet de ses trames perfides. Compagne inséparable de l’intrigue, elle a embrassé, comme elle, l’univers, dans ses complots [4/15-18].

30. Les intrigants savoient bien que la multitude ignorante est portée à lier les principes politiques, avec les noms de ceux qui les défendent [4/23-24].

31. Ils se sont appliqués sur-tout à diffamer les plus zélés artisans de la cause populaire. Ils ont fait plus, ils ont calomnié la liberté elle-même [4/25-27].

32. Cette constitution, dont tous les vices étoient son ouvrage [de Lafayette], devint bientôt entre ses mains un instrument de tyrannie et de proscription [4/104-106].

33. Ainsi on voit que la calomnie est encore la mère du feuillantisme, ce monstre doucereux qui dévore en caressant, et qui a pensé tuer la liberté naissante, en secouant sur son berceau tous les serpents de la haine et de la discorde [4/117-119].

34. Quel est ce pouvoir magique de changer la vertu en vice, et le vice en vertu ! de donner à la sottise, à la corruption et à la lâcheté, le droit d’accuser hautement le courage, l’intégrité et la raison ! J’ai vu ce scandale [4/139-142].

35. J’ai vu les délégués d’un grand peuple […] croire stupidement à tous ces fantômes de complots [4/147-148].

36. Je les ai vus applaudir eux-mêmes à leur sagesse, à leur modération, à leur civisme, lorsqu’ils renversoient, de leurs propres mains, les bases sacrées de la liberté qu’ils avoient fondée [4/149-151].

37. C’est la calomnie qui alors éleva le monstrueux ouvrage de la révision de l’acte constitutionnel [4/164-165].

38. Les discours des législateurs qui prostituaient leur organe à l’intrigue [4/173].

39. Dieux ! à quelles méprisables causes tiennent les malheurs des nations ! et comme le philosophe doit sourire de piété, lorsqu’il voit de près les vils ressorts des grands événements qui changent quelquefois la face du globe ! [4/178-181].

40. Et quels succès ne peuvent-ils pas se promettre encore, avec un peuple aussi confiant, aussi léger que généreux, qui a longtemps encensé de si ridicules idoles ? [4/254-256].

41. Car elle sait [la calomnie], comme eux [les intrigants], que c’est avec des mots qu’on conduit les sots et les ignorants [4/285-286].

42. Mais c’était en rougissant, et dans les ténèbres, qu’ils faisoient circuler cette calomnie [4/308-309].

43. Si la convention nationale n’a rien fait encore qui réponde ni à la hauteur de la révolution, ni à l’attente du peuple français, il n’en faut pas chercher la cause ailleurs, que dans la confiance avec laquelle un grand nombre de ses membres s’est abandonné aux guides infidèles qui les avoient trompés d’avance [4/357-361].

44. … malgré tous les moyens qu’ils emploient chaque jour, pour exciter eux-mêmes quelque mouvement favorable à leurs vues perfides [4/407-409].

45. J’ai vu l’abbé Mauri et ses pareils, après avoir blasphémé contre le peuple, s’étonner de la sécurité… [4/423-425].

46. Voyez avec quel acharnement ils accusent cette cité du projet insensé de vouloir subjuguer la liberté du peuple français, au moment où elle vient de l’enfanter [4/328-330].

47. Encore s’ils n’étoient que ridicules ! mais quelle profonde perversité ! Quel mépris de la pudeur et des lois les plus saintes ! [4/455-456]

48. Ne les craignons pas […] mais hâtons-nous de les détromper [4/468].

49. À quoi sert en effet l’empire de la justice et de l’égalité ? Il n’est bon que pour le peuple, et quand le peuple est ce qu’il doit être, les ambitieux, les hommes cupides et corrompus ne sont rien [4/503-505].

50. Ils nous accusent de marcher à la dictature, nous, qui n’avons ni armée, ni trésor, ni places, ni parti ; nous, qui sommes intraitables comme la vérité, inflexibles, uniformes, j’ai presque dit insupportables, comme les principes [4/517-520].

51. Malheur aux patriotes sans appui qui oseront encore défendre la liberté ! ils seront écrasés comme de vils insectes. Malheur au peuple, s’il ose montrer quelqu’énergie ou quelque signe d’existence ! Ils savent le diviser pour l’égorger par ses propres mains ; et ils ont soif de son sang ! [4/537-541].

52. Car, ne vous y trompez pas, ce qui semble leur garantir la durée de leur puissance, ce sont les facilités immenses qu’ils se sont ménagées dès long-tems pour propager l’erreur et pour intercepter la vérité. Toutes les trompettes de la renommée, tous les canaux de l’esprit public sont entre leurs mains ; et cette confédération de tant d’écrivains perfides, soutenue par toutes les ressources de la puissance publique, est peut-être plus redoutable à la liberté que toutes les conspirations de la cour [4/559-566].

53. Des armes contre les tyrans, des livres contre les intrigans [4/585].

54. […] si vous ôtiez toute espèce de frein à la licence des conspirateurs qui pourroient inonder la France entière de libelles liberticides [6/17-19].

55. Jusqu’à. ce que cette faction soit écrasée, anéantie, nul homme ne pourra être impunément vertueux. Sortez de la léthargie où vous êtes. Ecrasons tous nos ennemis [7/11-13].

56. […] que le Comité de salut public prenne les mesures les plus sévères pour arrêter ces journalistes infidelles qui sont les plus dangereux ennemis de la liberté [7/17-19]

Notes

1 Encyclopédie, t. XII, p. 145.

2 Cigada (2008), p. 61-64.

3 Cf. Cigada (2008), p. 50-52 ; Plantin (1999) ; Ungerer (1997).

4 Damasio (2001), passim.

5 Rigotti-Rocci (2006), p. 32-35.

6 Les chiffres entre parenthèses font référence aux items du corpus qu’on trouvera en annexe à la fin de ce chapitre.

7 Cf. le corpus Pétain (2002) et le corpus Charbon et Acier (2008) dans Cigada (2008).

8 Encyclopédie, t. XII, p. 142.

9 Voir aussi le débat sur la rhétorique du genre judiciaire dans le même article de l’encyclopédie.

10 Plantin (1999), p. 204-209.

11 Introduction, xi.

Auteur

Université de Milan

© Collège de France, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr