Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préface


Texte intégral

Monsieur le Directeur général de la santé,
Monsieur le Président du Haut Conseil de la santé publique,
Monsieur le Président de l’Inserm, cher Gilles Bloch,
Madame la Directrice de l’Ined,
Monsieur le Président de section au Conseil d’État, président du conseil d’administration de l’Institut Pasteur,
Madame la Directrice générale de Santé publique France, chère Geneviève Chêne,
Madame la Conseillère santé auprès du président de la République,
Chers collègues,
Mesdames, Messieurs,

1Nous nous réjouissons vivement d’accueillir Rémy Slama en qualité de chercheur invité sur la chaire Santé publique du Collège de France. Les enjeux dont traite son enseignement répondent aujourd’hui à de nombreuses préoccupations de nos concitoyens concernant les contaminants environnementaux, préoccupations auxquelles il est important d’apporter des réponses scientifiques précises. Ce domaine en pleine expansion appelle, en effet, à la fois une meilleure information du public dans un souci de prévention et de diminution des risques et le développement de capacités de recherche à la hauteur des enjeux.

2Je suis heureux que cette chaire créée et animée en 2018 en partenariat avec l’agence nationale « Santé publique France » puisse ainsi se pencher sur ces questions et contribuer à mieux faire comprendre à nos auditeurs, mais aussi aux médias et aux décideurs publics, les facteurs propres à ces causes parfois moins évidentes des maladies que sont nos comportements ou notre exposition aux substances chimiques et aux polluants présents dans l’environnement.

3C’est un partenariat qui s’est avéré très fructueux, qui nous a permis d’inviter Arnaud Fontanet puis Didier Fassin, et qui a d’ores et déjà intéressé et fidélisé un public nombreux. Ce partenariat est renouvelé pour une durée de trois ans et je salue l’engagement de la directrice générale Geneviève Chêne en sa faveur.

4La santé est difficile à définir. Selon l’OMS, « La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. La santé est une sensation agréable procurée par la satisfaction de besoins physiques et l’absence de tensions psychologiques ». Cette définition décrit un état idéal auquel chaque humain aspire.

5Et cet état est menacé par divers facteurs. Dans l’Antiquité, il s’agissait d’abord de famines, d’épidémies et de guerres qui menaçaient constamment la santé humaine. Ces menaces n’ont malheureusement pas disparu, comme le montrent les événements sanitaires et politiques récents.

6La question des causes des menaces qui pèsent sur la santé a occupé l’humanité quasiment depuis ses origines. Dans l’Antiquité, les épidémies et maladies furent souvent considérées comme étant l’œuvre de divinités malveillantes ou de divinités qui punissaient via les maladies des hommes n’ayant pas respecté les lois divines.

7Hippocrate est sans doute un des premiers qui, dans son traité De la maladie sacrée, s’oppose à l’explication des maladies par l’intervention des dieux. La maladie est, pour Hippocrate, un processus corporel sous influence combinée de facteurs environnementaux (air, eau, lieux), de l’alimentation et des habitudes de vie. Il s’agit d’une nouvelle vision de l’homme qui n’est plus en relation plus ou moins conflictuelle avec les dieux, mais en rapport avec son environnement.

8L’Anthropocène, que l’on peut faire débuter avec la révolution industrielle à la fin du xviiie siècle en Europe, marque une rupture. Auparavant, la majorité des causes de décès étaient liées aux agents infectieux et aux famines. Dès le xixe siècle, l’espérance de vie a augmenté et la santé a été menacée par des facteurs environnementaux ; l’essor véritable de la toxicologie et de l’épidémiologie, les deux disciplines centrales de la recherche en santé environnementale, a seulement eu lieu dans la seconde moitié du xxe siècle.

9La recherche en santé environnementale, à un certain niveau, peut être vue comme accompagnant les évolutions sociétales et techniques, et peut aider à distinguer, parmi ces évolutions, lesquelles présentent un danger ou une opportunité pour la santé.

10Ce thème d’une importance fondamentale sera abordé par un des meilleurs spécialistes de la question, Rémy Slama.

11Rémy Slama est épidémiologiste environnemental, il est docteur en épidémiologie de l’université Paris-Sud (2002), polytechnicien et ingénieur agronome.

12Il est directeur de recherche à l’Inserm où il pilote l’Institut thématique de santé publique et l’équipe d’épidémiologie environnementale de l’Institut pour l’avancée des biosciences (Inserm, CNRS, université Grenoble-Alpes).

13Ses travaux visent à caractériser l’influence des contaminants environnementaux (comme les polluants atmosphériques ou les perturbateurs endocriniens), en particulier dans le contexte des expositions précoces, sur la santé humaine.

14Il a été expert pour l’ANSES, pour le comité des risques environnementaux de la Commission européenne, et co-auteur d’un rapport pour le Parlement européen sur ces questions. Il est membre du conseil d’administration de Santé publique France. Il a dirigé le conseil scientifique du programme national de recherche sur les perturbateurs endocriniens.

15Il est coauteur d’une centaine de publications scientifiques et du livre Le Mal du dehors. L’influence de l’environnement sur la santé (Quae, 2017). Il a reçu le Tony McMichael Award de l’International Society for Environmental Epidemiology.

16Je suis heureux, cher Rémy Slama, de vous donner la parole pour votre leçon.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.