Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préface


Texte intégral

Monsieur le Député,
Madame la Maire,
Monsieur le Président de l’Académie des sciences,
Mesdames, Messieurs les Académiciens,
Madame la Présidente de l’université Paris-Saclay,
Mesdames, Messieurs les Professeurs, chers collègues,
Mesdames, Messieurs, chers amis,

1Je suis heureux de pouvoir ce soir vous présenter la deuxième titulaire de la chaire Biodiversité et écosystèmes, chaire annuelle créée avec le soutien de la Fondation Jean-François et Marie-Laure de Clermont-Tonnerre. Le but de cette chaire est de contribuer à la progression de la recherche et d’éclairer les débats sur le monde vivant, l’environnement et la biodiversité en invitant au Collège de France des personnalités de premier plan dont les travaux scientifiques ont vocation à être largement diffusés, y compris à destination du grand public.

2La biodiversité est encore présente dans nos préoccupations, dans le cadre du prix du Collège de France lancé à l’intention des jeunes chercheurs et chercheuses, puisque le thème de la première édition sera « biodiversité et évolution ».

3Comme le soulignent beaucoup de mythes, ou encore des philosophes grecs, mais aussi des savants dès le xviiie siècle, l’être humain ne peut vivre sans être en interaction constante avec la nature et les animaux. Cet ensemble est fragile et doit être protégé, voire réorienté constamment. On parle alors de biodiversité pour désigner l’ensemble des êtres vivants et les écosystèmes dans lesquels ils vivent ainsi que les interactions des espèces entre elles et leurs milieux respectifs.

4Bien que la biodiversité soit aussi ancienne que la vie sur Terre, ce concept n’est apparu que dans les années 1980. La Convention sur la diversité biologique signée lors du sommet de la Terre de Rio de Janeiro (1992) reconnaît pour la première fois l’importance de la conservation de la biodiversité pour l’ensemble de l’humanité.

5On peut d’ailleurs lire le premier récit de la création dans le livre de la Genèse comme une réflexion sur la biodiversité : le premier couple humain est placé dans un environnement qui lui permet de vivre grâce à l’air (l’oxygène), l’eau, les plantes et les arbres fruitiers lui servant de nourriture.

6Aujourd’hui cette biodiversité est menacée pour plusieurs raisons.

7La conversion de milieux naturels en milieux artificiels est une cause importante de la destruction et du morcellement des écosystèmes. La destruction massive des habitats naturels, avec l’urbanisation, l’agriculture intensive et la déforestation, tue de nombreuses espèces localement.

8L’introduction volontaire ou involontaire par l’homme d’espèces exotiques envahissantes crée des déséquilibres et impacte tous les milieux et territoires.

9Les pollutions de l’air, du sol, de l’eau mais aussi lumineuse et sonore affectent tous les aspects de l’environnement.

10La surexploitation des ressources compromet gravement le fonctionnement des écosystèmes et leur renouvellement.

11Le changement climatique influe sur les cycles de vie de l’ensemble des êtres vivants. Il impacte également la répartition géographique des espèces et donc la chaîne alimentaire.

12Les menaces actuelles sur la biodiversité sont donc multiples. Pour conserver la biodiversité dont dépend l’existence de tous les êtres vivants sur cette planète, nous devons comprendre comment la biodiversité s’est formée et quels sont les facteurs agissant sur sa dynamique. La théorie de l’évolution par sélection naturelle offre un paradigme pertinent pour comprendre pourquoi le monde vivant est tel qu’il est, pour comprendre comment la biodiversité se forme et quelle est sa dynamique, et pour comprendre comment les populations parviennent à s’adapter ou non à un environnement changeant. Les sciences de l’écologie et de l’évolution sont également essentielles pour se rendre compte de l’ampleur et des conséquences de la crise actuelle de la biodiversité, notamment pour les sociétés humaines.

13Nous sommes très heureux que Tatiana Giraud ait accepté de nous exposer les enjeux actuels et de proposer des pistes pour sauver cette biodiversité. Car, comme elle le dit, « le déclin de la biodiversité aura de graves conséquences sur les sociétés humaines ».

14Tatiana Giraud est directrice de recherche au CNRS, membre de l’Académie des sciences, chargée de cours à l’École polytechnique, adjointe à la direction de l’unité Écologie, systématique et évolution. Elle a reçu la médaille d’argent du CNRS et d’autres distinctions comme le prix Recherche de la Société française d’écologie et d’évolution et le prix de la Fondation Louis D. – Institut de France ; elle est responsable de trois projets ERC et à l’origine de 174 publications dans des journaux scientifiques.

15Tatiana Giraud étudie la diversité des champignons et des plantes ainsi que les mécanismes évolutifs permettant aux organismes d’évoluer, de se diversifier et de s’adapter à leur environnement. Ce sont des questions fondamentales pour comprendre le monde vivant et cette recherche a des applications visant à prévenir les conséquences des changements globaux actuels. Ses travaux ont en particulier permis de mieux comprendre comment émergent de nouvelles maladies des plantes dans les écosystèmes naturels et agricoles et comment évoluent les chromosomes sexuels. Tatiana Giraud utilise différentes espèces de champignons et de plantes domestiquées comme modèles biologiques pour comprendre la réponse des organismes à de fortes pressions de sélection en vue d’une adaptation rapide.

16Dans son cours qu’elle inaugure ce soir, Tatiana Giraud analysera les processus d’adaptation des êtres vivants, la formation des espèces et leur diversité et comment les nouvelles technologies de séquençage de l’information génétique nous ont permis des avancées importantes dans notre compréhension des mécanismes d’adaptation. Elle analysera également les émergences de nouvelles maladies des plantes et de la résistance aux pesticides, les invasions biologiques et d’autres phénomènes menaçant la biodiversité.

17Chère Tatiana Giraud, je suis heureux de vous accueillir et vous cède la parole…

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.