Version classiqueVersion mobile

Cartes et fictions (XVIe-XVIIIe siècle)

 | 
Roger Chartier

En France : querelle de priorité et polémique

Texte intégral

Précieuses, amour et coquetterie

1Dans sa discussion de la querelle de priorité à propos des cartes de la décennie de 1650, finalement décidée en faveur de la Carte de Tendre, Charles Sorel mentionne d’abord la Carte du Royaume des Précieuses :

  • 1 Charles Sorel, La Bibliothèque française [1667], édition critique réalisée par Filippo d’Angelo, Ma (...)

Ne semble-t-il pas que voilà l’invention de la Carte du Royaume des Précieuses, qui à ce que l’on dit fut faite auparavant les autres, comme en se jouant ? Aussi est-elle de petite étendue ; on l’attribue à un Seigneur de la Cour, qui réussissait fort en Vers agréables, et en plusieurs Galanteries d’esprit, qui était M. le Comte de Maulévrier ; on en croira ce que l’on voudra […]1.

  • 2 Charles Sorel, Recueil de pièces en prose, les plus agréables de ce temps. Composées par divers aut (...)

Cette carte au figuré, sans dessin ni gravure, fut publiée en 1658 dans un recueil d’œuvres en prose écrites par Sorel, sauf trois d’entre elles2. Parmi ces exceptions figure justement la « Carte du Royaume des Pretieuses ». Le texte en est bref :

  • 3 « La Carte du Royaume des Pretieuses », in : ibid., p. 322-323.

On s’embarque sur la Rivière de Confidence pour arriver au Port de Chuchoter ; de là, on passe par Adorable, par Divine, & par ma Chère, qui sont trois Villes sur le grand chemin de Façonnerie, qui est la Capitale du Royaume. À une lieue de cette Ville est un Château bien fortifié qu’on appelle Galanterie. Ce Château est très noble, ayant pour dépendances plusieurs Fiefs, comme Feux cachés, Sentiments tendres et passionnés, et Amitiés amoureuses. Il y a auprès deux grandes Plaines de Coquetterie, qui sont toutes couvertes d’un côté par les Montagnes de Minauderie, & de l’autre par celle de Pruderie. Derrière tout cela est le Lac d’Abandon, qui est à l’extrémité du Royaume3.

L’éditeur du recueil commente la brièveté du texte :

  • 4 Ibid., p. 323.

Quelques-uns prétendent que cette Carte doit être plus longue, puisque le sujet le mérite ; mais d’autres tiennent qu’ayant été faite la première de toutes, les choses ne sont pas en même temps inventées et rendues parfaites. Qu’on attribue l’honneur de la primauté à celle qu’on voudra, le mérite de chacune doit être conservé, & celle-ci peut être mise au jour comme curieuse4.

  • 5 Charles Sorel, Description de l’Île de Portraiture et de la Ville des Portraits (1659), édition cri (...)
  • 6 « M. de Sévigné à Madame Royale » [13 avril 1654], in : Correspondance du chevalier de Sévigné et d (...)

2Sans auteur dans le recueil, la carte a été attribuée par Sorel au marquis de Maulévrier, l’un des familiers de la maison Gaston d’Orléans5. Sa publication ne date que de 1658, mais son invention pourrait être plus ancienne, si c’est bien à elle que se réfère Renaud de Sévigné, l’oncle de la marquise, dans une lettre qu’il adresse à la duchesse de Savoie en avril 1654 : « Il y a une nature de filles et de femmes à Paris que l’on nomme “Précieuses”, qui ont un jargon et des mines, avec un démanchement merveilleux : l’on a fait une carte pour naviguer en leur pays6. »

  • 7 Charles Sorel, La Bibliothèque française, op. cit., p. 228-229.
  • 8 « La Carte du Royaume d’Amour. Ou la description succinte de la Contrée qu’il régit, de ses princip (...)
  • 9 Ibid., p. 330.

3Deuxième prétendante pour l’invention de la cartographie allégorique : la Carte du Royaume d’Amour. Sorel propose son attribution (« on assure qu’elle vient de M. Tristan »), indique son lieu de publication (« le premier volume des Pièces en Prose les plus agréables du Temps ») et demeure incertain quant à sa date (« il serait malaisé de savoir en quel temps elle a été faite, si ce n’est au temps que ceci était en vogue7 »). De fait, la carte, elle aussi au figuré, sans gravure, suit celle du royaume des Précieuses parue dans le recueil publié par Charles de Sercy en 1658. Elle est ainsi introduite : « Le Royaume d’Amour est situé fort près de celui des Précieuses, c’est une Contrée fort agréable, & où il y a de la satisfaction de voyager, quand on en sait la Carte en perfection, & qu’on n’est point en hasard de s’y fourvoyer8. » Dans le recueil, la carte qu’il faut savoir est décrite dans le voyage qui conduit d’un lieu à l’autre, depuis la « grande Plaine d’Indifférence », le « Bois de Belle Assemblée » et l’hôtellerie de « Doux Regard » jusqu’à « Jouissance » et « Satiété », tôt suivies par « Faible Amitié » et « Inclination nouvelle », « tellement qu’il semble qu’on n’ait fait qu’un circuit dans toute la Région d’Amour9 ».

  • 10 Boris Donné, « Tristan dans l’espace des topographies morales et galantes : La Carte du Royaume d’A (...)

4La description devient image grâce à une carte gravée par Jean Sadeler (fig. 26). Dans son cartouche, elle indique « Royaume d’Amour en l’Isle de Cythère. Carte descripte par le Sr Tristan L’Hermite 1650 ». Si l’attribution à Tristan L’Hermite est acceptée10, la date de 1650, largement antérieure au Recueil de Sercy et au roman de Scudéry, paraît douteuse. 1659 serait sans doute plus probable. D’une édition ou d’un tirage à l’autre, le coloriage de la carte ainsi que son cadre changent : l’une des versions accompagne l’image sur la gauche avec une « Table » qui, suivant de près le texte de la description, énumère les seize lieux du « circuit » de Cythère qui ramène le pèlerin à son point de départ.

Figure 26. Carte du Royaume d’Amour en l’Isle de Cythère, gravure de Jean Sadeler recolorée par Daniel Derveaux.

Figure 26. Carte du Royaume d’Amour en l’Isle de Cythère, gravure de Jean Sadeler recolorée par Daniel Derveaux.

Daniel Derveaux, Carte du Royaume d’Amour, carte représentant les différentes étapes des sentiments amoureux. Daniel Derveaux a recoloré la carte ancienne du royaume d’Amour de Tristan l’Hermite et Jean Sadeler datant de 1659. Celle-ci a été gravée pour représenter cartographiquement le texte de Tristan L’Hermite publié sans carte en 1658 dans le Recueil de pièces en prose, les plus agréables de ce temps (Paris, Charles de Sercy).

© ADAGP, Paris, 2022.

5Si, comme on peut le penser, la carte décrite par Tristan L’Hermite et gravée par Sadeler est postérieure à celle de Clélie, elle opère un triple déplacement : de la terre ferme à l’île, du monde romain au temps contemporain, de la tendre amitié à l’amour charnel. C’est ce libertinage érotique que donnent à voir les trois Vénus et les sept Amours, ainsi que les convives, musiciens et jeunes femmes plus ou moins dénudés, placés en bas à gauche de la gravure. La fatalité du parcours toujours recommencé semble enseigner une leçon. Seule une décision radicale peut briser l’inexorable répétition. Il faut pour cela abandonner la route du bord des deux mers, la « Mer d’Inclination » et la « Mer des Précieuses », et se rendre au centre de l’île :

  • 11 « La Carte du Royaume d’Amour », in Charles Sorel, Recueil de pièces en prose, les plus agréables d (...)

Il y en a qui disent que dans le Cœur est la Ville capitale, mais qu’il y a bien du chemin à faire pour y arriver, car elle est sur une Montagne dont le sommet s’élève beaucoup au-dessus des nuées ; on ne peut y monter ni en carrosse ni à cheval, non pas même avec des mulets ou autres montures, mais seulement à pied ; encore est-il quelquefois besoin d’ôter ses souliers, quoique le chemin soit fort épineux. Plusieurs graves Auteurs ont écrit les singularités de cette Ville, qu’on appelle Amour Céleste ; les modernes l’ont nommée Sainteté Monastique : il n’y entre point de gens de mauvaise vie […]11.

  • 12 Frank Lestringant, Le Livre des îles. Atlas et récits insulaires de la Genèse à Jules Verne, Genève (...)

L’ironie perce sous la morale12. Selon Sorel, une troisième carte dispute à la Carte de Tendre sa priorité :

  • 13 Charles Sorel, La Bibliothèque française, op. cit., p. 229.

La description du Royaume de la Coquetterie, qui est l’Ouvrage d’un de nos Auteurs illustres, est une peinture agréable de la manière de vivre de plusieurs personnes du Siècle. On prétend encore que ç’a été ici la première de ces sortes de Pièces en notre Langue, mais qu’ayant été gardée par écrit quelques années, les autres ont passé devant13.

  • 14 François Hédelin [abbé d’Aubignac], Histoire du temps, ou Relation du royaume de Coqueterie [Extrai (...)
  • 15 Ibid., fol. ãii recto et verso.
  • 16 Ibid., fol. ãiii recto et verso.

La « Pièce » qu’évoque Sorel est un petit livre publié par Charles de Sercy en 1654, l’année même de la parution de Clélie, intitulé Histoire du temps, ou Relation du royaume de Coqueterie14. Attribuée dans l’adresse du libraire au lecteur à « un des meilleurs Esprits de notre siècle, qu’il ne m’est permis de te nommer », cette utopie allégorique est due à l’abbé d’Aubignac, qui ne tardera pas à en revendiquer hautement la paternité et, ainsi, à détruire l’idée selon laquelle l’invention aurait été inspirée par le roman de Scudéry. Le renversement de l’accusation était déjà présent, sans le nom de D’Aubignac, dans l’édition de 1654 puisque le libraire indiquait que l’ouvrage avait été fait « par divertissement, dans un temps auquel il eut pu le donner au public sans le désavouer [i. e. avant son ordination], & on lui a dérobé15 ». Il n’a donc été connu que « de ceux qui par les droits de l’amitié en ont eu la lecture dans le cabinet16 ».

  • 17 La Lettre d’Ariste à Cléonte, contenant l’Apologie de l’« Histoire du temps » ou la Défense du « Ro (...)
  • 18 Ibid. [1660], p. 6-7.
  • 19 Ibid., p. 84-85.

6L’argumentation se fait plus véhémente et en son nom propre dans la Lettre d’Ariste à Cléonte que l’abbé d’Aubignac publie en 165917. Sa stratégie est double. D’une part, il retourne l’accusation d’imitation ou de larcin en rappelant une conversation qu’il a eue avec Madeleine de Scudéry : « Elle ne saurait avoir perdu le souvenir que dès la première fois qu’elle me montra son pays de Tendre, je lui dis que j’avais dès longtemps fait une description de la vie de ces femmes extravagantes que l’on nomme Coquettes […]18 ». D’autre part, il situe son invention dans une longue histoire de l’allégorie, depuis la Bible jusqu’à ses contemporains. Cette généalogie, qui a inspiré son royaume de Coquetterie (« C’est un reste de plusieurs imaginations qui me sont demeurées de la lecture de différents ouvrages anciens et modernes, et qui de leur mélange ont fait naître ce Royaume inopinément19 »), lui fait rencontrer des pays que nous avons visités, aussi bien l’île d’Utopie de Thomas More que le monde austral du livre de Joseph Hall, ainsi résumé :

  • 20 Ibid., p. 96-97.

Ce n’est pas une description des Indes, ni de quelque terre nouvellement découverte, mais une histoire allégorique de toute la débauche, et où par le récit, et dans une grande Carte géographique remplie de Villes, Bourgs, Mers, Rivières et autres Symboles, on voit les motifs, les progrès et les événements d’une vie abandonnée aux lâches voluptés des sens20.

  • 21 Marie-Christine Pioffet, « Esquisse d’une poétique de l’allégorie à l’âge classique. La glose de l’ (...)

La défense de l’opuscule de 1654 fournit ainsi le prétexte à une histoire et à une poétique de l’allégorie21.

  • 22 François Hédelin [abbé d’Aubignac], Histoire du temps, ou Relation du royaume de Coqueterie, op. ci (...)
  • 23 François Hédelin [abbé d’Aubignac], Histoire du temps, ou la Relation veritable du Royaume de la Co (...)
  • 24 François Hédelin [abbé d’Aubignac], Histoire du temps, ou Relation du royaume de Coqueterie, op. ci (...)
  • 25 François Hédelin [abbé d’Aubignac], Histoire du temps, ou Relation du royaume de Coqueterie. Ensemb (...)

7Le mode allégorique manie la représentation « figurée », mais celle-ci peut mobiliser tout autant les figures du discours que les ressources de l’image. L’édition de 1654 de l’Histoire du temps ne comporte aucune carte. La seule qu’elle mentionne est la « Carte des lieux propres à faire Cadeaux à dix lieues à la ronde », conservée dans l’imaginaire bibliothèque publique du royaume22. Le texte fut réédité en 1655, avec trois autres œuvres de D’Aubignac, toujours sans présence d’une carte23. Toutefois, certains de ses lecteurs ont pu insérer dans leur exemplaire une Carte du Royaume de Coquetterie (fig. 27), qui a donné une traduction visuelle des lieux et des édifices décrits par les marins – le capitaine La Jeunesse ainsi que les soldats Bontemps et Bellehumeur – qui ont débarqué sur cette île « qui n’avait point encore été découverte, & qui n’est point marquée sur les Cartes Marines24 ». Il en va ainsi de la contrefaçon lyonnaise de l’édition de 1655 dont un exemplaire comporte, collée sur une page, une carte dépliante du royaume de Coquetterie25 (qui, d’ailleurs, n’est pas celle déjà mentionnée).

Figure 27. Carte du Royaume de Coquetterie.

Figure 27. Carte du Royaume de Coquetterie.

Gravée pour représenter cartographiquement le texte de l’abbé d’Aubignac, Histoire du temps, ou Relation du royaume de Coqueterie, publié sans carte en 1654 (Paris, Charles de Sercy). La carte a été insérée dans le texte par certains de ses lecteurs.

Bibliothèque nationale de France.

  • 26 François Hédelin [abbé d’Aubignac], Histoire du temps, ou Relation du royaume de Coqueterie, op. ci (...)
  • 27 Ibid., p. 9.
  • 28 Ibid., p. 12.
  • 29 Ibid., p. 54.
  • 30 Ibid., p. 58.
  • 31 Ibid., p. 65-66.
  • 32 Ibid., p. 76-77. Sur le texte de l’abbé d’Aubignac et la Carte du Royaume de Coquetterie : cf. Fran (...)

8Le graveur a suivi fidèlement le texte de D’Aubignac. À l’ouest de l’île sont les deux châteaux, « Oisiveté » et « Libertinage » ; à l’est, les deux maisons de campagne, « Teste folle » et « Courte-monnoye », « où plusieurs des Dames qui suivent l’Amour Coquet vont chercher leur attestation de vie & mœurs26 ». Au sud, à l’entrée de la ville, est située la « Place de la Cajolerie », « rendue spacieuse par la ruine d’un vieux Temple de la Pudeur27 » ; au nord se trouve le « Palais des bonnes Fortunes », maison de campagne du prince du royaume : « Toutes les portes y sont faites de faux plaisirs, & les appartements de honte perdue, & tout ce qui s’y passe de plus secret se peut nommer un mystère scandaleux ; le silence y commande sous l’autorité de l’Amour Coquet […]28 ». Sans reprendre l’ordre de leur énumération, la gravure donne à voir les huit chemins qui mènent au palais. Au centre de l’image se trouve la « Place du Roy », « environnée d’une infinité de réduits où se tiennent les plus notables assemblées de Coqueterie29 ». Sur un grand obélisque de marbre noir sont écrites les lois fondamentales de ce royaume à l’envers où la fidélité est moquée, la modestie un masque, la religion ignorée et où « les femmes jouent à l’homme, & les hommes à la bête30 ». À l’est de l’île, la topographie dit l’inanité d’une telle société : le « Bureau des Récompenses » est, en fait, « un lieu qui semble être maudit du Ciel, où la Nature ne produit rien que de fâcheux & d’insupportable31 » et la « Berne des Coquettes », au bord du « Lac de confusion », est un lieu d’humiliation pour les femmes méprisées après avoir été encensées. Certaines se précipitent dans l’« Abysme du désespoir », mais les plus sages se réfugient dans la « Chapelle de Sainct Retour », qui est située sur la terre ferme. Celles qui sont résolues à quitter à jamais le royaume de Coquetterie y sont conduites par le navire du « Capitaine Repentir » : « Ainsi prenant de meilleurs sentiments & des routes toutes contraires à celles qu’elles avaient suivies, elles jouissent d’un repos, & d’une satisfaction véritable, qu’elles avaient inutilement recherchées dans le séjour des troubles & des infortunes32. »

Le pays de Jansénie

  • 33 Charles Sorel, La Bibliothèque française, op. cit., p. 230.
  • 34 Relation du pays de Jansénie, ou il est traitté des singularitez qui s’y trouvent, des Coutumes, Mœ (...)
  • 35 Ibid., p. 1-2.

9Dans la France de la mi-xviie siècle, les cartes de pays imaginaires n’ont pas été seulement celles des sentiments, des vices ou des ridicules. Sorel indique que l’invention a été également mise au service de la polémique religieuse : « Comme on a été encouragé à ces sortes d’Ouvrages, on en a composé plusieurs par émulation : on a fait la Carte du Jansénisme pour se railler de ceux qui suivent les opinions de Jansénius ; on tient qu’elle vient du Père Zacharie de Lisieux Capucin […]33 ». Sorel fait ici référence à un bref ouvrage publié à Paris en 1660 par Zacharie de Lisieux sous l’un de ses pseudonymes, celui de Louys Fontaines Sieur de Saint Marcel34. L’ouvrage se présente comme une relation de voyage : « Je veux décrire un pays dont les Géographes n’ont point parlé jusqu’ici, & l’on doit croire ce que j’en dirai, parce que j’en ai fait le voyage, j’y ai demeuré près de cinq ans, & je n’avancerai rien que sur foi de mes propres yeux35. » Ce pays est celui de Jansénie :

  • 36 Ibid., p. 2-3.

La Jansénie est une Province fort agréable & fertile, située entre la Libertinie qui la borne à l’Orient par ses vastes & grasses campagnes ; la Désesperie (quasi toute en sables & en rochers) qui ferme sa partie Occidentale, & la Calvinie qui la touche au Septentrion. Au Midi elle a cette mer orageuse dont l’on n’a pu encore trouver le fond, & qui n’est pas moins renommée par les monstres qu’elle porte, que par les vaisseaux qui s’y perdent36.

  • 37 Ibid., p. 3-4.

La principale ville de la Jansénie, qui a Université et Parlement, est située à égale et courte distance des trois provinces voisines. Il est donc aisé de se rendre de l’une à l’autre : « […] un Jansénien bon homme de pied, pourvu qu’il parte du matin, y peut aller en moins de quatre journées. Il y a même des postes établis pour les plus hâtés, & des coches qui ne manquent jamais à leur jour37 ». Il n’est donc pas surprenant que toutes les armes des Janséniens leur viennent de la Calvinie et qu’ils aient commerce avec leurs voisins de Libertinie et de Désesperie.

  • 38 Ibid., p. 37.
  • 39 Ibid., p. 45.
  • 40 Ibid., p. 58 et p. 62.
  • 41 Albert Flamen, Le Jansénisme foudroyé, 1653, eau-forte, 42 × 54 cm. Voir https://www.rijksmuseum.nl (...)

10La relation continue comme une description des coutumes et des mœurs des Janséniens. Elle s’attache en particulier à leurs « opinions si méchantes & si abominables qu’on ne les peut lire ni entendre sans horreur38 ». Ainsi, la certitude que la grâce divine n’est accordée qu’à quelques-uns, l’abstinence de l’Eucharistie, désignée comme « suspension d’Hostie39 », ou le refus de l’absolution par les confesseurs. Les femmes de la Jansénie sont une cible privilégiée du voyageur, aussi bien les « moinesses » ou « recluses » soumises à la tyrannie de leurs directeurs que les « missionnaires femelles qui expliquent bravement leur Théologie40 ». Zacharie de Lisieux récapitule ainsi les thèmes majeurs de la polémique antijanséniste, dont il mentionne dans l’épître dédicatoire du livre deux écrits récents : la « déclaration du Pape Innocent », c’est-à-dire la bulle Cum occasione de 1653, qui condamne cinq propositions que les adversaires de Jansénius disent être présentes dans son Augustinus paru en 1638, et Le Jansénisme foudroyé, qui est une estampe d’Albert Flamen de cette même année 1653. Le jansénisme, représenté comme une hydre à sept têtes, y est foudroyé par le pape, accompagné par « La Puissance de l’Église » et « La Vérité », et par le roi de France, inspiré par l’ange du « zèle de la gloire de Dieu ». Les livres des faux prophètes sont brûlés (ainsi l’Augustinus, les Lettres du Provincial, les Lettres d’Arnaud) et leurs fidèles, avec au premier rang les femmes, ne peuvent que chercher refuge auprès de Calvin, qui les accueille en compagnie d’un « Ministre de Groningue » et d’un « Ministre de Zurich41 ». Dans la gravure de Flamen, Jansénie et Calvinie sont déjà fort proches.

11Dans l’épître dédicatoire adressée à Monsieur de *******, l’auteur explique l’originalité de sa relation, à savoir la présence d’une carte dépliante insérée dans le livre :

  • 42 Relation du pays de Jansénie, op. cit., fol. ãiii verso.

J’avais cru que le discours que je vous adresse suffirait pour satisfaire votre curiosité & même celle du public, mais quelqu’un m’a donné avis d’y joindre la Carte que vous voyez, où l’on découvre en un instant l’assiette du pays ; les rivières qui l’arrosent & qui le lient avec les États voisins ; les diverses choses qu’il produit, & la mer où se rendent toutes les eaux d’une si célèbre contrée42.

La carte est insérée à la page 104, mais elle a souvent été retirée des exemplaires conservés (fig. 28). Comme celle de la Montée du mont Carmel en 1641 ou comme celle de Clélie en 1654, elle fait l’objet d’un commentaire qui guide le regard du lecteur.

Figure 28. Carte du pays de Jansénie.

Figure 28. Carte du pays de Jansénie.

Extraite de Louys Fontaines Sieur de Saint Marcel [Zacharie de Lisieux], Relation du pays de Jansénie, ou il est traitté des singularitez qui s’y trouvent, des Coutumes, Moeurs & Religion de ses Habitans, Paris, Veuve & Denis Thierry et Claude Barbin, 1660, p. 104.

Bibliothèque nationale de France.

12L’« Explication de la Carte » indique d’emblée la signification théologique des voisinages topographiques :

  • 43 Ibid., p. 104-105.

Le Jansénisme est une égale disposition au Libertinage, au Désespoir, & au Calvinisme. L’opinion que la Grâce nécessite la volonté au bien, quand elle nous est donnée, quoi qui arrive et quoi qu’on fasse, fait le Libertin. La doctrine qui enseigne que Jésus-Christ n’est point mort pour tous, & qu’il veut dénier sa Grâce à plusieurs qui ne peuvent être sauvés que par elle, fait le Désespéré. La secte qui retranche à la liberté de l’homme ce qui la constitue, qui soutient que les Commandements de Dieu sont impossibles, qui porte mépris du Souverain Pontife, de ses Décrets, de ses Censures, fait le Calviniste43.

  • 44 Ibid., p. 106-107.
  • 45 Ibid., p. 108-109.

Fidèle au paradigme de l’équivalence, le commentaire traduit en mots les représentations figurées. Les « arbres funestes où vous voyez des hommes pendus » signifient le pays du désespoir ; les statues de Bacchus et de Vénus, la terre de volupté du libertinage44. Au centre de la gravure, le « tombeau frappé de la foudre est celui du Professeur Flamand », condamné par le pape (c’est-à-dire Jansénius) et la « forêt où se voit une habitation, est la retraite des demi-moines, qui sont ce qu’ils ne sont pas, & qui ne sont pas ce qu’ils sont45 ». Sur la gravure, le lieu est indiqué comme la « Forest des demi-Anacorettes ».

13Toutefois, l’explication de l’image n’entend pas en épuiser toutes les significations. La gravure est peuplée d’animaux. Au lecteur de trouver leur sens allégorique :

  • 46 Ibid., p. 109-110.

L’on vous laisse à deviner les animaux pour votre exercice : ces ânes à demi embéguinés ; ces oisons par troupes, ces grands veaux qu’on pourrait prendre pour des bœufs, ces loups-brebis, ces agréables hiboux, ces cerfs à haut ramage, ces renards amis des poules, car tout cela mérite bien que vous preniez la peine d’en chercher l’explication46.

Transportée dans le domaine de la controverse religieuse, la carte allégorique n’a pas perdu son caractère ludique. Au lecteur de déchiffrer ce qui ne lui est pas expliqué.

  • 47 Description du pays de Jansénie, où il est traitté Des singularitez qui s’y trouvent, des Coutumes, (...)
  • 48 L’Anti-Phantome du jansénisme ou la Nouvelle Description du Païs de Jansénie avec ses confins [La C (...)
  • 49 Antoine Arnauld, Phantosme du jansénisme ou Justification des Prétendus Jansénistes par le livre mê (...)
  • 50 Sur la page de titre d’un exemplaire de l’édition de 1665 du livre de Zacharie de Lisieux, un lecte (...)
  • 51 Jean-Louis Quantin, « Ces autres qui nous font ce que nous sommes : les jansénistes face à leurs ad (...)

14Le livre de Zacharie de Lisieux fut souvent réédité, sans doute parce que la présence de la carte le rendait original dans le flot des publications polémiques hostiles aux jansénistes. Denis Thierry et Claude Barbin l’éditèrent à Paris en 1664 et en 1665. R. Malassis le réédita à Rouen en 1674, mais, cette fois-ci, sans la carte ni l’explication. La carte réapparut dans une édition de 1688, publiée sous une fausse adresse ironique et polémique : « À Bourg Fontaine ; Chez Antoine Arnauld, à l’Enseigne de l’Abbé S. Cyran. Avec Approbation47. » Une autre fausse adresse, qui moque Jansénius, « À Ipres Chez Antoine Novateur », apparaît sur une réédition imprimée sans date mais publiée, sans doute, au début du xviiie siècle48. Intitulé L’Anti-Phantome du jansénisme, l’ouvrage répond à celui d’Antoine Arnauld paru en 1686, le Phantosme du jansénisme49. Arnauld y soutenait que le jansénisme n’existait pas. Il était un « fantôme », une « chimère50 », inventée par les ennemis des vrais serviteurs de Jésus-Christ, qui étaient calomniés par les autorités ecclésiastiques comme l’avaient été certains des premiers chrétiens51.

  • 52 L’Anti-Phantome du jansénisme ou la Nouvelle Description du Païs de Jansénie, op. cit., p. 129-130.

15La réédition de l’opuscule de Zacharie de Lisieux, doté d’un nouveau titre, devait prouver que le pays de Jansénie était bien une réalité. La carte et son explication ouvraient le livre et précédaient une nouvelle version de la relation devenue, comme dans le nouveau titre, une « Nouvelle Description ». Le texte avait été grandement augmenté par les jésuites, rendus présents dans le texte grâce à la sage figure du commandant du mont Ignatien. Étaient ajoutés à la fin de l’ouvrage deux formulaires de contrition : « Le premier est selon la doctrine de Luther, de Calvin, & de Jansénius. Le second est selon la Doctrine de l’Église, Catholique Apostolique & Romaine. » Le voyageur, après avoir découvert le pays de Désesperie, où l’on voit « un grand nombre de mélancoliques que le désespoir a porté à s’y pendre après avoir témérairement médité sur le mystère impénétrable de la prédestination », prend le chemin du retour à Lutécie, indigné « contre la pernicieuse Doctrine qui produit de si funestes effets » et confiant dans la « protection du plus Religieux Prince de l’univers52 ». La carte du pays de Jansénie est ainsi chargée de produire un paradoxal effet de réel. Sa réalité n’est pas celle qu’elle représente littéralement, mais celle d’une « secte » puissante et dangereuse, qui n’est pas une chimère et qui conduit les chrétiens à l’hérésie ou à l’athéisme, les privant du salut éternel.

Notes

1 Charles Sorel, La Bibliothèque française [1667], édition critique réalisée par Filippo d’Angelo, Mathilde Bombart, Laurence Giavarini, Claudine Nédelec, Dinah Ribard, Michèle Rosellini et Alain Viala, Paris, Honoré Champion, 2015, p. 228.

2 Charles Sorel, Recueil de pièces en prose, les plus agréables de ce temps. Composées par divers autheurs [Première partie], Paris, Charles de Sercy, 1658.

3 « La Carte du Royaume des Pretieuses », in : ibid., p. 322-323.

4 Ibid., p. 323.

5 Charles Sorel, Description de l’Île de Portraiture et de la Ville des Portraits (1659), édition critique de Martine Debaisieux, préface de Michel Jeanneret, Genève, Droz, 2006, p. 36-37.

6 « M. de Sévigné à Madame Royale » [13 avril 1654], in : Correspondance du chevalier de Sévigné et de Christine de France, duchesse de Savoie, publiée pour la Société de l’histoire de France par Jean Lemoine et Frédéric Saulnier, Paris, Librairie Renouard, 1911, p. 246. Cf. aussi « Précieuses : la Carte du Royaume des Précieuses », Web 17. Le xviie siècle de Roger Duchêne, http://web17.free.fr/D007/200/2300.htm (consulté le 30/11/2021).

7 Charles Sorel, La Bibliothèque française, op. cit., p. 228-229.

8 « La Carte du Royaume d’Amour. Ou la description succinte de la Contrée qu’il régit, de ses principales Villes, Bourgades, & autres lieux. Et le chemin qu’il faut tenir pour y faire voyage », in Charles Sorel, Recueil de pièces en prose, les plus agréables de ce temps, op. cit., p. 324-331, ici p. 324.

9 Ibid., p. 330.

10 Boris Donné, « Tristan dans l’espace des topographies morales et galantes : La Carte du Royaume d’Amour », in Jacques Prévot (dir.), Actualités de Tristan, actes du colloque international de l’université Paris X-Nanterre et de l’École normale supérieure (22-24 novembre 2001), Littérales, no 3, 2003, p. 211-228.

11 « La Carte du Royaume d’Amour », in Charles Sorel, Recueil de pièces en prose, les plus agréables de ce temps, op. cit., p. 330-331.

12 Frank Lestringant, Le Livre des îles. Atlas et récits insulaires de la Genèse à Jules Verne, Genève, Droz, 2002, p. 314-316.

13 Charles Sorel, La Bibliothèque française, op. cit., p. 229.

14 François Hédelin [abbé d’Aubignac], Histoire du temps, ou Relation du royaume de Coqueterie [Extraite du dernier voyage des Holandois aux Indes du Levant], Paris, Charles de Sercy, 1654.

15 Ibid., fol. ãii recto et verso.

16 Ibid., fol. ãiii recto et verso.

17 La Lettre d’Ariste à Cléonte, contenant l’Apologie de l’« Histoire du temps » ou la Défense du « Royaume de Coqueterie » fut d’abord publiée dans une réédition de l’Histoire du temps (Paris, D. Langlois, 1659), puis séparément par Pierre Bienfait à Paris en 1660.

18 Ibid. [1660], p. 6-7.

19 Ibid., p. 84-85.

20 Ibid., p. 96-97.

21 Marie-Christine Pioffet, « Esquisse d’une poétique de l’allégorie à l’âge classique. La glose de l’abbé d’Aubignac », Études littéraires, vol. 43, no 2, 2012, p. 109-128.

22 François Hédelin [abbé d’Aubignac], Histoire du temps, ou Relation du royaume de Coqueterie, op. cit., 1654, p. 53.

23 François Hédelin [abbé d’Aubignac], Histoire du temps, ou la Relation veritable du Royaume de la Coqueterie. La Blanque des Illustres Filoux du mesme Royaume de Coqueterie. Et les Mariages bien assortis [Revu, corrigé & augmenté de nouveau], Paris, Marin Le Che, 1655.

24 François Hédelin [abbé d’Aubignac], Histoire du temps, ou Relation du royaume de Coqueterie, op. cit., 1654, p. 2.

25 François Hédelin [abbé d’Aubignac], Histoire du temps, ou Relation du royaume de Coqueterie. Ensemble le Siege de la Bauté & la Blancque des Illustres Filous [jouxte la copie imprimée à Paris], Lyon, Michel Duhan, 1655. L’exemplaire est celui du catalogue de la vente Pierre Bergé & associés, Bibliothèque d’un amateur, 16 décembre 2016, Livres et manuscrits du xve au xviiie siècle, lot no 3 : « L’exemplaire est bien complet de la rare planche gravée dépliante figurant la Carte du Royaume de coquetterie (26 × 32 cm). »

26 François Hédelin [abbé d’Aubignac], Histoire du temps, ou Relation du royaume de Coqueterie, op. cit., 1654, p. 7.

27 Ibid., p. 9.

28 Ibid., p. 12.

29 Ibid., p. 54.

30 Ibid., p. 58.

31 Ibid., p. 65-66.

32 Ibid., p. 76-77. Sur le texte de l’abbé d’Aubignac et la Carte du Royaume de Coquetterie : cf. Franck Lestringant, Le Livre des îles, op. cit., p. 307-314 ; et Jeffrey N. Peters, Mapping Discord. Allegorical Cartography in Early Modern French Writing, Newark, University of Delaware Press, 2004, p. 126-140.

33 Charles Sorel, La Bibliothèque française, op. cit., p. 230.

34 Relation du pays de Jansénie, ou il est traitté des singularitez qui s’y trouvent, des Coutumes, Mœurs & Religion de ses Habitans [Par Louys Fontaines Sieur de Saint Marcel], Paris, Veuve & Denis Thierry et Claude Barbin, 1660.

35 Ibid., p. 1-2.

36 Ibid., p. 2-3.

37 Ibid., p. 3-4.

38 Ibid., p. 37.

39 Ibid., p. 45.

40 Ibid., p. 58 et p. 62.

41 Albert Flamen, Le Jansénisme foudroyé, 1653, eau-forte, 42 × 54 cm. Voir https://www.rijksmuseum.nl/en/collection/RP-P-1907-2644 (consulté le 30/11/2021).

42 Relation du pays de Jansénie, op. cit., fol. ãiii verso.

43 Ibid., p. 104-105.

44 Ibid., p. 106-107.

45 Ibid., p. 108-109.

46 Ibid., p. 109-110.

47 Description du pays de Jansénie, où il est traitté Des singularitez qui s’y trouvent, des Coutumes, Mœurs & Religion de ses Habitans [Par Louys Fontaines, Sieur de Saint Marcel], Bourg Fontaine, Antoine Arnauld, 1688. La carte est insérée à la page 86.

48 L’Anti-Phantome du jansénisme ou la Nouvelle Description du Païs de Jansénie avec ses confins [La Calvinie, la Libertinie, la Désesperie & la mer Prolyse, ou Mer de Présomption, le tout représenté dans une Carte générale de ces quatre Provinces avec son explication. Où il est traitté des singularitez qui s’y trouvent, des coutumes, mœurs & de la Religion des habitans], Ipres, Antoine Novateur, s. d.

49 Antoine Arnauld, Phantosme du jansénisme ou Justification des Prétendus Jansénistes par le livre même d’un Savoyard Docteur de Sorbonne leur nouvel Accusateur, Cologne, Nicolas Schouten, 1686. Le « Savoyard Docteur de Sorbonne » était François de La Ville, auteur du livre Préjugés légitimes contre le jansénisme, Cologne, Abraham Du Bois, 1686.

50 Sur la page de titre d’un exemplaire de l’édition de 1665 du livre de Zacharie de Lisieux, un lecteur pro-janséniste de la Relation du pays de Jansénie a écrit : « Comme le païs de Jansénie est chimérique la religion, et mœurs des habitans sont chimériques. »

51 Jean-Louis Quantin, « Ces autres qui nous font ce que nous sommes : les jansénistes face à leurs adversaires », Revue de l’histoire des religions, t. 212, no 4, 1995, p. 397-417.

52 L’Anti-Phantome du jansénisme ou la Nouvelle Description du Païs de Jansénie, op. cit., p. 129-130.

Table des illustrations

Titre Figure 26. Carte du Royaume d’Amour en l’Isle de Cythère, gravure de Jean Sadeler recolorée par Daniel Derveaux.
Légende Daniel Derveaux, Carte du Royaume d’Amour, carte représentant les différentes étapes des sentiments amoureux. Daniel Derveaux a recoloré la carte ancienne du royaume d’Amour de Tristan l’Hermite et Jean Sadeler datant de 1659. Celle-ci a été gravée pour représenter cartographiquement le texte de Tristan L’Hermite publié sans carte en 1658 dans le Recueil de pièces en prose, les plus agréables de ce temps (Paris, Charles de Sercy).
Crédits © ADAGP, Paris, 2022.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/14204/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 27. Carte du Royaume de Coquetterie.
Légende Gravée pour représenter cartographiquement le texte de l’abbé d’Aubignac, Histoire du temps, ou Relation du royaume de Coqueterie, publié sans carte en 1654 (Paris, Charles de Sercy). La carte a été insérée dans le texte par certains de ses lecteurs.
Crédits Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/14204/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 28. Carte du pays de Jansénie.
Légende Extraite de Louys Fontaines Sieur de Saint Marcel [Zacharie de Lisieux], Relation du pays de Jansénie, ou il est traitté des singularitez qui s’y trouvent, des Coutumes, Moeurs & Religion de ses Habitans, Paris, Veuve & Denis Thierry et Claude Barbin, 1660, p. 104.
Crédits Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/14204/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search