Version classiqueVersion mobile

Cartes et fictions (XVIe-XVIIIe siècle)

 | 
Roger Chartier

La carte de nulle part : L’Utopie, 1516

Texte intégral

  • 1 Brian Vickers, « The satiric structure of Gulliver’s Travels and More’s Utopia », in Brian Vickers (...)
  • 2 Libellus vere aureus nec minus salutaris quam festivus de optimo reip. statu, deque nova Insula Uto (...)

1Les terres australes de Joseph Hall ont donc pu inspirer les îles imaginaires de Jonathan Swift tout comme un autre livre qu’il possédait et qu’il nous faut placer à l’origine des cartes dans la fiction : L’Utopie de Thomas More1. Dès la première édition du livre, publiée en 1516 à Louvain, une carte de l’île d’Utopie est imprimée au verso de la page de titre et fait face à l’alphabet utopien quand l’ouvrage est ouvert2 (fig. 19). Son titre, Utopiae Insulae Figura, annonce une représentation de l’île visitée par Raphaël Hythlodée, un Portugais qui a accompagné Amerigo Vespucci dans ses quatre navigations et qui a découvert cette nouvelle île. Utilisant les conventions des cartographes du temps, la carte est l’un des dispositifs grâce auxquels le lecteur est invité à croire en l’existence du pays des Utopiens. Elle doit garantir la véracité du récit tout comme le font les autres pièces préliminaires : la lettre adressée par Pierre Gilles, qui était secrétaire de la ville d’Anvers et qui fut l’éditeur du livre, à Jérôme Busleyden, membre du Grand Conseil de Malines, la lettre de Busleyden à More, ou encore celle de More à Gilles. Toutes doivent attester la réalité des conversations que More et Gilles ont eues avec Hythlodée, ainsi que l’authenticité de son voyage.

Figure 19. Carte de l’île d’Utopie (Utopiae Insulae Figura) dans l’édition de Louvain de 1516, probablement dessinée par Gerhard Geldenhauer.

Figure 19. Carte de l’île d’Utopie (Utopiae Insulae Figura) dans l’édition de Louvain de 1516, probablement dessinée par Gerhard Geldenhauer.

Extraite de Thomas More, Libellus vere aureus nec minus salutaris quam festivus de optimo reip. statu, deque nova Insula Utopia, Louvain, Thierry Martens, 1516, verso de la page de titre.

Bibliothèque nationale de France.

2La carte semble être fidèle à la description qui ouvre le livre II de l’œuvre, celui où Hythlodée décrit l’île d’Utopie :

  • 3 Thomas More, L’Utopie, traduit du latin par Jean Le Blond [1550], traduction revue par Barthélémy A (...)

L’île des Utopiens, par le milieu, où elle est la plus large, a deux cents milles d’étendue, et n’est guère plus étroite partout, sinon que vers les deux bouts, tant d’un côté que de l’autre, petit à petit, elle s’étrécit. Entre ces deux bouts, qui délimitent les extrémités d’une sorte d’arc de cercle de cinq cents milles de circonférence, l’île tout entière apparaît sous la forme d’un croissant de lune3.

Le dessinateur de la carte (peut-être Gerhard Geldenhauer) a représenté les autres indications topographiques de la description : le rocher à l’entrée du détroit où est dressée une tour de garde, la centralité de la ville capitale, désignée sur la carte comme « Civitas Amaurotum », la ville-mirage, ceinte de murailles, avec tours et bastions, ou encore le fleuve Anydre (« sans-eau »), qui traverse la ville entre sa source (« Fons Anhydri ») et son embouchure dans l’océan (« Ostium Anhydri »).

  • 4 Carlo Ginzburg, Nulle île n’est une île. Quatre regards sur la littérature anglaise [2002], traduit (...)

3Ces effets de réel sont autant de jeux avec la fiction, impliqués par le genre même du texte tel que l’indique son titre : « un petit ouvrage non moins salutaire qu’agréable » (nec minus salutaris quam festivus). Le terme festivus, comme le souligne Carlo Ginzburg4, doit être entendu dans le sens littéral des fêtes qui mettent le monde à l’envers et comme une référence à Lucien de Samosate, dont More et Érasme avaient traduit et publié en 1506 une série d’« opuscules très plaisants » (opuscula longe festivissima). L’ironie, qui établit la connivence entre auteurs et lecteurs, tous lettrés, est un constant démenti de la véracité affirmée de la narration. Il s’agit donc, comme le fit Lucien, d’associer divertissement et gravité, jeux érudits et propos sérieux sous le couvert d’une fiction qui présente les preuves de son authenticité.

  • 5 Louis Marin, Utopiques : jeux d’espaces, Paris, Éditions de Minuit, 1973, chap. iv (« Des noms prop (...)
  • 6 Ibid., p. 115-116 ; et Carlo Ginzburg, Nulle île n’est une île, op. cit., p. 22-23.
  • 7 « Lettre-préface de Thomas More à Pierre Gilles (envoyée à Érasme le 3 septembre 1516) », in Thomas (...)
  • 8 « Lettre de Pierre Gilles à Jérôme Busleyden, prévôt d’Aire, et conseiller du roi catholique Charle (...)
  • 9 Louis Marin, « Frontières, limites, limes : les récits de voyage dans L’Utopie de Thomas More », in(...)

4À suivre Louis Marin, la carte de l’île n’échappe pas à cette tension5. Par sa présence même, elle paraît prouver que le discours utopique pourrait être inscrit spatialement, devenir figure, être représenté comme une réalité rendue visible par l’image. Pourtant, cette carte est celle d’une ou-topia, d’un « non-lieu » qui, par définition, ne peut avoir aucune inscription géographique. La carte imprimée sur le papier n’est qu’un leurre. Le pays d’Utopie est sans lieu comme est sans eau son fleuve (Anydre), et il est invisible comme l’est sa capitale (Amaurote). Dans un texte cité par Marin et par Ginzburg6, qui constitue l’une des pièces préliminaires du livre, More indique l’impossibilité de représenter ce qui est nulle part. Dans la lettre qu’il adresse à Pierre Gilles en date du 3 septembre 1516, More lui demande d’interroger Hythlodée sur le lieu où se trouve l’île qu’il a découverte : « Car il ne nous dit point, et nous faillîmes aussi à lui demander, en quelle partie du Nouveau Monde est située l’Utopie, de quoi je ne voudrais pas pour beaucoup avoir oublié de m’enquérir, étant une honte d’ignorer dans quelle mer se trouve une île dont je raconte tant de choses », d’autant, ajoute-t-il ironiquement, qu’un homme d’Église (et de bien) est déjà candidat à l’épiscopat d’Utopie7. En fait, d’après Gilles, Hythlodée aurait bien dit quelle était la situation de l’île, mais l’indication fut perdue dans le moment même de son énoncé : « […] malheureusement, quelqu’un de la compagnie, qui, à ce que je crois s’était enrhumé sur l’eau, toussa d’une si grande force, que cela me fit perdre quelques-unes des précieuses paroles d’Hythlodée8 ». Le « non-lieu » ne peut que demeurer sans localisation et, selon la formule de Marin, l’utopie est « une carte qui n’est pas sur les cartes9 ».

  • 10 Brian R. Goodey, « Mapping “Utopia”: A comment on the geography of Sir Thomas More », Geographical (...)

5De plus, le texte de L’Utopie contient une impossibilité : une circonférence de « cinq cents milles » ne peut pas avoir un diamètre de « deux cent milles d’étendue », qui correspond à la plus grande largeur de l’île telle qu’elle est indiquée par Hythlodée (et qui est, également, celle de l’Angleterre elle-même, désignée implicitement comme envers de l’utopie10). Telle qu’elle est décrite, l’île d’Utopie est irreprésentable. Cette première contradiction est redoublée par l’impossibilité de cartographier les distances entre les villes du territoire :

  • 11 Thomas More, L’Utopie, op. cit., p. 107.

Cette île contient cinquante-quatre villes, toutes grandes et bien bâties, d’une même langue, de semblables mœurs, statuts et ordonnances, toutes d’une même situation, et partout, autant que le lieu s’y prête, d’une même semblance. Celles qui sont les plus proches ne sont point distantes l’une de l’autre de plus de vingt-quatre milles. De plus il n’y en a point de si lointaine, qu’on ne puisse aller à pied en un jour de l’une à l’autre11.

  • 12 Brian R. Goodey (« Mapping “Utopia” », art. cit.) déclare une même impuissance à la page 22 : « Aft (...)

La représentation d’une telle topographie est impossible et le graveur de 1516 ne s’y est pas risqué12.

  • 13 Ad lectorem. Habes candide lector opusculum illud vere aureum Thomæ Mori non minus utile quam elega (...)
  • 14 « Lettre de Guillaume Budé à Thomas Lupset, Anglais », in Thomas More, L’Utopie, op. cit., p. 254-2 (...)

6La carte disparut dans la deuxième édition du texte, publiée par Gilles de Gourmont à Paris en 151713. Dans une lettre annoncée au titre, Guillaume Budé revient sur la situation de l’île d’Utopie et la détache de toute assignation géographique : « Je trouve, en y prenant garde de près, qu’Utopie est située hors des bornes du monde connu, et qu’elle est certes une île fortunée, proche par aventure des Champs Élysées – car Hythlodée, comme témoigne Morus, n’a point encore donné la situation certaine de cette île14. » Les îles Fortunées ou îles des Bienheureux, où reposaient les âmes vertueuses, avaient souvent été identifiées avec les Champs Élysées par les auteurs grecs et elles le furent à l’époque médiévale avec le Paradis. Une autre indication de Budé renforce la déréalisation de l’île d’Utopie : il signale qu’elle est aussi appelée « Udépotie », ou île « de jamais ».

  • 15 De Optimo Reip. Statu deque nova insula Utopia, libellus vere aureus, nec minus salutaris quam fest (...)

7Lorsqu’il publie à Bâle l’œuvre de More en deux éditions, successivement en mars et en novembre 1518, Johann Froben réintroduit la carte de l’île, comme si sa présence était nécessaire au jeu entre indices de réalité et enchantements de la fable (fig. 20). Un nouveau titre est donné à l’œuvre, qui indique l’addition d’épigrammes composés par More et par Érasme15. Dans les deux éditions, la carte est la même (au titre près : Utopiae Insulae Tabula, présent en mars et effacé en novembre). Gravée par Ambrosius Holbein, cette seconde carte de l’île présente pourtant des différences significatives par rapport à celle de l’édition princeps de 1516. Au bas de la tabula, au premier plan, apparaissent trois personnages : Hythlodaeus, nommément désigné dans un cartouche, un interlocuteur auquel il indique sans doute la terre d’Utopie, mais sans pointer son doigt en direction de l’île, et, dans le coin à droite, un soldat portant épée, prêt à s’embarquer pour l’aventure coloniale sur la caravelle qui quitte l’île. L’interlocuteur d’Hythlodée pourrait être Pierre Gilles ou le Thomas More de la conversation du premier livre, ou encore le lecteur lui-même, projeté dans le texte qui donne existence à l’île d’Utopie.

Figure 20. Carte de l’île d’Utopie (Utopiae Insulae Tabula) dans l’édition de Bâle de 1518, gravure d’Ambrosius Holbein.

Figure 20. Carte de l’île d’Utopie (Utopiae Insulae Tabula) dans l’édition de Bâle de 1518, gravure d’Ambrosius Holbein.

Extraite de Thomas More, De Optimo Reip. Statu deque nova insula Utopia, libellus vere aureus, nec minus salutaris quam festivus ; clarissimi disertissimique viri Thomæ Mori inclytæ civitatis Londinensis civis & Vicecomitis, Bâle, Johann Froben, 1518, p. 12.

Universitätsbibliothek Basel, Rb 80, p. 12 (VD16 M 6299) ; https://doi.org/​10.3931/​e-rara-30626.

  • 16 Louis Marin, « Frontières, limites, limes », art. cit., p. 129.

8Une autre différence est le fait que les trois toponymes (« Amaurotum urbs », « Fons Anydri », « Ostium anydri ») ne sont pas imprimés directement sur la carte, comme dans les cartes des atlas ou des récits de voyage, mais apparaissent dans des cartouches suspendus à des guirlandes accrochées au cadre même de l’image. Un écart est ainsi introduit entre la représentation, rappelée comme telle, et la réalité qu’elle est supposée représenter16. Le jeu, omniprésent, tant dans l’œuvre elle-même que dans les lettres des préliminaires, entre dispositifs d’accréditation et démentis de leur véracité, est ainsi introduit dans la carte elle-même. Elle n’est plus, ou plus seulement, au service d’un effet de réel ; tout à l’inverse, elle expose la réalité de l’illusion iconique.

9Une dernière différence retient l’attention : dans l’île de 1518, les clochers et les pinacles des bâtiments sont surmontés de croix. L’innovation fait référence au credo récité par les prêtres et le peuple utopiens lors des cérémonies des premiers et derniers jours de chaque mois :

  • 17 Thomas More, L’Utopie, op. cit., p. 210.

En ces oraisons-là, chacun reconnaît Dieu comme auteur de la création et du gouvernement du monde, et conséquemment de tous les autres biens ; il lui rend aussi grâces de tant de bienfaits reçus, et spécialement de ce que, par la faveur de ce créateur, il s’est trouvé en une République si heureuse et fortunée, et pareillement qu’il est parvenu en une religion qu’il espère être très véritable. En quoi s’il fait erreur, et s’il y en a quelques autres meilleures, et que Dieu approuve plus, il prie que sa bonté fasse qu’il en ait la connaissance, car il est prêt à suivre de quelque côté que ce soit le chemin où il lui plaira de le conduire et diriger17.

La parole évangélique semble avoir été entendue par les Utopiens.

  • 18 Thomas More’s Utopia in Early Modern Europe. Paratexts and Contexts, dirigé par Terence Cave pour l (...)
  • 19 Trond Kruke Salberg, « The German translations: Humanist politics and literary journalism », in Ter (...)
  • 20 Cf. Kristin Gjerpe, « The Italian Utopia of Lando, Doni and Sansovino: Paradox and politics » ; Kir (...)

10À l’exception de ceux de l’édition parisienne de 1517, les premiers lecteurs du texte latin de L’Utopie ont donc pu tirer profit et plaisir des significations multiples produites par la présence de la carte de l’île dans les préliminaires du texte. Il n’en va plus de même pour leurs successeurs, qui doivent s’approprier un discours que n’accompagne aucune représentation imagée du pays d’Utopie. D’une part, une seule des seize éditions latines parues entre 1519 et 1631 comporte une carte. Elle fut publiée à Bâle en 1563 par Nicolaus Episcopius, qui était un petit-fils de Johann Froben18. D’autre part, la carte ne figure pas dans les traductions du livre en langues vulgaires éditées au xvie siècle. Les traductions allemandes sont la seule exception. Celle de 1524, due à Claude Chansonnette, reproduit la carte des éditions de 1518, l’éditeur bâlois Johann Bebel ayant emprunté ou acquis la gravure sur cuivre de Johann Froben. Celle de 1612, établie par Gregor Wintermonat et publiée à Leipzig, présente la carte très rudimentaire d’une île presque vide, sans capitale imposante ni fleuve la traversant19. En revanche, aucune carte n’est présente dans les autres traductions du livre : ni dans les deux éditions en italien d’Ortensio Lando (en 1548 et 1561), ni dans aucune des cinq traductions en français (en 1550, 1559, 1585, 1611 et 1643), ni dans les éditions des traductions anglaises de Ralph Robinson (publiées en 1551, 1556, 1597, 1624 et 1639) ou de Gilbert Burnet (en 1684 et 1685), ni dans la traduction en néerlandais (éditée en 1553, 1562, 1629 et 1634), ni dans l’espagnole, expurgée et catholicisée, parue en 163720.

  • 21 L’Utopie de Thomas Morus, Chancelier d’Angleterre, traduit par Samuel Sorbière, Amsterdam, Jean Bla (...)

11L’absence de cette carte est paradoxalement exhibée par sa présence même sur le frontispice de la traduction française de Samuel Sorbière publiée à Amsterdam en 1643. La scène représentée est celle de la conversation tenue à Anvers entre More et ses deux invités, Gilles et Hythlodée, dans le jardin de sa résidence. Sur la table est posée une carte (fig. 21) en face du voyageur qui narre sa découverte d’Utopie. Ce qu’elle représente n’est visible que pour les trois interlocuteurs. La situation de l’île demeure cachée au lecteur, comme elle le fut à Gilles par un éternuement intempestif21. Le trait est d’autant plus significatif que cette édition a été publiée par Johannes Blaeu (Jean Blaeu), fameux éditeur de cartes et d’atlas.

Figure 21. Frontispice de la traduction française parue en 1643.

Figure 21. Frontispice de la traduction française parue en 1643.

Extrait de L’Utopie de Thomas Morus, Chancelier d’Angleterre, traduit par Samuel Sorbière, Amsterdam, Jean Blaeu, 1643.

National Library of the Netherlands.

12À moins de posséder un exemplaire des éditions latines de 1516 ou 1518, ou de la traduction allemande de 1524, les lecteurs de L’Utopie du xvie siècle ou des débuts du xviie siècle ne pouvaient que construire une carte mentale de l’île et, fidèles à l’ekphrasis, transformer les mots en image. On peut penser que c’est ainsi que Joseph Hall, Daniel Defoe ou Jonathan Swift ont lu le livre de Thomas More. Il ne faut donc pas surestimer l’importance de la carte de son Utopie dans une généalogie de la géographie des fictions. Le souci d’un moindre coût d’édition, la conscience de l’inutilité d’imprimer une carte qui peut se concevoir en esprit et la pensée qu’un « non-lieu » n’est pas représentable sont trois raisons qui peuvent expliquer le bannissement des cartes du livre de L’Utopie.

  • 22 L’Utopie de Thomas Morus, Chancelier d’Angleterre [Idée ingenieuse pour remedier au malheur des Hom (...)
  • 23 Ibid., p. 93 et p. 99.
  • 24 Utopia: Or the Happy Republic; A Philosophical Romance [In Two Books. Written in Latin by Sir Thoma (...)
  • 25 Tableau du meilleur gouvernement possible, ou L’Utopie de Thomas Morus [Chancelier d’Angleterre, en (...)

13La représentation figurée de l’île fait toutefois retour dans certaines de ses éditions au début du xviiie siècle. Une nouvelle traduction française, la sixième, est publiée par Nicolas Gueudeville à Leyde en 1715. Son titre indique qu’elle est « ornée de très belles figures22 ». Deux gravures de l’île sont insérées dans cet ouvrage où sont illustrées les deux parties du livre. Il ne s’agit pas de cartes, mais de vues cavalières qui montrent, sous deux angles différents, l’anse du port de l’île et les nombreux navires qui en sortent ou y entrent23. À l’instar de Johannes Blaeu plus tôt, l’éditeur Pierre Vander était spécialisé en « livres, cartes géographiques et autres tailles douces », comme l’indiquent les catalogues de ses éditions joints à la traduction. Certaines des tailles douces qu’il vend sont « en plan », d’autres « en profil », ce qui est le cas des gravures de son édition de More. Son exemple ne fut pas nécessairement suivi. Ni les éditions de la traduction anglaise de Gilbert Burnet, publiées par Robert Foulis à Glasgow en 1743 et en 176224, ni, en France, les éditions de la traduction de Thomas Rousseau en 1780, n’offrent de carte à leurs lecteurs25.

*

14Inscrites dans une chronologie qui suggère une chaîne d’emprunts, les cartes insérées dans les récits anglais présentent également une typologie des relations possibles entre la géographie et la fable. Les quatre œuvres considérées ont un point commun. Elles sont toutes la relation des voyages d’un voyageur singulier, présenté comme un individu bien réel : le marin Raphaël Hythlodée, l’étudiant Mercurius Britannicus, le marchand devenu colon Robinson Crusoé et le chirurgien Lemuel Gulliver. Cependant, chacune d’elles propose une figure particulière de l’usage de la représentation cartographique. La carte de L’Utopie donne à voir une île semblable aux terres connues, avec son port, sa capitale, son fleuve, mais cette île est sans localisation sur le globe, ce qui en fait une fiction sans territoire. Les cartes présentes dans Mundus Alter et Idem inversent la relation. Les terres australes imaginées par Joseph Hall sont dûment localisées, placées au sud des quatre continents, comme si elles étaient un cinquième continent récemment découvert. Toutefois, les noms des États et des villes qui le composent contredisent cette vraisemblance puisqu’ils désignent un monde à l’envers qui, de fait, est une satire et une prophétie du monde à l’endroit. L’île de Robinson Crusoé, quant à elle, peut être située sur une carte du monde, comme le sont ses voyages au très long cours, avant et après son séjour solitaire. Dans ce cas, c’est la représentation de l’île elle-même, et non pas le planisphère où sont tracées les itinérances du marin, qui s’éloigne des conventions cartographiques, transformant la représentation géographique en un support permettant de localiser certains des épisodes de la narration. Les îles visitées par Gulliver, sites des plus invraisemblables aventures, sont, tout comme les terres australes de Mercurius Britannicus, elles aussi placées sur des cartes qui montrent leur proximité avec des territoires authentiques.

15Au-delà de cette diversité, une même tension habite l’introduction de cartes – généralement fidèles aux conventions des cartographes du temps – dans les récits anglais du premier âge moderne, qu’ils soient utopiques, satiriques ou moraux. D’une part, elles sont l’un des dispositifs qui brouille la frontière entre la réalité et la fable et, de ce fait, elles doivent contribuer à produire la suspension de l’incrédulité, le plaisir de croire en l’incroyable. Ces effets de réel qui accréditent la fiction sont autant de pièges où le lecteur peut être pris sans le vouloir et, ainsi, penser que Hythlodée et Crusoé ont bien existé, ou bien décider d’accepter pour son plaisir la véracité de l’impossible. D’autre part, les cartes participent des mécanismes contraires qui, ironiquement, déjouent l’accréditation de la réalité imaginée. Les toponymes plaisants (et érudits) de More et Hall, la carte diachronique de l’île de Robinson, le diagramme des mouvements de l’île volante visitée par Gulliver sont autant d’indices qui installent dans la représentation topographique les invraisemblances de la fable. Cette contradiction divertissante est sans doute la raison pour laquelle des cartes ont accompagné les textes de More, Hall et Swift dès leur première édition (en 1516, 1605 et 1726), et pour laquelle Defoe les introduit très tôt, l’année même de la publication de son texte, dans une réédition de son livre et dans les deux continuations des aventures de Robinson Crusoé.

Notes

1 Brian Vickers, « The satiric structure of Gulliver’s Travels and More’s Utopia », in Brian Vickers (dir.), The World of Jonathan Swift, Oxford, Basil Blackwell, 1968, p. 233-257.

2 Libellus vere aureus nec minus salutaris quam festivus de optimo reip. statu, deque nova Insula Utopia [Authore clarissimo viro Thoma Moro inclytæ : civitatis Londinensis cive & vicecomite cura M. Petri Aegidii Antverpiensis, & arte Theodorici Martini Alustensis, Typographi almæ Lovaniensium Academiæ nunc primum accuratissime editus], Louvain, Thierry Martens, 1516.

3 Thomas More, L’Utopie, traduit du latin par Jean Le Blond [1550], traduction revue par Barthélémy Aneau [1559], révisée et modernisée par Guillaume Navaud, édition de Guillaume Navaud, Paris, Gallimard, coll. « Folio classique », 2012, p. 105.

4 Carlo Ginzburg, Nulle île n’est une île. Quatre regards sur la littérature anglaise [2002], traduit de l’italien par Martin Rueff, Lagrasse, Verdier, 2005, chap. i (« L’Ancien et le Nouveau Monde vus depuis Utopie »), p. 15-47, en particulier p. 30-38.

5 Louis Marin, Utopiques : jeux d’espaces, Paris, Éditions de Minuit, 1973, chap. iv (« Des noms propres en utopie »), p. 115-122.

6 Ibid., p. 115-116 ; et Carlo Ginzburg, Nulle île n’est une île, op. cit., p. 22-23.

7 « Lettre-préface de Thomas More à Pierre Gilles (envoyée à Érasme le 3 septembre 1516) », in Thomas More, L’Utopie, op. cit., p. 229-236, ici p. 233-234.

8 « Lettre de Pierre Gilles à Jérôme Busleyden, prévôt d’Aire, et conseiller du roi catholique Charles », in : ibid., p. 237-241, ici p. 240.

9 Louis Marin, « Frontières, limites, limes : les récits de voyage dans L’Utopie de Thomas More », in : Frontières et limites, Paris, Centre Georges Pompidou, 1991, p. 105-130, ici p. 124.

10 Brian R. Goodey, « Mapping “Utopia”: A comment on the geography of Sir Thomas More », Geographical Review, vol. 60, no 1, 1970, p. 15-30, p. 21 : « To preserve the important moon shape and the interior bay, the figure of two hundred must be forgotten, yet it is the most accurate of the references derived from the British Isles. »

11 Thomas More, L’Utopie, op. cit., p. 107.

12 Brian R. Goodey (« Mapping “Utopia” », art. cit.) déclare une même impuissance à la page 22 : « After several attempts to incorporate More’s distance criteria into various models of the island, I abandoned the task. »

13 Ad lectorem. Habes candide lector opusculum illud vere aureum Thomæ Mori non minus utile quam elegans de optimo reipublicæ statu, deque nova insula Utopia [iam iterum, sed multo correctius quam prius, hac Enchiridii forma ut vides multorum tum senatorum tum aliorum gravissimorum virorum suasu æditum, quod sane tibi ædiscendum non modo in manibus quotidie habendum censeo. Cui quidem ab innumeris mendis undequaque purgatio præter Erasmi annotationes ac Budæi epistolam : virorum sane qui hoc sæculo nostro extra omnnem ingenii aleam positi sunt : addita est etiam ipsius Mori epistola eruditissima Vale], Paris, Gilles de Gourmont, 1517.

14 « Lettre de Guillaume Budé à Thomas Lupset, Anglais », in Thomas More, L’Utopie, op. cit., p. 254-265, ici p. 262-263.

15 De Optimo Reip. Statu deque nova insula Utopia, libellus vere aureus, nec minus salutaris quam festivus ; clarissimi disertissimique viri Thomæ Mori inclytæ civitatis Londinensis civis & Vicecomitis [Epigrammata clarissimi divertissimique viri Thomæ Mori, pleraque è Græcis versa. Epigrammata. Des. Erasmi Rotterodami, Apud inclytam Basileansis], Bâle, Johann Froben, 1518, p. 12.

16 Louis Marin, « Frontières, limites, limes », art. cit., p. 129.

17 Thomas More, L’Utopie, op. cit., p. 210.

18 Thomas More’s Utopia in Early Modern Europe. Paratexts and Contexts, dirigé par Terence Cave pour le projet « Dislocations: Practices of cultural transfer in the Early Modern period » (université d’Oslo), Manchester / New York, Manchester University Press, 2008 ; voir « Tables of prefatory material in Latin editions », p. 277-280, et Vibeke Roggen, « A protean text: Utopia in Latin, 1516-1631 », p. 14-31, en particulier p. 16-17.

19 Trond Kruke Salberg, « The German translations: Humanist politics and literary journalism », in Terence Cave (dir.), Thomas More’s Utopia in Early Modern Europe. Paratexts and Contexts, op. cit., p. 32-46, en particulier p. 33-34 et p. 42-43. La carte de l’édition de 1612 est reproduite à la page 1 du livre.

20 Cf. Kristin Gjerpe, « The Italian Utopia of Lando, Doni and Sansovino: Paradox and politics » ; Kirsti Sellevold, « The French versions of Utopia: Christian and cosmopolitan models » ; Terence Cave, « The English translation: Thinking about the Commonwealth » ; Ronny Spaans et Terence Cave, « The Dutch translation: Austerity and pragmatism » ; et Randi Lise Davenport et Carlos F. Cabanillas Cárdenas, « The Spanish translations: Humanism and politics », in Terence Cave (dir.), Thomas More’s Utopia in Early Modern Europe. Paratexts and Contexts, op. cit., p. 47-66, p. 67-86, p. 87-103, p. 104-109 et p. 110-127.

21 L’Utopie de Thomas Morus, Chancelier d’Angleterre, traduit par Samuel Sorbière, Amsterdam, Jean Blaeu, 1643. Cf. Kirsti Sellevold, « The French versions of Utopia: Christian and cosmopolitan models », art. cit., en particulier p. 82-83. La page de titre est reproduite à la page 143.

22 L’Utopie de Thomas Morus, Chancelier d’Angleterre [Idée ingenieuse pour remedier au malheur des Hommes ; & pour leur procurer une felicité complette. Cet Ouvrage contient le Plan d’une Republique dont les Lois, les Usages, & les Coutumes tendent uniquement à faire faire aux Societez Humaines le passage de la Vie dans toute la douceur imaginable. Republique, qui deviendra infalliblement réelle, des que les Mortels se conduiront par la Raison. Traduite nouvellement en François par Mr Gueudeville, & ornée de tres belles figures], Leyde, Pierre Vander, 1715.

23 Ibid., p. 93 et p. 99.

24 Utopia: Or the Happy Republic; A Philosophical Romance [In Two Books. Written in Latin by Sir Thomas More, Lord High Chancellor of England. Translated into English by Gilbert Burnet, D.D. Sometime Professor of Divinity in the University of Glasgow, afterwards Bishop of Sarum], Glasgow, Robert Foulis, 1743.

25 Tableau du meilleur gouvernement possible, ou L’Utopie de Thomas Morus [Chancelier d’Angleterre, en deux Livres. Traduction nouvelle, Dédiée à S.E.M. le Comte de Vergennes, Ministre des Affaires étrangeres, par M. T. Rousseau], Paris, L. Cellot, 1780.

Table des illustrations

Titre Figure 19. Carte de l’île d’Utopie (Utopiae Insulae Figura) dans l’édition de Louvain de 1516, probablement dessinée par Gerhard Geldenhauer.
Légende Extraite de Thomas More, Libellus vere aureus nec minus salutaris quam festivus de optimo reip. statu, deque nova Insula Utopia, Louvain, Thierry Martens, 1516, verso de la page de titre.
Crédits Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/14200/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 702k
Titre Figure 20. Carte de l’île d’Utopie (Utopiae Insulae Tabula) dans l’édition de Bâle de 1518, gravure d’Ambrosius Holbein.
Légende Extraite de Thomas More, De Optimo Reip. Statu deque nova insula Utopia, libellus vere aureus, nec minus salutaris quam festivus ; clarissimi disertissimique viri Thomæ Mori inclytæ civitatis Londinensis civis & Vicecomitis, Bâle, Johann Froben, 1518, p. 12.
Crédits Universitätsbibliothek Basel, Rb 80, p. 12 (VD16 M 6299) ; https://doi.org/​10.3931/​e-rara-30626.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/14200/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Figure 21. Frontispice de la traduction française parue en 1643.
Légende Extrait de L’Utopie de Thomas Morus, Chancelier d’Angleterre, traduit par Samuel Sorbière, Amsterdam, Jean Blaeu, 1643.
Crédits National Library of the Netherlands.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/14200/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 545k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search