Version classiqueVersion mobile

Cartes et fictions (XVIe-XVIIIe siècle)

 | 
Roger Chartier

Don Quichotte de la Manche, 1780 et 1797

Texte intégral

Des mots et des cartes

  • 1 El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha [Compuesto por Miguel de Cervántes Saavedra. Nueva ed (...)
  • 2 Mapa de una porción del Reyno de España que comprehende los parages por donde anduvo don Quijote y (...)

1En 1780, Joaquín Ibarra imprime pour l’Académie royale espagnole (Real Academia Española) une nouvelle édition de Don Quichotte1. Publiée en quatre tomes, dans le format d’un grand in-quarto, cette luxueuse publication propose un texte établi par Vicente de los Ríos, lui-même académicien. Plusieurs instruments critiques sont ajoutés à l’œuvre elle-même : un « Jugement critique ou analyse du Quichotte », une « Vie de Cervantès », un « Plan chronologique du Quichotte ». Mais la nouveauté la plus spectaculaire n’est pas dans le texte. Elle réside dans un dépliant hors-texte qui offre au lecteur une Carte d’une partie du royaume d’Espagne, qui comprend les contrées que parcourut don Quichotte, et les sites de ses aventures2 (fig. 1). Cette carte a tout le crédit scientifique désirable : elle a été dessinée par Tomás López, géographe du roi et cartographe des royaumes, provinces et villes d’Espagne, qui a suivi « les observations faites sur le terrain » par Joseph de Hermosilla, capitaine dans le corps royal des ingénieurs et lui aussi membre de l’Académie. Les itinéraires des trois « sorties » de don Quichotte (dans la première partie, les chapitres i à v, puis tous les chapitres à partir du chapitre vii, et dans la seconde partie, tous les chapitres à partir du chapitre vii) sont tracés sur la carte et trente-cinq numéros renvoient à autant d’« aventures » de don Quichotte. Certaines sont précisément localisées ; ainsi, au numéro 22, « Les lagunes de Ruydera et la caverne de Montesinos » ou, au numéro 33, « La plage de Barcelone ». Deux ans plus tard, Ibarra publie de nouveau son édition en quatre volumes, dans un plus modeste format in-octavo, mais avec la même carte dépliante.

Figure 1. Carte d’une partie du royaume d’Espagne, qui comprend les contrées que parcourut don Quichotte, et les sites de ses aventures, dessin de Tomás López.

Figure 1. Carte d’une partie du royaume d’Espagne, qui comprend les contrées que parcourut don Quichotte, et les sites de ses aventures, dessin de Tomás López.

Extraite de Miguel de Cervantès, El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha, Madrid, Don Joaquín Ibarra, 1782, hors-texte. Rééd. in-octavo de l’édition in-quarto de 1780.

Kislak Center for Special Collections, Rare Books and Manuscripts, University of Pennsylvania.

  • 3 José Manuel Lucía Megías, Leer el Quijote en imágenes. Hacha una teoría de los modelos iconográfico (...)
  • 4 Miguel de Cervantès, Den Verstandigen Vroomen Ridder, Don Quichot de la Mancha, Dordrecht, Jacobus (...)

2Avant 1780, la géographie cervantine était demeurée textuelle, rendue seulement visible dans les paysages imaginés par les illustrations. Dans l’édition d’Ibarra, les trente-deux gravures se veulent fidèles au texte du livre. Les peintres et les dessinateurs chargés de les exécuter ont reçu des descriptions longues et détaillées des scènes qu’ils doivent représenter3. Pourtant, les indications quant aux paysages restent très générales : une prairie, un bois, un pré, un village, etc. Elles laissent une grande liberté à l’imagination des artistes. Cette liberté était plus grande encore dans toutes les éditions illustrées imprimées entre 1657, date de la traduction hollandaise parue à Dordrecht, qui fut la première à contenir une série d’estampes, vingt-quatre en l’occurrence4, et 1780. L’imagination esthétique, délectable pour le lecteur, présentait toutefois un risque : détruire l’une des « magies partielles du livre », pour reprendre la formule de Jorge Luis Borges.

  • 5 Jorge Luis Borges, « Magies partielles du “Quichotte” », in : Autres Inquisitions / Otras Inquisici (...)

3Cette magie du livre consiste à situer les aventures du chevalier errant dans un monde prosaïque, concret, familier. « Aux géographies vastes et vagues de l’Amadis, il oppose les chemins poudreux et les sordides auberges de Castille », écrit Borges. La référence à des réalités géographiques connues par les lecteurs est l’un des dispositifs qui doit « confondre l’objectif et le subjectif, le monde du lecteur et le monde du livre5 », tout comme la présence d’un exemplaire de La Galatée de Cervantès dans la bibliothèque de don Quichotte ou le fait que, dans la seconde partie de 1615, les protagonistes de l’histoire, à commencer par l’hidalgo lui-même, ont lu la première partie, publiée dix ans auparavant, ainsi que sa continuation par « Avellaneda », parue en 1614. Tracer sur la carte d’une Espagne authentique les pérégrinations du héros de fiction ne pouvait que renforcer l’illusion de réalité.

  • 6 Miguel de Cervantès, Les Épreuves et Travaux de Persilès et Sigismunda. Histoire septentrionale, tr (...)
  • 7 Ibid., p. 774. Texte espagnol : ibid., p. 527 (« […] vieron mucha gente junta, todos atentos mirand (...)
  • 8 Frederick A. de Armas (dir.), Ekphrasis in the Age of Cervantes, Lewisburg, Bucknell University Pre (...)
  • 9 Miguel de Cervantès, Don Quichotte, précédé de La Galatée, édition publiée sous la direction de Jea (...)

4Pourtant, aucune édition de Don Quichotte ne l’a fait du vivant de Cervantès (et même bien après). Lorsque des cartes sont présentes dans ses œuvres, ce sont des cartes de mots. Il en va ainsi dans Les Épreuves et Travaux de Persilès et Sigismunda, son grand livre publié en 1617, un an après sa mort. Dans le chapitre x du troisième livre, les héros de cette « histoire septentrionale », devenus des pèlerins en marche pour Rome, arrivent dans une localité de La Manche « ni très petite ni très grande, du nom de laquelle je ne me souviens pas », déclare le narrateur, qui rappelle ainsi ironiquement la première phrase de Don Quichotte6. Au milieu de la place, « ils virent un attroupement de badauds, occupés tous à contempler et à écouter deux jeunes gens qui, habillés en captifs récemment rachetés, étaient en train de commenter les figures d’une toile peinte, qu’ils avaient déployée par terre7 ». Sur la toile sont peints la ville d’Alger, son port et le navire du corsaire Dragut sur lequel les deux jeunes gens disent avoir été forçats. La description de la toile peinte associe les deux définitions de l’ekphrasis : d’une part, elle est la description d’un objet particulier ou d’une œuvre d’art et, d’autre part, elle est la narration de l’histoire qui s’y trouve représentée8. Cervantès avait utilisé ce procédé de « méta-ekphrasis » au chapitre ix de la première partie de Don Quichotte, lorsque le manuscrit de Cid Hamet Benengeli s’ouvre avec la description d’une pintura qui représente le combat entre don Quichotte et le Biscayen, dont la narration a été brutalement interrompue au chapitre précédent9.

5Malheureusement pour les deux jeunes gens, l’un des deux alcades du village a été lui-même prisonnier à Alger durant cinq années (comme le fut Cervantès). Il démasque leur supercherie et les oblige à confesser la vérité. Étudiants à Salamanque, les deux hommes voulaient rejoindre les armées du roi en Flandres :

  • 10 Miguel de Cervantès, Les Épreuves et Travaux de Persilès et Sigismunda, op. cit., p. 777. Texte esp (...)

Pour la facilité et pour l’exécution de ce dessein, vinrent à passer par là certains captifs – ils devaient l’être aussi faussement que nous le sommes –, à qui nous achetâmes cette toile, et de qui nous apprîmes quelques-unes des choses d’Alger, qui nous parurent bien assez et tout ce qu’il nous fallait pour accréditer notre supercherie10.

  • 11 Ibid., p. 779. Texte espagnol : ibid., p. 538 (« […] les quiero dar una lición de las cosas de Arge (...)

Émus par cette bonne intention, les alcades pardonnent les deux étudiants. Celui qui avait été captif décide de les accueillir dans sa propre maison pour leur « donner telle leçon sur les choses d’Alger que, désormais, ils ne perdent leur latin devant personne en tout ce qui touche leur fausse et contrefaite histoire11 ».

  • 12 Ibid., p. 718. Texte espagnol : ibid., p. 437 (« Desde allí se fueron en casa de un famoso pintor, (...)
  • 13 Ibid., p. 719. Texte espagnol : ibid., p. 439 (« Este lienzo se hacía de una recopilación que les e (...)

6La toile peinte des deux étudiants montrant la ville et le port d’Alger n’est pas une carte à proprement parler. On peut l’imaginer soit comme un simple tableau, soit comme une vue cavalière. Dans le Persilès, elle n’est pas le seul exemple de l’ekphrasis au sens strict, celui de la description d’une image peinte narrant une histoire. Lorsque les protagonistes arrivent à Lisbonne, dans le chapitre i du troisième livre, lassés de raconter leurs multiples aventures, ils décident de les faire peindre : « Ils allèrent au logis d’un peintre réputé ; Periandro lui commanda un grand tableau, où il peindrait toutes les principales aventures de son histoire12. » La toile pouvait ainsi être substituée au récit : « Cette toile composait une récapitulation qui les dispensait de conter leur histoire par le menu : le jeune Antonio commentait les choses peintes et les aventures quand on le pressait de les dire13. » Entre les mots et les images, l’équivalence sémantique est parfaite : les récits sont devenus images et les images sont de véritables narrations.

7Sur le chemin du retour dans leur village, don Quichotte et Sancho font halte dans une auberge dont les tentures sont des toiles peintes : « Ils furent logés dans une salle basse, à laquelle de vieux rideaux de serge peinte servaient de tentures, comme ceux que l’on use à la campagne. » Les rideaux racontent eux aussi des histoires :

  • 14 Miguel de Cervantès, Don Quichotte, précédé de La Galatée, op. cit., p. 1410. Texte espagnol : Don  (...)

Sur l’un d’eux était peint de fort mauvaise main l’enlèvement d’Hélène, lorsque son hôte audacieux la ravit à Ménélas, et sur l’autre était l’histoire de Didon et d’Énée ; elle sur une haute tour, ayant l’air de faire signe avec la moitié d’un drap à son hôte, lequel fuyait sur la mer, porté par une frégate ou un brigantin14.

Les représentations de ces deux épisodes populaires du cycle troyen inspirent Sancho : « Je gage qu’il n’y aura bientôt cabaret, taverne, auberge ni boutique de barbier où l’on ne voie dépeinte l’histoire de nos exploits. Mais je voudrais qu’elle fût peinte d’une meilleure main que celle qui a dessiné ces figures. » Son maître acquiesce :

  • 15 Ibid., p. 1410-1411. Texte espagnol : ibid., p. 1203 (« Yo apostaré – dijo Sancho – que antes de mu (...)

Tu as raison, Sancho, dit don Quichotte, parce que ce peintre est comme Orbaneja, un peintre qui demeurait à Ubeda : quand on lui demandait ce qu’il peignait, il répondait : « ce qui sortira » ; et si d’aventure, il peignait un coq, il écrivait au-dessous : « Ceci est un coq », pour qu’on ne crût pas que c’était un renard. Or il me semble, Sancho, que tel doit être le peintre ou l’écrivain – c’est tout un – qui a fait paraître l’histoire de ce nouveau don Quichotte, parce qu’il a peint ou écrit au hasard ce qui allait venir15.

Don Quichotte met non seulement à profit les serges peintes pour une nouvelle moquerie contre la continuation apocryphe de l’histoire publiée en 1614, mais il rappelle aussi l’équivalence fondamentale entre le peintre et l’écrivain, entre les écrits et les images. Cette théorie, souvent énoncée dans les livres d’emblèmes par le rappel du vers d’Horace « ut pictura poesis », justifie l’absence durable d’illustrations dans des textes qui ont le pouvoir de produire dans l’esprit du lecteur, par leurs seuls mots, la présence des lieux, des événements et des personnages. Durant les cinquante premières années de son existence éditoriale, l’histoire écrite par Cervantès ne fut pas illustrée, ou seulement par une gravure sur certaines de ses pages de titre. Ce n’est qu’à la fin du xviiie siècle qu’elle fut accompagnée par une carte des trois sorties de l’hidalgo errant.

Chronologie et géographie

  • 16 Historia del famoso cavallero, Don Quixote de la Mancha [Por Miguel de Cervantes Saavedra], Salisbu (...)
  • 17 El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha [Compuesto por Miguel de Cervantes Saavedra. Nueva ed (...)
  • 18 Ibid., 1797, seconde partie, t. V ; Juan Antonio Pellicer, « Descripción geográfico-histórica de lo (...)

8La carte insérée dans l’édition de 1780 fut la première. À la différence de celle introduite dans l’édition érudite et annotée de John Bowles en 1781, elle présente le tracé des itinérances de don Quichotte, et non pas seulement, comme le fait la carte anglaise, la localisation des lieux mentionnés dans l’histoire16. En revanche, c’est une même carte des « voyages » de don Quichotte qui est jointe à l’édition publiée en 1797 par Gabriel de Sancha17. Cette édition a été établie par Juan Antonio Pellicer, bibliothécaire du roi et membre de l’Académie royale d’histoire. Comme l’indique la page de titre, Pellicer propose un texte « corrigé de nouveau, avec de nouvelles notes, de nouvelles illustrations, une nouvelle analyse, et la vie de l’auteur nouvellement augmentée ». La carte insérée dans l’ouvrage a pour titre Carte géographique des voyages de don Quichotte et des sites de ses aventures (fig. 2). Elle a été dessinée par Manuel Antonio Rodríguez à partir des « observations historiques » de Juan Antonio Pellicer, qui la commente dans sa « Description géographico-historique des voyages de don Quichotte de la Manche18 ». Elle distingue quarante-cinq « Aventures » distribuées entre les trois « sorties » de don Quichotte, d’abord « seul dans le Campo de Montiel », puis, pour les deux suivantes, « avec son Écuyer ». La carte ajoute de nouvelles identifications géographiques à celles proposées en 1780 : ainsi le numéro 35, « Le passage de l’Ebre par don Quichotte », ou le numéro 37, « Don Quichotte arrive à Barcelone ».

Figure 2. Carte géographique des voyages de don Quichotte et des sites de ses aventures, dessin de Manuel Antonio Rodríguez.

Figure 2. Carte géographique des voyages de don Quichotte et des sites de ses aventures, dessin de Manuel Antonio Rodríguez.

Extraite de Miguel de Cervantès, El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha, Madrid, D. Gabriel de Sancha, 1797, seconde partie, t. V, entre les p. 468 et 469.

Kislak Center for Special Collections, Rare Books and Manuscripts, University of Pennsylvania.

  • 19 Ibid., 1797, seconde partie, t. IV, p. 262 (Plano geográfico de las Lagunas de Ruidera y curso que (...)
  • 20 Miguel de Cervantès, Don Quichotte, précédé de La Galatée, op. cit., p. 1065. Texte espagnol : Don  (...)

9Deux plans sont également imprimés dans l’édition : un Plan géographique des lagunes de Ruidera et le cours des eaux qui en sortent sous le nom de Rio Guadiana (fig. 3), levé par Juan de Villanueva, architecte du roi et de la ville de Madrid, qui dénombre treize lagunes, et non seulement neuf comme Cervantès, et une Vue de la célèbre caverne de Montesinos (fig. 4) visitée par don Quichotte et Sancho aux chapitres xxii et xxiii de la seconde partie19. Sur cette dernière planche, une coupe de la caverne est accompagnée d’une « Vue extérieure de l’entrée », due au peintre Louis Paret y Alcázar qui a illustré l’édition. Il y a représenté la scène où don Quichotte, Sancho et son cousin, « fameux écolier et féru de livres de chevalerie », qui connaît l’emplacement de la légendaire caverne, arrivent à l’entrée de la grotte, dans laquelle don Quichotte, solidement encordé, s’apprête à descendre20.

Figure 3. Plan géographique des lagunes de Ruidera et le cours des eaux qui en sortent sous le nom de Rio Guadiana, levé par Juan de Villanueva.

Figure 3. Plan géographique des lagunes de Ruidera et le cours des eaux qui en sortent sous le nom de Rio Guadiana, levé par Juan de Villanueva.

Extrait de Miguel de Cervantès, El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha, Madrid, D. Gabriel de Sancha, 1797, seconde partie, t. IV, p. 262.

Kislak Center for Special Collections, Rare Books and Manuscripts, University of Pennsylvania.

Figure 4. Vue de la célèbre caverne de Montesinos, dessin de Louis Paret y Alcázar.

Figure 4. Vue de la célèbre caverne de Montesinos, dessin de Louis Paret y Alcázar.

Extraite de Miguel de Cervantès, El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha, Madrid, D. Gabriel de Sancha, 1797, seconde partie, t. IV, p. 244.

Kislak Center for Special Collections, Rare Books and Manuscripts, University of Pennsylvania.

  • 21 Ibid., p. 1071 : « Seules manquent Ruidera et ses filles et nièces [duègne et suivantes de Belerma] (...)
  • 22 El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha, op. cit., 1797, seconde partie, t. V ; Juan Antonio (...)

10Exactitude géologique, fiction narrative et érudition se trouvent ainsi étroitement associées. À propos des lagunes de Ruidera, dont l’origine mythique est rappelée dans le chapitre xxiii de la seconde partie21, Pellicer confronte dans sa « Description géographico-historique » les observations de Villanueva, l’architecte du roi qui a levé le plan des lagunes et de la caverne utilisé pour les gravures de l’édition, avec plusieurs documents historiques conservés dans la Bibliothèque royale. Sont ainsi cités les réponses des habitants de Daimiel et d’Ossa de Montiel au questionnaire des Relaciones topográficas de los pueblos de España de Philippe II, ainsi que le manuscrit de l’Historia eclesiástica de Toledo, du jésuite Román de la Higuera (par ailleurs condamné pour la fabrication de fausses chroniques paléochrétiennes, comme le rappelle Pellicer), qui cite plusieurs inscriptions romaines22. Les deux planches de l’édition de 1797 et leurs commentaires produisent l’une de ces « magies partielles » de Don Quichotte, qui brouillent la distinction entre les inventions du monde du texte et les réalités présentes dans celui des lecteurs.

  • 23 El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha, op. cit., 1780, t. I ; Vicente de los Ríos, « Plan c (...)

11Les cartes qui inscrivent dans des territoires connus du lecteur les itinérances imaginées d’un personnage de fiction accroissent les effets de réel du texte. Dans l’édition de 1780, Vicente de los Ríos s’attache à mesurer la plausibilité de la narration en transformant les distances sur la carte en durées de voyage : une lieue sur le terrain, qui correspond à huit centimètres sur la carte, nécessite une heure de voyage. Son commentaire est fondé sur deux postulats : d’une part, les aventures de don Quichotte, « héros moderne », sont contemporaines de la publication de leur récit et datent donc de 1604 ; d’autre part, à suivre littéralement les indications chronologiques du texte, les trois « sorties » de don Quichotte ont eu lieu les 28 et 29 juillet 1604, entre le 17 août et le 2 septembre 1604, puis entre le 3 octobre et le 29 décembre 1604. Après son ultime retour, le chevalier errant, redevenu Alonso Quijano, meurt le 8 janvier 160523.

12La comparaison entre la narration et la carte permet de relever les « erreurs de géographie » de Cervantès, qui accorde trop peu de temps aux distances parcourues par son héros. Un exemple est donné à propos du chapitre xxix de la seconde partie :

  • 24 Ibid., p. clviii : « Aqui cometió Cervántes un notable yerro de geografía, porque dividida en cinco (...)

Ici Cervantès a commis une importante erreur de géographie parce que, si la distance qu’il y a entre l’auberge des marionnettes, qui est le numéro 23 sur l’itinéraire de la carte, et le fleuve de l’Ebre et l’aventure de la barque enchantée, numéro 25, est divisée en cinq journées, cela correspond à 14 lieues de voyage pour chaque journée, et il est impossible que Rossinante et l’âne aient pu faire autant de chemin en si peu de temps24.

  • 25 Ibid., p. clx : « […] estando el Lugar de Don Quixote en la Mancha junto al Toboso, y el palacio de (...)

De même, dans le chapitre l, le page envoyé par la duchesse à la femme de Sancho n’a pas pu faire le voyage aller et retour en six jours « puisque le village de don Quichotte est situé dans la Manche près de Toboso, et le palais des ducs l’est en Aragon, sur les bords de l’Ebre25 ».

  • 26 Ibid., p. clvii : « También cometió otro yerro de geografía, diciendo, que al salir del Toboso Don (...)

13Décidément, la géographie de Cervantès n’a rien de cartographique, comme le montre la confusion du chapitre ix de la seconde partie, au commencement de la troisième « sortie » de l’hidalgo. Cervantès « a commis une autre erreur de géographie, en disant qu’en sortant du Toboso, don Quichotte et Sancho prirent le chemin de Saragosse, puisque tous les lieux de leurs aventures depuis le Toboso jusqu’aux lagunes de Ruidera se déroulent en plein milieu du Toboso, qui se trouve dans une direction contraire à celle de Saragosse, qui est au nord, comme le montre l’itinéraire tracé sur la carte entre le numéro 17 et le numéro 22. Il répéta la même erreur dans le chapitre xiv26 ».

  • 27 Ibid. ; Vicente de los Ríos, « Análisis del Quixote », p. xliii-clii, en particulier p. cli : « […] (...)

14À ces errements géographiques, Vicente de los Ríos ajoute les erreurs de chronologie, détectées par les écarts entre la narration et le calendrier qu’il a établi. Cervantès place ainsi la fête du Corpus Christi en octobre (et non pas en juin, comme il se doit), il décrit la réception des ducs en été alors qu’elle date d’octobre, et il situe la capture de don Quichotte par le bandit Roque Guinart à la veille de la Saint-Jean alors qu’elle advint en ce même mois d’octobre. Ces erreurs sont autant de preuves des négligences bien connues d’un auteur qui oublie ce qu’il a écrit (par exemple à propos de la durée du gouvernement de Sancho dans l’île de Barataria) ou qui répète la même scène (par exemple l’envoi de la lettre de la duchesse à la femme de Sancho, narré aux chapitres xlvi et l). Ainsi, aux invraisemblances mesurées grâce à la comparaison entre les durées dans la narration et les distances calculées sur la carte viennent s’ajouter les anachronismes et les négligences internes au récit, attribuées par Vicente de los Ríos à la hâte avec laquelle Cervantès a écrit son histoire, et particulièrement sa seconde partie27.

  • 28 El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha, op. cit., 1797, seconde partie, t. V ; Juan Antonio (...)
  • 29 Ibid. : « Esta misma consideracion parece justo se tenga tambien en la geografia que observó Cervan (...)
  • 30 Ibid., p. 445-446 : « […] si tal vez se nota alguna obscuridad, contradicion é inconseqüencia en la (...)

15En 1797, Pellicer récuse la perspective critique adoptée par Vicente de los Ríos parce que, dit-il, la chronologie de Cervantès n’est pas celle d’un historien « qui suit avec exactitude la raison et l’ordre des temps », mais celle d’un poète « qui a coutume de les inverser et bouleverser comme fit Virgile avec Didon et Énée28 ». De même, « d’un poète et auteur de fables chevaleresques, on ne doit pas attendre le respect rigoureux des lois géographiques qui s’impose à l’historien et chroniqueur des faits vrais29 ». D’où les contradictions, obscurités et inconséquences dans la situation des lieux des aventures, « car on doit croire que, comme celles-ci sont chimériques, nombre de lieux où elles arrivèrent le sont aussi30 ».

  • 31 Ibid., p. 460 : « Y supuesto que insinua Cervantes que dos dias, que tardaron en llegar al rio Ebro (...)
  • 32 Ibid., p. 464 : « la Historia nada especifica ».

16En reprenant la distinction si souvent énoncée dans le livre lui-même entre l’histoire et la poésie, mais pour l’inverser (Don Quichotte n’est plus une « histoire » mais une « fable »), Pellicer ne propose ni dates, ni durées. Il nourrit pourtant sa « Description » d’observations érudites, fondées sur des documents qu’il a consultés dans la Bibliothèque du roi ou dans celle de l’Académie d’histoire. Parfois, ces lectures lui permettent de combler les silences du récit. Il en va ainsi des notices consacrées aux trois villes de Cariñera, Cosuenda et Encinacorba qui sont introduites durant deux journées de cheminement sans aventure ni discours, mentionnées au début du chapitre xxix de la seconde partie : « […] on suppléera cette longue inaction et ce long silence, en se référant aux singularités de ces trois villes31 ». L’érudition historique remplit ainsi le blanc de la narration quand « l’Histoire ne précise rien32 ».

  • 33 Ibid. : « Lo cierto es que la geografia, la cronologia, y las circunstancias de castillo, ó palacio (...)
  • 34 Ibid. : « […] es de presumir que nuestro caballero andante se apartase del Ebro, baxando por su ori (...)

17Malgré ses dires, l’identification entre le monde du texte et celui du lecteur demeure toutefois l’une des préoccupations de Pellicer. C’est ainsi qu’il identifie le palais des ducs avec celui des ducs de Villahermosa : « […] tout concourt pour conjecturer que les hôtes de don Quichotte étaient ces seigneurs33 ». À plusieurs reprises, il introduit des hypothèses « réalistes » dans les silences du récit. Alors que Cervantès ne dit rien du chemin suivi par don Quichotte le long de l’Ebre, Pellicer en propose l’itinéraire en se fondant sur l’identification des ducs : « […] on peut présumer que notre chevalier errant s’est écarté de l’Ebre, descendant par sa rive en direction de Saragosse, puisque ces seigneurs étaient les ducs de Villahermosa, qui résidaient à Pedrola34 ». Les « magies » de Don Quichotte paraissent séduire même ceux qui ont posé, en principe, l’illusion de la fable.

  • 35 Elizabeth Franklin Lewis, « Mapping Don Quixote’s route: Spanish cartography, English travelers and (...)
  • 36 Miguel de Cervantès, Don Quichotte, précédé de La Galatée, op. cit., p. 1346. Texte espagnol : Don  (...)

18Les itinéraires tracés sur les cartes de l’Espagne invitent les lecteurs à devenir des compagnons de voyage de don Quichotte et de Sancho35. En situant leurs exploits et leurs déboires dans des lieux bien réels, précisément identifiés, les cartes de 1780 et de 1797 ont plusieurs rôles. Elles proposent un index des aventures du chevalier errant ; elles renvoient les lecteurs à leur propre savoir et à leur propre expérience ; elles donnent à voir l’ouverture des horizons de l’histoire. Commencée dans les espaces étroits du Campo de Montiel et de la Sierra Morena, l’aventure conduit ses héros jusqu’à Barcelone, après la traversée de la Castille et de l’Aragon. Les « chemins poudreux » mènent ainsi à la mer, découverte au chapitre lxi de la seconde partie : « Don Quichotte et Sancho étendirent leurs regards de tous côtés ; ils virent la mer, qu’ils n’avaient jamais contemplée jusqu’alors ; elle leur parut très vaste et immense, bien plus que les lagunes de Ruidera qu’ils avaient vues dans la Manche […]36 ». Sur la carte de 1780, les deux paysages, mer et lagunes, sont indiquées. Le numéro 22, placé dans le Campo de Montiel, désigne les « Lagunes de Ruidera et caverne de Montesinos », tandis que le numéro 33, imprimé à côté de « Barcelona », mentionne le « Lieu de la bataille du chevalier de la Blanche Lune sur la plage de Barcelone, où il [don Quichotte] fut vaincu ».

  • 37 The Life and Exploits of the Ingenious Gentleman Don Quixote de la Mancha [Translated from the orig (...)
  • 38 El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha [Compuesto por Miguel de Cervantes Saavedra], Berlin, (...)
  • 39 El Ingenioso Hidalgo Don Quijote de la Mancha [Compuesto por Miguel de Cervantes Saavedra. Edición (...)
  • 40 El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha [Compuesto por Miguel de Cervantes Saavedra. Nueva ed (...)
  • 41 L’Ingénieux Chevalier Don Quixote de la Manche, Paris, T. Desoer, 1821, 4 vol. Cf. Los Mapas del Qu (...)
  • 42 Le Don Quichotte [Traduit de l’espagnol par H. Bouchon Dubornial, ancien ingénieur des Ponts et Cha (...)
  • 43 El Ingenioso Hidalgo Don Quijote de la Mancha [Compuesto por Miguel de Cervantes Saavedra. Nueva ed (...)
  • 44 El Ingenioso Hidalgo Don Quijote de la Mancha [Por Miguel de Cervantes Saavedra. Obra adornada de 1 (...)

19Les cartes des errances du chevalier deviennent fréquentes dans les éditions de Don Quichotte publiées dans la première moitié du xixe siècle. Elles s’inspirent de l’une ou l’autre des deux cartes espagnoles de la fin du siècle précédent. La carte de 1780 est reprise par une traduction anglaise parue à Londres en 1801, qui révise et corrige celle de Charles Jarvis publiée en 174237, par une édition du texte espagnol à Berlin en 180538, et par l’édition, « en miniature » et en espagnol, publiée à Paris en 1827 et en 1832 par les frères Didot39. La carte de 1797 sert de modèle pour l’édition du texte espagnol publiée à Paris en 1814 par Bossange et Masson40 (qui utilise trois couleurs différentes pour les trois « sorties » de don Quichotte), pour la traduction française publiée par Desoer à Paris en 182141 (avec une carte qui fait ressortir les reliefs montagneux) ou pour une autre traduction française, celle de Bouchon-Dubournial, parue l’année suivante chez Marius Méquignon-Marvis, dont la carte a été « dressée d’après les observations faites sur le terrain par Bory de Saint-Vincent », un militaire naturaliste42. Les deux modèles espagnols se retrouvent dans les premières éditions américaines : l’édition de Boston de 1836 s’inspire de l’édition Bossange, donc de la carte de 179743, tandis que l’édition de Mexico de 1842 est fidèle à celle de 178044.

  • 45 Don Manuel de Foronda, Cervantes, viajero [Con un prólogo del Excmo. señor Don Cayetano Rosell, de (...)

20La même histoire se poursuit dans la seconde moitié du xixe siècle avec, toutefois, une innovation. En 1880, dans le livre de Manuel de Foronda, Cervantes, viajero, ce ne sont pas les itinérances de don Quichotte qui donnent matière à une carte, mais les voyages (attestés ou supposés) de celui qui les a imaginées45. La carte qui couvre tout l’espace méditerranéen, tant européen qu’africain, donne à voir les voyages de Cervantès en Espagne comme compagnon du légat du pape, puis en Italie comme soldat. Elle le suit à la bataille de Lépante en 1571 et marque d’une croix le lieu de sa capture par les pirates barbaresques au large des Baléares, en 1575. Les voyages reprennent après les cinq ans de captivité à Alger avec le retour en Espagne, puis une supposée mais douteuse expédition aux Açores à partir de Lisbonne en 1581 et, finalement, les dernières missions à Mostaganem et à Oran. Les itinérances de Cervantès voyageur lui ont fait parcourir les mêmes espaces que ses personnages : don Quichotte, qui a traversé la Castille et l’Aragon, les pèlerins du Persilès, qui ont suivi le chemin qui mène de Lisbonne à Rome, ou les captifs des Barbaresques, Ruy Pérez de Viedma dans Don Quichotte ou Ricaredo dans L’Espagnole anglaise, conduits tous deux aux bagnes d’Alger par l’infortune des navigations méditerranéennes.

Notes

1 El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha [Compuesto por Miguel de Cervántes Saavedra. Nueva edición corregida por la Real Academia Española], Madrid, Don Joaquín Ibarra, 1780. Cf. Elena Santiago Páez (dir.), De la palabra a la imagen. El « Quijote » de la Academia de 1780, Madrid, Biblioteca Nacional, 2006.

2 Mapa de una porción del Reyno de España que comprehende los parages por donde anduvo don Quijote y los sitios de sus aventuras, in : El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha, op. cit., 1780. Cf. Los Mapas del Quijote, Madrid, Biblioteca Nacional, 2005, p. 42-51.

3 José Manuel Lucía Megías, Leer el Quijote en imágenes. Hacha una teoría de los modelos iconográficos, Madrid, Calambur, coll. « Biblioteca Litterae », 2006, p. 382-443.

4 Miguel de Cervantès, Den Verstandigen Vroomen Ridder, Don Quichot de la Mancha, Dordrecht, Jacobus Savery, 1657.

5 Jorge Luis Borges, « Magies partielles du “Quichotte” », in : Autres Inquisitions / Otras Inquisiciones [1952], in : Œuvres complètes, édition établie, présentée et annotée par Jean-Pierre Bernès, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1993, t. I, p. 707. Texte espagnol : « Magias parciales del “Quijote” », in : Otras Inquisiciones, Madrid, Alianza Editorial, coll. « Biblioteca Borges », 1997, p. 75 : « A las vastas y vagas geografías del Amadís opone los polvorientos caminos y los sórdidos mesones de Castilla […] » ; et p. 76 : « Cervantes se complace en confundir lo objetivo y lo subjetivo, el mundo del lector y el mundo del libro. »

6 Miguel de Cervantès, Les Épreuves et Travaux de Persilès et Sigismunda. Histoire septentrionale, traduit par Jean-Marc Pelorson, in : Nouvelles exemplaires suivies de Persilès, édition publiée sous la direction de Jean Canavaggio avec, pour ce volume, la collaboration de Claude Allaigre et Jean-Marc Pelorson, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2001, p. 774. Texte espagnol : Los Trabajos de Persiles y Sigismunda, historia septentrional, édition de Carlos Romero Muñoz, Madrid, Cátedra, 2003, p. 526-539, ici p. 527 (« […] un lugar, no muy pequeño ni muy grande, de cuyo nombre no me acuerdo […] »).

7 Ibid., p. 774. Texte espagnol : ibid., p. 527 (« […] vieron mucha gente junta, todos atentos mirando y escuchando a dos mancebos que, en traje de recién rescatados de cautivos, estaban declarando las figuras de un pintado lienzo que tenían tendido en el suelo […] »).

8 Frederick A. de Armas (dir.), Ekphrasis in the Age of Cervantes, Lewisburg, Bucknell University Press, 2005.

9 Miguel de Cervantès, Don Quichotte, précédé de La Galatée, édition publiée sous la direction de Jean Canavaggio, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2001, p. 459-460 ; éd. espagnole : Don Quijote de la Mancha, édition dirigée par Francisco Rico, Barcelone, Institut Cervantès – Crítica, 1998, p. 109-110.

10 Miguel de Cervantès, Les Épreuves et Travaux de Persilès et Sigismunda, op. cit., p. 777. Texte espagnol : Los Trabajos de Persiles y Sigismunda, historia septentrional, op. cit., p. 535 (« Para facilitar y poner en obra este deseo, acertaron a pasar por allí unos cautivos, que tan bien lo debían de ser falsos como nosotros agora; les compramos este lienzo y nos informamos de algunas cosas de las de Argel, que nos pareció ser bastantes y necesarias para acreditar nuestro embeleco […] »).

11 Ibid., p. 779. Texte espagnol : ibid., p. 538 (« […] les quiero dar una lición de las cosas de Argel, tal, que de aquí adelante ninguno les coja en mal latín en cuanto a su fingida historia »).

12 Ibid., p. 718. Texte espagnol : ibid., p. 437 (« Desde allí se fueron en casa de un famoso pintor, donde ordenó Periandro que, en un lienzo grande, le pintase todos los más principales casos de su historia. »).

13 Ibid., p. 719. Texte espagnol : ibid., p. 439 (« Este lienzo se hacía de una recopilación que les escusaba de contar su historia por menudo, porque Antonio el mozo declaraba las pinturas y los sucesos cuando le apretaban a que los dijese. »).

14 Miguel de Cervantès, Don Quichotte, précédé de La Galatée, op. cit., p. 1410. Texte espagnol : Don Quijote de la Mancha, op. cit., p. 1202-1203 (« Alojáronle en una sala baja, a quien servían de guadameciles una sargas viejas pintadas, como se usan en las aldeas. En una dellas estaba pintada de malísima mano el robo de Elena, cuando el atrevido huésped se la llevó a Menelao, y en otra estaba la historia de Dido y de Eneas, ella sobre una alta torre, como que hacía de señas con una media sábana al fugitivo huésped, que por el mar sobre una fragata o bergantín se iba huyendo. »).

15 Ibid., p. 1410-1411. Texte espagnol : ibid., p. 1203 (« Yo apostaré – dijo Sancho – que antes de mucho tiempo no ha de haber bodegón, venta ni mesón o tienda de barbero donde no ande pintada la historia de nuestras hazañas; pero querría yo que la pintasen manos de otro mejor pintor que el que ha pintado a estas. – Tienes razón, Sancho – dijo don Quijote –, porque este pintor es como Orbaneja, un pintor que estaba en Úbeda, que cuando le preguntaban qué pintaba, respondía: “Lo que saliere”; y si por ventura pintaba un gallo, escribía debajo: “Este es gallo”, porque no pensasen que era zorra. Desta manera me parece a mí, Sancho, que debe de ser el pintor o el escritor, que todo es uno, que sacó a luz la historia deste nuevo don Quijote que ha salido: que pintó o escribió lo que saliere. »).

16 Historia del famoso cavallero, Don Quixote de la Mancha [Por Miguel de Cervantes Saavedra], Salisbury et Londres, 1781. Cf. Los Mapas del Quijote, op. cit., p. 52-53.

17 El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha [Compuesto por Miguel de Cervantes Saavedra. Nueva edición corregida denuevo, con nuevas notas, con nuevas viñetas, con nuevo análisis y con la vida del autor nuevamente aumentada. Por Don Juan Antonio Pellicer bibliotecario de S.M. y academico de numero de la Real Academia de Historia], Madrid, D. Gabriel de Sancha, 1797-1798. Cf. Los Mapas del Quijote, op. cit., p. 56-61.

18 Ibid., 1797, seconde partie, t. V ; Juan Antonio Pellicer, « Descripción geográfico-histórica de los viages de don Quixote de la Mancha », p. 437-468. La Carta geográfica de los viages de don Quixote y sitios de sus aventuras est insérée entre les pages 468 et 469.

19 Ibid., 1797, seconde partie, t. IV, p. 262 (Plano geográfico de las Lagunas de Ruidera y curso que hacen sus aguas sobrantes con el nombre de Río Guadiana) et p. 244 (Demostración de la celebre Cueva de Montesinos citada por Cervantes en su Don Quixote). Cf. Los Mapas del Quijote, op. cit., p. 62-65.

20 Miguel de Cervantès, Don Quichotte, précédé de La Galatée, op. cit., p. 1065. Texte espagnol : Don Quijote de la Mancha, op. cit., p. 814.

21 Ibid., p. 1071 : « Seules manquent Ruidera et ses filles et nièces [duègne et suivantes de Belerma], qu’en raison de leurs pleurs, et sans doute parce qu’il eut pitié d’elles, Merlin transforma en autant de lagunes qu’on appelle désormais, dans le monde des vivants et dans la province de la Manche, les lagunes de Ruidera. » Texte espagnol : ibid., p. 821-822 (« Solamente faltan Ruidera y sus hijas y sobrinas, las cuales llorando, por compasión que debió de tener Merlín dellas, las convirtió en otras tantas lagunas, que ahora en el mundo de los vivos y en la provincia de la Mancha las llaman las lagunas de Ruidera. »).

22 El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha, op. cit., 1797, seconde partie, t. V ; Juan Antonio Pellicer, « Descripción geográfico-histórica de los viages de don Quixote de la Mancha », op. cit.

23 El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha, op. cit., 1780, t. I ; Vicente de los Ríos, « Plan cronológico del Quixote », p. cliii-clxiv, p. clxiii : « Respecto á que Cervántes fingió á su Héroe moderno, y que á cada paso alude el mismo Don Quixote á sucesos recientes entónces, es fuerza suponerle contemporaneo de Cervántes, y habiéndose impreso el año de 1605 la primera parte del Quixote, su primera salida se supone haber sido el año anterior de 1604, y baxo de este supuesto se funda el siguiente cómputo. »

24 Ibid., p. clviii : « Aqui cometió Cervántes un notable yerro de geografía, porque dividida en cinco jornadas la distancia que hay desde la venta do los títeres, que en el itinerario del mapa es el número 23, hasta el rio Ebro y aventura de barco encantado, número 25, corresponde á cada jornada unas 14 leguas de andadura, y no es posible que Rocinante y el rucio anduviesen tanto camino en tan poco tiempo. »

25 Ibid., p. clx : « […] estando el Lugar de Don Quixote en la Mancha junto al Toboso, y el palacio de los Duques en Aragon á las orillas del Ebro ».

26 Ibid., p. clvii : « También cometió otro yerro de geografía, diciendo, que al salir del Toboso Don Quixote y Sancho siguiéron el camino de Zarago-za, porque todos los Lugares de las aventuras desde el Toboso hasta las lagunas de Ruydera deben estar al medio dia del Toboso, direccion contraria á Zaragoza, que está al norte, como se demuestra en el itinerario se-ñalado en el mapa desde el número 17 hasta el 22. Este yerro le repitió en el cap. xiv. »

27 Ibid. ; Vicente de los Ríos, « Análisis del Quixote », p. xliii-clii, en particulier p. cli : « […] Cervantes escribió su Quixote de primera mano, sin detenerse á confrontar unos lugares con otros, y sin sujetarse á llevar una serie calculada en la cronología de su fábula ».

28 El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha, op. cit., 1797, seconde partie, t. V ; Juan Antonio Pellicer, « Descripción geográfico-histórica de los viages de don Quixote de la Mancha », p. 446 : « […] se debe considerar su cronologia no tanto como la de un historiador, que sigue con exactitud la razon y el orden de los tiempos, quanto como la de un poeta, que los suele invertir y trastornar, segun lo hizo Virgilio con Dido y Eneas ».

29 Ibid. : « Esta misma consideracion parece justo se tenga tambien en la geografia que observó Cervantes, pues de un poeta y escritor de fabulas caballerescas no debe esperarse la rigurosa observancia de las leyes geograficas, que tanto obliga al historiador y cronista de sucesos verdaderos. »

30 Ibid., p. 445-446 : « […] si tal vez se nota alguna obscuridad, contradicion é inconseqüencia en la situacion de los lugares donde sucedieron las aventuras, pues se debe creer que asi como estas son chimericas, lo son igualmente muchos de los sitios donde acaecieron […] ».

31 Ibid., p. 460 : « Y supuesto que insinua Cervantes que dos dias, que tardaron en llegar al rio Ebro Don Quixote y su escudero, los pasaron sin hablar, y sin que les sucediese aventura alguna; se suplira esta dilatada inaccion y largo silencio, refiriendo alguna singularidad de cada una de las tres mencionadas villas. »

32 Ibid., p. 464 : « la Historia nada especifica ».

33 Ibid. : « Lo cierto es que la geografia, la cronologia, y las circunstancias de castillo, ó palacio, de jardin, y de bosque para monteria, que atribuye Cervantes á los huespedes de Don Quixote, se verifican en el palacio de Buenavia que tenían los duques de Villahermosa para su recreo: y todo concurre para conjeturar que estos eran aquellos señores. »

34 Ibid. : « […] es de presumir que nuestro caballero andante se apartase del Ebro, baxando por su orilla en busca de Zaragoza, porque estos señores eran los duques de Villahermosa, que residian en Pedrola ».

35 Elizabeth Franklin Lewis, « Mapping Don Quixote’s route: Spanish cartography, English travelers and national pride », Studies in Eighteenth-Century Culture, vol. 46, 2017, p. 35-48.

36 Miguel de Cervantès, Don Quichotte, précédé de La Galatée, op. cit., p. 1346. Texte espagnol : Don Quijote de la Mancha, op. cit., p. 1130 (« Tendieron don Quijote y Sancho la vista por todas partes: viendo el mar, hasta entonces dellos no visto; parecióles espaciosísimo y largo, harto más que las lagunas de Ruidera que en la Mancha habían visto […] »).

37 The Life and Exploits of the Ingenious Gentleman Don Quixote de la Mancha [Translated from the original Spanish of Miguel de Cervantes Saavedra, by Charles Jarvis, Esq. now carefully revised and corrected: with a new translation of the Spanish poetry. To which is prefixed a copious and new life of Cervantes; including a critique of the Quixote; also the chronological plan of the work. Embellished with new engravings, and a map of part of Spain], Londres, William Miller, 1801, 4 vol. Cf. Los Mapas del Quijote, op. cit., p. 66-67.

38 El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha [Compuesto por Miguel de Cervantes Saavedra], Berlin, Enrique Frölich, 1804-1805, 6 vol. Cf. Los Mapas del Quijote, op. cit., p. 68-69.

39 El Ingenioso Hidalgo Don Quijote de la Mancha [Compuesto por Miguel de Cervantes Saavedra. Edición en miniatura enteramente conforma a la ultima corregida y publicada por la Real Academia Española], Paris, Julio Didot, 1827. Cf. Los Mapas del Quijote, op. cit., p. 82-83.

40 El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha [Compuesto por Miguel de Cervantes Saavedra. Nueva edición, conforme en todo a la de la Real Academia Española, hecha en Madrid en 1782. Además del Juico crítico ó Análisis del Quixote, el Plan cronológico de sus viages, la Vida de Cervantes, y los documentos que la comprueban, comprehendidos en la dicha edición de la Academia; se han añadido a esta las notas críticas y curiosas al Don Quixote, escritas por el señor Pellicer, Bibliotecario de S.M. etc. con hermosas láminas. Edición hecha baxo la dirección de Jose Rene Masson], Paris, Bossange et Masson, 1814, 7 vol. Cf. Los Mapas del Quijote, op. cit., p. 72-73.

41 L’Ingénieux Chevalier Don Quixote de la Manche, Paris, T. Desoer, 1821, 4 vol. Cf. Los Mapas del Quijote, op. cit., p. 74-75.

42 Le Don Quichotte [Traduit de l’espagnol par H. Bouchon Dubornial, ancien ingénieur des Ponts et Chaussées de France et ancien professeur de l’Académie royale et militaire espagnole ; nouvelle édition, revue, corrigée, ornée de douze gravures, et de la carte du voyage], Paris, Méquignon-Marvis, 1822, 4 vol. Cf. Los Mapas del Quijote, op. cit., p. 76-77.

43 El Ingenioso Hidalgo Don Quijote de la Mancha [Compuesto por Miguel de Cervantes Saavedra. Nueva edición clásica, ilustrada con notas históricas, gramaticales y críticas, por la Academia Española, sus individuos de número Pellicer, Arrieta, y Clemencín. Enmendada y corregida por Francisco Sales, A.M. instructor de Francés y Español en la Universidad de Harvard, en Cambrigia, Estado de Massachusetts, Norte América, Boston, Perkins y Marvin; Hilliard, Gray, y Cia; Russell, Shattuck, y Cia; Crocker y Brewster; Munroe y Francis; S. Burdett], 1836, 2 vol. Cf. Los Mapas del Quijote, op. cit., p. 86-87.

44 El Ingenioso Hidalgo Don Quijote de la Mancha [Por Miguel de Cervantes Saavedra. Obra adornada de 125 estampas litográficas y publicada por Masse y Decaen, impresores, litógrafos y editores], Mexico, Ignacio Cumplido, 1842, 2 vol. Cf. Los Mapas del Quijote, op. cit., p. 88-89.

45 Don Manuel de Foronda, Cervantes, viajero [Con un prólogo del Excmo. señor Don Cayetano Rosell, de la Real Academia de la Historia, y un mapa con los viajes de Cervantes formado por Don Martín Ferreiro], Madrid, Fortanet, 1880.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Carte d’une partie du royaume d’Espagne, qui comprend les contrées que parcourut don Quichotte, et les sites de ses aventures, dessin de Tomás López.
Légende Extraite de Miguel de Cervantès, El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha, Madrid, Don Joaquín Ibarra, 1782, hors-texte. Rééd. in-octavo de l’édition in-quarto de 1780.
Crédits Kislak Center for Special Collections, Rare Books and Manuscripts, University of Pennsylvania.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/14195/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 2. Carte géographique des voyages de don Quichotte et des sites de ses aventures, dessin de Manuel Antonio Rodríguez.
Légende Extraite de Miguel de Cervantès, El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha, Madrid, D. Gabriel de Sancha, 1797, seconde partie, t. V, entre les p. 468 et 469.
Crédits Kislak Center for Special Collections, Rare Books and Manuscripts, University of Pennsylvania.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/14195/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 3. Plan géographique des lagunes de Ruidera et le cours des eaux qui en sortent sous le nom de Rio Guadiana, levé par Juan de Villanueva.
Légende Extrait de Miguel de Cervantès, El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha, Madrid, D. Gabriel de Sancha, 1797, seconde partie, t. IV, p. 262.
Crédits Kislak Center for Special Collections, Rare Books and Manuscripts, University of Pennsylvania.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/14195/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 4. Vue de la célèbre caverne de Montesinos, dessin de Louis Paret y Alcázar.
Légende Extraite de Miguel de Cervantès, El Ingenioso Hidalgo Don Quixote de la Mancha, Madrid, D. Gabriel de Sancha, 1797, seconde partie, t. IV, p. 244.
Crédits Kislak Center for Special Collections, Rare Books and Manuscripts, University of Pennsylvania.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/14195/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search