Version classiqueVersion mobile

Énergie solaire photovoltaïque et transition énergétique

 | 
Daniel Lincot

Préface

Thomas Römer

Texte intégral

M. le Président-Directeur général du CNRS, cher Antoine Petit,
Mesdames et Messieurs les chefs d’établissement,
M. le Directeur général de la fondation Bettencourt Schueller, cher Olivier Brault,
Mesdames, Messieurs les Professeurs, chers collègues, chers amis,
Mesdames, Messieurs,

1C’est un plaisir pour moi de vous souhaiter la bienvenue pour la leçon inaugurale de Daniel Lincot, titulaire de la chaire annuelle d’Innovation technologique Liliane Bettencourt. Cette chaire, créée en 2006, marque la volonté commune du Collège de France et de la fondation Bettencourt Schueller de mettre en valeur l’importance des recherches consacrées à l’innovation technologique. Cette année, la chaire est consacrée au thème : « Énergie solaire photovoltaïque et transition énergétique », et M. Lincot en est le 15e titulaire.

2La domestication du feu par l’Homme est souvent considérée comme le début de la civilisation humaine. Elle marque le passage d’une alimentation crue à une nourriture cuite, avec toutes les conséquences biologiques, sociologiques et sociales que cela engendre. Source de lumière, le feu est aussi, et davantage peut-être, source de chaleur et d’énergie calorifique. Comme source de chaleur, il réchauffe l’habitation et se trouve ainsi à l’origine de la quête par l’humanité des énergies facilitant la vie et permettant le progrès.

3De nombreux mythes de régions très éloignées les unes des autres s’intéressent à l’origine de cette maîtrise du feu par les humains, à cette relation profonde entre l’Homme et le feu. Le feu, sortant l’être humain de l’animalité, le conduit souvent aussi vers la sphère divine. Dans les traditions mythologiques, le feu n’est pas simplement découvert, il est souvent volé, et l’humanité doit, d’une manière ou d’une autre, payer le prix de ce vol. Et le feu menace toujours d’échapper au contrôle de l’humain. L’extrême dépendance dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui vis-à-vis des énergies n’est-elle pas un écho de ce lien fondamental entre le feu et l’Homme ?

4Il existe un lien évident entre le feu et le Soleil, au niveau des récits mythiques, comme au niveau énergétique. L’étoile que nous appelons « Soleil » émet en une seule seconde plus d’énergie que l’humanité n’en a jamais consommé.

5Depuis la révolution industrielle au xixe siècle, le recours à des sources d’énergie comme le charbon et le pétrole a été massif et il a fait oublier les contraintes réelles de la nature qui, depuis quelques décennies, ne peuvent plus être ignorées. Le thème des énergies nouvelles, renouvelables, moins polluantes, est devenu une des préoccupations majeures des sociétés industrialisées.

6Au sein de la recherche menée sur les énergies renouvelables, l’énergie solaire semble être une source d’énergie très prometteuse. Il s’agit d’une énergie universelle et abondante. L’énergie solaire photovoltaïque est le résultat de la transformation de la lumière du Soleil, portée par les photons, en énergie électrique. Longtemps considérée comme une énergie trop chère et difficile à produire à grande échelle, l’énergie solaire est devenue aujourd’hui un pilier incontournable.

7L’abondance de la ressource solaire et sa distribution au niveau mondial font que son potentiel de développement et d’accélération est considérable, allant du local, avec les toits des maisons, aux grandes installations terrestres ou maritimes.

8Nous avons pour approfondir ce thème pu recruter le meilleur spécialiste de l’énergie solaire photovoltaïque : Daniel Lincot.

9Daniel Lincot est directeur de recherche émérite au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et, depuis 1978, un acteur des recherches dans le domaine de l’énergie solaire photovoltaïque, où il a contribué à des avancées significatives. Sa spécialité est l’interface entre la chimie, les matériaux et le photovoltaïque. Il est l’auteur de plus de trois cents publications et de vingt-deux brevets. Il a mené des activités d’enseignement, en particulier à Chimie ParisTech et dans diverses universités et écoles. Après des études à l’École supérieure de physique et de chimie industrielles (ESPCI), il entre au CNRS en 1980, où il se consacre à la photo-électrochimie des semi-conducteurs, puis à l’élaboration de couches minces pour les applications photovoltaïques. Celle-ci conduira à la création avec EDF de l’Institut de recherche et de développement sur l’énergie photovoltaïque. En 2008, il préside la Conférence européenne sur l’énergie solaire photovoltaïque à Valence, en Espagne. En 2013, il participe à la création de l’Institut photovoltaïque d’Île-de-France (IPVF), dont il a été directeur scientifique jusqu’en juillet 2019. Son activité a été reconnue par plusieurs prix et distinctions, dont la médaille d’argent du CNRS en 2004, le prix Pierre-Süe de la Société chimique de France (2015) et le prix Ivan Peychès de l’Académie des sciences (2020). Il participe au débat public sur la question des énergies renouvelables et intervient dans le développement des initiatives citoyennes sur la transition énergétique.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search