Version classiqueVersion mobile

La Critique de la raison pure de Kant

 | 
Martial Gueroult

Faire fond(s)

Laure Léveillé

Texte intégral

Les Archives du Collège de France

1Le service des Archives du Collège de France est encore jeune, surtout si l’on songe que le Collège lui-même fêtera ses cinq cents ans en 2030. Ce n’est véritablement que depuis 2013 que les nombreux mètres linéaires d’archives scientifiques – celles qui témoignent des activités de recherche et de cours – sont aisément consultables sur le site même où elles ont été produites ou dans ses plus proches parages. Cinq personnes travaillent à les préserver et à les valoriser. Colligere1, le carnet de recherche des Bibliothèques et Archives du Collège de France, vient de fêter quant à lui ses cinq ans d’existence sur la plateforme Hypotheses d’OpenEdition, partenaire privilégié des Éditions du Collège de France. Cette cohérence éditoriale, soucieuse de science ouverte et intègre, reflète en outre une cohérence de mission publique : offrir une fenêtre ouverte sur les fonds d’archives et de bibliothèque de l’institution, ouvrir les sources, la bibliographie et les témoignages autant que le sont les cours eux-mêmes, dans le respect des règles et des délais légaux de communication, prodiguer les moyens de faire des recherches sur la « recherche en train de se faire » telle qu’elle est enseignée au Collège de France.

  • 2 Sur ce thème, nous renvoyons au récent entretien accordé à Colligere par Nicolas Offenstadt, histor (...)

2Faire fonds, pour un lot d’archives collectées dans des conditions chaque fois particulières, ne va pas de soi. On peut employer communément le terme fonds pour désigner ce lot comme un ensemble plus ou moins déterminé ; on peut aussi choisir de réserver le mot à un ou plusieurs lots d’archives présentant une certaine cohérence2. Cette cohérence n’est pas toujours patente au premier regard – un seul coup d’œil peut-il d’ailleurs embrasser plusieurs dizaines de cartons de papiers disparates et plus ou moins lisibles ? Le premier travail des archivistes consiste à ordonner sans trop dénaturer l’ordonnancement initial, à statuer sur ce qui fut le résultat d’une volonté constante de classement, ou de volontés successives de classification personnelle, ou bien simplement le produit de strates contraintes par un environnement de travail, la taille d’un bureau ou d’une bibliothèque privée.

3Aux Archives du Collège de France, pour tout ce qui concerne les activités d’enseignement de la recherche, c’est le nom du professeur qui donne sa première cohérence à un « fonds », mais cette cohérence prend des aspects et des degrés variables selon les professeurs et les chaires. Tous les professeurs n’ont toutefois pas laissé leurs archives scientifiques au Collège : aucune réglementation ne le leur prescrit. Lorsqu’ils existent, tous les lots de papiers ne font pas « fonds » de la même manière : certains sont systématiques et cohérents (des séries de cours repérables dans leur succession chronologique en regard des autres sources présentes au Collège, notamment l’Annuaire du Collège de France) ; d’autres sont très lacunaires, certains n’occupant pas plus d’un ou deux cartons. La volumétrie et la nature des contenus sont ainsi très diverses.

4Quelle que soit cette variété, il y aura toujours, pour le chercheur spécialiste comme pour le citoyen curieux des archives, de quoi faire fond (sans « s »), à différents niveaux : tous pourront se fier aux documents primaires pour approcher l’activité des anciens professeurs, certes pas toujours de manière complète ni exhaustive, mais en tout cas pour enrichir les témoignages plus officiels et constitués qu’en donnent les sources publiées, à savoir au premier chef les deux corpus phares que sont les leçons inaugurales, publiées systématiquement par le Collège de France depuis 1949, et les résumés annuels de l’Annuaire du Collège de France. On peut y ajouter un troisième corpus disponible en ligne dans son intégralité sur Salamandre3, la plateforme numérique des Archives du Collège de France : celui des affiches4 annonçant les cours de l’année.

5La collection « Faire savoir » est l’occasion de puiser à l’un ou à plusieurs de ces gisements d’archives dont une part est déjà décrite et inventoriée en ligne sur Salamandre, et dont l’inventaire reste à réaliser pour l’autre part. La rencontre avec les chercheurs spécialistes de telle ou telle discipline illustrée par les chaires se révèle souvent féconde pour le travail minutieux, long et normalisé des archivistes. La numérisation de l’inventaire va parfois de pair avec celle des pièces elles-mêmes, en mode image ou en texte intégral, mais ce n’est pas systématique. Autant que possible, les ouvrages de la collection « Faire savoir » renvoient le lecteur à l’archive, à la source originale des livres, afin qu’il dispose des clés et des moyens de « faire fond » par lui-même sur ce qui fait fonds dans les archives.

Martial Gueroult et ses travaux sur Kant

6Les descendants directs de Martial Gueroult ont donné les papiers du professeur au Collège de France le 28 novembre 2014. Ce fonds scientifique est à la cote 70 CDF 1-169 et comporte des pièces dont les bornes chronologiques couvrent plus d’un siècle, de 1878 à 1988. Il représente matériellement 4 mètres linéaires et 10 cartons « dimab » (H. 285 × l. 310 × L. 400 mm), soit un fonds de volumétrie relativement modeste en comparaison de certains qui peuvent atteindre 80 à 100 cartons. Les pièces sont rédigées en langue française majoritairement, mais aussi en allemand (eu égard aux philosophes étudiés), plus marginalement en grec ancien. Par ailleurs, son dossier administratif a été constitué au fil de sa carrière et se trouve à la cote 16 CDF 170.

  • 5 Un cours à la faculté des lettres de Strasbourg est conservé dans une enveloppe où est inscrite la (...)
  • 6 Voir, entre autres, le rapport en faveur de la création d’une chaire Histoire et technologie des sy (...)

7Les archives scientifiques de la cote 70 CDF contiennent des cours rédigés, dont celui ayant eu vocation à devenir un tapuscrit d’ouvrage, des notes de cours et de travail, des notes de cours suivis par Gueroult, des pièces concernant le suivi de travaux d’étudiants, ainsi que des correspondances. Notons d’ores et déjà qu’on n’y repère pas tous les cours professés au Collège de France, alors que des cours donnés à l’université de Strasbourg ou à la Sorbonne s’y trouvent5. Avant d’offrir quelques points de vue sur les sources scientifiques liées au présent ouvrage, il est intéressant de revenir aux sources de la candidature et de l’élection, que l’on peut consulter dans d’autres fonds décrits sur Salamandre6 et numérisés.

8Dans le fonds des procès-verbaux de l’Assemblée des professeurs, à la cote 4 AP 543 m se trouve une version tapuscrite annotée du rapport que rendit le philosophe Louis Lavelle à l’Assemblée des professeurs, en date du 24 juin 19517. Lavelle, qui occupe alors depuis dix ans la chaire de philosophie laissée vacante par Henri Bergson, évoque d’emblée la « surprise » qu’a suscitée chez « quelques-uns » de ses collègues l’intitulé de la chaire à laquelle postule Gueroult et qui épouse le projet philosophique du candidat : « Histoire et technologie des systèmes philosophiques ». Aussi entreprend-il d’éclairer ce titre programmatique – ce programme pour la chaire du Collège est en fait déjà en partie accompli par les enseignements qui l’ont précédée et par des ouvrages que citera Lavelle plus loin dans le rapport – et de le situer dans la recherche du postulant sur les rapports entre la philosophie et son histoire, sur la possibilité même d’une histoire de la philosophie. Il faut noter qu’un an plus tard, Maurice Merleau-Ponty sera élu sur la chaire Philosophie – tout court, ou « pure et dure » a-t-on presque envie de commenter –, celle de Bergson avant d’être celle de Lavelle, celle qui déplaça au premier xxe siècle des foules presque idolâtres et emplit la salle 8 du Collège de France, d’après divers témoignages, notamment photographiques8. Même si le phénoménologue n’omet pas de citer, comme il est coutume de le faire, dans sa leçon d’ouverture prononcée le 15 janvier 19539, les noms de Lavelle et de Gueroult, il est frappant de comparer aujourd’hui la postérité de chacun de ces protagonistes. Merleau-Ponty y apparaît comme le « philosophe », là où Gueroult semble davantage se poser en technicien ou « technologue », selon sa propre terminologie, ce qui, de l’aveu même de certains de ses anciens étudiants, constitua la matrice d’un enseignement éminemment utile et apprécié pour apprendre à explorer, en les arpentant, les différents territoires philosophiques connus. Gueroult n’a pas construit de nouveau système philosophique au sens où il l’entend lui-même, mais une nouvelle méthode consistant à savoir aborder et mettre au jour le discours de la méthode contenu dans chaque système philosophique. Ce faisant, il crée toutefois une nouvelle philosophie de l’histoire de la philosophie et ce qu’il nomme la « dianoématique ».

9Louis Lavelle le présente ainsi dans son rapport à l’Assemblée :

  • 10 Page 2 du rapport : sont rayés les éléments supprimés au stylo bille bleu sur cette version tapuscr (...)

C’est dire que pour lui [le candidat de première ligne, Martial Gueroult], les systèmes philosophiques, à côté de la réalité historique qui fait qu’ils n’ont pu naître qu’à une époque déterminée, ont encore une réalité qui non seulement survit à cette époque mais qui est intemporelle c’est-à-dire indépendante de toute époque, si l’on considère seulement l’architecture des concepts dont ils nous donnent le spectacle. Ainsi voit-on un cristal dont le géologue explique la formation graduelle offrir aujourd’hui au géomètre une figure présente dont il celui-ci peut nous dire la loi10.

  • 11 Christope Charle et Eva Telkès, Les Professeurs du Collège de France : dictionnaire biographique (1 (...)

10En général, les rapports de candidature offrent une synthèse des étapes de la carrière, là où les dossiers de professeur, conservés à la cote générique 16 CDF, fournissent des pièces plus détaillées et officielles (curriculum vitae, listes de titres et travaux parfois réunis dans un tiré à part imprimé pour l’occasion, dossiers de pension civile retraçant l’ensemble du parcours professionnel, etc.). Dans les pages suivantes de son rapport, Lavelle survole la carrière de Gueroult, depuis sa formation d’agrégé, docteur en philosophie, passé par la rue d’Ulm, jusqu’aux trois grandes affectations académiques successives. On comprend que les cours conservés aux Archives du Collège de France, dont les datations et annotations témoignent qu’ils ont déjà été en partie professés, ont pu l’être à l’université de Strasbourg, où Gueroult enseigna l’histoire générale de la philosophie de 1922 à 1945 (plus précisément, en 1922-1923, puis de 1929 à 1945), ou plus tard à la Sorbonne, où il fut titulaire de la chaire d’histoire de la philosophie moderne de 1945 à 1951, juste avant son élection au Collège de France. Strasbourg, la Sorbonne et le Collège de France : on reconnaît là l’un des itinéraires académiques réputés « classiques » depuis les travaux prosopographiques de Christophe Charle, entre autres11. On peut mentionner également Clermont-Ferrand, où l’université de Strasbourg est transférée dans les quelques mois suivant l’exode de 1940.

11Dans ce rapport de Lavelle, la figure tutélaire de Kant est évoquée succinctement (en page 5), mais elle veille assurément en filigrane dans le déroulé de la recherche conduite par Gueroult. Celle-ci débute, comme à rebours, par un travail sur Fichte, l’auteur qu’étudie sa thèse principale ; Fichte, le postkantien, celui qui a véritablement élaboré un système dont le maître avait éclairé les conditions de possibilité et édifié les outils, sinon les fondations. Pour son rapport, Lavelle s’appuie évidemment sur la lecture de la thèse et des ouvrages déjà publiés ou sur le métier. Il n’évoque pas d’ouvrage qui aurait été consacré à Kant, alors qu’il en annonce d’autres :

  • 12 Ce « Descartes » paraîtra en deux volumes chez Aubier en 1953, dans la collection « Philosophie de (...)
  • 13 Pages 7-8 du rapport.

Les projets de M. Gueroult sont plein de grandeur. Il va nous donner au mois d’octobre un Descartes12 comparable à son Fichte […]. Le grand problème pour M. Gueroult c’est de montrer quels sont les rapports de la philosophie avec l’histoire de la philosophie. À ce problème est sera consacré le quatrième volume de son cette œuvre fondamentale qu’il a en chantier et dont les trois premiers décrivent les rapports de la philosophie avec son passé en Europe et plus particulièrement en Allemagne et en France des origines jusqu’à nos jours. + il a le projet de fournir ensuite les deux immenses systèmes de Malebranche et Leibniz13.

Tout se passe comme si, dans son dessein de mettre au jour l’architecture et l’architectonique des grands systèmes philosophiques – en l’occurrence allemand et français de la philosophie moderne –, Martial Gueroult avait commencé par « déblayer le terrain », par dégager, dé-couvrir les monuments autour du Monument. Postkantiens et prékantiens sont ainsi examinés, mais pas dans un ordre chronologique, ni comme le ferait un archéologue y cherchant des strates historiques à dater, mais plutôt en géomètre ou en arpenteur, selon le type d’images que Gueroult convoque lui-même plus volontiers pour décrire son travail. Sa recherche « technologique » s’effectue au sein d’une temporalité propre aux systèmes philosophiques eux-mêmes et qui s’accommoderait mal d’une histoire réduisant ces systèmes à des « faits » ou à des événements de pensée. L’examen matériel des papiers laissés par Gueroult peut être révélateur à cet égard : on pourra y chercher ce qui témoigne d’un travail de dégagement, de mise au jour par abords concentriques plutôt que successifs. Du moins est-ce là une piste pour approcher cette matière archivistique. On peut relever que les cours tapuscrits sont annotés à plusieurs époques, et raturés aussi, et que de nombreux ajouts rendent parfois la lecture et le déchiffrage difficiles.

  • 14 Ainsi, les Archives conservent à la cote 70 CDF quatre grands dossiers de cours consacrés à Descart (...)

12Dans la liste chronologique des quelque dix années de cours donnés par Martial Gueroult au Collège de France, Kant occupe presque le centre géométrique : trois années académiques – 1957-1958, celle qui occupe le présent volume, 1958-1959 et 1959-1960 –, trois années sur les dix ans d’enseignement, inaugurés par un cours sur Descartes, sans doute parce qu’il y a là le premier des « discours sur la méthode » dont Gueroult considère que, depuis Descartes, il en gît un en chaque système ou monument philosophique14.

13À partir de ce cycle kantien de trois cours, Gueroult adopte un nouveau rythme pédagogique qui est aussi une concentration : ses deux séances hebdomadaires se consacrent au même sujet. Il conservera cette organisation pour ses deux derniers cours, consacrés à l’Éthique de Spinoza.

  

14En dehors des sources exploitées par Arnaud Pelletier et se rapportant au cycle kantien de cours sur trois ans, on repère les pièces suivantes :

15– En 70 CDF 27 1 à 2, sans date : un cours en dix leçons représentant 186 feuillets (125 dans sa version 2 tapuscrite annotée) sur « l’Idéalisme », où l’on trouve trois leçons consacrées à Kant ; les cours 6 et 7 sont d’ailleurs respectivement consacrés à l’Esthétique transcendantale et à l’Analytique transcendantale.

  • 15 Sur ce thème des archives gigognes, qui se matérialise fort souvent dans les lots de papiers et pos (...)

16– En 70 CDF 31 : un dossier renfermant 40 feuillets manuscrits difficilement lisibles et datés pour certains de 1907 (datation précise à confirmer, mais plaidant pour des notes prises par Gueroult élève). Certains de ces feuillets sont consacrés à Kant, parmi d’autres sur Platon, Aristote, etc. Ces feuillets peuvent avoir servi de sources au travail de Gueroult, à l’instar des cours de ses maîtres en philosophie antique, Émile Boutroux et Léon Robin, qu’il a précieusement gardés et qui côtoient aujourd’hui ses propres papiers de cours, comme des archives dans les archives15.

17– En 70 CDF 104-1 et 2 : des « Notes de travail », dont la version tapuscrite d’un article de Victor Delbos sur « L’expérience chez Kant ». En ce qui concerne la philosophie moderne, c’est à l’influence de Victor Delbos que Martial Gueroult attribue la majeure partie de sa formation.

18– En 70 CDF 103 : un tapuscrit sur « La liberté chez Kant ».

19Le reste des notes sur Kant se rapportent plus à la Raison pratique et à la Métaphysique des mœurs qu’à la Critique de la raison pure, semble-t-il, d’après les titres.

20– En 70 CDF 148 : un cahier d’écolier portant une écriture au crayon de papier et une liasse de feuillets manuscrits à l’encre sur le thème « Morale de Kant et morale de Fichte », contenant une table des matières recopiée en feuillet paginé 295 et suivants (non paginés, la pagination reprend ensuite à 296 après cette table), avec la mention « Rerum tabularum confecit Th. Ruyssen 6 février 1892 ». Il faudrait confirmer qu’il peut s’agir de la table du Kant de Théodore Ruyssen, paru chez Alcan dans la collection « Les Grands Philosophes » en 1900.

  • 16 Deux paginations coexistent en effet et témoignent à leur façon de ce travail de reprise des cours (...)

21– En 70 CDF 9 : un cours manuscrit de plus de 350 feuillets et de 62 leçons, où l’on trouve des mentions de dates dont 1931, 1932, 1933…, ce qui semble donc correspondre à la période strasbourgeoise de Gueroult : voir, par exemple, le feuillet paginé 152 (en haut à droite) et « 68 » en haut-milieu16, où est convoqué le fameux exemple de 7 + 5 = 12 dans la partie explicitant que la mathématique (en l’occurrence l’arithmétique) offre des propositions qui sont des jugements synthétiques a priori. On pourra confronter cette rédaction avec celle du même « épisode » de la démonstration dans le cours tapuscrit, version 1, feuillet paginé 42 au crayon en haut à droite. On peut poursuivre la comparaison avec ce qui est dit de la géométrie puis de la physique (feuillets suivants, dans le même ordre, sur les deux sources différentes).

22D’autres confrontations sont possibles dans les exposés respectifs :

– celui du cours professé en 1933, « 32e leçon. Exposition de l’Esthétique transcendantale », commencé au feuillet 158 (74), avec celui de la page 64, « L’Esthétique transcendantale » de la version 1 du tapuscrit de cours de 1957-1958 ;

– celui de l’« Introduction à la Log.[ique] Transcend. Les Catégories » (feuillet 180 [111]), avec le chapitre « Logique transcendantale » du tapuscrit, page 109.

23Le découpage des cours annuels en « leçons » peut à son tour être comparé aux tables des matières des ouvrages.

24Ainsi peut être abordée l’évolution dans la façon d’exposer le système kantien – ce système, lui, est dégagé comme intemporel, « invulnérable à l’histoire », selon la philosophie de l’histoire de la philosophie propre à Gueroult, mais l’approche de ce dernier, dans son point de vue face à ce système, n’est pas sans évoluer. Quant à la forme d’un cours lui-même déployé en cours successifs et professé à différentes étapes de la carrière, elle n’est pas non plus celle d’un ouvrage publié en une fois. À cet égard, le même type d’investigation pourrait être conduit en confrontant les cours conservés sur Spinoza et l’ouvrage consacré à l’Éthique, publié dans la collection de Martial Gueroult chez Aubier-Montaigne en 1968.

  • 17 C’est Michel Foucault qui fut élu.
  • 18 Patrick Cerutti (dir.), Histoire de la philosophie. Idées, temporalités et contextes, Paris, Vrin, (...)

25Les correspondances conservées dans le fonds « Gueroult », elles, datent pour la plupart de l’année 1953 : à cette date, Gueroult enseigne depuis deux ans à peine, et son cycle de cours sur Kant n’est pas encore intervenu. Il s’agit majoritairement de correspondances entrantes (des lettres adressées au professeur) ; parmi les scripteurs, on repère plusieurs philosophes, de plusieurs générations, dont certains ont été, sont à cette date ou seront plus tard eux aussi professeurs au Collège de France : c’est le cas de Jean Hyppolite (1907-1968), qui occupera la chaire Histoire de la pensée philosophique de 1963 à 1968, ou encore de Jules Vuillemin (1920-2001), titulaire de la chaire Philosophie de la connaissance de 1962 à 1990, ou enfin de Gilles-Gaston Granger (1920-2016), professeur sur la chaire Épistémologie comparative de 1986 à 1991. Plusieurs des correspondants sont également spécialistes du xviiie siècle, des théories de la connaissance ou de la science. Il pourrait être intéressant de se plonger dans ces correspondances pour y repérer les traces d’éventuels échanges autour des recherches de Gueroult sur Kant. Au nombre des correspondants se trouvent en outre le leibnizien Yvon Belaval (1908-1988), soutenu par Gueroult pour la succession de Jean Hyppolite au Collège en 196917, et Victor Goldschmidt (1914-1981), dont on peut lire les textes, comme celui de Gueroult, dans le récent ouvrage publié par Patrick Cerutti, Histoire de la philosophie. Idées, temporalités et contextes18. Il se trouve enfin une correspondance, explicitement relative à Kant, avec Heinz Heimsoeth (1886-1975) ; les deux lettres, rédigées en allemand, datent de 1963-1964.

26Dans la suite du précieux travail d’édition accompli par Arnaud Pelletier, plusieurs pistes de recherche s’offrent donc encore au sein des Archives du Collège de France.

*

27Cette plongée dans les archives aura, nous l’espérons, montré les enjeux de faire fond(s), selon l’homophonie de ces deux termes. L’enjeu s’impose encore davantage lorsqu’il s’agit d’établir et d’éditer un texte à partir de ces archives, de publier un inédit, avec tous les accords préalables requis, bien sûr. Il peut sembler paradoxal d’assister à la naissance de l’ouvrage posthume d’un auteur dont la pensée peut inciter à une certaine réserve à l’égard des inédits. Dans l’ouvrage cité plus haut, Patrick Cerutti, auteur de la « Présentation générale », articule ainsi les réflexions de Gueroult et de son disciple Goldschmidt :

  • 19 Ibid., p. 36. Le texte de Victor Goldschmidt, intitulé « Temps historique et temps logique dans l’i (...)

Comme il [Martial Gueroult] le dit dans le texte que nous rééditons [en pages 123-142 « Logique, architectonique et structures constitutives des systèmes philosophiques (1957) »], l’étude des circonstances contingentes qui ont influencé une pensée relève d’une science des faits, pour laquelle il ne faut avoir que dédain. Seule la connaissance de la structure et l’analyse des techniques démonstratives qu’un auteur utilise permettent de comprendre son œuvre et d’en appréhender l’origine. Le seul contexte qui vaille d’être étudié est le contexte interne. D’où le primat à ses yeux, de l’œuvre faite et surtout, comme le dit Victor Goldschmidt, de « l’œuvre assumée » : « quel que soit le prix des inédits, ils ne sont pas, conçus dans un temps seulement vécu, élevés dans le temps logique, qui, seul, permet l’exercice de la responsabilité philosophique. Notes préparatoires où la pensée s’essaie et s’élance, sans encore se déterminer, ce sont des lexeis sans croyance et philosophiquement irresponsables ; elles ne peuvent se prévaloir contre l’œuvre, pour corriger celle-ci, la prolonger, la couronner »19.

28Les éléments de la présente rubrique ne prétendent en aucun cas à l’exhaustivité, non plus qu’à remplacer une exploration directe au sein des archives laissées par les ayants droit de Martial Gueroult. Aussi invitons-nous les chercheurs à poursuivre l’examen entrepris avec l’édition de ce cours magistral.

Notes

1 Voir https://archibibscdf.hypotheses.org/.

2 Sur ce thème, nous renvoyons au récent entretien accordé à Colligere par Nicolas Offenstadt, historien et donateur des archives de son bisaïeul, le professeur Isidore Lévy, aux Archives du Collège de France : https://archibibscdf.hypotheses.org/11326.

3 Voir https://salamandre.college-de-france.fr/.

4 Voir https://salamandre.college-de-france.fr/archives-en-ligne/ead.html?id=FR075CDF_00AFF0004&c=FR075CDF_00AFF0004_e0000017.

5 Un cours à la faculté des lettres de Strasbourg est conservé dans une enveloppe où est inscrite la date « décembre 1928 » et le titre étonnant « Psychologie commerciale ». Il s’agit en fait d’un cours sur la « Psychologie de Proust », puis d’un autre intitulé « Psychologie et littérature ». On trouve aussi, à la cote 70 CDF 25, ce qui est probablement un cours sur le Sophiste de Platon, professé en Sorbonne, avant l’élection au Collège de France.

6 Voir, entre autres, le rapport en faveur de la création d’une chaire Histoire et technologie des systèmes philosophiques par Jean Pommier, 4 AP 542 q (https://salamandre.college-de-france.fr/archives-en-ligne/ead.html?id=FR075CDF_00RAP001&c=FR075CDF_00RAP001_de-319) ; la candidature de Martial Gueroult, compte rendu de l’Assemblée du 11 mars 1951, 4 AP 542 (https://salamandre.college-de-france.fr/archives-en-ligne/ead.html?id=FR075CDF_000AP0004_2&c=FR075CDF_000AP0004_2_de-535) ; et la présentation des titres et travaux de M. Martial Gueroult et de M. Jean Hyppolite par Louis Lavelle, 24 juin 1951, 4 AP 543 m et 14 CDF 57 (https://salamandre.college-de-france.fr/archives-en-ligne/ead.html?id=FR075CDF_00RAP001&c=FR075CDF_00RAP001_tt5-79).

7 Rapport de Louis Lavelle à l’Assemblée du 24 juin 1951 : https://salamandre.college-de-france.fr/archives-en-ligne/ark:/72507/r20022z8666mxk/f1. Présentation des titres et travaux de M. Martial Gueroult et de M. Jean Hyppolite, p. 2.

8 Voir https://www.college-de-france.fr/site/henri-bergson/Hommage-de-l-administrateur.htm.

9 Voir la cote CDF LEC 10-18 à la bibliothèque patrimoniale du Collège de France.

10 Page 2 du rapport : sont rayés les éléments supprimés au stylo bille bleu sur cette version tapuscrite, et soulignés les éléments qui ont été ajoutés à la main. Sur le processus d’élection en général et sur l’analyse du rôle que joua cet intitulé de chaire dans la candidature et le choix de Martial Gueroult (plutôt que d’Alexandre Koyré dont la candidature était défendue par l’historien Lucien Febvre et le physicien Francis Perrin), nous renvoyons au travail de Wolf Feuerhahn dans l’ouvrage publié sous sa direction et intitulé La Politique des chaires au Collège de France (Paris, Collège de France/Les Belles Lettres, coll. « Docet omnia », 2017) : voir, en particulier, « L’atelier des intitulés du Collège de France », p. 15-50, https://doi.org/10.4000/books.lesbelleslettres.137.

11 Christope Charle et Eva Telkès, Les Professeurs du Collège de France : dictionnaire biographique (1901-1939), Paris, INRP/Éditions du CNRS, 1988.

12 Ce « Descartes » paraîtra en deux volumes chez Aubier en 1953, dans la collection « Philosophie de l’esprit » que dirigent ensemble Louis Lavelle et René Le Senne, sous le titre Descartes selon l’ordre des raisons. Le second volume est aussi la seconde partie, intitulée L’âme et le corps, et le chapitre ix qui l’inaugure (numérotation dans la continuité de ceux du tome I) s’intitule « De l’existence des choses matérielles. Le nexus rationum de la VIe Méditation » et occupe les pages 7 à 21. Voir les apports du cours de 1951-1952.

13 Pages 7-8 du rapport.

14 Ainsi, les Archives conservent à la cote 70 CDF quatre grands dossiers de cours consacrés à Descartes, lacunaires (une « Leçon XIII », par exemple, non rattachée au reste d’un corpus numéroté) mais semble-t-il pas directement liés au cours que Gueroult a donné sur Descartes au Collège de France en 1951-1952, soit lors de sa toute première année d’enseignement dans les murs. Ce cours fut en effet consacré à « L’analyse des structures de la VIe Méditation » d’après l’Annuaire, alors que les archives portent mention d’un cours sur les trois premières Méditations cartésiennes. Gueroult a pu cependant solliciter ces notes plus générales sur Descartes (sans date le plus souvent), par exemple celles du « Cours manuscrit sur Descartes » dans lequel il déplie toutes les étapes de l’élaboration du système, ainsi que toutes ses facettes, pour préparer son cours de 1951-1952, première année de son enseignement au Collège de France.

15 Sur ce thème des archives gigognes, qui se matérialise fort souvent dans les lots de papiers et pose la question des fonds dans le fonds, nous renvoyons à un billet publié dans Colligere : https://archibibscdf.hypotheses.org/545.

16 Deux paginations coexistent en effet et témoignent à leur façon de ce travail de reprise des cours par le professeur dans d’autres circonstances et/ou d’autres usages.

17 C’est Michel Foucault qui fut élu.

18 Patrick Cerutti (dir.), Histoire de la philosophie. Idées, temporalités et contextes, Paris, Vrin, 2018.

19 Ibid., p. 36. Le texte de Victor Goldschmidt, intitulé « Temps historique et temps logique dans l’interprétation des textes philosophiques », occupe les pages 143 à 154, et la citation reprise par Patrick Cerutti en présentation se trouve p. 153.

Auteur

Maître de conférence au Collège de France

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search