Version classiqueVersion mobile

La Critique de la raison pure de Kant

 | 
Martial Gueroult

Martial Gueroult. La Critique de la raison pure de Kant

Analytique des concepts

Texte intégral

I. Déduction métaphysique des formes de jugement et des catégories

1Les concepts de l’entendement doivent être découverts, répète Kant, suivant un principe, en partant de l’entendement, d’où ils sortent purs et sans mélange, comme d’une unité absolue, de façon à ce qu’ils soient enchaînés systématiquement et situés chacun à leur place dans la sphère totale de cet entendement.

2Cela n’est possible que si nous prenons conscience de la nature originelle de l’entendement. Dans ce but, il faut nous tourner encore vers l’usage logique de l’entendement, lequel usage se manifeste à notre conscience claire, pour remonter à l’activité originelle qui, elle, demeure cachée dans les profondeurs de notre esprit. En un mot, la façon dont l’entendement procède avec les représentations toutes faites pour les lier ensemble, dans les opérations logiques que nous effectuons consciemment, ne fait que répéter sous une autre forme le mode opératoire transcendantal qu’emploie en secret l’entendement lorsqu’il s’agit de constituer les représentations. Mais dans un cas il est analytique, dans l’autre synthétique : unité analytique, unité synthétique. On remonte de l’unité analytique (usage logique) à l’unité synthétique (usage transcendantal).

3Tandis que la sensibilité est une faculté de connaître par intuition, l’entendement est la faculté de penser, c’est-à-dire de connaître par concepts. Connaître par concepts, c’est déterminer un sujet quelconque au moyen d’un concept pris comme prédicat, par exemple quand je dis : « Tous les corps sont divisibles. » Mais une telle opération, c’est juger. L’entendement est donc la faculté de juger. Analysons cet acte de jugement. Dans le jugement pris pour exemple, « tous les corps sont divisibles », je rapporte expressément le concept de « divisible » (qui se rapporte lui-même à maints autres concepts) à celui de « corps », lequel se rapporte à son tour à maints autres concepts (« métal », « metalloïdes », « substances organiques », etc.), lesquels à leur tour se rapportent à d’autres phénomènes (pour « métal » : « fer », « plomb », « mercure », etc.) qui sont médiatement représentés par le concept de « divisibilité ». Le concept (« divisible ») apparaît comme le prédicat d’une foule de jugements possibles se rapportant à quelque représentation d’un objet indéterminé (de même, le concept « corps »). Contrairement à l’intuition qui se rapporte immédiatement à l’objet, il ne se rapporte pas immédiatement à celui-ci, mais à quelque autre représentation de cet objet (concept ou intuition). Il est une représentation médiate. Contrairement à l’intuition qui est une affection, il repose sur une fonction, c’est-à-dire sur l’unité de l’acte qui consiste à réunir diverses représentations sous une représentation commune. Et cette fonction, nous la saisissons sur le vif dans l’acte du jugement, car en subsumant le sujet sous le prédicat, je joins la représentation du sujet à une autre représentation d’un degré supérieur qui la contient avec beaucoup d’autres (par exemple, « tout métal est corps », c’est-à-dire le concept « métal » est joint au concept de « corps » qui le contient avec, en outre, ceux de « metalloïdes », de « substances organiques », etc.). D’où la définition des jugements :

Ce sont des fonctions qui consistent à ramener nos représentations à l’unité en substituant à une représentation immédiate une représentation plus élevée qui contient la première avec beaucoup d’autres et qui sert à la connaissance de l’objet. (A 69 / B 94, trad. p. 112.)

4On arrivera donc à découvrir le système intégral des concepts de l’entendement si l’on parvient à déterminer d’une manière complète les fonctions de l’unité dans le jugement. Or ces diverses fonctions nous ont été depuis longtemps révélées par la Logique qui, nous l’a affirmé Kant dans la préface de sa seconde édition, peut être regardée non seulement comme absolument certaine, mais < encore > comme achevée, et cela depuis Aristote (B vii). D’où le tableau suivant < (A 70 / B 95) > :

1. Quantité des jugements
Universels
Particuliers
Singuliers

2. Qualité
Affirmatifs
Négatifs
Indéfinis (ou limitatifs)

3. Relation
Catégoriques
Hypothétiques
Disjonctifs

4. Modalité
Problématiques
Assertoriques
Apodictiques

5Kant révèle quelques divergences par rapport aux logiciens ordinaires : par exemple, ils ne distinguent pas Universel et Singulier ; ces jugements sont en effet identiques au point de vue formel, car dans les deux cas le prédicat s’applique à toute l’extension du sujet. Mais si l’on se place au point de vue de la connaissance et non des règles formelles, le singulier est bien différent de l’universel au point de vue de la quantité, puisqu’il est à ce dernier comme l’unité à l’infinité. De même, les jugements indéfinis ou limitatifs, et les jugements affirmatifs que la logique générale ne distingue pas doivent être distingués au point de vue de la connaissance, car si le jugement « l’âme est non mortelle » est affirmatif quant à la forme (quand on fait abstraction du contenu du prédicat), il a pour effet de placer l’âme dans la catégorie indéfinie des êtres non mortels, catégorie qui reste indéterminée tout en étant limitée à l’intérieur de la sphère de tous les êtres possibles, par l’exclusion de la catégorie des mortels. Ce jugement, indéfini par rapport à la sphère logique, est donc limitatif par rapport au contenu de la connaissance en général, car on affirme du sujet tous les prédicats possibles, sauf celui-là seul qui est exclu.

6Au point de vue de la relation, les jugements ont trois modes : rapport du sujet au prédicat, par exemple « le corps est divisible », « la pierre est dure » ; rapport du principe à conséquence, par exemple « s’il y a une justice, les méchants seront punis » ; rapport entre plusieurs propositions telles qu’elles s’excluent l’une de l’autre, mais que, prises en commun, elles constituent la sphère totale du réel, par exemple « le monde existe soit par l’effet du hasard, soit par une nécessité intérieure, soit par une cause extérieure » < (A 74 / B 99) >.

7La modalité est une fonction toute particulière du jugement qui a ce caractère distinctif de ne contribuer pour rien au contenu du jugement – car hors de la quantité, de la qualité, de la relation, il n’y a plus rien qui forme le contenu d’un jugement. Elle concerne en quelque sorte le jugement porté sur le jugement. Elle se rapporte à la façon dont le sujet est lié au prédicat dans un jugement, bref, à la valeur de la copule pour notre pensée : cette liaison (affirmation ou négation) peut être soit possible, soit réelle, soit nécessaire ; et les jugements sont ainsi, quant à leur modalité, problématiques, assertoriques, apodictiques.

*

Passage aux concepts purs ou catégories de l’entendement (§ 10)

8Il s’agit de passer maintenant du logique au transcendantal. La logique générale est complètement vide de contenu, elle attend que les représentations lui soient données d’ailleurs pour les convertir en concepts, et cela au moyen de l’analyse. La logique transcendantale, au contraire, a un contenu a priori pour ses concepts : ce sont les intuitions sensibles pures qui offrent leur diversité a priori aux concepts purs de l’entendement. Mais pour que ces intuitions deviennent le contenu des concepts, il faut qu’elles soient intégrées aux concepts, ce qui a lieu par une synthèse ; cette synthèse est le fait d’une activité obscure et aveugle, l’imagination < (A 78 / B 103) >.

  • 1 < En marge > L’entendement, c’est essentiellement la spontanéité de la pensée (acte d’unir). Lorsqu (...)
  • 2 Immanuel Kant, Reflexion 4700, AK XVII, 679-680. Voir la discussion dans Herman Jean de Vleeschauwe (...)

9Mais la règle d’unité à laquelle obéit l’imagination dans cette synthèse, c’est le concept. Celui-ci conditionne la synthèse, par exemple l’unité du nombre rend possible le processus synthétique d’où sort ce nombre. Ainsi, tandis que dans l’entendement logique l’unité à laquelle on parvient est analytique – car, par exemple, quand je réunis sous l’unité du concept « métal » les représentations de « fer », de « mercure », de « plomb », etc., c’est en isolant par l’analyse dans ces représentations un caractère commun sous lequel je les subsume –, tandis que dans l’entendement ordinaire, les représentations doivent être données antérieurement à l’analyse que l’on en peut faire, dans l’entendement transcendantal, au contraire, où il s’agit de la spontanéité de l’esprit grâce à laquelle un divers peut être constitué comme un contenu originaire de concept, nous n’avons plus affaire à une unité analytique, car aucun concept ne peut se former analytiquement quant à son contenu, mais à une unité synthétique qui est absolument nécessaire, puisque, sans elle, aucune représentation ne pourrait se constituer originairement dans son contenu. Ainsi, le facteur d’unité apparaît sous un double aspect : unité analytique de l’entendement logique, quand il s’agit d’unifier dans des jugements le divers des représentations préalablement données ; unité synthétique de l’entendement transcendantal, quand il s’agit d’unifier dans des intuitions un divers sensible d’où résulteront des représentations. Ainsi, le même entendement qui, au moyen de l’unité analytique, a produit dans les concepts la forme logique du jugement [c’est-à-dire qui a uni des concepts selon la forme logique du jugement], introduit aussi, par une opération d’essence analogue, au moyen de l’unité synthétique des éléments divers de l’intuition en général, un contenu transcendantal dans ses représentations ; et c’est pourquoi ces représentations s’appellent des « concepts purs de l’entendement », qui s’appliquent a priori à des objets, ce que ne peuvent faire les concepts de la logique générale. D’après cela, il y aura autant de concepts purs de l’entendement s’appliquant a priori à des objets d’intuition, qu’il y avait, d’après la table précédente, de fonctions logiques dans tous les jugements possibles : ce sont les catégories1. Comme ces fonctions logiques épuisaient la liste des fonctions possibles, nous aurons du même coup toutes les catégories possibles. Les formes de l’universel, du particulier, du singulier, donnent les catégories de quantité : unité, pluralité, totalité. Remarquons que la Reflexion 4700 indique la correspondance suivante qui paraît plus intelligible : jugement singulier = unité ; particularité = pluralité ; universalité = totalité2.

10Kant emprunte ce nom de catégories (prédicaments) à Aristote qui avait cherché à grouper sous cette dénomination les concepts suprêmes. Aristote avait distingué dix catégories et cinq postprédicaments (catégories de second ordre). Mais il avait procédé d’une façon rhapsodique, en les découvrant par induction, sans se demander pourquoi ce sont ces concepts et non d’autres qui sont inhérents à l’entendement pur, fournissant une collection, un agrégat, mais non un système, incapable de prouver que la liste était complète. Il avait procédé d’une façon non critique en ne distinguant pas les catégories des formes de la sensibilité, en ne recherchant pas leur origine. Kant, au contraire, a procédé d’une façon systématique, en fournissant un système complet et nécessaire, entièrement déduit ; de façon critique, en distinguant entendement et sensibilité, en indiquant la source des concepts et en les déduisant comme les vrais concepts primitifs (Stammbegriffe) de l’entendement pur.

11Certains concepts purs qui peuvent être déduits de ces concepts originaires ne sont, par conséquent, pas si originaires qu’eux. Ce sont les prédicables : par exemple, de la catégorie de cause et d’effet sont dérivés les concepts de « force », d’« action », de « passion », etc.

  • 3  En marge  Cette « topique » se réfère à celle d’Aristote qui l’avait appelée ainsi parce qu’elle t (...)

12La table des catégories constitue le plan d’ensemble de tous les concepts logiques. Nous connaissons, par elle, la place qui doit revenir à chacun, le point de vue d’où doit être envisagé chaque objet de connaissance. Elle donne le fondement d’une topique systématique, que Kant se réserve de développer dans une philosophie générale, ou système de la raison pure, dont il s’abstient ici, où il se borne à une simple critique3.

  

13Ajoutons enfin quelques remarques.

14Les catégories de quantité et de qualité se distinguent de celles de relation et de modalité en ce qu’elles n’ont pas de corrélatifs, tandis que ces dernières en ont (substance et accident, cause et effet, etc.). Les premières sont les catégories mathématiques et se rapportent aux déterminations quantitatives des intuitions (pures ou empiriques) ; les secondes sont les catégories dynamiques et se rapportent à l’existence, au mode d’action des objets qui existent. Alors que toute division d’un concept est dichotomique (A et non A), la division des catégories est trichotomique : chacun des quatre groupes comprend trois concepts dont le troisième apparaît comme l’union des deux autres. Voir à ce sujet la note à la fin de l’introduction de la Critique du jugement. Chaque catégorie correspond à une forme du jugement ; il n’y a qu’un cas, selon Kant, où cette correspondance est moins évidente qu’ailleurs ; c’est celui de la causalité réciproque et du jugement disjonctif. Mais on peut dire que dans la sphère logique les jugements disjonctifs sont coordonnés réciproquement comme dans un agrégat.

*

Signification et histoire

  • 4 Léon Brunschvicg, L’Expérience humaine et la Causalité physique, Paris, Alcan, 1922, p. 271.

15Nous venons d’exposer la déduction métaphysique des catégories, c’est-à-dire que nous avons exposé à partir du principe qui assure leur systématisation dans un tout, l’ensemble des concepts purs de l’entendement. Ceux-ci, qui fondent chacun un mode spécial d’unification entre les termes, mode par lequel se caractérise tel ou tel type de jugement logique, valent par eux-mêmes en tant qu’ils dessinent la structure de l’être pensant – quelle que soit par ailleurs la légitimité de l’application qui pourra en être faite à un domaine déterminé soit du monde sensible ou phénoménal, soit du monde intelligible ou nouménal4. L’objet de la déduction transcendantale sera tout autre : il consistera à établir la validité objective de ces concepts, à répondre à la question de leur légitimité (en tant que connaissances a priori), à répondre à la question « Quid juris ? ». La déduction métaphysique, en dressant le tableau cadastral systématique des concepts originels de l’entendement pur, est une sorte d’introduction à cette déduction transcendantale qui expliquera comment nous avons, avec ces concepts, une connaissance objective. Dans un texte des Prolégomènes, Kant nous dit qu’en cherchant à voir si l’objection adressée à la relation causale par Hume pouvait se généraliser, il vit bientôt que la notion de relation de cause à effet était loin d’être la seule grâce à laquelle l’entendement conçût a priori des relations et que, bien plus, la métaphysique en était tout entière constituée.

  • 5 Emmanuel Kant, Prolégomènes à toute métaphysique future qui pourra se présenter comme science, AK I (...)

Je cherchai, dit-il, à m’assurer de leur nombre et je réussis à mon gré en les ramenant à un seul principe ; je passai ensuite à la déduction de ces concepts, étant désormais sûr qu’ils ne dérivaient pas de l’expérience, comme Hume l’avait redouté, mais qu’ils avaient leur source dans l’entendement pur5.

Nous voyons que la déduction des concepts répond à deux préoccupations :

1. établir le caractère a priori des concepts purs de l’entendement : « Dans la déduction métaphysique, dit Kant, nous avons prouvé en général l’origine a priori des catégories par leur accord parfait avec les fonctions logiques universelles de la pensée » (Analytique, § 26 ; B 159) ;

2. embrasser leur totalité : mais, au fond, la deuxième préoccupation l’emporte peut-être sur la première, car l’a priorité des concepts purs est présupposée par la tentative kantienne de rechercher si les concepts a priori sont valables ; il s’agit avant tout de les énumérer dans leur totalité à partir d’un principe, cette réduction à un principe unique de l’entendement pur confirmant subsidiairement leur caractère a priori.

  • 6 Emmanuel Kant, Lettre à Markus Herz, 21 février 1772, AK X, 126.
  • 7 Voir Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, tome I : La de (...)

16Comme cela ressort de nombreux textes (en particulier de la lettre à Herz du 21 février 17726 et du § 39 des Prolégomènes, etc.), c’est bien cette totalité qui est le point capital, et si un principe unique est requis à partir duquel on déduit ces concepts, c’est que le recours à un tel principe est indispensable pour assurer le système nécessaire qui conditionne notre certitude au sujet de cette totalité. Pour cette raison aussi est exclue toute recherche inductive, car une telle recherche est indéfinie et ne circonscrit pas de façon nécessaire une sphère de totalité. Qu’une telle déduction soit a priori possible, c’est évident, car si les concepts empiriques sont en nombre infini, les concepts purs émanant de l’entendement pur sont en nombre restreint et la raison peut les démontrer parce qu’elle est capable de se connaître elle-même7. La question est donc posée de telle façon qu’elle implique cette série de problèmes :

1. rechercher un principe conducteur de la déduction (Leitfaden) ;

2. établir la table des jugements ;

3. établir la table des catégories.

  

17C’est ainsi que procède la Critique. Mais historiquement, il semble que Kant ait effectué ses découvertes philosophiques dans l’ordre inverse. Un texte des Prolégomènes semble le prouver :

  • 8 Emmanuel Kant, Prolégomènes à toute métaphysique future qui pourra se présenter comme science, § 39 (...)

Dans la recherche des éléments purs de la connaissance, dit Kant, j’ai réussi d’abord, après de longues réflexions, à distinguer et à séparer les concepts élémentaires de la sensibilité (espace et temps) de ceux de l’entendement. Par là, se trouvèrent exclues les catégories no 7, 8 et 9 de la table d’Aristote. Les autres catégories péripatéticiennes étaient inutiles pour mon dessein, parce que leur auteur n’avait pas de principe heuristique. Pour trouver celui-ci, je cherchai une fonction intellectuelle dont relèvent toutes les autres, comme des moments ou aspects distincts. Cette fonction était celle de juger. Et je trouvai alors dans la logique formelle le schéma plus ou moins parfait de toutes les fonctions intellectuelles qui, rapportées à des objets (comme leurs conditions), me donnaient les catégories8.

  • 9 Voir Immanuel Kant, Untersuchung über die Deutlichkeit der Grundsätze der natürlichen Theologie und (...)
  • 10 Voir à ce sujet les Opuscules de Leibniz réunis par Couturat.
  • 11  En marge  Parce que Leibniz veut arriver à trouver les premiers éléments avec lesquels on peut tou (...)
  • 12 < En marge > Ramus.

Ainsi, Kant a commencé par rechercher la table des catégories. Depuis longtemps, Kant avait reconnu que toutes les connaissances aboutissaient à un certain nombre de concepts inanalysables et il désirait en dresser la table9. Cette préoccupation avait d’ailleurs été une des préoccupations maîtresses de Leibniz10, préoccupation qu’il tenait de Bacon11. Il est vraisemblable que Kant a subi à cet égard l’influence de Bacon et de Leibniz, surtout de Leibniz, qui a probablement contribué à attirer l’attention de Kant sur l’essai d’Aristote relatif aux catégories12.

18Dans les Nouveaux Essais (publiés en 1765 par Raspe), en effet, Locke-Philalèthe critique les catégories scolastiques : « Qui est-ce qui, ayant été élevé dans la philosophie péripatéticienne, ne se figure pas que les dix noms qui signifient les prédicaments sont exactement conformes à la nature des choses ? » Leibniz-Théophile répond :

  • 13 Gottfried Wilhelm Leibniz, Nouveaux Essais sur l’entendement humain, IV, chap. x, § 14, GP V, 323-3 (...)

Le dessein des prédicaments est fort utile et on doit penser à les rectifier plutôt qu’à les rejeter. Les substances, qualités, quantités, actions ou passions et relations, c’est-à-dire cinq titres généraux des êtres, pouvaient suffire avec ceux qui se forment de leur composition, et vous-mêmes, en rangeant les idées, n’avez-vous pas voulu les donner comme des prédicaments13 ?

19Mais Hume et Newton ont pu contribuer aussi à orienter Kant.

20Hume, dans le chapitre v du Treatise of Human Nature, énonce même tous les rapports possibles qui nous permettent de relier ensemble les représentations diverses. Il y en a sept : ressemblance, identité, contiguïté temporelle et spatiale, proportionnalité (pour les grandeurs et les nombres), degré d’intensité (pour les qualités), enfin causalité et opposition. Supprimons de cette liste ressemblance, identité, contiguïté, et il nous reste des catégories bien kantiennes.

  • 14 Voir, à ce sujet, Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, o (...)

21Enfin, Newton doit être mentionné d’autant plus que, grâce à la déduction métaphysique, la logique et la physique générale doivent coïncider. Or on doit remarquer que les trois catégories de relation substance, causalité, réciprocité, sont très analogues aux trois concepts primaires de la physique newtonienne : « substance-masse », « causalité-force », « réciprocité-répulsion14 ».

  • 15 Ibid., p. 232.
  • 16 Alois Riehl, Der philosophische Kritizismus und seine Bedeutung für die positive Wissenschaft, Leip (...)
  • 17 Immanuel Kant, Über die falsche Spitzfindigkeit der vier syllogistischen Figuren, 1762, AK II, 59.
  • 18 Immanuel Kant, Reflexion 4638, AK XVII, 620 ; Reflexion 4642, AK XVII, 622  Gueroult précise qu’ell (...)

22Mais, nous le savons, il ne suffisait pas de rechercher avec plus ou moins de tâtonnements les catégories, il fallait en donner une table complète, de façon à embrasser la totalité de la faculté rationnelle, et pour cela il fallait procéder d’après un principe nécessaire. C’est cette recherche du principe qui semble intervenir en second lieu (vers 1775). Selon M. Vleeschauwer, Kant aurait suivi une voie indirecte : il aurait noté un parallélisme entre certaines catégories et certains jugements d’où il aurait conclu peu après que le principe conducteur, si longtemps cherché, n’était autre que l’identité fondamentale de la catégorie et du jugement. La science des choses devenait du coup une logique transcendantale15. On peut objecter à Vleeschauwer qu’entre les catégories et les formes du jugement il n’y a en réalité < que bien peu d’analogies >. Selon Riehl, Kant aurait suivi une voie directe : la déduction transcendantale a révélé l’ubiquité de la synthèse en tant qu’opération logico-métaphysique de la connaissance : c’est la définition même de la spontanéité intellectuelle16. Or, au début de la période huméenne (dans Über die falsche Spitzfindigkeit der vier syllogistischen Figuren, 176217), Kant avait rapporté toutes les fonctions intellectuelles à celles du jugement, d’où l’équation : formes du jugement = formes synthétiques de la constitution des concepts d’objets. Cette hypothèse de Riehl est confirmée par la déduction de la Critique et par les deux Reflexionen 4638 et 464218. Nous penchons donc pour l’hypothèse de Riehl, la voie indirecte ayant été à l’égard de l’autre une voie adjuvante.

23Voici donc Kant identifiant concept pur et fonction judicative, et trouvant dans la constitution logique un principe dont les moments différents, déterminables a priori, correspondirent aux fonctions synthétiques révélées comme facteurs essentiels par l’élaboration de la déduction transcendantale. Il restait alors à dresser, à partir de ce principe, la table nécessaire des jugements, sur laquelle se modèlerait ensuite de façon définitive celle des catégories.

  • 19 Georg Samuel Albert Mellin, Lettre à Kant, 12 avril 1794, AK XI, 479.
  • 20 Voir, à ce sujet, Friedrich Adolf Trendelenburg, Historische Beiträge zur Philosophie, Berlin, Beth (...)

24Comment Kant déduit-il cette table des jugements à partir du principe découvert ? En 1794, G.S.A. Mellin, dans une lettre à Kant du 12 avril, lui demandait : « Comment avez-vous déduit le caractère totalitaire de la table des jugements, sur laquelle repose sans doute celle des catégories19 ? » Cette lettre reste sans réponse, mais la réponse formulée en général dans la Critique par Kant est qu’il y avait une tradition dont on ne doit se départir que sur des détails accessoires, et dans les Prolégomènes (§ 39) Kant dit à peu près la même chose : il y a déjà un travail de logicien, pas irréprochable, mais enfin qui permet d’établir la table complète des fonctions intellectuelles logiques. Cette réponse de Kant est évidemment très insuffisante. Il faut noter d’ailleurs que Kant a apporté lui-même des modifications aux tables en usage. Quant à ces tables, il est difficile de préciser à quels logiciens Kant s’est adressé. Vraisemblablement, il a corrigé et complété les unes par les autres en fonction de son principe d’unité et de symétrie : les tables exposées dans les manuels de Wolff, Reimarus, Meier, Lambert, Baumgarten et autres20.

*

Difficultés, problèmes, critique et controverses

  • 21 < A 87 / B 119 : « Nous avons plus haut suivi jusqu’à leurs sources les concepts de l’espace et du temps au moyen d’une déduction transcendantale. » >

25Entre la déduction métaphysique des catégories et leur déduction transcendantale, il y a un rapport analogue à celui que nous avons établi entre l’exposition métaphysique et l’exposition transcendantale des intuitions pures sensibles (que Kant appelle parfois aussi, d’ailleurs, « déduction transcendantale » ; voir A 87 / B 11921). La première s’occupe de déterminer la nature et le système des catégories, la seconde démontrera que ces catégories rendent possibles des connaissances synthétiques a priori d’objets.

26Mais si nous comparons l’exposition métaphysique des intuitions avec la déduction métaphysique des catégories, nous remarquons des différences essentielles. Kant, dans l’esthétique, prouvait que :

1. les intuitions étaient pures a priori,

2. qu’elles étaient des intuitions et non des concepts.

  

  • 22 Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. II, p. (...)

27Or, dans sa déduction métaphysique, Kant ne prouve pas que les catégories sont des concepts et seulement très indirectement que ces concepts sont purs et a priori, bien que, parfois, il attribue ce dernier but à la déduction. Pour déterminer la nature des catégories, il semble toujours présupposer qu’elles sont l’un et l’autre (concept et a priori). En réalité, il n’y a pas là une lacune, car en démontrant que notre faculté de connaître se compose d’une faculté intuitive et d’une faculté intellectuelle, et que les catégories n’émanent pas de la faculté d’intuition, Kant fournit une démonstration indirecte du caractère conceptuel des catégories. D’autre part, en démontrant que la catégorie est un pouvoir de synthèse, et que nous ne trouvons pas dans notre conscience d’autre activité unifiante que celle de l’entendement procédant par concepts, Kant donne une démonstration directe de ce même caractère. Il en est de même pour le caractère a priori. L’identification de la catégorie avec la fonction synthétique de l’entendement atteste son caractère a priori, car la synthèse n’est pas un élément qui se puisse tirer d’un principe empirique. Elle apparaît toujours comme la condition d’une représentation empirique. On comprend donc que Kant ait pu, dans certains textes, réduire le rôle de la déduction métaphysique à la démonstration de l’a priorité. Ajoutons que la déduction transcendantale, en révélant que le concept pur est condition nécessaire de la possibilité de la connaissance a priori en général, constituera une démonstration indirecte du caractère a priori de la catégorie22.

  

28Si nous voulons maintenant examiner les problèmes et les difficultés soulevées par la métaphysique, il faut avoir bien présent à l’esprit les articulations essentielles :

1. Le concept est ramené au jugement : de quel droit ?

2. Du jugement on passe à la fonction a priori de l’entendement : de quel droit ?

3. De l’unité analytique des jugements on passe au pouvoir pur et général d’unifier : de quel droit ?

4. Kant fait appel à la logique formelle pour fonder la logique transcendantale : de quel droit ?

5. Kant pense avoir déduit systématiquement les formes judicatives : est-ce vrai ?

6. Kant passe des formes judicatives aux catégories : de quel droit ? Il prétend avoir déduit le système des catégories : est-ce vrai ?

7. La déduction métaphysique fonde la déduction transcendantale ; mais la déduction transcendantale ne fonde-t-elle pas souvent, de façon implicite, la déduction métaphysique ? Et n’y a-t-il pas là un cercle ?

29Telles sont les principales questions qu’il convient d’examiner.

1. Réduction du concept au jugement

30Kant ramène le concept au jugement 1. parce que le concept déjà formé n’a pas d’autre fonction possible que de servir de sujet ou de prédicat pour un jugement, la fonction de l’entendement étant de lier des représentations ; 2. parce que si, selon la logique formelle, le concept est l’élément de jugement et doit précéder le jugement en acte soit comme sujet, soit comme prédicat, il est toujours lui-même dû à un jugement antérieur. Or, si tout concept est réalisé par le jugement, il en résultera naturellement que toute fonction intellectuelle est jugement.

31Cette conception est spécifique du kantisme, et est en désaccord au fond avec celle de la logique traditionnelle, aristotélicienne. C’est que pour Aristote et les scolastiques, le concept naît d’une abstraction : il est dégagé du sensible par l’abstraction, opération qui consiste à extraire du sensible la forme ou l’essence d’une chose qui s’y trouve ontologiquement impliquée ; cette essence est présente dans les données de la sensibilité empirique ; celle-ci, livrée à elle seule, est seulement incapable de la reconnaître. Pour Kant, au contraire, il n’y a pas au sein du sensible, considéré en soi, une unité de la chose déjà toute constituée, et qui s’y trouverait latente, l’unité de la chose émane de la fonction intellectuelle qui la crée et l’apporte. C’est pourquoi, alors que la logique traditionnelle oppose le concept, qui est abstraction, au jugement qui est synthèse, Kant, au contraire, les réunit en faisant du concept le résultat du jugement.

2. Passage du jugement à la fonction a priori de l’entendement

32Par là, nous nous trouvons avoir répondu déjà à cette deuxième question. Penser, c’est connaître par concepts, ce qui n’a lieu que dans le jugement, car le jugement consiste à apporter l’unité dans des représentations diverses par la subsomption du particulier sous une représentation générale. Or l’unité de diverses représentations est définition du concept (par sa généralité) et de la pensée (par sa fonction unifiante). Ainsi, tous les jugements sont des fonctions d’unité dans nos représentations. Tout jugement déterminé (ayant une forme et une matière) est donc faculté intellectuelle de subsumer des représentations particulières sous la représentation unique du concept général. En faisant abstraction de la matière, il ne reste que la forme de la fonction intellectuelle pure, qui est une manière d’unifier les représentations, c’est-à-dire une fonction a priori de l’entendement ; et tout jugement peut être dit une fonction d’unité de représentations déterminées, parce qu’il inclut une fonction a priori intellectuelle.

3. Passage de l’unité analytique des jugements à la fonction pure du jugement comme pouvoir général d’unifier (analytiquement ou synthétiquement)

  • 23 Johann Friedrich Herbart, Allgemeine Metaphysik, nebst den Anfängen der philosophischen Naturlehre, (...)
  • 24 Alois Riehl, Der philosophische Kritizismus, op. cit.
  • 25 Emmanuel Kant, Prolégomènes à toute métaphysique future qui pourra se présenter comme science, § 39 (...)

33La réponse à la dernière question nous fournit l’essentiel de la réponse à cette nouvelle question. C’est l’abstraction de tout contenu qui permet à Kant de passer de l’unité analytique des jugements à la fonction générale et pure d’unité, c’est-à-dire aux formes pures des jugements : « Si l’on fait abstraction de tout contenu d’un jugement en général, dit Kant, pour n’envisager que la simple forme de l’entendement, on trouve (so finden wir) que la fonction de la pensée dans le jugement peut être ramenée à quatre titres dont chacun contient trois moments » (§ 9, A 70 / B 95). Herbart, dans son Allgemeine Metaphysik, déclare que toute la déduction se réduit à ces simples mots23. Riehl déclare qu’il y a là tout simplement appel à la logique formelle, sous sa forme contemporaine, laquelle est essentiellement aristotélicienne24. Or, si Kant a déclaré que la logique avait eu presque dès le début une forme achevée (cf. première préface de la Critique, etc.), il a déclaré à plusieurs reprises qu’elle n’était pas irréprochable25, le procédé d’Aristote étant incapable de construire une science nécessaire comme la critique. Et, en fait, il a remanié assez considérablement la logique de ses contemporains. Kant a divisé sa table des jugements en quatre titres (tetrachotomie), eux-mêmes comprenant chacun trois moments (trichotomie). La plupart des auteurs reconnaissent que l’appel à la logique ne peut justifier une telle division, qui d’ailleurs, ainsi qu’en témoignent les remarques de Kant, suppose un appel au contenu du jugement. Or cet appel est contraire à la déclaration de Kant qu’en faisant abstraction de tout contenu on trouve qu’il y a quatre titres, de chacun trois moments. Par là, nous sommes introduits à un quatrième problème considérable : celui du droit de faire appel à la logique formelle pour fonder la logique transcendantale.

4. Appel à la logique formelle

34De quel droit Kant a-t-il subordonné ses recherches de logique transcendantale aux concepts de la logique générale héritée d’Aristote ? Y a-t-il identité entre le concept et le jugement tels que nous les livre la logique, et le concept et le jugement tels que Kant les aperçoit, comme fonction synthétique de l’entendement transcendantal ? Cette objection a été formulée de très bonne heure par le philosophe Reinhold :

  • 26 Karl Leonhard Reinhold, Beyträge zur Berichtigung bisheriger Missverständnisse der Philosophen, Jen (...)

La logique, nous dit-il, considère les jugements seulement sous la forme qu’ils revêtent comme des objets de la conscience ; elle ne peut donc connaître que des jugements analytiques, car la conscience d’un jugement est celle d’une liaison déterminée d’un prédicat positif ou négatif avec un sujet, et on ne peut penser le prédicat comme un caractère qui ne constituerait pas, avec tous les autres, le concept du sujet. Sans doute, il faut une synthèse avant toute analyse, et cette liaison avant d’être posée d’une façon déterminée dans ma conscience a dû être produite par un acte de ma spontanéité. Si l’on appelle jugement cet acte de liaison antérieur à la conscience, alors le jugement est dit synthétique et fondement du jugement analytique. Mais il ne pourra jamais, en tant que jugement, devenir objet de la conscience, puisque en celle-ci les jugements ne peuvent survenir que comme des liaisons préalablement déterminées entre le sujet et le prédicat26.

Cette critique, notons-le, porte très loin, puisqu’elle conteste jusqu’au droit et au moyen de distinguer entre jugement synthétique et jugement analytique, tant que l’on se place au niveau de la logique formelle. Celle-ci est incapable de nous élever à l’idée du jugement synthétique. Nous avons vu, en répondant à la question no 1, que Kant ne pouvait utiliser la logique formelle qu’à condition de repenser la notion de concept selon les réquisits de la conception critique.

35Mais ce recours à la logique formelle devait sembler à Kant à la fois légitime et indispensable si l’on réfléchit que, < puisque > les concepts de l’entendement < sont > des conditions de l’expérience, il était exclu de faire appel à l’expérience dans le but de les dénombrer et de discerner leur nature. Il fallait faire appel à la fonction de connaître. Cette fonction étant dans sa partie conceptuelle l’entendement même, et la logique formelle étudiant l’entendement dans ses fonctions propres, l’appel à cette science paraissait conforme aux exigences de la méthode transcendantale. De plus, la distinction absolue et générique entre spontanéité et réceptivité conduisait à rapprocher la logique formelle et la logique transcendantale, qui sont deux sciences de la spontanéité intellectuelle. Le jugement résulte de cette spontanéité, qu’il donne lieu ou non à un concept objectivant (c’est-à-dire qu’il soit transcendantal ou logique).

5. Kant prétend par cet appel à la logique avoir donné une déduction systématique des formes du jugement. Est-ce vrai ?

36En réalité, Kant n’a pas démontré que le pouvoir synthétique de l’entendement devait se manifester nécessairement par douze formes du jugement. Il déclare vouloir un système des formes, pour être sûr de leur totalité, et en réalité, aucun principe ne préside à l’organisation de ces douze formes. Nous avons vu que Kant se contente d’emprunter sa table à Aristote, modifiée par les wolffiens. De plus la logique formelle n’est même pas capable de fournir à elle seule le modèle de la table, il faut en plus modifier cette table, ce qui semblerait impliquer que Kant lui-même devait douter de la suffisance de la logique formelle pour la tâche qu’il envisage. En effet, s’il fait subir des modifications au tableau livré par la logique, c’est qu’il n’a pas une confiance aveugle en elle. La forme synthétique des jugements est attachée à la copule qui exprime la forme interne de l’acte du jugement. Or la troisième forme de chaque titre est, quant à la copule, identique à l’une des précédentes et, pour la différencier, il faut faire appel à un élément complètement étranger à la copule, c’est-à-dire au contenu. Dans tous les jugements quantitatifs, la forme de la copule est absolument identique, car on ne voit pas comment le fait de prendre le sujet dans tout ou partie de son extension, ou dans sa singularité, peut influencer la forme du jugement, si celle-ci dépend de la copule ou de la manière d’attribuer le prédicat au sujet. Donc la répartition des douze formes déborde le cadre de la logique formelle ; celle-ci ne peut suffire à sa tâche de principe, et la déduction des formes est en réalité absente. Or ce défaut est important, car comme la déduction des catégories consiste à transposer le tableau des formes du jugement en tableau des catégories, si le tableau des formes du jugement n’est commandé par aucun principe et n’est en réalité pas déduit, le tableau des catégories souffrira des mêmes défauts. Par là, nous sommes amenés à la question concernant les catégories elles-mêmes.

6. Kant passe des formes du jugement aux catégories : de quel droit ? A-t-il vraiment déduit le système des catégories ?

  • 27 Ibid., p. 314.

37« Kant, dit Reinhold, n’a pas prouvé, mais seulement admis, que la forme logique des jugements devait servir de fil conducteur à la déduction des catégories27. » Ceci pose un premier problème. Kant a posé comme principe de sa déduction l’identité fondamentale des fonctions purement unifiantes dans les jugements et des fonctions constitutives d’objets dans les concepts purs. Mais il ne l’a pas démontré : il n’a pas démontré que l’ordre et le nombre de ces dernières fonctions sont nécessairement conformes et égaux à ceux des premières.

38Ce problème en implique immédiatement un second. Kant a-t-il, oui ou non, donné une déduction des catégories ? Kant a proclamé qu’il faut déduire les catégories à partir du principe de l’entendement, d’une façon rigoureuse et systématique, afin d’être sûr d’avoir leur total. Mais, en réalité, il ne déduit rien du tout : il se contente de calquer son tableau des catégories sur le tableau des formes des jugements. Il affirme que ce tableau exprime cette unité et totalité systématique des catégories, mais il ne le démontre nulle part. C’est encore Reinhold qui, le premier, a adressé cette objection :

  • 28 Ibid., p. 316.

Bien que la Critique, dit Reinhold, prétende à bon droit avoir, par sa déduction, exploré tout le champ de l’entendement, elle ne le démontre pas, et ne prouve nulle part qu’il n’y a que quatre moments, et en chacun trois formes possibles, ni plus, ni moins28.

  • 29 Johann Gottlieb Fichte, Über den Begriff der Wissenschaftslehre, 1794 ; Johann Gottlieb Fichtes säm (...)
  • 30 Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Enzyklopädie der philosophischen Wissenschaften im Grundrisse, Heide (...)
  • 31 Erich Adickes, Kants Systematik als systembildender Faktor, op. cit., p. 44.
  • 32 Julius Jacobson, Über die Beziehungen zwischen Kategorien und Urteilsformen, Königsberg, Hartung, 1 (...)

Ce reproche a été repris par tous les postkantiens, en particulier par Fichte. La logique, dit celui-ci dans Über den Begriff der Wissenschaftslehre (1794)29, doit être fondée par la philosophie transcendantale, et non le contraire. La Wissenschaftslehre donne une déduction rigoureuse de toutes les catégories à partir du premier principe, ce que Kant n’a pas fait et aurait dû faire. Hegel adresse le même grief (Kant n’a pas déduit systématiquement les catégories) dans l’introduction de l’Enzyklopädie der Wissenschaften im Grundrisse30. Cette critique a été reprise sous des formes diverses par une multitude de philosophes et d’historiens de la philosophie : Fries, Herbart, Schopenhauer, Beneke, Trendelenburg, Lange, Dühring, Paulsen, Adickes, Jacobson, etc. et, de nos jours, Léon Brunschvicg. Indiquons quelques-unes de ses formes. Adickes remarque que, d’après la théorie du jugement, le concept est d’abord prédicat possible, et qu’ensuite, selon le § 10 de la Critique, il est conçu comme le « précipité », résultat, « produit » d’une fonction synthétique : on ne voit pas comment établir la corrélation entre ces deux façons de l’envisager31. Jacobson, dans Über die Beziehungen zwischen Kategorien und Urteilsformen, note que l’entendement a une double fonction : d’une part, il produit l’unité analytique du jugement, d’autre part, l’unité synthétique dans un concept ; la déduction aurait dû montrer que ce sont bien les mêmes catégories qui opèrent dans les deux cas32.

  • 33 Victor Delbos, « Sur la formation de l’idée des jugements synthétiques a priori chez Kant », Année (...)
  • 34 Léon Brunschvicg, Les Étapes de la philosophie mathématique, Paris, Alcan, 1912, p. 266.
  • 35 Ibid.

39Mais on peut se placer à un autre point de vue. Dans son étude sur l’Évidence des principes de la théologie naturelle et de la morale (1764), Kant avait précisément insisté sur la différence entre l’analyse abstraite des concepts en philosophie et le processus synthétique de la définition mathématique. D’une façon générale, tous les écrits de 1763 et de 1764, l’Essai sur l’introduction des grandeurs négatives en philosophie, celui sur le Seul fondement possible d’une démonstration de l’existence de Dieu, etc. – ainsi que l’ont noté Victor Delbos33 et Léon Brunschvicg –, ont dénoncé « l’incompatibilité radicale de la tradition de la logique formelle avec les procédés féconds de la science rationnelle34 ». N’y a-t-il pas une anomalie, et même un regrettable démenti à ce qu’il y a de plus original dans ses affirmations, à vouloir faire reposer la distinction et la nature des catégories qui sont des fonctions productrices et synthétiques, sur les fonctions logiques de la pensée, dans le jugement, où le concept est analytique, discursif, et en rien producteur ? « De là, note Léon Brunschvicg, une véritable interruption dans le courant de la pensée critique35. » Y a-t-il, par exemple, autre chose qu’une simple coïncidence verbale entre la quantité des jugements au sens logique et scolastique du terme (jugements généraux, particuliers, singuliers) et la catégorie de quantité (unité, pluralité, totalité) qui concerne les mathématiques ?

40Il est bien évident que Kant ne peut pas échapper entièrement à ces critiques, mais essayons du moins de comprendre avec les ressources de son système ce qui, à ses yeux, justifie son procédé.

  • 36 Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. II, p. (...)
  • 37 Voir Alois Riehl, Der philosophische Kritizismus, op. cit., t. I, p. 303.

41L’entendement confère l’unité non seulement à une diversité de concepts dans le jugement, mais < aussi > à la synthèse d’une diversité d’intuitions dans le concept. La critique voulant chercher les catégories au moyen du principe de leur correspondance avec les formes logiques du jugement, il est nécessaire d’apercevoir que formes du jugement et catégories expriment une fonction identique. Or le jugement soumet des concepts divers sous l’unité d’un concept supérieur ; le concept pur soumet une diversité sensible sous l’unité du concept ; ils ont donc un élément commun : réduire des représentations à l’unité dans la conscience36. Cette fonction est donc le propre de l’entendement dans l’ensemble de ses manifestations essentielles. Si donc nous pouvons déterminer toutes les formes que cette fonction peut revêtir dans un cas, nous aurons du même coup toutes les formes possibles de cette fonction dans le second cas, parce que ce sont les mêmes. Or nous connaissons les formes des jugements, donc aussi celles des concepts. Ainsi, Kant conclut l’identification des catégories aux formes des jugements en vertu de l’identité du principe d’où ils émanent, en vertu de l’identité foncière de la fonction de l’entendement dans tous les cas, qu’il s’agisse des jugements ou des catégories. Par là, Kant répond d’avance à des objections dans le genre de celles de Jacobson et d’Adickes. Puisque les deux fonctions que Kant distingue ne sont pas séparées, quoique distinctes, la fonction objectivante (catégories) ne s’exerce pas en dehors, mais à l’intérieur de la forme du jugement. Il n’y a pas des catégories génératrices de concepts à base d’intuition et, d’autre part, des catégories génératrices de jugements à base de concepts : il y a partout une fonction synthétique, car partout le concept est conçu non pas comme présupposé par le jugement, mais comme un résultat du jugement. C’est là, nous avons vu, ce qui caractérise la conception critique des rapports du jugement et du concept à l’égard de la conception aristotélicienne et scolastique. Donc, puisque la catégorie ressort de la forme du jugement, que la forme du jugement ressort du pouvoir synthétique de la conscience37, l’appel à la logique générale comme fondement idéal [ratio cognoscendi] de la logique transcendantale paraît justifié. Puisque, ensuite, Kant utilise, comme il y est ainsi autorisé, la logique formelle comme système intellectuel pur pour déduire de l’entendement pur les concepts a priori inclus dans les principes des sciences constituées, puisqu’il ne les extrait pas de ces sciences déjà constituées, il ne procède pas empiriquement mais déductivement, et croit pouvoir être assuré par là d’en donner un tableau rigoureusement systématique et complet.

42Nous avons par là répondu à un certain nombre d’objections, mais pas à toutes. D’abord, comme nous l’avons déjà remarqué, si le tableau des formes des jugements tel que nous l’empruntons à la logique formelle n’est pas lui-même en réalité systématiquement déduit d’un principe, ce qui semble bien être le cas, il ne peut fonder ni garantir la systématisation et la totalité du tableau des catégories.

43En second lieu, si Kant peut, par sa théorie du concept et du jugement, identifier dans leur principe les deux fonctions (judicative et objectivante) parce que dans les deux cas il s’agit d’un pouvoir d’unifier, il ne peut pas faire que l’acte unifiant du jugement (logique formelle) ne repose pas sur le principe d’identité et de non-contradiction, si bien que l’unité ne peut jamais se réaliser que par l’analyse, tandis que l’unité apportée par la catégorie se réalise non point sous la condition du principe d’identité et de non-contradiction, mais sous la condition de la possibilité de l’expérience ; ou bien, si l’on veut envisager le pouvoir de la catégorie en lui-même, abstraction faite de toute expérience, elle est une synthèse en quelque sorte absolue, dans laquelle l’unification des termes ne repose nullement sur le dépouillement dans chacun de ces termes de ce qui peut se trouver en eux de différent. Elle est une unité du différent comme tel, et non une unité du différent par soustraction du différent, grâce à l’identité d’un caractère commun. Le problème difficile n’est donc pas de passer de l’unité analytique des jugements à la fonction générale d’unité propre au jugement, mais celui de passer de cette fonction générale d’unité propre au jugement à l’unité synthétique de la catégorie. Cette objection que nous adressons est à notre sens la plus grave de toutes, car elle rend sans conséquence l’identification de la fonction d’unité dans les formes du jugement et dans les catégories. En effet, c’est bien toujours sans doute le même entendement qui unifie et synthétise, mais au lieu de pouvoir conclure de cette identité des pouvoirs, à l’identité des formes dans les deux cas, nous sommes obligés d’admettre que la fonction unitaire de l’entendement se disjoint dans l’application en deux fonctions dérivées : la fonction de l’unification analytique (logique) et la fonction de l’unification synthétique (transcendantale). Et par là, nous allons retrouver l’objection de L. Brunschvicg : il y a irréductibilité entre les relations établies par les sciences (mathématiques et physique) et les relations de la logique formelle. Si les catégories, qui sont à la source de ces relations scientifiques, étaient identiques aux formes judicatives, elles devraient, comme elles, être entièrement intelligibles au moyen du principe d’identité et de contradiction. Or il n’en est rien : c’est la caractéristique essentielle et primitive des principes de la science que d’être synthétiques a priori, c’est-à-dire inexplicables par le principe d’identité ; et même lorsqu’il s’agit de principes, comme celui de la causalité (qui ne peut se démontrer que par la possibilité de l’expérience), radicalement inintelligibles par eux-mêmes. C’est précisément la constatation de cette inintelligibilité et de cette irréductibilité au jugement analytique qui a été, pour Kant, la raison de son effort critique, le choc qui l’a réveillé de son sommeil dogmatique.

44Cette opposition se traduit d’ailleurs par une dualité manifeste dans la déduction métaphysique des catégories : alors que la déduction du système des catégories repose entièrement sur la déduction des formes du jugement, la déduction de leur nature doit faire appel à leur rapport possible avec l’intuition sensible, ce qui est une considération extrinsèque par rapport à la logique pure. Mais l’introduction de cet élément extrinsèque à la logique n’autorise-t-elle pas le doute à l’égard du parfait parallélisme de la fonction catégoriale par rapport à la fonction logique ?

  • 38 Immanuel Kant, Reflexion 3738, AK XVII, 278.
  • 39  En marge  Cependant, cette liaison est établie par une démonstration, et celle-ci suppose une cons (...)

45Toutefois, si la manière dont le problème s’est posé pour Kant, pendant la période antécritique, vient confirmer à nos yeux la difficulté indéniable de subordonner à l’ordre logique l’ordre transcendantal, elle nous explique aussi comment Kant a pu être amené à l’envisager. Kant est parti de l’opposition tranchée (suggérée par Hume) entre les vérités de raison et les vérités de fait, de leur radicale dissociation ; d’un côté, il y a l’usage logique de la raison qui est analytique, de l’autre il y a l’expérience qui lui est irréductible : « Alle analytischen Urteile sind rational und umgekehrt ; alle synthetische Urteile sind empirisch und umgekehrt < Tous les jugements analytiques sont rationnels, et inversement ; tous les jugements synthétiques sont empiriques, et inversement >38. » La découverte de la connaissance mathématique comme à la fois rationnelle et synthétique vient jeter un pont entre l’entendement et le réel, et rendre concevable une science certaine. Quel sera le résultat au point de vue de l’entendement et de sa nécessité ? Allons-nous voir se modifier le concept même de la « nécessité » et du « jugement nécessaire » ? En un certain sens, oui. Un nouveau type de jugement nécessaire est découvert, qui oppose la nécessité mathématique à la nécessité analytique à laquelle Leibniz voulait la ramener. Pour ce nouveau type de jugement, il faut, selon l’expression de Léon Brunschvicg, un « nouvel état civil » : c’est le jugement synthétique a priori. Mais, en revanche, alors que Descartes et Leibniz ont conçu d’une façon très originale l’enchaînement des vérités mathématiques d’après un mode qui, chez Leibniz lui-même, est bien souvent irréductible au syllogisme, nous voyons Kant continuer à concevoir cet enchaînement conformément aux simples lois de la logique formelle : l’intuition pure et a priori fournit un certain nombre de principes, de propositions auxquelles nous ne pouvons pas nous soustraire ; mais la liaison entre ces propositions est exclusivement analytique39 :

Les raisonnements des mathématiques procèdent tous suivant le principe de contradiction (ainsi que l’exige la nature de toute certitude apodictique) ; l’erreur fut de croire que les principes mathématiques devaient être conçus aussi en vertu du principe de contradiction, en quoi l’on se trompait, car si le principe de contradiction peut nous faire admettre une proposition synthétique, ce ne saurait jamais être qu’autant qu’on présuppose une autre proposition synthétique d’où elle puisse être tirée, mais elle-même elle n’en saurait dériver. (« Introduction », V, B 14, trad. p. 46.)

46Ainsi donc, Kant ne peut pas cesser de penser, même quand il s’agit de la liaison des vérités synthétiques des mathématiques entre elles, que le principe de contradiction est le fondement de leur nature apodictique : « la nature de toute certitude apodictique l’exige », va-t-il jusqu’à écrire (B 14). Aperçue de ce biais, sa solution consisterait donc à permettre à la nécessité analytique de pouvoir s’étendre a priori à un domaine réel, dans la mesure où un contenu peut lui être offert a priori (grâce aux intuitions sensibles pures). Dans ces conditions, nous comprenons que lorsqu’il voudra dresser le système nécessaire des concepts au moyen desquels l’entendement originaire pense les intuitions, il se tournera tout naturellement vers le système logique des formes du jugement qui exprime dans notre esprit de façon originaire « la nature de toute certitude apodictique » (B 14). Il se croira ainsi autorisé à extrapoler la nécessité de l’entendement transcendantal, qui est synthétique, de la nécessité de l’entendement logique, qui est analytique. Et la présence des catégories dynamiques (substance-accident, cause-effet, action-réaction), loin de le détourner de la logique formelle, comme on pouvait s’y attendre tout d’abord, contribuera à l’y conduire parce que les objets de ces catégories, ne pouvant pas se construire dans l’intuition, mais devant être simplement recherchées dans l’expérience selon la règle fournie par la catégorie, la nécessité de ces catégories paraît irréductible au type de la nécessité mathématique bien qu’elle soit synthétique. La nécessité propre à l’entendement transcendantal doit donc se référer à une nécessité d’un genre supérieur à < celui de > la nécessité mathématique et < de > la nécessité dynamique, capable de les embrasser toutes les deux comme des espèces subordonnées, et de valoir pour tous ces contenus. Or où trouver dans notre conscience la forme générale d’une nécessité indifférente à tout contenu et capable néanmoins de se manifester à propos des contenus les plus divers, sinon dans la nécessité formelle du jugement logique, telle que la met en évidence la logique générale ? Kant sera d’autant plus disposé à le croire qu’il a toujours considéré la logique générale comme étant – à certaines réserves près – une science achevée et parfaite depuis longtemps, depuis Aristote même, parce que l’entendement ne s’y occupe que de lui-même, et qu’elle n’a ni principe empirique ni principe psychologique (« Préface » de la seconde édition, B viii). « Elle est une doctrine démontrée et tout doit y être certain a priori » (« De la logique générale », A 54 / B 78, trad. p. 96). Ainsi, il considère comme ayant au plus haut point démontré sa logique transcendantale en l’ayant engendrée à partir de la logique ordinaire, par l’adjonction aux formes d’unités intellectuelles des intuitions pures a priori de la sensibilité, grâce auxquelles elle reçoit un contenu, sans toutefois cesser d’être aussi pure que la logique générale.

47Mais il est bien évident que ce procédé prête le flanc aux plus graves objections. D’abord, quoique différentes, la nécessité mathématique et la nécessité dynamique sont également synthétiques ; il paraît donc superflu pour concevoir l’unité synthétique en général de passer par l’intermédiaire de l’unité analytique. Il est vrai, répondra-t-on, que seule la logique formelle et son unité analytique nous fournissent la forme générale d’une unification, abstraction faite de tout contenu. Mais Kant a reconnu que le principe suprême était l’entendement synthétique, qui est un entendement producteur, source de tout contenu possible pour une logique quelconque. Cet entendement source du réel pour ma conscience doit évidemment être en même temps le Real Grund par rapport auquel la fonction purement logique (Ideal Grund) est un entendement vide et analytique, réfléchissant sur ce que l’entendement producteur lui apporte. Cet entendement vide doit être dérivé, il doit être fondé par l’entendement Real Grund et non s’instituer comme fondement de ce dernier. Or Kant ne se sert pas de cet entendement logique et vide seulement comme d’un Ideal Grund mais aussi comme d’un Real Grund, pour déterminer l’entendement originaire source de l’unité synthétique et de l’unité analytique. Il applique le principe de la logique formelle en concevant celle-ci comme le genre « logique générale » par l’abstraction de la différence spécifique qui constitue l’espèce logique transcendantale, et à l’intérieur de celle-ci les sous-espèces nécessité mathématique et nécessité dynamique. C’est pourquoi les postkantiens lui ont reproché d’avoir méconnu les plus fécondes conséquences de sa découverte et de les avoir sacrifiées, comme dit Hegel, à l’identité de l’entendement vide. Ceux-ci considéraient donc que l’effort du kantisme n’a pas été mené jusqu’à son terme parce que la logique ordinaire n’a pas été réellement subordonnée à la logique supérieure de l’entendement producteur et fondée par elle. Bref, il faut que la méthode philosophique traite le Real Grund conformément à sa nature, c’est-à-dire comme principe premier et que, par conséquent, la méthode devienne rigoureusement synthétique.

  

48Toute cette critique vient donc confluer dans les deux reproches formulés partout par les postkantiens sous des formes différentes :

491. La méthode suivie par Kant, bien qu’il prétende le contraire, n’est ni synthétique, ni ostensive, mais analytique.

502. Pour saisir l’activité originaire formelle et matérielle et pour en tirer les formes nécessaires de la pensée et de la connaissance, ainsi que le concept de sa matière et de son objet, il faut reconnaître que nous disposons d’un organe spécial, celui que Kant utilise inconsciemment lorsqu’il appréhende dans leur pureté les formes a priori de la sensibilité et de l’entendement, c’est à savoir l’intuition intellectuelle, non de la chose en soi dogmatique, mais de notre activité. Alors on cessera de présumer simplement que les différentes catégories sont les aspects nécessaires revêtus par la même unité synthétique originaire, lorsque celle-ci, au contact du divers de l’intuition sensible, s’efforce de la ramener à l’unité. Fichte, par exemple, partant de l’activité pure du sujet, saisie par intuition intellectuelle, déduira les modes nécessaires que cette activité doit revêtir sous la condition contingente d’une opposition qu’elle doit incorporer à elle-même coûte que coûte pour pouvoir subsister conformément à sa position originaire (qui était l’unité). De ces modes nécessaires, ou catégories, seront tirées les formes logiques du jugement. Par là, seraient évités les cercles où Kant semble parfois s’engager ; par exemple, quand, procédant à la déduction métaphysique afin de préparer et de fonder la déduction transcendantale, il anticipe parfois sur la déduction transcendantale pour fonder la déduction métaphysique. Ainsi, l’affirmation que les catégories sont des fonctions synthétiques constitue une anticipation sur la déduction transcendantale, de même l’analyse de la connaissance d’objet en multiplicité (synthèse) et unité (entendement). Or, sans le recours à cette fonction synthétique qui suppose une rencontre de la pensée et de l’intuition, la déduction métaphysique serait incapable de distinguer entre le jugement et la catégorie. De même, c’est la déduction transcendantale qui démontre vraiment l’analogie que la déduction métaphysique se contente d’affirmer entre la fonction du jugement et la fonction objectivante, etc.

II. Déduction transcendantale des catégories

51Par la déduction métaphysique, Kant a prouvé l’origine a priori des catégories et établi leur liste systématique en les déduisant de l’unité synthétique de l’entendement, conformément aux fonctions logiques universelles de la pensée, qui dérivent de cette même unité. Par la déduction transcendantale, Kant va établir la valeur objective des catégories, en tant qu’elles sont des conditions de possibilité de l’expérience, et qu’elles rendent possibles, à ce titre, des connaissances a priori, des jugements synthétiques a priori. Par là, d’ailleurs, nous confirmerons leur caractère a priori.

52Il est évident que le mot déduction n’a pas le même sens dans les deux cas. Dans la déduction métaphysique, il a le sens courant : c’est la dérivation des catégories à partir du principe pur et a priori qui est leur source. Elle aboutit à établir un fait : l’existence a priori en nous d’un système de concepts purs. Dans la déduction transcendantale, le mot déduction a un sens juridique et concerne, non le fait, mais le droit. Les jurisconsultes distinguent, en effet, la question de fait et la question de droit (« Quid facti », « Quid juris ») et exigent une preuve pour chacune. Par exemple : 1. « Caïus a-t-il oui ou non accompli telle action ? » (« Quid facti ») ; 2. « Cette action est-elle oui ou non légitime, correspond-elle à un droit ou à une usurpation ? » (« Quid juris »). Prouver la légitimité ou l’illégitimité, c’est ce qu’ils appellent « déduire » (§ 13, A 84 / B 116). Ce mot s’explique d’ailleurs aisément, car il faut prouver que l’acte particulier de Caïus peut effectivement être ou ne pas être subsumé sous la définition générale donnée par la loi : par exemple < sous la définition > du délit ou du crime (on retrouve ici la signification logique du terme). Expliquer comment des concepts a priori se rapportent à des objets, c’est donner une déduction transcendantale de ces concepts, et répondre à la question « Quid juris ». On montrera que ces concepts rendent l’expérience possible et on conclura qu’ils sont valables a priori pour tous les objets de cette expérience. Ici, déduire ne signifie nullement dériver des éléments à partir d’un principe (comme dans la déduction métaphysique).

  • 40  En marge  Remarque. Locke, par cette noogonie, a une intention : découvrir la validité ou les limi (...)

53Au § 13, Kant oppose la déduction transcendantale à la déduction empirique qui montre, non pas comment un concept est légitime, mais comment il a été acquis en fait par le moyen de l’expérience : voie ouverte par l’illustre Locke (§ 13, A 86 / B 119). Cette déduction empirique répondrait donc à une question « Quid facti ? » ; et, en effet, Kant déclare : « Cette tentative de dérivation physiologique, qui n’est pas à proprement parler une déduction puisqu’elle concerne une question de fait, je la nommerai explication de la possession d’une connaissance pure » (§ 13, A 86 / B 119)40.

  • 41 Voir Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. I (...)

54On a aperçu ici tout un nid d’insurmontables difficultés41.

55En effet :

1. Comment un concept a priori pourrait-il avoir été acquis en fait grâce à l’expérience, puisque étant en nous a priori, il est en nous avant toute expérience et possède des caractères qui ne peuvent venir de l’expérience (la nécessité) ?

2. Comment appartiendrait-il à la déduction empirique de donner la réponse à la question « Quid facti », puisque la déduction métaphysique des catégories a déjà fourni cette réponse ?

  • 42 < Kant n’emploie l’expression de « déduction métaphysique » qu’une seule fois, au § 26, B 159. >

3. Kant déclare que la réponse à une question de fait ne saurait être une déduction. Or Kant a appelé « déduction » la réponse qu’il apporte à la question de fait dans la « déduction métaphysique42 ».

  

56En réalité, ces difficultés ne sont qu’apparentes.

  

57Tout d’abord, il y a deux questions de fait bien distinctes :

1. Existe-t-il en moi des catégories comme concepts purs a priori ? Cette question de fait a été tranchée par la déduction métaphysique, qui mérite son nom de « déduction » au sens logique – non transcendantal – du terme.

2. Comment s’éveille, en fait, au cours de ma vie réelle, la conscience des concepts a priori ? Autre question de fait, car conscience acquise des catégories en moi et existence a priori en moi des catégories sont deux faits différents. L’un exige le concours de l’expérience, l’autre exclut ce concours.

58La conscience des catégories s’éveille à l’occasion de l’expérience. Kant a dit, en effet, au début de la Critique : « Il n’est pas douteux que toutes nos connaissances ne commencent avec l’expérience, car par quoi notre faculté de connaître serait-elle éveillée si elle ne l’était point par des objets qui frappent nos sens ? » Ainsi, dans le temps, aucune connaissance ne précède en nous l’expérience et toutes commencent avec elle. « Mais, ajoute Kant, si toute notre connaissance commence avec l’expérience, il n’en résulte pas qu’elle dérive toute de l’expérience » (« Introduction », B 1, trad. p. 35). C’est à cette question de fait que répond une investigation psychologique recherchant comment, peu à peu, à l’occasion des expériences, je prends conscience des divers concepts a priori qui rendent possible cette expérience, bref, comment j’arrive à la possession d’une connaissance pure. Ainsi, ces concepts ne dérivent pas de l’expérience, mais sans le choc de l’expérience je n’arriverais jamais à prendre une connaissance réelle de l’a priori qui est de tout temps en moi et qui conditionne cette expérience.

59L’erreur de Locke et de Hume, c’est d’avoir confondu les deux questions de fait, d’avoir confisqué la première au profit de la seconde ; et d’avoir dérivé de l’expérience non pas simplement la conscience que je prends peu à peu de l’a priori [qui est en moi-même], mais les concepts a priori eux-mêmes, et par là d’avoir abouti à la suppression de cet a priori comme tel. On comprend donc combien Kant peut, à juste titre : 1. prétendre que la genèse empirique d’un tel fait (de la possession, c’est-à-dire de la conscience réelle de l’a priori) ne mérite à aucun degré le nom de « déduction empirique » ; 2. affirmer que toute déduction empirique des catégories est un non-sens ; 3. déclarer que l’entreprise de Locke est une vaine tentative ; 4. attribuer à la déduction métaphysique le nom de « déduction » (au sens logique), car elle n’a rien d’empirique : elle est entièrement a priori, et si elle porte sur un fait (l’existence a priori en nous des concepts purs), ce n’est nullement un fait empirique, mais un fait transcendantal, un fait de la raison.

  

60La déduction transcendantale des catégories est absolument nécessaire (au sens d’indispensable), nous dit Kant (§ 13, A 88 / B 120), ce qui n’était pas le cas de la déduction transcendantale (appelée « exposition transcendantale ») des formes de l’espace et du temps, surtout de l’espace. En effet, la géométrie est une science immédiatement évidente et cette évidence la dispense de demander à la philosophie une garantie de sa valabilité < [sic] > a priori par la preuve que son concept fondamental d’« espace » est pur et a priori. D’autre part, la géométrie borne au monde sensible extérieur l’usage qu’elle fait du concept d’« espace » et comme la forme a priori de l’espace est condition de ce monde, il est immédiatement certain, sans autre déduction, que tout ce qu’elle construit dans cette intuition a priori de l’espace vaudra pour tous les objets dont nous avons réellement l’intuition dans ce monde.

61Au contraire, les catégories, étant non des intuitions pures sensibles, mais des concepts a priori de l’entendement pur, se rapportent, lorsqu’elles sont considérées en elles-mêmes, à des objets en général, indépendamment des conditions de la sensibilité. D’une part, elles ne sont pas fondées sur l’expérience ; d’autre part, elles ne peuvent pas non plus exhiber dans l’intuition a priori (comme les concepts mathématiques) aucun objet qui fonderait, avant toute expérience, les jugements synthétiques qu’elles pourraient engendrer. De là résulte qu’elles peuvent être employées par la métaphysique au-delà des limites du monde phénoménal, ce qui les conduit à se servir du concept d’« espace » lui-même en dehors des conditions sensibles (et à l’appliquer à l’intelligible). En conséquence, il est absolument nécessaire de déterminer par la critique les limites de leur usage légitime ; et il devient nécessaire, à cause d’elles, de soumettre par-dessus le marché à cette même critique l’usage du concept d’« espace ». Ainsi, les catégories non seulement requièrent nécessairement une déduction transcendantale pour elles-mêmes, mais la rendent inévitable pour le concept d’« espace » qui, autrement, pourrait s’en passer. Mais, demandera-t-on, la physique n’est-elle pas une science, dans son genre, aussi certaine que la géométrie ? A-t-elle donc un plus grand besoin que la géométrie de s’adresser à la philosophie pour légitimer ses concepts a priori de « cause », d’« effet », de « force », d’« action », de « réaction », etc. ? Sans doute, la physique est-elle certaine ; mais :

1. elle n’a pas, tout de même, une certitude aussi absolue et immédiate que la géométrie, car elle ne construit pas ses objets dans l’intuition ;

2. la métaphysique, par l’emploi abusif qu’elle a fait des concepts physiques (en étendant leur usage hors du monde phénoménal) les a rendus douteux, et a jeté le soupçon sur la totalité de leur usage, c’est-à-dire même sur leur usage, en fait, légitime (physique) ;

3. la validité objective des principes des sciences physiques et de leur fondement a été mise en question par les empiristes, surtout par Hume, comme jamais ne l’ont été les principes de la géométrie. Et la différence de nature que représentent les principes dans ces deux ordres de science, les uns étant intuitifs, les autres conceptuels, explique suffisamment ce traitement différent.

  

62En effet, comme les formes pures de la sensibilité sont les conditions sans lesquelles un objet ne peut nous être donné, c’est-à-dire nous apparaître dans une intuition empirique, il est immédiatement clair que tout objet doit obéir à cette condition, sans quoi il n’existerait pas pour nous. Au contraire, les catégories n’étant pas condition de la réceptivité, n’étant pas, par conséquent, les conditions sous lesquelles l’objet est donné, mais simplement celles grâce auxquelles il peut être pensé, on pourrait croire que la nécessité de la catégorie est simplement subjective et non objective en même temps : par exemple, on croira que la nécessité du rapport de cause à effet n’est que subjective et que les phénomènes ne sont pas soumis eux-mêmes aux conditions de cette catégorie, puisqu’ils n’ont pas besoin de lui être soumis pour pouvoir nous être donnés dans l’intuition ; aussi ces phénomènes pourraient se trouver dans une confusion totale, et rien en eux pourrait n’obéir à un ordre nécessaire.

  

  • 43 Arthur Schopenhauer, Kritik der Kantischen Philosophie [1819], in : Sämmtliche Werke, éd. de Julius (...)

63Ce passage a donné lieu à d’innombrables controverses, car il a paru contradictoire avec toutes les conceptions kantiennes. Il a l’air de supposer qu’une connaissance est possible sans le secours des catégories, uniquement par la seule intuition, et que les phénomènes peuvent être donnés dans l’intuition sans le recours de l’entendement, si bien qu’il n’est plus évident pourquoi l’objet doit être soumis aux conditions intellectuelles après s’être conformé aux conditions sensibles. Les catégories seraient conçues comme pouvant ne pas être les conditions de l’objet. Les phénomènes pourraient n’être pas conformes à des catégories qui perdent ainsi leur signification. Schopenhauer manifeste son indignation devant de telles contradictions43. En réalité, ce passage ne nous paraît poser aucun problème. Kant explique pourquoi des suppositions contraires à la vérité critique ont pu être faites. Il constate tout simplement que pour que l’intuition empirique soit donnée à la conscience, la forme de l’intuition pure est requise ; comme cette forme pure seule est une condition de la réceptivité, on pourrait (remarquez le ton problématique du passage : « Il se pourrait à la rigueur que », § 13, A 90 / B 123) en conclure que les phénomènes peuvent être donnés à notre connaissance indépendamment des catégories, ce qui est faux car, pour que nous ayons une connaissance, et pour qu’il y ait des phénomènes, il faut non seulement que les objets nous soient donnés par les intuitions, mais < aussi > qu’ils soient pensés au moyen de concepts ; alors et alors seulement se constitue une connaissance des objets. Bref, toute connaissance ne peut être procurée à la conscience que par la synthèse de l’intuition par l’entendement ; mais la matière de la connaissance (sans la connaissance) est donnée à notre conscience par les seules intuitions. Le début de tout le § 14 confirme notre interprétation. Ceux qui croient que les conditions formelles sensibles (grâce auxquelles le donné est offert à la conscience) procurent par là même à cette conscience une connaissance du donné, qui en vérité n’est possible pour cette conscience que par le concours des conditions formelles intellectuelles, commettent fatalement l’erreur et mettent nécessairement en question l’objectivité des catégories.

64Nous pouvons passer maintenant à la déduction transcendantale des catégories. Quel en sera le principe ? La valeur objective des catégories comme concepts a priori repose sur ceci que seules elles rendent possible l’expérience. Car, dans ce cas, il est évident qu’elles se rapportent a priori aux objets de l’expérience qui, sans elles, ne peuvent être pensés comme tels. Le principe de la déduction des concepts purs est donc le suivant : la validité et la légitimité des catégories seront établies si l’on reconnaît en elles autant de conditions a priori de la possibilité de l’expérience, soit de la pensée qui y est incluse, soit même de l’intuition qui s’y trouve (car la connaissance intuitive elle-même n’est connaissance que sous la condition de ces concepts).

65Il y a deux déductions. L’une dans la première édition, l’autre dans la seconde. Nous les exposerons tour à tour en montrant leur différence, la signification et la raison d’être de cette différence.

La déduction de la première édition (1781) – A 95-A 130

66Cette déduction, dit Kant, est hérissée de difficultés (A 98). Il avait dit dans la préface qu’elle lui avait donné du mal. Il le répète dans les Prolégomènes :

  • 44 Emmanuel Kant, Prolégomènes à toute métaphysique future qui pourra se présenter comme science, AK I (...)

Cette déduction est l’entreprise la plus difficile qui ait jamais été entreprise en faveur de la métaphysique ; et le pire, c’est que la Métaphysique ne pouvait en rien m’aider en l’espèce, puisque cette déduction doit précisément rendre d’abord possible la Métaphysique44.

Cette obscurité vient, selon Kant, de ce que cette déduction nous oblige à descendre très profondément dans les premiers principes de la possibilité de la connaissance. Elle tient aussi, nous dit-il dans sa seconde préface, à l’insuffisance de son style et de sa terminologie < (B xxxvii-xxxix) >. Ajoutons qu’elle tient aussi à ce que Kant a remis à de multiples reprises son travail sur le métier, raturant, corrigeant, ajoutant, se reprenant, etc. Enfin, elle vient d’une complication interne tenant au chevauchement de deux points de vue différents.

67Si, en effet, nous nous référons à la préface de la première édition, Kant nous avertit que la déduction des catégories comprend deux parties : l’une montre et fait comprendre la valeur objective des concepts a priori ; elle se rapporte essentiellement au but proposé. L’autre considère l’entendement au point de vue de sa possibilité, c’est-à-dire qu’elle se demande comment l’entendement procède en fait pour pouvoir, avec ses catégories, rendre possibles des connaissances. La question générale traitée par la déduction, « Comment l’expérience est-elle possible ? », se subdivise donc légitimement en deux questions distinctes :

1. Quelles sont les conditions a priori qui rendent l’expérience possible ?

2. Comment est construite en réalité une connaissance d’objet ?

68Cette dernière recherche considère l’entendement du point de vue subjectif et ouvre la voie psychologique ; l’autre considère l’entendement au point de vue objectif (de sa valeur objective a priori) et constitue à proprement parler la déduction transcendantale. La voie psychologique – c’est-à-dire la recherche portant sur la question de savoir comment l’entendement procède en fait pour rendre possible avec ses catégories la connaissance – pourrait même être considérée comme hypothétique et conduire simplement à une opinion, puisque, recherchant la cause d’un effet donné (cet effet, c’est la connaissance a priori d’objets), elle contient quelque chose de semblable à une hypothèse. En réalité, elle est tout aussi certaine que le reste. En effet, la cause à laquelle on parvient ici n’est pas occulte, tout en étant obscure, car elle est une faculté du sujet, absolument nécessaire d’ailleurs pour l’expérience possible.

69Or ces deux aspects (psychologique et proprement transcendantal), bien que distincts, sont nécessairement liés, et cette intrication permanente est une source de difficultés et d’obscurités.

*

Déduction subjective

70D’une façon générale, les commentateurs s’accordent à considérer que la déduction subjective comprend en gros toute la deuxième section (A 95-A 114). Dans l’observation préliminaire (vorläufige Erinnerung), Kant déclare que cette section est destinée à préparer le lecteur (A 98).

71La préface de cette déduction (qui vaut d’ailleurs aussi pour la déduction objective), c’est l’indication de ce qui sera le nervus probandi, c’est à savoir le principe de la possibilité de l’expérience (A 95-A 98). Les concepts purs a priori ne contiennent rien d’empirique, mais leur réalité objective n’en repose pas moins sur ceci qu’ils sont des conditions a priori d’une expérience possible (A 95). Sans doute ces concepts peuvent-ils ultérieurement donner lieu à des fictions (possibles ou impossibles en soi) qu’aucune expérience ne pourra réaliser mais ils doivent toujours eux-mêmes renfermer les conditions pures et a priori d’une expérience possible ; car autrement rien ne serait pensé par leur moyen, et nous ne pourrions jamais parvenir à en avoir conscience, puisque la connaissance de l’a priori, nous le savons, ne peut être éveillée en nous que grâce aux expériences que cet a priori a rendu possibles. De tels concepts, qui sont les catégories, on en donne par conséquent une déduction suffisante en montrant que sans eux un objet ne peut être pensé (puisque ainsi on justifie leur valeur objective). Mais il faut montrer aussi, positivement, comment l’entendement pense ces objets et construit cette expérience, construction qui suppose sa collaboration avec d’autres facultés : il faut donc examiner dans leur nature transcendantale les sources subjectives qui conditionnent les principes a priori de la possibilité de l’expérience.

  • 45 Erich Adickes, note critique, in : Immanuel Kant, Kritik der reinen Vernunft, Berlin, Mayer & Mülle (...)

72Les commentateurs ont vu dans ce passage une rupture dans la suite des idées, une interpolation45. Rien n’est plus gratuit : comme nous le voyons, Kant montre ici simplement que la déduction subjective est le complément indispensable de la déduction transcendantale (ce qu’il a dit d’ailleurs dans la préface). Tout ce que l’on peut remarquer, c’est qu’il présente ensuite ce complément comme une préparation.

73Le principe qui nous conduit à la découverte des sources de la connaissance est le suivant : toute connaissance constitue un tout de représentations liées et composées entre elles (ein ganzes verglichener und verknüpfter Vorstellungen, < A 97 >). Il y a donc après la présentation du divers de l’intuition par la réceptivité, en vue de son appréhension par la spontanéité, c’est-à-dire après la synopsis du sens (où tout est naturellement disséminé et isolé : A 120), une synthèse de notre spontanéité qui est triple : la synthèse de l’appréhension des représentations dans la perception, celle de la reproduction de ces représentations dans l’imagination, celle de leur recognition dans le concept.

74La remarque générale qui conditionne ce triple processus, c’est que toutes les représentations, quelle que soit leur source (externe, interne, a priori ou empirique), tombent, en tant que modification de l’esprit, dans la forme du sens interne et que leur subordination aux formes temporelles est condition de toute représentation.

1. Synthèse de l’appréhension

75L’intuition contient une diversité. Cette diversité doit être représentée comme telle, et cela n’est possible qu’à condition :

1. que les impressions diverses qui constituent ce divers soient distinguées par l’esprit au fur et à mesure qu’elles se succèdent dans le temps, ce qui suppose que chaque impression, à chaque moment, c’est-à-dire dans chaque minimum temporel, constitue une unité absolue (donc simple et indivisible) qui ne peut se confondre avec la suivante ou la précédente ;

2. que chacune de ces impressions étant appréhendée tour à tour soit ajoutée, réunie successivement aux autres pour produire l’unité d’une représentation : par là, le divers est produit comme tel pour ma conscience.

76Cette synthèse de l’appréhension dans l’intuition a lieu tant pour le divers des représentations empiriques que pour le divers des représentations a priori.

*

77< Note relative à l’intuition formelle >

Il s’agit ici de constituer l’intuition empirique. Celle-ci suppose un ensemble d’impressions synthétisées en une représentation (l’impression, c’est la donnée instantanée). Une intuition, c’est un divers, c’est une multiplicité, donc plusieurs impressions.

78Quant à l’intuition pure, c’est exactement le même processus. Seulement au lieu d’avoir des impressions, on a des éléments purs et a priori qui ne sont pas empiriques, et le résultat de cette synthèse, c’est l’intuition formelle. Bref, dans cette intuition constituée comme représentation consciente en moi, il y a une synthèse. Sinon, il y aurait des impressions des éléments qui se succéderaient en moi, sans être appréhendées, qui disparaitraient au fur et à mesure qu’elles se produisent, et je n’aurais jamais la conscience d’un divers. Il y aurait un divers en moi, mais il n’existerait pas pour moi. Dans l’intuition pure, il y aurait un divers de l’espace et du temps, mais il ne serait pas appréhendé par une conscience, il n’existerait pas pour moi. Si j’appréhende le divers grâce à la synthèse, j’obtiens, si le divers est empirique, l’intuition empirique constituée comme telle pour ma conscience ; si le divers est pur, j’obtiens l’intuition consciente du divers de l’espace et du temps ; et cette intuition conditionnée par la synthèse, c’est l’intuition formelle. Ce sont les infiniment petits évanouissants de l’espace et du temps qui sont sommés de façon à constituer pour ma conscience l’intuition formelle. Autrement, on n’aurait rien. Il y aurait un divers a priori qui ne serait pas pour ma conscience.

79Quand l’imagination productrice détermine à volonté dans l’intuition pure telle ou telle figure de triangle, l’intuition à laquelle elle a affaire, c’est l’intuition consciente où les éléments sont agrégés pour constituer un tout qui est le tout de l’intuition formelle.

80Le concept de l’« intuition formelle » est plus explicite dans la seconde édition. Mais il n’en est pas moins présent dans la première où nous voyons, par la synthèse de l’appréhension, de la reproduction et de la recognition, cette intuition formelle se constituer. Dans la première édition, la synthèse de l’intuition empirique n’apparaît pas comme conditionnée par la synthèse créatrice de l’intuition formelle qui est une synthèse pure et a priori. Au contraire, dans la seconde édition, la synthèse pure et a priori par laquelle se constitue l’intuition formelle apparaît comme condition de la synthèse constitutive de l’intuition empirique.

*

81La difficulté soulevée à propos de cette synthèse, c’est celle posée par son élément : l’impression conçue comme unité simple et indivisible, devant occuper un seul moment du temps. Dans les anticipations de la perception, Kant déclare qu’à cause de cela l’impression n’a pas de grandeur extensive (A 168 / B 210). Mais Kant a conçu le temps comme divisible à l’infini ; on ne peut donc jamais atteindre ce moment absolu qui correspondrait à l’unité et à la simplicité absolue de l’impression primitive. Dans les antinomies, il a exclu toute possibilité de se prononcer sur la division dernière de la matière. Disons donc que par cette impression indivisible Kant a voulu indiquer l’élément distingué dont le divers est composé et qui, condition de cette composition, doit être conçu en lui-même comme non composé, non divers, donc comme unité absolue, absolument simple et indivisible, qui s’oppose à l’unité relative du divers. La difficulté est encore plus grande quand il s’agit du divers a priori des intuitions pures, puisque ces intuitions (temps et espace) sont essentiellement continues, divisibles à l’infini et excluent toute possibilité d’arriver à un élément simple, indivisible. Il y a là une difficulté essentielle de l’accord des intuitions pures avec les concepts, qui est la difficulté essentielle du schématisme. Il faudrait supposer que l’élément en question n’est pas un indivisible à la rigueur, mais une différentielle, ce que Kant semble admettre (d’après les axiomes de l’intuition et les anticipations de la perception).

82Le résultat de cette première synthèse est le suivant : la sensibilité, la réceptivité ne suffit pas à expliquer la conscience de l’intuition, comme le croient les empiristes ; il faut en effet pour la plus basse des connaissances, pour la simple perception du divers, l’intervention d’une synthèse, c’est-à-dire l’intervention d’une fonction intellectuelle, puisque toute liaison (conjunctio) d’une diversité d’éléments en général ne peut venir ni des sens, ni des formes pures sensibles, mais d’un acte de la spontanéité de la faculté représentative (§ 15, B 129).

2. Synthèse de la reproduction dans l’imagination

83La précédente synthèse est à son tour possible en vertu de la synthèse de la reproduction dans l’imagination. En effet, pour pouvoir additionner les impressions simples, successives, dans la synthèse de l’appréhension, il ne faut pas que je laisse échapper les représentations antérieures au fur et à mesure que je passe à une impression nouvelle, car jamais je n’arriverais à les additionner les unes aux autres. Mais il faut que je les reproduise à mesure que j’arrive aux suivantes : ainsi, pour tracer une ligne dans ma pensée, il faut que je saisisse une à une dans ma pensée les diverses parties de la ligne et que je n’aie pas laissé échapper de ma pensée les premières parties de ligne lorsque j’arrive aux dernières, car je ne pourrais pas arriver à une représentation complète. Cette synthèse reproductrice est le fait de l’imagination (productrice) et comme cette synthèse rend possibles toutes les connaissances en général, elle appartient aux actes transcendantaux, et la faculté d’imagination est elle-même transcendantale. Cette activité synthétique de reproduction est le facteur a priori de la synthèse reproductrice tant du divers de l’intuition empirique, que du divers de l’intuition pure de l’espace et du temps ; de même, l’activité synthétique dans l’appréhension était facteur a priori de ces deux synthèses.

84Kant signale que l’association des idées, qui est une faculté empirique purement psychologique, a son fondement dans la faculté transcendantale de l’imagination. Elle est la réplique passive, dans le plan psychologique et empirique, du travail actif que l’imagination effectue dans le plan transcendantal et a priori, comme synthèse de la reproduction. L’association des idées consiste en effet à reproduire des représentations passées et à les lier à d’autres représentations présentes ou passées selon la contiguïté dans le temps. Elle suppose donc d’abord une faculté reproductrice de ce qui est passé, qui est le reflet du pouvoir que l’imagination transcendantale originelle possède, de reproduire par son activité dans la conscience, lors de sa synthèse, les représentations d’impressions abolies. D’autre part, pour que l’association – et l’habitude qu’elle implique – se crée, il faut la répétition des mêmes concomitances ou séquences, bref, une certaine constance des phénomènes ; autrement, même si la faculté d’association existait, elle n’aurait jamais l’occasion de se manifester : si le cinabre était tantôt rouge, tantôt noir, tantôt léger, tantôt lourd, il n’évoquerait jamais invinciblement le rouge et le lourd. Or c’est l’imagination transcendantale qui, par sa règle a priori de synthèse des éléments ou des impressions diverses, a institué la constance du monde des impressions. Le lien associatif n’est que l’image subalterne et affaiblie de la liaison objective effectivement réalisée a priori dans les choses par l’imagination transcendantale.

*

85Note relative au cinabre

Quand nous avons affaire à certains éléments empiriques déterminés, la synthèse de l’imagination se produit toujours de la même façon.

86Un objet implique une certaine matière empirique contingente : par exemple, les propriétés du cinabre. Mais la possibilité de la conscience de cet objet repose sur une synthèse nécessaire de ces propriétés, telle que l’objet ne puisse jamais être donné sans elles : par exemple, le cinabre ne peut jamais être donné sans la lourdeur et la rougeur. Pour que cette synthèse ait lieu, il faut évidemment que la lourdeur, la rougeur et un certain nombre d’autres propriétés nous aient été données. Mais le fait d’être données, même constamment, à notre réceptivité, n’est pas l’équivalent de l’objet avec ses propriétés qui lui sont nécessairement attribuées (ou objectivement attribuées, c’est-à-dire attribuées à lui d’une façon telle qu’il m’est impossible de ne pas les lui attribuer).

87Ici, le problème est le suivant : c’est de savoir comment nos catégories constructrices de l’objet peuvent se trouver, à l’occasion de telle ou telle donnée empirique, déterminées à produire telles synthèses et non telles autres. (On retrouve ici un problème analogue à celui de la spécification de l’objet transcendantal.) D’une part, toute synthèse d’objet en tant qu’objet, doit être fondée dans un concept particulier d’objet qui est une règle a priori pour la constitution de cet objet particulier. Mais on ne voit pas comment la particularité de cette règle, qui ne nous est fournie que par le concept empirique d’un objet, pourrait être fournie par l’élément a priori. Seules peuvent être fournies a priori les particularités de l’objet transcendantal ou ses spécifications qui se réfèrent à une intuition pure et a priori : ainsi les catégories qui sont déjà des spécifications de l’unité. Laissons la question ouverte pour les concepts mathématiques.

88Il y a une synthèse des impressions dont le fondement est un concept qui prescrit sa règle. Même les concepts les plus bas sont des déterminations de concepts a priori. Le résultat de ces synthèses, c’est de donner des produits nécessaires. Lorsque j’ai obtenu l’objet résultant de cette synthèse, j’ai la conscience que les propriétés appartiennent à l’objet, parce qu’elles sont synthétisées nécessairement par des facultés universelles indépendantes de mon caprice.

89Mais pourquoi y a-t-il un concept du « cinabre », du « livre », qui sont des concepts très spécifiés ? Il a sa source dans l’empirie, semble-t-il ; et là est la difficulté.

90Le cinabre est toujours rouge parce que le cinabre a été produit par une synthèse nécessaire d’impressions empiriques (rouge, lourd, etc.) telle que le résultat de cette synthèse nous apparaît comme indépendant de nous, individus, et ainsi les propriétés sont nécessairement attribuées aux choses. Plus tard, j’associerai empiriquement rouge et cinabre, car j’aurai eu plusieurs fois devant les yeux l’objet cinabre, et j’aurai eu devant les yeux l’objet cinabre parce que, en vertu du concept « cinabre », la synthèse d’où il résulte en fonction de la règle d’unité nécessaire, d’éléments empiriques, qui est contenue dans ce concept de « cinabre », a déjà été effectuée.

91Dans tout concept d’objet, si empirique qu’il soit, il y a toujours un facteur a priori et transcendantal, à savoir l’unité nécessaire qui conditionne la synthèse d’où sort l’objet (déterminé). Mais que ce concept, que cette unité de la synthèse, soit ceci et non cela, c’est ce qui ne peut être dit a priori, ce qui n’est pas fondé a priori dans mon entendement. Il y a là une chose d’origine empirique.

92Mais supposons qu’il n’y ait que les éléments empiriques qui conditionnent la spécification du concept : sans ce concept et son activité constitutive, il n’y aurait jamais d’objet distinct. Il n’y aurait jamais conscience d’objet. Donc il y aurait un kaléidoscope de qualités et de propriétés qui, n’étant jamais rapporté expressément à ceci plutôt qu’à cela, ne pourrait jamais donner naissance à une association, même si l’on conçoit que, dans cette pure matière empirique brute, certaines propriétés ou certaines qualités se trouvent plus souvent que d’autres à côté l’une de l’autre.

*

  • 46 Voir Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. I (...)

93Cette synthèse de la reproduction donne lieu à un certain nombre de méprises. En effet, Vleeschauwer et Vaihinger46 estiment que la partie du paragraphe qui traite de l’association des idées (A 99) traite de la reproduction empirique et que la seconde partie traite de la reproduction a priori. Vaihinger, approuvé par Vleeschauwer, ajoute même que, alors que dans le paragraphe sur l’appréhension, la synthèse empirique et la synthèse a priori sont exposées côte à côte sans que Kant indique que cette dernière fonde la première, le paragraphe sur la reproduction précise que la synthèse a priori conditionne la synthèse empirique.

94Il y a là, à notre avis, une confusion des commentateurs. Le paragraphe concernant l’appréhension nous indiquait deux synthèses également transcendantales : la synthèse du divers empirique et la synthèse du divers a priori. Aucune ne fonde l’une plus que l’autre, car elles sont également nécessaires selon qu’il s’agit d’une représentation empirique ou d’une représentation a priori. Ces deux synthèses expriment la même activité synthétique, appartiennent à la spontanéité intellectuelle, et manifestent toutes les deux une faculté transcendantale : l’imagination. Dans les deux cas en effet, l’intuition (qu’elle soit empirique ou pure) est rendue possible par là pour notre conscience. Dans le paragraphe concernant la synthèse de la reproduction, Kant met en relief une condition de la synthèse de l’appréhension, c’est à savoir la reproduction de l’impression (quand il s’agit d’une représentation empirique) ou la reproduction de l’élément du divers pur (quand il s’agit d’une représentation a priori) : activité reproductrice de l’impression < et > activité reproductrice de l’élément du divers a priori sont l’une et l’autre conçues comme la même activité synthétique opérant a priori sur deux divers différents, ou comme le même facteur a priori de cette activité synthétique a priori qui se manifeste dès l’apparition de la synthèse de l’appréhension. Il ne va donc nullement de soi d’assimiler l’activité synthétique a priori de reproduction opérant à propos d’un divers empirique (ce que Vaihinger et Vleeschauwer appellent « reproduction empirique ») avec l’association des idées, phénomène psychologique qui est exclu de la spontanéité intellectuelle, de la faculté transcendantale de l’imagination – l’association ne conditionnant en rien l’intuition empirique, mais, au contraire, la supposant.

95En effet, même quand il s’agit de l’activité qui réalise l’intuition empirique pour notre conscience, cette activité est dans son essence tout à fait a priori. Aussi, bien que la synthèse ne puisse se produire qu’a posteriori, puisque les éléments, étant empiriques (les impressions), ne peuvent que nous être donnés a posteriori, l’activité qui fait cette synthèse est évidemment a priori : cette activité n’est pas issue du donné, mais elle est présente en nous avant lui et s’impose à lui au fur et à mesure qu’il nous est apporté par les impressions successives. Quand il s’agit de la synthèse d’un divers a priori, nous n’avons pas besoin d’attendre que les éléments (à réunir) soient donnés empiriquement par des impressions pour que l’activité (a priori) de la synthèse les réunisse, et alors nous avons non seulement une activité a priori de synthèse, mais nous avons aussi a priori le résultat de cette activité synthétique, c’est-à-dire la synthèse a priori qui constitue tout objet mathématique : c’est la synthèse pure de l’imagination. Ces activités synthétiques sont donc bien sur le même plan : elles sont l’une et l’autre a priori et transcendantales (dans le sens de « rendant possible l’expérience », non dans le sens de « rendant possible une connaissance a priori » – en ce qui concerne la synthèse empirique). Il est évident que la faculté imaginative, qui rend possibles pour ma conscience les intuitions empiriques, est le fondement de cette faculté psychologique qu’est l’association des idées, qui relie après coup, par une pure passivité, les intuitions empiriques produites antérieurement par l’activité de l’imagination transcendantale, et qui reflète passivement les liens au moyen desquels cette imagination avait activement lié entre eux les éléments empiriques. Nous comprenons donc très bien que Kant, dans la première édition, ait disjoint la synthèse de l’intuition empirique de l’association.

96Enfin, conclure que dans le paragraphe sur la reproduction, Kant nous révèle que la synthèse productrice de l’intuition empirique est fondée sur la synthèse productrice de l’intuition pure, c’est ajouter une confusion à la précédente. Le paragraphe nous révèle que l’imagination productrice, qui effectue la synthèse de reproduction, est au fondement de l’association, et non pas qu’à l’intérieur de la faculté transcendantale qu’est l’imagination productrice, la faculté a priori de synthétiser le divers des intuitions pures est le fondement de la faculté a priori de synthétiser le divers des intuitions empiriques.

  

97Ce qui a facilité l’éclosion de ces confusions et contresens, c’est que Kant a eu deux avis différents sur la question, et que de plus il y a une certaine maladresse dans son exposition.

  

981. En effet, le paragraphe sur l’appréhension exposait : (a) le travail de l’activité synthétique a priori s’exerçant sur le divers empirique ; (b) le travail de l’activité synthétique a priori s’exerçant sur le divers a priori, synthèse pure de l’appréhension. Le paragraphe sur la reproduction expose : (a) que la synthèse empirique de l’association des idées requiert comme fondement une synthèse a priori de reproduction du divers ; (b) en quoi consiste la synthèse a priori de la reproduction en prenant des exemples portant uniquement sur la synthèse a priori d’un divers a priori.

99Le lecteur est ainsi tenté naturellement d’identifier la composition des deux paragraphes et de penser que la première partie de chacun des deux paragraphes traite de l’activité synthétique portant sur le divers a posteriori, et par conséquent d’identifier à tort la synthèse empirique de l’association (deuxième paragraphe) avec l’activité originelle portant sur des éléments empiriques (premier paragraphe).

100D’autre part, chacun des moments synthétiques qui sont exposés aux paragraphes 1, 2, 3 de la deuxième section (appréhension, reproduction, recognition – cette dernière n’a pas encore été exposée) sont conçus comme nécessaires les uns par rapport aux autres, et tous ensemble nécessaires par rapport à l’entendement qu’ils rendent possible (dont ils rendent possible le fonctionnement). Ainsi, l’activité synthétique de l’entendement ne peut s’exercer sans la synthèse de l’appréhension, laquelle requiert la synthèse de la reproduction, laquelle à son tour requiert comme condition suprême la synthèse de la recognition. Or l’exposé de la synthèse de reproduction, au lieu de commencer par ces mots (que nous trouvons au début du dernier alinéa), « La synthèse de l’appréhension est inséparablement liée à la synthèse de la reproduction » < (A 102, trad. vol. 2, p. 318) >, puis de passer à la démonstration en prenant l’exemple de la ligne et du nombre, commence, au contraire, par poser le phénomène de l’association et par rechercher le fondement objectif de sa possibilité, c’est-à-dire le fondement de la constance du phénomène ; ce fondement est découvert dans la synthèse de reproduction.

101Il est évident que cette façon de déduire rompt le cours de la déduction subjective et introduit un problème nouveau (celui de la possibilité d’un ordre régulier des phénomènes) qui concerne moins la déduction subjective que la déduction objective. Si, par ailleurs, Kant donne la solution d’un problème subjectif, celui de la possibilité de la faculté psychologique d’association qui, sans cette constance, ne se manifesterait jamais et resterait enfouie au fond de l’âme humaine, c’est de la possibilité d’une faculté psychologique et non d’une faculté transcendantale qu’il est question en l’espèce. Par là, on peut être induit à confondre alors faculté psychologique et faculté transcendantale, alors que la faculté psychologique n’est ici que le reflet de la faculté transcendantale qui est seule véritablement en question.

  

1022. C’est surtout que Kant n’a pas toujours eu le même avis sur le sujet. Ultérieurement, nous verrons qu’en d’autres passages, il se refuse à considérer l’imagination en tant que facteur de la reproduction comme une faculté transcendantale, et l’acte de reproduction d’une façon générale comme un acte transcendantal : il verra dans la reproduction, bien qu’elle soit élément indispensable de toute synthèse de l’intuition, où qu’elle soit, le fait d’une faculté empirique, et il la confondra par conséquent entièrement avec l’association sous le nom d’« imagination reproductrice » (cf. A 118 et A 121). Il appellera au contraire « productrice » la synthèse de l’intuition a priori. Cette correction, au point où nous en sommes, nous paraît devoir comporter bien des difficultés ; nous examinerons en son temps et en son lieu sa raison d’être.

3. Synthèse de la recognition dans le concept

103Les deux précédentes synthèses sont rendues possibles par une troisième : celle de la recognition dans le concept. L’appréhension des éléments du divers suppose qu’à l’impression présente soit jointe le souvenir (la reproduction) de l’impression passée ; mais cela suppose aussi que l’impression reproduite soit reconnue comme identique à l’impression passée. Si, par exemple, au fur et à mesure que je compte, j’oublie que les unités que j’ai maintenant sous les yeux sont celles-là même que j’ai naguère ajoutées les unes aux autres, alors il y a rupture du processus, < il y a > non plus la même représentation produite peu à peu, mais une nouvelle représentation sans rapport avec l’autre. Je ne puis plus connaître la production du nombre par l’addition successive des unités et, par conséquent, le nombre non plus, qui est son résultat. Ainsi, au premier facteur de la mémoire, la conservation par reproduction, doit s’ajouter le second : la reconnaissance.

104Or cette reconnaissance présuppose la conscience de l’identité du moi qui effectue l’addition des éléments successivement appréhendés et reproduits ; car pour reconnaître la conformité du souvenir à l’impression passée, il faut que le même moi identique les rapporte à lui-même et les découvre comme identiques entre eux parce qu’il les découvre comme identiques par rapport à lui-même. C’est pourquoi Kant déclare : « Il ne faut pas que j’oublie que les unités que j’ai maintenant sous les yeux ont été successivement ajoutées par moi les unes aux autres » (A 103, trad. vol. 2, p. 319). Ce qui fonde l’identification consciente de l’impression jadis appréhendée avec l’impression actuellement reproduite, c’est le rapport des deux à l’unité d’une conscience. Or la conscience d’une identité d’éléments divers grâce à une unité est précisément ce qui caractérise le concept.

105Mais ce qui complique la question, c’est que, derrière l’identité de l’impression reproduite avec l’impression autrefois appréhendée, Kant sous-entend tacitement une homogénéité d’une tout autre sorte : celle des différentes impressions entre elles. Ces diverses impressions doivent être homogènes les unes aux autres, au moins à un certain point de vue, sans quoi on ne pourrait les additionner en se plaçant à ce point de vue. Or il est évident que cette homogénéité suppose aussi une reconnaissance ; il faut que les impressions soient chacune et toutes ensemble reconnues à chaque moment du processus comme identiques entre elles par rapport au point de vue à l’égard duquel cette identité peut apparaître. Et ce qui fonde cette identité à un certain point de vue, c’est précisément le concept qui fonde l’unité de la synthèse. Chaque concept serait un point de vue à partir duquel les choses sont unies selon un principe d’homogénéité ou d’affinité. Soit, par exemple, le concept de « divisibilité » : les corps les plus différents sont homogènes à ce point de vue ; ainsi hommes et animaux sont homogènes à ce point de vue.

Si, dit Kant, nous n’avions pas la conscience que ce que nous pensons actuellement est précisément la même chose (dasselbe) que ce que nous avons pensé un moment auparavant, toute la reproduction dans la série des représentations serait vaine. Il y aurait en effet, dans l’état présent, une nouvelle représentation qui n’appartiendrait nullement à l’acte par lequel elle aurait dû être produite peu à peu et les éléments divers de cette représentation ne formeraient jamais un tout puisqu’ils manqueraient de cette unité que la conscience seule peut leur donner. < (A 103, trad. vol. 2, p. 318.) >

De toute évidence, cette déclaration convient à la fois à la reconnaissance de l’identité de l’impression actuellement reproduite avec l’impression antérieurement appréhendée et à la reconnaissance de l’identité entre elles de toutes les impressions successivement appréhendées. Or il est évident aussi que ce sont là deux facteurs tout différents : je puis en effet reconnaître que l’image que j’évoque en ce moment reproduit fidèlement telle impression reçue antérieurement, et reconnaître en même temps que cette impression fidèlement évoquée par mon esprit n’est pas du tout la même chose que telle autre impression que je reçois actuellement. Or, pour que la synthèse de recognition se produise et pour qu’il n’y ait qu’une seule représentation, les deux opérations doivent évidemment être réunies et, comme par hasard, il se trouve que la condition de ces deux opérations est la même, c’est à savoir le concept qui fonde l’unité de la synthèse – le concept, c’est-à-dire l’unité synthétique dont l’expression suprême est le moi (transcendantal).

106En effet, il faut un facteur commun pour reconnaître l’identité d’une multiplicité. Ce facteur ne peut se trouver dans le divers lui-même, mais dans la spontanéité. Or ce qu’il y a de commun à toutes les impressions appréhendées et reproduites, c’est qu’elles sont toutes mes impressions, appartenant à la même conscience identique. Cette conscience de soi ne saurait être le flux toujours changeant et empirique des phénomènes intérieurs qui est une pure diversité, mais la conscience d’un moi distinct de ce divers, c’est-à-dire d’un moi a priori qui précède toute expérience et la rend possible. Or nous parvenons à reconnaître la permanence d’une telle conscience du moi par la conscience d’une activité ou fonction identique par laquelle nous produisons la connaissance issue de la synthèse successive des impressions. Ainsi, la représentation conceptuelle d’un nombre quelconque, 7 ou 12, ne pourrait jamais nous être procurée sans la conscience d’avoir opéré la synthèse successive (addition) d’un certain nombre d’unités, le concept n’étant rien d’autre que l’unité de la synthèse.

Sans doute, écrit Kant, cette conscience peut être souvent faible, de telle sorte que nous ne la lions pas toujours à la production de la représentation dans l’acte même, c’est-à-dire immédiatement, mais seulement dans l’effet ; mais malgré cette différence et bien que la clarté éclatante y manque, il faut toujours qu’il y ait une conscience : autrement les concepts et avec eux la connaissance des objets seraient absolument impossibles. (A 103-104, trad. vol. 2, p. 319.)

107Cette conscience pure, originaire, immuable qui précède toutes les données des intuitions et qui par la liaison et l’unité du divers qu’elle apporte rend possible toute présentation d’objets, c’est ce que Kant appelle l’« aperception transcendantale ». Cette aperception rend possibles à la fois la connaissance de l’objet comme tel et la conscience du moi comme tel. Car le moi ne peut prendre conscience de lui-même sans exercer la fonction synthétique grâce à laquelle il s’aperçoit comme identique à lui-même dans cette liaison du divers. Ainsi, pas de conscience du moi sans son opposition à un divers ; pas d’opposition à un divers sans une unification du divers, par la fonction synthétique ; pas d’unification du divers sans la présence d’un divers étranger à l’entendement. Ainsi, l’aperception n’est pas une connaissance innée, mais un facteur de connaissance qui ne devient conscient que lorsqu’il entre en fonction.

108Mais d’autre part, nous sommes conduits en même temps par là à une théorie de l’objet.

109Qu’est-ce que l’objet, sinon l’idée d’un quelque chose distinct de mes connaissances, avec lequel mes connaissances doivent s’accorder nécessairement, puisqu’elles doivent s’y rapporter, à l’égard duquel elles doivent toutes s’accorder entre elles pour posséder cette unité [que possède l’objet] qui constitue précisément le concept d’« objet » ? Or toutes ces caractéristiques ont été introduites par l’action synthétique de l’aperception transcendantale, c’est donc celle-ci qui constitue en réalité l’objet. L’objet n’est pas autre chose que la projection devant moi (Gegenstand, Ich stelle vor, Vorstellung) de l’unité transcendantale qui a rendu possible, grâce à l’unité synthétique du divers des représentations, l’unité objective de ma connaissance. Cette projection hors de moi (objectivation) était inéluctable :

1. parce que la nécessité de l’opération synthétique, d’où sort le concept de la chose, fait apparaître son résultat comme indépendant de nous en tant que subjectivités individuelles, échappant aux prises de notre caprice, résistant à nous, s’imposant à nous ; alors cette nécessité apparaît comme objectivité (opposition au sujet) ;

2. parce que rendant possible ma connaissance, cette unité synthétique apparaît à la fois comme devant la précéder et comme l’engendrant : ce qui explique le caractère naïvement attribué à la représentation d’être conçue comme l’effet de l’objet (elle résulte effectivement de l’unité) ;

3. parce que opérant la synthèse de la chose ou de la représentation, selon une règle d’unité, elle apparaît comme ce qui en dehors du sujet (individuel) assure à chaque instant la correspondance entre la représentation et l’objet.

110Ainsi, alors que pour la conscience vulgaire l’objet paraît la source de toutes ces caractéristiques de la connaissance qui nous amènent à la rapporter à lui, pour la conscience philosophique, c’est au contraire le sujet (le sujet universel, la faculté spontanée a priori du sujet) qui est la cause de ces caractéristiques objectives, c’est-à-dire de ce que nous appelons l’« objet ». Nous saisissons ici sur le vif la révolution copernicienne. L’objectivité est en réalité construite de toutes pièces par le moi transcendantal ; l’objet n’est que l’aspect pris par ce moi transcendantal et par les caractères de son activité aux yeux du moi subjectif individuel. L’objet que nous concevons au-delà de la connaissance qui s’y rapporte peut donc porter à bon droit le nom que Kant lui donne de « transcendantal », puisqu’il est le reflet de mon moi intellectuel, de mon unité transcendantale, et que celle-ci est transcendantale parce qu’elle est une condition a priori de la connaissance d’objet. Et puisque cette unité transcendantale est en elle-même une unité purement formelle qui coordonne un divers venu d’ailleurs (du sensible), il est naturel que son reflet, l’objet transcendantal, soit, quant à son contenu, aussi vide qu’elle : il est la simple forme de l’objet, il est au-delà de la connaissance qui est à la fois forme et matière. Il est donc non connaissable : de même que l’unité transcendantale est au-delà du divers dont elle conditionne la synthèse, quelque chose qui n’a pas de matière déterminable, de même l’objet transcendantal est un indéterminable = X.

  • 47 < En marge > Le concept de « chien ».
  • 48 Consulter aussi Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. (...)

111Puisque l’objet en général résulte de la synthèse du divers par l’unité transcendantale, toute synthèse du divers rendue possible par une unité plus spécifiée, c’est-à-dire par un concept plus restreint, donnera naissance à des objets moins généraux. Ainsi, les différents objets de notre connaissance sont rendus possibles par les différents concepts qui ont eux-mêmes rendu possible une certaine unité du divers, déterminée par chacun de ces concepts. Par exemple, le concept du « triangle » fournit l’unité de la règle d’après laquelle un divers d’intuition (trois lignes droites) peut être assemblé, et cette représentation du triangle (rendue possible par le concept qui est l’unité de la règle) est la représentation de l’objet = X que je pense grâce aux prédicats ainsi conçus du triangle (A 105)47. De même, le concept de « corps » rend possible une certaine unité du divers (toutes les perceptions étendues sont homogènes sous ce concept ; de même, les perceptions d’impénétrabilité, etc.). Nous voyons par là que les concepts généraux devraient eux aussi, comme les catégories, avoir une fonction transcendantale. Ils diffèrent des catégories en ce que celles-ci sont absolument pures, tandis que les concepts supposent les perceptions empiriques, étant des points de vue (d’homogénéité) sur ces perceptions, points de vue à travers lesquels s’exerce la fonction unificatrice de la catégorie, laquelle est une spécification a priori de la fonction unificatrice de l’entendement. À ce titre, tout concept contiendrait en lui quelque chose d’a priori. Le problème consiste à se demander comment est ainsi possible une différenciation de la fonction unitaire correspondant à la différenciation des objets empiriques, et le problème dépasse les investigations de la Critique de la raison pure (il est effleuré dans l’appendice à la Dialectique, A 654 / B 682, et abordé dans la Critique du jugement48).

112On voit par là que l’objet transcendantal ne peut de toute évidence être confondu, comme l’ont cru certains auteurs, avec la chose en soi. [Bien qu’il arrive une fois à Kant de l’appeler « chose en soi », Kant insiste expressément sur cette hétérogénéité dans le chapitre sur la distinction entre phénomène et chose en soi ; voir A 789-793 / B 818-821.] Sans doute les phénomènes impliquent un double rapport, l’un avec la chose en soi, l’autre avec l’objet transcendantal. Étant phénomènes, ils supposent une chose en soi qui n’apparaît pas et qui est par conséquent inconnaissable. Étant phénomènes, ils sont les seuls objets qui nous soient immédiatement donnés, mais n’étant pas des choses en soi, ils ne sont néanmoins que des représentations et doivent en l’espèce se confondre avec l’intuition qui est la représentation se rapportant immédiatement à un objet ; or, cet objet ne pouvant plus à son tour être une représentation, être une intuition, < il > est nécessairement un objet non intuitionné, non représenté, non empirique : l’objet transcendantal = X. Bien que la chose en soi soit inconnaissable comme l’objet transcendantal, on voit qu’elle est toute différente de lui, car le phénomène suppose la chose en soi comme étant précisément sans commune mesure avec lui, tandis que le phénomène se rapporte à l’objet transcendantal comme à un correspondant intrinsèquement indéterminable en soi. La chose en soi n’est à aucun titre objet, elle n’est pas la projection d’une forme de l’entendement. De plus, elle est conçue comme ayant une réalité propre au dehors et indépendante de ma faculté de connaître, et comme source de la matière. L’objet transcendantal, au contraire, est une forme d’objet qui tient tout son être de la forme de notre faculté intellectuelle avec laquelle elle s’identifie. La confusion entre chose en soi et objet transcendantal est un des facteurs de l’accusation d’idéalisme portée par Garve, Feder, etc. contre Kant. Voilà pourquoi Kant évitera d’évoquer l’objet transcendantal en 1787.

113Ce sont les successeurs du kantisme (Reinhold, Maïmon, Fichte, etc.) qui, sans commettre la confusion, tentent de réduire le concept de « chose en soi » à celui d’« objet transcendantal ». Mais ils n’y parviendront pas complètement, puisque en dehors de l’objet transcendantal, la chose en soi devra conserver un succédané d’existence distincte sous forme de différence absolue originaire, de choc, de Non-Moi, etc.

114Nous venons d’achever la déduction subjective en montrant comment l’entendement était possible, c’est-à-dire comment il parvenait à former l’objet. Nous avons du même coup établi que les fonctions synthétiques de l’aperception (catégories) ont une valeur objective, puisqu’elles ne sont pas seulement les conditions nécessaires de nos représentations, mais encore les conditions nécessaires de la constitution de l’objet.

*

Difficulté de la déduction subjective

115Les empiristes (Berkeley, Hume) expliquent par l’association des idées deux choses différentes : 1. la constitution de chaque objet par l’association empirique habituelle de leurs qualités (exemple de la cerise chez Berkeley) ; 2. le lien de ces objets entre eux selon diverses relations, dont celle de causalité, par leur association empirique habituelle les uns avec les autres.

1. < Réfutation de la théorie de la constitution des objets par association >

116Kant réfute la première théorie dans les synthèses transcendantales de l’imagination. Le cinabre n’est pas constitué comme objet par une collection d’idées liées empiriquement entre elles – par exemple, le lourd et le rouge –, mais par la synthèse transcendantale qui établit entre ces éléments un lien nécessaire et indissociable : ce par quoi il apparaît comme un objet distinct du sujet empirique individuel, comme une réalité stable toujours semblable à elle-même, doué toujours des mêmes qualités ; ce par quoi sont rendues possibles l’association empirique de ces qualités et leur évocation habituelle les unes avec les autres ; ce par quoi, enfin, est aussi rendue possible sa définition empirique d’objet.

117Ce qui entre en jeu dans ces synthèses constitutives de l’objet, ce sont évidemment les catégories, que malheureusement Kant appelle « constituantes », et que l’on retrouve en action dans la première partie de la déduction des principes (axiomes de l’intuition, anticipations de la perception) – ce ne sont évidemment pas les catégories dynamiques que Kant appelle « régulatrices » et non « constituantes » parce qu’elles ont pour fonction non de constituer chaque objet de l’expérience, mais d’établir entre ces objets déjà constitués, ou entre les existences données, des liens nécessaires et universels par quoi se constitue l’expérience en général < conçue > comme ensemble des phénomènes régis par des lois. Kant distingue donc entre constituer les objets de l’expérience singulatim, et constituer l’expérience, c’est-à-dire la liaison universelle et nécessaire entre ces objets.

118Une première difficulté apparaît, qui est la suivante : les exemples que donne Kant, en l’espèce, sont tous excellents, puisque ce sont effectivement des exemples de constitution d’objets, tels que tracer une ligne dans ma pensée, concevoir le temps d’un midi à l’autre, représenter un nombre par l’addition successive de ses unités, concevoir un triangle en assemblant trois lignes droites selon une règle. Tous ces exemples se réfèrent à la catégorie constituante de quantité et plus spécialement aux axiomes de l’intuition. Ils concernent la constitution de grandeurs extensives et ont pour caractéristique de présenter une synthèse transcendantale d’éléments homogènes. Mais la synthèse d’où naît un objet empirique, comme le cinabre – synthèse du rouge, du lourd, etc. –, est une synthèse d’éléments hétérogènes ; on ne peut donc le concevoir ou l’expliquer en le référant à l’exemple de la synthèse constitutive des grandeurs soit extensives (axiomes de l’intuition) soit intensives (anticipations de la perception). Comment concevoir en effet qu’une même règle permette d’additionner entre eux de tels éléments hétérogènes ? On conçoit bien l’addition d’unités semblables, non celle de qualités disparates.

119On aurait donc souhaité pour bien comprendre la synthèse transcendantale des éléments constitutifs des objets empiriques d’autres exemples que des exemples d’objets mathématiques. Corrélativement, on remarque que dans la première partie de la déduction des principes, seuls sont donnés les principes qui, comme celui des axiomes de l’intuition et celui des anticipations de la perception, sont des principes constitutifs de grandeurs (extensives ou intensives) ; tandis que n’est pas donné quelque principe de la constitution des objets empiriques comme tels, laquelle ne saurait d’autre part s’expliquer par les catégories dynamiques, qui ne sont pas constitutives des objets mais seulement constitutives de l’expérience, c’est-à-dire régulatrices.

120Il y a donc là une lacune. Les deux premiers principes mathématiques fondent, l’un, les principes de la géométrie et de l’arithmétique, l’autre, les principes des sciences de l’intensité comme la photométrie. De leur côté, les principes que sont les analogies de l’expérience fondent les principes de la physique. Mais il y a une science de la constitution d’objets empiriques (tels que le cinabre, l’eau, etc.) qui n’est ni une science mathématique ni une science physique : cette science, c’est la chimie. Cette science doit évidemment, elle aussi, comporter un principe transcendantal de sa possibilité et ce principe devrait être précisément le principe de la synthèse des éléments constitutifs des objets empiriques dont nous avons constaté l’absence tant dans la déduction subjective des synthèses transcendantales que dans la déduction transcendantale des principes. Il en résulte que la Critique de la raison pure ignore le principe transcendantal de la chimie. Comment résoudre cette difficulté dans le cadre de la critique ?

121La difficulté de comprendre la synthèse transcendantale constitutive d’objets empiriques vient de ce que cette synthèse doit réunir des éléments hétérogènes. Pour résoudre cette difficulté, il faut que ces éléments hétérogènes soient investis d’une « identité numérique » qui permette leur union ou leur addition dans une synthèse.

Si, dit Kant, nous n’avions pas la conscience que ce que nous pensons est précisément la même chose (dasselbe sei) que ce que nous avons pensé un moment auparavant, toute reproduction dans la série des représentations serait vaine. Il y aurait, en effet, dans l’état présent, une nouvelle représentation qui n’appartiendrait nullement à l’acte par lequel elle aurait dû être produite peu à peu, et les éléments divers de cette représentation ne formeraient jamais un tout, puisqu’ils manqueraient de cette unité que la conscience seule peut leur donner. (A 103, trad. vol. 2, p. 318-319.)

Qu’entendre par cette même chose (dasselbe), qu’entendre par cette recognition ? On peut d’abord entendre par là la simple reconnaissance d’un souvenir : à savoir, pour additionner deux termes ensemble, il faut que j’ajoute au terme qui est sous mes yeux le terme précédent qui n’est plus là mais que ma mémoire reproduit dans une image qu’elle reconnaît pour être identique à lui. Le terme oublier (vergessen) dont Kant parle ensuite atteste bien qu’il s’agit de la mémoire dans ces deux < moments > : la reproduction du passé et sa reconnaissance. Mais Kant sous-entend une autre identité que celle du souvenir avec l’élément passé qu’il évoque, c’est à savoir l’identité de l’élément ajouté et de l’élément auquel il s’ajoute, cette identité permettant à ces divers éléments de s’ajouter les uns aux autres pour constituer un tout. Or les éléments constitutifs d’un objet empirique (par exemple, le rouge, le lourd, etc. pour le cinabre) sont entre eux complètement hétérogènes. La solution que Kant présente est la suivante : ces éléments hétérogènes deviennent homogènes entre eux par rapport à l’unité synthétique qui les réunit comme les composantes de l’objet en vertu de la règle ou du concept qui les réunit dans ce tout que constitue la représentation de l’objet. Ainsi, la constitution et la réunion des éléments divers en un tout synthétique ne sont pas conçues comme possibles en vertu de l’homogénéité de ces éléments ou parties du tout, mais au contraire < - > en vertu du concept qui les oblige à s’unir dans tel tout < - >. Or l’acte d’unité qui rend possible la constitution de ce tout, c’est l’acte de la conscience ; donc l’unité de la conscience fonde la possibilité de la synthèse des éléments hétérogènes dans le tout par quoi est constitué l’objet empirique. Enfin, cette solution est valable pour la constitution de toutes sortes d’objets, aussi bien de l’objet empirique que de l’objet de la mathématique pure. La recognition des éléments reproduits est donc non seulement la reconnaissance dans le souvenir des éléments pensés auparavant, mais < aussi > la conscience de l’appartenance de ces éléments à la même représentation, en tant qu’ils sont connus comme appartenant à un seul et même acte de pensée, à savoir l’acte par lequel telle représentation se constitue en vertu d’une règle. C’est ce que précise la seconde partie du texte que nous avons cité. Sans la recognition,

[…] il y aurait en effet dans l’état présent une nouvelle représentation qui n’appartiendrait nullement à l’acte par lequel elle aurait dû être produite peu à peu, et les éléments < divers > de cette représentation ne formeraient jamais un tout puisqu’ils manqueraient de cette unité que la conscience seule peut leur donner. (A 103, trad. vol. 2, p. 318-319.)

122Recognition signifie donc reconnaître que les éléments synthétiques appartiennent tous au même acte de la conscience par lequel celle-ci constitue l’objet. Et cet acte par lequel la conscience une réunit en une représentation les éléments divers perçus successivement et ensuite représentés, c’est précisément le concept. La recognition n’est donc possible que dans ou que par le concept qui préside à la synthèse des éléments, d’où le titre : De la synthèse de la recognition dans le concept. Il ne s’agit donc plus simplement de la reconnaissance pure et simple d’un élément passé lui permettant par là d’être ajouté à l’élément présent, mais de la reconnaissance de cet élément comme appartenant à la série par laquelle le concept constitue l’objet. < - > Ou encore : si la recognition rend possible la synthèse d’où résulte l’objet, c’est en tant que cette recognition est elle-même rendue possible par le concept de cet objet même. Ou encore : l’homogénéité qui rend possible l’addition des éléments divers en un même tout n’est rien d’autre que l’identité de l’acte de la conscience en chacun des éléments que cet acte réunit dans le tout, ou dans l’objet. Comme le dit Kant, « l’esprit dans la connaissance du divers < ne pouvait avoir > conscience de l’identité de la fonction par laquelle l’unité de la conscience le lie synthétiquement en une connaissance » (A 108, trad. vol. 2, p. 322).

2. < Réfutation de la théorie de la liaison des objets par association >

123La seconde théorie des associations, c’est-à-dire l’explication par l’association et l’habitude des relations diverses que nous établissons entre les objets (en particulier les relations de causalité), est réfutée par Kant dans la deuxième partie de la déduction transcendantale des principes, à savoir dans les analogies de l’expérience. Il ne s’agit plus alors d’expliquer et de fonder par des concepts purs le lien objectif des qualités par lesquelles l’objet est constitué comme tel, mais d’expliquer et de fonder par des concepts purs le lien objectif qui unit nécessairement entre eux les objets déjà constitués. Bref, il ne s’agit plus de la possibilité de l’objet, mais de la possibilité de l’expérience ; non plus de la constitution de l’objet par des catégories constituantes, mais de la constitution de l’expérience par des catégories régulatrices.

124Que dans la déduction subjective de l’imagination, il ne s’agisse que de la constitution de l’objet et non de la constitution de l’expérience, c’est ce qui est affirmé à plusieurs reprises, par exemple : « L’unité de la conscience qui précède toutes les données des intuitions et qui seule rend possible toute représentation d’objets » (A 107, trad. vol. 2, p. 321). Il s’agit de trouver « le principe transcendantal sans lequel il serait impossible de concevoir un objet à nos intuitions » (A 106, trad. vol. 2, p. 321).

Figure 8. La difficulté de la déduction subjective.

Figure 8. La difficulté de la déduction subjective.

Exemple de manuscrit, au dos de notes tapuscrites.

Source : Archives du Collège de France, cote 70 CDF 11-2, manuscrit à part du f. 7. © Collège de France.

125Cependant, on trouve des passages qui se réfèrent à la possibilité non plus simplement de l’objet mais de l’expérience : « Cette unité transcendantale de l’aperception fait de tous les phénomènes possibles qui peuvent se trouver réunis dans une expérience un ensemble reliant toutes ces représentations selon des lois » (A 108, trad. vol. 2, p. 321-322). Or il est évident que si l’unité de l’objet dépend des synthèses de l’imagination, il n’en sera pas de même de l’expérience comme constituée par un ensemble d’objets soumis à des lois, car la constitution de cet ensemble dépend des catégories dynamiques régulatrices, et non des synthèses régies par les catégories seulement constituantes (appréhension, reproduction, recognition). C’est encore plus sensible dans la vorläufige Erklärung < (« explication préalable ») > où il n’est plus question que de l’expérience : « Il n’y a qu’une expérience où toutes les perceptions soient représentées comme < dans > un enchaînement complet et régulier » (A 110, trad. vol. 2, p. 323) < - >.

126Comment expliquer cela ? En ceci qu’à partir du moment où la condition de l’objet (ou de la représentation de l’objet) est conçue de façon générale comme étant l’unité transcendantale de l’aperception – en tant que celle-ci rend possible la conscience de l’unité de la synthèse qui conditionne l’objet et la connaissance de l’objet, tout autant qu’elle rend possible l’unité de tous les phénomènes dans une expérience, c’est-à-dire dans un ensemble reliant toutes ces représentations selon des lois (A 108, trad. vol. 2, p. 322) –, un seul et même processus de synthèse selon le concept est posé comme rendant possibles tant la constitution de l’objet que celle de l’expérience. < - > L’affinité vaut aussi bien pour l’affinité du divers interne à l’objet qui en est constitué que pour l’affinité des divers objets ou phénomènes par lesquels se constitue l’expérience régie par la causalité.

*

Déduction objective

127Elle s’esquisse déjà au no 4 de la deuxième section (vorläufige Erklärung) et elle fait l’objet de la troisième section. Celle-ci (le sommaire final mis à part) établit deux sortes de déductions : l’une qui va de haut en bas (« von oben an », expression usitée par les commentateurs pour l’opposer à l’autre) et qui comprend les sept premiers alinéas (A 115-A 119) ; l’autre va, suivant l’expression même de Kant, de bas en haut (« von unten auf ») (de « Jetzt wollen wir, etc. » jusqu’à la fin, < (A 119-A 128) >). Avec la vorläufige Erklärung, cela fait donc trois aspects différents de la même déduction.

128Le but de la déduction objective, rappelons-le, c’est d’établir que les catégories ont une valeur objective, car sans elles un objet ne saurait être pensé et aucune expérience d’objet ne serait possible.

1. Vorläufige Erklärung (A 110-A 115)

129Il y a une expérience où toutes les perceptions sont enchaînées de façon nécessaire et complète. L’expérience témoigne, en effet, de cet ordre objectif sans lequel l’association serait impossible, car nous ne parviendrions pas à associer la cause à l’effet s’ils n’étaient pas liés objectivement l’un à l’autre par une règle, bref, si l’affinité ne fondait pas l’association. Aussi l’expérience n’est pas organisée par de simples concepts empiriques, car tout y serait contingent et désordonné, mais par des concepts a priori, car nécessité = a priorité ; et cela n’offre aucune difficulté, puisque l’expérience est constituée par des phénomènes et non par des choses en soi. Or ces concepts a priori sont les catégories, car les catégories sont les formes de l’unité transcendantale de la conscience, laquelle unité, on l’a vu, rend possible l’unité du divers qu’elle lie nécessairement en lui conférant ainsi la forme de l’objet, et instaure ainsi une nature. Les catégories ont donc bien une valeur objective.

2. Von oben an (A 115-A 119)

130La déduction subjective nous a élevés de l’appréhension (perception) à l’imagination (reproduction) et à l’aperception (recognition). Saisissons-en un faisceau lié à ces trois synthèses. Kant part de l’aperception et va montrer comment, par le véhicule de l’imagination, elle rend possibles les objets des sens.

131Nous avons vu qu’aucune représentation d’un divers d’intuition n’est possible sans une unité synthétique de ce divers dans ma conscience identique. Le principe de cette unité synthétique est l’aperception pure. Celle-ci, en tant que synthétique, suppose une synthèse et, en tant qu’unité, exige, inclut, cette synthèse. Cette synthèse est donc tout aussi a priori que l’unité (synthétique) : c’est la synthèse productrice de l’imagination qui apparaît avant que l’on ne se soit élevé au facteur suprême de l’aperception, comme la condition de possibilité de l’expérience (de l’objet). Cette synthèse de l’imagination qui lie a priori toute diversité d’intuition et rend ainsi possible l’expérience de l’objet, est donc transcendantale. Mais l’unité de cette synthèse qui impose à la synthèse une loi, une règle sans laquelle cette synthèse risquerait d’être arbitraire ou fantaisiste, ne peut venir que de l’unité originaire de l’aperception. Celle-ci, on l’a vu, est fondement de possibilité de toutes les connaissances possibles, essentiellement en ce qui concerne l’unité de l’objet. Or l’unité de l’aperception en tant qu’elle apporte l’unité à la synthèse de l’imagination est l’entendement, et en tant qu’elle l’apporte à la synthèse transcendantale de l’imagination est l’entendement pur. Il y a donc dans l’entendement des concepts purs a priori qui contiennent l’unité nécessaire de la synthèse pure de l’imagination relativement à tous les phénomènes possibles (pris chacun à chacun). Ces concepts purs, nous les connaissons : ce sont précisément les catégories. Ainsi, les catégories, par l’intermédiaire de l’intuition et de la synthèse qu’y opère l’imagination, rendent possibles les objets des sens < et >, d’une façon générale, tous les phénomènes considérés comme les data d’une expérience possible. Bref, elles rendent possible l’expérience en général, où toutes les perceptions sont représentées dans un enchaînement complet et régulier. Elles ont par conséquent une valeur objective a priori.

3. Von unten auf (A 119-A 128)

132Kant va reprendre ensuite la déduction dans l’autre sens, de bas en haut (A 119 sq.) : la perception la plus basse implique l’aperception. En effet, il faut lier les impressions dans l’appréhension (imagination) ; l’appréhension suppose la reproduction ; la reproduction doit s’opérer selon un enchaînement déterminé qui suppose l’affinité ; or l’affinité suppose la synthèse de l’imagination transcendantale, et la synthèse de l’imagination transcendantale suppose l’unité de l’aperception. L’imagination transcendantale est donc une fonction médiatrice entre la sensibilité et l’entendement : grâce à elle, dans la recognition des phénomènes dans le concept, les catégories de l’entendement rendent possibles l’unité formelle de l’expérience et avec elle toute valeur objective (toute vérité) de la connaissance empirique.

133Or cette unité formelle de l’expérience est le fondement de l’ordre et de la régularité des phénomènes que nous appelons « nature ». Donc, c’est notre entendement qui met dans la nature l’ordre que nous y trouvons : il est une législation pour la nature. Par là, nous comprenons que l’entendement puisse être dit « faculté de donner des règles ».

L’entendement est en effet, écrit Kant, toujours occupé à épier les phénomènes dans le dessein d’y trouver quelques règles ; celles-ci en tant qu’objectives sont des lois. Or, bien que nous apprenions beaucoup de lois par l’expérience, celles-ci ne sont toujours que des déterminations particulières de lois plus élevées encore dont les plus hautes procèdent a priori de l’entendement même, et loin de dériver de l’expérience, elles donnent au contraire aux phénomènes leur caractère de conformité à des lois et rendent par là l’expérience possible. (A 126, trad. modifiée de vol. 2, p. 334.)

134Quant à l’imagination, elle véhicule en quelque sorte l’unité de l’entendement jusqu’au divers qu’il unifie, ou bien, permet à l’unité du moi d’imposer l’unité du concept au divers, qu’elle a elle-même préalablement synthétisé.

135Tels sont les deux moments de la déduction objective.

*

< Difficultés de la déduction objective >

136Examinons maintenant les difficultés principales qu’ils soulèvent. Elles ont leur principe, au fond, en une. Les deux moments se présentent l’un et l’autre comme utilisant les éléments découverts par la déduction subjective. Or la déduction subjective avait été présentée comme étant un accessoire, un corollaire du problème essentiel : lequel est de prouver le caractère objectif a priori des catégories en montrant qu’elles rendent possible l’expérience. Découvrir le comment, c’est-à-dire comment est possible le fonctionnement de l’entendement (pour employer la terminologie de Kant, comment l’entendement est possible), n’était, répète-t-il dans la seconde édition, qu’une tâche subsidiaire. Or cette tâche subsidiaire apparaît ici non seulement comme préparatoire, mais < aussi > comme une condition indispensable de la tâche essentielle.

137Cette première difficulté serait en elle-même assez vénielle, mais nous en voyons surgir une plus considérable. Kant nous dit qu’il utilise les trois synthèses de la déduction subjective pour établir sa déduction objective. Par exemple, il nous dit : « Ce que nous avons exposé dans la précédente section séparément et isolément, nous allons maintenant le représenter réuni et lié » (A 115, trad. vol. 2, p. 326). Or nous ne retrouvons pas, ou nous retrouvons mal, dans la déduction objective les éléments distingués par la déduction subjective et là où nous les retrouvons, la terminologie change. Nous trouvons d’abord les trois sources subjectives de la connaissance : le sens, l’imagination, l’aperception (A 115). Ce tableau correspond à celui du § 14 (A 94). Au § 14, le sens était considéré comme donnant lieu à la synopsis, l’imagination à la synthèse, et l’aperception à l’unité de cette synthèse. Chacune de ces facultés a un usage empirique et un usage transcendantal (c’est-à-dire un usage qui rend possible l’usage empirique). L’étude de cet usage transcendantal en ce qui concerne le sens, c’est l’esthétique transcendantale. La synopsis n’est pas une synthèse (celle-ci est l’apanage de l’imagination) : pour autant qu’elle peut être définie, elle est une présence dans l’esprit de perceptions disséminées et isolées, le divers non élaboré (cf. 3e section, A 120). Dans la deuxième section, juste avant la vorläufige Erklärung (A 97), nous trouvons ce même tableau plus développé. Il y a d’abord le sens avec sa synopsis (réceptivité), puis une triple synthèse de la spontanéité : à savoir, l’appréhension, la reproduction, la recognition. Ces trois synthèses sont dites constituer trois sources subjectives de connaissance. L’imagination est donc ici dédoublée en deux synthèses d’appréhension et de reproduction (et même en trois en tant que la synthèse de la recognition appartient aussi à l’imagination, bien qu’impliquant immédiatement l’unité du concept pur qui appartient à l’entendement pur). Or, avec le sens, cela ne fait-il pas quatre sources et non trois sources de connaissances ? Mais on peut considérer que dans la deuxième section, Kant envisage uniquement les sources issues de la spontanéité, laissant de côté le sens (issu de la réceptivité). Dans notre passage (A 115-A 116), il considère donc de nouveau en bloc les synthèses imaginatives. Chaque faculté a un élément a priori rendant possible son usage empirique : le sens par l’intuition pure sensible rend possibles les perceptions empiriques dans le temps, l’imagination par sa synthèse a priori rend possible l’association et, enfin, l’aperception, par l’unité a priori du concept pur (recognition), rend possible l’unité de la conscience empirique.

  • 49 Hans Vaihinger, Die transzendentale Deduktion der Kategorien, op. cit., p. 42 ; Herman Jean de Vlee (...)

138Tout d’abord, le sens correspond à la synopsis, comme cela est évident d’après les déclarations de Kant (A 119-A 120), où la perception proprement dite est opposée à l’appréhension. Le sens ne correspond pas ici à l’appréhension – comme l’a cru à tort Vaihinger, approuvé par Vleeschauwer49. Quant à l’imagination, elle opère la synthèse de l’appréhension et celle de la reproduction, mais démentant ce qu’il dit dans la déduction subjective, Kant conçoit que la reproduction est toujours une faculté empirique et que seule est a priori l’imagination productrice (c’est-à-dire celle qui produit l’assemblage des éléments dans la synthèse de l’appréhension) (A 119-A 121). L’association n’est elle-même plus localisée de la même manière, elle apparaît comme fondée non plus sur la reproduction, mais sur l’affinité qui est un autre nom de l’unité conceptuelle, active dans la recognition. Cette mise au point apparaissait déjà dans la vorläufige Erklärung, au § 4 de la deuxième section (A 113).

139Examinons ces deux modifications qui, d’ailleurs, sont liées entre elles.

140La synthèse de l’appréhension est maintenant appelée « faculté active de l’imagination productive » : elle est ainsi nommée parce qu’elle produit dans l’appréhension même une liaison des impressions que le sens est incapable de produire (puisque la sensibilité est dénuée d’activité) ; par là est constitué en image le divers de l’intuition. Aussitôt après, Kant, conformément à ce qu’il avait déjà dit, répète que cette confection de l’image dans l’appréhension suppose la reproduction des éléments qui doivent intervenir dans la constitution de l’image : ils doivent s’y trouver liés avec les impressions reçues postérieurement qui les ont remplacés (A 120). Or cette reproduction est toujours simplement empirique. C’est ici que Kant revient sur ce qu’il avait dit. Pourquoi ? Parce que ce qui reproduit suppose quelque chose de déjà produit, donc de donné préalablement. Or ce qui suppose un donné préalable est empirique.

141Cette correction semble très contestable en droit. D’abord, quand il s’agit d’un divers a priori, on ne voit pas comment la reproduction serait elle-même empirique ; d’autre part, quand il s’agit de la synthèse d’un divers empirique, l’acte qui rend effectivement possible cette synthèse est évidemment a priori ; or, si l’imagination reproductrice est condition de cet acte a priori, comment lui refuser d’être, elle aussi, a priori et transcendantale ? On arrive par là à confondre avec l’association, qui est empirique, puisqu’elle suppose des intuitions empiriques déjà constituées, un facteur (l’imagination reproductrice) qui conditionne au contraire la constitution de ces intuitions.

142C’est sans doute que Kant veut séparer radicalement les fonctions proprement transcendantales qu’il considère comme essentiellement actives, de facultés qui seraient utilisées par ces fonctions, facultés présentes dans le sujet mais qui seraient en elles-mêmes pourvues d’activité. De ce point de vue, la reproduction apparaîtrait comme phénomène passif de mémoire, d’enregistrement et de reviviscence qui ne porte pas, ou du moins pas d’une façon prégnante, le caractère d’activité ; elle devrait donc être rejetée de la fonction transcendantale proprement dite. Sans doute la fonction transcendantale ne pourrait-elle pas s’exercer sans elle, mais elle n’intervient pas plus comme condition de cette fonction que la matière à propos de laquelle cette fonction s’exerce et qui est donc la condition de son exercice sans être elle-même une condition a priori ; si la fonction transcendantale trouve, dans les sujets empiriques et psychologiques, la faculté de mémoire et de reproduction [passive] qui rend son exercice possible, cela ne confère pas à cette dernière faculté elle-même un caractère transcendantal.

143Par là devient alors possible l’identification entre la reproduction et l’association, qui est elle aussi une faculté psychologique purement passive et extratranscendantale.

144Nous assistons donc ici à une nouvelle transformation de ce qui était établi dans la synthèse de la reproduction lors de la déduction subjective. L’association apparaissait fondée sur cette synthèse. Or ici l’association apparaît au contraire comme le fondement subjectif de la reproduction devenue elle-même faculté psychologique ; l’association, en effet, apporte le lien qui permet aux éléments reproduits de s’évoquer les uns par les autres et de constituer ainsi des séries entières qui s’offriront à l’étreinte de l’unité transcendantale objectivante. L’association, bien qu’empirique dans son essence, n’apparaît plus ainsi comme postérieure aux intuitions empiriques constituées par l’action des catégories, puisqu’elle apparaît avec la reproduction comme un des instruments psychologiques rendant cette constitution possible (à l’aide des éléments empiriques). Mais elle n’acquiert par là aucune valeur transcendantale. Tout comme l’imagination reproductrice, elle est subjective, elle constitue le fondement subjectif des liens qui rattachent les uns aux autres les éléments se disposant en longues séries et grâce auxquels l’imagination n’est pas un chaos arbitraire sans limite. Or ce fondement subjectif est insuffisant, car pourquoi associons-nous les éléments empiriques selon des règles ? C’est en vertu d’un fondement objectif qui rend les impressions associables les unes des autres. En effet, les impressions doivent entrer dans la conscience de telle sorte qu’elles s’accordent avec l’unité de ma conscience, ce qui n’est possible que par l’unité de la synthèse des impressions, unité synthétique du concept qui se réalise dans la recognition et qui, comme condition de possibilité de la subsomption des impressions sous l’unité de conscience, est objectivement nécessaire ; ainsi la structure du donné, telle que la détermine la structure de mes facultés transcendantales, est le fondement objectif de l’association, faculté subjective. Ce fondement objectif de l’association, c’est l’affinité. C’est ce qu’établissait déjà d’une autre façon le § 4 (vorläufige Erklärung). Il est bien évident que si l’association suppose la reproduction (la reviviscence dirait la psychologie), elle requiert par-dessus tout, au-delà d’elle-même, un fondement pour le lien qu’elle établit entre les phénomènes par l’habitude, bref, un principe de constance que peut seul fournir le concept agissant dans la recognition. Reproduction et association sont donc à tous égards rejetées sur le même plan, étant l’une et l’autre des facultés par essence empiriques et psychologiques, bien qu’elles aient deux usages très différents étant : 1. employées comme auxiliaires par les facultés transcendantales lors de la constitution de l’objet et de l’expérience ; 2. employées de façon proprement empirique, après la constitution de l’expérience, pour évoquer les objets en leur absence (reproduction) et pour les évoquer les uns par les autres par l’association au sens ordinaire du terme.

145Mais, dira-t-on, si l’affinité conditionne l’association, comment peut-on concevoir que l’association intervienne au cours de la synthèse transcendantale de l’imagination, c’est-à-dire au cours de la constitution de l’objet, et conditionne à son tour ainsi l’établissement de l’affinité ?

*

146Note relative à l’association des idées

On peut être étonné de la double fonction contradictoire qui semble alors être assumée par l’association des idées. Car Kant dit : s’il n’y avait un phénomène d’association, rien ne pourrait être lié avec quelque chose, et les éléments divers à soumettre aux règles transcendantales, ne s’appelant pas les uns les autres, ne constitueraient jamais un divers pour ces règles. Il y aurait toujours un élément, mais pas plusieurs. Donc ici, l’association paraît condition du travail transcendantal.

147Mais, d’autre part, Kant nous dit que l’association est conditionnée par les liaisons objectives déterminées par les règles transcendantales, ce qui paraît contradictoire.

148Solution : le phénomène de l’association qui fait qu’il y a des liaisons qui s’établissent entre des éléments est condition des synthèses transcendantales (agglutination des éléments des séries). Mais toutes les lois et toutes les modalités de l’association sont conditionnées par les règles transcendantales. Par exemple, que le rouge soit lié au lourd dans le cinabre, cela serait impossible s’il n’y avait pas en nous une faculté psychologique en vertu de laquelle des représentations se lient les unes aux autres en séries, absolument indéterminées. Mais que le rouge soit lié au lourd dans le cinabre, plutôt que d’être lié à d’autres images dans la suie, ou dans l’ivoire, cela dépend des règles transcendantales grâce auxquelles ont pu être constitués l’objet « suie » et l’objet « cinabre ».

149Dans la seconde édition, Kant changera encore d’avis.

*

  • 50 Hermann Cohen, Kants Theorie der Erfahrung, Berlin, Dümmler, 1885, p. 310.

150À propos du passage de la troisième section définissant l’unité de l’aperception relativement à la synthèse de l’imagination comme < étant > l’entendement (A 119), Cohen aperçoit une difficulté, car les trois sources subjectives étaient synopsis, synthèse et aperception alors qu’ici le schéma qui est la base est en réalité sensibilité, entendement et aperception – l’imagination étant réduite à être une intermédiaire, tantôt conçue en fonction de l’entendement, tantôt plutôt comme en fonction de la sensibilité50. Nous n’apercevons quant à nous aucune difficulté. L’entendement est ici introduit comme une expression de l’unité transcendantale de l’aperception du rapport avec le divers que cette unité doit régler ; et chaque catégorie est une variante a priori de cette unité en fonction des aspects multiples du divers à régler : l’entendement est donc ici parfaitement déterminé à la fois en vertu de l’aperception qui est son essence, et de l’imagination au contact de laquelle il se réalise comme système des catégories. L’imagination, a dit Kant, faculté de synthèse, est en elle-même tout à fait aveugle, mais elle n’est possible que par l’unité de l’entendement, ou unité de la conscience, qui est principe de toute connaissance, de toute clarté. Par là, nous comprenons que partout où intervient la synthèse de recognition (où l’unité transcendantale agit en donnant l’unité à la synthèse), il doive y avoir une conscience, si faible qu’elle puisse être.

  

  • 51 Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. II, p. (...)

151M. Vleeschauwer, dans son commentaire51, remarque qu’une autre cause de la difficulté de cette déduction est qu’elle laisse s’entrecroiser des motifs très différents :

1. Comment fonder la valeur objective a priori des concepts purs ?

2. Quel est le fondement des jugements synthétiques a priori ?

3. Comment l’expérience actuelle (le divers sensible des phénomènes) peut-elle se subsumer sous des concepts purs ?

4. Comment pouvons-nous justifier l’usage exclusivement empirique des concepts purs ?

  • 52 Ibid., p. 412 sq.

152Cette remarque est partiellement exacte, mais la conséquence nous paraît excessive. Ceci ne rend pas la déduction plus difficile à suivre, car toutes ces formules sont véritablement les aspects divers d’un seul et même problème : cela est évident pour les no 1, 3 et 4. M. Vleeschauwer voit une sorte d’antinomie entre la solution critique qui fonde la possibilité de la connaissance sur le pouvoir synthétique qui unit deux termes radicalement hétérogènes par la puissance de sa synthèse, qui est l’aspect d’une activité synthétique créatrice, et la solution de subsomption qui, empruntée à la logique du concept en général, semble réduire le problème à la question de savoir comment l’on peut subsumer sous les concepts la diversité du donné (schématisme)52. La première solution s’effectue au point de vue de l’unité synthétique et est la véritable ; la seconde s’effectue au point de vue de l’unité analytique et est superficielle, car en vertu de leur hétérogénéité absolue, données sensibles et formes a priori de l’entendement n’ont absolument rien de commun qui puisse permettre la subsomption des unes sous les autres : la base de toute subsomption, c’est l’existence d’un caractère commun (A 137 / B 176). On ne peut en l’espèce glisser les premièressous < les > secondes pour cette raison que celles-ci sont identiques avec celles-là, mais plus générales, puisque, en l’espèce, une telle identité n’existe pas. Mais elles peuvent au contraire être réunies en tant que l’acte du sujet effectue l’unité indissoluble entre la diversité et le sujet même. En réalité, les deux aspects se réunissent : l’activité synthétique crée les éléments communs qui permettent la subsomption, de même que l’unité synthétique rend possible l’unité analytique. Il y a donc bien là sans doute l’entrecroisement de deux points de vue, mais non de deux points de vue irréductibles. Toutefois, le point de vue de la synthèse est plus profond, et le progrès de Kant, en 1787, consistera à s’y placer d’une façon plus continue.

*

Passage à la déduction dans la seconde édition

  • 53 < Lettres de Kant à Marcus Herz après le 11 mai 1781 et à Moses Mendelssohn du 16 août 1783 > AK X [1 (...)
  • 54  Dans le résumé du cours, Gueroult donne à ce propos la référence à l’article de Johann Georg Haman (...)
  • 55 < Voir Johann Schultz, Erläuterungen über des Herrn Professor Kant Critik der reinen Vernunft, Köni (...)

153Quels sont les événements qui ont déterminé l’élaboration d’une seconde édition de la Critique (1787) et, entre-temps (en 1783), la publication d’un petit ouvrage plus résumé et « populaire » : les Prolégomènes à toute métaphysique future ? C’est d’abord l’insuccès total de la Critique, malgré la grande réputation de son auteur. L’étendue de l’œuvre, sa difficulté, son aspect scolastique et aride rebutèrent même des philosophes comme Moses Mendelssohn qui déclare à Herz ne pouvoir la comprendre53. C’est ensuite le sentiment que Kant avait des insuffisances de son exposé ; il le signale lui-même dans sa préface ; ce sentiment est renforcé par les critiques de son entourage. Hamann lui répète qu’elle est trop obscure et abstraite54. Par là s’impose à Kant l’idée d’un exposé populaire qu’il désigne tantôt par Erläuterungen (on sait que Schultz a publié de son côté des Erläuterungen), puis Vorträge, Kurze ou Erläuternder Auszug ou Lehrbuch der Metaphysik, etc.55. Or, au moment où Kant travaille à ce nouvel exposé abrégé, le 19 janvier 1782 paraît, dans les Göttingische gelehrten Anzeigen, un compte-rendu critique anonyme en réalité édité par l’Aufklärer Garve et écourté par le directeur de la revue, Feder. Ce compte-rendu, très défavorable, accusait Kant d’idéalisme, voyait dans l’idéalisme transcendantal la négation de la chose en soi et assimilait Kant à Berkekey. Kant réagit avec vigueur contre les contresens, si bien que l’œuvre à laquelle il travaille est élaborée maintenant en fonction d’une double fin : raccourcir et éclaircir la Critique de la raison pure, réfuter les contresens commis par les auteurs du compte-rendu. C’est sous cette double inspiration que paraissent les Prolégomènes. En vue de rendre l’exposé plus clair, Kant déclare suivre la voie analytique (il la suivra jusqu’au § 23 exclu). Il part de faits incontestables (mathématique pure et physique pure) pour essayer de remonter à leur condition de possibilité. Dans un certain nombre de remarques, il répond tantôt à Feder-Garve (par exemple, remarques I, II et III du § 13), tantôt à Hamann (§ 27-31). Nous n’examinerons ici que ce qui concerne la déduction des catégories (§ 15-21).

154On remarque d’abord que cette partie est celle des Prolégomènes où l’exposé primitif de la Critique a subi les modifications les plus profondes. C’est que Kant avait lui-même à plusieurs reprises déploré son obscurité, spécialement en ce qui concerne la déduction subjective. Or la déduction subjective disparaît des Prolégomènes : il ne reste plus qu’une déduction objective. De plus, les Prolégomènes pratiquent la méthode analytique : l’ordre favori de Kant dans la Critique, qui consistait à partir des fonctions synthétiques pour aboutir à la constitution de la nature (c’est cet ordre que Kant suit deux fois : 1. dans la vorläufige Erklärung, § 4 de la deuxième section ; et 2. dans la déduction von oben an), est abandonné au profit de l’ordre inverse. Il s’agit de partir de la nature pour remonter de là à la structure synthétique qui la rend possible. En réalité, ce n’est même pas la nature, mais la science a priori de la nature qui est le point de départ de la déduction : il s’agit de rechercher la possibilité du jugement d’expérience (ayant une valeur nécessaire objective, par opposition au jugement de perception qui n’a qu’une valeur subjective), donc avant tout de fonder l’opposition entre l’objectif et le subjectif, l’expérience et la perception ; il s’ensuit que la déduction transcendantale des Prolégomènes n’est en réalité qu’un résumé de l’Analytique des principes. Nous ne nous attarderons pas sur cette déduction.

  • 56 On se place toujours ici dans les exemples au point de vue de la catégorie de causalité, mais on po (...)

155Nous nous arrêterons quelque peu simplement sur la distinction des jugements de perception et des jugements d’expérience, distinction importante pour l’avenir. Les jugements de perception sont des jugements qui associent un sujet et un prédicat, sans que cette association ait une valeur objective quelconque, c’est-à-dire sans qu’elle se présente comme étant universelle et nécessaire. Les jugements d’expérience sont au contraire des jugements qui relient un sujet à un prédicat de telle sorte que la proposition ait une valeur objective, c’est-à-dire se présente comme étant universelle et nécessaire. Par exemple, « quand le soleil donne sur une pierre, cette pierre s’échauffe », c’est là un simple jugement de perception qui n’a rien de nécessaire quel que soit le nombre de fois que moi et d’autres aient perçu ce phénomène : les perceptions ne se trouvent associées ainsi que par habitude. Si, au contraire, je dis « le soleil échauffe la pierre », j’ai là un jugement universel, valable nécessairement, donc objectif (§ 20). La science consiste à transformer, autant que faire se peut, les jugements de perception en jugements d’expérience, en superposant à la perception le concept intellectuel de « cause » qui relie nécessairement le concept [phénomène] de « chaleur » au concept [phénomène] de « lumière solaire ». Elle transforme les associations d’idées en concepts de liaison nécessaire. Et cela est possible, puisque nous savons que l’affinité, c’est-à-dire la liaison réelle des phénomènes entre eux, est au fondement même de la possibilité qui nous est donnée de les associer passivement. Bref, tous les jugements de perception, dans la mesure où ils sont rendus eux-mêmes possibles par des objets réels, dont la condition de possibilité est le concept, sont transformables en jugement d’expérience selon le concept. Ainsi, dans la science, l’esprit humain refait (en sens inverse) consciemment et librement, par la réflexion, ce qu’il a déjà fait inconsciemment et nécessairement dans la constitution originelle de la nature : originellement, le concept organisait la nature en unifiant dans son unité nécessaire le divers de l’intuition, et de cette unification nécessaire résultait un objet qui s’imposait comme nécessaire et qui fondait objectivement du dehors les consécutions établies ensuite passivement et subjectivement par la faculté de l’association, qui est une faculté purement psychologique du sujet empirique percevant. Dans le passage à la science, nous remontons de l’association au concept nécessaire, et en ajoutant au jugement de perception ce concept nécessaire, nous produisons pour nous la notion de l’expérience, c’est-à-dire cette notion d’une nature soumise à des lois, cet ordre réel des choses qui préexistent en effet objectivement à la simple association des idées56.

156Tous les jugements de perception établissent un simple rapport des sensations au même sujet, < à savoir à > moi-même et de plus selon la disposition actuelle de ma perception (c’est-à-dire un rapport au sujet individuel) ; le jugement d’expérience, au contraire, établit le rapport des objets de sensations au sujet universel constitutif de l’objet : le rapport est alors universellement valable, tandis que dans le premiercas il ne vaut que pour moi (individu disposé de telle et telle façon contingente). La transformation du jugement de perception en jugement d’expérience consiste donc à élever le rapport des sensations du plan du sujet individuel à celui du sujet universel ou, pour reprendre l’expression de Kant, du plan de la conscience subjective à celui de la conscience en général (überhaupt) = Je pense. Est-ce à dire que tous les jugements de perception soient toujours convertibles en jugements d’expérience ? Non pas.

157D’abord, il y a deux espèces de jugement de perception. Il y a les jugements de perception qui ne concernent que le rapport à nos sens et qui expriment la complexion de chacun et qui, par conséquent, ne peuvent jamais être rapportés à l’objet. Ainsi, quand je dis « le sucre est doux, l’absinthe est désagréable » (§ 19), il s’agit de propriétés non pas propres aux objets, mais à la sensibilité individuelle de chacun. Jamais de telles propositions ne pourront donc être converties en jugements objectifs : je ne prétends pas qu’en tout temps moi-même et tout autre doive sentir ainsi, et je ne pourrai jamais le prétendre. Mais quand il s’agit d’énoncer entre deux termes un rapport de temps ou d’espace, ou d’ordre dans le temps, ou encore un rapport entre un objet et une de ses qualités constitutives (c’est-à-dire sans laquelle le concept de cet objet – ou la règle de sa synthèse – ne pourrait être pensé), etc., le rapport établi d’abord au point de vue du sujet individuel peut dans la suite être transformé et être établi du point de vue des facultés a priori du moi, de l’espace, du temps, des catégories. Ces facultés sont effectivement entrées en jeu pour constituer l’expérience même qui a été objet de ma perception et qui se trouve au fond même de la possibilité de mon association subjective. Conclusion : tous les jugements de perception qui sont exclusivement fondés sur la particularité du sujet individuel sont inconvertibles en jugements d’expérience ; tous les jugements qui sont formulés au point de vue du sujet individuel et sont des jugements de perception, mais qui, en même temps, enferment en réalité un rapport conditionné par les facultés universelles et a priori du sujet en général, sont transformables en jugements d’expérience. L’analyse scientifique a pour tâche d’éliminer le facteur subjectif individuel de la liaison et d’ajouter légitimement le rapport (concept) catégorial qu’elle sous-tend.

158Nous avons fait remarquer qu’un certain nombre de jugements de perception sont a priori inconvertibles en jugements d’expérience : ceux qui établissent un rapport entre l’objet et certaines données sensorielles propres au sujet individuel, données sensorielles qui par leur nature ne peuvent jamais être synthétisées par le concept constitutif d’objet comme appartenant à des propriétés de cet objet, ou plutôt comme répondant à des propriétés objectives. Telles sont les données sensorielles purement affectives comme « agréable », « désagréable », « amer », « doux », etc. Au contraire, certaines données sensorielles représentatives peuvent être incorporées par la synthèse de l’objet comme des propriétés constitutives (ou correspondant à de telles propriétés) de cet objet et, par conséquent, valoir universellement ; par exemple, la chaleur, la couleur, la pesanteur. Ainsi, quand je dis « le soleil ou la flamme sont chauds », « le soleil échauffe la pierre », « le cinabre est rouge et pesant », nous avons là des jugements d’expérience. Peut-être peut-on reprocher à Kant de n’avoir pas poussé l’analyse des données sensorielles au point de vue de leur inclusion possible dans des jugements d’expérience, en vue de distinguer le spécifiquement affectif, toujours individuel, de l’élément sensoriel représentatif convertible en propriétés objectives et universellement valables. Il y a là une petite difficulté laissée sans solution par Kant.

159Il faut remarquer en outre que parmi les jugements en principe convertibles eux-mêmes, un grand nombre se révèle, à la suite de l’analyse scientifique, comme inconvertible. Par exemple, quand je dis « lorsqu’il y a de la lune, je constate de la rosée », j’ai un jugement de perception que la science, au lieu de convertir en jugement d’expérience, découvre comme radicalement inconvertible ; car on ne peut dire « la lune est la cause de la rosée ». C’est qu’ici, bien qu’il concerne deux objets perçus par le moi et non la relation d’un objet aux sens du moi individuel, le rapport du prédicat au sujet n’est possible qu’en se plaçant exclusivement au point de vue de la situation particulière du moi empirique et en excluant absolument la liaison a priori qui a pourtant rendu possible et constitué l’expérience même de ces objets (rosée et lune) tels qu’ils ont été perçus par le moi empirique dans la connexion énoncée par le jugement de perception.

  

160Certains commentateurs ont relevé la difficulté du concept de « jugement de perception » : il n’exige pas l’intervention des catégories, il y a donc des jugements qui ne font pas intervenir les catégories, ce qui est surprenant. Le jugement de perception, ajoute-t-on, n’est en réalité pas un jugement, car il y manque en fait la copule : il décrit une succession d’événements de conscience sans unir au fond. D’autre part, quand je dis « lorsque le soleil éclaire une pierre, elle s’échauffe », je ne peux pas prétendre que cela ne vaut que pour moi, donc que ce jugement diffère vraiment du jugement « le soleil échauffe la pierre ».

161Remarquons que ces observations se contredisent : on reproche à la fois à ce jugement de ne pas pouvoir se distinguer du jugement d’expérience et, en même temps, de n’être pas un jugement véritable. Il faut choisir entre les deux objections. Il est incontestable qu’il n’y a pas de véritable jugement dans le jugement de perception, pas de liaison réelle ; mais alors il est naturel qu’il n’y ait pas de copule et que les catégories n’interviennent pas. Le véritable nom de ce jugement, c’est l’« association », la constatation d’une contiguïté de perceptions ou de sensations ; bref, c’est le jugement tel que Hume le conçoit. La pensée de Kant est alors très claire. Quand je dis « lorsque le soleil éclaire la pierre, celle-ci s’échauffe », je suis au point de vue de Hume. Je ne m’élève pas au-dessus des constatations de ma propre conscience individuelle, je ne prétends donc pas que cela vaille pour d’autres ni non plus que cela ne vaille pas. C’est là une question qu’à ce niveau je ne me pose même pas. Si je prétends, au contraire, que cela vaut pour d’autres universellement, quelle que soit la forme grammaticale que je donne à la proposition, j’ai immédiatement un jugement d’expérience. Mais à un tel jugement, universel et nécessaire, Hume ne s’élève jamais, parce qu’il ne dépasse jamais l’association, c’est-à-dire la contiguïté temporo-spatiale aperçue de façon contingente par le sujet empirique < individuel >. D’où il résulte que le jugement simplement logique, union grammaticale du concept et du prédicat, et qui servait d’assise à la déduction métaphysique des catégories, est inadéquate à cette tâche ; à celle-ci peut seul répondre le jugement proprement dit, c’est-à-dire tel qu’il est saisi dans le jugement d’expérience. Ainsi, dans la seconde édition de la Critique, Kant réservera le nom de « jugement » à ce dernier seulement et appellera « association » celui de la grammaire.

162L’importance des Prolégomènes vient donc de ce que le rôle du jugement se révèle comme beaucoup plus grand qu’en 1781, où il n’apparaissait pas dans la déduction transcendantale. Ainsi se prépare le rôle décisif que va prendre cette faculté dans la seconde édition, où elle va < faire > reculer au deuxième plan l’imagination. En 1781, le jugement était une fonction purement logique grammaticale (attribution simple du prédicat au sujet, union de deux concepts) sans fonction transcendantale de premier plan. Avec le jugement d’expérience, le jugement est posé comme exprimant la liaison nécessaire et universelle des perceptions. Lorsque la nouvelle édition, au § 19 de la déduction transcendantale, introduira cette nouvelle conception du jugement, elle procédera donc en fait par là à une révision inavouée de la déduction métaphysique.

163Toutefois, le point de vue général auquel restent placés les Prolégomènes les empêche de tirer tout de suite parti de cette nouvelle conception du jugement. En effet, c’est par le procédé de la subsomption qu’ils expliquent la transformation du jugement de perception en jugement d’expérience : en subsumant les perceptions sous le concept qui rend possible l’objectivité, leur ordre ou leur rapport devient nécessaire, universel, donc objectif, et leur rapport est transféré du plan empirico-individuel au plan du sujet universel. Mais ce procédé de la subsomption était un procédé logique grammatical dérivé par rapport au procédé fécond et producteur, celui de la synthèse, celui de l’activité synthétique. Cependant, le procédé des Prolégomènes est très naturel, puisqu’ils suivent la voie analytique et s’élèvent par conséquent des résultats aux principes, de l’association aux lois, en analysant les conditions de la science au lieu de s’installer dans la source productive, dans l’activité synthétique unissant les facteurs de la connaissance.

164En unissant le procédé synthétique propre à la première édition avec la conception du jugement propre aux Prolégomènes pour aboutir au concept du « jugement-synthèse », l’édition de 1787 trouvera l’équilibre de sa nouvelle déduction.

  

  • 57 Immanuel Kant, Metaphysische Anfangsgründe der Naturwissenschaft, « Préface », AK IV, 475-476 < Pri (...)
  • 58 Ibid.

165La note (assez confuse par endroits) ajoutée par Kant à la préface de ses Metaphysische Anfangsgründe der Naturwissenschaft (1786) achève de nous éclairer. Après avoir répété que la déduction (déduction subjective), qui explique comment les catégories rendent l’expérience possible, n’est pas absolument nécessaire à l’édifice de la Critique, qui pourrait se contenter de la déduction destinée à prouver que les catégories rendent l’expérience possible (déduction objective) – ce qu’il avait déjà dit dans la préface de la Critique –, Kant indique que néanmoins elle a une importance. Il ne faut donc pas y renoncer, mais il faut suivre une nouvelle voie : « La voie la plus courte, dit Kant, n’est pas celle qu’on découvre la première57. » Il suffit de définir de façon exactement déterminée ce qu’est un jugement, et d’en tirer la conséquence. Or un jugement, c’est une action par laquelle des représentations données sont muées en connaissances d’un objet. Grâce à cette définition, la déduction en question (du comment) devient facile et l’obscurité des précédents exposés sera dissipée. Kant ajoute qu’il saisira la plus prochaine occasion pour réviser sur ce point son travail58. Ainsi est annoncée la nouvelle déduction de la seconde édition qui fera disparaître la déduction subjective sous la forme qu’elle revêtait en 1781. Signalons l’erreur d’interprétation de Vleeschauwer qui pense que la déduction visée ici, c’est la déduction transcendantale et non la partie de celle-ci qui s’appelle la « déduction subjective ».

La déduction de la seconde édition (1787) – B 129-B 169

< § 15 >

166Le premier paragraphe (§ 15) examine la possibilité de la synthèse en général, c’est-à-dire la fonction d’unité en général. Toute liaison (Verbindung, conjunctio) d’un divers (inconsciente ou consciente, de concepts ou d’intuitions sensibles pures ou empiriques) ne peut venir que de la spontanéité de l’entendement et jamais de la sensibilité (pure ou empirique), car elle implique un acte, et tout acte répugne à la nature de la réceptivité. D’autre part, toute analyse suppose cette liaison ou synthèse, car là où l’entendement n’a rien lié, il ne peut rien délier. Mais si liaison implique diversité et synthèse de cette diversité, elle implique en outre l’unité synthétique de cette diversité ; cette unité est la raison de la synthèse qui n’est là que pour la réaliser, si bien que l’unité précède la liaison, loin d’en résulter : pour se représenter l’unité d’un divers, l’entendement est obligé d’en opérer la synthèse ; par exemple, c’est pour se représenter l’unité d’un nombre que l’entendement effectue la synthèse successive des éléments divers (addition) d’où sortira ce nombre comme unité synthétique. Cette unité doit être recherchée au-delà de la catégorie, car celle-ci, supposant la fonction logique des jugements, suppose la liaison que ceux-ci comportent. Il faut donc la chercher plus haut encore, dans l’unité qui fonde la possibilité du jugement, même logique.

167Nous notons ici une première modification par rapport à la première édition. Au § 10, la synthèse pure était attribuée au concept, elle est attribuée ici à la fonction active d’où résulte le concept.

< § 16 >

  • 59  Le déplacement de l’accentuation fait penser à la formule de Leibniz dans la lettre à Arnauld du 3 (...)

168Cette fonction active d’unité, c’est l’aperception (qui fonde la possibilité de l’entendement lui-même) ou l’unité de l’aperception (les deux expressions doivent être tenues pour synonymes). Il faut montrer que cette aperception est condition nécessaire de mes représentations. Toute représentation doit être consciente, c’est-à-dire être accompagnée du « je pense », autrement elle ne serait rien pour moi. L’intuition qui précède (logiquement) toute pensée doit donc, pour devenir consciente (pour être « pour moi »), être intégrée à ce « je pense ». Mais il ne saurait suffire que chacune des représentations diverses données dans une certaine intuition soit accompagnée d’un « je pense », il faut encore que ce « je pense » soit le même pour toutes ces représentations, autrement elles ne seraient pas toutes ensemble mes représentations, elles ne seraient pas unifiées et leur liaison (Verbindung) ne serait pas possible. Donc la liaison requiert comme facteur commun servant de principe unificateur du divers la conscience identique (l’aperception). Cette relation à la conscience identique est en effet le seul caractère commun que nous trouvions dans nos représentations : toutes mes représentations sont différentes, mais elles sont toutes mes représentations59. Cela ne signifie pas que toutes mes représentations doivent être explicitement accompagnées du « je pense » identique, mais il s’y trouve toujours implicitement présent et nous pouvons toujours l’y retrouver analytiquement.

169Cette aperception est pure par opposition à l’aperception empirique (conscience empirique de mon moi), elle n’est en effet que le sujet transcendantal des pensées, la forme du moi qui n’est connue que par les pensées qui en sont les prédicats. Cette aperception est originelle car, accompagnant toute représentation, étant une et identique en toute, elle ne peut être accompagnée d’une conscience supérieure, elle produit le « je pense » qui accompagne toute représentation. Elle est unité transcendantale de la conscience du moi. Transcendantale parce qu’elle est condition a priori de possibilité de la connaissance, unité parce qu’elle exprime et pose l’unité de la conscience dans ses représentations et, ensuite, parce qu’elle détermine et pose par là l’unité de l’objet représenté. Cette unité synthétique rend possible l’unité de la conscience. Supprimons en effet cette unité synthétique et il y aura autant de consciences empiriques diverses que de représentations diverses, et il n’y aura plus un sujet identique.

170Or cette représentation synthétique considérée en elle-même ne peut avoir sa source que dans la spontanéité : elle est acte de la synthèse du divers. Nous avons conscience, au fur et à mesure qu’il s’effectue, que cet acte n’est pas constitué par une succession d’actes qui, en se totalisant, donnent la synthèse, mais que c’est un acte continué qui s’étend sur tous les éléments de la diversité, s’effectuant dans chaque élément pris séparément et dans tous les membres collectivement, et par là, nous avons conscience (implicite ou explicite) d’avoir compris tous les éléments de l’acte synthétique.

  • 60  Note à part  Le fondement d’un objet, c’est la règle déterminée d’unité d’où résulte sa synthèse ( (...)

171L’unité analytique de la conscience (le fait de pouvoir par analyse retrouver toujours le même soi dans chaque représentation) n’est donc possible que par l’unité synthétique qui réunit par son acte toutes les représentations dans un même moi. C’est pourquoi, d’une façon générale, l’unité analytique de la logique conceptuelle est rendue possible par l’unité synthétique : par exemple, un concept général résulte de l’analyse d’une multitude de représentations différentes liées à la même représentation (par exemple, concept de « rouge », et « fer rouge », « papier rouge », « feu rouge », etc.). Nous avons conscience de la diversité des représentations « fer », « papier », « feu », et c’est grâce à l’unité que notre conscience a imposée à tous ces objets, comme objets de la même conscience, qu’il nous est possible d’apercevoir ce qu’il y a de commun en chacun et de faire surgir par analyse le concept commun de « rouge » : la même conscience (du rouge) est contenue dans diverses représentations60. Ainsi, la formation du concept de « rouge » et la constatation de l’unité de conscience contenue analytiquement en chaque représentation particulière sont une seule et même chose. Et cet acte analytique n’a été possible que grâce à l’unité synthétique qui a créé des synthèses d’intuitions, de même que l’unité analytique de la conscience n’était possible que par son unité synthétique.

  • 61 Contresens de Vleeschauwer sur ce point : La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, tome I (...)

172La logique formelle repose sur l’unité analytique : elle travaille sur des concepts tout faits. La logique transcendantale repose, elle, sur l’unité synthétique et étudie la constitution des concepts dans leur conditionnement transcendantal. Mais l’unité synthétique est le point le plus élevé de la philosophie transcendantale, car elle est la condition de l’unité analytique (elle apporte le « je pense » contenu analytiquement dans toutes mes représentations), et sans cette unité aucune représentation ne serait possible. On voit, par conséquent, qu’elle fonde non seulement (directement) la logique transcendantale, mais encore (indirectement) la logique formelle. Poser que l’unité synthétique du « je pense » est une condition nécessaire de la pensée, c’est, à vrai dire, formuler une proposition analytique et même identique ; car c’est découvrir que toutes mes représentations pour être miennes impliquent leur soumission à la condition qui les fait miennes, c’est-à-dire à l’unité synthétique61. Mais cette découverte nous conduit à la reconnaissance du caractère synthétique de cette condition. Sans doute dans un entendement intuitif, où la matière (le divers) serait créée par le « je pense » lui-même, aucune synthèse ne serait nécessaire pour obtenir la conscience de cette matière. Mais il n’en est pas de même pour notre entendement humain qui, recevant la matière du dehors par une sensibilité réceptive, doit lier le divers de celle-ci pour l’élever à la conscience. De là résulte que l’unité synthétique et sa nécessité ne valent que pour l’entendement humain (celui-ci n’étant pas tout entendement possible) et non pour tout être pensant en général.

< § 17 >

  • 62 Ibid., p. 125-126.

173Nous venons de voir comment l’aperception pure fonde l’unité de notre conscience dans ses représentations. Il faut voir maintenant (§ 17) comment elle détermine par là l’unité de l’objet représenté. Une connaissance n’est possible que par le rapport des représentations données à un objet. Mais un objet, c’est ce dont le concept réunit les éléments divers d’une intuition donnée. Or une telle réunion est conditionnée par l’unité de la conscience ; celle-ci est donc constitutive du rapport des représentations à un objet, c’est-à-dire de leur valeur objective. C’est elle qui en fait, par conséquent, des connaissances et, puisque l’entendement est la faculté des connaissances, cette unité de la conscience conditionne la possibilité de l’entendement (§ 17, B 137). On voit ici reparaître la théorie de l’objet de la première édition, mais sous une forme beaucoup plus brève, et Kant supprime tous les développements sur l’objet transcendantal. Nous en verrons plus tard la raison62.

174L’unité synthétique de la conscience étant condition objective de toute connaissance, non seulement j’en ai besoin pour connaître un objet, mais aucune intuition ne peut devenir objet pour moi sans cette condition : ainsi pour connaître quelque chose dans l’espace, par exemple une ligne, il faut que je la tire, et qu’ainsi j’opère synthétiquement une liaison déterminée des éléments divers donnés.

175(La répétition que l’unité synthétique n’a de valeur que pour un entendement humain, et non pour un entendement intuitif, est encore un moyen de souligner l’opposition de Kant à l’idéalisme.)

< § 18 >

  • 63 Ibid., p. 132 sq.

176Avec le § 18, on peut admettre avec certains commentateurs [Vleeschauwer] que l’on quitte le domaine du comment pour entrer dans celui du que, c’est-à-dire que l’on cesse de s’occuper exclusivement du fait (comment en fait l’unité de la conscience est-elle condition de la représentation d’objet ?) pour s’occuper du droit, c’est-à-dire pour indiquer que cette unité de la conscience a (de ce fait) une valeur objective a priori (parce qu’elle est la condition de l’objet). C’est ce qu’indique l’apparition des termes zufällig, allgemein, Gültigkeit63. À partir de là, M. Vleeschauwer fait fausse route. Kant explique en effet ceci : il y a une unité purement subjective des représentations qui repose sur une détermination particulière du sens intime, laquelle ne requiert comme telle que des conditions contingentes relatives au sujet individuel (contiguïté temporo-spatiale) empiriquement déterminées, donnant lieu à une simple association d’idées. Sans doute, l’unité empirique de la conscience enveloppe-t-elle au fond l’unité objective mais elle est, en tant qu’empirique (c’est-à-dire comme conscience de tel ou tel objet particulier, et de telle suite d’objets particuliers), sans valeur nécessaire et universelle, puisque son contenu et la spécification de son contenu ne dépendent d’aucune règle universelle, mais du donné offert de façon contingente et des dispositions particulières des réceptivités individuelles. Si, en effet, elle requiert d’une part, comme condition, l’aperception transcendantale qui est universelle, elle requiert d’autre part, en outre, des conditions contingentes de temps (succession, simultanéité) relatives au sujet individuel – bref, une détermination particulière du sens intime, selon laquelle tels éléments divers de l’intuition nous sont fournis empiriquement de façon à être liés, soit comme successifs, soit comme simultanés –, conditions qui font d’elle quelque chose de tout à fait contingent. Au contraire, l’unité transcendantale a une valeur objective, car elle n’implique aucune détermination contingente du sens intime, mais s’applique au sens intime en général pour le soumettre à l’unité de la conscience ainsi que tout le divers qui peut y être donné, et rendre ainsi possible toute synthèse d’objet, même empirique.

  

177Résumons ce qui précède :

1. La condition de toute synthèse, c’est l’acte conscient d’unification.

2. Cet acte implique identité de la conscience. Il est aperception pure.

3. Cette aperception pure conditionne donc a priori l’unité de la conscience dans ses représentations.

4. Elle conditionne également l’unité de l’objet représenté.

5. Elle a donc une valeur objective a priori, tandis que les unités empiriques qui en résultent, considérées en tant qu’empiriques, supposent l’intervention de facteurs individuels tout à fait contingents et variables des divers sujets et, par conséquent, elles sont sans universalité et ont simplement une unité subjective.

  

178Note relative au § 18

D’abord, la seconde édition étudie le problème de la constitution de l’objet : comment l’objet est-il possible d’une façon absolument générale (un divers est conçu comme absolument général, indépendamment de la particularité du sujet), abstraction faite des facultés du sujet humain universel ? Puis, l’objet ayant été ainsi constitué par la mise en œuvre [à propos d’un divers en général] des facultés purement logiques transcendantales, on passe ensuite, comme corollaire, à l’examen de la question de la valeur objective d’un tel concept, question qui devient facile à résoudre étant donné ce qui précède. En trois lieux, ce point étant acquis, l’objet de la déduction est de la particulariser conformément aux facultés du sujet humain, en spécifiant le divers en général comme intuition sensible spatio-temporelle. Alors on aboutit au sujet humain en partant des conditions logiques transcendantales que l’on se contente de particulariser en sorte que, quand on arrive au sujet humain, les facultés psychologiques se trouvent ipso facto rejetées, car toutes les facultés logiques transcendantales du sujet humain apparaissent comme spécifications des facultés logiques universelles, abstraction faite de toute matière psychologique provenant du sujet humain.

179Quand au contraire, dans la première édition, on part du sujet humain en général, il est beaucoup plus difficile de faire le départ entre le psychique et le logique ou transcendantal. Le problème de la constitution de l’objet se trouve, par conséquent, traité à un point de vue beaucoup plus psychologique et l’on conçoit dans ces conditions qu’il apparaisse comme quelque chose de subsidiaire et de complémentaire, par rapport au problème capital qui est uniquement transcendantal et logique : démontrer que le concept a une valeur objective. Kant indique dans la préface de la première édition, en effet, que le but principal de la recherche, c’est de traiter ce problème de la valeur objective des catégories et que la question du comment est subsidiaire, étant le problème subjectif portant sur l’investigation des facultés ayant rendu possible, au moyen du concept, l’objet. Ainsi, dans la nature des choses, le problème du comment doit suivre le problème du que. Mais dans son exposé, Kant fait précéder la question subjective parce qu’il la considère comme une voie introductive plus commode pour le lecteur.

180Dans la seconde édition, cette subordination n’a plus à s’établir, puisque, en réalité, la question du comment ne se pose plus sous forme subjective et psychologique, étant posée d’une façon générale, abstraction faite du sujet humain dans lequel ce processus se réalisera au sein d’une matière psychologique déterminée. Il se trouve, par conséquent, que la question du comment, qui n’a jamais quitté la sphère de la logique, peut paraître, cette fois-ci, non plus pour des raisons de commodité, mais parce que cela est d’accord avec la nature même du problème : devoir précéder la question du que. Les deux questions, d’ailleurs, se trouvent résolues simultanément. Ensuite reparaîtra la question du comment sous une forme plus subjective, lorsqu’il s’agira de particulariser la constitution logique pour rejoindre le sujet humain.

§ 19

181Demandons-nous maintenant comment le divers des intuitions sensibles peut se trouver ramené à l’unité de l’aperception, c’est-à-dire recherchons quelles sont les conditions qui permettent à l’unité de l’aperception d’exercer son office. Ce problème va nous conduire à rechercher l’intermédiaire entre l’aperception et le divers. Cet intermédiaire, lors de la première édition, c’était une faculté d’aspect surtout psychologique : l’imagination. Dans la seconde édition, qui se place à un point de vue logique radical, cet intermédiaire sera la faculté logique du jugement qui va assumer cette fois-ci un rôle transcendantal, la forme logique de l’acte de juger étant identifiée à l’unité objective de l’aperception. Mais dans cette fonction transcendantale, la forme du jugement n’est pas autre chose que la catégorie. C’est par les catégories que l’aperception arrive à synthétiser le divers. Ainsi, nous avons là une nouvelle déduction des catégories non seulement transcendantale (et à la fois subjective et objective), mais < aussi > métaphysique – von oben an. Expliquons-nous.

182Le jugement ne servait dans la première édition qu’à fournir le fil directeur (Leitfaden) de la déduction métaphysique, et il nous permettait de découvrir, grâce à la liste de ses formes, celle des catégories. Il n’apparaissait pas dans la déduction transcendantale. Ici, il va apparaître, mais en vertu d’une définition nouvelle : il n’est plus simplement conçu, ainsi que le veut la logique formelle, comme un rapport entre deux concepts, mais comme la fonction qui investit de son caractère objectif le lien entre deux représentations. Bref, un jugement n’est que la manière de ramener des connaissances données à l’unité objective de l’aperception. Par exemple, disant « quand je porte un corps, j’éprouve une sensation de pesanteur », j’ai là une association et une unité purement subjective des représentations. Si, au contraire, je dis « les corps sont pesants », j’ai une unité objective des représentations, c’est-à-dire un jugement proprement dit : je suis passé du plan empirique où la liaison reposait sur des conditions particulières contingentes relatives au sujet individuel, au plan transcendantal où la liaison ne repose plus uniquement que sur des principes qui déterminent objectivement toutes les représentations de manière à en former une connaissance et qui eux-mêmes dérivent de l’unité transcendantale de l’aperception (§ 19). Nous reconnaissons ici la distinction établie par les Prolégomènes entre les jugements d’expérience et les jugements de perception. Mais Kant pousse sa théorie jusqu’à sa conclusion, en réservant cette fois-ci le nom de « jugement » au jugement d’expérience des Prolégomènes, et en ôtant au jugement de perception son caractère de jugement pour lui réserver celui de simple association.

§ 20

183Quelle est donc la véritable fonction logique du jugement proprement dit ? On l’a vu, elle consiste à ramener le divers de représentations données (intuitions ou concepts) à une aperception en général et ainsi à leur conférer l’objectivité. Toute diversité, en tant qu’elle est donnée dans une intuition empirique, est donc déterminée par rapport à l’une des fonctions logiques du jugement et c’est par celle-ci qu’elle est ramenée à l’unité de conscience en général. Or ces fonctions envisagées de la sorte sont précisément les catégories. Kant renvoie ici au § 13 ; en réalité, c’est aux § 9 et 10 qu’il faudrait renvoyer. Ainsi, les conditions qui permettent à l’unité de l’aperception d’exercer son office sont les catégories. Le divers des intuitions est donc soumis aux catégories (§ 20).

184Remarque sur ce qui précède (§ 19 et 20)

Il y a ici une nouvelle déduction métaphysique des catégories. Celle que nous avons déjà examinée, et qui subsiste d’ailleurs dans la seconde édition, identifiait par l’intermédiaire de la notion d’unité (unité analytique des concepts de la logique formelle, unité synthétique du divers dans la logique transcendantale) les formes logiques du jugement avec les formes de l’unité objectivantes de l’aperception, et tirait de là la possibilité d’établir le système des catégories en les calquant sur le système des formes logiques (§ 9 et 10), formes et catégories ne différant que par leur mode d’application. Ici, nous venons d’assister à une nouvelle façon d’identifier l’unité objective de l’aperception avec la forme logique de juger : cette forme logique n’est plus déterminée dans sa notion par un appel à la logique formelle. Cette dernière se contente de recueillir les propositions ayant la forme logique, grammaticale, des jugements, sans se mettre en peine de savoir si ces propositions sont de véritables jugements ou des associations ; elle se borne à définir le jugement comme rapport entre deux concepts, sans se demander en quoi consiste ce rapport, sans essayer de définir la fonction de la copule, fonction qui est différente selon qu’il s’agit d’un véritable jugement ou d’une simple association des idées (où, en réalité, il n’a pas de vraie copule). Dans un véritable jugement, la copule « est » a pour fonction de distinguer l’unité subjective de l’unité objective. La logique formelle néglige cette distinction. Aussi Kant déclare-t-il qu’il n’a jamais pu se satisfaire de la définition que les logiciens donnent du jugement en général, etc. (§ 19). Il semble donc condamner cette logique formelle, en tout cas la considère comme inadéquate à servir de base à une déduction des catégories. La forme logique du jugement n’est donc plus définie en partant de la logique formelle traditionnelle, mais en partant de l’épistémologie, c’est-à-dire de ce qui nous est révélé par la différence entre le point de vue extrascientifique (association) et le point de vue scientifique (jugement d’objectivité). Il en résulte que la forme logique du jugement est caractérisée comme l’énonciation (par la copule) de l’objectivité elle-même, et que toute proposition qui n’exprime pas cette objectivité est bannie du jugement proprement dit (ce que n’avaient pas encore fait les Prolégomènes qui admettaient encore des jugements de perception, et encore moins la logique formelle qui ne distingue même pas entre jugement de perception et jugement d’expérience).

185Ce changement de point de vue a de grandes conséquences.

  

1861. Il diminue l’écart qui subsistait entre les catégories et les formes du jugement < , puisque > le rôle du jugement dans la conscience commune apparaît comme reflétant fidèlement celui de la catégorie dans la conscience transcendantale : dans un cas, il fait surgir l’objectivité à nos yeux ; dans l’autre cas, il crée l’objet en apportant au divers l’unité catégoriale. Le passage de la forme du jugement à la catégorie ne pose donc plus de question. Dans la première déduction métaphysique, la catégorie apparaissait comme une pure forme vide, n’ayant en elle-même aucune valeur objective, laquelle dépend de l’objet d’application, intuitions ou concepts. D’où naissait une opposition entre les catégories ainsi définies et les catégories telles qu’elles se manifestent dans la déduction transcendantale comme fonctions d’unité déterminant l’essence d’un objet en général, et comme n’étant donc pas de pures formes vides, puisqu’elles représentent l’objet dans sa structure nécessaire, éternelle, invariable, en opposition avec la diversité actuelle qui détermine l’objet empirique – diversité qui est contingente, passagère, relative. Cette opposition cesse dans cette nouvelle déduction métaphysique où la catégorie est conçue partout comme fonction d’objectivité, position de l’objet en général.

1872. La sphère du jugement coïncide exactement avec la sphère de la catégorie, puisque la sphère primitive du jugement est définitivement amputée de tous les rapports qui n’étaient que des liaisons associatives, non objectives. Or ceci présente un avantage considérable, car tant que l’on supposait que la forme générale du jugement pouvait donner lieu à des énonciations subjectives, on pouvait être amené à douter du caractère objectif des catégories. Ainsi, la nouvelle déduction métaphysique ici exposée identifie la forme et les catégories non seulement dans leur nature, mais < aussi > dans la sphère de leur application. Cette sphère est enfermée pour l’une comme pour l’autre par l’objectivité (sphère de la condition objectivante). Par là est donc infiniment mieux établie qu’autrefois la valeur objective a priori des catégories. Rappelons en effet que dans la déduction métaphysique, la préoccupation d’établir le système des catégories l’emportait sur celle d’établir leur caractère objectif a priori.

< Logique générale et logique transcendantale dans la seconde édition >

  • 64 Voir Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. I (...)

188Maintenant que nous avons précisé le sens et l’économie de cette nouvelle déduction métaphysique, un problème s’impose à nous. Pourquoi Kant a-t-il conservé sans la remanier cette partie de la première édition de 1781 (Analytique, livre I, chap. i, 1re section) ? Cette déduction paraît en contradiction avec la nouvelle. Elle s’inspire de la logique formelle, elle accepte la définition du jugement comme rapport de concepts, comme représentation médiate d’un objet, unité de représentation, etc. (A 67-69 / B 92-94)64. Elle ignore la distinction entre les jugements proprement dits (jugements d’expérience des Prolégomènes) et les associations d’idées (que les Prolégomènes appelaient « jugements de perception ») ; elle estime que toute unité analytique est un jugement, etc. Or la nouvelle déduction proclame l’insuffisance de la logique formelle, condamne la définition du jugement comme rapport de concepts, se fonde avant tout sur la distinction entre les jugements d’expérience et les associations, c’est-à-dire se place au point de vue de la valeur de la copule comme affirmation d’une unité objective (c’est-à-dire indépendante du sujet individuel) : la copule exprime la différence entre l’association où il n’y a pas de liaison interne, donc pas de copule à vrai dire, et le jugement où la copule indique que l’unité de la représentation est rapportée à l’aperception objectivante. En outre, la déduction métaphysique part de la fonction d’unité analytique, la nouvelle, de la fonction d’unité synthétique. Enfin, cette dérivation à partir de la logique formelle ne paraissait-elle pas impliquer une subordination à elle de la logique transcendantale ? Dans la nouvelle édition, Kant déclare que la logique transcendantale est au contraire le fondement de la logique ordinaire. Il semble qu’il y ait entre les deux une opposition inconciliable. Or une telle opposition ne doit pas être, du moins doit être moins forte qu’elle nous apparaît, car autrement Kant n’aurait pas laissé subsister intacte cette partie de la première édition, à côté de la nouvelle.

189Voici comment, à notre sens, cette opposition peut être diminuée. Tout d’abord, la dérivation de la logique transcendantale n’implique nullement, dans la première édition, une subordination de la première à la seconde, mais seulement que l’unité analytique est l’Ideal Grund, la ratio cognoscendi d’une unité primordiale, l’unité synthétique (créatrice de la synthèse), laquelle est postulée comme condition pour toute analyse possible et qui, par conséquent, est conçue comme le Real Grund (ratio essendi) véritable. Ce point de vue est exactement celui que nous retrouvons dans la seconde édition.

  • 65 Voir Immanuel Kant, Logik, AK IX, 101 < § 17 >.

190D’autre part, Kant a remarqué dès 1781 que le procédé de la logique aristotélicienne était incapable de constituer une science logique nécessaire. Il a ajouté dans les Prolégomènes que la logique n’était par irréprochable et, dès 1781, il avait dû la remanier assez considérablement pour établir sa liste des formes. Or, dans la déduction de 1787, il ne dit pas non plus que la définition classique du jugement est fausse, mais simplement qu’elle est trop étroite (elle néglige les jugements hypothétiques et disjonctifs), qu’elle n’est pas précise (en ne caractérisant pas le rapport établi par le jugement) et qu’elle peut avoir de ce fait de mauvaises conséquences. Il pense donc qu’il faut simplement corriger et compléter sa définition du jugement. Cette définition, d’ailleurs, Kant la conserve tant qu’il ne s’agit que de logique formelle65, mais elle ne suffit plus lorsqu’il s’agit de faire jouer un rôle au jugement comme condition transcendantale de notre connaissance d’objet. Or nous voyons qu’effectivement Kant, en 1781, a corrigé la logique ordinaire ; qu’il a, pour constituer sa table, ajouté des formes de jugement que la logique formelle négligeait (voir à ce sujet les remarques qui suivent le tableau du § 9). Dans la nouvelle déduction, il s’agit, comme dans l’ancienne, de déduire les fonctions intellectuelles des fonctions d’unité des jugements.

191Mais, objecte-t-on, la nouvelle déduction part de la fonction d’unité synthétique, tandis que la première partait de la fonction d’unité analytique.

  • 66 < Gueroult suit ici la traduction par Barni de unendlich par « indéfini », là où il faut traduire l (...)

192Répondons qu’en fait Kant n’est arrivé à dresser sa table au § 9 et à corriger et compléter les logiciens ordinaires qu’en se référant implicitement, par une sorte d’anticipation, à la fonction d’unité synthétique, à la valeur de la copule, à la détermination de l’objet de connaissance, au contenu. Par exemple, dans la remarque 2 du § 9 (sur la distinction des jugements indéfinis et des jugements affirmatifs66), Kant dit que cette distinction est impossible pour la logique générale qui fait abstraction de tout contenu dans le prédicat, mais possible dans la logique transcendantale qui envisage aussi le jugement quant à sa valeur ou au contenu de cette affirmation logique. Ainsi, les quatre titres des jugements et les trois formes subordonnées à chaque titre différencient en fait les jugements selon la valeur de la copule. Il n’y a donc pas entre les deux déductions la disparité essentielle que l’on croyait pouvoir y relever tout d’abord.

193D’autre part, comme l’unité analytique est saisie la première dans la conscience, il est tout naturel de se servir d’elle comme d’un fil directeur (Leitfaden) pour atteindre à l’unité synthétique et aux formes de celle-ci. La conclusion de notre analyse sera finalement que toute la difficulté réside moins dans le désaccord entre la déduction des § 8 et 9 et celle du § 19 que dans le désaccord interne de la déduction au § 9. Dans cette déduction, il faudrait que les formes du jugement de la logique formelle puissent suffire à établir le tableau d’après lequel serait dressé celui des catégories. Ainsi, on s’élèverait normalement de la ratio cognoscendi à la ratio essendi, de l’Ideal Grund au Real Grund. Mais, en fait, le tableau des catégories influe par avance sur le tableau des jugements et le transcendantal sur le formel. Kant commence par dire (début du § 9) qu’il faut faire abstraction de tout contenu d’un jugement en général pour n’envisager que la forme et, ensuite, il déclare ne pouvoir aboutir qu’à condition de ne pas faire abstraction (à la différence de la logique générale) de la valeur ou du contenu de l’affirmation logique. D’où il semble résulter que la logique formelle n’est qu’une ratio cognoscendi insuffisante de la logique transcendantale et que celle-ci a intérêt, par conséquent, à se constituer à partir de la seule analyse de la fonction transcendantale. C’est précisément ce que nous voyons s’effectuer dans la nouvelle déduction au § 19. Dans ces conditions, la première déduction métaphysique du § 9 ne peut subsister qu’à titre de propédeutique utile pour l’établissement du système des catégories.

194Continuons le cours de la déduction.

§ 21

195Le résultat atteint jusqu’ici, nous dit Kant au début du § 21, est le suivant : de même que l’intuition empirique est soumise à une intuition sensible a priori et pure, de même la conscience empirique d’une diversité donnée est soumise à une conscience pure a priori. Si une diversité intuitive donnée peut être représentée dans la conscience, c’est qu’elle peut se rapporter à l’unité objective de la conscience par l’unité synthétique de la catégorie. C’est là, nous dit Kant, le commencement de la déduction (§ 21, B 144). Pourquoi un commencement ? Au début du § 26, Kant ne dit-il pas que ceci constitue la déduction transcendantale et non son commencement ? C’est que la déduction est suffisante tant qu’on la restreint à ce but : montrer la valeur objective des catégories ; elle ne l’est plus et doit être complétée si nous voulons, non plus nous confiner sur le seul terrain de la spontanéité intellectuelle, source de la catégorie, mais envisager la condition sensible sans laquelle les catégories ne pourraient être mises en œuvre : à savoir l’espace et le temps, et la matière empiriquement donnée à travers cet espace et ce temps. Sans doute la déduction transcendantale, jusqu’au § 20, envisageait-elle la nécessité d’une donnée intuitive en vue de fournir le divers sans lequel l’activité synthétique de la catégorie n’aurait jamais l’occasion de s’exercer. Mais elle n’envisageait cette donnée intuitive que de façon générale, non sous la forme particulière qu’elle revêt en nous, à savoir intuition pure de l’espace et du temps, et intuition empirique de la matière selon ces formes.

196Donc, après avoir démontré au § 20 la valeur objective des catégories, dans leur usage intuitif sensible en général, les § 21-25 démontreront que la seule intuition réelle parmi les intuitions possibles est celle dont les formes sont l’espace et le temps, grâce auxquelles toutes les données intuitives ne sont que des phénomènes. Enfin, au § 26, la déduction des catégories s’achève, celles-ci n’étant plus simplement envisagées dans leur usage intuitif en général (§ 20), ni non plus simplement dans leur usage par rapport à notre intuition humaine (§ 21-25), mais dans leur usage empirique (Erfahrungsgebrauch), c’est-à-dire qu’elles sont conçues comme rendant possible par l’intermédiaire des intuitions pures la conscience des intuitions empiriques elles-mêmes. Par là, la valeur des catégories (au point de vue de la connaissance) est graduellement restreinte : d’abord restreinte à l’intuition sensible en général, puis à l’intuition spatio-temporelle, puis enfin à l’intuition empirique.

  

197Résumons d’abord le contenu des § 21-25.

1981. Toute catégorie suppose un entendement qui reçoit d’ailleurs que de lui-même le divers déterminable. En effet, un tel divers a besoin d’être lié pour être intégré à l’entendement. Si l’on suppose un entendement intuitif (possédant l’intuition intellectuelle) – c’est-à-dire capable de fournir spontanément du dedans la matière et la forme en même temps, c’est-à-dire de produire l’objet par sa représentation même (entendement divin) –, alors la forme n’aurait plus besoin d’organiser la matière pour l’intégrer à elle, puisqu’elle lui serait intérieurement présente. Elle ne se distinguerait plus d’elle et il n’y aurait plus de catégories. Donc notre entendement suppose une intuition en général (non intellectuelle) ; sans elle, je pourrais à la rigueur penser un objet (par la catégorie) mais non le connaître, car c’est l’intuition (empirique) qui nous le donne. Nous comprenons donc que la déduction jusqu’ici ait dû tenir compte d’une donnée intuitive non intellectuelle en général.

1992. Mais toute intuition possible pour nous est en fait sensible (esthétique) et spatio-temporelle ; elle est intuition pure de l’espace et du temps rendant possibles les intuitions empiriques, c’est-à-dire la représentation du réel qui s’y trouve donnée par les sensations. Les concepts purs de l’entendement, en s’appliquant aux intuitions a priori (comme dans les mathématiques), déterminent a priori certains objets dont nous avons ainsi une connaissance a priori.

2003. Mais si ces concepts sont des connaissances a priori, ce n’est pas par eux-mêmes, mais c’est parce que l’on suppose qu’il y a des choses (réelles, wirkliche) qui ne peuvent être représentées que suivant la forme de l’intuition pure. Les catégories ne nous fournissent donc de connaissance des choses qu’autant que ces choses sont regardées comme des objets d’expérience possible. De là résulte (§ 23) que les catégories qui en elles-mêmes valaient pour tout objet d’une intuition non intellectuelle en général (qu’elle soit ou non semblable à la nôtre) doivent être restreintes dans leur usage aux limites qu’assignent l’espace et le temps, puisque en dehors de ces limites aucun objet ne saurait nous être (empiriquement) donné. Notre intuition sensible et empirique est seule capable de leur donner un sens et une valeur.

§ 24

201Les concepts purs de l’entendement sont synthèse a priori et nécessaire d’une intuition en général (que cette intuition soit la nôtre ou tout autre). Cette synthèse est une synthèse intellectuelle. Ce sont là de simples formes de la pensée, car elles ne nous font connaître aucun objet déterminé. Cette connaissance de l’objet déterminé n’est possible que si cette faculté pure et intellectuelle de synthèse du divers en général s’applique effectivement au divers de notre intuition sensible (espace-temps) pour rendre possibles comme objets de ma conscience les objets donnés dans cette intuition. Cette synthèse est la synthèse figurée : par elle, les catégories, ces simples formes de la pensée, reçoivent une réalité objective et s’appliquent à des objets qui peuvent nous être donnés dans notre intuition, mais seulement à titre de phénomènes. Par là, nous obtenons un nouvel intermédiaire entre l’unité synthétique de l’aperception et le divers de notre intuition : c’est l’imagination transcendantale. En tant que synthèse unitaire, elle est une fonction de la spontanéité, elle détermine a priori la forme sensible d’après l’unité de l’aperception. En tant que synthèse d’intuition sensible, elle appartient à la sensibilité grâce à laquelle elle fournit au concept de l’« entendement » une intuition correspondante. On peut dire que la synthèse transcendantale de l’imagination (synthèse figurée) est le premier effet de l’entendement (synthèse intellectuelle) sur la sensibilité, la première application de l’entendement à des objets d’une intuition possible pour nous. Cette imagination transcendantale, qui appartient à la spontanéité, est l’imagination productrice et se distingue de l’imagination reproductrice (association des idées) dont la synthèse, soumise à des lois empiriques, ne concourt en rien à l’explication de la possibilité de la connaissance a priori (et même de la connaissance tout court) et appartient à la psychologie et non à la philosophie transcendantale.

202Le rôle de l’imagination est le même en ce qui concerne le sens interne. Par l’aperception transcendantale, je connais que je suis, mais je ne connais pas ce que je suis, ni en moi-même, ni tel que je m’apparais, car cette forme de l’entendement n’apporte par elle-même nul divers déterminable. Ce divers déterminable ne m’est apporté que par le sens intime, qui n’est que la manière dont nous sommes intérieurement affectés et donnés à nous-mêmes, et qui est moi passif. L’aperception transcendantale est acte, le sens intime est passivité : ils sont donc l’un et l’autre radicalement différents. Or je ne puis avoir conscience de moi-même dans le temps que si l’entendement détermine l’intuition déterminable du sens intime, qui, simple forme d’intuition, ne renferme en elle que du divers sans liaison, et n’est par conséquent pas elle-même déterminée. Cette détermination s’opère par l’intermédiaire de la synthèse transcendantale de l’imagination – synthèse figurée. Ainsi, par cet intermédiaire, l’entendement actif exerce sur le sujet passif une influence, une action par laquelle le sens intime est affecté. L’entendement produit la liaison du divers en affectant le sens intime.

*

203Note relative à l’imagination reproductrice et à l’imagination productrice

Tout d’abord, Kant a entendu par imagination reproductrice la faculté transcendantale qui permet la synthèse transcendantale d’une façon générale (les synthèses de l’appréhension, de la reproduction et de la recognition) en évoquant par le souvenir, dans le moment présent, les impressions passées qui sont, dans ce moment-là, abolies. Grâce à cela, il est possible d’additionner (hinzuthun) l’impression actuelle aux impressions passées ou du moins à ce qui les représente, du moins à leur substitut.

204Ultérieurement (dans la seconde édition surtout et peut-être déjà dans certains passages de la déduction objective de la première édition), Kant considère que cette imagination reproductrice doit être rejetée de la faculté transcendantale parce que empirique. En effet, pour reproduire une impression, il faut qu’elle ait déjà été donnée (empiriquement).

205Mais, dira-t-on, lorsqu’il s’agit de la reproduction des éléments du divers pur a priori, les éléments qui ne sont plus présents à la conscience et qui sont répétés par l’imagination, n’avaient point à être empiriquement donnés à celle-ci, puisque ce sont des éléments purs et a priori.

206Conformément à cela, Kant scinde l’imagination telle qu’il la découvrait dans la synthèse de la reproduction en deux :

1. l’imagination pure et transcendantale qui opère la synthèse des éléments purs du divers sensible a priori et qui est productrice, car l’acte de produire un élément a priori dans le présent ou de reproduire cet élément est identique : c’est toujours une production a priori ;

  • 67 Voir à ce sujet l’Anthropologie, § 28, AK VII, 167.

2. l’imagination empirique ou reproductrice qui n’est plus transcendantale67.

207Toutefois, perdant de vue, semble-t-il, la signification propre du mot reproductrice, c’est-à-dire capacité d’évoquer un élément par la mémoire, Kant semble faire de l’imagination reproductrice, confondue avec l’association des idées, la faculté qui reproduit empiriquement ce que l’imagination transcendantale fait a priori : elle effectue la synthèse de l’intuition empirique, sous l’empire de la synthèse de l’intuition pure (synthèse qui produit l’intuition formelle) et elle obéit à la règle déjà mise en œuvre dans cette production transcendantale.

*

§ 26

208Nous arrivons à la dernière étape de la déduction, celle par laquelle l’intuition empirique elle-même devient possible pour nous. Il s’agit par conséquent de la synthèse de l’appréhension qui par la synthèse de l’intuition empirique rend possible la perception, c’est-à-dire la conscience empirique de cette intuition. Ici, il s’agira d’expliquer comment, par le moyen des catégories, les objets qui ne sauraient se présenter qu’à nos sens de façon empirique peuvent nous être connus a priori, non pas seulement quant à la forme de leur intuition (c’est-à-dire par la condition a priori de leur réceptivité), mais dans les lois de leur liaison (c’est-à-dire par les conditions a priori de leur représentabilité consciente, spontanéité de la pensée).

209Par la synthèse de l’appréhension, nous unissons le divers de l’intuition empirique : de là résulte la perception, c’est-à-dire la conscience de cette intuition. Or cette synthèse doit être conforme aux formes a priori de l’intuition, qui sont les conditions sensibles de la réceptivité du divers. Mais ces formes a priori ne sont pas que des formes d’intuition, elles sont aussi elles-mêmes des intuitions, à savoir des intuitions formelles, c’est-à-dire que l’espace et le temps a priori contiennent un divers a priori qui doit être synthétisé en une unité pour être représenté. Car il ne suffit pas que nous ayons la forme de l’espace et du temps en nous, il faut que cette forme de la réceptivité en nous des données empiriques soit elle-même représentée par nous, autrement elle ne serait jamais en nous pour nous en acte, et serait comme si elle n’était pas. L’unité est condition de cette représentation, et tout ce qui ensuite est donné par l’intermédiaire de cette représentation doit donc subir la condition de l’unité. De là résulte que la synthèse de l’appréhension, ainsi que son contenu et son résultat doivent être soumis aux conditions de cette unité synthétique du divers a priori, laquelle unité n’est pas autre chose que l’unité incluse dans l’aperception originelle, comme unité du divers en général, et qui est appliquée ici (par l’intermédiaire de l’unité imposée au divers a priori de nos intuitions sensibles pures) à notre intuition sensible empirique elle-même. Par conséquent, la synthèse de l’appréhension, avec la perception (empirique) qu’elle produit, n’est possible que par l’unité synthétique des catégories. De là on doit conclure que, les perceptions liées entre elles constituant précisément ce que nous appelons l’« expérience », l’unité des catégories est condition de possibilité de l’expérience (en tant que constitutive de l’objet et des rapports d’objets). Ainsi, l’appréhension synthétique du divers empirique d’où résulte la perception d’une maison suppose la construction dans l’espace de la forme (Gestalt) – Kant dira plus tard « schème » – de la maison selon l’unité catégoriale de la quantité. L’appréhension synthétique de deux états empiriques successifs d’où résulte la perception de leur succession objective (congélation de l’eau qui de liquide devient solide) suppose une détermination de l’intuition a priori du temps grâce à laquelle l’ordre de la succession se trouve schématiquement déterminé, selon l’unité catégoriale de la causalité.

210Puisque les phénomènes qui constituent par leur ensemble la nature (natura materialiter spectata) sont soumis jusque dans leur constitution empirique à la condition des catégories qui les rendent ainsi possibles, on conçoit que leurs lois, c’est-à-dire les lois de la nature, soient entièrement d’accord avec notre entendement ; ces lois de la nature (natura formaliter spectata) dépendent des catégories qui fondent en cette nature la nécessité pour celle-ci d’y être conforme. Enfin, il faut noter que si les lois générales de la nature sont fondées entièrement dans les catégories, les lois particulières (ou empiriques) ne le sont que partiellement. La liaison nécessaire qu’elles expriment vient de la catégorie, mais qu’il y ait telle ou telle liaison nécessaire, en d’autres termes que tels ou tels phénomènes existent qui sont gouvernés par telles ou telles liaisons, cela ne dépend plus de notre entendement mais de la matière ; c’est pourquoi nous ne pouvons connaître ces lois que par le recours de l’expérience ; tandis que les lois qui conditionnent la nature en général (catégories et principes) peuvent être connues absolument a priori.

*

  • 68 < Voir plus haut la note sur l’intuition dans l’examen de la déduction subjective de la première édition, p. 146. >

211Note sur l’intuition formelle (§ 26)68

  • 69 Que cette synthèse soit difficile à concevoir, c’est le secret du schématisme (comment constituer u (...)
  • 70 Voir Immanuel Kant, Fortschritte der Metaphysik seit Leibniz und Wolff, < in : Immanuel Kants Klein (...)

La note du § 26 relative à l’intuition formelle a fait couler beaucoup d’encre, trop d’ailleurs (note *, B 160). Kant déclare que l’espace représenté comme objet, ainsi que cela a lieu dans la géométrie, contient plus que la simple forme de l’intuition, mais l’intuition formelle qui résulte d’une synthèse, laquelle apporte l’unité au divers fourni a priori par la forme. Dans l’Esthétique, Kant a attribué cette unité à la sensibilité elle-même pour montrer que c’est une unité antérieure à tout concept, bien qu’elle suppose une synthèse qui ne peut provenir que de la spontanéité de l’entendement. Mais comme par cette synthèse, l’espace et le temps sont donnés ou constitués dans leur unité comme intuitions, l’unité appartient à l’intuition a priori mais non au concept de l’« entendement ». Ce que dit Kant est très simple : pour que le divers de l’intuition soit donné à la conscience, il ne suffit pas qu’il soit en nous, mais il faut qu’il soit constitué pour nous en une représentation, l’intuition, de façon à ce qu’il devienne conscient et objet d’intuition. Il faut donc distinguer la constitution de l’intuition de l’espace comme objet de ma conscience et cette intuition même. Ainsi, bien que l’unité soit constituée par l’entendement, qui l’a produite par la synthèse de l’homogène69, elle appartient à l’intuition qui est constituée par là comme représentation ; et cette représentation est bien une intuition et non un concept, puisque son objet est singulier, à savoir l’espace et le temps : il n’y a qu’un espace, qu’un temps, où le tout est donné avant les parties. L’appel à la synthèse n’explique pas la multiplicité pure mais son organisation en objet intuitif pur70. Kant nous dit avoir attribué dans l’Esthétique cette unité à la sensibilité : il s’agit du troisième argument de l’exposition de l’espace où l’espace est représenté comme une intuition pure et un objet singulier, etc. Rien n’est plus clair que ce passage. Quant à l’intuition formelle, nous la connaissons déjà : c’est celle que nous avons vu se constituer par les synthèses de l’appréhension, de la reproduction et de la recognition dans la première édition, lorsque ces synthèses portaient sur le divers pur a priori ; ou encore, c’est la synthèse figurative de la seconde édition. Seule la dénomination manquait, non la chose.

212On a cru voir une difficulté relativement à la constitution possible d’une géométrie indépendante, en ce que la condition de la constitution de l’espace comme objet de représentation était en même temps la condition des objets d’expérience, à savoir l’unité transcendantale, et l’on a abouti à l’alternative suivante : ou l’espace n’est rien de plus qu’une condition d’objet de l’expérience, alors il n’est pas lui-même objet, objet d’une géométrie indépendante, mais il est forme du monde ; ou bien l’espace est constitué comme objet, comme intuition formelle, se suffisant à lui-même, et il est objet d’une géométrie indépendante, alors il est juxtaposé au monde. En réalité, cette alternative ne se pose nullement, surtout dans la seconde édition. En effet, la constitution de l’intuition formelle est requise comme condition préalable de la constitution de l’intuition empirique, elle peut donc se constituer indépendamment en tant que préalable, comme objet d’une science indépendante, tout en étant, comme condition, forme du monde : elle est une sorte de pré-objet à l’égard de l’objet de l’expérience, objet qu’elle rend possible, et non point un objet juxtaposé à lui (ce qui à certains égards pourrait être soutenu à propos du point de vue de la première édition). La mathématique n’est donc pas subordonnée à la physique dans son existence mais dans sa valeur objective – car si elle ne portait pas sur des conditions de l’expérience possible et si elle ne devait pas se trouver ultérieurement réalisée dans l’expérience, elle n’aurait pas de valeur objective, son objet resterait un objet purement idéal, et ne donnerait pas lieu à une connaissance véritablement objective, valable pour la réalité phénoménale ; mais il n’en pourrait pas moins se constituer. Tout ce que l’on peut dire, c’est que la seconde édition insiste sur ce point que la condition de la connaissance n’est pas simplement la présence d’une intuition sensible (pure a priori), mais celle d’une intuition empirique ; c’est seulement de cette façon que l’on peut parler d’une subordination à la physique.

*

Problèmes, discussions, interprétations < des > différences entre les deux déductions

< Différences entre les deux déductions >

  • 71 < Voir Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. (...)

213La déduction de 1787 – contrairement à celle de 1781 qui se présentait tour à tour comme se déroulant de haut en bas, de bas en haut, de haut en bas (vorläufige Erklärung) – se déroule en réalité en un seul sens : von oben an < (« de haut en bas ») >. Partis de l’unité transcendantale de l’aperception (§ 15-16), nous aboutissons par une descente graduelle à la constitution de la conscience de l’intuition empirique (§ 26). C’est à tort que M. Vleeschauwer voit dans le § 26 une nouvelle déduction von unten auf < (« de bas en haut »>71. Car il est évident qu’avec l’intuition empirique nous atteignons, après la synthèse figurée, le plus bas échelon. Que, pour subsumer la synthèse empirique de l’appréhension sous la synthèse figurée a priori, il faille opérer selon l’ordre analytique, de bas en haut, cela résulte uniquement de la nature des choses, aucun élément empirique ne pouvant de toute évidence être déduit synthétiquement (de haut en bas) de conditions a priori. Notons maintenant trois caractéristiques principales.

  

214Premièrement, ces différents échelons de la déduction sont moins des facultés que des facteurs logiques transcendantaux. Rappelons ces différents échelons :

1. unité transcendantale par l’aperception ou « je pense » (fondement de l’entendement), condition de la synthèse d’un divers en général ;

2. catégorie ou concept d’« unité » de l’entendement dont l’acte essentiel est saisissable dans le jugement ; cette catégorie est le premier intermédiaire entre l’unité transcendantale et le divers : elle est synthèse intellectuelle (aperception + intuition en général) ;

3. synthèse figurée, œuvre de l’imagination transcendantale, où l’intuition sensible en général est spécifiée comme intuition sensible humaine, spatio-temporelle ; c’est l’intermédiaire entre la catégorie et notre intuition sensible a priori : elle produit l’intuition formelle ;

4. synthèse empirique, œuvre de l’appréhension, dernière étape, au cours de laquelle l’unité a priori parvient grâce à l’unité de l’intuition formelle à constituer la conscience de l’intuition empirique elle-même ; c’est le stade de l’imagination empirique.

Facteurs logiques

Facultés

Unité transcendantale

Aperception

Catégorie
(synthèse intellectuelle)

Jugement-entendement

Intuition formelle
(synthèse figurée)

Imagination transcendantale

Intuition empirique
(synthèse empirique)

Imagination empirique

  

215La deuxième caractéristique de cette déduction est son caractère beaucoup plus général. Toute la première partie envisage en effet la fonction de synthèse d’une façon très générale : il s’agit d’un divers en général, fourni par une intuition sensible en général, qui pourrait très bien être tout autre que notre intuition humaine spatio-temporelle. La seule condition, c’est que l’intuition ne soit pas intellectuelle, car dans une intuition intellectuelle, la matière étant donnée avec la forme (catégoriale), il ne saurait plus être question d’une synthèse à effectuer sur une matière distincte de la forme. Tout serait à la fois, et l’existence serait incluse analytiquement dans la représentation même.

  

216La troisième caractéristique de cette déduction est le renforcement de son caractère logique au détriment de son caractère psychologique. Ceci résultait déjà de la remarque que nous avons faite < à propos de la > première caractéristique, à savoir qu’il s’agit moins ici d’établir la série hiérarchique des facultés que la série des facteurs logiques transcendantaux (en fonction de quoi sont conçues les facultés). Cela ressort avec encore plus d’évidence de la suppression de la déduction subjective. Cette modification est extrêmement importante, et nous aurons lieu d’y revenir. Enfin, cela ressort aussi du caractère plus général de la déduction, la constitution de l’objet en général ne paraissant plus liée à ce fait contingent de notre structure psychique particulière humaine : recul du psychologisme (cf. Husserl). L’expérience humaine est un cas particulier grâce auquel l’objet en général devient objet de connaissance réelle ; la possibilité de l’expérience cesse d’être le nervus probandi relativement à l’objet en général.

  

217Ces modifications d’ordre général entraînent une série de modifications plus particulières dans la structure même des éléments mis en œuvre :

1. l’ordre d’importance, la hiérarchie des facultés est changée ;

2. les facultés sont elles-mêmes conçues de façon différente.

  

218Le pivot de toute la déduction de 1781 était l’imagination, comme faculté aveugle de synthèse, intermédiaire entre l’unité de l’entendement et le divers de l’intuition. C’est maintenant le jugement : à lui revient la fonction essentielle d’intermédiaire. C’est que l’accent s’est déplacé ; il ne porte plus sur la synthèse, mais sur l’unité de la synthèse, en tant que cette unité est seule ce qui confère une objectivité. Toute liaison en tant qu’elle ne comporte pas une unité des termes ainsi liés n’a aucun caractère transcendantal. Elle doit donc être rejetée dans le domaine psychologique : tel est le cas de l’imagination en général, laquelle, prise en soi, n’apporte nulle objectivité aux synthèses qu’elle effectue, ainsi qu’en témoigne l’association des idées. L’imagination n’est donc que subsidiairement haussée à un rôle transcendantal lorsqu’elle est conçue comme l’intermédiaire indispensable entre la synthèse intellectuelle de la catégorie et le divers des intuitions. Faculté d’essence psychologique, mais qui contracte pour une partie seulement d’elle-même – de par la fonction qu’elle assume (d’intermédiaire) – une valeur et un rôle transcendantaux ; incapable par elle seule de fonder l’objectivité, l’imagination doit céder le rôle de pivot à la faculté qui investit la représentation de l’unité objective, c’est-à-dire au jugement, et la synthèse de l’imagination doit céder le pas au jugement, c’est-à-dire à une faculté transcendantale correspondant à la catégorie. Les catégories elles-mêmes cessent d’être définies simplement comme fonctions synthétiques pour être conçues avant tout comme fonctions d’unité. Bref, l’imagination, comme fonction de synthèse, doit céder la place à l’entendement, fonction d’unité.

  • 72 Remarque de Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit (...)

219Mais il y a plus : l’imagination est elle-même dépossédée pour une part de sa fonction de synthèse. Elle est spécialisée dans la synthèse figurée, et l’entendement assume une fonction de synthèse intellectuelle, où l’unité, bien entendu, est prédominante. Cette dernière modification est due, non plus seulement à l’accroissement du caractère logique de la déduction, mais encore aussi à sa plus grande généralité. De crainte de retomber dans des analyses psychologiques72, Kant envisage le genre de la synthèse, et non simplement ses espèces, comme une fonction logique propre à la spontanéité (unité de l’aperception) et qui se spécifie ultérieurement en entendement et imagination. Mais si Kant peut remonter au genre et distinguer des espèces, c’est qu’il a distingué entre l’intuition humaine spatio-temporelle dont l’imagination assure la synthèse figurée, et l’intuition en général dont la catégorie assure la synthèse (intellectuelle), cette intuition en général étant un divers a priori en général, non précisé, dont la catégorie opère la liaison en général ; il s’ensuit que l’on obtient ainsi une forme générale de liaison possible d’un divers quelconque, toute prête à remplir sa fonction dès qu’une matière a priori ou a posteriori sera donnée. En 1781, où seule était envisagée l’intuition spatio-temporelle, toute synthèse était nécessairement figurée, et l’imagination était en conséquence la seule faculté de synthèse.

220Puisqu’il ne s’agit plus, en 1787, d’analyser le processus de la synthèse, mais d’envisager avant tout le facteur qui la conditionne et la domine, c’est-à-dire l’unité, nous comprenons que le jugement et la catégorie passent au premier plan. Le rôle de la catégorie, en 1781, était assez effacé. La catégorie revêtait un caractère relatif, étant conçue comme le rapport entre l’unité de l’aperception et la synthèse imaginative. Ce caractère relatif s’efface maintenant devant sa propriété fondamentale d’élément constitutif de la connaissance en tant qu’unité-objectivité, propriété qui se déduit directement de l’aperception, par le jugement. Le jugement est en effet devenu, comme nous l’avons dit, le pivot essentiel, puisqu’il est l’acte qui produit l’unité-objectivité ; cet acte est mis en évidence par tout jugement (car, rappelons-le, il n’y a pas d’autres jugements que ces jugements que Kant appelait dans les Prolégomènes « jugements d’expérience ») qui établit un lien entre un sujet et un prédicat, grâce à la copule ; et la catégorie lui est essentiellement identique dans sa nature, car lorsque la multiplicité qu’il s’agit d’unifier objectivement est un divers d’ordre intuitif, on a la forme conceptuelle d’un objet (catégorie) au lieu d’avoir la forme d’un jugement. Le jugement est donc ici défini autrement qu’en 1781. Il est conçu d’une façon rigoureusement transcendantale et objective, en vertu de sa définition nouvelle rendue possible par la découverte du jugement d’expérience qui est le seul jugement, et dont la fonction est d’assurer la valeur nécessaire et universelle, donc objective, du lien d’unité exprimé par la copule.

  • 73 < L’acte d’ajouter – hinzutun – définit la synthèse en général au § 10 (A 77 / B 103) : « J’entends (...)

221De même que le changement de rôle et de place de la catégorie, du jugement, de la synthèse, ont entraîné un changement dans la conception de leurs structures, de même un changement analogue se remarque dans l’imagination. La synthèse de l’appréhension qui reparaît au § 26 comme un rappel abrégé de la déduction subjective de 1781, résume la triple synthèse appréhension, reproduction, recognition, qui précisait dans les articulations le travail de l’imagination a priori. La synthèse a priori d’où résulte l’intuition formelle (et qui s’identifie avec la synthèse figurée ou synthèse transcendantale de l’imagination) est conçue comme condition de possibilité de la synthèse de l’appréhension. L’intuition formelle comme synthèse a priori du divers a priori temporo-spatial est ce qui correspond, en 1787, aux synthèses a priori (de 1781) de l’appréhension, de la reproduction, de la recognition en tant qu’elles portent sur le seul divers a priori ; mais, en 1781, les synthèses du divers a priori n’étaient point posées comme la condition de l’acte qui synthétise le divers empirique : la synthèse de l’a priori et celle de l’a posteriori semblaient émaner de deux actes distincts issus de la même activité a priori, parallèles en quelque sorte, l’un n’étant pas subordonné à l’autre. Enfin, Kant, achevant l’évolution qu’il avait commencée, rejette dans le psychologique et l’empirique l’imagination reproductrice pour ne garder comme fonction transcendantale que l’imagination productrice. Il semble d’ailleurs que le mot reproductrice ait perdu son sens originel (intervention de la mémoire active, nécessité de conserver l’élément passé pour le joindre au suivant dans le hinzutun de la synthèse) pour prendre simplement ce sens : l’association reproductrice imite ou reproduit a posteriori, sur le terrain empirique, ce que l’imagination transcendantale produit a priori (le hinzutun des éléments a priori)73.

222Enfin, on remarque entre les deux déductions les autres différences suivantes :

1. l’effacement de la théorie de l’objet transcendantal ;

2. l’insistance de Kant à distinguer entre penser et connaître qui sont identiques dans leur structure formelle et a priori, mais différentes dans leur matière ;

3. l’insistance plus grande de Kant sur le phénoménalisme ; la restriction de l’usage des catégories aux données empiriques comme condition de leur usage empirique passant au premier plan, à ce point que la valeur objective des mathématiques ne vient plus tant de la possibilité de construire leurs objets a priori dans l’intuition pure que de ce fait que l’intuition pure est la condition des intuitions empiriques : sans les intuitions empiriques, les mathématiques seraient dépourvues de valeur objective ;

4. enfin, la possibilité d’une intuition sensible en général autre que l’intuition humaine spatio-temporelle contribue < d’une part > à faire comprendre la possibilité d’un usage pur des catégories et, d’autre part, rend possible une négation plus vigoureuse de la légitimité d’une prétendue valeur objective légitime de cet usage pur : elle subordonne, en effet, l’objectivité légitime des catégories à une restriction : c’est, à savoir, leur usage dans l’intuition sensible humaine spatio-temporelle.

*

< Signification de ces différences : la réfutation de l’idéalisme berkeleyen >

223Maintenant que nous avons relevé objectivement les principales différences entre les deux déductions, demandons-nous quelle est la signification de ces différences.

  • 74 < Herman Jean de Vleeschauwer (La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. II, (...)

224Nous sommes amenés par là à examiner le problème qui a divisé les commentateurs : la déduction de 1787 est-elle le reniement plus au moins honteux de celle de 1781 ou, au contraire, son épanouissement, son achèvement plus strict ? La première thèse fut soutenue en particulier par Jacobi, Feder-Garve, Michelet (hégélien, historien de la philosophie), Schopenhauer qui la dénonce comme une palinodie causée par la crainte du nouveau régime de la Prusse, < Benno > Erdmann, Kuno Fischer. La seconde thèse fut défendue par Reinhold, Paulsen, Adickes, Riehl, Husserl, etc., par la plupart, en somme, des autres historiens74.

  

225Oui ou non, Kant, devant l’accusation d’idéalisme dont il était l’objet, a-t-il renié l’idéalisme originel au profit d’un réalisme empiriste nouveau ?

  

226Notons d’abord deux parts dans les modifications de la seconde édition.

227La première part qui donne un sens unique (de haut en bas) à la déduction, une marche plus régulière, la suppression de la déduction subjective amenant indiscutablement des simplifications. Ces modifications répondent donc aux reproches que les critiques avaient formulés et que Kant lui-même s’était adressés au sujet de l’obscurité et de la complication de son travail.

228La deuxième part, c’est-à-dire toutes les autres modifications ainsi que la suppression de la déduction subjective, < répond > évidemment aux objections d’idéalisme dont les unes tendaient à rapprocher Kant de Berkeley (Feder-Garve) et les autres de Hume (Hamann). La seconde déduction a donc bien pour objet de réfuter ce reproche d’idéalisme. Est-ce à dire qu’elle marque un glissement vers un réalisme inconséquent ? Nous ne le croyons pas. Ce n’est pas l’idéalisme que Kant veut écarter de lui, c’est une certaine forme d’idéalisme : l’idéalisme subjectif, empirique et psychologique, l’idéalisme de Berkeley. Kant, comme nous le verrons, est et reste idéaliste, mais d’une tout autre manière que Berkeley : son idéalisme s’appuie non sur le moi individuel, empirique, subjectif, mais sur la pensée universelle qui, présente en tout moi empirique, subjectif et individuel, se distingue radicalement de lui et s’oppose à lui. Il faut noter précisément que presque tous les motifs nouveaux ou renouvelés qui, à côté de la nouvelle déduction des catégories, apparaissent dans la seconde édition, non seulement au cours de cette déduction mais < aussi > dans d’autres chapitres, ont pour objet de repousser l’idéalisme Berkeleyen, et la réforme de la seconde édition consiste à accentuer les traits du kantisme qui s’opposent à lui, à estomper ceux qui pourraient le faire confondre avec lui.

  

229À cette réfutation de Berkeley sont destinés les motifs suivants.

2301. La distinction entre le Schein et l’Erscheinung (paragraphe ajouté à l’Esthétique transcendantale dans la seconde édition) qui tend à mettre en relief les deux formes de réalisme que Kant professe et qui l’opposent à Berkeley : le réalisme du phénomène et le réalisme de la chose en soi. Le phénomène comme chose indépendante du sujet < sensible > n’est pas une illusion du sujet, mais une réalité que le sujet (empirico-individuel) trouve devant lui comme une chose, bien que cette chose soit conditionnée à son tour par des facultés de connaître, mais ces facultés n’ont rien d’empirique, d’individuel, de subjectif, au sens fort du terme ; elles sont nécessaires, et universelles, transcendantales, et ainsi sont identiquement présentes en tout sujet (individuel).

  • 75 < Voir George Berkeley, Three Dialogues between Hylas and Philonous, in : The Works of George Berke (...)

231Néanmoins, de par cette condition, ces choses ne sont évidemment pas des choses en soi (inconditionnées), mais les choses telles qu’elles nous apparaissent à travers ces facultés, donc des phénomènes. Or, selon Kant, Berkeley, en réduisant les choses à n’être que des « idées sensibles » dans la conscience empirique du sujet, les réduit en tant que choses à une pure apparence (Schein), car il est incapable de fonder tant leur objectivité que leur extériorité par rapport à cette conscience. Ainsi, l’on comprend l’importance de la théorie de l’idéalité du sens externe, opposée à celle de sa simple subjectivité, car cette subjectivité est incapable de fonder (comme le fait la forme a priori de l’espace) la réalité du phénomène par rapport au sujet (individuel, empirique) et < elle est > en même temps incapable d’annoncer cette réalité, comme celle d’un simple phénomène par rapport à la chose en soi. De là il résulte que les « idées sensibles » peuvent à volonté, soit être prises comme de simples modifications du sujet sans objectivité ni extériorité propres, soit être converties en choses en soi (idées ayant leur siège ou leur soutien en Dieu) en vue de sauver cette objectivité. Bien entendu, une telle interprétation ne correspond pas entièrement à la doctrine véritable de Berkeley, ni surtout à ses véritables intentions. Celui-ci n’a jamais voulu, nous dit-il, transformer les choses en idées, mais les idées en choses (troisième dialogue)75, et son intention est précisément par là de mieux sauvegarder contre le scepticisme la réalité du monde extérieur. Mais au fond, ce que soutient Kant, c’est que la doctrine employée à cette fin par Berkeley est totalement inadéquate, puisque à l’espace comme forme est substituée la sensation spatiale et qu’une propriété de la sensation est par définition subjective et non objectivante. Ainsi, Kant réfute l’idéalisme de Berkeley par le réalisme du phénomène et le réalisme de la chose en soi ; mais le fondement de cette réfutation est l’idéalisme transcendantal qui fonde ces deux réalismes. L’erreur de Berkeley, c’est de n’avoir pas compris que la conscience empirique est soumise à des conditions (les conditions transcendantales) qui rendent possible l’objet en tant que distinct de la simple perception individuelle.

2322. Le second thème destiné à battre en brèche l’idéalisme empirique psychologique est celui de la phénoménalité de la connaissance du moi par le sens intime, qui tend à combattre le prétendu privilège métaphysique que posséderait la connaissance psychologique d’atteindre l’être absolu par opposition à la connaissance prétendument vouée à la relativité de l’objet extérieur.

2333. Le troisième thème est celui que nous trouvons dans la « Réfutation de l’idéalisme » (« Postulats de la pensée empirique », < B 274 >). Ici, le prétendu privilège de la connaissance psychologique attribué à la connaissance métaphysique certaine de la réalité interne se trouve non seulement détruit, mais < aussi > renversé du pour ou contre. La connaissance immédiate d’une existence permanente externe est la condition de la perception de tout changement et, par conséquent, de la perception de moi-même dans le temps (de la perception du temps psychologique). L’objet dans l’espace apparaît donc comme immédiatement certain et conditionnant la certitude de la connaissance interne de moi-même, laquelle connaissance < il > rend possible.

  

234Tous ces traits ont pour but d’évincer le reproche d’idéalisme (Berkeleyen). Nous saisissons maintenant à quoi répond la seconde édition de 1787.

2351. L’accentuation du processus logique au détriment du processus psychologique. C’est que tout ce qui est logique appartient indiscutablement à ces formes universelles et nécessaires qui opposent le sujet transcendantal au sujet empirique et psychologique, c’est-à-dire, si l’on veut, le sujet kantien au sujet berkeleyen. Si l’activité constructrice apparaît comme essentiellement subjective et psychologique, quel droit aura-t-elle à construire un objet qui par son universalité et sa nécessité logiques doit s’opposer précisément à tout ce qui est simplement subjectif et psychologique ?

236Par là, nous comprenons l’effort de Kant pour désubjectiver l’activité du moi, cette activité qu’il avait décrite en 1781 dans la déduction subjective comme un processus subjectif et psychologique. Ainsi, nous comprenons le gain acquis par la substitution du jugement et de la catégorie objectivante à l’imagination comme facteur essentiel de la déduction. Mais, par là même, la déduction devait prendre d’entrée un caractère plus général. Elle place son centre non plus dans le sujet psychologique, non plus même dans le sujet humain, mais dans un sujet absolument universel, et l’unité de l’aperception, comme condition de toute unité synthétique d’un divers en général, apparaît comme condition de tout objet. Lorsque, au contraire, cette unité transcendantale n’apparaissait que comme une condition de la recognition du concept dans le sujet, elle pouvait bien être conçue comme une condition de la représentation dans ce sujet, mais pas nécessairement peut-être comme condition de l’objet lui-même (de tout objet possible en général). Pour faire apparaître cette dernière conséquence, l’édition de 1781 devait recourir à la doctrine de l’objet transcendantal et montrer par l’analyse du concept d’« objet » que celui-ci coïncide trait pour trait avec l’unité engendrée par l’aperception. La déduction ne pouvait donc s’achever que par < le > recours à une analyse subsidiaire.

  • 76 Voir Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. I (...)

237Est-ce à dire, comme on l’a prétendu76, que le concept de l’« objet transcendantal », capable tantôt d’être confondu avec la chose en soi, tantôt d’être confondu avec l’aperception transcendantale, ait disparu de la seconde édition, comme condamné par Kant ? Sans doute Kant passe-t-il sous silence cette notion d’objet transcendantal = X. Mais il est bien évident que sa pensée n’a pas changé sur ce point, car, au § 17 de la nouvelle édition, il réduit expressément l’objet au concept qui réunit les éléments divers d’une intuition donnée. Comme en 1781, l’objet transcendantal est identique à l’aperception transcendantale, et n’a rien à voir avec la chose en soi, et c’est sans doute pour éviter que la confusion se produise entre chose en soi et objet transcendantal que Kant renonce à le décrire comme un X, indéterminable et inconnaissable. En effet, l’objet transcendantal étant identique à l’aperception transcendantale, la confusion de celui-ci avec la chose en soi impliquait la suppression de la chose en soi à laquelle Kant tient comme à une pièce maîtresse de son système, bref, impliquait la négation de ce réalisme de la chose en soi qui oppose Kant à l’idéalisme pur et simple. La suppression de toute allusion à l’objet transcendantal a donc encore sa source dans la volonté de prévenir le reproche d’idéalisme. Mais il faut remarquer que c’est l’allusion expresse et non le concept lui-même qui est ici supprimée.

  • 77 Ibid., p. 18.

2382. L’accentuation du phénoménisme répond au même souci. Il a sa source : (a) dans la nécessité d’accuser le réalisme de la chose en soi ; (b) dans le caractère plus général et plus objectif des catégories. En effet, en 1781, les catégories étaient conçues uniquement comme des conditions de l’expérience possible, et on ne concevait pas d’autre divers pour elles que le divers spatio-temporel, et il en résultait que le seul objet qu’elles pouvaient rendre possible était l’objet de notre expérience. En 1787, les catégories ne sont plus conçues seulement comme des conditions de l’expérience possible, de cette expérience contingente à l’égard de mon < entendement > et que je trouve comme un fait, mais comme les conditions de tout objet en général, et comme l’unité synthétique de tout divers en général. Aussi les catégories apparaissent-elles alors comme pouvant avoir un usage non seulement pur, mais < aussi > extrasensible, et comme n’étant pas par nature réduites à un usage empirique, à une synthèse spatio-temporelle. L’usage des catégories pouvant s’étendre ou être envisagé au-delà de notre intuition sensible, la question de leur valeur ne coïncide plus avec la question de leur être et de leur fait naturel, mais avec la question de leur usage en fait77. Mais par cette généralisation, qui en renforçant le caractère logique de la déduction accroissait la distance entre l’idéalisme kantien et l’idéalisme de Berkeley, l’idéalisme kantien risquait d’aller à l’absolu, car si le divers d’intuition qui conditionne le rapport de la catégorie avec l’objet n’est pas nécessairement spatio-temporel, les catégories pourront être employées au-delà des limites de l’expérience et créer en quelque sorte des objets supra-empiriques. Il était donc nécessaire de restreindre expressément ce divers d’intuition en général à celui de l’intuition sensible spatio-temporelle, de façon à river définitivement l’objectivité des catégories à un contenu sensible humain, et aussi empirique. Contractée dans l’intuition empirique, la valeur objective de la catégorie sera démontrable avec évidence. En dehors de l’intuition sensible humaine et de l’intuition empirique, le facteur médiateur qui conditionne la synthèse de l’objet fait défaut.

  • 78 Ernst Cassirer, Das Erkenntnisproblem in der Philosophie und Wissenschaft der neueren Zeit, Berlin, (...)

239L’accentuation du trait phénoméniste, conséquence de la tendance empiriste anti-idéaliste, apparaît donc comme liée à une accentuation de l’idéalisme transcendantal en opposition avec l’idéalisme psychologique. Ainsi, le souci de combattre le reproche d’idéalisme ne s’accompagne d’aucun reniement. Il donne seulement une allure toute nouvelle à la déduction. La restriction de la valeur objective des catégories à l’expérience était déjà formulée en 1781. Mais, à ce moment-là, on se préoccupait surtout de démontrer l’inéluctabilité de la catégorie comme condition de la connaissance objective et de la possibilité de l’expérience. En 1787, on insiste sur là nécessité de l’intuition empirique, ce qui satisfait au souci de réalisme. Mais de là résulte évidemment, bien qu’aucun changement foncier n’intervienne dans la structure de la doctrine, un changement radical des perspectives selon lesquelles elle est envisagée. Le raisonnement qui démontre la valeur objective est en quelque sorte renversé, comme l’a justement remarqué Cassirer78 : si l’origine des fonctions de synthèse est dans l’entendement, la valeur (objective) de ces mêmes fonctions se trouve du côté de la sensibilité.

240Expliquons-nous : dans la première édition, on s’efforçait de prouver que ce qui conférait l’objectivité à notre connaissance empirique, c’était l’acte de l’entendement structurant en quelque sorte le divers, et l’organisant en un objet, c’est-à-dire en une unité immuable, universelle, nécessaire, etc. ; cette synthèse structurante était d’ailleurs elle-même rendue inéluctable par le fait d’un divers sensible empirique, spatio-temporel, à incorporer à la catégorie, laquelle en faisait un objet de connaissance. Dans la seconde édition, on se préoccupe de montrer que cette structure de l’objet dont la spontanéité de l’entendement est la source, ne saurait nous fournir aucune connaissance réelle d’objet et, par conséquent, n’aurait aucune valeur objective a priori si elle ne s’appliquait pas à une matière empirique sensible pour l’organiser. Dans le premier cas, on se préoccupait surtout de montrer comment l’entendement produisait, construisait l’objet en tant qu’objet : c’était cela l’essentiel du problème de l’objectivité. Dans le second cas, on se préoccupe de savoir comment l’objet en tant qu’objet, tel qu’il est produit par l’entendement, peut être un objet réel (wirklich), objet d’une connaissance réelle (wirklich). Ou encore, on se préoccupait avant tout, dans le premier cas, de rechercher le fondement de l’objectivité de ma connaissance du réel, dans le second cas, d’établir le fondement de la réalité de l’objet de ma connaissance, le fondement de la connaissance réelle (wirklich) de l’objet. En fait, dans les deux cas, la doctrine fondamentale de Kant n’a pas varié, car, dans la première édition, Kant a toujours soutenu qu’aucune expérience de l’objet n’était possible sans un divers a posteriori, donné dans les formes sensibles, et dans la seconde édition, Kant a continué à soutenir que l’entendement était la source de l’objet en tant qu’objet. Il y a un simple déplacement d’accent. Mais on se rend compte que la première démonstration pouvait beaucoup plus facilement que l’autre prêter au reproche d’idéalisme, car une fois admis qu’il n’y a pas de connaissance sans une matière, ce sur quoi Kant juge inutile d’insister, tout l’effort consistait, dans cette première édition, à montrer que l’objet est produit par notre faculté intellectuelle : or n’est-ce pas l’idéalisme qui soutient que les objets sont les produits de notre pensée ? Le reproche d’idéalisme devait donc naturellement venir à l’esprit du lecteur inattentif. Ce reproche était injustifié, car l’objet dont il s’agissait était l’objet d’expérience et aucun autre, puisque la catégorie est conçue en 1781 uniquement comme condition de possibilité de l’expérience ; or l’expérience requiert, nous le savons, une matière que ni notre entendement ni notre sensibilité pure a priori ne peuvent fournir.

241Kant corrige-t-il sa pensée en 1787 lorsqu’il représente la nécessité d’une matière empirique comme la condition sine qua non de la valeur a priori de nos catégories, et de la connaissance réelle d’un objet ? Nullement. Au contraire, pourrait-on même dire. Car en renforçant l’élément logique de sa démonstration, il est amené à étendre au maximum sa portée universelle, la catégorie n’est plus simplement conçue comme condition de possibilité de l’expérience, mais comme condition de toute pensée d’objet en général. Ainsi, le concept d’« objet en général » (ou l’unité de l’aperception) n’est plus seulement et exclusivement conçu comme condition de l’expérience possible ; l’objet en général a en quelque sorte un être indépendant de cette fonction et sa sphère dépasse de beaucoup la simple sphère de l’objet d’expérience. Il est donc plus que jamais indispensable d’introduire comme l’un des termes exprès de la démonstration la condition de la réalité (Wirklichkeit) de l’objet ou de la catégorie, c’est-à-dire l’intuition empirique selon les formes sensibles spatio-temporelles. Ainsi, nous trouvons ici comme partout que la réfutation de l’idéalisme psychologique s’accompagne d’un renforcement de l’idéalisme transcendantal, c’est-à-dire logique, si bien qu’au fond, à cet idéalisme psychologique, Kant n’oppose pas tant le réalisme du phénomène et le réalisme de la chose en soi, que l’idéalisme transcendantal qui conditionne fondamentalement à ses yeux ces deux réalismes.

242Concluons donc en disant que par la seconde édition, et spécialement par la nouvelle déduction transcendantale des catégories, Kant réfute le reproche d’idéalisme qui lui est adressé, non en reniant, ni même en atténuant sa doctrine d’idéalisme transcendantal, mais au contraire en la fortifiant et en l’accusant avec une précision accrue dans ses traits essentiels.

Notes

1 < En marge > L’entendement, c’est essentiellement la spontanéité de la pensée (acte d’unir). Lorsque cette spontanéité entre en action pour lier, elle manifeste des règles qui sont les concepts, règles qui ne se manifesteraient pas s’il n’y avait pas cette activité. En ce sens, les catégories sont < liées > à l’activité de juger, et dans la mesure où elles se distinguent de cette activité, peuvent être dites en résulter.

2 Immanuel Kant, Reflexion 4700, AK XVII, 679-680. Voir la discussion dans Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, tome II : La déduction transcendantale de 1781 jusqu’à la deuxième édition de la « Critique de la raison pure » (1787), Antwerpen, De Sikkel, 1936, p. 101.

3 < En marge > Cette « topique » se réfère à celle d’Aristote qui l’avait appelée ainsi parce qu’elle traitait des τόποι, loci communes, c’est-à-dire des prémisses vraisemblables sur lesquelles tout le monde s’accorde dans les discussions dialectiques. Kant donne au mot topique un sens légèrement différent se référant à l’étymologie : c’est le système qui examine les concepts purs et détermine leur lieu transcendantalement, c’est-à-dire la faculté de connaître a priori où ils ont leur source (« Remarque sur l’amphibolie », A 260 / B 316).

4 Léon Brunschvicg, L’Expérience humaine et la Causalité physique, Paris, Alcan, 1922, p. 271.

5 Emmanuel Kant, Prolégomènes à toute métaphysique future qui pourra se présenter comme science, AK IV, 260-261 ; trad. de Jean Gibelin, Paris, Vrin, 1930, p. 13.

6 Emmanuel Kant, Lettre à Markus Herz, 21 février 1772, AK X, 126.

7 Voir Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, tome I : La déduction transcendantale avant la « Critique de la raison pure », op. cit., 1934, p. 211-212.

8 Emmanuel Kant, Prolégomènes à toute métaphysique future qui pourra se présenter comme science, § 39. < Gueroult ne suit pas ici la traduction de Gibelin, op. cit., p. 100-101. >

9 Voir Immanuel Kant, Untersuchung über die Deutlichkeit der Grundsätze der natürlichen Theologie und der Moral, < 1764 >, AK II, 281 < (Recherche sur l’évidence des principes de la théologie naturelle et de la morale, trad. de Michel Fichant, Paris, Vrin, 1973, p. 35 : « Je voudrais seulement voir dresser la table des propositions indémontrables qui sont à la base [de la philosophie et de la métaphysique]. ») >.

10 Voir à ce sujet les Opuscules de Leibniz réunis par Couturat.

11 < En marge > Parce que Leibniz veut arriver à trouver les premiers éléments avec lesquels on peut tout combiner.

12 < En marge > Ramus.

13 Gottfried Wilhelm Leibniz, Nouveaux Essais sur l’entendement humain, IV, chap. x, § 14, GP V, 323-324.

14 Voir, à ce sujet, Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. I, p. 214-223.

15 Ibid., p. 232.

16 Alois Riehl, Der philosophische Kritizismus und seine Bedeutung für die positive Wissenschaft, Leipzig, Engelmann, 1908, t. I, p. 213.

17 Immanuel Kant, Über die falsche Spitzfindigkeit der vier syllogistischen Figuren, 1762, AK II, 59.

18 Immanuel Kant, Reflexion 4638, AK XVII, 620 ; Reflexion 4642, AK XVII, 622 < Gueroult précise qu’elles ont aussi été publiées par Benno Erdmann dans les Reflexionen Kants zur kritischen Philosophie, Leipzig, Fues’s Verlag (R. Reisland), 1884, t. II, p. 287 et p. 972. >

19 Georg Samuel Albert Mellin, Lettre à Kant, 12 avril 1794, AK XI, 479.

20 Voir, à ce sujet, Friedrich Adolf Trendelenburg, Historische Beiträge zur Philosophie, Berlin, Bethge, 1846, t. I, p. 273 ; Erich Adickes, Kants Systematik als systembildender Faktor, Berlin, Mayer & Mueller, 1887, p. 12-40 ; Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. I, p. 245-249 ; etc.

21 < A 87 / B 119 : « Nous avons plus haut suivi jusqu’à leurs sources les concepts de l’espace et du temps au moyen d’une déduction transcendantale. » >

22 Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. II, p. 137.

23 Johann Friedrich Herbart, Allgemeine Metaphysik, nebst den Anfängen der philosophischen Naturlehre, Königsberg, Unzer, 1828, Première partie, < t. I, § 37 > ; Johann Friedrich Herbart’s sämtliche Werke, éd. de Karl Kehrbach, Langensalza, Beyer, 1892, < t. VII, p. 58 >.

24 Alois Riehl, Der philosophische Kritizismus, op. cit.

25 Emmanuel Kant, Prolégomènes à toute métaphysique future qui pourra se présenter comme science, § 39, AK IV, 323.

26 Karl Leonhard Reinhold, Beyträge zur Berichtigung bisheriger Missverständnisse der Philosophen, Jena, Mauke, 1790, t. I, p. 289-295.

27 Ibid., p. 314.

28 Ibid., p. 316.

29 Johann Gottlieb Fichte, Über den Begriff der Wissenschaftslehre, 1794 ; Johann Gottlieb Fichtes sämmtliche Werke, Berlin, Veit & Comp., 1845, t. I, p. 65-70.

30 Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Enzyklopädie der philosophischen Wissenschaften im Grundrisse, Heidelberg, Oßwald, 1817 (Dritte Abteilung, 2. Objektivität).

31 Erich Adickes, Kants Systematik als systembildender Faktor, op. cit., p. 44.

32 Julius Jacobson, Über die Beziehungen zwischen Kategorien und Urteilsformen, Königsberg, Hartung, 1877, p. 59.

33 Victor Delbos, « Sur la formation de l’idée des jugements synthétiques a priori chez Kant », Année philosophique, vol. 20, 1909, p. 25.

34 Léon Brunschvicg, Les Étapes de la philosophie mathématique, Paris, Alcan, 1912, p. 266.

35 Ibid.

36 Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. II, p. 92-94. < Le passage depuis « La critique » jusqu’à « celles des concepts » est une citation presque littérale du passage indiqué dans l’ouvrage de Vleeschauwer ; la suite en est un résumé. >

37 Voir Alois Riehl, Der philosophische Kritizismus, op. cit., t. I, p. 303.

38 Immanuel Kant, Reflexion 3738, AK XVII, 278.

39 < En marge > Cependant, cette liaison est établie par une démonstration, et celle-ci suppose une construction dans l’espace et ne se ramène pas à une « explicitation ».

40 < En marge > Remarque. Locke, par cette noogonie, a une intention : découvrir la validité ou les limites de l’entendement.

41 Voir Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. II, p. 144-160.

42 < Kant n’emploie l’expression de « déduction métaphysique » qu’une seule fois, au § 26, B 159. >

43 Arthur Schopenhauer, Kritik der Kantischen Philosophie [1819], in : Sämmtliche Werke, éd. de Julius Frauenstädt, Leipzig, F.A. Brockhaus, 1873, t. III, p. 563. Voir les longues discussions de Birven, Dietrich, Zwermann, Cohen, Adickes, Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. II, p. 171-179.

44 Emmanuel Kant, Prolégomènes à toute métaphysique future qui pourra se présenter comme science, AK IV, 260-261. < Gueroult ne suit pas ici la traduction de Gibelin, op. cit., p. 14. >

45 Erich Adickes, note critique, in : Immanuel Kant, Kritik der reinen Vernunft, Berlin, Mayer & Müller, 1889, p. 650 ; Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. II, p. 227.

46 Voir Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. II, p. 251 sq. ; Hans Vaihinger, Die transzendentale Deduktion der Kategorien, Halle, Niemeyer, 1902, p. 89.

47 < En marge > Le concept de « chien ».

48 Consulter aussi Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. II, p. 376-380.

49 Hans Vaihinger, Die transzendentale Deduktion der Kategorien, op. cit., p. 42 ; Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. II, p. 327.

50 Hermann Cohen, Kants Theorie der Erfahrung, Berlin, Dümmler, 1885, p. 310.

51 Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. II, p. 390 sq.

52 Ibid., p. 412 sq.

53 < Lettres de Kant à Marcus Herz après le 11 mai 1781 et à Moses Mendelssohn du 16 août 1783 > AK X [1re éd.], 252-253 et 323.

54 < Dans le résumé du cours, Gueroult donne à ce propos la référence à l’article de Johann Georg Hamann, « Metakritik über den Purismus der reinen Vernunft » (voir en annexe, p. 264). Mais ce texte, quoique communiqué à Herder en 1784, ne fut publié qu’en 1800. Indépendamment de cette référence, Gueroult fait sans doute ici allusion aux remarques que Hamann a dû adresser oralement à Kant, lequel lui avait donné à lire les épreuves de la Critique. Kant intègre vraisemblablement ces critiques lorsqu’il indique dans la préface – qui fut rédigée en dernier, en avril 1781 – que l’exposé est aride, scolastique et inadapté à un usage populaire (A xviii). Le projet d’un exposé plus populaire est formulé dès juin 1781 : voir la lettre à Herz du 8 juin 1781, AK X, 269. >

55 < Voir Johann Schultz, Erläuterungen über des Herrn Professor Kant Critik der reinen Vernunft, Königsberg, Dengel, 1784. À propos d’un ouvrage d’explicitation qui deviendra les Prolégomènes, Kant parle de petits compléments et de quelques éclaircissements (« kleine Zusätze und einige Erläuterungen ») dès la lettre à Marcus Herz après le 11 mai 1781 (AK X, 269), d’un éclaircissement (« erläuternder Beytrag ») dans la lettre à Christian Garve du 7 août 1783 (AK X, 336) et d’un traité de métaphysique (« Lehrbuch der Metaphysik ») dans la lettre à Moses Mendelssohn du 16 août 1783 (AK X [2e éd.], 346). >

56 On se place toujours ici dans les exemples au point de vue de la catégorie de causalité, mais on pourrait prendre des exemples d’autres catégories : « je vois une maison » = jugement de perception ; « ceci est une maison » = jugement d’expérience ; « je vois du rouge » = jugement de perception ; « ce morceau de cinabre est rouge » = jugement d’expérience.

57 Immanuel Kant, Metaphysische Anfangsgründe der Naturwissenschaft, « Préface », AK IV, 475-476 < Principes métaphysiques de la science de la nature, trad. d’Arnaud Pelletier, Paris, Vrin, 2017, p. 72. >

58 Ibid.

59 < Le déplacement de l’accentuation fait penser à la formule de Leibniz dans la lettre à Arnauld du 30 avril 1687, GP II, 97 : « Ce qui n’est pas véritablement un être n’est pas non plus véritablement un être. » >

60 < Note à part > Le fondement d’un objet, c’est la règle déterminée d’unité d’où résulte sa synthèse (c’est-à-dire son unité qui n’est pas la même unité selon les objets). Donc tous les objets qui ont la même règle de synthèse sont identiques. Mais cette règle de synthèse est en chaque objet ce par quoi ce qui est synthétisé devient ma conscience. Donc toutes les représentations qui ont la même règle de synthèse ont la même conscience identique et sont identiques, et toutes les représentations qui contiennent une propriété dont la règle de synthèse est identique ont par cela même un caractère commun.

61 Contresens de Vleeschauwer sur ce point : La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, tome III : La déduction transcendantale de 1787 jusqu’à l’Opus postumum, op. cit., 1937, p. 116 sq.

62 Ibid., p. 125-126.

63 Ibid., p. 132 sq.

64 Voir Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. II, p. 47, p. 129, p. 139 et t. III, p. 33, p. 148 sq., etc.

65 Voir Immanuel Kant, Logik, AK IX, 101 < § 17 >.

66 < Gueroult suit ici la traduction par Barni de unendlich par « indéfini », là où il faut traduire littéralement par « infini » : un jugement qui affirme la négation d’un prédicat comme « l’âme est non mortelle ». >

67 Voir à ce sujet l’Anthropologie, § 28, AK VII, 167.

68 < Voir plus haut la note sur l’intuition dans l’examen de la déduction subjective de la première édition, p. 146. >

69 Que cette synthèse soit difficile à concevoir, c’est le secret du schématisme (comment constituer une représentation d’un continu intuitif par une synthèse d’agrégation, la continuité excluant la composition). Mais ceci est un autre problème.

70 Voir Immanuel Kant, Fortschritte der Metaphysik seit Leibniz und Wolff, < in : Immanuel Kants Kleinere Schriften zur Logik und Metaphysik >, éd. de Karl Vorländer, Leipzig, Meiner, 1905, section III, p. 96 et p. 102 < = AA XX, 271 et 276 ; Les Progrès de la métaphysique, trad. d’Antoine Grandjean, Paris, Flammarion, 2013, p. 96 et p. 102 >.

71 < Voir Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. II, p. 26-27. >

72 Remarque de Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. III, p. 86 sq.

73 < L’acte d’ajouter – hinzutun – définit la synthèse en général au § 10 (A 77 / B 103) : « J’entends par synthèse, dans la signification la plus générale, l’action d’ajouter les unes aux autres (zu einander hinzuzutun) différentes représentations et de rassembler leur diversité dans une connaissance. » >

74 < Herman Jean de Vleeschauwer (La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. II, p. 29 sq.) mentionne tous ces commentateurs, à l’exception de Husserl et de Hamann. >

75 < Voir George Berkeley, Three Dialogues between Hylas and Philonous, in : The Works of George Berkeley, éd. de A.A. Luce et T.E. Jessop, Londres, Thomas Nelson and Sons, 1949, t. II, p. 244 ; et Martial Gueroult, « La transformation des idées en choses dans la philosophie de George Berkeley », Revue internationale de philosophie, vol. 7, no 23-24, 1953, p. 28-71. >

76 Voir Herman Jean de Vleeschauwer, La Déduction transcendantale dans l’œuvre de Kant, op. cit., t. III, p. 36 < : « La notion de l’objet transcendantal perd [en 1787] la majeure partie de son importance. Il ne revient, en effet, que comme noumène, et encore dans le sens négatif. Le rôle positif qu’il occupait dans l’armature transcendantale détaillé avec soin en 1781, est passé sous silence, et se trouve même formellement nié. » >

77 Ibid., p. 18.

78 Ernst Cassirer, Das Erkenntnisproblem in der Philosophie und Wissenschaft der neueren Zeit, Berlin, B. Cassirer, 1906, t. II, p. 696-697 < ; Le Problème de la connaissance dans la philosophie et la science des temps modernes, trad. de René Fréreux, Paris, Cerf, 2005, t. II, p. 493 : « La synthèse constitue un unique processus qui en lui-même ne se divise pas, mais qu’on peut pourtant définir et caractériser soit d’après son point de départ, soit d’après son but. Elle naît dans l’entendement, mais elle se tourne aussitôt vers l’intuition pure, pour accéder par son moyen à une réalité empirique. » >

Table des illustrations

Titre Figure 8. La difficulté de la déduction subjective.
Légende Exemple de manuscrit, au dos de notes tapuscrites.
Crédits Source : Archives du Collège de France, cote 70 CDF 11-2, manuscrit à part du f. 7. © Collège de France.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/14026/img-1.png
Fichier image/png, 3,9M

© Collège de France, 2022

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search