Version classiqueVersion mobile

La Critique de la raison pure de Kant

 | 
Martial Gueroult

Note sur l’édition

Texte intégral

  • 1 Voir notre présentation. Il existe deux versions de ce tapuscrit produites par l’usage d’un papier (...)
  • 2 Voir Martial Gueroult, Philosophie de l’histoire de la philosophie, tome 2 : Dianoématique, Paris, (...)

1Le cours de Martial Gueroult sur la Critique de la raison pure de Kant, désormais conservé aux Archives du Collège de France sous la cote 70 CDF 11, consiste en un tapuscrit de machine à écrire qui a été annoté à la main à l’occasion de la reprise régulière de ce cours jusqu’en 19741. Contrairement au tapuscrit de la Dianoématique, qui ne comportait qu’une poignée d’ajouts en marge selon son éditeur2, celui du cours sur la Critique comporte à chaque page des corrections, des ratures, des reformulations ou des compléments, parfois difficilement lisibles : des pages entières sont rayées et réécrites, des feuillets manuscrits ou tapuscrits sont intercalés ou collés, des pages d’une main allographe sont même insérées dans l’ordre du cours. Des notes en marge sont ajoutées sans indication d’insertion précise. Quelques ajouts interlinéaires viennent redoubler le texte d’origine, que Gueroult oublie parfois de rayer. Tout cela témoigne de la mise au point successive d’un cours qui aura été professé environ une dizaine de fois entre 1940 et 1974.

2Nous éditons ce qui semble être le dernier état du cours, sans reprendre les passages manifestement rayés ou remplacés, et en essayant d’intégrer les dernières corrections manuscrites. Le texte placé entre crochets [ ] est toujours un ajout de Gueroult : que ce soit une incise à l’intérieur d’une citation, ou une formulation alternative non rayée que nous avons choisie de redonner en raison de sa variation significative. Lorsqu’il n’était pas possible de déterminer un endroit particulier où devait s’insérer un ajout, il a été placé en note de bas de page, précédé de la mention < en marge >. Le texte placé entre chevrons < > est toujours un ajout de l’éditeur. Certains passages ont été rédigés à part, sans indication d’insertion : par exemple, les neuf feuillets manuscrits sur les difficultés de la déduction subjective, ou ce qui constitue ici le dernier paragraphe du cours, qui est une note tapuscrite renvoyant à la distinction des deux formes de déterminisme introduite à la dernière page du cours. Nous avons simplement intégré ces ajouts à la place qui leur convenait le mieux dans le texte principal, sans renseigner en note ces différentes provenances.

Figure 3. Exemple de page entièrement raturée.

Figure 3. Exemple de page entièrement raturée.

Cette première version dactylographiée n’est pas reprise dans le cours édité, contrairement aux notes marginales qui lui sont substituées.

Source : Archives du Collège de France, cote 70 CDF 11-2 f. 81. © Collège de France.

  • 3 Voir Jean Bernhardt, « L’enseignement de Martial Gueroult à l’ENS de Saint-Cloud », Revue philosoph (...)

3Au fil de toutes ses relectures d’un cours entièrement écrit, Gueroult n’a pas modifié le style oral de ce dernier : répétitions, succession de propositions séparées par des points-virgules ou des deux points explicatifs, formules récurrentes (comme l’expression « par là ») ou tournures empreintes d’oralité (« le projet de Kant, c’est de »). Ils sont la trace d’un cours qui, bien qu’intégralement rédigé, était professé aux étudiants sous forme de dictée, « à bonne vitesse », selon l’exemple pédagogique, aujourd’hui certes suranné, de son maître Victor Delbos3. Nous n’avons rien modifié au style : notre intervention s’est limitée à corriger les coquilles, à modifier la ponctuation lorsqu’elle était peu lisible, à redonner toutes les références des textes cités, à ajouter les références des passages commentés lorsque celles-ci manquaient et à ajouter quelques termes manquants indiqués entre chevrons < >. Les signes < - > matérialisent un mot non lisible. Notons toutefois une modification notable : Gueroult met presque systématiquement le terme critique en italiques et avec une majuscule initiale (« Critique », donc), même lorsqu’il s’agit de désigner la « philosophie critique » et non pas l’ouvrage de Kant. C’est le cas aussi dans le résumé des cours qu’il a fait imprimer, et que nous redonnons en annexe. Suivant l’usage, nous n’avons conservé la capitale initiale et les italiques que lorsque le mot désigne manifestement l’ouvrage.

4Le tapuscrit comporte des séries de pages dactylographiées sans alinéas. Pour faciliter la lecture, nous avons ajouté des paragraphes, en suivant parfois les notes marginales où Gueroult indique que tel passage peut être sauté à l’occasion de tel cours. Les sous-titres des sections ont été harmonisés avec leur présentation dans le résumé du cours de 1957-1958 (lequel présente par ailleurs un plan analytique des questions traitées) ; certains sous-titres sont également introduits entre chevrons < >.

5Gueroult donne toutes ses références entre parenthèses à l’intérieur du texte. Pour plus de lisibilité, les références à la Critique de la raison pure sont laissées dans le corps du texte et celles aux autres ouvrages (de littérature secondaire ou primaire) sont mises en bas de page en respectant les normes actuelles de présentation. Toutes les notes de bas de page sont de Gueroult, sauf celles mises entre chevrons < >.

  • 4 Voir toutes les références et leurs abréviations en bibliographie.

6Enfin, Gueroult cite la Critique de la raison pure dans la traduction de Jules Barni, revue par P. Archambault, parue en deux volumes chez Flammarion en 1900 (vol. 1) et 1902 (vol. 2, qui comprend les passages de l’édition de 1781 non repris dans l’édition de 1787)4. Cette traduction n’est plus d’usage aujourd’hui en français. Mais il fallait laisser le texte sur lequel il s’appuie, d’autant que les citations sont parfois intégrées à ses propres phrases et qu’il est donc impossible de leur substituer une autre traduction. Nous avons donc systématiquement redonné, avant les références aux deux volumes de la traduction Barni indiquées par « trad. » et « trad. vol. 2 », les références usuelles à la pagination d’origine des éditions de 1781 (= A), de 1787 (= B), ou des deux (= A / B) lorsque le texte est resté inchangé. Cela permettra au lecteur de se reporter facilement aux traductions plus récentes qui indiquent ces références à A et à B : celle d’Alexandre Delamarre et de François Marty, tome I des Œuvres philosophiques, Paris, Gallimard, 1980 ; et celle d’Alain Renaut, 3e édition corrigée, Paris, GF-Flammarion, 2006. Lorsque Gueroult renvoie à un passage de la Critique de la raison pure sans citer la traduction de Barni et Archambault, nous avons seulement indiqué les références à A et à B.

7Quant aux autres textes, Gueroult s’appuie sur des traductions existantes, les modifie quelquefois, ou donne ses propres traductions. Ainsi, les Prolégomènes sont parfois cités dans la traduction de Jean Gibelin (Paris, Vrin, 1930), parfois dans une version modifiée de celle-ci, parfois dans une traduction propre avec référence à l’édition de l’Académie (= AK). Nous le précisons à chaque fois en note et redonnons les références soit aux traductions accessibles à Gueroult, soit aux traductions récentes.

Figure 4. Portrait de Martial Gueroult.

Figure 4. Portrait de Martial Gueroult.

Source : Jean Stoetzel, Notice sur la vie et les travaux de Martial Gueroult (1891-1976) : lue dans la séance du mardi 6 novembre 1979, Paris, Institut de France, 1979. DR.

Notes

1 Voir notre présentation. Il existe deux versions de ce tapuscrit produites par l’usage d’un papier carbone : la première comporte peu d’annotations manuscrites et pas de trace d’une reprise à l’occasion des cours (70 CDF 11-1) ; la seconde, annotée à l’occasion des cours, est celle que nous suivons ici (70 CDF 11-2).

2 Voir Martial Gueroult, Philosophie de l’histoire de la philosophie, tome 2 : Dianoématique, Paris, Aubier, 1979.

3 Voir Jean Bernhardt, « L’enseignement de Martial Gueroult à l’ENS de Saint-Cloud », Revue philosophique de la France et de l’étranger, vol. 166, no 4, 1976, p. 508-509 ; id., « La philosophie de l’histoire de la philosophie de Martial Gueroult », Revue philosophique de la France et de l’étranger, vol. 183, no 1, 1993, p. 33-48.

4 Voir toutes les références et leurs abréviations en bibliographie.

Table des illustrations

Titre Figure 3. Exemple de page entièrement raturée.
Légende Cette première version dactylographiée n’est pas reprise dans le cours édité, contrairement aux notes marginales qui lui sont substituées.
Crédits Source : Archives du Collège de France, cote 70 CDF 11-2 f. 81. © Collège de France.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/14009/img-1.png
Fichier image/png, 4,5M
Titre Figure 4. Portrait de Martial Gueroult.
Crédits Source : Jean Stoetzel, Notice sur la vie et les travaux de Martial Gueroult (1891-1976) : lue dans la séance du mardi 6 novembre 1979, Paris, Institut de France, 1979. DR.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/14009/img-2.png
Fichier image/png, 730k

© Collège de France, 2022

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search