Version classiqueVersion mobile

Connaissance philosophique et connaissance des essences

 | 
Claudine Tiercelin
, 
Alexandre Declos

Le dynamisme des pouvoirs causaux

Anna Marmodoro

Texte intégral

  • 1 David Hume avança ainsi le célèbre argument selon lequel ce qu’« il y a », dans les événements caus (...)
  • 2 Je n’établis pas ici de distinction entre les pouvoirs, les dispositions, les capacités, etc., car (...)

1Si l’on suppose que la causalité maintient l’univers dans son ensemble, comme l’a clairement exprimé J. L. Mackie (1974), quel est le « moteur » qui fait en sorte que les mécanismes causaux continuent à se déclencher ? Cette question représente un défi important dans l’histoire de la philosophie, au point que certains philosophes ont préféré nier l’existence de la causalité en tant que phénomène réel dans le monde1. Cependant, à travers l’histoire de la philosophie, ceux qui ont estimé que les régularités causales diffèrent métaphysiquement des régularités contingentes ont entrepris de réifier dans l’ontologie le « moteur » de la causalité, en postulant l’existence de pouvoirs causaux2. La causalité, pour les réalistes causaux, est l’exercice de pouvoirs causaux, qui sont des entités dynamiques en vertu desquelles les changements ont lieu dans le monde. Je soutiens que cette conception de la causalité introduit toutefois une « boîte noire » épistémique, qui présente un défi ou même une limite à notre compréhension du monde physique ; sans qu’il s’agisse d’une raison de renoncer entièrement à une conception de la causalité basée sur les pouvoirs. Cette boîte noire est quelque chose de métaphysiquement primitif que l’on ne peut définir, mais dont on peut spécifier le comportement dans certaines circonstances. Dans cet article, je présente ce que j’appelle le « problème de la boîte noire », et passe en revue certaines positions dans la littérature récente qui pourraient sembler proposer des solutions à ce problème. J’évaluerai également la portée de cette difficulté pour les partisans des pouvoirs causaux.

  • 3 Les pouvoirs en tant que propriétés caractérisent des objets, que ceux-ci résultent de la compositi (...)
  • 4 Dans le cadre de la présente étude, que ce soit le pouvoir ou bien ce qui le possède qui entraîne d (...)

2Bien qu’il n’y ait pas de consensus dans la littérature quant à la caractérisation générale de ce qu’est un pouvoir causal, je prendrai ici pour hypothèse de travail l’idée que les pouvoirs causaux sont des propriétés qui existent dans le monde et qui caractérisent des objets ; par exemple, le pouvoir magnétique d’un aimant3. Ces propriétés peuvent êtres soit inactives, par exemple lorsqu’un aimant n’attire ni ne repousse la moindre chose ; soit activées (s’exerçant ou se manifestant) dans des circonstances appropriées, par exemple lorsqu’un aimant attire ou repousse quelque chose d’autre à proximité. Quand les pouvoirs sont activés, ceux-ci (ou ce qui les possède) entraînent des changements4. (Notons ici que sur le plan métaphysique, l’exercice d’un pouvoir est différent du résultat qui débouche de cet exercice. Ainsi, si un aimant se déplace en raison de son attraction par un autre aimant, l’attraction de l’aimant est l’exercice du pouvoir, alors que le changement de position est le changement qui en résulte.)

  • 5 Les circonstances externes ne font que « rendre possible » l’exercice de pouvoirs, mais ne peuvent (...)

3Le point crucial du phénomène qui nous intéresse ici tient à la question suivante : comment quelque chose d’inactif peut-il entraîner une activité et un changement ? Quoi que cette chose puisse être, elle doit être « dans » un pouvoir, et ne doit pas dépendre de circonstances externes qui rendent le pouvoir actif5.

4Les partisans d’une métaphysique des pouvoirs intègrent ainsi le changement dans la définition même des pouvoirs : un (type de) pouvoir est essentiellement défini par le (type de) changement qu’il (ou ce qui le possède) peut entraîner. Par exemple, un pouvoir magnétique est essentiellement un attracteur ou repousseur – c’est ce qu’un pouvoir magnétique fait : il attire ou repousse. Ceci nous fournit une explication de la manière dont les changements ont lieu : c’est en raison de la présence des pouvoirs concernés, qui s’exercent dans les circonstances appropriées. Ce rôle explicatif des pouvoirs dans notre métaphysique est souligné par Vetter (2020), parmi d’autres, comme suit :

Nous arrivons ainsi à ce qui, selon moi, est au cœur du contraste entre la métaphysique humienne et non-humienne : l’ordre d’explication parmi les phénomènes modaux-causaux. Pour l’anti-humien, les dispositions sont un explanans central plutôt qu’un explanandum problématique. Ceci constitue le principe de base de ce que je propose sous la rubrique de « dispositionnalisme explicatif » [explanatory dispositionalism]. (je souligne)

  • 6 Entendons-nous bien : cela revient bien à produire une explication, mais à un certain coût. Esfeld (...)

5Je souhaite insister sur l’affirmation de Vetter selon laquelle « les dispositions sont un explanans central plutôt qu’un explanandum problématique ». Mon but est de montrer que l’explication que les pouvoirs causaux fournissent quant à la question du changement a un coût – à savoir le fait qu’elle intègre de manière primitive dans la définition des pouvoirs la tâche pour laquelle nous avons besoin d’eux dans notre métaphysique : avoir la capacité d’entraîner des changements. Cette conception des pouvoirs en tant qu’explanans explique bel et bien, mais au prix de rendre l’explanans primitif dans notre ontologie6.

6Prenons l’exemple de la fragilité d’un verre. Ce que nous pouvons observer de façon empirique est que le verre se brise lorsqu’il est heurté dans certaines circonstances : nous observons un changement d’un certain type. Afin d’expliquer comment ce changement a lieu, nous (anti-humiens) postulons un pouvoir d’un certain type, qui est par définition capable d’entraîner ce type de changement : le pouvoir de la fragilité. Nous partons du présupposé que la présence d’un pouvoir qui s’active quand le verre se heurte explique comment le changement en question, le bris du verre, a lieu. D’où la question : comment un pouvoir fait-il cela ? Qu’y a-t-il « dans » un pouvoir qui le rende capable d’entraîner un changement ? On postule les pouvoirs en tant qu’entités dynamiques qui servent de moteurs de changements dans le monde. Mais à quoi tient le dynamisme d’un pouvoir ? Notons que l’affirmation que le dynamisme d’un pouvoir est ce qui sert de moteur aux changements dans le monde donne un nom à ce que nous recherchons, mais ne l’explique en rien. Cela revient en quelque sorte à dire qu’une petite touche de magie fait du monde un lieu mouvementé, où il y a des changements. Il s’agit là du problème de la boîte noire des pouvoirs.

1. Le problème de la boîte noire

  • 7 Le Principe éléatique remonte à Platon : « Je propose que tout ce qui possède le moindre pouvoir, s (...)

7Quel est le problème de la boîte noire, et quelle est sa portée pour la théorie du pouvoir causal ? J’estime qu’il s’agit du même type de problème que celui auquel nous sommes confrontés lorsque l’on tente d’expliquer pourquoi le monde consiste en les propriétés fondamentales qu’il présente, telles que le magnétisme, le spin, etc. Nous acceptons celles-ci comme des primitifs fondamentaux, qui caractérisent l’univers dans lequel il se trouve que nous vivons. Ni la science ni la philosophie n’ont la moindre idée de la manière dont ils sont devenus les éléments constitutifs fondamentaux de la réalité, des raisons pour lesquelles ils n’ont pas été différents de ce qu’ils sont, ou s’ils devaient nécessairement être de tels types. Dans n’importe quelle ontologie du monde, on postule certains éléments constitutifs fondamentaux comme primitifs. Je soutiens que les pouvoirs sont des éléments constitutifs fondamentaux et inéliminables de la réalité. Nous les postulons pour une raison précise, guidés par un principe souvent appelé éléatique, selon lequel ce qui existe est causalement puissant7 ; mais nous les postulons comme primitifs. J’aborde donc le problème de la boîte noire sur la base de quatre thèses :

    • 8 Nombreux sont ceux qui s’attardent sur ce point, y compris dans les publications les plus récentes  (...)

    Réalisme : La métaphysique comme la science nous donnent des raisons de postuler des pouvoirs comme entités dynamiques fondamentales dans notre ontologie8.

    • 9 Par exemple, on présuppose de manière primitive que les particules virtuelles se comportent de mani (...)

    Humilité métaphysique : Ni la métaphysique ni la science ne fournit d’explication réductive du dynamisme des pouvoirs9.

  1. Primitivisme : On postule ainsi que les pouvoirs sont des entités fondamentales primitivement dynamiques dans l’ontologie.

  2. Engagement épistémique : Même si nous ne pouvons pas scruter l’intérieur de cette boîte noire que sont pour nous les pouvoirs, d’un point de vue épistémologique nous pouvons toutefois nous engager à spécifier (comme tâche épistémique) ce à quoi cette boîte noire doit s’apparenter afin de remplir la fonction pour laquelle elle a été postulée, autant dans la métaphysique que dans la science.

8J’estime que le dynamisme d’un pouvoir est ce qui lui permet, de l’intérieur, de passer de l’inactivité à l’activité / l’exercice / la manifestation ; par exemple, pour une charge magnétique, de la non-attraction ou du non-repoussement de quoi que ce soit à l’attraction et le repoussement de quelque chose. Dans ce qui suit, je motive (à l’aide d’exemples représentatifs tirés de la littérature) mon postulat d’Humilité métaphysique concernant le dynamisme des pouvoirs. J’élabore ensuite ce que j’entends par Engagement épistémique, et les raisons pour lesquelles je le préconise comme voie à suivre dans les activités de recherche futures sur la métaphysique des pouvoirs.

2. Propriétés téliques

9Certains philosophes ont tenté d’expliquer le dynamisme des pouvoirs en termes de téléologie naturelle – conception du monde que nous devons à Aristote. La contribution initiale d’Aristote a consisté à distinguer la téléologie naturelle de la notion de but, qui est liée au pouvoir d’action d’un sujet (animé) (voir Physique, 199b28). Les processus naturels ont un telos (fin), vis-à-vis duquel Aristote cherchait à développer une compréhension naturaliste. Le défi, ici, tient au fait que les processus n’affichent pas ouvertement leur téléologie. Il y a des changements dans la nature, où un état succède à un autre dans un processus. Mais y a-t-il jamais de fin à un processus naturel quelconque, et cette fin a-t-elle une position particulière dans la séquence ? Un indice susceptible de nous aider à répondre à ces questions est la répétition processuelle dans la nature. Les processus qui se répètent sont cycliques, puisqu’ils se répètent encore et encore. Cependant, les cycles en tant que tels ne possèdent ni de points de départ ni de points finaux. Ainsi, pour qu’un processus cyclique soit téléologique, il doit être en développement, tendant vers un but final. Mais le développement est un concept théorique qui ne peut pas simplement être relevé à partir d’observations d’un processus cyclique.

  • 10 Un troisième sens de « telos cyclique » (s’appliquant cependant uniquement aux entités biologiques) (...)

10Ceci nous amène au deuxième élément principal de la téléologie naturelle d’Aristote : le telos d’un processus n’a pas forcément à être la fin du processus. Par exemple, le telos d’une plante est le développement du semis à l’organisme intégral. Le telos d’un processus de développement peut être diachronique : par exemple, le telos d’une plante est l’étape diachronique à laquelle la plante est porteuse de graines. Néanmoins, le point crucial dans la présente étude est que le telos d’une plante ne correspond pas à la mort de celle-ci. Nous avons donc en quelque sorte deux cycles : l’un partant du début et s’achevant avec le telos du processus de développement – dans ce cas, de la croissance à la maturité –, et l’autre partant du début et s’étendant jusqu’à la fin du processus – correspondant ici à la mort de la plante10. Bien sûr, le cycle téléologique doit être en mesure d’expliquer la génération du cycle naturel, comme il le fait ici en rapport avec des organismes.

11Le telos d’un processus cyclique dans la nature est donc une découverte théorique, plutôt qu’une découverte qui relève de l’observation. Le telos d’un processus cyclique est le pilier théorique qui explique les étapes d’un processus et la circularité de son développement. Le telos d’un processus est le fondement sur lequel le concept d’individuation du processus se développe, ce qui détermine les critères de son apparition [occurrence]. « Plante » est ainsi un concept sortal qui individualise le cycle du processus de cet organisme. L’identification du telos d’un organisme explique les étapes de l’organisme jusqu’à sa fin, et pas uniquement jusqu’à son telos ; par exemple, une plante accomplit son telos à travers une série d’étapes de développement, et perd son telos à travers une série d’étapes de détérioration.

  • 11 Voir également dans la littérature récente Austin (2019, p. 41), Koons (2017, p. 15-16), Koons Pr (...)

12La téléologie d’Aristote a inspiré les approches modernes sur la question du dynamisme des pouvoirs. Kroll (2017) est un représentant de cette approche téléologique des pouvoirs11, et distingue, comme le faisait Aristote, la manifestation instantanée et la manifestation processuelle. Il écrit :

Si x a une disposition à M [i.e. à se manifester] quand C [i.e. la condition appropriée] est activée, alors en vertu du fait que x est dans un état visant à la fin que x se manifeste quand C, soit x se manifeste immédiatement, soit il y a un processus visant à la fin que x se manifeste (2017, p. 21).

13Kroll explique cela à l’aide d’un exemple :

Supposons que l’on place le sel dans l’eau et que sa disposition soit activée […] [Penser aux dispositions de manière téléologique] nous dit que, en vertu du fait que le sel est dans un état visant à la fin qu’il se dissout dans l’eau, soit le sel se dissout immédiatement, soit il y a un processus visant à la fin que le sel se dissout.

14Cependant, de telles explications téléologiques des pouvoirs, dont l’approche de Kroll est un exemple représentatif, ne sont pas explicatives de la nature dynamique des pouvoirs. Comme le montrent les citations ci-dessus, l’orientation [directedness] des pouvoirs est conçue comme dictant uniquement leur état final, et n’est pas utilisée pour expliquer ce qui, de l’intérieur des pouvoirs, fait en sorte qu’ils tendent à cet état final. Je suis en désaccord avec cette approche. Certes, les pouvoirs sont des propriétés téliques, mais une explication de leur dynamisme ne nous est pas moins due. La téléologie utilisée de cette manière n’explique pas le dynamisme ; elle ne fait que le présupposer. L’identification du telos d’un pouvoir nous en dit long sur ce qui procède de l’activation du pouvoir, mais ne nous dit rien sur la manière dont le pouvoir fait ce qu’il fait, et entraîne des changements. Nous devons « porter notre regard » sur l’intérieur de la constitution des pouvoirs, et pas uniquement sur le processus à travers duquel l’exercice / la manifestation des pouvoirs entraîne un certain effet dans le monde. Y a-t-il dans la littérature des approches alternatives plus prometteuses que cette explication téléologique ?

3. L’orientation des pouvoirs

3.1. Intentionnalité physique

  • 12 Molnar utilise l’expression « intentionnalité physique » (2003, p. 60-81) ; Heil celle d’« intentio (...)
  • 13 Mumford va jusqu’à prendre cette approche au pied de la lettre plutôt qu’en tant que métaphore. Il (...)

15Une approche alternative pour l’explication de la nature des pouvoirs est celle selon laquelle la complexité interne des pouvoirs est conçue comme l’ « orientation » [directedness] des pouvoirs : un pouvoir (de type) P s’oriente vers sa manifestation / son exercice (de type) M. Qu’est-ce donc que l’orientation ? (Et explique-t-elle le dynamisme des pouvoirs ?). Certains métaphysiciens décrivent l’orientation des pouvoirs comme « intentionnalité physique » (voir par exemple Place 1996, Molnar 2003, Heil 2003, Martin 2008, Borghini 2009)12. D’autres s’opposent toutefois à cette caractérisation – par exemple Bird (2007), Mumford (1999), Mumford & Anjum (2011); Bauer (2016) entreprend quant à lui répondre à ces critiques)13. Je considère que l’« intentionnalité physique » est au mieux une métaphore, et qu’elle n’est d’aucun secours.

16Avant tout, même au sein de la philosophie de l’esprit, on ne considère généralement pas que le concept d’intentionnalité soit clairement compris. Cela nous donne déjà des raisons d’être sceptiques quant au potentiel heuristique de ce concept au sein de la métaphysique des pouvoirs. En outre, une considération évidente contre l’attribution d’intentionnalité physique aux pouvoirs, déjà souvent relevée dans la littérature, tient au fait que l’« intentionnalité » est essentiellement mentale, en tant qu’elle est représentationnelle. L’explication de la nature des pouvoirs physiques par le recours à l’intentionnalité semble donc une idée incongrue. Par exemple, il est évident que le pouvoir qu’a le sel de se dissoudre dans l’eau ne saurait impliquer que le sel a une « représentation » de l’eau. Mon objection supplémentaire au concept d’intentionnalité physique appliqué aux pouvoirs est la suivante : alors que les pouvoirs sont dynamiques, il n’y a rien de dynamique dans l’intentionnalité en tant que caractéristique des pensées telle que l’a originellement conçue Brentano (1874), comprise comme l’idée que les pensées ont une « direction [Richtung] envers un objet’ » – en tant qu’elles sont à propos d’un objet. Je souhaite distinguer la directionnalité [aboutness] d’états mentaux comme « Je crois que ton café est fort aujourd’hui », et « Je souhaite prendre un café avant d’aller au travail ». Le premier type de pensée n’incarne aucune motivation ou envie de café ; son « intentionnalité » envers le café ou sa « directionnalité » vis-à-vis du café est sans importance, même si on l’entend comme simple métaphore pour comprendre la nature des pouvoirs. En revanche, ceux qui souhaitent utiliser la directionnalité [aboutness] du second type de pensée afin d’expliquer la nature des pouvoirs tombent dans le piège de la circularité : avoir envie de café est l’exercice d’un pouvoir mental.

3.2. Relations de fixation d’identité

  • 14 Je n’affirme pas pour autant que ceux qui postulent une relation de fixation d’identité entre un po (...)
  • 15 Voir par exemple la manière dont l’explique Yates : « en plus d’avoir R essentiellement, avoir R pa (...)

17Il existe une famille de conceptions des pouvoirs qui postule qu’un pouvoir et son exercice / sa manifestation sont liés par une relation de fixation d’identité [identity-fixing relation]. Cette approche tente de lier plus étroitement les pouvoirs et leur exercice / manifestation en concevant de l’exercice / la manifestation d’un pouvoir comme l’essence du pouvoir en tant que tel14. De manière générale, c’est cela que soutiennent les essentialistes dispositionnels : un pouvoir (type) est essentiellement défini par son rôle causal, c’est-à-dire par son exercice15.

  • 16 Je démontre cela dans Marmodoro (2006).

18Il existe différentes versions de cette position. L’une d’entre elles, que Psillos (2006) présente (sans l’accepter), consiste à dire que chaque pouvoir est lié à une propriété supplémentaire, sa propriété-de-manifestation. Ainsi, un pouvoir P est lié à son exercice / sa manifestation M, qui est une propriété numériquement différente de P. M est l’essence de P, car P est défini comme un pouvoir de M, comme par exemple celui de casser. En outre, Psillos soutient que M doit être une propriété catégorique et non un pouvoir, afin d’éviter une régression de pouvoirs (voir par exemple Psillos, 2006). En un sens, la position de Psillos revient à dire que l’essence d’un pouvoir lui est extrinsèque, et qu’elle n’est pas puissante – seul le pouvoir est puissant. Pour mettre les choses en perspective, Psillos divise, sur le plan ontologique, la nature télique d’un pouvoir et son dynamisme. La nature télique d’un pouvoir est l’essence du pouvoir, qui est donnée dans l’exercice / la manifestation (propriété M) du pouvoir ; son dynamisme est présumé résider primitivement dans le pouvoir (P), et non dans son essence16.

19Une autre théorie qui fait dépendre l’identité d’un pouvoir de propriétés supplémentaires est proposée par Bird (2007a et 2007b, et ailleurs). Selon lui, un pouvoir P est une propriété relationnelle dont l’essence est fixée par les relations que P possède en rapport avec d’autres propriétés relationnelles. Plus précisément, l’essence d’un pouvoir est déterminée par la relation du pouvoir à sa manifestation / son exercice M et à son stimulus S. D’après cette explication, l’ontologie fondamentale du monde constitue une structure de pouvoirs intrinsèquement interconnectés. Bird illustre sa vision des choses à l’aide d’un graphique ; le graphique décrit le monde, dont l’ontologie est fondée sur des pouvoirs intrinsèquement interconnectés. Mais ce qui est nécessaire et qui manque dans l’approche de Bird (dans l’optique de résoudre le problème de la boîte noire) est une explication de la façon dont les pouvoirs fondamentaux expliquent ce pourquoi ils ont été postulés, à savoir comment le monde change d’un état à l’autre. Le graphique de Bird décrit les types de changements qui existent dans le monde, et non – selon moi – le monde tel qu’il est en cours de changement. Ici encore, aucune explication du comportement dynamique des pouvoirs n’est fournie.

20En somme, bien que les arguments de Psillos et de Bird se heurtent à certains problèmes spécifiques, qui ont déjà été relevés dans la littérature (voir respectivement Vetter 2009 et Marmodoro 2010, parmi d’autres), nous nous intéressons ici à un aspect particulier des pouvoirs causaux : leur dynamisme. Les relations de fixation d’identité ne fournissent pas d’explication de ce que nous recherchons, à savoir le dynamisme des pouvoirs.

3.3. Une relation de production ?

21De nombreux philosophes supposent implicitement que causer revient à produire, et que si les pouvoirs sont des causes, ce sont des causes productives. D’un certain point de vue, cette suggestion constitue un progrès, dans la mesure où cette approche s’intéresse plus que toute autre au dynamisme des pouvoirs : produire, c’est faire quelque chose. Toutefois, nous arrivons ici au cœur du problème : qu’est-ce qu’un pouvoir fait (pour devenir actif) afin de faire ce qu’il fait (i.e. entraîner un changement dans le monde) ? Comment ce processus de « faire » a-t-il lieu ?

  • 17 Voir Giannini (à paraître) et Roselli (2022).
  • 18 La même caractérisation de la causalité basée sur les pouvoirs et les mêmes présupposés sont égalem (...)

22J’ai défendu (avec d’autres) que des difficultés se présentent si l’on conçoit de la relation entre un pouvoir et son exercice / sa manifestation comme une relation de production. Une formulation claire et récente de cette explication en termes de production se trouve, par exemple, chez Backmann (2018), qui écrit qu’« une ontologie des pouvoirs […] est censée être intrinsèquement dynamique et productive » (2018, p. 1-2). Backmann a pour but de générer une reductio ad absurdum, basée sur l’argument que « la conception des pouvoirs [en tant que productifs] est au moins non directement compatible avec les ontologies temporelles les plus importantes, ce qui, si cela est correct, présenterait un argument sérieux contre cette conception des pouvoirs » (2018, p. 1). Son argument concernant l’incompatibilité présumée entre les pouvoirs et le temps (pour résumer son propos) a déjà été traité dans la littérature17. Ce qui a ici une incidence directe sur mon argument général est la manière dont Backmann conçoit la production : « La cause [de cette incompatibilité présumée des pouvoirs avec les principales ontologies du temps] est … l’activité, qui est si centrale dans l’approche néo-aristotélicienne » (2018, p. 2). Je conteste les présupposés de Backmann, selon lesquels, premièrement, l’activité des pouvoirs est la productivité, et, deuxièmement, le fait qu’un pouvoir soit dynamique revient à ce qu’il soit productif18.

23Backmann part du présupposé que tous les partisans d’une métaphysique des pouvoirs invoquent l’activité dans son sens productif, y compris moi-même :

Anna Marmodoro soutient que les pouvoirs peuvent être caractérisés comme « propension à l’action » [readiness for action] (Marmodoro 2010, p 29). Les pouvoirs n’ont pas forcément à être exprimés afin d’exister, mais ils dotent leur détenteur d’un potentiel d’agir. Le langage quasi agentiel n’est ici pas un hasard. (2018, p. 19, je souligne)

  • 19 Dans le cas de Mumford et Anjum, bien que leurs positions ne soient pas loin de l’explication domin (...)

24En effet, ce n’est pas un hasard. Ma position est toutefois différente de celle que m’attribue Backmann, en ce que, selon moi, l’activité des pouvoirs ne doit pas forcément être productive de quoi que ce soit. Aristote fut le premier à introduire la distinction entre agir et faire (praxis et poiein dans sa langue). Les pouvoirs sont, pour moi, essentiellement des acteurs, et non des faiseurs. D’après moi, l’élément clé de cette conception de l’activité d’un pouvoir qui s’exerce tient au fait qu’un pouvoir qui s’exerce / se manifeste est le même pouvoir que ce qu’il était lorsqu’il était inactif, à cette différence près qu’il se trouve dans une phase différente (active). Par exemple, lorsque j’exerce une pression sur un ballon de football, le pouvoir que j’exerce maintenant sur le ballon pour le compresser est celui-là même que je possédais auparavant en puissance. De même, lorsqu’on approche une charge magnétique d’une autre, c’est le même pouvoir en puissance de repousser une charge magnétique qui se trouve exercé par la première charge afin de repousser la seconde. L’exercice / la manifestation d’un pouvoir est un état différent d’un seul et même pouvoir, numériquement identique. Voilà la différence fondamentale entre ma théorie de l’exercice / la manifestation des pouvoirs et celle qui est dominante dans la littérature. Toutes les versions de cette dernière, y compris la théorie productive, ont en commun l’idée que l’exercice / la manifestation d’un pouvoir est un pouvoir numériquement différent de celui qui était en puissance (i.e. inactif)19.

  • 20 Comme je l’ai mentionné plus haut, l’exercice d’un pouvoir (l’aimant attirant le métal) est métaphy (...)

25Il me faut dire un mot de ce qui motive la position que j’adopte, concernant l’unicité d’un pouvoir et de son exercice / sa manifestation. Traiter l’exercice d’un pouvoir comme un pouvoir numériquement différent revient à confondre l’exercice d’un pouvoir (par exemple, une charge magnétique attirant le métal) avec le produit d’un pouvoir (par exemple, le métal se rapprochant de l’aimant). Lorsqu’un aimant attire un morceau de métal, il exerce sur le métal un pouvoir (la charge magnétique) que l’aimant possédait « en puissance » avant de l’exercer. Cela n’aurait pas de sens de soutenir qu’au moment où l’aimant attire le métal, il le fait avec un pouvoir autre que celui qu’il a de le faire. On postule un pouvoir pour expliquer le changement qu’il entraîne ; on ne peut dissocier un pouvoir du fait qu’il entraîne un changement par le postulat d’un autre pouvoir qui accomplirait précisément cette tâche. La rupture ontologique entre un pouvoir et son exercice / sa manifestation ne peut qu’être source d’embarras métaphysiques20.

4. Complexité intrinsèque et dépendance extrinsèque des pouvoirs

  • 21 J’adapte ici l’expression de Martin & Heil (1998).
  • 22 Je défends cette interprétation de la position d’Aristote dans Marmodoro (2006) et développe une ve (...)
  • 23 Par exemple, 4 est dépendant de 3 en tant que successeur de 3, mais ils ne sont pas dynamiques.

26Lorsqu’une charge en attire une autre, celle-ci est attirée par celle-là. Je viens ici de décrire deux phénomènes différents (au sein d’un lien de causalité plus complexe) : l’exercice d’un pouvoir, et l’interaction entre deux pouvoirs. Le premier phénomène dévoile la complexité intrinsèque dans la nature d’un pouvoir, à savoir sa capacité à s’exercer / se manifester, par exemple de la potentialité d’attirer à l’attraction effective. Le second phénomène dévoile la dépendance extrinsèque d’un pouvoir vis-à-vis de son « pouvoir partenaire »21 dans l’environnement, par exemple le fait que la charge est en train d’attirer un pouvoir qui est en train d’être attiré par elle. La complexité intrinsèque d’un pouvoir et sa dépendance vis-à-vis de son pouvoir partenaire sont elles-mêmes interdépendantes ; et ce non pas de manière relationnelle, à travers une relation entre un pouvoir et son pouvoir partenaire, mais de manière ontologiquement sui generis. Leur interdépendance nous est dévoilée comme deux éléments d’une même activité – le changement, lorsqu’un pouvoir interagit avec son partenaire, par exemple l’activité unique d’attirer-et-d’être-attiré. Aristote décrit cette interaction à double face comme une activité à deux êtres – par exemple, attirer-et-être-attiré22. Cependant, même ici, alors que nous en arrivons à comprendre la complexité métaphysique de l’exercice / la manifestation comme une activité physique, nous n’expliquons pas de ce fait le dynamisme de la transition de la potentialité à l’activité. La dépendance ne revient pas au dynamisme23. La dépendance est une condition ontologique ; le dynamisme est l’activité.

5. Bilan

27Nous avons entrepris d’enquêter sur le point crucial de la métaphysique des pouvoirs, à savoir leur dynamisme – la façon dont il convient d’expliquer le « fonctionnement interne » d’un pouvoir qui le rend capable d’entraîner une activité. J’ai montré que les explications téléologiques existantes décrivent tout sauf le dynamisme d’un pouvoir – elles décrivent le comportement qu’un pouvoir présente lorsqu’il est activé, et non ce qui explique qu’il devienne activé. J’ai en outre soutenu que parmi les explications qui tentent d’expliquer la complexité interne d’un pouvoir, celles qui postulent une relation de fixation d’identité entre un pouvoir et son exercice / sa manifestation ne parviennent pas à saisir la nature dynamique du pouvoir. Les explications productives se concentrent certes sur le comportement des pouvoirs, mais uniquement sur sa cible, et non sur son « mécanisme » ; elles se heurtent par ailleurs à d’autres difficultés (déjà relevées dans la littérature). Ma propre théorie, dont l’élément clé est l’unicité numérique entre le pouvoir inactif et son exercice, échappe d’une part aux difficultés précédemment mentionnées que rencontrent les autres types de théories. Mais d’autre part, elle découvre et révèle une impasse ontologique concernant la nature dynamique des pouvoirs, que je formule dans ce qui suit.

6. Tu quoque, mais pour une raison précise

28Dans des travaux antérieurs, j’ai décrit la nature dynamique des pouvoirs en assimilant leur orientation à une « propension à l’action ». On peut toutefois se demander : à quoi tient le fait qu’un pouvoir soit « enclin à l’action » ? La « propension à l’action » n’est manifestement qu’une simple métaphore. Or ce qui n’est peut-être pas évident est la raison pour laquelle j’ai eu recours à une métaphore. J’y ai fait appel car je n’ai rien trouvé de plus ontologiquement primitif que les pouvoirs, qui puisse être utilisé pour expliquer leur nature dynamique. Les pouvoirs sont au fondement de la réalité, ils sont ses véritables éléments constitutifs. Par conséquent, leur nature dynamique est (sur le plan ontologique) un fait donné de manière primitive.

29J’estime que le programme de recherche intense et toujours en développement de la métaphysique des pouvoirs qui s’est développé au cours des dernières décennies est en train de nous révéler que le comportement dynamique des pouvoirs, qui entraînent tout changement dans la réalité, est pour nous une boîte noire épistémologique. Nous ne pouvons faire appel à des concepts plus fondamentaux afin d’expliquer la nature d’un pouvoir, puisque les pouvoirs sont les éléments les plus fondamentaux de la réalité. Il faudra donc que notre enquête se focalise sur ce que la boîte noire est capable de faire, plutôt que sur ce en quoi elle consiste et la manière dont elle est constituée. Cette approche ne nous dira pas ce qu’est le pouvoir, mais nous indiquera plutôt la boîte noire et nous dira que celle-ci doit être de nature à être capable de produire « ceci » et « cela », même si elle ne nous sera jamais manifeste.

  • 24 En ce sens, selon mon explication, un pouvoir est constamment prêt à passer à l’action s’il en a la (...)

30Le fait de reconnaître que les pouvoirs sont une boîte noire nous aide à comprendre l’histoire des définitions de la nature des pouvoirs, et ce depuis Aristote. Les pouvoirs ont toujours été définis de manière téléologique, en termes de leurs manifestations : un pouvoir 𝜑 vise à 𝜑-er, et 𝜑-ie lorsque les conditions appropriées se présentent. Ceci nous dit ce que le pouvoir peut faire, plutôt que ce qu’il est ; mais nous en voyons à présent la raison. La définition d’un pouvoir est un outil épistémologique qui nous dit que la nature du pouvoir, quoi qu’elle soit (i.e. une boîte noire), lui permet de faire « ceci » et « cela ». Je dis qu’un pouvoir est en « propension à l’action » afin d’indiquer la chose suivante : la nature d’un pouvoir est tout ce qui est requis pour que celui-ci passe à l’exercice / la manifestation, quand les conditions externes appropriées se présentent.24

Conclusion

31Nous sommes partis à la recherche d’un mécanisme de potentialité, afin d’expliquer comment les pouvoirs sont capables d’initier des changements dans le monde de manière dynamique, et nous avons trouvé une boîte noire. C’était là en un sens un résultat prévisible : la notion même de mécanisme renvoie à des arrangements de pouvoirs et il serait donc circulaire de faire appel à cette notion pour expliquer les pouvoirs. Les pouvoirs sont le fondement de la réalité.

32La thèse que j’ai défendue ici est donc la suivante : même si les pouvoirs sont nécessaires à l’explication des changements causaux dans la nature, il ne s’ensuit pas qu’on doive pouvoir fournir un mécanisme ontologiquement réductif pour expliquer comment les pouvoirs peuvent remplir cette fonction. La nature d’un pouvoir, inactif ou s’exerçant / se manifestant, est une boîte noire que nous nous efforçons de comprendre à l’aide de métaphores. Les pouvoirs sont dynamiques, mais nous ne pouvons pas expliquer en quoi ils le sont. De ce fait, mon point principal réside dans l’argument que ces métaphores ne sont pas des progrès en ce qui concerne la nature des pouvoirs. Elles sont en fait des outils épistémologiques qui nous aident à cerner non pas ce qui se trouve dans la boîte noire, mais plutôt la façon dont cette boîte noire se comporte, en particulier pour chaque type de pouvoir causal qui délimite son rôle téléologique tel qu’il est préconisé dans l’ontologie. Si nous n’avons pas d’accès épistémique à la boîte noire, nous pouvons toutefois opérer des progrès épistémiques en ce qui concerne notre compréhension du comportement de la boîte noire.

  • 25 J’introduis ici en passant un enjeu supplémentaire, que je ne peux cependant développer pleinement (...)

33J’ai identifié un élément irréductible dans la nature des pouvoirs, à savoir leur dynamisme – ce qui fait que les pouvoirs sont dynamiques. J’ai en outre expliqué pourquoi cet élément est irréductible, et donc non définissable25. Toutefois, ce qui peut être – et a été – identifié dans les sciences est la manière dont les pouvoirs se comportent. J’ai souligné que cela ne nous dit pas ce qu’est un pouvoir, mais nous permet tout de même de classer les pouvoirs de manière téléologique, en termes de leurs manifestations. Autrement dit, le fait de spécifier la manifestation d’un pouvoir ne nous dit pas ce qui se trouve dans la boîte noire, mais seulement comment le pouvoir se comporte. Ces conclusions expriment mon Humilité métaphysique et mon Engagement épistémique.

34Nous devons ainsi reconnaître que la soi-disant « orientation » d’un pouvoir n’est qu’une simple description téléologique de ce que fait un pouvoir, et non de sa nature. J’ai montré qu’il s’agit du mieux qu’on puisse faire, sur le plan épistémologique, dans la compréhension et la description des pouvoirs de la nature. C’est en ce sens que les pouvoirs sont orientés vers l’avenir et sont des propriétés téliques : ils sont appréhendés par nous-mêmes et par la science en tant qu’acteurs, acteurs les plus primitifs, et ce qu’ils font est énoncé dans la définition même de leur type. À cet égard, la nature d’un pouvoir est prédictive du type d’états futurs possibles du monde.

Une version de cet article a été présentée lors du colloque « Connaissance philosophique et connaissance des essences », organisé les 7 et 8 octobre 2021 par la Chaire Métaphysique et philosophie de la connaissance du professeur Claudine Tiercelin. J’ai préparé ce travail lors d’un séjour de recherche à Paris, dans le cadre du programme « Directeurs d'Études Associés » de la fondation Maison des sciences de l’homme.

Bibliographie

Armstrong D. (2004). Truth and Truthmakers. Cambridge: Cambridge University Press.

Austin C. J. (2019) Essence in the Age of Evolution. New York: Routledge.

Austin C. J. & Marmodoro A. (2017). Structural Powers and the Homeodynamic Unity of Organisms. In R. Koons, N., N. J. Teh & W. Simpson (éds.) Neo-Aristotelian Perspectives on Modern Science (pp. 169-183), Routledge.

Backmann M. (2019). No Time for Powers. Inquiry, 62 (9-10), 979-1007.

Bauer W. A. (2016). Physical Intentionality, Extrinsicness, and the Direction of Causation. Acta Analytica, 31 (4), 397-417.

Bird A. (2007a). The Regress of Pure Powers? The Philosophical Quarterly, 57 (229), 513-534.

Bird A (2007b). Nature’s Metaphysics: Laws and Properties. Oxford: Clarendon Press.

Borghini A. (2009). Dispositions and Their Intentions. In G. Damschen, R. Schnepf & K. R. Stüber (éds.), Debating Dispositions: Issues in Metaphysics, Epistemology and Philosophy of Mind (pp. 204-219), De Gruyter.

Esfeld M. (2020). Science and Human Freedom. London: Palgrave-Macmillan.

Esfeld M. & Deckert D.-A. (2017). A Minimalist Ontology of the Natural World. New York: Routledge.

Giannini G. (à paraître). Powers, Processes, and Time. Erkenntnis.

Groff R. (2016). Causal Mechanisms and the Philosophy of Causation. Journal for the Theory of Social Behaviour, 47 (3), 286-305.

Kroll N. (2017). Teleological Dispositions. Oxford Studies in Metaphysics, 10, 1-37.

Koons R. C. (2017). The Ontological and Epistemological Superiority of Hylomorphism. Synthese, 1-19.

Koons R. C. & Pruss A. (2017). Must Functionalists be Aristotelians. In J. D. Jacobs (éd.), Causal Powers (pp. 194-204), Oxford University Press.

Hausman D. M. (1998). Causal Asymmetries. Cambridge: Cambridge University Press.

Heil J. (2003). From an Ontological Point of View. Oxford: Clarendon Press.

Lowe E. J. (2006). The Four-Category Ontology: A Metaphysical Foundation for Natural Science. Oxford: Oxford University Press.

Mackie J. L. (1974). The Cement of the Universe. Oxford: Oxford University Press.

Marmodoro A. (2007). The Union of Cause and Effect in Aristotle: Physics III 3. Oxford Studies in Ancient Philosophy, 32, 205-232.

Marmodoro A. (2010). Do Powers Need Powers to Make Them Powerful? From Pandispositionalism to Aristotle. In A. Marmodoro (éd.), The Metaphysics of Powers: Their Grounding and Their Manifestations (pp. 337-352), Routledge.

Marmodoro A. (2020). Powers, Activity and Interaction. In A.-S. Meincke (éd.), Dispositionalism: Perspectives from Metaphysics and the Philosophy of Science (pp. 55-66), Springer.

Martin C. B. (2008). The Mind in Nature. Oxford: Clarendon Press.

Martin C. B. & Pfeifer K. (1986). Intentionality and the non-psychological. Philosophy and Phenomenological Research, 46 (4), 531-554.

Martin C. B. & Heil J. (1998). Rules and Powers. Philosophical Perspectives, 12, 283-312.

McKitrick J. (2018). Dispositional Pluralism. Oxford: Oxford University Press.

Molnar G. (2003). Powers: A Study in Metaphysics. Oxford: Oxford University Press.

Mumford S. (1999). Intentionality and the Physical: A New Theory of Disposition Ascription. The Philosophical Quarterly, 49 (195), 215-225.

Mumford S. (2018). Dispositionalism: a Dynamic Theory of Causation. In D. J. Nicholson & J. Dupré (éds.). Everything Flows: Towards a Processual Philosophy of Biology (pp. 357-378), Oxford University Press.

Mumford S. & Anjum R.L. (2011). Getting Causes from Powers. Oxford: Oxford University Press.

Oderberg D. S. (2017). Finality Revived: Powers and Intentionality. Synthese, 194 (7), 2387-2425.

Place U. T. (1996). Intentionality as the Mark of the Dispositional. Dialectica, 50 (2), 91-120.

Place U. T. (1999). Intentionality and the Physical: A Reply to Mumford. The Philosophical Quarterly 49 (195), 225-231.

Psillos S. (2006). What Do Powers Do When They Are Not Manifested? Philosophy and Phenomenological Research, 72 (1), 137-156.

Roselli A. (2022). Dispositional Essentialism in the Eternalist Block. In C. J. Austin, A. Marmodoro & A. Roselli (éds), Powers, Time and Free Will (pp. 51-68), Springer.

Simpson W. (2020). What’s the Matter? Towards a Now-Aristotelian Ontology of Nature. Thèse de doctorat, Université de Cambridge. https://www.repository.cam.ac.uk/handle/1810/304747

Simpson W. (2020). Cosmic Hylomorphism: a Powerist Ontology of Quantum Mechanics. European Journal for the Philosophy of Science, 11 (28).

Tugby M. (2013). Platonic Dispositionalism. Mind, 122 (486), 451-480.

Vetter B. (2009). Book Review: Alexander Bird: Nature’s Metaphysics: Laws and Properties. History of Philosophy & Logical Analysis, 12 (1), 320-328.

Vetter B. (2020). Explanatory Dispositionalism. What Anti-Humeans Should Say. Synthese. https://doi.org/10.1007/s11229-020-02872-0).

Yates D. (2012) The Essence of Dispositional Essentialism. Philosophy and Phenomenological Research, 87 (1), 193-128.

Notes

1 David Hume avança ainsi le célèbre argument selon lequel ce qu’« il y a », dans les événements causaux du monde, n’est rien d’autre que ce que l’on peut observer, c’est-à-dire la régularité : « La seule chose en quoi consiste la causalité dans les objets eux-mêmes [i.e. le monde empirique] (qui est connaissable par des sujets connaissants, tels que les êtres humains) est la régularité, la contiguïté et la priorité temporelle de la cause à l’effet. La causalité ne tient qu’à cela […] » (Hausman au sujet de Hume, 1998, p. 39).

2 Je n’établis pas ici de distinction entre les pouvoirs, les dispositions, les capacités, etc., car j’ai pour but de développer un argument qui puisse s’appliquer de manière générale aux propriétés dynamiques.

3 Les pouvoirs en tant que propriétés caractérisent des objets, que ceux-ci résultent de la composition de pouvoirs ou qu’ils soient ontologiquement antérieurs aux pouvoirs. (J’adhère à la première de ces deux positions).

4 Dans le cadre de la présente étude, que ce soit le pouvoir ou bien ce qui le possède qui entraîne des changements n’a aucune incidence sur mon argument.

5 Les circonstances externes ne font que « rendre possible » l’exercice de pouvoirs, mais ne peuvent rendre des pouvoirs actifs. Ce point a souvent été relevé dans la littérature dans le cadre de ce qui est parfois appelé l’objection de la « passivité » [the ‘passivism’ objection] : si les pouvoirs étaient rendus actifs par les circonstances dans lesquelles ils se trouvaient, ils seraient eux-mêmes des entités essentiellement passives. Ainsi, Groff écrit par exemple : un pouvoir « a le moyen [wherewithal] inhérent, littéralement dynamique, de M [sa manifestation] » (2013, p. 22, italiques dans le texte d’origine).

6 Entendons-nous bien : cela revient bien à produire une explication, mais à un certain coût. Esfeld (2017 et 2020) et moi partageons le constat que le fait de postuler des pouvoirs pour expliquer les changements est problématique, dans la mesure où cela suppose un recours à des primitifs, dont le fonctionnement est aussi mystérieux que la virtus dormitiva de l’opium de Molière. Cependant, alors que Esfeld soutient que le fait d’admettre des pouvoirs comme primitifs ontologiques « n’entraîne pas de gain en matière d’explication », je défends pour ma part que cela accomplit bien un certain travail explicatif.

Esfeld écrit : « [une théorie] n’explique pas pourquoi il y a un mouvement attractif dans l’univers par l’attribution d’une masse à des corps, car la masse est définie en termes de son rôle tenant à susciter l’attraction entre des corps […] : comme le pouvoir dormitif de l’opium [de Molière], [les pouvoirs physiques tels que la masse] sont définis en termes des effets qu’ils engendrent sous certaines conditions. C’est pourquoi ils ne peuvent pas expliquer ces effets. Et c’est pourquoi le fait d’admettre des pouvoirs ou des dispositions comme primitifs ontologiques n’entraîne pas de gain en matière d’explication. Ils ne peuvent pas du tout expliquer pourquoi le mouvement existe, puisqu’il s’agit de pouvoirs relatifs à un mouvement spécifique. Ils ne peuvent même pas expliquer ce mouvement spécifique non plus, car ils sont définis en termes d’un rôle causal ou fonctionnel qu'est précisément ce mouvement spécifique » (2020, p. 78, je souligne).

Je répondrai à cela qu’une théorie ontologique doit expliquer deux choses : d’abord, qu’il y a un phénomène dans le monde ; et deuxièmement, pourquoi / comment ce phénomène a lieu. J’affirme que postuler des pouvoirs explique que des changements ont lieu dans le monde, même si cela n’éclaire pas pourquoi / comment ils ont lieu, ce qui est le dynamisme primitif de l’ontologie. Ma seconde affirmation (que je ne fais qu’énoncer ici car elle ne peut pas être défendue dans le cadre de cet article) est qu’il n’y a aucune alternative qui remplisse cet objectif explicatif, qu’il s’agisse de la métaphysique ou de la physique. L’explication métaphysique et scientifique est fondée sur des axiomes, qui sont des primitifs expliquant que certains phénomènes ont lieu. Le fait d’expliquer aussi le pourquoi / comment aurait pour effet de « défaire » le statut axiomatique de la primitivité, faisant des axiomes des théorèmes. Par contre, si une théorie ne postule aucun axiome, mais est fondée sur la cohérence mutuelle des affirmations de la théorie, elle n’aura alors aucun élément primitif dans l’ontologie non plus. Mais dans ce cas, la « cohérence » sera primitive ; elle n’expliquera rien, mais sera en fait un prérequis de toute explication ; et un nouveau problème se présentera alors, celui de la « boîte noire de la cohérence ».

7 Le Principe éléatique remonte à Platon : « Je propose que tout ce qui possède le moindre pouvoir, soit de produire un changement dans toute chose de quelconque nature ou d’être affecté même au moindre degré par la cause la plus infime, même si cela n’a lieu qu’en une seule occasion, a une existence réelle. Car j’établis comme définition qui définit l’étant qu’il n’est rien d’autre que le pouvoir » (Sophiste 247d-e). L’une des formulations modernes de ce principe est celle d’Armstrong : « tout ce que l’on postule comme existant doit en quelque sorte contribuer à l’ordre causal/nomique du monde » (2004, p. 37).

8 Nombreux sont ceux qui s’attardent sur ce point, y compris dans les publications les plus récentes ; voir Vetter (2020). Dans le cadre de la présente étude, je pars du présupposé que la science et la métaphysique nous donnent des raisons de postuler une pluralité de pouvoirs tels ceux que je prends pour exemples dans ce chapitre ; ceci est dans l’intérêt du lecteur, afin de relier mes arguments aux débats auxquels je fais référence. Je suis toutefois ouverte à la possibilité qu’il puisse potentiellement y avoir un pouvoir holistique global qui explique tout changement dans le monde. Cette hypothèse de recherche est actuellement menée par Simpson (2020), et est envisagée notamment par Esfeld (2020).

9 Par exemple, on présuppose de manière primitive que les particules virtuelles se comportent de manière dynamique.

10 Un troisième sens de « telos cyclique » (s’appliquant cependant uniquement aux entités biologiques) est celui dont le point final est le maintien cyclique de la morphologie de l’organisme – par exemple, l’essence d’un être humain est de produire telles ou telles cellules, de se doter d’une structure osseuse particulière, etc., et de maintenir ces choses de manière productive (par un procédé de remplacement continu). Pour la pertinence de cette conception dans le contexte de la métaphysique des pouvoirs, voir par exemple Austin & Marmodoro (2017).

11 Voir également dans la littérature récente Austin (2019, p. 41), Koons (2017, p. 15-16), Koons Pruss (2017), Oderberg (2017), entre autres.

12 Molnar utilise l’expression « intentionnalité physique » (2003, p. 60-81) ; Heil celle d’« intentionnalité naturelle » (2003 , p. 221) ; Martin (2008, p. 178), Place (1999, passim) et Borghini (2009, passim) celle d’« intentionnalité ».

13 Mumford va jusqu’à prendre cette approche au pied de la lettre plutôt qu’en tant que métaphore. Il écrit que ceux qui conçoivent des pouvoirs comme ayant une intentionnalité physique souscrivent de ce fait à l’animisme ou au panpsychisme (1999, p. 220-221).

14 Je n’affirme pas pour autant que ceux qui postulent une relation de fixation d’identité entre un pouvoir et son exercice / sa manifestation le font expressément dans le but d’expliquer le dynamisme des pouvoirs. Je tiens plutôt à souligner que si l’on recherche une telle explication, cette approche peut-être conçue comme atteignant nettement mieux son objectif que d’autres.

15 Voir par exemple la manière dont l’explique Yates : « en plus d’avoir R essentiellement, avoir R par opposition à un autre rôle causal est ce qui fait que la charge est la propriété qu’elle est, plutôt qu’une autre propriété … En d’autres termes, R individualise la charge » (2012, p. 1).

16 Je démontre cela dans Marmodoro (2006).

17 Voir Giannini (à paraître) et Roselli (2022).

18 La même caractérisation de la causalité basée sur les pouvoirs et les mêmes présupposés sont également présents par exemple dans Groff (2016) : « Les causes, de ce point de vue, produisent littéralement les effets qu’ils causent […] Je ferai référence à la conception dynamique de la causalité comme une approche ‘basée sur les pouvoirs’ [‘powers-based’ approach], et au sens de la causalité qu’elle appuie comme causalité ‘productive’ […] Dans l’histoire de la philosophie occidentale, Aristote est le théoricien paradigmatique des pouvoirs, de sorte que les explications de ce type sont largement considérées néo-aristotéliciennes (2016, p. 287).

19 Dans le cas de Mumford et Anjum, bien que leurs positions ne soient pas loin de l’explication dominante, il est difficile d’établir quelle est leur position exacte – à supposer qu’il y ait une seule position cohérente à travers leurs multiples publications. Ils soutiennent que i) la manifestation / l’exercice d’un pouvoir P1 est la production d’un nouveau pouvoir, P2 (voir par exemple 2011, p. 8) ; ii) la manifestation / l’exercice d’un pouvoir P1 est son remplacement par un nouveau pouvoir, P2 (voir par exemple 2011, p. 5) ; et iii) la manifestation / l’exercice d’un pouvoir P1 est aussi bien le point final de l’auto-transformation de P1 qu’un nouveau pouvoir P2 (voir 2018a, p. 69). J’appelle cette dernière position leur explication « hybride ». Toutefois, cette explication est difficile à comprendre. Ils l’expliquent comme suit :

« Ceci [que j’appelle l’explication ‘hybride’] nous permet de répondre à la réserve de Marmodoro (2013, p. 550), qui a été soulevée contre notre explication des pouvoirs. Elle dit que nous considérons la manifestation d’un pouvoir comme un autre pouvoir, alors qu’elle pense que la manifestation est un autre stade du même, premier pouvoir. Mais dans une perspective processuelle, les deux sont admissibles. Étant donné que la manifestation d’un pouvoir produit un changement continu en termes de propriétés et que les propriétés sont considérées puissantes, les propriétés produites par des causes sont aussi bien le point final du pouvoir initial qu’un nouveau pouvoir, prêt à former un nouveau partenariat réciproque si les circonstances le permettent » (2018a, p. 69).

Comme je le l’ai défendu plus haut, l’exercice d’un pouvoir n’est pas la même entité que le produit du pouvoir, contrairement à ce que Mumford et Anjum estiment dans le cadre de leur explication « hybride ». L’identification des deux entités va d’ailleurs à l’encontre de la différence entre un pouvoir s’altérant d’un stade à l’autre, et un pouvoir se transformant en un pouvoir différent.

20 Comme je l’ai mentionné plus haut, l’exercice d’un pouvoir (l’aimant attirant le métal) est métaphysiquement différent du résultat qui débouche de cet exercice (le changement de position du métal).

21 J’adapte ici l’expression de Martin & Heil (1998).

22 Je défends cette interprétation de la position d’Aristote dans Marmodoro (2006) et développe une version de cette position comme ma propre théorie dans Marmodoro (2020).

23 Par exemple, 4 est dépendant de 3 en tant que successeur de 3, mais ils ne sont pas dynamiques.

24 En ce sens, selon mon explication, un pouvoir est constamment prêt à passer à l’action s’il en a la possibilité. J’entends par là que l’exercice / la manifestation d’un pouvoir est bloqué par l’environnement, à moins que les conditions appropriées soient remplies, auquel cas on observe sa manifestation.

25 J’introduis ici en passant un enjeu supplémentaire, que je ne peux cependant développer pleinement car il nous éloignerait trop du propos principal de cet article. Il s’agit de la relation entre les pouvoirs et le temps. Le postulat que les pouvoirs ont une structure temporelle explique-t-il leur dynamisme ? La réponse est « Oui et non ». Il existe deux conceptions du temps. Selon la conception aristotélicienne du temps, la série A (comme on l’appelle), le temps se déplace dynamiquement d’un « maintenant » à des « maintenants » ultérieurs. Selon la conception de la série B, le temps est en revanche comme l’espace ; les distances dans l’espace ne sont pas dynamiques, et la distance n’est pas dans le temps ; tout est donné, dans le passé, le présent et le futur, et les événements présentent des distances spatiotemporelles entre eux. Mais selon cette conception, rien n’« a lieu ». Ainsi, d’après la première conception du temps, le passage du temps est dynamique ; d’après la seconde, le temps est non dynamique. D’après la première conception, la structure temporelle des pouvoirs explique également leur dynamisme ; or, si cela est le cas, le problème de la boîte noire est reporté à la nature du temps. Selon la seconde conception du temps, le dynamisme des pouvoirs doit être expliqué différemment que leur structure temporelle. Si nous considérons que la métaphysique et la physique nous donnent des raisons de favoriser la conception du temps de la série B, comme je l’estime moi-même, ce qui explique le dynamisme des pouvoirs ne saurait être leur structure temporelle.

Auteur

Université de Durham / Université d’Oxford

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search