Version classiqueVersion mobile

Connaissance philosophique et connaissance des essences

 | 
Claudine Tiercelin
, 
Alexandre Declos

L’approche non-modale de l’essence

Vincent Grandjean

Texte intégral

Introduction

1Les métaphysiciens ont longtemps conçu l’essence comme une notion modale : ils traitaient les vérités essentielles comme des vérités modales d’un certain type, nécessaires et de re, et les propriétés essentielles comme des caractéristiques qu’une entité possède nécessairement, si cette entité existe. Cependant, cette approche a été critiquée dans une série de travaux entrepris par Kit Fine dès les années 1990 (1994, 1995a, 1995b, 1995c). Fine montre que l’approche modale classe, parmi les propriétés essentielles d’une entité spécifique, des propriétés qui ne relèvent intuitivement pas de son essence. Il propose alors une approche alternative, non-modale, qui renverse l’ordre explicatif : l’essence n’est plus expliquée en termes modaux mais, au contraire, les modalités sont expliquées en termes d’essence. Dans cet article, je discute les objections que Fine adresse à l’approche modale de l’essence (et les façons potentielles d’y répondre), ainsi que de la position de Fine elle-même et l’une de ses principales conséquences sur la métaphysique contemporaine.

1. Essence et modalités

2Dans l’histoire de la philosophie, et de la métaphysique en particulier, le concept d’essence joue un rôle primordial. La raison principale est que ce concept permet aux métaphysiciens de s’interroger sur l’identité des choses, c’est-à-dire sur ce que sont les choses. Par exemple, lorsqu’un métaphysicien se demande « qu’est-ce qu’une montagne ? » (cf. Massin 2014), il ne s’intéresse pas à n’importe quelle propriété – ça lui est égal de savoir si toutes les montagnes éveillent, par exemple, un irrésistible désir d’escalade, même si c’est le cas. Ce qui intéresse le métaphysicien, ce sont les propriétés d’un type particulier, en l’occurrence celles qui le renseignent sur la nature de la chose étudiée – dans cet exemple, les propriétés qui font qu’une montagne est une montagne. Une façon de caractériser les propriétés qui intéressent en priorité le métaphysicien consiste donc à dire que ce sont celles qui sont essentielles à son porteur. À cet égard, un métaphysicien est communément appelé « essentialiste » s’il estime que certaines choses (par exemple, les montagnes) ont une nature, une essence, ou au moins qu’elles possèdent certaines caractéristiques essentielles, indépendamment de la façon dont ces choses sont décrites ou conceptualisées.

  • 1 Cela n’est d’ailleurs pas trivial. Au XXe siècle, de nombreux philosophes, tels que Rudolf Carnap ( (...)
  • 2 Le concept d’essence ne joue cependant pas un rôle prépondérant dans la métaphysique de David Lewis

3Après avoir réaffirmé le rôle primordial que joue le concept d’essence en métaphysique1, il n’est pas inintéressant de faire un pas de côté et de se demander, de façon métaphilosophique (ou méta-métaphysique, comme on le dit parfois), en quoi consiste l’essence elle-même. Dans l’histoire récente de la philosophie analytique, il était commun de concevoir l’essence comme une notion modale. L’idée consistait à analyser l’essence en termes de nécessité métaphysique : est essentiel à une entité spécifique ce qui appartient nécessairement (au sens métaphysique du terme) à cette entité. Sémantiquement, cette idée est souvent exprimée à l’aide des mondes possibles : on dira, par exemple, que l’énoncé « Socrate est essentiellement humain » est justifié par le fait que Socrate est humain dans tous les mondes possibles dans lesquels Socrate existe. Notons que si la conception modale de l’essence était dominante jusqu’au début des années 1990, sous l’influence notamment des travaux de Ruth Barcan-Marcus (1961), Saul Kripke (1980) et Hilary Putnam (1970, 1973), elle n’était pas pour autant incontestée. David Wiggins (1976), par exemple, s’est opposé à la formulation d’énoncés essentialistes en termes d’opérateur de nécessité. Joseph Almog (1991) rejetait explicitement l’identification des notions d’essence et de nécessité. Quant à David Lewis (1986), il suggérait de recourir à la théorie des contreparties pour exprimer une notion d’essence plus flexible et dépendante du contexte2 (cf. Michels à paraître).

4Dans son article séminal, Kit Fine (1994) propose deux façons de caractériser précisément l’approche modale de l’essence : l’une non-conditionnelle (ou catégorique), l’autre conditionnelle. Tout d’abord, la façon non-conditionnelle d’analyser l’essence en termes de nécessité métaphysique dit que « x (un objet) est essentiellement F (une propriété) ssi nécessairement, x est F ». Quant à la façon conditionnelle d’analyser l’essence en termes modaux, elle dit que « x est essentiellement F ssi nécessairement, x est F si x existe ». La principale différence entre ces deux caractérisations apparaît lorsqu’on considère une propriété, telle qu’être humain, qu’un objet, tel que Socrate, possède essentiellement. Selon l’approche non-conditionnelle, la propriété être humain implique l’existence de son porteur, c’est-à-dire implique l’existence de Socrate ; Socrate ne peut pas être humain sans exister. Le problème potentiel que pose cette implication est que si Socrate est essentiellement humain, alors il s’ensuit que Socrate existe nécessairement, ce qui est contre-intuitif. Il nous semble en effet que Socrate est un être contingent ; Socrate aurait pu ne pas exister. C’est la raison pour laquelle certains philosophes ont privilégié une caractérisation conditionnelle de l’approche modale de l’essence, qui n’implique pas l’existence.

5Cette différence n’a cependant pas beaucoup d’importance pour Fine, puisque selon lui l’approche modale de l’essence échoue, peu importe que celle-ci soit caractérisée de façon non-conditionnelle ou conditionnelle. Fine se montre même plus radical que cela, dans la mesure où il ne se contente pas de dire que ces deux caractérisations échouent, il affirme également qu’aucune caractérisation de l’approche modale ne peut réussir à capturer le concept d’essence, car c’est en réalité l’essence qui permet d’expliquer la modalité et non pas l’inverse. Fine opère donc un véritable renversement dans la façon traditionnelle d’articuler les notions d’essence et de modalité. Et même si Fine n’est pas le premier à critiquer la conception modale de l’essence (comme cela a été concédé ci-dessus), il ne fait aucun doute que son article a eu influence sans précédent sur la façon dont les métaphysiciens pensent la relation entre ces deux notions. Avant de nous intéresser au renversement opéré par Fine, je propose d’examiner les objections qu’il adresse aux approches modales (non-conditionnelle et conditionnelle) de l’essence.

2. Cinq contre-exemples à l’approche modale de l’essence

6De façon synthétique, Fine (1994) estime que l’approche modale de l’essence est défectueuse, car elle classe parmi les propriétés essentielles d’une entité spécifique des propriétés qui ne relèvent intuitivement pas de l’essence de cette entité. Pour le prouver, Fine présente cinq propriétés qui appartiennent nécessairement à Socrate (si Socrate existe), mais dont il serait contre-intuitif d’affirmer qu’elles sont essentielles à Socrate. Ces cinq propriétés fonctionnent donc comme autant de contre-exemples à l’approche modale de l’essence, puisque celles-ci sont possédées nécessairement par Socrate (si Socrate existe), mais n’ont intuitivement rien à voir avec l’essence de Socrate. Précisons que si ces cinq propriétés apparaissent dans l’article séminal de Fine, qui continue d’exercer une influence considérable aujourd’hui, les aspects les plus importants de sa théorie de l’essence (par exemple, sa logique de l’essence et sa théorie essentialiste de la dépendance ontologique) sont introduits dans des articles ultérieurs, en particulier dans Fine (1995a, 1995b et 1995c). Voici les cinq propriétés en question (cf. Koslicki à paraître ; Correia à paraître) :

  1. La propriété d’exister (si tant est qu’une telle propriété existe – les kantiens le nient) ;

  2. La propriété d’être tel qu’il y a une infinité de nombres premiers – on peut d’ailleurs remplacer « il y a une infinité de nombres premiers » par n’importe quelle vérité nécessaire, par exemple « 2+2=4 » ;

  3. La propriété d’être tel que la Tour Eiffel est essentiellement une tour – on peut d’ailleurs remplacer « la Tour Eiffel est essentiellement une tour » par n’importe quelle vérité essentielle, pour autant que celle-ci soit déconnectée la nature de Socrate ;

  4. La propriété d’être distinct de la Tour Eiffel – ou la propriété d’être distinct de n’importe quelle entité qui est déconnectée de la nature de Socrate ;

  5. La propriété d’être membre du singleton Socrate (où un « singleton » désigne un ensemble qui comprend exactement un élément, en l’occurrence Socrate).

7Ces cinq propriétés appartiennent toutes nécessairement à Socrate, si Socrate existe. Pourtant, Fine affirme qu’intuitivement, jamais nous n’admettrions que ces propriétés font partie de l’essence de Socrate. Après tout, ces propriétés n’ont rien à voir avec l’identité de Socrate ; elles ne nous renseignent absolument pas sur la nature de Socrate, c’est-à-dire sur ce que c’est que d’être Socrate. Cette affirmation sera néanmoins contestée par Wildman (2013) et Cowling (2013). Notons que toutes ces propriétés, hormis la première, constituent également des contre-exemples à la formulation non-conditionnelle de l’approche modale de l’essence. Une faiblesse immédiate que l’on pourrait détecter dans l’argument de Fine est qu’il repose sur des hypothèses modales et essentialistes substantielles, telles que « Socrate est nécessairement ceci ou cela » et « Socrate n’est pas essentiellement ceci ou cela ». Cependant, Correia (à paraître) remarque que l’argument peut être formulé (et renforcé) sans recourir à de telles hypothèses. Face à l’approche modale conditionnelle, l’argument prendrait alors la forme suivante : pour au moins l’une des propriétés énumérées ci-dessus, il devrait être possible de maintenir de façon cohérente à la fois que (i) Socrate ne possède pas essentiellement cette propriété et (ii) nécessairement, Socrate possède cette propriété s’il existe ; or c’est impossible, donc l’approche modale conditionnelle de l’essence est fausse.

8Bien que ces contre-exemples aient largement impressionné au sein de la communauté philosophique (cf. Roca-Royes 2011), la question se pose de savoir s’ils portent ou non un coup fatal et définitif au projet d’analyser l’essence en termes modaux (comme le croit Fine). À ce sujet, les avis divergent. Si certains philosophes sont convaincus par les arguments de Fine, et se sont naturellement tournés vers une approche non-modale de l’essence, d’autres ont tenté d’apporter une réponse à ces contre-exemples. Ce désaccord a donné lieu à une littérature abondante au cours de la dernière décennie, qui n’a cessé de croître de façon exponentielle (cf. Correia à paraître). Examinons quelques réponses qui ont été formulées aux contre-exemples de Fine.

3. Deux catégories de réponses aux contre-exemples de Fine

9De façon générale, on peut classer les différentes réponses aux contre-exemples de Fine selon deux catégories : (i) certaines réponses tentent de limiter l’impact des contre-exemples ; (ii) d’autres réponses, au contraire, accordent un plein crédit à ces contre-exemples, suggérant de réviser l’approche modale de l’essence pour leur réchapper. Gardons à l’esprit que ces deux catégories de réponses ne sont pas mutuellement exclusives. Certains philosophes, tels que Nathan Wildman (2013) et Sam Cowling (2013), naviguent entre elles : ils affirment que l’un ou l’autre contre-exemple de Fine doit être rejeté, mais que les autres contre-exemples requièrent effectivement une révision de l’approche modale de l’essence. J’examine les deux catégories de réponses dans l’ordre proposé ci-dessus.

10Une première façon de limiter l’impact des contre-exemples de Fine consiste à remarquer, à l’instar de Fabrice Correia (2007), que ceux-ci présupposent une certaine conception classique de la modalité métaphysique, et qu’il suffit d’en changer pour se débarrasser de certains d’entre eux. Il semble en effet qu’une conception de la modalité métaphysique inspirée des travaux d’Arthur Prior (1957) soit immunisée contre les contre-exemples de Fine. Les détails importent peu ici, puisque Fine (2007) reconnaît lui-même que ses contre-exemples ne concernent effectivement pas toutes les approches modales de l’essence, mais seulement celles qui comprennent les modalités en un sens classique. Une première leçon que l’on peut donc tirer est que, certes, les contre-exemples Fine impressionnent, mais qu’il s’agit de ne pas leur accorder plus de pouvoir qu’ils n’en ont.

11Une deuxième façon de limiter l’impact des contre-exemples de Fine consiste à nier qu’un (ou plusieurs) contre-exemple(s) soient réellement des contre-exemples. Par exemple, Nathan Wildman (2013) pense qu’il est parfaitement acceptable d’affirmer que Socrate est essentiellement un membre du singleton Socrate. Fine se tromperait donc lorsqu’il affirme le contraire et rejette l’approche modale de l’essence partiellement sur la base de ce contre-exemple. Bien sûr, il est difficile de statuer sur les intuitions des uns et des autres, mais Wildman (2013) peut sembler faire preuve d’une certaine mauvaise foi : de prime abord, on ne voit pas bien le rapport entre la nature de Socrate et le fait d’appartenir à tel ou tel ensemble.

12Dans la même veine, Sam Cowling (2013) conteste le bien-fondé du contre-exemple basé sur la propriété d’exister. En effet, il juge acceptable (voire même trivial) d’affirmer qu’une entité contingente, telle que Socrate, existe essentiellement (si elle existe). Ici encore, Fine ne serait, par conséquent, pas autorisé à rejeter l’approche modale de l’essence sur la base de ce contre-exemple. À première vue, l’affirmation de Cowling peut surprendre, mais elle repose en réalité sur une distinction intéressante entre « existence nécessaire » et « existence essentielle ». Certes, l’existence nécessaire ne peut être attribuée qu’à des entités qui existent dans tous les mondes possibles, telles que Dieu ou les nombres. Cependant, nous dit Cowling, on peut attribuer l’existence essentielle à des entités, telles que Socrate, qui n’existent que dans certains mondes. Après tout, si l’on en croit la formulation conditionnelle de l’approche modale de l’essence, dire que Socrate possède la propriété d’exister essentiellement revient à dire que nécessairement, Socrate existe s’il existe, ce qui peut difficilement être nié !

13Passons à la seconde catégorie de réponses élaborées contre les contre-exemples de Fine, à savoir celles qui suggèrent de réviser l’approche modale de l’essence pour l’immuniser. De façon générale, on peut dire que ces réponses ont été développées dans deux directions stratégiques principales : (i) certaines réponses invitent à réviser l’approche modale de l’essence en recourant à la notion de « rareté » (sparseness), (ii) d’autres réponses en recourant à la notion d’« intrinsicalité » (intrinsicality). Voyons ces deux stratégies plus en détail.

  • 3 De façon plus exacte, David Lewis conçoit les propriétés rares comme des propriétés qui « découpent (...)
  • 4 Alexander Skiles (2015) montre qu’une autre catégorie de propriétés pose problème à cette version r (...)

14La première stratégie consiste à exiger, pour qu’une propriété soit qualifiée d’« essentielle à son porteur », que celle-ci soit non seulement nécessaire à son porteur (comme l’exige déjà l’approche modale originale), mais également qu’elle soit rare (sparse) au sens de David Lewis (cf. Cowling 2013, Wildman 2013, De Melo 2019). En bref, une propriété rare est une propriété naturelle, c’est-à-dire une propriété qui peut, par exemple, être appréhendée par la physique3. Les propriétés rares s’opposent traditionnellement aux propriétés abondantes, qui sont essentiellement des constructions linguistiques. Par exemple, être rouge est potentiellement une propriété rare, mais être rouge ou non-rouge est une propriété abondante. De prime abord, cette stratégie – qui exige que les propriétés satisfassent une condition supplémentaire pour être qualifiées d’essentielles – fonctionne bien, puisque des propriétés telles qu’être tel qu’il y a une infinité de nombres premiers, ou être membre du singleton Socrate ne sont pas des propriétés rares. Ainsi, parce que ces propriétés ne satisfont pas la nouvelle condition qui est posée, elles ne constituent pas des contre-exemples à l’approche modale de l’essence dans sa version révisée4. Voici la forme générale de cette approche : x est essentiellement F ssi (i) nécessairement, x est F si x existe, et (ii) F est une propriété rare.

15Faut-il se satisfaire de cette solution ? On pourrait estimer que non. Une raison à cela, qui a été anticipée par Fine (1994) et récemment développée par Koslicki (à paraître), est que si cette solution fonctionne bien lorsqu’on considère, par exemple, la nature de Socrate, elle fonctionne nettement moins bien quand on se penche sur la nature d’autres types d’entités. Considérons, par exemple, l’entité « le singleton Socrate ». Un métaphysicien essentialiste pourrait parfaitement affirmer que cette entité possède également une essence – après tout, posséder une essence n’est pas le propre de Socrate. Mais si « le singleton Socrate » possède également une essence, alors il y a au moins une propriété dont on peut être sûr qu’elle appartient à l’essence en question, à savoir la propriété d’avoir Socrate pour unique membre. Il est trivialement essentiel au singleton Socrate d’avoir Socrate pour unique membre. Or, avoir Socrate pour unique membre n’est pas une propriété rare. Il existe donc bel et bien des propriétés essentielles qui ne sont pas rares. Par conséquent, cette première révision de l’approche modale de l’essence échoue.

16Une seconde stratégie de révision consiste à exiger que les propriétés essentielles soient, en plus d’être nécessaires, des propriétés intrinsèques plutôt que rares. Cette seconde stratégie a notamment été explorée par David Denby (2014) et Gaétan Bovey (2021), dont l’approche modale révisée adopte la forme générale suivante : x est essentiellement F ssi (i) nécessairement, x est F si x existe, et (ii) F est une propriété intrinsèque. Cependant, cette seconde stratégie semble également admettre des exceptions. Il n’est même pas clair qu’elle permette, en l’état, de surmonter l’objection exposée ci-dessus. En effet, Denby (2014) reconnaît lui-même que, si l’on se base sur la définition de l’intrinsicalité de David Lewis (1986), la propriété avoir Socrate pour unique membre est extrinsèque, puisque son instanciation dépend de la nature d’une autre chose que de l’instance du singleton (en l’occurrence de Socrate). Une fois encore, cette propriété ne peut pas être essentielle au singleton Socrate, ce qui est profondément contre-intuitif et invite également à rejeter cette seconde stratégie de révision de l’approche modale de l’essence.

  • 5 Face à cette objection, De Melo (2019) propose de relativiser la notion de rareté aux espèces (kind (...)

17Il faut cependant concéder que l’objection adressées aux deux stratégies de révision est, telle que présentée ci-dessus, assez naïve. Sans doute est-il possible pour Cowling, Wildman, De Melo, Denby et Bovey de la surmonter. Ils pourraient, par exemple, essayer de redéfinir ce qu’ils entendent par « rare » ou « intrinsèque », de sorte que ces notions englobent des propriétés telles qu’avoir Socrate pour unique membre. Cependant, une telle redéfinition apparaît, d’une part ad hoc, et d’autre part totalement arbitraire : comment justifier le fait que la propriété avoir Socrate pour unique membre est une propriété rare (ou intrinsèque), alors que ce n’est pas le cas de la propriété être membre du singleton Socrate ? Autrement dit, même dans le cas où les partisans de l’approche modale de l’essence parviendraient à classer avoir Socrate pour unique membre parmi les propriétés rares (ou intrinsèques), ils devraient également classer, sous peine d’arbitraire, la propriété être membre du singleton Socrate dans la même catégorie. Or, cela ferait ressurgir les contre-exemples de Fine5 ! Face à cet échec, il peut sembler opportun d’abandonner l’approche modale de l’essence à la faveur d’une alternative non-modale. J’explore cette piste dans la section suivante.

4. L’alternative non-modale

  • 6 Correia (à paraître) remarque, à juste titre, que le primitivisme n’implique pas que les propriétés (...)
  • 7 J’ai découvert ces deux approches à l’occasion d’un exposé donné par Fabrice Correia dans le cadre (...)

18Supposons que nous sommes convaincus par les contre-exemples que Fine dirige à l’encontre de l’approche modale de l’essence. Quelle alternative a-t-il à nous proposer ? Fine défend une approche non-modale de l’essence, qu’on qualifie habituellement de « primitivisme », car elle établit que le concept d’essence ne peut pas être analysé en des termes plus fondamentaux6. Le primitivisme constitue plausiblement l’approche la plus populaire du concept d’essence à l’heure actuelle (cf. Correia 2006, 2012, 2020 ; Koslicki 2012 ; Hale 2013, 2018a, 2018b). Néanmoins, il est important de remarquer qu’il ne s’agit pas de la seule approche non-modale de l’essence. Dans la littérature, on trouve plusieurs tentatives d’analyser le concept d’essence, cette fois-ci en termes non-modaux. Ces tentatives « réductionnistes » peuvent d’ailleurs sembler légitimes, dans la mesure où on estime parfois que le concept d’essence est trop mystérieux pour être pris comme primitif. J’évoque brièvement deux de ces tentatives : Dunn (1990) et Correia & Skiles (2019).7

19Premièrement, Jon Michael Dunn (1990) explore la possibilité d’analyser le concept d’essence grâce à la notion d’implication pertinente, qui est plus restrictive que l’implication matérielle. Dunn présente deux approches. La première approche dit que « x est essentiellement F ssi nécessairement, si quelque chose est x (ou est identique à x) alors (au sens pertinent) cette chose est F ». La seconde approche dit que « x est essentiellement F ssi si quelque chose est x (ou est identique à x), alors (au sens pertinent) nécessairement cette chose est F ». Sans entrer dans les détails, le principal intérêt de cette double approche est qu’elle permet d’exclure toutes les propriétés « non-réelles » du champ de l’essence, ce qui offre, contre le primitivisme, une analyse du concept d’essence qui anticipe le cas du singleton Socrate que Fine dirigera contre les approches modales de l’essence.

  • 8 Au sens générique, l’analyse prend la forme suivante : être F est essentiel à être G ssi être F et (...)

20Deuxièmement, Fabrice Correia et Alexander Skiles (2019) proposent une analyse de l’essence en termes d’identité généralisée, qu’il faut distinguer de l’identité tout court. En bref, l’identité tout court est la relation, bien connue, qui intervient entre des noms (ou des expressions nominales), tels que Hesperus et Phosphorus, tandis que l’identité généralisée est une relation plus générale qui intervient notamment entre des prédicats et des phrases. Par exemple, l’identité généralisée est la relation qui intervient dans des cas d’identité générique de la forme « être F c’est être G » (to be F is to be G), tels que « être de l’eau c’est être composé de molécules d’H2O » (cf. Dorr 2016). De façon synthétique, l’idée de Correia et de Skiles consiste à mobiliser la notion d’identité généralisée pour expliciter celle d’essence, non seulement au sens générique8, mais également au sens objectuel qui nous intéresse particulièrement. Ils diront, par exemple, que Socrate est essentiellement humain ssi être humain est essentiel à être Socrate (ou à être identique à Socrate). Plus spécifiquement, Socrate est essentiellement humain ssi être humain fait partie de ce que c’est que d’être Socrate, c’est-à-dire ssi pour quelque chose d’être à la fois Socrate et humain c’est pour cette chose d’être Socrate (cf. Correia à paraître). Ainsi, l’analyse proposée par Correia et Skiles suggère qu’il est possible (voire souhaitable) de s’entendre à la fois avec Fine pour dire que l’essence est une notion non-modale, et avec Wildman, Cowling, De Melo, Denby et Bovey pour dire que l’essence peut être définie en des termes plus fondamentaux.

21Une conséquence majeure de l’approche non-modale de l’essence (primitiviste ou non), qui a été mentionnée plus haut, est qu’elle invite à opérer un renversement dans l’ordre explicatif, et à concevoir l’essence non plus comme un amas de propriétés nécessaires et de re, mais, au contraire, comme la source de la nécessité métaphysique. Ce renversement apparaît explicitement dans l’article séminal de Fine, lorsqu’il introduit sa caractérisation de la nécessité métaphysique en termes de la notion d’essence. Selon Fine (1994), « P est métaphysiquement nécessaire ssi P est vrai en vertu de la nature (ou de l’essence – Fine utilise « nature » et « essence » comme des synonymes) de certains objets ». Notons ici que « certains objets » est au pluriel car parfois, dans certains cas complexes, les vérités métaphysiquement nécessaires prennent leur source dans des essences collectives, c’est-à-dire dans les essences de plusieurs objets pris ensemble.

22Par exemple, la vérité « nécessairement, Socrate est distinct de la Tour Eiffel » engage l’essence de plusieurs objets. En effet, cette vérité ne peut pas être vraie uniquement en vertu de l’essence de Socrate, puisqu’être distinct de la Tour Eiffel n’appartient pas à l’essence de Socrate – c’était tout l’enjeu du contre-exemple de Fine à l’approche modale de l’essence. Mais cette vérité ne peut pas non plus être vraie uniquement en vertu de l’essence de la Tour Eiffel, pour des raisons symétriques. Fine émet donc l’hypothèse selon laquelle la proposition « nécessairement, Socrate est distinct de la Tour Eiffel » est vraie en vertu de la nature (ou de l’essence) des deux objets, à savoir Socrate et la Tour Eiffel, pris ensemble. Socrate et la Tour Eiffel seraient donc, pour ainsi dire, ensemble essentiellement distincts. Ainsi la notion d’essence chez Fine est très large, puisqu’elle couvre à la fois des essences individuelles (comme l’essence de Socrate) et des essences collectives (comme l’essence de Socrate et de la Tour Eiffel pris ensemble).

23Ajoutons que, pour Fine, l’essence est l’unique source de la nécessité métaphysique, comme l’indique le « ssi » dans sa caractérisation. Cependant, les partisans de l’approche non-modale de l’essence ne sont pas obligés d’adopter une vision aussi radicale. Il semble en effet parfaitement possible de défendre une position plus modérée, selon laquelle certaines nécessités métaphysiques trouvent leur source dans les essences, et d’autres non. C’est notamment la position de Robert Hale (2013), qui affirme que la nécessité des propositions essentialistes est brute, mais également celle de Godman, Mallozzi et Papineau (2020), qui défendent la thèse selon laquelle les nécessités logiques n’ont pas de source essentialiste.

24On pourrait adresser à l’approche non-modale de l’essence une objection inspirée des conclusions de Joseph Almog (1991), évoquées plus haut. Pour rappel, dans un article paru avant celui de Fine, Almog conteste l’idée que toutes les propriétés essentielles sont des propriétés nécessaires. En un mot : l’essence n’impliquerait pas toujours la nécessité métaphysique. S’il est plausible que la propriété d’être humain, qui est essentielle à Socrate, soit également nécessaire à Socrate, rien n’indique que ce soit le cas de toutes les propriétés essentielles. Almog affirme, par exemple, que la propriété d’exister est essentielle à Socrate, mais qu’elle n’est pas nécessaire à Socrate, puisque Socrate est un être contingent. L’article d’Almog semble ainsi offrir de la matière aux philosophes qui cherchent à contester, ou au moins à questionner, la thèse selon laquelle les propriétés essentielles sont toutes nécessaires à l’existence de leurs porteurs. D’ailleurs, nombreux sont les philosophes qui ont récemment emboîté le pas à Almog, en particulier Leech (2018, 2021), Noonan (2018), Romero (2019), Casullo (2020) et Mackie (2020). L’idée derrière ces publications est sensiblement toujours la même : si une propriété essentielle d’un objet n’est rien d’autre qu’une propriété qui se rapporte à ce qu’est l’objet (comme le prétend Fine), alors il n’y a a priori aucune raison de croire que l’objet doit avoir cette propriété s’il existe (cf. Correia, à paraître).

25À première vue, ce genre de contre-exemples fonctionne bien. Mais ce n’est que parce que Fine se montre un peu négligeant en la circonstance. En ce sens, dans son article séminal, Fine en appelle exclusivement à l’intuition pour justifier le fait que toute propriété essentielle est nécessaire. Il n’est donc pas à l’abri qu’on oppose des contre-exemples à ses intuitions. Cependant, il semble possible de caractériser l’essence de façon plus précise, de sorte qu’elle implique que toutes les propriétés essentielles soient effectivement nécessaires. C’est notamment la conclusion à laquelle permet d’aboutir l’analyse non-modale de l’essence en termes d’identité généralisée, défendue par Correia et Skiles (2019) et introduite ci-dessus. Plus précisément, selon l’analyse de Correia et de Skiles, tout ce qui est métaphysiquement nécessaire est une conséquence logique de l’ensemble des vérités d’identité généralisée (qui elles-mêmes constituent la base de toutes les vérités essentialistes). Dans l’analyse proposée par Correia et Skiles, le rapport entre essence et nécessité n’est donc pas simplement conçu à l’aune de nos intuitions, mais est logiquement établi : moyennant la loi de Leibniz et certains principes (largement admis) de la logique modale quantifiée, on peut déduire qu’« un objet x doit être F, s’il existe » à partir de l’hypothèse que « x est essentiellement F ». L’essence impliquerait donc bel et bien la nécessité métaphysique (cf. Correia à paraître).

5. Une conséquence de l’approche non-modale sur la métaphysique

26Les travaux de Kit Fine, notamment son article de 1994, ont exercé une influence considérable sur la façon dont les métaphysiciens conçoivent le rapport entre modalité et essence. En particulier, le renversement opéré par Fine, qui invite à expliquer la modalité grâce à l’essence (et non pas l’inverse), a entraîné un véritable changement de paradigme. Les conséquences de ce renversement sont donc nombreuses. Par souci de brièveté, je me concentrerai que sur l’une de ces conséquences, qui me semble compter parmi les plus importantes, à savoir celle qui concerne la définition réelle des concepts métaphysiques.

27Un vieux problème dans l’histoire de la métaphysique consiste à savoir comment bien définir les choses. Lorsqu’on parle de définition, il n’est pas ici question d’analyse linguistique ou conceptuelle, mais bien de définition réelle : « comment bien spécifier ce que c’est qu’être telle ou telle chose, par exemple Socrate ? ». En philosophie analytique, avant le tournant Finien, on avait coutume de répondre à cette question en établissant le profil modal des concepts qui nous intéressaient. On essayait, par exemple, d’énumérer les propriétés nécessaires de re de Socrate. Mais l’apparition des contre-exemples de Fine compromet cette façon de procéder, car ils montrent que Socrate possède des propriétés nécessaires qui ne nous renseignent pas sur ce que c’est que d’être Socrate. Par conséquent, ces propriétés ne devraient pas apparaître dans la définition réelle de Socrate. S’il est nécessaire à Socrate d’être distinct de la Tour Eiffel, nous trouverions étrange qu’une telle propriété apparaisse dans la définition réelle de Socrate.

28Alors que faire ? Fine, et plus généralement les adeptes de l’approche non-modale de l’essence décèlent une connexion très forte entre la notion d’essence, d’une part, et celle de définition réelle, d’autre part. En particulier, Fine (1994) affirme que : dire que x (un objet) est essentiellement F (une propriété), c’est définir (au moins partiellement) x, c’est-à-dire c’est donner une définition réelle au moins partielle de x. Lorsqu’on cherche à produire une définition réelle d’un objet spécifique, Fine suggère donc de se tourner directement vers l’essence de l’objet en question, plutôt que vers ses propriétés nécessaires et de re. De toute façon, ces dernières découleront ultimement de l’essence. Par exemple, la propriété nécessaire à Socrate d’être distinct de la Tour Eiffel découle ultimement de l’essence, non pas de celle de Socrate directement, mais de celle de Socrate et de la Tour Eiffel pris ensemble.

29En réalité, les choses sont un peu plus complexes que cela, dans la mesure où Fine estime que donner la définition réelle d’un objet ne consiste pas uniquement à spécifier l’essence de cet objet. En effet, dans ses travaux ultérieurs (cf. Fine 2015), Fine conçoit la notion de définition réelle comme une mixture de la notion d’essence et de la notion de fondation (grounding). Les détails nous emmèneraient trop loin ; retenons seulement que, ces dernières années, Fine tend à unifier ces deux notions dans un cadre commun, et qu’il les mobilise toutes les deux dans la production des définitions réelles des objets métaphysiques. En un mot : l’essence nous renseigne sur comment est une chose, et la fondation nous renseigne sur pourquoi une chose est de cette façon. Par exemple, si on cherche à définir le singleton Socrate, on dira, d’une part, qu’il possède Socrate comme unique membre (cette propriété relève, comme nous l’avons vu, de l’essence du singleton Socrate) et d’autre part, que le singleton Socrate existe en vertu de l’existence de Socrate (ce qui relève de la fondation, c’est-à-dire des raisons de l’existence de ce singleton). Ce sont donc ces deux aspects combinés, l’essence et la fondation, qui nous permettent, selon Fine, d’établir la définition réelle du singleton Socrate.

Conclusion

30Dans cet article, il a été montré premièrement que le concept d’essence est important en métaphysique, car il nous permet de nous interroger sur l’identité des choses, c’est-à-dire sur ce que c’est, pour une chose, d’être (ou d’être identique à) la chose en question. Deuxièmement, nous avons énuméré les cinq contre-exemples que Kit Fine élabore contre l’approche modale de l’essence, qui était alors dominante dans la tradition analytique. Ces cinq contre-exemples se présentent comme cinq propriétés qui sont nécessairement possédées par Socrate (si Socrate existe), mais dont il serait contre-intuitif de dire qu’elles relèvent de l’essence de Socrate. Troisièmement, nous avons vu que Kit Fine défend une approche non-modale de l’essence, qui renverse l’ordre explicatif : l’essence n’est plus expliquée en termes modaux mais, au contraire, l’essence est conçue comme la source de la modalité métaphysique. Enfin, quatrièmement, il a été établi que l’approche non-modale de l’essence a d’importantes conséquences ; elle invite notamment à reconceptualiser la notion de définition réelle des objets métaphysiques.

La rédaction de cet article a été financée par le Fonds national suisse (FNS), dans le cadre d’une bourse Postdoc.Mobility, intitulée Time Regained: Reconciling Phenomenological and Physical Perspectives on Time (P500PH_206602 / 1).

Bibliographie

Almog J. (1991). The What and The How. Journal of Philosophy, 88 (5), 225-244.

Barcan-Marcus R. (1961). Modalities and Intensional Languages. Synthese, 13 (4), 303-322.

Bovey G. (2021). Essence, Modality, and Intrinsicality. Synthese, 198, 7715-7737.

Carnap R. ([1932] 1959). The Elimination of Metaphysics Through Logical Analysis of Language. In A. J. Ayer (éd.), Logical Positivism (pp. 60-81), The Free Press.

Casullo A. (2020). Essence and Explanation. Metaphysics, 2 (1), 88-96.

Correia F. (2006). Generic Essence, Objectual Essence, and Modality. Noûs, 40 (4), 753-767.

Correia F. (2007). (Finean) Essence and (Priorean) Modality. Dialectica, 61 (1), 63-84.

Correia F. (2012). On the Reduction of Necessity to Essence. Philosophy and Phenomenological Research, 84 (3), 639-653.

Correia F. (2020). More on the Reduction of Necessity to Essence. In M. Dumitru (éd.), Metaphysics, Modality, and Meaning. Themes from Kit Fine (pp. 265-282), Oxford University Press.

Correia F. (à paraître). Non-Modal Conceptions of Essence. In K. Koslicki &  M. Raven (éds.), The Routledge Handbook of Essence, Routledge.

Correia F. & Skiles A. (2019). Grounding, Essence, and Identity. Philosophy and Phenomenological Research, 98 (3), 642-670.

Cowling, S. (2013). The Modal View of Essence. Canadian Journal of Philosophy, 43 (2), 248-266.

De Melo T. X. (2019). Essence and Naturalness. The Philosophical Quarterly, 69 (276), 534-554.

Denby D. (2014). Essence and Intrinsicality. In R. Francescotti (éd.), Companion to Intrinsic Properties (pp. 87-109), De Gruyter.

Dorr C. (2016). To be F is to be G. Philosophical Perspectives, 30 (1), 39-134.

Dunn J. M. (1990). Relevant Predication 3: Essential Properties. In Dunn, J. M. & Gupta, A. (éd.), Truth or Consequences (pp. 77-95), Kluwer.

Fine K. (1994). Essence and Modality. Philosophical Perspectives, 8, 1-16.

Fine K. (1995a). Ontological Dependence. Proceedings of the Aristotelian Society, 95, 269-90.

Fine K. (1995b). Senses of Essence. In W. Sinnott-Armstrong (éd.), Modality, Morality, and Belief. Essays in Honor of Ruth Barcan Marcus (pp. 53-73), Cambridge University Press.

Fine K. (1995c). The Logic of Essence. Journal of Philosophical Logic, 24 (3), 241-273.

Fine K. (2007). Reply to Correia’s (Finean) Essence and (Priorean) Modality. Dialectica, 61 (1), 85-88.

Fine K. (2015). Unified Foundations for Essence and Ground. Journal of the American Philosophical Association, 1 (2), 296-311.

Godman M., Mallozzi, A., Papineau, D. (2020). Essential Properties are Super-Explanatory: Taming Metaphysics Modality. Journal of the American Philosophical Association, 6 (3), 1-19.

Hale R. (2013). Necessary Beings: An Essay on Ontology, Modality, and the Relations between them. Oxford: Oxford University Press.

Hale R. (2018a). Essence and Existence. Revista de Filosofia de la Universidad de Costa Rica, 57 (147), 137-155.

Hale R. (2018b). The Basis of Necessity and Possibility. Royal Institute of Philosophy Supplement, 82, 109-138.

Koslicki K. (2012). Essence, Necessity, and Explanation. In T. Tahko (éd.), Contemporary Aristotelian Metaphysics (pp. 187-206), Cambridge University Press.

Koslicki K. (2018). Form, Matter, Substance. Oxford: Oxford University Press.

Koslicki K. (à paraître). Modality and Essence in Contemporary Metaphysics. In S. Newlands &  Y. Melamed (éds.), Modality: A Conceptual History, Oxford University Press.

Kripke S. (1980). Naming and Necessity. Oxford: Blackwell.

Leech J. (2018). Essence and Mere Necessity. Royal Institute of Philosophy Supplement, 82, 309-332.

Leech J. (2018). From Essence to Necessity via Identity. Mind, 130 (519), 887-908.

Lewis D. (1986). On the Plurality of Worlds. Oxford: Blackwell.

Mackie P. (2020). Can Metaphysical Modality be Based on Essence? In M. Dumitru (éd.), Metaphysics, Meaning, and Modality. Themes from Kit Fine (pp. 247-264), Oxford University Press.

Massin O. (2014). Qu’est-ce qu’une montagne ? In Massin, O. & Meylan, A. (éd.), Aristote chez les Helvètes (pp. 17-26), Ithaque.

Michels R. (à paraître). History of Essence: Contemporary (Analytic). In K. Koslicki & M. Raven (éd.), The Routledge Handbook of Essence, Routledge.

Noonan H. W. (2018). The New Aristotelian Essentialists. Metaphysica, 19 (1), 87-93.

Prior A. (1957). Time and Modality. Oxford: Oxford University Press.

Putnam H. (1970). Is Semantics Possible? Metaphilosophy, 1 (3), 187-201.

Putnam H. (1973). Explanation and Reference. In G. Pearce & P. Maynard (éd.), Conceptual Change (pp. 196-214), D. Reidel.

Roca-Royes S. (2011). Essential Properties and Individual Essences. Philosophy Compass, 6 (1), 65-77.

Romero, C. (2019). Modality is not Explainable by Essence. The Philosophical Quarterly, 69 (274), 121-141.

Schlick M. ([1918] 2009) Allgemeine Erkenntnislehre. Vol. I, Moritz Schlick Gesamtausgabe. Wendel, H. J. & Engler, F. O. (éd.), Springer.

Skiles A. (2015). Against Grounding Necessitarism. Erkenntnis, 80 (4), 717-751.

Wiggins D. (1976). The de Re ‘Must’: A Note on the Logical Form of Essentialist Claims. In G. Evans & J. McDowell (éd.), Truth and Meaning (pp. 285-312), Oxford University Press.

Wildman N. (2013). Modality, Sparsity, and Essence. Philosophical Quarterly, 63 (253), 760-782.

Notes

1 Cela n’est d’ailleurs pas trivial. Au XXe siècle, de nombreux philosophes, tels que Rudolf Carnap ([1932]1959) ou Moritz Schlick ([1918] 2009), ont cherché à éliminer le concept d’essence du discours philosophique.

2 Le concept d’essence ne joue cependant pas un rôle prépondérant dans la métaphysique de David Lewis.

3 De façon plus exacte, David Lewis conçoit les propriétés rares comme des propriétés qui « découpent la nature en ses articulations » (carve nature at its joints).

4 Alexander Skiles (2015) montre qu’une autre catégorie de propriétés pose problème à cette version révisée de l’approche modale de l’essence, à savoir des propriétés qui semblent essentielles aux artefacts. Par exemple, la propriété être intentionnellement peinte par Sophie Taeuber-Arp semble être essentielle à sa composition dada (Tête au plat) (cf. Koslicki 2018, ch. 8) ; pourtant, il s’agit indéniablement d’une propriété abondante.

5 Face à cette objection, De Melo (2019) propose de relativiser la notion de rareté aux espèces (kinds) : une propriété n’est jamais rare simpliciter, mais toujours relativement à une espèce.

6 Correia (à paraître) remarque, à juste titre, que le primitivisme n’implique pas que les propriétés essentielles soient nécessaires. Un primitiviste est donc libre d’affirmer que certaines propriétés essentielles sont contingentes.

7 J’ai découvert ces deux approches à l’occasion d’un exposé donné par Fabrice Correia dans le cadre d’une rencontre du Groupe d’Études en Métaphysique du Collège de France (GEM), qui a eu lieu le 18.06.21.

8 Au sens générique, l’analyse prend la forme suivante : être F est essentiel à être G ssi être F et G c’est la même chose qu’être G. Par exemple : être rationnel est essentiel à être humain ssi être rationnel et humain c’est la même chose qu’être humain. Une propriété est donc essentielle à une autre lorsque la première propriété est une partie conjonctive de la seconde.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search