Version classiqueVersion mobile

Homo sapiens, une espèce invasive

 | 
Jean-Jacques Hublin

Préface

Thomas Römer

Texte intégral

1La question des origines de la vie et de l’homme fait partie des grandes préoccupations de l’humanité. La plupart des traditions mythologiques sur les origines contiennent des récits sur l’avènement de l’espèce humaine. Dans ces traditions mythologiques, on s’interroge très fréquemment sur les liens entre les hommes et les dieux, mais aussi entre les hommes et les animaux. Dans certains textes égyptiens, les hommes sont appelés les « larmes du dieu Rê », dans d’autres textes les humains naissent d’un œuf divin primordial.

2L’idée d’un tel œuf existe aussi dans la tradition taoïste à l’intérieur de laquelle naît un être divin, Pangu, qui casse l’œuf en deux parts, la partie supérieure devenant le ciel et la partie inférieure la terre. À sa mort, les différentes parties de son corps deviennent des montagnes, des rivières, etc. Et, selon Xu Zheng, « la vermine sur son corps disséminée par le vent devint les hommes ».

3Certains textes égyptiens qualifient les humains d’« images de dieu », comme le fait le premier récit de la Bible, où le couple humain apparaît comme le dernier élément de la Création appelé à gouverner et à se soumettre la Terre et tous les êtres vivants.

4Souvent, on imagine que les hommes sont créés par les dieux pour être à leur service. Dans l’épopée babylonienne Enūma eliš, Mardouk décide de créer l’homme et dit : « que lui soit imposée la corvée des dieux et qu’eux-mêmes soient en repos ». Et les hommes sont fabriqués à partir du sang d’un dieu mis à mort, mélangé à de l’argile.

5L’origine terrestre des humains se retrouve dans le deuxième récit biblique, dans lequel Yhwh décide de former le premier être humain, Adam, à partir de la glaise, adamah. L’Égypte connaît une tradition similaire, selon laquelle le dieu Khnoum fabrique l’homme comme un potier, avec de l’argile. En Grèce, les vieux mythes politiques athéniens font également naître le premier homme de la Terre-Mère.

6Une autre interrogation est celle de la différenciation entre les humains et les animaux. Dans l’épopée de Gilgamesh, Enkidu, futur compagnon de Gilgamesh, vit avec les animaux et leur ressemble, jusqu’à ce qu’il fasse l’amour avec une prostituée qui lui passe un vêtement et lui fait découvrir la bière. Dans le livre de la Genèse, Yhwh, voulant créer un vis-à-vis pour le premier être humain, crée d’abord les animaux, avant de se rendre compte que ceux-ci sont différents de l’humain. Ainsi, dans ces mythes d’origine, l’être humain se trouve en quelque sorte « coincé » entre les dieux et les animaux.

7Dans les sciences, l’être humain a été longtemps considéré comme l’aboutissement ultime de l’évolution. Cette évolution était comprise comme linéaire, progressive, et mettait en parallèle le progrès technique et l’évolution biologique. Or, grâce à de nombreuses découvertes, nous savons aujourd’hui que cette vision linéaire est à abandonner : plutôt que se succéder, plusieurs espèces humaines ont cohabité à travers les âges. Il nous faut revoir notre définition de l’espèce et admettre qu’il existe, entre le Néandertalien et Homo sapiens, des lignées qui, certes, se séparent, tout en restant interfécondes durant un certain temps.

8Pour répondre à ces questions fondamentales de l’avènement de l’Homme moderne et de ses différences par rapport aux autres Hominidés, les professeurs du Collège de France ont décidé de créer une chaire permanente de Paléoanthropologie et nous sommes très fiers d’avoir pu recruter Jean-Jacques Hublin, sans doute le meilleur spécialiste de ces questions.

9Jean-Jacques Hublin a joué un rôle pionnier dans le développement de la paléoanthropologie virtuelle, qui fait largement appel aux techniques de l’imagerie médicale et industrielle, ainsi qu’à l’informatique pour reconstituer et analyser les restes fossiles. Il s’est aussi intéressé à l’évolution des rythmes de croissance et au développement cérébral chez les Hominidés ainsi qu’à l’histoire de sa discipline.

10Il est l’auteur de nombreux travaux sur l’évolution des Néandertaliens et sur les origines africaines des hommes modernes. Ses travaux, largement diffusés, ont par trois fois été reconnus en couverture du magazine Nature, notamment en 2017 à l’occasion de la découverte au Maroc, par une équipe internationale, du plus ancien fossile d’Homo sapiens connu (âgé de 300 000 ans), repoussant la date conventionnellement admise de plus de 100 000 ans.

11Après une carrière de chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Jean-Jacques Hublin est nommé professeur à l’université de Bordeaux I (1999). En 2004, il devient professeur à l’institut Max-Planck d’anthropologie évolutionnaire de Leipzig (Allemagne), où il crée le département d’Évolution humaine. Il a également enseigné à l’université de Californie à Berkeley (1992), à l’université Harvard (1997) et à l’université Stanford (1999 et 2011), ainsi qu’à l’université de Leyde (Pays-Bas, depuis 2010) et de Leipzig. En 2011, il est choisi pour être le premier président de la Société européenne pour l’étude de l’évolution humaine (ESHE) nouvellement fondée.

12De 2014 à 2021, Jean-Jacques Hublin a été professeur invité sur la chaire internationale Paléoanthropologie du Collège de France avant de devenir titulaire de la chaire pérenne de Paléoanthropologie en 2021. Il inaugure ce soir son premier enseignement en tant que titulaire de cette chaire avec une leçon intitulée « Homo sapiens, une espèce invasive ».

13Cher Jean-Jaques, nous sommes heureux de t’accueillir ce soir dans un amphithéâtre qui t’est déjà familier et nous nous réjouissons de t’entendre.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search