Version classiqueVersion mobile

Entre fin de mois et fin du monde : économie de nos responsabilités envers l’humanité

 | 
Christian Gollier

Entre fin de mois et fin du monde : économie de nos responsabilités envers l’humanité

Leçon inaugurale prononcée au Collège de France le jeudi 9 décembre 2021

Christian Gollier

Texte intégral

1Chers collègues, chers amis,
Mesdames, Messieurs,

2Alors que, selon l’expression consacrée, la plupart des habitants de la Terre continuent à affronter des incertitudes de fin de mois, des dangers immenses nous obligent à nous confronter à la plausibilité de la fin du monde. Après avoir créé au xxe siècle la bombe atomique et son hiver nucléaire, l’être humain du xxie siècle réalise qu’il pourrait finalement détruire son propre écosystème en le réchauffant à des niveaux jamais vus depuis des millions d’années, et ceci en quelques décennies seulement. Si le péril atomique a pu être évité en demandant à quelques hommes de ne pas appuyer sur le bouton, force est de constater que le péril climatique se matérialise sous nos propres yeux sans que nous soyons capables de convaincre les milliards de Terriens de réduire leur consommation à leur échelle – de moins appuyer sur le bouton du moteur thermique de leur voiture, celui du thermostat de leur habitation, ou celui de la chaudière de leur centrale au charbon. Notre responsabilité envers les générations futures est engagée. Cependant, comme nous le rappelle Groucho Marx : « Pourquoi devrais-je me préoccuper des générations futures ? Qu’ont-elles fait pour moi ? » Et pourquoi ne pas suivre la maxime attribuée à Madame de Pompadour : « après nous, le déluge » ? Quoi qu’il en soit, en reprenant John Keynes, « sur le long terme, nous sommes tous morts ». Le changement climatique a ceci de commun avec la pandémie du Covid-19 qu’il illustre combien il est extrêmement difficile d’aligner les comportements individuels sur l’intérêt général.

3Les enjeux du climat et, plus globalement, ceux qui sont liés à la soutenabilité de notre prospérité, nous obligent à rationaliser notre conception de nos responsabilités envers les humains qui vivront sur cette Terre dans les siècles à venir, ainsi qu’à traduire concrètement cela en outils d’évaluation de nos actions et d’aide à la décision. Entre le court-termisme supposé des marchés financiers et le jusqu’au-boutisme des tenants de la théorie de la décroissance et de la frugalité, en passant par les préoccupations de pouvoir d’achat des Gilets jaunes, existe-t-il des fondements scientifiques à une théorie de l’individu ou de l’entreprise « environnementalement » responsable dont on pourrait déduire une technique opérationnelle d’évaluation permettant de juger chaque action à l’aune de son apport au bien commun ? À l’occasion de cette leçon inaugurale, je vais chercher à vous convaincre que tel est le cas. Dans notre monde gagné par un relativisme intégral, où tous les arguments se valent, en particulier quand il s’agit de réduction des émissions de CO2, et où tout ce qui est vert est a priori désirable, il est urgent de remettre de la rationalité dans un débat où les idéologies prennent le dessus au détriment de l’efficacité et de la crédibilité des politiques engagées.

Économie du climat et politiques climatiques

4Aujourd’hui, plus de 90 % des Français pensent qu’un changement climatique est en cours, tandis que 80 % d’entre eux le considèrent à tout le moins comme extrêmement grave. Il n’y a donc plus d’enjeu en France concernant la communication sur les connaissances climatiques. Hélas, cet impressionnant consensus se brise dès l’instant que sont abordées les questions du « qui ? », du « quoi ? », du « combien ? » et du « comment ? » Les éoliennes, plus personne n’en veut à cause de leur impact sur nos paysages et sur nos patrimoines. Le nucléaire reste une source d’énergie essentiellement décarbonée, mal aimée pour les déchets à haute activité et à vie longue qu’elle engendre. Les biocarburants sont critiqués pour favoriser l’agrobusiness et pour concurrencer la production alimentaire. Le solaire et l’éolien ne pourront massivement se développer tant que l’on n’aura pas levé le verrou techno­logique du stockage de l’électricité, dans un contexte où les consommateurs ne sont pas prêts à rendre plus flexible leur consommation d’électricité. L’agrégation des oppositions ne peut conduire qu’à l’immobilisme. De plus, l’intermittence de ces sources d’énergie renouvelable rend celles-ci encore chères par rapport à leurs concurrents fossiles, en l’absence de soutien public. La solution de stockage de l’électricité utilisant l’hydrogène comme vecteur (power-to-gas-to-power en anglais) conduit à la dissipation des trois quarts de l’énergie primaire utilisée. Même en faisant abstraction de ce problème, alors que le kilowatt-heure (kWh) nucléaire coûte environ 5 centimes, le tarif de rachat du kilowatt-heure du parc éolien de la baie de Saint-Brieuc est de 15,5 centimes.

5Encore pour longtemps, remplacer des énergies fossiles finalement peu chères et très faciles à utiliser – c’est invraisemblable la quantité d’énergie concentrée dans un litre d’essence –, et qui ont fait la prospérité de l’Occident pendant deux siècles, par des énergies renouvelables intermittentes plus chères à produire et plus complexes à manipuler, va nous obliger à obérer le pouvoir d’achat et le bien-être de nos concitoyens. Il va être difficile de les convaincre, notamment parce que l’essentiel des bénéfices sociaux et environnementaux de ces sacrifices vont s’étaler sur un temps très long. Si l’on en croit les modèles d’évaluation intégrant modules climatiques et économiques, réduire nos émissions en 2021 va conduire à une réduction des dommages climatiques sur plusieurs siècles, et en moyenne dans quatre-vingts ans. De plus, ces bénéfices ne seront pas en faveur de la personne, de l’entreprise ou du pays qui fait cet effort. Ils bénéficieront à l’ensemble de l’humanité. Cette double tragédie des horizons, temporel et spatial, fait du changement climatique le défi le plus pernicieux jamais affronté par l’être humain. Parviendra-t-il à y faire face ? Le défi est rendu encore plus hardi par ce que les économistes appellent les « fuites de carbone ». Quand un pays décide de pénaliser les émetteurs de CO2 sur son sol, certains pourraient être tentés d’aller exercer leurs activités dans un autre pays à l’ambition climatique moins audacieuse. Le résultat, c’est une perte nette en emploi et en prospérité pour le premier, et un bénéfice écologique global nul.

  • 1 Arthur Pigou, The Economics of Welfare, Londres, Macmillan, 1920.
  • 2 Roland Bénabou et Jean Tirole, « Intrinsic and extrinsic motivation », The Review of Economic Stud (...)

6Depuis les travaux d’Arthur Pigou publiés il y a cent et un ans1, les économistes parlent d’« externalité » lorsque l’action d’un agent a un impact sur le bien-être d’un autre agent, sans que cet impact ne fasse l’objet d’une compensation par un contrat ou par un prix. L’externalité climatique liée à toute émission de CO2 est caractéristique. Elle implique que, sans intervention, tout effort de réduction des émissions par un agent suppose pour lui de supporter 100 % de son coût, mais de ne rien recevoir en retour, le bénéfice étant disséminé sur l’humanité entière dans les siècles à venir. Dans ce contexte d’externalité négative, les économistes anticipent un équilibre où aucun effort ne sera produit, chacun espérant être le « passager clandestin » des efforts des autres. Des motivations intrinsèques étudiées par Roland Bénabou et Jean Tirole2, telles que la promotion d’une image positive de soi ou le désir d’estime de soi, peuvent aider à s’écarter de cette prédiction pessimiste d’un Homo economicus tout-puissant. Mais force est de constater que la réalité des trente dernières années confirme cette prédiction. La conférence de Rio date de 1992, ce qui correspond à une prise de conscience du phénomène climatique. À l’époque, on émettait 22 Gt de CO2 par an. Aujourd’hui, on en émet 36 Gt ! L’Europe est la seule région du monde ayant réduit ses émissions depuis l’année de référence, 1990. Cette baisse est de 22 %, encore très loin de l’objectif de 55 % pour 2030, à atteindre en seulement neuf années.

7En 2010, les ménages qui ont installé des panneaux voltaïques sur leur toit ont pu bénéficier d’un contrat de prix garanti jusqu’en 2030 à 60 centimes le kilowatt-heure, alors que le coût de production de ce même kilowatt-heure par le mix électrique européen n’est que d’environ 6 centimes. Cette substitution coûte donc à la société 54 centimes, mais elle permet d’éviter l’émission de 400 grammes de CO2 de ce mix. Par simple application de la règle de trois, on obtient que chaque tonne de CO2 évitée en France par le soutien public au solaire nous a coûté – et coûtera encore jusqu’en 2030 – 1350 euros. Ce surcoût se retrouve dans notre facture d’électricité, à travers la Contribution au service public de l’électricité (CSPE). En 2021, elle était de 2,25 centimes le kilowatt-heure. En 2019, les Gilets jaunes ont manifesté pour s’opposer à l’augmentation de la taxe carbone de 44 à 55 euros par tonne de CO2 (tCO2). S’ils savaient qu’ils paient par ailleurs 1350 euros/tCO2 dans leur facture d’électricité ! Faut-il que le vrai coût de la transition énergétique soit caché pour que celle-ci soit socialement acceptable ?

  • 3 Patrick Criqui, Les Coûts d’abattement, Partie 2 : Transport, France Stratégie, Paris, 2021, https (...)
  • 4 CGEDD, Réduction des vitesses sur les routes. Analyse coûts bénéfices, ministère de la Transition (...)

8Il existe une myriade d’autres actions en faveur du climat qui méritent ce type de comparaison des coûts et avantages. Un rapport récent de France Stratégie3 suggère qu’il coûtera collectivement encore environ 300 euros/tCO2 de remplacer une voiture thermique par un véhicule électrique en 2025. Dans le secteur résidentiel, il existe bien sûr des passoires thermiques dont la meilleure isolation offre une panoplie d’actions vertes à faible coût d’abattement, mais la plupart des politiques actuelles (éco-prêt à taux zéro, crédit d’impôt pour la transition énergétique, certificats d’économie d’énergie) ont hélas un coût par tonne de CO2 élevé, autour de 350 euros selon certaines études récentes. Plutôt que d’améliorer l’isolation, une stratégie de décarbonation de la source d’énergie pour le chauffage est plus porteuse. Par exemple, le remplacement d’une chaudière au fioul par une pompe à chaleur ne coûte que 50 euros/tCO2. Finalement, un rapport de 2018 par le Conseil général de l’environnement et du développement durable4 (CGEDD) indique que, une fois pris en compte les vies gagnées et l’allongement des temps de déplacement, le coût social de la réduction de la vitesse sur nos routes de 90 à 80 km/h est inférieur à 50 euros/tCO2.

9Comme l’objectif de zéro émission nette passera nécessairement par une électrification de nos économies, il est crucial de décarboner le mix électrique européen. Le charbon, énergie primaire extrêmement polluante, compte pour 80 % dans le mix polonais, et encore 45 % dans celui de l’Allemagne. L’alternative au charbon est le gaz naturel, qui émet deux fois moins de CO2 par kilowatt-heure produit. En Europe, les moratoires permanents que nous nous sommes imposés dans l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste, ainsi que le pouvoir de marché que nous imposent les oligarques russes, rendent le gaz naturel plus cher que le charbon, contrairement au cas des États-Unis par exemple. Il en coûte donc de remplacer le charbon par le gaz naturel dans le mix électrique européen. En comparant les prix du charbon et de gaz naturel sur le continent pour la dernière décennie à la réduction des émissions permises par la substitution d’une source par l’autre, on obtient que ce coût par tonne de CO2 évitée est d’environ 40 euros. Pourtant, les Polonais et les Allemands ne se sont engagés à sortir du charbon qu’en 2038.

  • 5 Patrick Criqui, Les Coûts d’abattement, Partie 3 : Électricité, France Stratégie, Paris, 2022, htt (...)
  • 6 Christian Gollier, Europe : agir ensemble pour la décarbonation, Institut Montaigne, septembre 202 (...)

10D’autres études existent5, qui cherchent à mesurer le coût d’abattement de biocarburants, de la reforestation, du végétarisme, de l’acier et du ciment décarbonés, de la sobriété thermique, des standards d’émission automobile et d’efficacité énergétique des bâtiments, de l’interdiction des vols intérieurs et des chaufferettes sur les terrasses de café par exemple. Il s’agirait dès lors d’établir un « ordre de mérite » de toutes les actions de décarbonation en les ordonnant de l’action la moins coûteuse par tonne de CO2 évitée à la plus coûteuse. Ce travail est évidemment extrêmement complexe. Il existe une myriade d’actions vertes possibles, certaines beaucoup plus efficaces et effectives que d’autres. Force est de constater qu’en Europe comme ailleurs, on a mis en œuvre beaucoup d’actions vertes peu efficaces et peu effectives (comme le solaire en 2010), alors qu’on a évité d’en réaliser d’autres très efficaces et très effectives (comme la sortie du charbon). Ces erreurs, massives, conduisent à augmenter inutilement la facture globale de la transition énergétique. Si je le formule autrement, avec les mêmes moyens depuis dix ans, on aurait pu atteindre un résultat écologique bien meilleur. La faiblesse de l’évaluation socio-économique et environnementale, particulièrement flagrante dans l’évaluation de la récente loi « Climat et résilience », adoptée suite à la Convention citoyenne pour le climat, constitue une des causes de cet échec relatif. Si nous voulons échapper à cette malédiction dans un contexte d’accélération indispensable de la transition écologique, il est urgent de renforcer en France et en Europe nos mécanismes d’évaluation des politiques publiques, comme ceci est expliqué dans un rapport de l’Institut Montaigne publié en 20216. En écrivant ceci, je pense à tous ceux qui ont œuvré dans cette direction, depuis Marcel Boiteux jusqu’à Roger Guesnerie, en passant par Dominique Bureau, Alain et Émile Quinet, et bien d’autres encore.

11Il est clair que toute politique climatique efficace, c’est-à-dire qui minimise son impact sur le pouvoir d’achat des ménages, se doit de donner la priorité aux mesures qui ont le moindre coût par tonne de CO2 évitée. Ceci ne peut se faire qu’en fixant un seuil critique de coût d’abattement qui soit tel que seules les mesures qui ont un coût inférieur à ce seuil doivent être réalisées. Appelons ce seuil la « valeur du carbone ». Dès lors que cette valeur du carbone est fixée, il suffit pour les évaluateurs d’une mesure spécifique de vérifier que le coût net d’abattement de cette mesure est bien inférieur à cette valeur du carbone. Pour résumer, il est proposé d’attribuer une valeur aux choses qui nous sont chères et de vérifier que ce que nous acceptons de sacrifier pour les préserver est bien inférieur à cette valeur. Tout ce qui est vert n’est pas socialement désirable ! Dans un parallèle peut-être légèrement exagéré, on a vu durant la crise pandémique combien le refus d’associer une valeur à la vie humaine a empêché tout débat rationnel sur l’intensité ou la durée des confinements, ainsi que sur l’obligation vaccinale par exemple. On ne peut prendre de décision collective sur une base rationnelle si l’on est incapable de créer un consensus sur nos valeurs communes. J’y reviendrai.

12Je vois de nombreuses entreprises industrielles s’engager dans cette approche pour déterminer leur stratégie d’investissement environnementalement responsable en utilisant un « prix interne du carbone ». Je soutiens ces démarches. C’est la bonne façon de traduire une ambition d’entreprise en critère opérationnel de décision. L’idéal serait néanmoins de pouvoir rendre public ce prix interne du carbone, tout en autorisant une certification avec audit externe. Le monde de la finance est, lui, encore très loin d’adopter une telle approche. Les banques, les compagnies d’assurance, les fonds de pension et les banques centrales dans le monde entier utilisent des méthodes beaucoup plus frustres d’exclusion ou de best-in-class souvent fort éloignées d’une évaluation rationnelle fondée sur une valeur du carbone. Le drame qu’a provoqué le statut du gaz naturel et du nucléaire dans le débat sur la taxonomie européenne illustre bien l’opacité de ces méthodes alternatives. Le profit d’une entreprise carbonée ne mesure pas la création de valeur sociétale d’une activité économique. Celle-ci doit défalquer du profit la valeur de ses émissions de CO2 (scopes 1 et 2). Avec les nouvelles obligations d’information des entreprises cotées en bourse, ce calcul devient assez facile à réaliser. Je recommande que les institutions financières qui se qualifient de « responsables » à l’égard de l’environnement mesurent la création de valeur de chaque actif sur la base d’un prix interne du carbone clairement annoncé. Ceci leur permettra de mesurer la rentabilité sociale de chaque actif et de chaque portefeuille possible, afin de déterminer le portefeuille optimal du point de vue du rapport rendement/risque, sous cette nouvelle acception du terme rendement. Cette approche conduira à réduire le coût du capital des entreprises les moins émettrices, et constituerait donc un outil d’incitation à la décarbonation plus transparent que les approches actuelles. Le problème, c’est que ces portefeuilles environnementalement responsables ne sont pas ceux qui rapporteront le plus aux épargnants et aux investisseurs, sauf si les États finissent par pénaliser financièrement les entreprises les plus émettrices. C’est un fameux pari !

13Le calcul du coût net d’abattement est souvent complexe compte tenu du caractère multidimensionnel des impacts. Considérons deux exemples qui, je crois, parleront à beaucoup d’entre nous. Nous assistons en France à une importante fronde anti-éolienne, une technologie qui semble aujourd’hui indispensable si nous voulons respecter nos engagements dans les années à venir. Parmi les importants arguments soulevés se trouve le problème de leur impact sur les paysages et les patrimoines. Pour mesurer le mérite de cette technologie, nous devons prendre en considération cet impact sur le bien-être des riverains de la même manière que nous le faisons pour les coûts directement financiers de ces investissements. Mais comment le mesurer ? Les économistes de l’environnement utilisent une méthode d’évaluation qui consiste à identifier l’impact de la pollution – ici paysager – sur le prix des logements. L’idée est que, toutes choses égales par ailleurs, les acquéreurs potentiels dévaloriseront une habitation du montant de l’impact de cette pollution sur leur bien-être. Une étude récente estime ce coût à 5 % de la valeur immobilière dans un rayon d’un kilomètre d’une éolienne. Ce coût doit être intégré au coût complet de l’électricité éolienne, potentiellement en forçant les propriétaires d’éoliennes à indemniser les riverains à ce niveau. Cela aurait pour avantages d’inciter les industriels à mieux choisir les emplacements, mais aussi de contribuer à la résolution du « NIMBY » (not in my backyard, « pas dans mon arrière-cour »).

14Le sujet du nucléaire est particulièrement central dans notre pays, dont les trois quarts de l’électricité proviennent de l’atome. C’est actuellement la seule source effective d’électricité essentiellement décarbonée qui soit pilotable. C’est aussi une source d’électricité très peu coûteuse, de l’ordre de 4 centimes/kWh, en tout cas tant que l’on parle du nucléaire de seconde génération. Mais le nucléaire de deuxième et de troisième génération engendre des déchets nucléaires qui pourraient avoir des impacts importants sur les générations futures si l’on ne les gère pas convenablement. Le mérite de l’électricité nucléaire doit donc intégrer cet impact économique et environnemental. Avec Cigéo, la France est en voie d’éliminer cette charge future, en construisant à Bure, dans les Ardennes, un site destiné à stocker l’ensemble des déchets à hautes et moyennes activités sur l’ensemble de la vie de nos centrales de seconde génération. Une fois son coût de 25 milliards d’euros rapporté à la quantité d’électricité produite, il correspond à un surcoût de 0,1 centime par kilowatt-heure nucléaire. Quoi qu’il en soit, face à une incertitude technologique profonde sur la façon d’atteindre notre ambition climatique, le nucléaire nous offre une voie bien maîtrisée de décarbonation du mix électrique pour quelques décennies encore, le temps de vérifier que nous sommes capables de lever les verrous techno­logiques qui pèsent sur le plein développement des énergies renouvelables. Il existe une forte valeur d’option à dissiper ces incertitudes avant de s’engager dans la voie irréversible de la sortie du nucléaire. Cette valeur d’option doit aussi être intégrée dans la mesure du mérite relatif du kilowatt-heure nucléaire.

15Les actions vertes ont d’autres impacts socio-économiques et environnementaux, comme le renforcement de l’indépendance énergétique, qui nous fait encore tant défaut aujourd’hui dans les secteurs du transport et du résidentiel. Les coûts implicites de la sobriété, comme l’inconfort d’une température ambiante réduite, doivent aussi être monétisés si l’on veut mener à bien un débat collectif rationnel sur ce sujet, en particulier sur la thématique de la décroissance. Cependant, il existe un impact qui focalise l’opinion publique française plus que partout ailleurs. Il s’agit de l’effet des politiques publiques sur les inégalités sociales. En effet, l’« élasticité-revenu » de la demande d’énergie en Europe est plus petite que un, les ménages les plus modestes consacrant une part plus importante de leur revenu à leurs dépenses énergétiques. Ainsi, toute hausse du prix de l’énergie augmente les inégalités sociales. Par exemple, la subvention aux énergies solaire et éolienne par l’offre de prix garantis largement au-dessus du prix de marché de l’électricité augmente les coûts de production, augmentation qui se retrouve dans la taxe CSPE qui apparaît dans nos factures d’électricité. Cela accroît les inégalités. C’est d’autant plus vrai que cette manne financière dans le secteur solaire bénéficie aux seuls propriétaires de toits où installer les panneaux photovoltaïques, qui appartiennent plutôt aux ménages les plus aisés. De même, les primes pour l’achat d’une voiture électrique bénéficient aux seules personnes capables d’une telle acquisition. Au contraire, l’interdiction des vols intérieurs coûtera surtout aux cadres et aux ménages aisés qui les utilisent. Il est important d’intégrer cette dimension sociale dans l’évaluation de nos politiques environnementales en accordant une valeur à la réduction des inégalités.

16Il est difficile d’imaginer une gestion centralisée de la transition énergétique. Imaginez que nous soyons capables de réaliser toutes ces évaluations, des plus « macro » comme la sortie du charbon, jusqu’aux plus « micro », comme le remplacement de la voiture par le vélo ou les transports en commun de monsieur X qui habite en banlieue et qui n’a pas d’horaire fixe. Et voici un exemple cher à Jean Tirole : doit-il acheter au marché des tomates qui ont été produites dans le sud de l’Espagne et transportées en camion réfrigéré, ou celles qui ont été produites en serre chauffée au gaz naturel à côté de chez lui ? Comment s’assurer que toutes les actions passant le test d’un coût net par tonne de CO2 évitée inférieur à la valeur carbone soient effectivement mises en œuvre ? On peut bien sûr imaginer quelques politiques à large spectre évidentes, comme l’interdiction du charbon. Mais, dans la politique de mobilité, comment par exemple différencier un banlieusard qui dispose d’une option facile de transport public de celui pour qui cette option est très coûteuse pour des raisons personnelles ou géographiques ? Les économistes, dont on dit en général qu’ils ne sont d’accord sur rien, sont assez unanimes pour recommander une approche proposée par Arthur Pigou en 1920, qui consiste à imposer à toute personne ou entreprise de payer la valeur du carbone pour toutes les tonnes de CO2 émises. C’est l’application du principe pollueur-payeur cher à nos concitoyens, au moins tant qu’il ne s’applique pas à eux-mêmes. En nous confrontant à l’obligation de débourser la valeur du carbone si nous refusons de décarboner notre mode de vie, on nous force à pondérer le coût privé de décarbonation avec le bénéfice climatique collectif, ce qui nous conduit à choisir toutes les actions socialement désirables. Face à l’externalité climatique, on annihile les passagers clandestins et on aligne la myriade d’intérêts privés avec l’intérêt général. Une tarification du carbone permet d’actionner tous les leviers de décarbonation disponibles pour tenir un budget carbone donné, par ordre de mérite des coûts, sans mettre quiconque en situation de blocage s’il ne dispose pas encore de solutions pour réduire directement ses émissions. La guerre contre le changement climatique ne se gagnera qu’en impliquant tout le monde, dans une transformation de nos modes de vie et de production. Cette mobilisation générale passe par l’établissement d’un prix du carbone identique pour tous, aligné au niveau de notre ambition climatique collective.

17Pour beaucoup de nos concitoyens, il ne se conçoit de politique climatique qui ne soit obligation et coercition. Il s’agit de contrer le consumérisme irresponsable des individus et la poursuite du profit des entreprises par des mesures coercitives visant à réduire leurs émissions et, au-delà, toutes leurs consommations. C’est cette volonté illibérale qui associe activisme climatique et anticapitalisme. Mais si le changement climatique constitue probablement la plus grande défaillance des marchés de tous les temps, sa résolution par un prix du carbone identique pour tous permet de préserver une économie de marché qui a démontré sa capacité à améliorer le bonheur des peuples qui l’ont adoptée. Contrôler un prix, c’est agir sur le comportement des individus et les décisions des entreprises, tout en préservant la liberté des uns et des autres. L’approche par le prix du carbone pose un problème d’acceptabilité sociale par manque de culture économique, notamment sur le rôle des prix sur nos modes de vie. En réduisant massivement le prix du livre, Gutenberg a fortement contribué à l’émergence de la Renaissance et de la Réforme, en permettant aux individus d’accéder à la connaissance jusqu’alors réservée aux clercs. En passant de la très chère bougie aux lampes à huile de baleine, puis aux ampoules LED, on a réduit massivement le prix de la lumière et ainsi transformé notre sombre Terre en un astre de lumière. Le blocage des loyers en France a conduit à une grave crise du logement tout au long du xxe siècle, comme en a témoigné l’abbé Pierre, et comme l’ont attesté l’apparition de bidonvilles puis la construction de HLM dans nos banlieues. En Europe, l’essence à la pompe est deux fois plus chère qu’aux États-Unis depuis plusieurs décennies. En conséquence, nos voitures sont beaucoup moins lourdes, énergivores et émettrices. En Grande-Bretagne, l’imposition d’une surtaxe sur les émissions de CO2 dans le secteur électrique a permis de faire passer la part du charbon dans le mix électrique de 40 % il y a 10 ans à pratiquement rien aujourd’hui, contrairement à l’Allemagne. Alerter par le biais d’un signal-prix, pour signifier à tous le vrai coût des choses du point de vue de la société, cela fonctionne. En renchérissant les prix des biens qui engendrent des dommages écologiques, on en réduit la consommation dans le sens de l’intérêt général.

18Cette approche du « signal-prix » est souvent critiquée pour la charge qu’elle impose aux ménages modestes. Effectivement, pensons à ceux, mal payés, qui habitent dans nos banlieues ou à la campagne, dans des habitations mal isolées, et qui font de leur voiture leur outil de travail. Ceux-là prendront de plein fouet la hausse du prix de l’essence, du fioul domestique ou du gaz naturel induite par le prix du carbone, comme ce fut le cas pour les Gilets jaunes à l’hiver 2019. Mais il est très injuste de critiquer la taxe-carbone sur la base de son impact sur les inégalités. Je rappelle que la plupart des autres politiques climatiques accroissent aussi les inégalités. La tarification du carbone a, quant à elle, l’avantage d’engendrer un revenu fiscal dont l’utilisation pourrait être orientée vers la compensation, voire la surcompensation, des ménages les plus modestes. Anticipant ce problème d’acceptabilité sociale de la taxe carbone, les économistes ont longtemps suggéré de cibler ce revenu fiscal sur une baisse équivalente de la fiscalité, qui pèse sur le travail peu qualifié, de manière à engendrer un « double dividende », le premier provenant de la baisse des émissions, le second de la réduction des inefficacités sur le marché du travail. Néanmoins, aujourd’hui, dans un contexte de défiance de la population envers les politiques, nous avons besoin d’une transparence totale dans la « tuyauterie » fiscale, ce qui implique de rembourser le « dividende carbone » intégralement aux ménages par un « chèque carbone » qui serait payé de manière anticipée au 1er janvier. Associer la tarification carbone à une hausse déguisée de la pression fiscale en France est la meilleure façon de faire dérailler cette solution efficace.

19La tarification du carbone a le désavantage de mettre au jour le fait que la transition énergétique va coûter cher. Dans un monde où prévaut l’utopie d’une transition heureuse, créatrice de millions d’emplois bien payés et réductrice de la facture d’électricité, il est effectivement difficile pour un gouvernement de porter cette politique. Tout le monde préfère les subventions et les subsides, en oubliant que les subsides des uns correspondent aux impôts des autres. J’approuve les subventions pour mieux isoler les passoires thermiques souvent occupées par des ménages modestes, ce qui permet de réduire les émissions tout en réduisant les inégalités. Encore faut-il que les travaux soient efficaces. Plusieurs études suggèrent que c’est loin d’être systématiquement le cas. En France, les subventions sont payées à l’aveugle sur présentation de la seule facture d’isolation, alors qu’en Allemagne la subvention s’appuie sur la réalité de l’amélioration de la qualité énergétique du bâtiment rénové.

  • 7 Philippe Aghion, Antoine Dechezleprêtre, David Hémous, Ralf Martin et John Van Reenen, « Carbon ta (...)

20Comme l’externalité climatique n’est pas seule à conduire à la défaillance des marchés, la tarification du carbone n’est pas le seul instrument à utiliser. En l’absence de progrès techniques, il va être très coûteux, et même matériellement impossible, de respecter nos engagements climatiques. La R&D (recherche & développement) est donc indispensable. L’anticipation d’un prix élevé du carbone est un incitant fort pour que les entreprises innovent dans le secteur vert. Cependant, comme le montrent très bien Philippe Aghion et ses coauteurs7, cette incitation est insuffisante pour deux raisons. Une bonne part de la création de la valeur sociétale d’une innovation ne peut être captée par l’innovateur, ce qui réduit son incitation à investir dans la R&D. De plus, dans le cadre de la théorie de la croissance endogène schumpétérienne dont Philippe Aghion est l’éminent spécialiste mondial, il apparaît difficile de réorienter les entreprises spécialisées dans les innovations carbonées vers de la recherche dans le secteur vert. Pour ces deux raisons, il est indispensable que le secteur public soutienne la R&D verte. Cela tombe bien, les plans de relance post-covid font cela partout dans le monde. En France, nous bénéficions en plus d’un plan « France 2030 » aligné sur cet objectif.

  • 8 Jacques Delpla et Christian Gollier, Pour une Banque centrale du carbone (analyse no 1, 1er octobr (...)

21La plupart des actions vertes à fort impact écologique sont des investissements sur le long terme : voiture électrique (15 ans), panneaux voltaïques et turbines éoliennes (20 ans), centrales électriques au gaz (40 ans), centrales nucléaires (40-60 ans). Ce n’est donc pas le prix du carbone aujourd’hui qui déclenchera ces investissements, mais la promesse d’un prix élevé du carbone dans les années et décennies à venir. Depuis sa création en 2005, le marché de permis d’émission EU-ETS ne s’est pas distingué comme mécanisme crédible de tarification du carbone sur le long terme, à cause de la volatilité élevée du prix d’équilibre et des nombreuses interventions politiques opaques sur ce marché. De plus, si une tarification du carbone fondée sur un marché de permis a l’avantage de garantir le résultat en matière de CO2 émis, elle fait porter sur les acteurs de la transition des incertitudes considérables sur la profitabilité de leurs investissements, puisque le prix d’équilibre des permis est très difficile à prédire sur des horizons même assez courts de quelques années. Cette incertitude n’est évidemment pas propice à l’investissement. Il faudrait donc que les gouvernements s’accordent sur un prix plancher du carbone sur ce marché, croissant à un taux plancher de 3 ou 4 % (plus inflation) par an dans les décennies à venir. Avec Jacques Delpla8, je propose une stratégie de crédibilisation alternative fondée sur la création d’une Banque centrale du carbone en Europe, indépendante et mandatée par le Parlement européen, pour atteindre l’objectif de réduction des émissions et disposant du contrôle des émissions des permis.

Économie et éthique de nos responsabilités envers les générations futures

22Mais quel prix ou quelle valeur devons-nous accorder au carbone ? Si cette valeur est trop faible, trop peu d’actions de mitigation seront entreprises et les générations futures devront subir de graves dommages climatiques. Si le prix est trop élevé, nous serons conduits à rapidement investir pour décarboner nos modes de vie et de production, avec un impact considérable sur nos pouvoirs d’achat, pour le plus grand bénéfice des générations futures. Mais quel est donc le juste prix du carbone ? Si les économistes s’accordent sur la nécessité d’un prix du carbone, il n’existe pas de consensus sur ce prix. Dans la seconde partie de cette leçon inaugurale, je voudrais examiner avec vous les déterminants d’un juste prix du carbone et la difficulté de le fixer.

  • 9 Nicholas Stern, The Economics of Climate Change. The Stern Review, Cambridge, Cambridge University (...)
  • 10 Daniel Lebègue, Révision du taux d’actualisation des investissements publics, Paris, Commissariat (...)
  • 11 Kenneth J. Arrow, « Effet de serre et actualisation », Revue de l’énergie, no 471, 1995.
  • 12 Partha Dasgupta, The Economics of Biodiversity. The Dasgupta Review, HM Treasury, 2021.

23Avant d’aborder cette question, permettez-moi une digression sur une question a priori étrangère à celle du climat. Imaginez une société composée de deux classes sociales, la classe aisée disposant de revenus deux fois supérieurs à ceux de la classe modeste. Une politique sociale permet de réduire les inégalités en transférant du pouvoir d’achat des uns vers les autres. Hélas, de tels transferts sont coûteux, par exemple parce qu’ils se font à travers la taxation du travail, qui réduit l’incitation au travail. Si un euro extrait d’un ménage aisé ne permet d’accroître le pouvoir d’achat d’un ménage modeste que de 50 centimes, considérez-vous ce transfert acceptable ? Accroît-il le bien-être collectif ? Le rapport Stern de 20069 est fondé sur l’idée qu’un tel transfert serait neutre d’un point de vue de l’intérêt général, la réduction des inégalités qu’il permet compensant exactement la perte de richesse collective qu’il engendre. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) en 1995, le rapport Lebègue10 de France Stratégie qui a statué sur cette question en France en 2005, ou les prix Nobel Kenneth Arrow11 et William Nordhaus, ont eu une approche fondée sur une aversion aux inégalités plus élevée, puisque ceux-là considèrent que le transfert minimum aux plus pauvres pour compenser la perte d’un euro des aisés ne devrait être que de 25 centimes. Partha Dasgupta, auteur d’un important rapport sur la biodiversité en Grande-Bretagne12, milite quant à lui pour un transfert minimum réduit à 12,5 centimes. Une synthèse de ces prises de position sur notre aversion collective aux inégalités et son lien avec le transfert minimum est présentée dans le tableau ci-dessous.

24Notre aversion aux inégalités constitue un paramètre clé de nos préférences collectives. Certaines sociétés expriment une aversion aux inégalités plus intense que d’autres, à travers des systèmes informels de solidarité familiale ou communautaire, ou plus formels de sécurité sociale et d’imposition progressive.

Références des rapports

Aversion

aux inégalités

Transfert

minimum

Prime d’assurance

maximum

The UK Green Booka, rapport Stern (2006)

1

0,50 €

29 %

Rapport du GIEC (1995), Arrow (1995), Lebègue (2005), Weitzmanb

2

0,25 €

33 %

Dasguptac

3

0,125 €

37 %

a. The Green Book. Central Government Guidance on Appraisal and Evaluation, HM Treasury, 2020, rééd. 2022, https://assets.publishing.service.gov.uk/​government/​uploads/​system/​uploads/​attachment_data/​file/​938046/​The_Green_Book_2020.pdf
b. Martin L. Weitzman, « A review of The Stern Review on the Economics of Climate Change », Journal of Economic Literature, no 45, 2007, p. 703-724.
c. Partha Dasgupta, Comments on the Stern Review's Economics of Climate Change, Université de Cambridge, 2008.

Tableau 1. Aversion aux inégalités. Le transfert minimum correspond au montant minimum en euro qu’un ménage modeste devrait obtenir pour le sacrifice d’un euro d’un ménage deux fois plus riche qui rende ce transfert socialement désirable. La prime d’assurance maximale est la prime maximale (en pourcentage de la richesse) qu’un individu serait prêt à payer pour s’assurer contre la perte de la moitié de sa richesse avec une probabilité à 50 %.

25De nombreux philosophes, de John Locke à John Rawls en passant par Jean-Jacques Rousseau et Emmanuel Kant, ainsi que quelques économistes comme John Harsanyi et William Vickrey, ont contribué au développement de la notion de « voile d’ignorance » comme principe de justice et d’impartialité. Ils s’appuient sur une expérience de pensée consistant à se placer dans une position originelle en ignorant son identité personnelle pour décider de ce qui est juste. Dans une telle position, sans savoir qui sera riche ou pauvre, le désir de réduire les inégalités se traduit en un problème d’assurance et de réduction du risque. L’aversion aux inégalités s’identifie donc à l’aversion au risque sous le voile de l’ignorance. Une préférence sociale devient une caractéristique de préférence individuelle face au risque, sujette à l’observation par préférence révélée, et donc à l’analyse des économistes et des théoriciens de la décision. Par exemple, confronté au risque de perdre la moitié de sa fortune avec une probabilité de 50 % un individu désirant s’assurer contre ce risque serait prêt à payer une prime de 33 % de sa richesse si son aversion aux inégalités est égale à 2. Le tableau 1 donne la prime maximale pour d’autres niveaux d’aversion. C’est aussi l’aversion au risque qui détermine la détention d’actifs risqués dans les portefeuilles des ménages et des investisseurs. Même s’ils reconnaissent que l’attitude face au risque est très hétérogène dans la population, les économistes et les chercheurs en finance pensent qu’une aversion au risque autour de 2 constitue une bonne représentation du degré d’aversion au risque de nos concitoyens. Par la suite, je supposerai qu’il existe un consensus collectif pour utiliser une aversion aux inégalités de 2 dans les évaluations socio-économiques.

26Il existe donc une bijection entre inégalité et risque, et entre aversion à l’une et aversion à l’autre. Dans sa réfutation du paradoxe de Saint-Pétersbourg en 1738, Daniel Bernoulli offre une justification intuitive de l’aversion au risque. Elle est fondée sur l’observation que, plus on est riche, plus l’accroissement d’utilité obtenu d’un euro de richesse supplémentaire est faible. Si cet euro peut être une question de vie ou de mort pour les individus au seuil de subsistance, cet euro de plus n’améliorera pratiquement pas le bien-être des individus très fortunés. Dans le jargon des économistes, l’utilité marginale de la richesse est décroissante. L’assurance est un moyen simple de transférer de la richesse des états du monde où son utilité est faible vers ceux où elle est élevée, c’est-à-dire en cas de sinistre. Plus généralement, sous la loi de l’utilité marginale décroissante, réduire le risque permet d’accroître l’espérance de l’utilité, dont Bernoulli pense qu’elle mesure le bien-être ex ante. Cette théorie de l’espérance d’utilité a été renforcée au xxe siècle par les théoriciens de la décision, dont Oskar Morgenstern et John von Neumann, qui ont donné un fondement axiomatique à cette théorie, l’un des socles de la science économique moderne. Au cœur de cette théorie se trouve l’axiome d’indépendance. Il postule que, si je préfère une tasse de café à une tasse de thé dans un contexte de certitude, je préfère aussi l’une à l’autre quand cette possibilité de boire une tasse est incertaine, disons avec une probabilité de 10 %. Parce que cet axiome a un contenu intuitif très fort (même si certains ne le respectent pas dans certaines situations, comme l’a montré Maurice Allais, autre récipiendaire français du prix de la Banque de Suède en sciences économiques créé en mémoire d’Alfred Nobel), la théorie de l’espérance d’utilité combinée avec le principe du voile d’ignorance offre un fondement normatif puissant pour analyser les questions de justice sociale et d’arbitrage entre objectifs d’efficacité productive et de redistribution.

27Revenons maintenant au problème du changement climatique et de la valeur du carbone. Comme je l’ai expliqué précédemment, la valeur du carbone détermine le niveau d’effort qui sera fait par les générations présentes pour réduire le fardeau des dommages climatiques porté par les générations futures. Réduire cette valeur conduit donc à un transfert de richesse des générations présentes vers les générations futures, dont l’évaluation se prête bien à l’approche que je viens de développer. Dans un monde en croissance, nous demander des sacrifices pour le bénéfice des générations futures, c’est demander aux plus pauvres de financer les richesses. C’est accroître les inégalités intergénérationnelles. Selon l’hypothèse d’aversion aux inégalités, à savoir l’utilité marginale décroissante, cela réduit le bien-être intergénérationnel. Cela ne peut être socialement désirable que si le bénéfice pour les générations futures est suffisamment plus élevé que le sacrifice présent pour compenser l’impact négatif de cette action sur le bien-être intergénérationnel.

28Supposons par exemple que notre économie croisse de 2 % par an dans les décennies à venir. Dans un tel contexte, les revenus auront doublé dans trente-cinq ans. Que devrions-nous être prêts à sacrifier aujourd’hui pour réduire d’un euro un dommage climatique certain dans trente-cinq ans ? En reprenant l’hypothèse d’une aversion aux inégalités de 2 dans le tableau 1, il apparaît que la valeur présente d’un euro dans trente-cinq ans est de 25 centimes. Dans un monde en croissance de 2 % par an, la prospérité s’accumule tellement vite que nous ne devrions pas être prêts à sacrifier plus de 25 centimes aujourd’hui pour réduire un dommage d’un euro se matérialisant dans trente-cinq ans. Sous le voile d’ignorance, sans savoir si j’appartiens à la génération présente ou future, je voudrais que la génération présente ne consacre pas plus de 25 centimes pour accroître la richesse de la génération future d’un euro. Cela correspond à un taux d’actualisation de 4 % (0,25 = 1,04−35). Dans une économie en croissance, le taux d’actualisation est le taux de rendement socio-économique minimum d’un investissement qui compense son impact sur les inégalités intergénérationnelles.

29C’est Franck Ramsey qui, en 1928, traduira cette approche dans une formule qui constitue encore aujourd’hui le pivot de la plupart des débats d’experts sur le taux d’actualisation et la valeur carbone. Cette « formule de Ramsey », qui stipule que le taux d’actualisation socialement désirable est égal au produit du taux de croissance anticipé de l’économie par le degré d’aversion aux inégalités. Avec un taux de croissance de 2 % et une aversion de 2, on obtient bien un taux d’actualisation de 4 %. Cette formule nous donne un fondement théorique utile pour définir le bon degré de court-termisme dans sa traduction opérationnelle qu’est le taux d’actualisation pour évaluer les projets d’investissement publics et privés. L’utilisation d’un taux d’actualisation constant est particulièrement problématique pour l’évaluation d’actions de long terme ou de soutenabilité compte tenu du caractère exponentiel de l’actualisation, comme le montre le tableau 2. À 4 %, nous devrions valoriser un bénéfice de 1000 euros se matérialisant dans deux cents ans à 39 centimes aujourd’hui. Mais après tout, ceci traduit le fait que cette génération future disposera d’une richesse plus de cinquante fois supérieure à la nôtre. Si un tel taux devait être utilisé pour déterminer notre politique de gestion des déchets nucléaires, il ne faudrait certainement pas faire Cigéo, comme le montre un rapport récent du Secrétariat général pour l’investissement (SGPI). De même, comme la plus grande partie des dommages liés à nos émissions actuelles de CO2 se matérialisera dans plus de cinquante ans, l’actualisation écrase ces effets et réduit d’autant la valeur carbone.

Taux d’actualisation

1 %

4 %

7 %

t = 100 ans

369,71 €

19,80 €

1,15 €

t = 200 ans

136,69 €

0,39 €

0,00 €

t = 300 ans

50,53 €

0,01 €

0,00 €

Tableau 2. Valeur présente de 1000 euros se matérialisant dans t années, selon le taux d’actualisation utilisé.

  • 13 Roger Guesnerie, « Calcul économique et développement durable », Revue économique, 2004/3, vol. 55 (...)
  • 14 Christian Gollier, « Valuation of natural capital under uncertain substitutability », Journal of E (...)

30Au lieu de s’intéresser à la valeur monétaire présente d’un bénéfice monétaire futur, on peut s’intéresser aussi à la valeur écologique présente d’un bénéfice écologique futur. Quelle est par exemple la valeur relative de la biodiversité future par rapport à la biodiversité présente ? Comment mesurer la valeur d’un capital environnemental engendrant des services écologiques dans le temps long ? Si l’on s’intéresse à des services dont on pense qu’ils se détérioreront dans le temps, l’argument de l’aversion aux inégalités se renverse, et nous devrions actualiser ces impacts à un taux négatif, un gain écologique futur étant donc davantage valorisé qu’un gain écologique présent. C’est Roger Guesnerie qui a exploré en premier ce concept de « taux d’actualisation écologique », qui intègre en fait l’idée que ces services environnementaux verront leur valeur sociétale croître parallèlement à leur raréfaction13. J’ai cherché à étendre ce concept à des situations d’incertitude, en particulier lorsque notre capacité à trouver des substituts possibles à ce capital environnemental est aléatoire. On y trouve les brides d’une rationalisation du principe de précaution. En effet, je montre que, sous certaines conditions, le doute scientifique sur la possibilité de substituer une ressource qui viendra à disparaître par une autre doit nous conduire à renforcer massivement nos actions de préservation de cette ressource, « quoi qu’il en coûte14 ».

Incertitudes et actualisation

  • 15 Robert Solow, « We’d better watch out », The New York Times Book Review, 12 juillet 1987, p. 36.

31Nos responsabilités envers les générations futures sont donc naturellement atténuées par la croissance économique, et un taux d’actualisation élevé traduit cette idée en termes opérationnels. Néanmoins, tout ceci repose sur l’hypothèse d’une poursuite de la croissance économique dans les décennies et siècles à venir. Il est aisé de se revendiquer comme la génération pauvre pour se défausser de nos responsabilités. C’est d’autant plus vrai que de nombreux économistes, comme Lawrence Summers ou Robert Gordon, proclament la « fin de l’histoire », c’est-à-dire la fin d’un cycle de deux siècles de l’histoire de l’humanité, faits de découvertes scientifiques majeures et d’une succession de révolutions industrielles. Depuis le milieu du siècle dernier, chaque innovation majeure semble être associée à une révolution économique de moindre ampleur, en écho à Robert Solow qui observait en 1987 que l’on voyait « des ordinateurs partout, sauf dans les statistiques de productivité15 ». Cependant, d’autres voix s’élèvent pour annoncer un nouvel âge de croissance grâce à une nouvelle vague d’innovations majeures (ARN messager, intelligence artificielle, réalité virtuelle, conquête de l’espace, énergies renouvelables quasi gratuites, etc.).

  • 16 Jacques Drèze et Franco Modigliani, « Consumption decisions under uncertainty », Journal of Econom (...)

32En réalité, notre représentation de l’avenir est par nature entachée d’incertitudes profondes, en particulier pour les horizons temporels les plus longs. L’utilisation de la formule de Ramsey comme référence éthique de nos responsabilités intergénérationnelles est donc totalement inappropriée dès lors que nous reconnaissons ces incertitudes profondes. Il est affligeant de constater qu’elle reste la référence, que ce soit lors de l’intense débat d’experts qui accompagna la publication du rapport Stern en 2006, ou à l’occasion de la révision des taux d’actualisation publics en Grande-Bretagne, aux États-Unis et dans l’Union européenne. Or, par introspection, il est intuitif que ces incertitudes jouent un rôle clé dans notre propension à sacrifier le présent à l’avenir. Depuis John Keynes, les macro-économistes ont vérifié empiriquement que lorsqu’ils sont confrontés à une augmentation de l’incertitude pesant sur leur prospérité future, les ménages augmentent leur épargne « de précaution ». En d’autres termes, ils désirent transférer davantage de leurs revenus vers l’avenir lorsque celui-ci devient plus incertain. Avec Jacques Drèze et Franco Modigliani16, suivis depuis par Louis Eeckhoudt et d’autres, j’ai montré au début de ma carrière qu’un tel comportement de prudence est optimal lorsque l’utilité marginale de la consommation est non seulement décroissante, mais aussi convexe. Si une telle stratégie est désirable du point de vue d’un individu, elle doit l’être aussi au niveau collectif. Pour accroître les investissements de précaution, il faut réduire le taux d’actualisation qui pénalise le futur. L’incertitude affectant la prospérité future de l’humanité accroît la valeur sociale de toute action permettant de transférer du pouvoir d’achat de façon certaine vers l’avenir.

  • 17 Robert Lucas, « Asset price in an exchange economy », Econometrica, vol. 46, no 6, 1978, p. 1429-1 (...)

33C’est dans le domaine de la théorie de la finance que s’est développée une analyse de l’impact de l’incertitude sur la valeur des actifs et des investissements. Robert Lucas17 et plusieurs autres l’ont construite il y a une cinquantaine d’années sur la base de la théorie de l’espérance d’utilité, avec pour objectif d’expliquer le prix des actifs observés sur les marchés financiers. Au départ, ils ont émis l’hypothèse d’un mouvement brownien géométrique pour décrire les anticipations de croissance économique. Cela a conduit à un échec retentissant, malgré l’obtention du prix Nobel pour certains de ces auteurs. En effet, dans une économie de marché, le taux d’intérêt reflète le taux auquel les acteurs économiques devraient actualiser leur projet d’investissement sans risque. Ce taux d’actualisation de marché ne fut que de 1 % en moyenne aux États-Unis durant le siècle dernier, ce qui signifie un degré de long-termisme beaucoup plus prononcé que ce que nous recommande la formule de Ramsey. Et comme la volatilité historique autour de la tendance observée de croissance de 2 % reste faible en pratique, le taux d’actualisation du modèle de Lucas n’est guère éloigné de celui engendré par l’application de la formule de Ramsey, autour de 3,5 %. Cette forte différence entre le 1 % observé sur les marchés et les 3,5 % prédits par le modèle atteste son échec.

  • 18 Martin L. Weitzman, « Subjective expectations and asset-return puzzles », American Economic Review(...)

34Pour des horizons temporels se mesurant en siècles, il faut penser l’avenir et les incertitudes qui pèsent sur lui de façon nouvelle. Ainsi, si les instituts de prévision économique sont capables d’estimer avec une bonne précision la tendance de croissance à six mois ou à un an, nous devons reconnaître que la tendance de croissance sur la décennie ou le siècle à venir est pour le moins ambiguë. Le modèle est aussi très sensible aux probabilités des événements extrêmes. Comme l’a montré mon coauteur Martin Weitzman18, remplacer l’hypothèse de la courbe en cloche gaussienne par celle d’une loi de Student, dont les queues de distribution sont un peu plus épaisses, renverse le paradoxe du taux sans risque. En effet, dans cette représentation de l’incertitude, nous devrions utiliser un taux d’actualisation sans risque beaucoup plus faible que celui observé sur les marchés. En fait, dans un tel contexte, il faudrait accepter de mettre en œuvre tout investissement qui permettrait de transférer des revenus sans risque vers l’avenir, quel que soit leur rendement, et ceci bien que ceux qui en bénéficieront à l’avenir seront plus prospères que nous, en tout cas en espérance. L’impact du risque sur la décision socialement désirable l’emporte ici sur toute considération de redistribution intergénérationnelle.

35J’ai montré que la persistance des chocs macro-économiques à venir tend à magnifier les incertitudes qui pèsent sur le long terme. Un changement de régime de croissance, du type des révolutions industrielles que nous avons connues depuis deux siècles, ou au contraire de périodes prolongées de stagnation peut-être séculaire, illustre parfaitement cette notion de persistance des chocs. Leur plausibilité accroît les incertitudes de long terme beaucoup plus que ne le fait le mouvement brownien géométrique traditionnellement utilisé en économie et en finance pour décrire la croissance anticipée. Cela doit nous conduire à favoriser les projets sans risque dont les bénéfices se matérialisent dans un temps plus long. Techniquement, il s’agit d’utiliser un taux d’actualisation plus faible pour ces horizons plus longs. À titre illustratif, imaginons une économie croissante à 2 % par an. Néanmoins, il est possible qu’elle soit à la veille d’une crise majeure et durable, qui imposerait une stagnation économique définitive. Dans ce cas, le taux d’actualisation qu’il faudrait utiliser pour évaluer les politiques publiques et les investissements privés sans risque serait de 4 % par application de la règle de Ramsey pour des actions à impact immédiat. Mais j’ai montré qu’un taux d’actualisation nul devrait être utilisé pour évaluer les impacts à très long terme. Plus généralement, l’existence d’une incertitude pesant sur les paramètres du processus stochastique gouvernant l’évolution des revenus nous oblige à utiliser un taux d’actualisation plus faible pour des horizons plus longs. Plus précisément, j’ai montré que, dans ce cas, il faut utiliser le taux d’actualisation le plus faible parmi toutes les combinaisons possibles des valeurs des paramètres pour les horizons temporels les plus éloignés.

36En d’autres termes, mes travaux dans ce domaine démontrent que les principes orthodoxes de la science économique sont compatibles avec la notion de soutenabilité et la défense de l’environnement quand on reconnaît la profondeur des incertitudes qui pèsent sur le destin de l’humanité sur cette Terre.

37Il reste néanmoins un problème à régler. Dans un monde incertain, nos investissements ont en général des impacts différenciés selon l’évolution macro-économique. Nous devrions dès lors valoriser davantage les projets dont les bénéfices sociétaux sont plus importants dans les mauvais états du monde, quand les revenus sont faibles. La plupart des projets ont hélas des bénéfices qui sont positivement corrélés avec le PIB. Une infrastructure de TGV ou une centrale nucléaire supplémentaire sera plus utile quand la croissance est forte. Au contraire, l’augmentation de capacité de soins intensifs sera particulièrement utile dans le cas d’une pandémie qui forcerait un confinement récessif. De même, les bénéfices des investissements antisismiques ou anti-ouragan en Haïti ne se matérialiseront qu’en cas de tremblement de terre ou de cyclone, qui auront aussi pour conséquence de réduire massivement les revenus des Haïtiens. Dans le même esprit, tous les investissements d’adaptation au changement climatique partagent cette caractéristique qu’ils offrent une assurance partielle aux risques portés par la population. Ils réduisent les risques collectifs et accroissent donc le bien-être ex ante sous l’hypothèse d’aversion au risque. À espérance d’impact identique, il faut donc davantage valoriser les projets dont les impacts sont négativement corrélés avec la croissance. Ceci se fait en ajustant le taux d’actualisation au profil de risque des projets. Dans cet esprit, il peut être souhaitable d’actualiser les bénéfices espérés d’une nouvelle ligne de TGV à 5 % au même moment où ceux d’un projet hospitalier ne seraient actualisés qu’à 1 %.

  • 19 Jean-Paul Bouttes, Christian Gollier, Anne-Laure Mascle Allemand, Aude Pommeret et Éric Preud’homm (...)

38Je voudrais analyser avec vous le cas de Cigéo, un projet d’enfouissement pérenne des déchets nucléaires dans les Ardennes. Faut-il dépenser 25 milliards d’euros immédiatement pour enterrer ces déchets et les oublier, ou garder ces déchets éternellement en surface en dépensant 100 millions annuels de frais de maintenance ? Dans cette représentation outrancièrement simplifiée, dès lors que le taux d’actualisation est supérieur à 0,4 %, l’entreposage est la meilleure solution. Évidemment, cette seconde solution reporte les coûts sur les générations futures, mais elle engendre aussi des dommages potentiels sur l’environnement. Ceux-ci sont marginaux tant que notre pays préserve ses compétences nucléaires et sa gouvernance efficace de sûreté nucléaire. Imaginons cependant que notre pays entre dans une période chaotique de son histoire, impliquant une perte de compétence et de contrôle, associée à une chute importante de richesse. Par rapport à l’entreposage, Cigéo empêche que des dommages sanitaires et environnementaux se matérialisent dans ce scénario chaotique. Cigéo offre donc des bénéfices d’autant plus importants que les revenus seront faibles. Cela justifie donc un taux d’actualisation faible. Dans un rapport public récent19, j’ai montré qu’il faut faire Cigéo parce que ce projet est un produit d’assurance dont la valeur dépasse son coût.

39Sous mon impulsion, avec le soutien de France Stratégie, la France est actuellement le seul pays au monde à utiliser un système d’actualisation intégrant le risque de façon rationnelle et opérationnelle en ajustant le taux d’actualisation au profil de risque de chaque projet. Ce système vient d’être révisé paramétriquement et supervisé par Roger Guesnerie. Pour les projets sans risque à long terme, un taux d’actualisation de 1,2 % doit être appliqué. En revanche, pour un projet dont les bénéfices sociétaux sont proportionnels au PIB, un taux d’actualisation de 3,2 % doit être utilisé. Enfin, pour les projets dont les bénéfices augmentent de 1 % chaque fois que le PIB baisse de 1 %, un taux de − 0,8 % doit être utilisé.

  • 20 Philipp Krüger, Augustin Landier et David Thesmar, « The WACC fallacy: the real effects of using a (...)

40Depuis cinquante ans, la théorie de la finance recommande d’ajuster les taux d’actualisation au profil de risque des projets à évaluer. Malgré cela, nos collègues Philipp Krüger, Augustin Landier et David Thesmar ont brillamment montré que même les plus grandes entreprises mettent rarement en œuvre cette méthodologie, pourtant fondée sur des principes moraux et des préférences sociales bien établies20. Le maintien d’un taux d’actualisation unique par les autorités publiques à travers le monde conduit à un surinvestissement dans les projets les plus procycliques, comme les lignes ferroviaires à grande vitesse et un sous-investissement dans les projets ayant une dimension assurantielle, comme les hôpitaux et les normes anti­sismiques. Cette mauvaise allocation du capital dans l’économie conduit à une perte de création de valeur sociale, que j’évalue dans un article de recherche récent à environ 25 %, ce qui est considérable. Pour les générations futures, cela se traduit en une perte massive de richesse espérée et en une augmentation importante des incertitudes que cette mauvaise allocation engendre.

Valeur du carbone

41Après ce long mais utile détour sur la traduction opérationnelle de nos responsabilités envers l’humanité, revenons maintenant sur le thème du climat avant de conclure. Dans la première partie de cette leçon inaugurale, j’ai cherché à vous convaincre qu’il est socialement désirable d’imposer un prix universel du carbone pour aligner la multitude des intérêts privés avec l’intérêt général. Mais quel devrait être son niveau ? Selon le principe pigouvien de « pollueur-payeur », le prix d’une tonne de CO2 devrait être égal à la valeur actualisée du flux de dommages que cette émission engendre. Comme ce flux est très étalé dans le temps, le choix du taux d’actualisation est crucial pour en fixer le niveau.

42Les États-Unis utilisent un taux d’actualisation officiel unique de 7 %. Devant l’absurdité des implications d’un tel choix, beaucoup d’évaluateurs américains violent cette obligation légale, ce qui a permis à une commission interagence sous l’administration Obama d’utiliser un taux d’actualisation de 3 %, et de recommander en conséquence une valeur du carbone autour de 50 euros/tCO2. Cependant, l’administration Trump a réimposé le taux de 7 % dès son arrivée à la Maison blanche, ce qui a conduit à une valeur actualisée des flux beaucoup plus faible, de l’ordre d’un dollar par tCO2.

  • 21 Simon Dietz, Christian Gollier et Louise Kessler, « The climate beta », Journal of Environmental E (...)

43À quel taux faut-il actualiser les dommages climatiques futurs dont la valeur présente constitue la valeur du carbone, arbitre de nos responsabilités envers les générations futures ? Si l’origine humaine du changement climatique fait consensus, son intensité reste encore inconnue, tant du côté des sciences du climat que de celui des impacts environnementaux, sanitaires et économiques. Dans le dernier rapport du GIEC, le paramètre de sensibilité climatique – qui mesure la hausse de température moyenne de la Terre en cas de doublement de la concentration de CO2 – est « très probablement » compris entre 2 et 5 °C. Cela laisse donc une marge très large d’incertitude. Contrairement à la littérature actuelle dominante sur ce sujet, il faut donc ajuster le taux sans risque de 1 % pour l’incertitude affectant les bénéfices de nos efforts de mitigation pour déterminer la valeur du carbone. Ces efforts réduisent-ils le risque porté par les générations futures ? Cela paraît effectivement intuitif : en éliminant le changement climatique, on retire l’incertitude des dommages climatiques futurs. De cette séquence logique, il faudrait donc utiliser un taux d’actualisation plus faible que le taux d’intérêt, et donc imposer une valeur du carbone très élevée. Mais avec Louise Kessler et Simon Dietz21, je montre que cette intuition est fausse. Si l’incertitude portée par les générations futures provient d’autres sources, telles que le progrès scientifique ou la productivité des facteurs de production, comme ce fut le cas durant les deux derniers siècles, alors les efforts de mitigation engendrent des bénéfices positivement corrélés avec la prospérité générale des générations futures. En effet, une augmentation de la productivité des facteurs augmente la production, et donc les émissions de CO2, toutes autres choses égales par ailleurs. Cela conduira à des dommages climatiques supérieurs, et donc à des bénéfices futurs plus élevés de la mitigation aujourd’hui. Ceci implique donc une relation positive entre bénéfice de la mitigation et prospérité future. Il faut dès lors actualiser ces bénéfices à un taux plus élevé que le taux d’intérêt, ce qui réduit d’autant la valeur du carbone. À partir de cette analyse, je recommande d’utiliser un taux d’actualisation de 4 %. En utilisant le modèle DICE du prix Nobel William Nordhaus, cela conduit à une valeur du carbone située autour de 60 euros/tCO2 en 2021. Observons que, avec une telle valeur du carbone, peu d’actions de mitigation au-delà de la suppression du charbon apparaissent comme socialement désirables aujourd’hui. En fait, comme le reconnaît Nordhaus lui-même, cette valeur du carbone nous mène tout droit à une augmentation de 3 °C en fin de siècle. Selon ces hypothèses, ceci suggère que l’accord de Paris est plus ambitieux qu’il n’est désirable du point de vue de l’intérêt combiné des générations présentes et futures sous le voile d’ignorance.

44Néanmoins, le modèle DICE, comme tous les autres modèles intégrés climat-économie, fait des hypothèses qui restent fragiles tant sur la sensibilité climatique que sur les dommages environnementaux, sanitaires et économiques. Qui peut prévoir ce qui se passera dans le cas d’une augmentation de 2 °C, voire de 4 ou 5 °C, des scenarii qui ne sont pas impossibles compte tenu des échecs successifs dans les négociations internationales ? Et quid de la possibilité de points de rupture, d’enclenchement de cercles vicieux dans la dynamique du climat ? Ces questions ont le potentiel de remplir les agendas des économistes et des théoriciens de la décision en incertitude pour quelques décennies encore.

45Les processus démocratiques dans différents pays, dont ceux de l’Union européenne, ont conduit à valider une ambition climatique d’une augmentation de 2 °C, ce qui limite notre budget carbone mondial à 1100 GtCO2, selon le dernier rapport du GIEC. Ceci change la nature du problème de tarification (pricing) du carbone. Nous devons aujourd’hui nous poser la question de l’évolution du prix du carbone d’ici à la fin du siècle qui serait compatible avec une telle ambition. Évidemment, répondre à une telle question nous oblige à anticiper les progrès technologiques verts à venir, qui nous permettront de décarboner nos économies pour un coût plus faible. Pourrions-nous, comme le fait l’administration Biden, parier sur des progrès majeurs qui nous permettraient de justifier de ne pas en faire trop aujourd’hui avec un prix du carbone faible, dans l’attente de ces technologies vertes peu coûteuses ? Ou, au contraire, faut-il appliquer le principe de précaution pour se prémunir contre le risque que ces progrès ne se matérialisent pas, et imposer une décarbonation rapide avec un prix du carbone élevé immédiatement ?

  • 22 Christian Gollier, « The cost-efficiency carbon pricing puzzle », TSE Working Paper, no 18-952, 20 (...)

46En présence d’un budget carbone intertemporel, un effort de réduction d’émission aujourd’hui est un investissement qui permet de réduire symétriquement nos efforts de réduction à l’avenir. La rentabilité sociale de ces efforts est donc égale au taux de croissance du prix du carbone. En l’absence de risque, cet investissement doit avoir une rentabilité égale au taux d’actualisation sans risque, disons 1 %. Comme je le montre dans une étuderécente22, l’ajustement pour le risque de ce taux d’actualisation implique qu’un taux de croissance réel d’environ 4 % par an conduise à un bon équilibre entre sacrifices présents et bénéfices futurs. Hélas, le cinquième rapport du GIEC contient des modèles conduisant à des chroniques de prix croissant à 8 % par an en moyenne, ce qui permet à leurs auteurs de recommander un prix du carbone très faible aujourd’hui, tout en assurant de respecter l’objectif d’une augmentation de 2 °C, avec la promesse de prix très élevés à l’avenir. En France, le second rapport Quinet conduit aussi à un taux de croissance du prix de 8 % par an, de 75 euros/tCO2 en 2021 à 775 euros/tCO2 en 2050. La division par deux du taux de croissance du prix que je recommande conduit plutôt à soutenir une valeur du carbone de 150 euros aujourd’hui et de 500 euros en 2050, en espérance.

47Monsieur l’Administrateur,
Chers collègues, chers amis,
Mesdames, Messieurs,

48Le temps de l’action est venu. Le changement climatique engendre une défaillance autant des marchés que de nos démocraties, ce qui oblige les États responsables à réaligner la myriade des intérêts privés avec l’intérêt général en imposant un prix uniforme du carbone, sans exemption, et sans hausse de la pression fiscale. Notre ambition climatique collective doit se traduire en politiques simples et transparentes, dans l’efficacité et la justice. Elles doivent permettre de lutter en même temps contre le changement climatique et contre les inégalités sociales. Seule une tarification du carbone remplit ces conditions, avec une redistribution intégrale du dividende carbone, en particulier vers les ménages les plus modestes, et avec un ajustement carbone aux frontières pour coordonner le reste du monde avec notre ambition commune, en vue d’un « Avenir commun durable ». L’objectif d’une augmentation de 2 °C est démocratiquement légitime. Le passage de la parole aux actes oblige nos gouvernements, sinon nos entreprises, nos banques, nos assureurs et tous nos concitoyens, à considérer une valeur du carbone de 150 euros/tCO2 au plus tôt, croissant en espérance à 500 euros en 2050. Il y va de nos responsabilités envers les générations futures.

Notes

1 Arthur Pigou, The Economics of Welfare, Londres, Macmillan, 1920.

2 Roland Bénabou et Jean Tirole, « Intrinsic and extrinsic motivation », The Review of Economic Studies, vol. 70, no 3, 2003, p. 489-520.

3 Patrick Criqui, Les Coûts d’abattement, Partie 2 : Transport, France Stratégie, Paris, 2021, https://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/fs-2021-rapport-les_couts_dabattement-_partie_2_transports-juin.pdf.

4 CGEDD, Réduction des vitesses sur les routes. Analyse coûts bénéfices, ministère de la Transition écologique et solidaire, 2018, https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/Th%C3%A9ma%20-%20R%C3%A9duction%20des%20vitesses%20sur%20les%20routes.pdf

5 Patrick Criqui, Les Coûts d’abattement, Partie 3 : Électricité, France Stratégie, Paris, 2022, https://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/fs-2022-couts_dabattement-partie_3-electricite-janvier_0.pdf. Gaël Blaise, Matthieu Glachant et Victor Kahn, « L’impact des travaux de rénovation énergétique des logements sur la dépense énergétique et les émissions de CO2 ? Une évaluation ex-post sur données de panel », MINES ParisTech, 2020.

6 Christian Gollier, Europe : agir ensemble pour la décarbonation, Institut Montaigne, septembre 2021, https://www.institutmontaigne.org/ressources/pdfs/publications/europe-agir-ensemble-pour-la-decarbonation-rapport.pdf.

7 Philippe Aghion, Antoine Dechezleprêtre, David Hémous, Ralf Martin et John Van Reenen, « Carbon taxes, path dependency, and directed technological change: evidence from the auto industry », Journal of Political Economy, vol. 124, no 1, 2016, https://doi.org/10.1086/684581.

8 Jacques Delpla et Christian Gollier, Pour une Banque centrale du carbone (analyse no 1, 1er octobre 2019), Astérion, 2019, http://groupelavigne.free.fr/delpla1019.pdf.

9 Nicholas Stern, The Economics of Climate Change. The Stern Review, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.

10 Daniel Lebègue, Révision du taux d’actualisation des investissements publics, Paris, Commissariat général du Plan, Paris, 2005.

11 Kenneth J. Arrow, « Effet de serre et actualisation », Revue de l’énergie, no 471, 1995.

12 Partha Dasgupta, The Economics of Biodiversity. The Dasgupta Review, HM Treasury, 2021.

13 Roger Guesnerie, « Calcul économique et développement durable », Revue économique, 2004/3, vol. 55, 2004, p. 363-382, https://www.cairn.info/revue-economique-2004-3-page-363.htm.

14 Christian Gollier, « Valuation of natural capital under uncertain substitutability », Journal of Environmental Economics and Management, vol. 94, 2019, p. 54-66 (p. 66), https://doi.org/10.1016/j.jeem.2019.01.003.

15 Robert Solow, « We’d better watch out », The New York Times Book Review, 12 juillet 1987, p. 36.

16 Jacques Drèze et Franco Modigliani, « Consumption decisions under uncertainty », Journal of Economic Theory, vol. 5, no 3, 1972, p. 308-335, https://doi.org/10.1016/0022-0531(72)90044-0.

17 Robert Lucas, « Asset price in an exchange economy », Econometrica, vol. 46, no 6, 1978, p. 1429-1445, https://doi.org/10.2307/1913837.

18 Martin L. Weitzman, « Subjective expectations and asset-return puzzles », American Economic Review, vol. 97, no 4, 2007, p. 1102-1130, https://doi.org/10.1257/aer.97.4.1102.

19 Jean-Paul Bouttes, Christian Gollier, Anne-Laure Mascle Allemand, Aude Pommeret et Éric Preud’homme, Contre-Expertise de l’évaluation socio-économique du projet de Cigéo, rapport au Secrétariat général pour l’investissement, 2021, https://www.andra.fr/sites/default/files/2021-03/Rapport%20Contre%20expertise%20independante%20CIGEO%20VF.pdf.

20 Philipp Krüger, Augustin Landier et David Thesmar, « The WACC fallacy: the real effects of using a unique discount rate », The Journal of Finance, vol. 70, no 3, 2015, p. 1253-1285, https://doi.org/10.1111/jofi.12250.

21 Simon Dietz, Christian Gollier et Louise Kessler, « The climate beta », Journal of Environmental Economics and Management, vol. 87, 2018, p. 258-274, https://doi.org/10.1016/j.jeem.2017.07.005.

22 Christian Gollier, « The cost-efficiency carbon pricing puzzle », TSE Working Paper, no 18-952, 2022, https://www.tse-fr.eu/fr/publications/cost-efficiency-carbon-pricing-puzzle.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search