Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Savoirs autochtones : quelle nature, quels apports ?

 | 
Manuela Carneiro da Cunha

Présentation de Manuela Carneiro da Cunha

Pierre Corvol

Full text

1Chère Collègue,
Chère Manuela Carneiro da Cunha,

2Il y a tout juste vingt ans, la Convention de Rio sur la diversité biologique reconnaissait l’importance des savoirs autochtones dans l’économie mondiale. Reconnaissance tardive, car ces sociétés traditionnelles, même si elles ne constituent qu’un faible effectif – les indiens représentent un millième de la population au Brésil –, ont acquis des connaissances et des techniques uniques pour repérer, gérer et conserver des ressources naturelles.

3Pour ces populations éloignées des lieux du pouvoir, il est ardu de se faire entendre ; de même, il peut être aussi difficile pour les instances nationales et internationales d’entrer en relation avec elles. À ceci s’ajoutent les points de vue qui diffèrent, quand il ne s’agit pas de conflits d’intérêts, entre peuples autochtones, équipes scientifiques, ONG et États.

4À titre d’exemple, les « ressources génétiques », c’est-à-dire le matériel d’origine animale ou végétale contenant des gènes, possèdent une valeur potentielle, mais leur utilisation soulève des questions complexes de propriété intellectuelle et d’exploitation. Il est indispensable de trouver des solutions pour pallier les inégalités flagrantes qui résultent de l’asymétrie de savoir et d’expertise juridique entre populations autochtones et entreprises, ou chercheurs du secteur public ou privé.

5C’est à ces questions difficiles que vous avez consacré l’essentiel de vos recherches et de votre enseignement. Venue en France pour compléter votre formation mathématique à l’université, vous avez changé de cap en suivant le séminaire d’anthropologie de Claude Lévi-Strauss au Collège de France. Rentrée au Brésil, vous avez été nommée professeur d’anthropologie à l’université de Campinas, puis à l’université de São Paulo, et finalement à l’université de Chicago jusqu’en 2009.

6Vos premiers travaux ont porté sur l’ethnologie amazonienne et la définition de l’identité indienne au Brésil. Vous avez étudié le statut légal des indiens et son incidence sur leurs droits personnels et collectifs dans la société brésilienne contemporaine. Vous avez joué un rôle important dans le comité sur les droits des indiens à l’Assemblée constituante de 1988, dans plusieurs commissions de l’UNESCO pour la conservation de la forêt tropicale, ou encore à la Convention pour la diversité biologique.

7Vos recherches ont porté sur le rôle des sociétés traditionnelles dans la conservation et la gestion des ressources naturelles, et sur les usages de l’environnement par les sociétés indiennes et non indiennes. Votre Encyclopédie de la forêt, que vous avez publiée en 2002, a été décrite par Claude Lévi-Strauss comme l’« ouvrage le plus enrichissant par son contenu qu’il [lui] ait été donné de lire depuis longtemps ».

8Vous poursuivez votre action dans deux directions : la lutte contre les discriminations ethniques et raciales, et la réflexion sur les savoirs traditionnels. La chaire annuelle que vous avez appelée « Savoirs autochtones » est la quatrième du cycle « Savoirs contre pauvreté – AFD » soutenue par l’Agence française de développement. Elle s’inscrit dans les enjeux du développement en Amérique latine que soutient l’AFD, et enrichit la réflexion qu’elle a publiée récemment dans la collection « À Savoir ».

9De retour en France cette année, vous êtes prête à nous faire bénéficier de votre expérience dans la défense des peuples indigènes et l’importance des savoirs qu’ils détiennent ; non seulement en enseignant ici-même, mais aussi en interagissant par vidéoconférence avec 7 campus numériques de l’Agence universitaire de francophonie, et en pilotant un stage de 15 jours à Paris que propose l’Agence française de développement à 7 jeunes enseignants-chercheurs originaires du Brésil, de Centrafrique, du Cameroun, de Madagascar et du Vietnam.

10Soyez en remerciée.

© Collège de France, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540