Version classiqueVersion mobile

La métaphysique du temps : perspectives contemporaines

 | 
Alexandre Declos
, 
Claudine Tiercelin

I- Intuitions, sciences, métaphysique : les images du temps

Une défense de la « vieille théorie B » du temps

Alexandre Declos

Texte intégral

Introduction

1La « vieille théorie B du temps » est une thèse ontologico-sémantique, qui affirme qu’il est possible, via une méthode de paraphrase logique, d’éliminer l’engagement apparent du langage ordinaire envers le passage du temps. Cette position, si elle a connu des défenseurs notables au XXe siècle, est largement tombée en défaveur ces dernières décennies. Beaucoup considèrent en effet que la vieille théorie B rencontre des objections insurmontables, et que les théoriciens B devraient, de ce fait, embrasser une « nouvelle » théorie B, plus modeste dans ses ambitions. Dans cet article, je chercherai à donner quelques raisons de contester cette affirmation reçue. Les objections usuellement avancées contre la vieille théorie B, comme j’essaierai de le montrer, ne sont pas fatales. Si cette conclusion est juste, nous devrions sortir la vieille théorie B des limbes où elle été jetée voilà quelques décennies. Les théoriciens B n’auraient plus de raison d’embrasser cette doctrine édulcorée qu’est la nouvelle théorie B du temps.

2Voici le plan ici retenu. Je proposerai tout d’abord quelques remarques générales et introductives sur la controverse entre « théorie A » et « théorie B », ainsi que sur la question du temps verbal ou grammatical (section 1). Seront ensuite présentés les mécanismes et le détail technique de la vieille théorie B du temps, notamment dans la version défendue par Nelson Goodman dans ses premiers travaux (section 2). Pour finir, je retracerai plusieurs des objections adressées à l’encontre de la vieille théorie B du temps, avant d’examiner comment celles-ci pourraient être surmontées (section 3).

1. Remarques liminaires

3Avant d’examiner plus en détail la vieille théorie B du temps, un certain nombre de remarques introductives sont de mise.

1.1. Théorie A et théorie B

  • 1 McTaggart, en réalité, ne parle pas de la série A ou B au singulier, mais au pluriel. Il est en eff (...)

4En premier lieu, il convient de rappeler que la philosophie du temps, depuis les travaux de J. M. E. McTaggart, s’articule autour de la distinction fondamentale entre la « série A » (A-series) et la « série B » (B-series)1. Les deux séries correspondent à des manières fort différentes de décrire le temps et d’ordonner les faits et les événements en son sein. La série A ordonne les événements dans le temps à l’aide de prédicats monadiques, comme « ... est présent », « ... est passé », ou « ... est futur ». Elle attribue ainsi des propriétés temporelles transitoires aux faits et événements. La série B décrit pour sa part un ordre temporel à l’aide de relations dyadiques, comme « ... est antérieur à ... », « …est simultané à ... », ou « ... est postérieur à ... ». Ce qui distingue fondamentalement la série A de la série B, c’est que la première, mais pas la seconde, ordonne les événements par référence à un instant présent. De ce fait, la série A implique l’existence du passage du temps, tandis que la série B l’exclut.

5Illustrons ce point en considérant un événement donné, par exemple la Première Guerre Mondiale. Si l’on s’en tient à le décrire à l’aide de la série A, il faudra dire que celui-ci possédait d’abord la propriété temporelle d’être futur, puis celle d’être présent, puis enfin celle d’être passé. Cet événement semble donc littéralement se mouvoir dans le temps : d’abord futur, il se serait avancé petit à petit vers le présent, avant de reculer toujours plus loin dans le passé. La série A incorpore ainsi l’idée d’un flux ou d’un passage du temps. La série, pour sa part, B n’implique rien de tel. Si je dis que la Première Guerre Mondiale est postérieure à la Révolution Française ou qu’elle est antérieure à la chute du mur de Berlin, ces relations valent sous l’espèce de l’éternité. Les positions des événements sur la série-B, autrement dit, sont immuables et permanentes. En cela, et contrairement à la série A, la série B n’implique aucune idée de passage ou de mouvement temporel.

6La distinction entre série A et B se trouve au fondement de l’argument célèbre de McTaggart (1908, 1927) : si l’on admet (i) que la réalité du temps suppose celle du changement (qui selon McTaggart n’existe véritablement que dans la série A), mais également (ii) que la série A est intrinsèquement contradictoire, dans la mesure où elle attribue à chaque instant des propriétés temporelles incompatibles à chaque fait ou événement ; il s’ensuit (iii) que le temps est irréel. En une formule : sans série A, pas de changement, sans changement, pas de temps !

  • 2 Pour un panorama du débat, voir par exemple Zimmerman (2005).

7Si bien peu de philosophes ont accepté cette conclusion radicale de McTaggart, la distinction entre série A et B n’en a pas moins laissé d’informer les débats ultérieurs en métaphysique du temps. S’y joue désormais une controverse fondamentale entre « théoriciens A » et « théoriciens B »2. Les premiers rejettent la prémisse (ii) de l’argument de McTaggart : il n’existe, selon eux, aucune contradiction intrinsèque dans la série A et les propriétés temporelles qu’elle enveloppe. La série A correspondrait bien à la nature réelle du temps, qui serait donc fondamentalement un mouvement ou un passage. Les « théoriciens B » rejettent cette conclusion. Selon eux, tandis que McTaggart a eu raison de dire que la série A enveloppe une contradiction, il s’est trop avancé en supposant que le temps n’est réel que s’il existe un authentique devenir – comme le veut la prémisse (i). Autrement dit, les théoriciens B jugent que le caractère contradictoire de la série A ne signe pas l’arrêt de mort du temps. Selon eux, la série B suffit à rendre compte de sa réalité, le temps n’étant alors plus qu’un système de relations fixes entre les faits et les événements. Les théoriciens B, ainsi, rejettent l’idée qu’il existe un mouvement des choses au sein de la dimension temporelle, et donc, l’idée du passage du temps.

1.2. La question du temps grammatical

8Dans cet article, je me focaliserai sur un aspect assez circonscrit de la dispute entre théoriciens A et B, à savoir, le problème du temps « grammatical » ou « verbal » (ce que l’on appelle le « tense » en anglais). Sur le plan sémantique, nous pouvons distinguer les énoncés « tensés » des énoncés « détensés ». Les premiers ont ceci de propre qu’ils semblent changer de valeur de vérité dans le temps. Par exemple, un énoncé comme « le chat est sur le tapis » peut être vrai présentement, mais faux à un moment ultérieur. Il s’agit donc d’un énoncé tensé. À l’inverse, la valeur de vérité des énoncés détensés ne change pas au cours du temps. Les énoncés au présent de vérité générale, par exemple, sont détensés : la vérité de la phrase « le triangle est une figure trilatérale » ne varie pas dans le temps, et elle ne dépend pas du temps particulier où on l’énonce. Plus largement, les énoncés qui font intervenir des relations B sont détensés. Par exemple, les énoncés « la Première Guerre Mondiale est postérieure à la naissance de Louis XIV » et « l’élection de Donald Trump est antérieure à l’extinction du Soleil » sont vrais, et resteront toujours tels.

9On pourrait demander quel rapport entretient la distinction entre énoncés tensés et détensés avec la dispute qui oppose les théoriciens A aux théoriciens B. La réponse est la suivante. Les théoriciens A sont partisans de ce que l’on appelle une « théorie tensée » du temps. Selon celle-ci, les énoncés tensés (ou les propositions qu’ils expriment) sont rendus vrais par des faits, états de choses, ou événements eux-mêmes tensés, c’est-à-dire, qui possèdent des propriétés A intrinsèques (comme être présent, être passé, etc.). Ainsi, les partisans de la théorie tensée du temps défendent que c’est parce qu’il existe réellement des propriétés A, et par extension un véritable passage du temps, que les énoncés tensés voient leur valeur de vérité changer dans le temps. Par exemple, l’événement qu’est la présidence de Donald Trump a successivement les propriétés temporelles intrinsèques d’être futur, présent, puis passé ; et c’est ce changement de propriétés A qui permet de rendre compte de la vérité ou fausseté variable de l’énoncé tensé « Donald Trump est président des États-Unis ».

10Les partisans de la théorie B, bien entendu, rejettent cette analyse. Ils embrassent pour leur part une théorie « détensée » du temps. Selon celle-ci, les énoncés tensés ne nous engagent en rien à admettre l’existence de propriétés A, mais peuvent être compris en termes de seules relations B. Ce qui rend vrai ou faux l’énoncé tensé « Donald Trump est président des États-Unis » n’est pas une propriété A, mais une relation B (d’antériorité, de simultanéité, ou de postériorité) qu’entretient le temps auquel cet énoncé est proféré, ou cette énonciation elle-même, à l’événement qu’est la présidence de Donald Trump. Selon la théorie détensée du temps, il n’existe donc pas de faits, d’états de choses ou d’événements tensés.

  • 3 Une précision importante : si la controverse entre théorie A et B se joue pour partie sur un terrai (...)

11En somme, on voit que la question du temps grammatical recoupe substantiellement la dispute entre théorie A et théorie B. Les théoriciens A défendent qu’il faut prendre le temps grammatical au sérieux, dans la mesure où il impliquerait l’existence de propriétés A et donc du passage du temps. Les théoriciens B refusent quant à eux de penser que le temps grammatical possède de telles implications métaphysiques. Ils doivent alors trouver un moyen de montrer que le tense peut être réduit, éliminé, ou du moins, qu’il n’implique pas d’admettre l’existence de propriétés A3.

1.3. Deux modèles de la théorie B

12Il est important de noter, enfin, qu’il existe deux modèles de la théorie B « détensée » qui vient d’être mentionnée.

13La « vieille » version de la théorie B, qui est celle que j’entends présenter puis défendre aujourd’hui, combine une thèse ontologique et une thèse sémantique, que Francesco Orilia et Nathan Oaklander nomment respectivement l’atensionalisme ontologique et l’atensionalisme sémantique (2013, 1). L’atensionalisme ontologique correspond au refus de croire qu’il existe des faits, états de choses, ou événements tensés, qui joueraient le rôle de vérifacteurs des énoncés tensés. L’atensionalisme sémantique affirme, plus fortement encore, qu’il n’existe pas de temps verbal irréductible dans le langage : nous pourrions paraphraser tous les énoncés apparemment tensés en des énoncés détensés, qui ne comprennent plus que des relations B. Cette paraphrase se veut salva veritate (elle entend conserver la valeur de vérité des énoncés d’origine) et salva informatione (elle entend conserver la valeur cognitive ou teneur informationnelle des énoncés d’origine). Selon la vieille théorie B, il n’existe donc de tense ni dans le langage, ni dans le monde.

  • 4 Parmi eux : Broad (1921), Goodman (1990, 2005), Reichenbach (1947), et Quine (1960), Smart (1949, 1 (...)
  • 5 Voir par exemple Smart (1980), Mellor (1981), Oaklander (2004), Dyke (2002, 2007), Mozersky (2000).
  • 6 Comme le note Oaklander, « la nouvelle théorie [B] distingue ainsi deux langages. L’un est nécessai (...)

14Si la vieille théorie B a eu plusieurs défenseurs éminents au cours du XXe siècle4, la plupart des philosophes la considèrent désormais comme une position intenable – exception faite d’Orilia & Oaklander (2013), qui à ma connaissance en sont les seuls défenseurs récents. Pour des raisons qui seront examinées plus loin, beaucoup acceptent en lieu et place une « nouvelle » théorie B du temps5. Celle-ci est une version édulcorée de son ancêtre, dans la mesure où elle accepte l’atensionalisme ontologique mais rejette l’atensionalisme sémantique. Autrement dit, si elle admet qu’il n’existe pas de faits, d’états de choses, ou d’événements tensés, la nouvelle théorie B concède que le temps grammatical est irréductible sur le plan sémantique ou même épistémologique : il serait un élément inéliminable du langage ou de nos croyances. La nouvelle théorie B, en ce sens, renonce au projet de traduire les énoncés tensés en des énoncés détensés. Elle maintient cependant que les conditions de vérité des énoncés tensés sont détensées. Pour la nouvelle théorie B, si nous parlons et pensons certes de manière irrémédiablement tensée, il n’existe donc pas de faits, d’états de choses, ou d’événements tensés dans le monde6.

2. La vieille théorie B de Nelson Goodman

  • 7 Goodman a soutenu sa thèse en 1940, mais celle-ci n’a été publiée qu’en 1990.

15Après ces quelques remarques introductives, je propose d’en venir à un examen détaillé de la vieille théorie B du temps. Je présenterai ici, plus particulièrement, la version défendue par Nelson Goodman dans sa thèse de doctorat A Study of Qualities (1990, SQ)7 puis dans son ouvrage The Structure of Appearance ([1951] 2005, SA). Cet angle d’attaque me semble intéressant, dans la mesure où les analyses goodmaniennes sur le tense – qui sont au demeurant assez méconnues –sont considérablement plus développées que celles d’autres vieux théoriciens B. Elles figurent donc un bon moyen de présenter le détail de cette position.

16Le point de départ des analyses de Goodman est le constat que les énoncés tensés figurent une anomalie logique :

… une expression comme « Votre voiture est garée en face de Memorial Hall » n’a pas de valeur de vérité constante, et ne peut donc être traitée, en l’état, par la logique standard (…) Sauf à se contenter de renoncer à la tentative de rendre le temps intelligible, nous ne pouvons pas simplement écarter de tels énoncés comme « non logiques » (...) La logique tient la vérité et la fausseté comme deux classes exhaustives et mutuellement exclusives d’énoncés, et elle ne prévoit pas la possibilité d’énoncés nomades, qui feraient des allers-retours entre ces deux classes (SQ 568-570).

17Plus fondamentalement, le problème est que les énoncés tensés (qui sont omniprésents dans le langage courant) semblent donner raison à la théorie A. Comme on l’a dit, une phrase banale comme « il pleut » est tensée, puisqu’elle semble vraie à certains temps mais pas à d’autres. Or il est naturel de penser que cette notion de « vérité à un temps » (et celle, corrélative, du « changement aléthique » des énoncés tensés) est simplement le reflet du passage objectif du temps : c’est parce que différents faits et événements deviennent présents puis cessent de l’être, pourrions-nous dire, que l’énoncé « il pleut » change de valeur de vérité selon les temps où on le prononce.

  • 8 Goodman laisse même à entendre qu’il s’agirait d’une mystification philosophique : « Le langage ord (...)

18Goodman, comme les autres vieux théoriciens B, refuse cette interprétation des énoncés tensés, et propose de montrer qu’ils peuvent recevoir une analyse logique adéquate. Comme il le défend, le phénomène du temps verbal n’est qu’apparent8 : s’il semble certes que les énoncés tensés changent de valeur de vérité dans le temps, cette impression peut être écartée à l’analyse, dans la mesure le temps verbal est éliminable du langage logique enrégimenté. L’objectif de Goodman, autrement dit, sera de proposer une méthode permettant de traduire les énoncés apparemment tensés, qui semblent impliquer l’existence de propriétés A et donc d’un passage du temps, en des énoncés détensés, qui ne suggèrent plus rien de tel. Ce projet, selon Goodman, doit être conduit en deux grandes étapes, que je propose maintenant de détailler.

2.1. L’analyse en une forme conjonctive

19(Une note préliminaire : une convention est requise pour distinguer précisément les expressions tensées et détensées. Pour éviter toute ambiguïté, je soulignerai désormais les premières, et barrerai les secondes).

20La première étape de la réduction B-théorique, telle que la conçoit Goodman, consiste à analyser toutes les formes possibles d’énoncés tensés en une conjonction dont seul l’un des membres est tensé. Pour comprendre ce point, prenons un énoncé tensé simple, comme :

(a) Le chat est sur le tapis

21Ce que nous assertons, en prononçant (a), est que cet énoncé est vrai à un certain temps, qui est plus ou moins précisément déterminé (mais non directement mentionné). On peut expliciter ce point en disant que (a) signifie que le chat est maintenant sur le tapis, ou encore, que le chat est sur le tapis au temps présent. Selon Goodman, (a) équivaut donc à :

(a’) Le chat est sur le tapis à un temps et ce temps est présent

22On voit que notre énoncé tensé original, (a), est ici analysé sous une forme conjonctive. Le verbe dans le premier conjoint de (a’) est detensé, car le fait qu’il soit vrai ou faux que le chat soit sur le tapis à tel ou tel temps ne dépend pas du temps d’énonciation. En revanche, le second membre de la conjonction reste tensé – car la vérité ou fausseté de l‘affirmation qu’un certain temps est présent dépend pour sa part du temps d’énonciation. Comme le note Goodman, on peut analyser tous les énoncés tensés sous une telle forme conjonctive. Outre les énoncés au présent de l’indicatif, nous avons à rendre compte de nombreuses autres formes tensées (SQ 585). Par exemple, nous pouvons dire :

Le chat est sur le tapis à un temps, et ce temps...

(1) est présent

(2) est futur

(3) est passé

(4) était présent

(5) sera présent

(6) était futur

(7) sera futur

(8) était passé

(9) sera passé

23Toutes ces formes tensées posent problème à la théorie B, puisqu’elles semblent changer de valeur de vérité selon le temps où elles sont assertées (ce qui, une fois encore, pourrait se comprendre comme la marque du passage objectif du temps). Il s’agit donc d’en proposer une paraphrase. Comme va le montrer Goodman, on peut tout d’abord simplifier ce programme en opérant une série de réductions de ces diverses formes tensées.

24En premier lieu, il est possible d’analyser toutes les formes (4)-(9) dans les termes de (1), (2), ou (3). Par exemple, on peut reformuler (4) en termes de (3), car quelque chose qui était présent est nécessairement passé. De même, la forme (5) est analysable en termes de (2), puisque quelque chose qui sera présent est futur. On a donc les équivalences suivantes :

(4’) t était présent ↔ (∃s) s est passé ∧ t est simultané au temps s

(5’) t sera présent ↔ (∃s) s est futur ∧ t est simultané au temps s

25Une même analyse peut être conduite pour les formes restantes (6)-(9), qui sont respectivement analysées comme suit :

(6’) t était futur ↔ (∃s) s est passé ∧ s est antérieur à t

(7’) t sera futur ↔ (∃s) s est futur ∧ s est antérieur à t

(8’) t était passé ↔ (∃s) s est passé ∧ t est antérieur à s

(9’) t sera passé ↔ (∃s) s est futur ∧ t est antérieur à s

26Un premier résultat est donc qu’il est possible d’analyser toutes les expressions tensées en termes des formes basiques (1), (2) et (3), qui énoncent respectivement qu’un temps est présent, est futur, ou est passé.

27Le point suivant va être d’analyser les formes (2) et (3) termes de (1) – c’est-à-dire, de reformuler « est futur » et « est passé » en termes de la forme « est présent ». Là encore, ce n’est guère difficile. Dire qu’un événement est futur, c’est affirmer que le temps présent est antérieur à celui-ci. De même, lorsque nous disons qu’un événement est passé, nous affirmons que le temps présent lui est postérieur. Nous avons donc les équivalences suivantes :

(2’) t est futur ↔ (∃s) s est présent ∧ s est antérieur à t

(3’) t est passé ↔ (∃s) s est présent ∧ t est antérieur à s

28Nous avons donc désormais un moyen de reformuler toutes les formes tensées en termes de (1). Tout énoncé tensé, autrement dit, peut ultimement être reformulé sous une forme conjonctive, où ne demeure plus, outre des relations B, que cette clause tensée « est présent ». Pour prendre un exemple, la forme (8) ci-dessous (« était passé ») peut être analysée en deux temps. On peut d’abord dire :

(8’) t était passé ↔ (∃s) s est passé ∧ t est antérieur à s

29Puis, en vertu de l’analyse de « est passé » en termes de « est présent » :

(8’’) t était passé ↔ (∃r, s) r est présent ∧ s est antérieur à r ∧ t est antérieur à s

30Ainsi, dire qu’un événement était passé signifie simplement qu’il existe un temps antérieur à l’instant présent et un autre temps encore plus antérieur, auquel se situe l’événement en question.

31Les développements précédents montrent que tout énoncé tensé peut être analysé sous la forme d’une conjonction où ne demeure plus, comme expression tensée, que la clause « est présent ». Ceci achève la première étape de la réduction proposée par Goodman. Le projet de paraphrase B théorique est maintenant largement simplifié, puisque le seul problème qui demeure est de savoir comment analyser l’expression « est présent ». Si celle-ci peut être paraphrasée en termes de relations B, dit Goodman, « tout le problème du temps verbal effectif aura été résolu » (SQ 588).

2.2. La réduction de la clause tensée « est présent »

32L’expression tensée « ... est présent », puisqu’elle change de valeur de vérité selon le moment où elle est assertée, ne saurait demeurer en l’état dans les paraphrases B théoriques. Comment alors l’analyser en termes entièrement détensés ? La solution proposée par Goodman va consister à recourir à la distinction fameuse (et qui remonte à C. S. Peirce) entre les types et les tokens (SQ 595sq ; SA 315sq).

  • 9 En raison de ses inclinations nominalistes, Goodman propose in fine d’abandonner entièrement la not (...)

33Cette distinction peut être illustrée comme suit. Si je demande combien de mots différents se trouvent dans la phrase « un sou est un sou », on pourra répondre à bon droit que cela dépend. En un certain sens, qui est celui qui correspond à la notion de « token », il y a cinq mots distincts dans la phrase ; mais en un autre, qui correspond à celui de « type », il n’y en a que trois – car les mots « un » et « sou » sont répétés deux fois. Comme l’indique cet exemple, chaque inscription ou énonciation particulière d’un mot ou d’une phrase compte comme un token distinct (ou si l’on veut, une instance) d’une forme générale, qui est le type dont ils sont des tokens. À la différence de ses tokens, qui sont des particuliers concrets qui occupent une position déterminée dans l’espace et le temps, le type est une entité abstraite – il n’est lui-même situé, écrit, ou prononcé nulle part9. Cette distinction, comme j’y reviendrai, permet de dire que deux tokens d’un même type sont des énoncés différents, qui peuvent potentiellement différer dans leur valeur de vérité.

34À cela, il faut ajouter deux choses. Tout d’abord, Goodman insiste pour dire qu’un type n’a, en lui-même, pas de valeur de vérité (SQ 604). L’énoncé « Le roi est mort hier », si on le considère indépendamment de tout token particulier, c’est-à-dire en tant que type, n’est ni vrai ni faux, quoique chacune de ses instances soit ou vraie ou fausse. D’autre part, Goodman soutient que tous les énoncés tensés comportent des « indicateurs » (ou, dans une terminologie plus contemporaine, des indexicaux), c’est-à-dire des termes dont la référence dépend de paramètres contextuels comme le temps et lieu d’énonciation, comme « ici », « maintenant », « je », etc. Même lorsqu’aucun indexical temporel ne se trouve explicitement dans un énoncé tensé, le verbe, assure Goodman, tient généralement cette fonction (SQ 608).

35La distinction type/token va jouer un rôle crucial dans le projet de réduction B théorique envisagé ici. Comme le défend Goodman, l’analyse de la clause tensée « est présent » est rendue possible en nommant les tokens d’énoncés tensés et les expressions indexicales qui y figurent. Pour prendre un exemple, appelons C une énonciation particulière de la phrase tensée :

(C) Le temps t est présent

36Contrairement à l’énonciation ponctuelle de cette phrase, qui est datée et par principe non répétable, le nom propre de cette énonciation, C, est non daté et répétable. Il peut ainsi recevoir un traitement logique adéquat. Un énoncé apparemment tensé comme C, selon Goodman, peut être analysé en termes B-théoriques comme suit :

(C’) Le temps t est simultané avec le temps de l’énonciation C de « présent »

37La clause tensée « est présent », qui semblait encore correspondre à une irréductible propriété A, se voit ici remplacée par une relation B de simultanéité entre deux temps (celui auquel réfère l’énoncé, et celui auquel est énoncé le mot « présent »). Pour Goodman, les énoncés apparemment tensés enveloppent donc des relations temporelles déguisées, que la paraphrase permet de mettre au jour. Puisque la paraphrase (C’) est entièrement détensée, elle satisfait donc les desiderata de la vieille théorie B.

38D’autres exemples peuvent être considérés. Une énonciation D de

(D) Le temps t est passé

39pourra être paraphrasée comme suit :

(D') (∃s) s est le temps de l’énonciation D de « passé » ∧ t est antérieur à s

40Enfin, une instance E de

(E) Le temps t est futur

41équivaut à l’énoncé détensé (E’) :

(E') (∃x) x est le temps de l’énonciation E de « futur » ∧ x est antérieur à t

42À ce stade, Goodman juge qu’il a présenté une méthode générale permettant de traduire tous les énoncés (apparemment) tensés en énoncés détensés. Si tel est le cas, les énoncés qui semblent refléter le passage du temps peuvent maintenant recevoir une paraphrase qui n’implique plus rien de tel. Pour prendre un exemple particulièrement suggestif, considérons une assertion F de la phrase :

(F) E était futur, est présent, et sera passé

  • 10 Cette première paraphrase se base sur les équivalences suivantes :

43Bien que cet énoncé semble refléter le mouvement d’un événement E au travers de la dimension temporelle, nous pouvons, à partir de ce qui précède, le traduire en termes purement B-théoriques. Au terme des différentes opérations de la première étape de la réduction, cet énoncé se voit d’abord paraphrasé comme suit (SQ 593)10 :

(F’) (∃r, s) (r est présent ∧ s est antérieur à r ∧ s est antérieur à E) ∧ E est présent ∧ (∃c, d) (c est présent ∧ c est antérieur à d ∧ E est antérieur à d)

44Ce qui peut aisément être simplifié comme suit :

(F’’) (∃s, d) s est antérieur à E ∧ E est présent ∧ E est antérieur à d

45On peut alors réduire la clause tensée restante à l’aide de la méthode présentée ci-dessus :

(F’’’) (∃s, d) s est antérieur à E ∧ E est simultané au temps de l’énonciation F de « présent » ∧ E est antérieur à d

46Comme le révèle cette dernière paraphrase, notre assertion originale ne nous engage donc pas, après tout, envers d’irréductibles propriétés A. Ainsi reformulée, l’énonciation d’origine dit en effet simplement que E est simultané au temps de l’énonciation de F (ou plus précisément, au temps de l’énonciation de l’indexical « présent » dans l’énonciation F), que cette énonciation est postérieure à un temps antérieur, et qu’elle est antérieure à un temps postérieur. Comme on le voit, il ne reste ici que des relations B. En ce sens :

Les phrases qui expriment le passage du temps ou le flux des événements par des phrases qui décrivent simplement des relations d’antériorité dans la série temporelle. La suggestion d’un cours, d’un passage ou d’un vieillissement disparaît (SA 326).

2.3. L’approche « token-reflexive »

  • 11 On notera que la théorie token-reflexive est également compatible avec la nouvelle théorie B du tem (...)

47Pour finir, et avant de passer à un examen critique de la vieille théorie B, il convient de noter que Goodman anticipe ici à certains égards la vieille théorie B dite « token-reflexive » (désormais : TR). Cette dernière approche, qui a notamment été défendue par Reichenbach (1947) puis Smart (1949, 1963), tire son nom du fait qu’elle fait intervenir des expressions sui-référentielles (comme « ce token », « cette énonciation », etc.) dans la paraphrase des énoncés tensés11. Grosso modo, il s’agit donc d’admettre les équivalences suivantes (Smart 1949, 224) :

x est présent ↔ x est simultané à cette énonciation

x est passé ↔ x est antérieur à cette énonciation

x est futur ↔ x est postérieur à cette énonciation

  • 12 « Lorsqu’on nous dit ‘Mme Brown n’est pas chez elle’, nous savons à quel temps cela est dit et donc (...)
  • 13 « Mais n’y a-t-il pas des pensées qui sont vraies aujourd’hui, mais qui seront fausses dans six moi (...)
  • 14 « Pour finir le travail et éternaliser [un énoncé tensé], nous devons remplacer le ‘maintenant’ qui (...)
  • 15 On juge communément que cette version de la théorie B est tout aussi problématique que la vieille t (...)

48L’approche TR n’est pas la seule forme possible de vieille théorie B. Une variante est la « théorie des dates » (date theory), qui a été défendue notamment par Russell12, Frege13, et Quine14. Selon cette version particulière de la vieille théorie B, la paraphrase détensée des énoncés tensés doit faire intervenir non pas une expression sui-référentielle (comme « ce token »), mais plutôt une description de la date et de l’heure. Par exemple, la véritable signification de « Le chat est sur le tapis » serait : « Le chat est sur le tapis à 19h30, le 4 août 2020 »15.

  • 16 « Dire que le moment présent est (…) midi, le premier janvier 1933, c’est faire un énoncé qui est l (...)
  • 17 Il semble en outre que la position de Goodman ait quelque peu évolué entre SQ et SA. Dans ce dernie (...)

49On peut remarquer qu’il n’est pas évident de situer la position de Goodman précédemment exposée au regard de ces deux formes de vieille théorie B. D’un côté, les paraphrases auxquelles il recourt ne sont pas strictement token-reflexive. L’expression « … est simultané au temps de l’énonciation F de ‘présent’ », par exemple, ne réfère pas directement à elle-même comme le fait « … est simultané à cette énonciation ». De ce fait, on pourrait vouloir rapprocher les analyses de Goodman d’une vieille théorie B des dates, comme le proposent Orilia & Oaklander (2013, 4). Cette suggestion me semble toutefois erronée, puisque Goodman affirme explicitement que la méthode de paraphrase proposée par la théorie des dates ne permet en rien d’éliminer le tense16. Qui plus est, nous avons vu que la méthode de traduction qu’il propose repose crucialement sur la distinction type/token, et qu’elle consiste à analyser les propriétés A en termes de relations d’antériorité, de simultanéité, ou de postériorité à des énonciations, plutôt qu’à des dates. La position de Goodman, si elle n’est pas entièrement orthodoxe, se rapproche donc davantage d’une approche TR17

50Quoiqu’il en soit de ces questions d’exégèse, c’est la vieille théorie B sous sa forme TR que je défendrai ici. Celle-ci, comme on le vérifiera, est en mesure d’éviter les difficultés rencontrées par la théorie des dates. Pour l’heure, l’important est de noter que l’approche TR est parfaitement capable d’écarter les inquiétudes relatives au supposé changement aléthique des énoncés tensés. Les paraphrases détensées qu’elle propose, en effet, possèdent une valeur de vérité fixe et permanente. Pour prendre un exemple, l’énoncé apparemment tensé « Le chat est sur le tapis » peut être paraphrasé par : « Le chat est sur le tapis simultanément à ce token ». Or ce dernier énoncé n’est sujet à aucun changement aléthique : il est éternellement vrai (ou faux). En ce sens, la paraphrase révèle qu’il est erroné de considérer que les énoncés (apparemment) tensés du langage ordinaire changent de valeur de vérité dans le temps. La vieille théorie B TR, autrement dit, nie tout simplement l’existence du changement aléthique !

  • 18 Comme le résume Dyke : « L’explication détensée du fait que les énoncés tensés ont des valeurs de v (...)

51Qui plus est, l’approche TR explique simplement pourquoi plusieurs tokens non-simultanés d’un même énoncé-type n’auront pas forcément la même valeur de vérité : c’est, tout simplement, qu’il s’agit énoncés distincts. Aussi l’erreur initiale est-elle de considérer que l’énoncé « le chat est sur le tapis », prononcé à des instants différents, serait successivement vrai ou faux. Ce qu’il faut dire, plutôt, est que cet énoncé-type a des instances qui sont vraies, et d’autres qui sont fausses (SQ 595). En ce sens, la théorie B TR explique l’apparence du changement aléthique comme le fait qu’il existe des tokens numériquement distincts d’un même type, dont certains sont vrais et d’autres faux18. Il n’y a donc aucune raison de conclure de ce supposé phénomène sémantique à la théorie A du temps.

3. La vieille théorie B face à ses critiques

52Après avoir présenté le détail de la vieille théorie B du temps, j’en viens à la tâche centrale de cet article, à savoir, celle de défendre cette position contre ses critiques. Dans ce qui suit, je propose d’examiner plusieurs objections pressantes à la vieille théorie B (de type TR), avant de voir comment son avocat pourrait y répondre.

3.1. L’inéliminabilité du tense ?

53Une première objection, que l’on doit à Heather Dyke (1996, 26), consiste à soutenir que la vieille théorie B TR échoue à éliminer le temps grammatical du langage. Cet argument prend la forme d’un dilemme. Considérons un énoncé tensé (S) et sa paraphrase (S’), par exemple :

(S) Le soleil brille

(S’) Le soleil brille simultanément à ce token

54Comme le remarque Dyke, on peut demander à quoi renvoie, dans (S’), l’expression sui-référentielle « ce token ». Deux réponses sont possibles pour le vieux théoricien B :

55La première est de dire que « ce token » réfère à l’énoncé tensé (S). Mais dans ce cas, il faut bien que (S) soit proféré ou énoncé, pour que l’expression « ce token » de (S’) puisse y référer. Autrement dit, l’énoncé tensé (S) semble être le nécessaire préalable de sa paraphrase detensée (S’). Ce qui signifie, plus généralement, qu’il n’y aurait pas d’énoncés détensés, s’il n’y avait pas d’énoncés tensés en premier lieu. D’après Dyke, cela indique que le temps grammatical est inéliminable, contrairement à ce que prétend le vieux théoricien B.

56La deuxième option, qui semble plus naturelle pour le vieux théoricien B, serait d’affirmer que l’expression « ce token », dans (S’), réfère au token de l’énoncé détensé, c’est-à-dire à la paraphrase (S’) elle-même. Mais dans ce cas, objecte Dyke, « l’énoncé détensé se comporte en douce comme s’il était un token d’énoncé tensé » (1996, 26). Il en va ainsi, selon elle, dans la mesure où (S’) n’est pas moins dépendant d’un contexte temporel que (S) : sa valeur de vérité dépend en effet du temps auquel on l’assserte. Ceci, pour Dyke, indique là encore que le temps verbal n’a pas vraiment été éliminé par la paraphrase détensée.

  • 19 Comme le remarquent Orilia et Oaklander, le vieux théoricien B défend qu’« en dépit des apparences, (...)

57Cet argument, à mon sens, ne doit en rien inquiéter le vieux théoricien B. La première branche de ce supposé dilemme, tout d’abord, repose sur une hypothèse douteuse. Dyke semble croire que la vieille théorie B vise une réforme linguistique, comme s’il s’agissait d’éliminer le temps verbal du langage courant. Or ce n’est pas le cas. La vieille théorie B ne défend pas que nous devrions abandonner nos énonciations tensées dans la vie de tous les jours, pour les remplacer par les assertions détensées qui leur correspondent. Ce qu’elle prétend montrer est plutôt que le tense est éliminable à l’analyse, et donc, qu’il n’est finalement qu’une apparence19. Or le vieux théoricien B peut parfaitement admettre que notre langage semble tensé, et plus largement, qu’il faut qu’il y ait du discours apparemment tensé pour qu’il y ait des paraphrases détensées de celui-ci. Ceci ne figure pas une objection à son propos, puisque le discours apparemment tensé, comme on l’a vu, s’avère équivalent à un discours détensé. Donc, même s’il ne peut y avoir de paraphrases détensées sans y avoir d’abord des énoncés apparemment tensés comme ceux du langage courant, nous pouvons toujours dire que le temps grammatical n’a pas de portée ontologique ou sémantique réelle : le langage ordinaire, même s’il semble être tensé, ne nous engage finalement envers rien d’autre que des relations B.

  • 20 On pourrait peut-être objecter que les énoncés détensés comme (S’), dans la vie courante, ne sont j (...)

58La seconde branche du supposé dilemme proposé par Dyke me semble elle aussi reposer sur une confusion : pourquoi penser que les paraphrases détensées du vieux théoricien B se veulent indépendantes de tout contexte temporel ? Je crois que Dyke se trompe lorsqu’elle juge que la vieille théorie B aurait « pour but de dépouiller le langage de toutes les expressions qui dépendent d’un contexte temporel » (temporally context-dependent expressions) (1996, 24). Certes, la vieille théorie B entend éliminer (ou du moins, traduire en termes détensés) des expressions comme « est présent », « est passé », « est futur », « maintenant », etc. Le vieux théoricien B, toutefois, ne nie absolument pas que la valeur de vérité de paraphrases détensées dépend d’un contexte temporel : le token (S’), de toute évidence, sera vrai ou faux en fonction du moment où on l’énonce20. Il est donc erroné de comprendre la vieille théorie B comme l’idée que nous pourrions éliminer toute référence à un contexte temporel dans le langage (je reviendrai plus en détail sur ce point dans la section 3.3).

59Ainsi, le supposé dilemme de Dyke n’en est pas un : le vieux théoricien B, qu’il considère que l’expression « ce token » réfère à l’énoncé tensé d’origine (S), ou bien à sa paraphrase détensée (S’), est parfaitement à même de maintenir que le temps verbal est éliminable à l’analyse.

3.2. Des propriétés A implicites ?

60Une seconde objection à la vieille théorie B TR consiste à nier que ses paraphrases réussissent à véritablement s’affranchir des propriétés A, dans la mesure où elles demeurent tensées :

[Pour traduire l’énoncé tensé « L’approche de l’ennemi à moins de 100 mètres est présente », on] pourrait dire : « L’approche de l’ennemi à moins de 100 mètres est simultanée à maintenant (ou ceci) », « maintenant » ou « ceci » référant au moment du temps auquel l’énoncé (…) est prononcé. Un tel énoncé est évidemment tensé, puisque chaque fois que le mot « maintenant » ou « ceci » est utilisé, il réfère à un moment différent du temps (Gale 1962, 56).

Lorsque je traduis « x est maintenant présent (ou passé, ou futur) » par « x est simultané à (ou antérieur à, ou postérieur à) cette énonciation », il est présupposé que ce token d’énoncé (…) est présent simpliciter (Gale, 1963, 352).

Si je dis qu’il pleut maintenant, je veux dire que la pluie a lieu simultanément à mon énoncé présent. Cet énoncé se distingue de tous les autres énoncés de la même forme que je puis faire, simplement parce qu’il est présent, tandis que les autres sont passés ou futurs (Broad, 1928, 187).

  • 21 Selon Gale (1962, 353), une marque supplémentaire en est que « ce token est présent » est redondant (...)

61L’objection, autrement dit, est que les paraphrases de la vieille théorie B TR ne sont pas réellement détensées, puisqu’elles supposent encore implicitement d’irréductibles indexicaux temporels. La traduction de « le chat est sur le tapis », en ce cas, ne serait pas « Le chat est sur le tapis simultanément à ce token », mais en fait : « Le chat est sur le tapis simultanément à ce token maintenant » ou « Le chat est sur le tapis simultanément à ce token présent »21. Puisque « maintenant » ou « présent » réfèrent à un temps différent à chaque fois qu’ils sont énoncés, ces dernières paraphrases semblent sujettes au changement aléthique, et donc, être tensées. Toute paraphrase token-reflexive envelopperait donc encore, de manière implicite, une irréductible propriété A. Ce qui signifie, contrairement à ce que propose la vieille théorie B TR, que le tense n’a pas été véritablement éliminé.

62Le vieux théoricien B, toutefois, peut là encore sans difficulté répondre à cette objection. Pour commencer, c’est une erreur de supposer que les paraphrases token-reflexives du théoricien B TR, du fait qu’elles réfèrent à un temps différent à chaque fois qu’elles sont effectivement prononcées ou écrites, seraient tensées. Il est vrai que plusieurs énonciations (non-simultanées) de « Le chat est sur le tapis simultanément à ce token » réfèrent à des temps différents. C’est ce qui fait, comme on l’a dit, qu’elles peuvent ne pas avoir la même valeur de vérité. Mais ces énonciations, encore une fois, comptent comme des énoncés distincts, qui possèdent chacun une valeur de vérité fixe et éternelle. Ces énoncés ne sont donc pas sujets au changement aléthique. Aussi, ils ne sont pas tensés (voir Orilia & Oaklander 2013, 8).

63On remarquera ensuite que l’affirmation selon laquelle l’expression « ce token » devrait être analysée en termes d’une supposée propriété A, comme celle d’être présent ou d’être maintenant, n’est pas un argument, mais une simple reformulation de la théorie A. En effet, c’est précisément le contraire qu’affirment les avocats de la vieille théorie B ! Comme le note Smart, « nous avons tout autant le droit de défendre que ‘maintenant’ signifie ‘simultanément à cette énonciation’ que notre adversaire a le droit de dire que ‘cette énonciation’ signifie ‘l’énonciation qui est présente’ » (1967, 127). Le fait que l’expression « ce token » renvoie systématiquement à un token présent ne figure pas un argument contre la vieille théorie B TR, puisque celle-ci propose justement une méthode pour paraphraser les indexicaux temporels et les apparentes propriétés A.

64Pour terminer, on peut rétorquer que rien n’empêche de considérer que les paraphrases de la vieille théorie B TR sont directement sui-référentielles. Dans cette perspective, l’expression « ce token » ne réfère pas à elle-même via une propriété distincte et additionnelle (comme être présent ou être maintenant) ni via une description. Comme le note Smart :

Il n’est pas du tout évident de savoir pourquoi l’objecteur devrait penser qu’une énonciation telle que « cette énonciation » ne peut être directement sui-référentielle. Nous entendons un token de la forme « cette énonciation », et comprenons simplement que cette instance d’énonciation est ce à quoi il est fait référence (1963, cité par Orilia & Oaklander 2013, 8).

65Si cela est juste, aucune propriété A n’a besoin d’être présupposée pour rendre compte de l’expression « ce token ». Le vieux théoricien B TR peut donc maintenir que ses paraphrases suffisent à éliminer les propriétés A apparentes, et ne conservent que des relations B.

3.3. L’objection de la synonymie

66J’en viens à une troisième objection, qui est l’une des plus fréquemment adressées à l’encontre de la vieille théorie B, sous toutes ses formes. Cette critique consiste à avancer que les paraphrases détensées du vieux théoricien B n’ont pas la même valeur de vérité que les énoncés tensés qu’elles cherchent à traduire. Autrement dit, ces paraphrases ne seraient pas salva veritate, et ne pourraient donc être tenues comme des traductions correctes des énoncés tensés d’origine. Orilia & Oaklander (2013, 6) proposent de reconstruire cette objection sous la forme générique suivante :

(P1) Un énoncé-type S n’a pas la même signification qu’un énoncé-type S’si S a des tokens dont la valeur de vérité dépend du temps auquel ils sont énoncés, alors que S’ n’a pas de tels tokens.

(P2) Tous les tokens d’un énoncé-type A (i.e, d’un énoncé tensé) ont une valeur de vérité qui dépend du temps auquel l’énonciation de ces tokens a lieu.

(P3) Tous les tokens d’un énoncé-type B (i.e, d’un énoncé détensé) ont une valeur de vérité qui ne dépend pas du temps auquel l’énonciation de ces tokens a lieu.

(C) Donc, aucun énoncé type A n’a la même signification qu’un énoncé type B.

  • 22 La vieille théorie B des dates pourra quant à elle rejeter (P2), dans la mesure où elle affirme que (...)

67Cet argument mine le projet de traduction de la vieille théorie B, car il permet de contester la synonymie des énoncés tensés et de leurs paraphrases détensées. Comme l’ont relevé Orilia & Oaklander (2013, 6), la vieille théorie B TR peut toutefois y répondre aisément. Elle considère en effet que la prémisse (P3) est fausse, si bien que la conclusion de l’argument ne suit pas22.

68Pour illustrer ce point, considérons deux énonciations non simultanées, que nous appellerons (C) et (D), de l’énoncé-type B : « Le cours s’achève simultanément à ce token ». Les énonciations (C) et (D) sont détensées. Le token (C) asserte que la fin du cours est simultanée avec l’énonciation de (C). Le token (D) asserte que la fin du cours est simultanée avec l’énonciation de (D). Ces énonciations, puisqu’elles ne font intervenir que des relations B, ne sont pas sujettes au changement aléthique : si elles sont vraies, elles le restent de manière permanente, et idem si elles sont fausses.

69Pourtant, la valeur de vérité de ces tokens dépend bel et bien du temps où ils sont énoncés. Par exemple, si le cours termine à 10h00 et que (C) est prononcé à 10h00 exactement, tandis que (D) est prononcé à 10h05, (C) est vrai, mais (D) est faux. (C) et (D), bien qu’ils soient des tokens d’un énoncé-type B, dépendent ainsi dans leur valeur de vérité du temps où ils sont initialement énoncés. L’avocat de la vieille théorie B peut en conclure que la prémisse (P3) de l’argument précédent est fausse, et donc, que les paraphrases détensées ne diffèrent pas en signification des énoncés tensés qu’elles traduisent.

  • 23 Pour la clarté de l’exposition, je supposerai désormais, avec Orilia & Oaklander, que les énoncés e (...)

70En fait, c’est toujours la même confusion récurrente qu’il s’agit d’éviter : aucun token ne change de valeur de vérité dans le temps, pour le vieux théoricien B TR, puisque chaque nouvelle inscription ou énonciation compte comme un énoncé distinct. En ce sens, les deux énonciations successives (C) et (D) ne doivent pas être comprises comme exprimant une même proposition23, qui serait vraie à un temps mais pas à d’autres. Elles expriment plutôt des propositions différentes, à savoir, pour (C), la proposition que le cours s’achève simultanément à l’énonciation du token (C) ; et pour (D), la proposition que le cours s’achève simultanément à l’énonciation du token (D). Ces propositions détensées ne sont pas sujettes à un quelconque changement aléthique, bien que leur vérité ou fausseté dépende d’un paramètre temporel. Comme le note Figg,

Un token (apparement) tensé peut dépendre du temps auquel il est énoncé, et pourtant exprimer une proposition détensée, puisque la proposition qu’il exprime contient, en tant que constituant, ce même token que le locuteur utilise au temps d’énonciation pour exprimer la proposition en question – une proposition qui dit, entre autres, que l’événement-énoncé concerné est simultané avec un autre événement donné (2017, 7)

3.4. L’objection de la valeur cognitive

71Une dernière critique majeure de la vieille théorie B, en fait la plus récurrente, consiste à dire que ses paraphrases détensées échouent à capturer la valeur cognitive des énoncés tensés qu’elles sont supposées traduire. L’inquiétude, cette fois, n’est plus que la paraphrase B théorique ne serait pas salva veritate. C’est, plutôt, qu’elle échouerait à être salva informatione, c’est-à-dire, à avoir exactement la même teneur informationnelle ou la même valeur cognitive que l’énoncé d’origine. Il est intéressant de noter que c’est une considération de ce type qui a conduit à la généralisation de la nouvelle théorie B du temps.

3.4.1. Trois versions de l’objection

72L’objection de la valeur cognitive peut être formulée de plusieurs façons. Je propose d’en présenter trois versions, parmi les plus célèbres.

73L’argument du soulagement. Arthur Prior (1959) a proposé une version fameuse de l’objection de la valeur cognitive. Pour la vieille théorie B TR, l’énoncé (apparemment) tensé (R)

(R) « Dieu merci cette chose est passée !»

74a pour paraphrase détensée (R’) :

(R’) « Dieu merci la fin de cette chose est antérieure (ou simultanée) à ce token ! ».

75Selon Prior, quelque chose a été perdu avec cette paraphrase. (R’), selon lui, échoue à expliquer le soulagement qu’exprime l’assertion d’origine :

« Dieu merci cette chose est passée ! » (…) ne signifie pas : « Dieu merci la fin de cette chose est simultanée à cette énonciation ! ». Pourquoi cela procurerait-il un soulagement à qui que ce soit ? (1959, 17).

  • 24 On pourrait faire remarquer que l’énoncé (R), stricto sensu, n’est pas apte à la vérité ou à a faus (...)
  • 25 Il convient de noter que cette objection n’est pas dommageable à la nouvelle théorie B. Le nouveau (...)

76Ce à propos de quoi la personne qui énonce (R) est soulagée, dit Prior, n’est pas une relation B entre la conclusion d’un événement déplaisant et l’énonciation de (R), mais plutôt, un fait A théorique, nommément le fait que cette chose déplaisante soit révolue, qu’elle n’ait plus la propriété d’être présent. Or cette idée, selon lui, serait nécessairement perdue par une traduction détensée token-reflexive. Ainsi, et même à supposer que (R’) soit une traduction salva veritate de (R)24, il ne s’agit pas d’une traduction salva informatione25.

77Le soldat et l’action opportune. L’objection de la valeur cognitive peut également être comprise dans les termes d’un scénario imaginé par Richard Gale (1962). Supposons qu’une sentinelle énonce un token (S) de l’énoncé-type (apparemment) tensé :

(S) « L’ennemi est en approche ».

78En entendant la sentinelle prononcer (S), ses camarades d’armes forment la croyance que l’ennemi approche. Cette croyance les conduit à adopter certaines croyances et attitudes, et à initier une série d’actions : ils prennent leurs fusils, crient des ordres, se mettent en formation, etc. (S) a donc une certaine valeur pragmatique ou motivationnelle, qui pour Gale serait nécessairement perdue par une paraphrase B théorique de S qui en appellerait à des dates. Pour le théoricien des dates, S devrait être analysé comme signifiant (par exemple) :

(S’) L’ennemi est en approche le 6 juin 1944 à 6 heures 30 du matin

79Toutefois, (S’) n’est pas une traduction salva informatione de (S), car les soldats peuvent ignorer la date ou l’heure lorsqu’ils entendent la sentinelle prononcer (S). S’ils n’ont pas sur eux de montre, de calendrier, s’ils souffrent de stress ou d’amnésie, ils pourraient donc échouer à se préparer à l’affrontement, alors même (i) qu’ils ont formé la croyance que l’ennemi approche au temps t et (ii) qu’il s’avère que le temps t est présent.

80Gale juge que la même conclusion s’applique dans le cas de la vieille théorie B TR. Selon lui, une paraphrase token-reflexive de S serait :

(S’’) L’ennemi est en approche simultanément à l’énonciation de « L’ennemi est en approche »

81Comme le remarque Gale, si la sentinelle énonce (S’’), elle mentionne, plutôt qu’elle n’utilise, l’énoncé tensé d’origine (S). Mais dans ce cas, elle n’indique pas que l’approche de l’ennemi est présente, ou qu’elle a lieu maintenant : « les autres soldats serait abasourdis en entendant cet énoncé détensé, car ils ne sauraient pas si l’approche de l’ennemi (…), ou l’énonciation de l’énoncé tensé [‘L’ennemi est en approche’], est maintenant passée, présente, ou future » (Gale, 1962, 57). Les paraphrases TR échoueraient donc à conserver la teneur informationnelle des énoncés qu’elles se veulent traduire.

  • 26 Voir par exemple Castañeda (1967), Kaplan (1979), Lewis (1979), Perry (1979).

82Le professeur retardataire. L’objection de la valeur cognitive a également tiré une bonne partie de sa force de travaux conduits autour des années 1970 en philosophie du langage26. Comme l’a fameusement défendu John Perry (1979), on ne peut systématiquement substituer des termes coréférentiels aux indexicaux « je », « maintenant », ou « ici », sans altérer la valeur cognitive ou la force motivationnelle de l’énoncé où ils apparaissent originellement. C’est ce que révèle, notamment, l’exemple suivant :

Un professeur, qui désire arriver à l’heure à la réunion du département et qui croit à raison qu’elle commence à midi, se tient immobile dans son bureau à cette heure. Tout d’un coup, il se met en marche. Qu’est-ce qui explique son action ? Un changement dans ses croyances. Il croyait tout du long que la réunion du département commence à midi ; il en est venu à croire, comme il aurait pu le dire, qu’elle commence maintenant » (Perry, 1979, 4).

83Ce qui pousse le professeur à agir n’est pas la croyance que la réunion commence à midi le 5 septembre 1980 (comme le voudrait la vieille théorie B des dates), ni la croyance que la réunion commence simultanément à un certain token (comme le maintiendrait la vieille théorie B TR). En effet, il peut avoir ces croyances tout en échouant à réaliser qu’il doit à cet instant sortir de son bureau ! Ce n’est qu’au moment où le professeur forme la croyance que la réunion commence maintenant qu’il se met à agir de la façon requise et s’achemine à la hâte vers la salle de réunion. Selon Perry, il s’avère donc impossible d’éliminer cet indexical temporel, si bien que certaines assertions ou croyances seraient « essentiellement indexicales ». L’une des conséquences de cette analyse est qu’il n’est pas possible d’éliminer, sans perte d’information, les indexicaux temporels (et plus largement le temps verbal) du langage. Ainsi, le tense jouerait un rôle irréductible dans nos attitudes ou nos croyances ordinaires.

3.4.2. Une résolution B-théorique

  • 27 Certains pourraient vouloir minimiser la portée de ces arguments, en affirmant que les paraphrases (...)

84Les scénarios précédents cherchent tous à établir que les paraphrases detensées du vieux théoricien B ne sont pas des traductions salva informatione des énoncés tensés d’origine27. Mais ces arguments sont-ils, comme on le prétend souvent, la preuve irréfutable que la vieille théorie B est intenable, et qu’il faut donc se rabattre sur une nouvelle théorie B ? Orilia & Oaklaner (2013) ont défendu que ce n’est pas le cas. Selon eux, la vieille théorie B du temps, du moins sous sa branche token-reflexive, serait en mesure d’y répondre.

85Reprenons le scénario de Gale. On peut concéder que la paraphrase (S’) du théoricien des dates échoue à rendre compte de la valeur cognitive ou du rôle motivationnel de l’énoncé initial (S), puisque les soldats peuvent échouer à agir en entendant (S’), alors qu’ils se mettraient sans contredit en mouvement en entendant (S). Toutefois, on peut défendre que Gale a eu tort de conclure que la même idée vaut pour la théorie B TR. Disons que la paraphrase token-reflexive de (S) est :

(S*) « L’ennemi est en approche simultanément à ce token »

86Si l’on admet l’existence des propositions, on peut dire que (S*) exprime la proposition détensée que l’énonciation de S est simultanée avec l’approche de l’ennemi, et que cette proposition est l’objet de la croyance que forment les soldats qui entendent (S). Or croire cette proposition, comme le maintiennent Orilia & Oaklander, suffit à les placer dans un état cognitif qui est approprié pour agir de manière immédiate et opportune : s’ils croient cette proposition, les soldats prendront leurs fusils, crieront des ordres, etc. Ils n’ont pas besoin pour cela de connaître la date ou l’heure. Tout ce qu’ils doivent croire est que l’énonciation de (S) par la sentinelle est simultanée avec l’approche de l’ennemi. En ce sens, la vieille théorie B TR réussirait à sauvegarder la valeur cognitive, informationnelle, ou motivationnelle, de l’énoncé tensé d’origine.

87Selon Orilia & Oaklander, une même idée permet de répondre aux objections de Prior et de Perry :

  • 28 Je reviendrai plus loin sur la notion de « token mental ».

Une condition suffisante pour que Tom se rende à une réunion programmée à 13h pourrait être sa croyance en la proposition détensée que l’énonciation de s est grosso modo simultanée avec le fait que l’horloge sonne 13h, où s est son token mental de « L’horloge sonne 13h » (…) De même, une condition suffisante du fait que Tom soit soulagé de ne plus jamais avoir à faire cours pourrait être sa croyance en la proposition détensée que l’énonciation de s est postérieure à son dernier cours, où s est son token mental de « Finalement, j’ai donné mon dernier cours ». En bref, bien qu’il puisse sembler requis, de prime abord, de croire des propositions tensées pour être en mesure de réagir au danger, d’honorer nos rendez-vous, ou d’avoir des réactions émotionnelles, on voit que des propositions détensées token-reflexive adéquates sont elles aussi aptes à jouer ce rôle » (2013, 7)28.

  • 29 Il me semble que c’est précisément ce que fait Figg (2017,10) à partir du scénario de Gale.

88Le vieux théoricien B est-il donc tiré d’affaire ? Je crois pour ma part qu’Orilia & Oaklander n’ont que partiellement répondu au problème. Il me semble en effet exister une manière plus forte de formuler l’objection de la valeur cognitive, qu’ils semblent ne pas avoir pris en compte. Je vais présenter cette version renforcée de l’objection dans les termes de l’argument de Prior (étant entendu que l’on pourrait tout aussi bien la formuler dans les termes du scénario de Gale ou de Perry29).

89Supposons que je doive prochainement me faire opérer. Je peux dès maintenant décider que j’énoncerai cinq jours après l’opération un certain token, appelons-le (U), de l’énoncé « La douleur est passée ». Disons que je sais en effet d’ores et déjà que la douleur aura disparue à ce moment, puisqu’il s’agit d’une opération bénigne. Mais si tel est le cas, je sais déjà avant ou pendant l’opération que mon énonciation du token (U) est postérieure à ma douleur. Autrement dit, j’ai déjà connaissance de la relation B de postériorité entre le token (U) et la fin de ma douleur.

90Or si c’est cette relation B qui est l’objet de mon soulagement, il s’ensuit que je devrais être soulagé avant de ressentir la douleur, ou même pendant que je la ressens. En effet, je sais déjà, avant ou pendant l’opération, que cette relation B obtient entre la fin de ma douleur et mon énoncé (U). Or ceci, il est clair, est erroné : c’est seulement après la douleur que je puis être soulagé. De toute évidence, nous ne sommes pas neutres quant à la situation temporelle de nos douleurs : nous tendons à préférer une douleur passée à une douleur future. Il semble que l’approche token-reflexive échoue à expliquer ce point, puisque la relation B entre le token et la fin de ma douleur est accessible non seulement après, mais aussi avant ou pendant la douleur. Ainsi, on peut conclure que l’objet de mon soulagement est un fait qui n’existe pas avant que ma douleur ait effectivement disparu, à savoir, le fait A-théorique que cette douleur est maintenant passée. Cette manière de formuler l’objection de Prior, je crois, capture plus nettement l’objection selon laquelle les paraphrases de la vieille théorie B TR n’ont pas la même valeur cognitive que les énoncés tensés qu’elles traduisent.

91Orilia & Oaklander ne prennent pas en compte cette manière de poser le problème. Pour reprendre leur exemple, ils défendent qu’après son dernier cours, la croyance de Tom en la proposition détensée que son énonciation s est postérieure à son dernier cours explique son soulagement. Mais on peut très bien imaginer que Tom décide, dix ans avant son dernier cours, qu’au moment de sa retraite, il énoncera un token (R) de la phrase « Finalement, j’ai donné mon dernier cours ». Dans ce cas, il sait dix ans avant son dernier cours que son dernier cours est antérieur à l’énonciation du token (R). Pourtant, et c’est le problème, il n’est certainement pas soulagé à ce moment-là. Après tout, il lui reste encore dix longues années à enseigner !

92Cette version de l’objection de la valeur cognitive signe-t-elle l’arrêt de mort de la vieille théorie B du temps, comme semble le penser Figg (2017) ? Je ne crois pas du tout que ce soit le cas. Son avocat, à mon sens, pourrait y répondre d’au moins deux façons :

93La première réponse, et je remercie Francesco Orilia d’avoir attiré mon attention sur ce point, est la suivante. Le fait que je décide maintenant, avant mon opération, que j’énoncerai un token (U) à un temps futur t n’implique pas que je sache, au moment de ma décision, que mon énonciation de (U) à t est vraie. Il se pourrait par exemple que ma douleur n’ait pas disparu cinq jours après l’opération ou que je ne survive malheureusement pas à celle-ci, en raison d’une complication. En ce cas, il est faux que je serai soulagé au temps t. Autrement dit, ma décision présente d’énoncer (U) à un temps futur n’implique en rien que la vérité de (U) soit déjà fixée, ou à tout le moins, cela n’implique pas que j’y ai accès à l’instant de ma décision. Dès lors, il est erroné de considérer que je sais, avant ou pendant mon opération, qu’obtient une certaine relation B entre un futur token et la fin de ma douleur. Ce n’est qu’après coup que je puis savoir qu’une telle relation obtient. Auquel cas, la vieille théorie B semble pouvoir surmonter la difficulté.

94Outre cette première réponse, il me semble y avoir une autre option pour écarter l’objection. À mon sens, le vieux théoricien B pourrait maintenir que ce n’est tout simplement pas le même token qui est impliqué avant et après mon opération, si bien que l’objection ne saurait se poser. Cette réponse se comprend plus précisément comme suit. Lorsque je décide que j’énoncerai, cinq jours après l’opération, un token (U) de la phrase « La douleur est passée », on peut dire que j’ai en réalité déjà produit le token (U). J’ai en effet dû formuler cet énoncé mentalement pour prendre ma décision programmatique. Or il semble que ceci suffise pour dire que le token (U) a déjà été produit ou énoncé. Cette idée, il est vrai, implique de considérer que la pensée silencieuse pour moi-même d’un énoncé (U) est une production du token (U). Mais ceci est tout à fait défendable. Les tokens ne sont pas nécessairement des énonciations ou des inscriptions, mais peuvent aussi bien être des pensées silencieuses, et donc des items ou événements mentaux :

  • 30 Dyke (2002), de même qu’Orilia & Oaklander (2013), tombent aussi d’accord avec cette compréhension (...)

Les pensées peuvent être des tokens d’énoncés-types, tout autant que des spécimens d’une sorte écrite ou orale – en particulier, ils peuvent tout aussi facilement être vrais ou faux. Je n’ai pas besoin de dire « Il pleut », ou de l’écrire, pour générer un token vrai ou faux de cet énoncé-type. Le fait que je forme un jugement mental n’est peut-être pas un événement très audible ou visible, mais cela n’en reste pas moins un événement, qui est tout à fait en mesure d’être un token d’énoncé-type (Mellor 1981, 37)30.

  • 31 Comme le note Mozersky, « les tokens ont leurs propriétés spatiotemporelles de manière essentielle  (...)

95Si cela est juste, lorsque j’énonce finalement, cinq jours après l’opération et comme prévu, « La douleur est passée », ce n’est pas en réalité le token (U) que j’énonce, mais plutôt, un autre token du même type, que l’on peut appeler (U’). Il est vrai, je peux croire que le token que j’énonce cinq jours après mon opération est (U), le (U) que j’avais décidé d’énoncer avant l’opération. Mais cette impression est trompeuse. Penser pour soi-même : « au temps t, j’énoncerai le token (U), ‘La douleur est passée’ » est voué à l’échec, car cela revient déjà à proférer le token (U)31. Dès lors, mon énonciation ultérieure n’est pas une énonciation de (U=, mais celle d’un autre token du même type, qui est numériquement distinct de (U). Même si (U) et (U’) sont indiscernables sur le plan sonore, ce ne sont pas les mêmes énoncés, car ils ne sont pas pensés ou énoncés au même moment.

96Ma réponse à la version forte de l’objection de la valeur cognitive, à partir de là, est la suivante. Dans le cas imaginé par l’objecteur, il y a en fait deux tokens, (U) et (U’), de la phrase « La douleur est passée ». (U) et (U’) peuvent tous deux être paraphrasés en termes détensés comme : « La fin de la douleur est antérieure à ce token ». Cette paraphrase, dans le cas de (U’), est une explication appropriée de mon soulagement, car la douleur est alors effectivement antérieure à l’énonciation de (U’). La paraphrase token-reflexive de (U), en revanche, n’est pas correcte, car elle est tout simplement fausse. Puisque (U) est un token qui est mentalement proféré avant mon opération, il est antérieur (et non postérieur) à la fin de ma douleur. Or ceci n’est évidemment pas un objet approprié de soulagement.

97Ainsi, il semble que l’on peut donc bien finalement expliquer en termes de l’approche token-reflexive pourquoi on ne ressent pas de soulagement avant ou pendant l’occurrence d’un événement déplaisant. Cette suggestion, qui pourrait être adaptée aux scénarios de Gale et de Perry, me paraît fournir une réponse probante à l’objection de la valeur cognitive. La vieille théorie B TR peut donc maintenir que ses paraphrases possèdent la même teneur informationnelle ou valeur cognitive que les énoncés tensés d’origine.

3.4.3. L’objection de la valeur cognitive, match retour

98On pourrait juger que, même si ce qui précède est juste, il existe un autre moyen de montrer que la vieille théorie B TR n’est pas en mesure de répondre à l’objection de la valeur cognitive. Cet argument supplémentaire, que je dois à Filipe Drapeau-Contim, est le suivant. Comme on l’a dit, la vieille théorie B TR défend qu’une énonciation (apparemment) tensée :

(S) L’ennemi est en approche

99peut être paraphrasée par :

(S*) L’ennemi est en approche simultanément à ce token

100Supposons que le Général von Schweppenburg énonce S le 6 juin 1944 à 07h50. Considérons maintenant la paraphrase détensée suivante :

(S**) L’ennemi est en approche simultanément à ce token énoncé par le Général von Schweppenburg le 6 juin 1944 à 07h50

  • 32 Pour cela, pourrait maintenir l’objecteur, il faudrait ajouter l’idée que l’expression sui-référent (...)

101(S**), pourrait-on penser, est une paraphrase acceptable pour la vieille théorie B TR. Elle énonce, tout comme (S*), que l’approche de l’ennemi est simultanée à l’énonciation de S. Elle fait également intervenir l’expression sui-référentielle « ce token ». La difficulté, toutefois, est que (S**) échoue à capturer le caractère présent de l’approche de l’ennemi. En effet, quelqu’un (incluant le Général von Schweppenburg) pourrait énoncer ou croire (S**) sans savoir le jour ou l’heure, par exemple, parce qu’il n’a pas regardé sa montre ou son calendrier depuis longtemps. Dans ce cas, cette personne ne saurait pas que l’ennemi approche présentement, même si elle sait par ailleurs que l’ennemi approche simultanément à l’énonciation de (S**). De même, le Général von Schweppenburg pourrait souffrir de confusion et ne pas savoir qui il est – auquel cas, il peut croire ou prononcer (S**) sans réaliser que l’approche de l’ennemi est présente. Cela montre que (S) et (S**) n’ont pas la même valeur cognitive. On peut en conclure, plus généralement, que les paraphrases token-reflexive detensées n’ont pas la même valeur cognitive que les énoncés tensés qu’elles sont supposées traduire32.

102Cette objection, on le notera, ressemble fortement à celle que l’on oppose généralement à la vieille théorie B des dates, pour montrer que celle-ci échoue à produire des paraphrases cognitivement équivalentes aux énoncés tensés d’origine. Cette ressemblance tient au fait que (S**) n’est pas une paraphrase token-reflexive orthodoxe : outre l’expression sui-référentielle « ce token », elle inclut une mention de la date et de l’heure, ainsi que de l’identité de l’énonciateur. Mais le vieux théoricien B ne pourrait-il alors pas, simplement, éviter la difficulté en refusant par principe d’accepter ce genre de paraphrases hybrides ou non standard ? Cette suggestion n’est pas réellement satisfaisante, puisque (S**) reste bien, en l’état, un énoncé token-reflexive. Le fait qu’il échoue à posséder la même valeur cognitive que (S) pose donc problème à la vieille théorie B TR.

103Comment le vieux théoricien B peut-il résoudre ce problème ? L’objection repose sur la mise en balance de deux types de paraphrases, dont la forme est respectivement :

(1) XYZ est simultané à ce token

(2) XYZ est simultané à ce token énoncé par X au temps t

104Si le vieux théoricien B parvient à montrer que seuls les énoncés de la forme (1) sont acceptables lorsqu’il s’agit de paraphraser les énoncés (apparemment) tensés, il sera tiré d’affaire. Il semble qu’une manière d’arriver à cette conclusion serait de dire que les énoncés de la forme (2) sont token-reflexive, mais seulement par accident. Ils réfèrent à eux-mêmes, en effet, seulement quand ils sont prononcés par X au temps t. S’ils sont prononcés à t’ par X , ou par Y à t, ils renvoient à une autre énonciation qu’eux-mêmes (un signe en est que « ce token » devrait dans de tels cas être remplacé par « le token »). Les énoncés de la forme (2), autrement dit, échouent à être token-reflexive en toutes circonstances, à la différence de ceux de la forme (1). Or le vieux théoricien B pourrait refuser d’admettre, en guise de paraphrases, ces énoncés qui sont token-reflexive de manière occasionnelle ou accidentelle. Rien ne l’empêche, en effet, de dire qu’il n’accepte que les énoncés token-reflexive « purs » de la forme (1), qui n’échouent jamais à renvoyer à eux-mêmes.

105On pourrait rétorquer que cette réponse à l’objection est ad hoc, tant qu’il n’a pas été expliqué ce qui génère le caractère « accidentellement » token-reflexive des énoncés de la forme (2). Mais une telle explication semble disponible. On peut ici reprendre une analyse de François Recanati (2014) qui discute un exemple parallèle dans le cas de la référence à soi. Si Jacques dit « Le vainqueur ira à Tahiti », et qu’il s’avère de fait être le vainqueur de la course, son énonciation est à propos de lui-même, mais seulement accidentellement. Qu’il soit le vainqueur, et qu’il fasse cette énonciation, ne suffit pas en effet à en faire une véritable énonciation en première personne, car :

Les énonciations en première personne sont à propos de l’énonciateur en un sens plus fondamental : c’est une règle conventionnelle du langage qu’une énonciation à la première personne est à propos de celui qui l’énonce (…) C’est une propriété conventionnelle du mot-type « je » qu’un token de ce mot réfère au locuteur (…) Un token de « Le vainqueur ira à Tahiti » énoncé par le vainqueur sera à propos du locuteur au niveau du token, mais pas au niveau du type. Il est clair que l’expression-type « le vainqueur » n’est pas telle que ses tokens sont supposés référer au locuteur. Dans le cas de « je », cependant, la réflexivité – le fait qu’un token de « je » réfère au locuteur – est encodée dans la signification du type, et n’est pas simplement une propriété accidentelle du token (Recanati, 2014, 508).

106Il me semble qu’on peut appliquer le même raisonnement au cas qui nous occupe ici. L’expression « ce token » est sui-référentielle au niveau du type, car elle réfère à elle-même en toutes circonstances. Ce n’est pas le cas, en revanche, avec l’expression « ce token énoncé par X à t », puisqu’elle n’est pas telle que tous ses tokens sont supposés référer à elle-même. Si un token de cette expression peut certes être sui-référentiel (lorsque l’individu X l’énonce au temps t), cela est accidentel, et la réflexivité n’est pas encodée dans la signification de l’expression-type.

107Le vieux théoricien B semble donc avoir une bonne raison de refuser les énoncés de la forme (2) en guise de paraphrases : ces énoncés, peut-il dire, ne sont token-reflexive que de manière accidentelle, et c’est ce qui explique pourquoi ils peuvent différer en valeur cognitive des énoncés apparemment tensés qu’ils sont supposés traduire. Si ce raisonnement est juste, le vieux théoricien B pourra nier que la paraphrase (S**) ci-dessus est acceptable dans le cadre de sa théorie. Le problème est alors évacué : puisque (S*) possède la même valeur cognitive que (S), la vieille théorie B peut maintenir que ses paraphrases sont salva informatione.

Conclusion

  • 33 Le fil rouge des objections de Smith, autrement dit, est l’idée que la vieille théorie B token-refl (...)

108Il y aurait encore d’autres objections à considérer avant d’arriver à une défense complète de la vieille théorie B du temps sous sa forme token-reflexive. Je n’ai pas abordé, notamment, les différentes critiques formulées par Quentin Smith (1987, 1993), selon lesquelles la théorie B TR ne peut rendre compte du fait que ce que les énoncés tensés expriment devrait être vrai (ou faux) indépendamment de toute énonciation ou inscription particulière33. Il conviendrait également d’enquêter plus précisément sur la manière dont la vieille théorie B définit la relation de simultanéité d’un token à un temps, puisque celle-ci peut sembler mal définie ou ambiguë dans certains cas (notamment dans le cas des inscriptions, qui semblent pouvoir persister dans le temps).

109Si je ne prétends donc pas avoir produit ici une défense exhaustive de la vieille théorie B du temps, j’espère au moins avoir montré qu’elle n’est pas sans pouvoir répondre aux objections les plus fréquemment adressées à son encontre. Ce qui ressort de cette discussion, c’est que l’on a peut-être prononcé sa mort clinique trop rapidement. Il se pourrait que la nouvelle théorie B du temps, si populaire aujourd’hui dans la métaphysique du temps, ne soit qu’une concession inutile aux théoriciens A.

Je tiens à exprimer ma gratitude au Professeur Claudine Tiercelin, ainsi qu’à mes collègues et amis du Groupe d’Études Métaphysiques au Collège de France, pour leurs commentaires très précieux sur une version antérieure de ce texte. Mes remerciements vont particulièrement à Francesco Orilia, Nathan Oaklander, Filipe Drapeau-Contim, Pierre Saint-Germier, Muriel Cahen, Jean-Baptiste Guillon, François Recanati, et David Hyder.

Bibliographie

Broad, C. D. (1921) Time. In Hastings, J. et al. (Eds.), Encyclopedia of Religion and Ethics (vol.12, pp. 334-339), T. & T. Clark and Scribners.

Broad, C. D. (1928). Symposium: Time and Change. Proceedings of the Aristotelian Society, Supplementary Volumes, 8, 143-188.

Castañeda, H. N. (1967). Indicators and Quasi-Indicators. American Philosophical Quarterly, 4(2), 85-100.

Craig, W. L. (2000). The Tensed Theory of Time: A Critical Examination. Synthese Library.

Dyke, H. (1996). A Philosophical Investigation into Time and Tense (PhD Thesis), University of Leeds.

Dyke, H. (2002). Tokens, Dates, and Tenseless Truth Conditions. Synthese, 131(3), 329-351.

Dyke, H. (2007). Metaphysics and the Representational Fallacy. New York: Routledge.

Figg, T. (2017). The Old Tenseless Theory: Back from the Dead? Philosophia, 45, 1167-1178.

Frege, G. (1977). Logical Investigations (trad. P. Geach & R. H. Stoothoff). Oxford: Blackwell.

Gale, R. M. (1962). Tensed Statements. The Philosophical Quarterly, 12(46), 53-59.

Gale, R. M. (1963). Reply to Smart, Mayo and Thalberg on ‘Tensed Statements’. The Philosophical Quarterly, 13(53), 351-356

Goodman, N. (1990). A Study of Qualities. New-York & London: Garland Publishing.

Goodman, N. (2005). La structure de l’apparence (trad. fr. J-B. Rauzy et al.). Paris: Vrin.

Kaplan, D. (1979). On the Logic of Demonstratives. Journal of Philosophical Logic, 8, 81-98.

Lewis, D. (1979). Attitudes De Dicto and De Se. The Philosophical Review, 88(4), 513-543.

Lowe, E. J. (2008). Essentialism, Metaphysical Realism, and the Errors of Conceptualism. Philosophia Scientiae, 12(1), 9-33.

McTaggart, J. M. E. (1908). The Unreality of Time. Mind; 17(68), 456-473.

McTaggart, J. M. E. (1927) Time. In Broad, C. D. (Ed.), The nature of Existence (vol. 2, pp. 9-31), Cambridge University Press.

Mellor, D. H. (1981). Real Time. New York: Cambridge University Press.

Mozersky, J. (2000). Tense and Temporal Semantics. Synthese, 124(2), 257-279.

Orilia, F., & Oaklander, L. N. (2015). Do we really need a new B-theory of time? Topoi, 34(1), 157-170.

Oaklander, L. N (2004). The Ontology of Time. Amherst, NY: Prometheus Books.

Paul, L. (1997). Truth Conditions of Tensed Sentence Types. Synthese, 111(1), 53-71.

Perry, J. (1979). The Problem of the Essential Indexical. Nous, 13(1), 3-21.

Prior, A. N. (1959). Thank Goodness That's Over. Philosophy, 34(128), 12-17.

Quine, W.V.O. (1960). Word and Object. Cambridge, MA: MIT Press.

Recanati, F. (2014). First Person Thought. In Dutant, J., Fassio, D. & Meylan, A. (Eds.). Liber Amicorum Pascal Engel (pp. 506-511).

Reichenbach, H. (1947). Elements of Symbolic Logic. New York: McMillan.

Russell, B. (1906). Review of Hugh MacColl’s Symbolic Logic and Its Applications. Mind, 15, 255-260.

Smith, Q. (1987). Problems with the New Tenseless Theory of Time. Philosophical Studies, 52(3), 371-392.

Smith, Q. (1993). Language and Time. Oxford: Oxford University Press.

Smart, J. J. C. (1949). The River of Time. Mind, 58(232), 483-494.

Smart, J. J. C. (1963). Philosophy and Scientific Realism. London: Routledge & Kegan Paul.

Smart, J. J. C (1967). Time. In Edwards, P. (Ed.), The Encyclopedia of Philosophy (vol.8, pp. 126-134), Macmillan.

Smart J. J. C. (1980). Time and Becoming. In van Inwagen, P. (Ed.), Time and cause (pp. 1-15), Reidel.

Smart, J. J. C. (2008). The Tenseless Theory of Time. In: Sider, T., Hawthorne, J. & Zimmerman, D. W. Contemporary Debates in Metaphysics (pp. 226-238), Blackwell Publishing.

Zimmerman, D. W. (2005). The A-theory of Time, the B-theory of Time, and “Taking Tense Seriously”. Dialectica, 59(4): 401-457.

Notes

1 McTaggart, en réalité, ne parle pas de la série A ou B au singulier, mais au pluriel. Il est en effet possible de construire un nombre indéfini de séries A ou B différentes, selon les propriétés ou relations temporelles que l’on utilise. Je ne tiendrai pas compte de ce point de détail dans ce qui suit.

2 Pour un panorama du débat, voir par exemple Zimmerman (2005).

3 Une précision importante : si la controverse entre théorie A et B se joue pour partie sur un terrain sémantique, elle ne s’y réduit pas. La question du tense ne figure donc qu’un aspect de la dispute. Qui plus est, le présupposé du débat entre la (vieille) théorie B et la théorie A est l’idée (quinienne) que nous pouvons lire nos engagements ontologiques à partir du langage, et donc, tirer des conclusions ontologiques à partir de faits sémantiques. Quelqu’un qui rejetterait cette hypothèse – comme par exemple Dyke (2007), qui y voit un « sophisme représentationnel » (representional fallacy), ou Lowe (2008, 17), qui juge que « la syntaxe et la sémantique sont des guides très peu fiables vers l’ontologie » – ne considérerait pas que le phénomène linguistique du temps verbal importe sur le plan ontologique (c’est aussi, plus largement, la conclusion des nouveaux théoriciens B). Je partirai pour ma part du principe que l’approche quinienne est correcte, et qu’il est donc légitime d’évaluer nos engagements ontologiques à l’aune du langage.

4 Parmi eux : Broad (1921), Goodman (1990, 2005), Reichenbach (1947), et Quine (1960), Smart (1949, 1963).

5 Voir par exemple Smart (1980), Mellor (1981), Oaklander (2004), Dyke (2002, 2007), Mozersky (2000).

6 Comme le note Oaklander, « la nouvelle théorie [B] distingue ainsi deux langages. L’un est nécessaire pour la communication et l’action en temps opportun, l’autre est nécessaire pour la description correcte de la réalité temporelle » (2004, 278).

7 Goodman a soutenu sa thèse en 1940, mais celle-ci n’a été publiée qu’en 1990.

8 Goodman laisse même à entendre qu’il s’agirait d’une mystification philosophique : « Le langage ordinaire traite du temps à l’aide de procédés spéciaux qui sont employés et compris avec la plus grande facilité dans le discours quotidien, mais le plus souvent mal employés et mal interprétés avec une facilité presque égale dans le discours philosophique » (SA 311).

9 En raison de ses inclinations nominalistes, Goodman propose in fine d’abandonner entièrement la notion platonicienne de type, pour ne plus retenir que les tokens, qu’il propose de renommer « événements-mots » et « événements-énoncés » (SA 316). Ce point n’est toutefois pas essentiel ici et je le laisse donc de côté.

10 Cette première paraphrase se base sur les équivalences suivantes :

t était futur ↔ (∃w, x) w est présent ∧ x est antérieur à w ∧ x est antérieur à t

t sera passé ↔ (∃y, z) y est présent ∧ y est antérieur à z ∧ t est antérieur à z

On remarquera que ces analyses sont compatibles, respectivement, avec t=w et t=y. Un temps qui était futur peut maintenant être présent, passé, ou futur ; et un temps qui sera passé peut maintenant être passé, présent, ou futur.

11 On notera que la théorie token-reflexive est également compatible avec la nouvelle théorie B du temps : voir par exemple Mellor (1981).

12 « Lorsqu’on nous dit ‘Mme Brown n’est pas chez elle’, nous savons à quel temps cela est dit et donc ce qui est signifié par là. Mais afin de pouvoir exprimer explicitement l’intégralité de ce qui est signifié, il est nécessaire d’ajouter la date. L’énoncé n’est alors plus ‘variable’ mais toujours vrai ou toujours faux » (Russell 1906, 256).

13 « Mais n’y a-t-il pas des pensées qui sont vraies aujourd’hui, mais qui seront fausses dans six mois ? Par exemple, la pensée que l’arbre là-bas est couvert d’un feuillage vert sera certainement fausse dans six mois. Non, car ce n’est pas du tout la même pensée. Les mots ‘cet arbre est recouvert d’un feuillage vert’ ne sont pas suffisants par eux-mêmes pour constituer l’expression d’une pensée, car le temps d’énonciation est également impliqué. Sans que soit ainsi donnée une spécification du temps, nous n’avons pas ici de pensée complète, c’est-à-dire, pas de pensée du tout. Seul un énoncé où la spécification du temps est indiquée, un énoncé complet à tous égards, exprime une pensée. Mais cette pensée, si elle est vraie, n’est pas vraie seulement aujourd’hui ou demain mais toujours (timelessly) » (Frege 1977, 27-28).

14 « Pour finir le travail et éternaliser [un énoncé tensé], nous devons remplacer le ‘maintenant’ qui s’y trouve par une spécification de la date et de l’heure, ou quelque chose de ce genre » (Quine 1960, §40).

15 On juge communément que cette version de la théorie B est tout aussi problématique que la vieille théorie B token-reflexive (voir Dyke 2002, 334 ; Craig 2000, 35sq).

16 « Dire que le moment présent est (…) midi, le premier janvier 1933, c’est faire un énoncé qui est lui-même effectivement tensé et vrai seulement à un temps, si bien que notre problème demeure intact » (SQ 593-584).

17 Il semble en outre que la position de Goodman ait quelque peu évolué entre SQ et SA. Dans ce dernier ouvrage, Goodman endosse une théorie token-reflexive plus orthodoxe. Il affirme par exemple que le supposé mouvement d’un temps t « n’est que le fait que t entretient avec différents événements verbaux des relations d’antériorité variées. De même un ‘le temps t était futur, est maintenant présent, et sera passé’ dit simplement que cette énonciation a lieu au temps t, est postérieure à un temps antérieur à t, et antérieure à un temps postérieur à t » (SA 325).

18 Comme le résume Dyke : « L’explication détensée du fait que les énoncés tensés ont des valeurs de vérité changeantes est qu’il ne s’agit qu’une ‘apparence’, qui disparaît une fois que l’on apprécie la distinction entre les énoncés-types et les tokens d’énoncés. Un énoncé-type possède une valeur de vérité ‘changeante’ si et seulement si certains de ses tokens sont vrais, et d’autres faux (…) Aussi, l’affirmation selon laquelle les énoncés tensés changent leur valeur de vérité dans le temps est fausse » (2002, 330-330).

19 Comme le remarquent Orilia et Oaklander, le vieux théoricien B défend qu’« en dépit des apparences, il n’y a pas d’énoncés tensés » (2013, 4). Cela ne signifie pas, évidemment, que la vieille théorie B nie que nous disons parfois des choses comme : « Le chat est sur le tapis », « Il pleut aujourd’hui », etc. L’idée est plutôt de dire que ce que nous prenons pour des énoncés tensés n’en sont pas véritablement : il y a des énoncés prima facie tensés, mais pas d’énoncés ultima facie tensés, puisque les énoncés prima facie tensés peuvent être traduits, sans perte de signification, par des énoncés détensés. Il me semble que c’est faute de comprendre la vieille théorie B de cette façon que Dyke arrive à la conclusion que le vieux théoricien B ne peut prétendre éliminer le tense du langage ordinaire. Voir aussi Figg (2017, 3-4) sur ce point.

20 On pourrait peut-être objecter que les énoncés détensés comme (S’), dans la vie courante, ne sont jamais directement prononcés ou écrits tels quels (sauf peut-être dans un cours sur la vieille théorie B du temps, ou dans d’autres circonstances exceptionnelles). Après tout, il s’agit de paraphrases, et non d’énoncés du langage courant. Mais ce point n’est pas crucial. Le vieux théoricien B peut en effet rétorquer que, lorsque nous prononçons (S), ce que nous énonçons effectivement est (S’). Si la signification véritable de (S) est (S’), l’énonciation de (S) est en réalité l’énonciation de (S’).

21 Selon Gale (1962, 353), une marque supplémentaire en est que « ce token est présent » est redondant, alors que « ce token n’est pas présent » est contradictoire.

22 La vieille théorie B des dates pourra quant à elle rejeter (P2), dans la mesure où elle affirme que les tokens d’énoncés-types A sont incomplets et donc dépourvus de valeur de vérité, tant que n’a pas été spécifiée la date et l’heure auxquelles ils sont assertés. Voir Orilia & Oaklander (2013, 6) pour une discussion.

23 Pour la clarté de l’exposition, je supposerai désormais, avec Orilia & Oaklander, que les énoncés expriment des propositions, que l’on peut comprendre comme étant « les porteurs principaux de la vérité (…), des entités indépendantes de l’esprit et du langage qui peuvent fonctionner comme étant la signification des énoncés et comme objets d’attitudes propositionnelles (en particulier en ce qu’il s’agit d’items que l’on peut croire ou ne pas croire) » (2013, 2). Si certains théoriciens B, nouveaux comme anciens, n’acceptent pas l’existence des propositions – ainsi, par exemple, de Dyke (2002) et Goodman (1990 ; 2005) –, ce point n’est pas crucial ici, et je ne m’y arrêterai donc pas en détail.

24 On pourrait faire remarquer que l’énoncé (R), stricto sensu, n’est pas apte à la vérité ou à a fausseté, car il ne s’agit pas d’un énoncé déclaratif mais d’une exclamation. On pourrait cependant le reformuler légèrement (par exemple en disant : « Je suis soulagé que cela soit terminé ») pour éviter cet écueil. Je laisse donc ce point de côté.

25 Il convient de noter que cette objection n’est pas dommageable à la nouvelle théorie B. Le nouveau théoricien B se soucie seulement du fait que ce rend vrais ou faux les énoncés tensés sont des faits ou des états de chose détensés. Or ceci est compatible avec l’argument de Prior : on peut tout à fait admettre qu’il est impossible de comprendre le soulagement autrement qu’en termes A-théoriques, tout en maintenant que cela n’entraîne pas l’existence de faits tensés. Cette parade, cependant, n’est bien sûr pas disponible pour le vieux théoricien B.

26 Voir par exemple Castañeda (1967), Kaplan (1979), Lewis (1979), Perry (1979).

27 Certains pourraient vouloir minimiser la portée de ces arguments, en affirmant que les paraphrases de la vieille théorie B ne se veulent pas forcément salva informatione, mais seulement salva veritate. On trouve une stratégie de ce genre chez Quine, pour qui la paraphrase ne se veut pas tant une reformulation qu’une clarification du langage ordinaire (1960, §53). Dans ce cadre, on pourrait maintenir qu’il n’est absolument pas dommageable de « perdre » quelque chose lors de la reformulation B-théorique d’énoncés tensés : ce serait, tout simplement, la marque du fait que le discours commun est confus (voir Craig, 2000, 38-39, pour une discussion). Le problème de cette stratégie, cependant, est double. Tout d’abord, elle se rapproche subrepticement de la nouvelle théorie B, puisqu’elle concède que le langage ordinaire est bel et bien tensé. D’autre part, cette stratégie me semble affaiblir considérablement la vieille théorie B : il suffit en effet au théoricien A d’objecter qu’il ne s’intéresse pas à une reconstruction idéale du langage, mais aux implications ontologiques du discours ordinaire, pour asseoir ses conclusions. De ce fait, il me semble qu’une réponse de ce genre n’est guère prometteuse pour le vieux théoricien B

28 Je reviendrai plus loin sur la notion de « token mental ».

29 Il me semble que c’est précisément ce que fait Figg (2017,10) à partir du scénario de Gale.

30 Dyke (2002), de même qu’Orilia & Oaklander (2013), tombent aussi d’accord avec cette compréhension élargie de la notion de token, qui inclut donc les événements mentaux.

31 Comme le note Mozersky, « les tokens ont leurs propriétés spatiotemporelles de manière essentielle : changez les propriétés, et vous aurez un token différent » (2000, 266). Il est tout bonnement impossible, autrement dit, qu’un même token soit prononcé à deux temps différents.

32 Pour cela, pourrait maintenir l’objecteur, il faudrait ajouter l’idée que l’expression sui-référentielle « ce token » (ou « cette énonciation ») signifie en réalité « ce token maintenant » (ou « cette énonciation présente »). On retrouve alors l’argument présenté dans la section 3.2.

33 Le fil rouge des objections de Smith, autrement dit, est l’idée que la vieille théorie B token-reflexive serait incapable de rendre compte de la vérité (ou fausseté) de certains énoncés qui, si vrais (faux), sont supposés vrais (faux) indépendamment de toute énonciation ou inscription donnée. L’espace imparti ici ne me permettait pas de discuter en détail ces objections, auxquelles Orilia & Oaklander (2013), Dyke (2002), ainsi que Paul (2007), me semblent déjà avoir répondu de manière satisfaisante.

© Collège de France, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search