Version classiqueVersion mobile

La métaphysique du temps : perspectives contemporaines

 | 
Alexandre Declos
, 
Claudine Tiercelin

III- Temporalité, modes d’être, et constitution

Modes d’être et constitution des objets matériels ordinaires

Sébastien Richard

Texte intégral

  • 1 Jansen (2009, 15-16).

1Le problème de l’unité des objets est un problème important en métaphysique analytique contemporaine. On peut distinguer le problème de l’« unité diachronique » du problème de l’« unité synchronique »1. Le problème diachronique est celui de savoir à combien de choses (d’une certaine sorte) nous avons affaire entre deux instants. Par exemple, entre le 14 avril 2019 et le moment où Notre-Dame sera complètement restaurée, combien y aura-t-il eu d’objets donnant sur le parvis de Notre-Dame, étant donné que la charpente de cette église aura, à terme, été complètement remplacée ? Le problème synchronique, quant à lui, concerne la question de savoir combien il y a de choses (d’une certaine sorte) à un instant précis et en un certain lieu. Par exemple, au centre du tombeau de Jules II réalisé par Michel-Ange et qui se trouve dans la basilique de Saint-Pierre aux liens à Rome, y a-t-il deux choses, à savoir une statue de Moïse et un bloc de marbre, ou une seule chose, à savoir une statue de Moïse faite de marbre ?

  • 2 Je laisse ici de côté la question des peintures qui pose, à mon sens, des problèmes différents de c (...)

2Je me restreindrai ici au problème synchronique, dans la mesure où je pense qu’une solution à ce problème est un préalable au problème diachronique. De plus, la théorie que je proposerai sera limitée aux objets matériels ordinaires. Pour illustrer mon propos, je privilégierai plus particulièrement à titre d’exemples les œuvres d’art qui ont leur « fondement ontologique » dans un support physique, et plus précisément encore les sculptures et les œuvres architecturales2. La théorie que je propose n’est que l’esquisse d’une théorie plus complète à venir. Certains problèmes, notamment celui du caractère vague des objets ordinaires, devront être traités spécifiquement dans un autre article.

  • 3 Une autre solution, inspirée de Searle, consisterait à dire qu’il n’y a qu’une seule chose au centr (...)

3Face au problème synchronique posé par la statue de Moïse, le bon sens voudrait qu’il n’y ait qu’une seule chose. Mais de quelle chose s’agit-il alors ? La physique nous répondrait certainement que cette chose est le bloc de marbre et plus précisément une collection de particules3. Il n’y a pas réellement de statue au centre du tombeau de Jules II, mais un amas de particules subatomiques auquel nous faisons référence, de manière abrégée, au moyen de l’expression « la statue de Moïse située dans la basilique de Saint-Pierre aux liens ». Un tel réductionnisme refuse de prendre notre discours portant sur les objets ordinaires pour argent comptant. Il exige de réinterpréter notre usage ordinaire du langage de manière artificielle et systématique. Pour ma part, je crois que, tout en devant tenir compte des acquis de la science – une statue est constituée d’un amas de particules –, l’ontologie devrait également pouvoir rendre compte de notre usage linguistique ordinaire – il y a bien une statue au centre du tombeau de Jules II ou une cathédrale sur le parvis de Notre-Dame. Je défendrai ainsi dans cet article la thèse selon laquelle bien que la statue de Moïse et Notre-Dame soient composées d’amas de particules occupant une certaine région spatiotemporelle, cette statue et cette cathédrale ne se réduisent pas à ces amas. La statue et la cathédrale sont des objets qui existent et sont distincts des objets qui leur servent de substrats physiques, c’est-à-dire qui les constituent.

  • 4 Voir, par exemple, Baker (2007).

4De ce point de vue, la théorie que je défendrai ici est proche de celle de Lynne Rudder Baker4. Cette dernière rencontre toutefois un certain nombre de difficultés. En particulier, la relation de constitution à laquelle elle a recourt me semble mystérieuse, parce que la nature de ses relata n’est pas correctement comprise. Une partie de ce malaise disparaît si l’on accepte que ces relata n’ont pas le même mode d’être. Autrement dit, ils n’existent pas de la même manière. Si la statue de Moïse et la cathédrale de Notre-Dame existent tout autant que les collections de particules qui leur servent de substrat physique, elles n’existent pas de la même manière que ces supports physiques. Plus précisément, tandis qu’une collection de particules est un objet réel qui occupe une certaine région spatiotemporelle, une statue ou une cathédrale ne sont pas des objets réels, parce que, au sens strict, elles n’occupent pas de région spatiale.

  • 5 Il faut toutefois citer les importantes analyses récentes de Kris McDaniel (2017).
  • 6 Ingarden (1945/2013). Voir également Ingarden (1965, II.1, § 63) où les analyses d’Ingarden n’ont r (...)
  • 7 En ce sens, ma démarche est semblable à celle défendue par Amie L. Thomasson, par exemple, dans : T (...)

5Roman Ingarden est certainement l’auteur qui a analysé les modes d’être le plus en profondeur5. Pour développer ma théorie, je m’appuierai donc sur cet auteur, comme j’ai déjà pu le faire en d’autres endroits. Ce choix est d’autant plus pertinent que ce phénoménologue réaliste a consacré plusieurs textes à la question de l’unité temporelle des objets. Dans ceux-ci, il introduit des distinctions importantes, définit explicitement les termes qu’il emploie, présente des arguments rigoureux et procède de manière très systématique6. Sa précision et sa clarté n’ont rien à envier à celles des métaphysiciens analytiques contemporains. Il est donc légitime de s’appuyer sur ses intuitions et ses arguments pour formuler une théorie plausible de l’identité temporelle des objets qui, bien qu’elle puisse apparaître à certains comme provoquante, n’en est pas moins rigoureuse. Sur certains points, la théorie d’Ingarden devra toutefois être amendée et, sur d’autres, complétée. La théorie que je défendrai ne sera donc pas ingardénienne au sens strict, mais plutôt néo-ingardénienne7.

1. La méréologie extensionnelle classique

  • 8 Les nihilistes méréologiques soutiennent néanmoins qu’aucun objet n’en compose un autre, au sens où (...)

6Notre pratique linguistique ordinaire semble nous engager envers l’existence d’objets ordinaires réels, c’est-à-dire d’objets qui occupent une certaine région de l’espace-temps à chaque instant auquel ils existent. Non seulement ces objets sont spatiotemporellement situés, mais ils possèdent également un certain nombre de propriétés, telles qu’un poids, une forme, une couleur, etc. Intuitivement, ces objets sont méréologiquement complexes, dans la mesure où ils possèdent des parties8. Notre-Dame de Paris possède, par exemple, une entrée, une abside et une toiture. La statue de Moïse est, quant à elle, composée d’une tête d’un tronc, de bras et de jambes.

  • 9 Une partie propre d’un tout est une partie distincte de ce tout.

7La méréologie extensionnelle classique n’a qu’une notion simple de tout : ce que l’on appelle la somme, la fusion, ou encore l’agrégat méréologique. Dans cette théorie, la relation propre de partie à tout9 peut être considérée comme primitive et notée « << ». À partir de cette relation, nous pouvons définir la relation de partie à tout simpliciter, notée « < » :

(1) x < y ≡ (x << y ∨ x = y)

8c’est-à-dire qu’un objet x est une partie d’un autre objet y si et seulement si x est une partie propre de y ou x est identique à y. Une fois en possession de cette notion, nous pouvons définir la relation de chevauchement, notée «  » :

(2) xᵒy ≡ (∃z) (z < x ∧ z < y)

  • 10 Simons (1987, 362). Cf. également Varzi & Gruszczyński (2015, 412-413).

9La relation de partie propre est, au minimum, asymétrique, transitive et soumise à une forme d’extensionalité méréologique10. Autrement dit, elle satisfait les axiomes suivants :

(3) x << y ⊃ ~ (y << x) ;

(4) (x << y ∧ y << z) ⊃ x << z ;

(5) x << y ⊃ (∃z) (z << y ∧ ~(zx).

10D’après (5), appelé « principe faible de supplémentation », si un objet x est une partie propre d’un objet y, alors y possède une partie propre disjointe de x. Les trois principes (3)-(5) constituent le « squelette formel » minimal de la méréologie extensionnelle classique.

11Finalement, nous pouvons définir la somme ou fusion méréologique binaire, notée « + » :

(6) x + y =Df (ιz) (∀w) (wz) ≡ (wx ∨ wy)).

12La somme méréologique de x et y est, par conséquent, l’unique individu z tel que tout ce qui le chevauche chevauche x ou y. Cette notion peut être généralisée pour obtenir la somme méréologique des Fs, c’est-à-dire l’objet qui est la somme de tous les objets qui satisfont F.

  • 11 Les endurantistes doivent généralement modifier la méréologie extensionnelle classique pour en four (...)
  • 12 Cf., avant tout, Sider (2001).
  • 13 Baker (2007, 28-29).

13Une fois en possession de la notion de fusion méréologique, on peut se demander si les objets ordinaires se réduisent à la somme de leurs parties ou s’ils en sont distincts. Nous pouvons distinguer principalement deux camps parmi les métaphysiciens qui assimilent les objets matériels ordinaires à des sommes méréologiques : les tridimensionnalistes, et les quadridimensionnalistes. Les premiers affirment que les objets matériels ordinaires persistent à travers le temps en « endurant », c’est-à-dire en étant totalement présents à chaque instant auquel ils existent11. Les seconds soutiennent, pour leur part, que les objets matériels ordinaires persistent en « perdurant », c’est-à-dire en possédant des parties temporelles, en plus de leurs parties spatiales, à tous les instants auxquels ils existent12. Bien que le quadridimensionnalisme semble être la position dominante actuellement, ma préférence ontologique va au tridimensionnalisme, parce que c’est la position qui est en accord avec notre description ordinaire des objets matériels. Du point de vue quadridimentionnaliste, lorsque Notre-Dame est détruite par un bulldozer il n’y a rien qui disparaisse vraiment de la réalité, puisque la cathédrale et la somme méréologique sont composés des mêmes parties et que, du point de vue de l’extensionalité méréologique, nous avons alors affaire au même objet. Il n’y a pas plus de différence ontologique entre cette église où se réunissent chaque jour des milliers de touristes et un tas de pierres, qu’il n’y en a entre la première partie de la vie de cette église et sa deuxième partie13. Le tridimensionnalisme classique rencontre toutefois une série de problèmes. Je pense que la seule manière de rendre cette position acceptable est de rejeter la thèse de l’identité des objets matériels ordinaires et des sommes méréologiques.

14Dans ce qui suit, j’examinerai d’abord différents arguments qui militent en faveur du rejet d’une telle identification, pour ensuite exposer les principales caractéristiques de ma propre conception des objets matériels ordinaires.

2. Des propriétés différentes

  • 14 À la suite d’Ingarden, j’utiliserai ce terme, avant tout, comme un terme technique désignant le sup (...)

15Considérons une œuvre architecturale, par exemple Notre-Dame de Paris. Le réductionnisme eu égard aux objets matériels affirme que cette église peut être réduite à la somme méréologique des pierres, des morceaux de bois et de verre, du béton, etc. qui la composent ou même, et plus vraisemblablement, à la somme méréologique des particules élémentaires qui composent ces morceaux de pierre, de bois, de verre, etc. J’appellerai « bâtiment » la somme méréologique à laquelle Notre-Dame peut supposément être réduite14. Intuitivement, le bâtiment est le support physique de Notre-Dame, ce qui la constitue d’un point de vue matériel.

  • 15 Nous retrouvons cette stratégie, par exemple, chez Fine et chez Baker.

16Les auteurs qui cherchent à distinguer un objet matériel de son support physique s’appuient habituellement sur le principe leibnizien d’indiscernabilité des identiques15. Celui-ci affirme que s’il existe des propriétés qui ne sont pas communes à deux objets, alors ces deux objets ne sont pas identiques l’un à l’autre :

(7) (∃F) (Fx ≡ ~Fy) ⊃ (x ≠ y).

17Dès lors, l’argument classique contre l’identification de Notre-Dame et du bâtiment qui lui sert de support matériel consiste à montrer qu’il y a des propriétés que l’un de ces deux objets possède, mais pas l’autre. Si ce type d’argument est très commun en métaphysique contemporaine, Ingarden en faisait déjà un usage systématique. Je vais examiner différentes propriétés qu’il envisage et d’autres qu’il n’envisage pas.

2.1. Propriétés intentionnelles

  • 16 Sur cet argument et les deux prochains, cf. Thomasson (2005, 117-119).

18Pour maintenir la distinction entre un objet matériel ordinaire et la somme méréologique qui lui sert de support physique, nous devons trouver certaines propriétés qui sont possédées par le premier, mais pas par le second16. Par exemple, une œuvre architecturale est porteuse de propriétés et de valeurs esthétiques. Ainsi, nous pouvons dire que les colonnes de Notre-Dame sont élégantes, mais cela a-t-il un sens de le dire de la somme de particules qui constituent cette colonne ? Ingarden ne le pense pas. Ainsi, l’œuvre architecturale et ses parties possèdent des propriétés esthétiques que ne possèdent pas le bâtiment et ses parties.

  • 17 Fine (2003, 206).

19En fait, à la suite de Kit Fine, nous pourrions citer toute une série de propriétés du même genre que possède Notre-Dame, mais que ne possède pas le bâtiment qui la constitue : Notre-Dame peut être presque parfaite, bien exécutée, de grande valeur, belle, de style gothique, monumentale, assurée ou admirée, sans que la somme des particules qui la constitue le soit17. L’ensemble de ces propriétés sont des propriétés intentionnelles : des propriétés esthétiques, représentationnelles, symboliques, expressives, stylistiques, historiques, etc.

  • 18 Ingarden (1945/2013, 41).

20De manière générale, les objets matériels ordinaires ont donc des traits qui sont « ontologiquement relatifs à nos attitudes »18, au sens où ils n’existeraient pas si nous n’avions pas certaines attitudes envers ces objets. Cela ne signifie pas pour autant que ces propriétés soient purement imaginaires. Elles trouvent leur fondement dans les propriétés que nous percevons dans les supports physiques des objets ordinaires. Par exemple, c’est bien parce que le bâtiment a une certaine forme que nous considérons que la façade de Notre-Dame est élégante.

2.2. Propriétés essentielles

21On peut également soutenir que les objets matériels ordinaires ont des propriétés essentielles que ne possèdent pas leurs supports physiques. Par exemple, le fait pour Notre-Dame d’être un lieu consacré pour la réunion des fidèles et qui, en vertu de cette consécration, est adéquat pour l’organisation de certaines cérémonies est une propriété essentielle de cet objet en tant qu’église :

  • 19 Ingarden (1945/2013, 44). Je souligne.

Ce que nous appelons « consécration » d’une église (au fond le passage d’un bâtiment « profane » à une église) n’est pas quelque chose de purement contingent, une vaine « mascarade » pour la foule et destinée à pousser les gens à un certain comportement, mais bien plutôt quelque chose qui a une signification essentielle pour l’existence de l’église en question19.

22Il est dans l’essence de Notre-Dame d’être une église, au sens où Notre-Dame ne peut exister, en tant que telle, sans être une église. La propriété d’être une église n’est, en revanche, certainement pas une propriété essentielle du bâtiment considéré comme un agrégat de particules.

23À l’inverse, la propriété essentielle qu’a le bâtiment d’être fait de particules de certaines sortes (celles qui composent la pierre, le verre, le bois, etc.) n’est pas une propriété essentielle de Notre-Dame. Elle pourrait, par exemple, être entièrement composée d’autres particules (celles qui composent le béton). D’ailleurs, sa charpente pourrait à l’avenir être reconstruite en béton sans qu’elle perde pour autant son identité.

2.3. Propriétés modales

  • 20 Cette version du principe d’extensionalité méréologique peut être facilement déduite des axiomes (3 (...)

24Un troisième argument en faveur de la distinction d’une œuvre architecturale et de l’objet matériel qui lui sert de substrat a trait aux propriétés modales. Par exemple, Notre-Dame et le bâtiment qui lui sert de support physique n’ont pas les mêmes propriétés modales dans la mesure où le bâtiment pourrait survivre à sa mise à bas par un bulldozer, alors que ce n’est pas le cas de Notre-Dame. La somme méréologique des morceaux de matériaux qui composent la cathédrale peut lui survivre, car même si ces morceaux sont dispersés, ils seront toujours des parties de la même somme méréologique. En effet, que les parties d’une somme méréologique soient dispersées ou que cette somme soit d’un seul tenant, il s’agira toujours de la même somme, en vertu du principe d’extensionalité méréologique qui affirme que deux objets sont identiques si et seulement si ils possèdent toutes leurs parties en commun20 :

(8) (x = y) ≡ (∀z) (z < x ≡ z < y).

  • 21 De même, la copie en bronze de la statue de Moïse cesse d’exister en tant que statue aussitôt que l (...)

25En revanche, si les parties de Notre-Dame étaient dispersées suite à une destruction, cette église cesserait d’exister, car elle aurait perdu ce qui faisait son unité21.

26Le même principe d’extensionalité méréologique interdit qu’une partie du support physique de Notre-Dame soit remplacée, par exemple lors d’une restauration, alors que Notre-Dame elle-même peut parfaitement survivre au remplacement d’une de ses parties, comme l’illustre Ingarden :

  • 22 Ingarden R., (1945/2013, 48), voir également, p. 43.

La cathédrale de Reims, en tant qu’œuvre d’art, apparaît […] sur le fondement du bâtiment correspondant et elle crée sa propre structure à partir des propriétés de ce dernier, mais, en dépit de cela, elle ne se laisse pas identifier à ce bâtiment. La cathédrale de Reims, en tant qu’œuvre d’art, est aujourd’hui identique à celle-là même qu’elle était avant 1914. Au contraire, le bâtiment qui lui sert de fondement a été lourdement endommagé en 1914 et donc reconstruit. Ce bâtiment détruit n’existe plus aujourd’hui et ne peut renaître. En revanche, après la reconstruction nous pouvons intuitionner sur le nouveau bâtiment la même œuvre d’art architecturale, identique à ce qu’elle était autrefois avant 191422.

27Dans la mesure où le bâtiment est une somme méréologique, il répond donc au « principe d’essentialisme méréologique » : il ne peut pas être composé d’autres parties que celles qui le composent, alors que l’œuvre architecturale qu’il constitue pourrait tout à fait être composée d’autres parties que celles qui la composent.

  • 23 Ingarden R., (1945/2013, 62-63).

28En fait, on soulignera que la reconstitution d’une œuvre architecturale n’étant jamais parfaite, il est peu probable que celle-ci demeure tout à fait la même. On peut imaginer qu’une restauration, particulièrement mal faite, dénature l’œuvre d’origine au point de donner naissance à une nouvelle œuvre. Néanmoins, dans la plupart des cas, si la restauration n’altère que légèrement l’œuvre – qu’elle en conserve l’aspect visuel extérieur –, il restera un noyau identique suffisamment important pour dire que nous avons bien affaire à la même cathédrale. Certaines différences peuvent apparaître dans le remplacement des parties matérielles du bâtiment, mais celles-ci peuvent n’avoir aucun impact sur notre perception de l’identité de l’œuvre architecturale. Comme Ingarden le suggère à propos d’un autre exemple23, la charpente de Notre-Dame peut bien être remplacée par une charpente en métal ou en béton, si elle est recouverte de manière à avoir exactement l’apparence qui était la sienne avant l’incendie de Notre-Dame, l’œuvre architecturale ne s’en trouvera pas modifiée.

2.4. Propriétés temporelles

29Un dernier argument que nous pourrions invoquer, et auquel Ingarden ne recourt pas, s’appuie sur la différence des propriétés temporelles entre un objet matériel ordinaire et l’objet qui lui sert de support physique. Comme je l’ai déjà indiqué, du point de vue de la méréologie extensionnelle classique, la seule chose qui compte pour que deux agrégats soient identiques est qu’ils soient composés des mêmes parties. De ce point de vue, le bâtiment existait avant que ses parties ne soient assemblées pour former Notre-Dame. En revanche, Notre-Dame n’a commencé à exister qu’une fois que ses parties ont été mises ensemble, c’est-à-dire lorsqu’elles ont été maçonnées, clouées les unes aux autres. Par conséquent, le somme méréologique qui sert de support physique à Notre-Dame existait avant cette dernière.

3. Le problème de la constitution

  • 24 Cette thèse fait l’objet d’un large débat : voir Johnston (1992) ; Burke (1992) ; Zimmerman (1995)  (...)

30Les remarques que nous avons développées jusqu’ici impliquent que là où nous avons tendance à ne voir qu’un seul objet, nous devons en fait en reconnaître deux : l’objet matériel ordinaire et la somme méréologique des particules qui le composent. Le fait que ces objets n’aient pas les mêmes propriétés implique, en vertu du principe d’indiscernabilité des identiques, qu’ils ne peuvent pas être identiques. Puisque Notre-Dame et la somme méréologique qui lui sert de support physique sont distinctes, je soutiens ici la thèse de la « différence entre constitution et identité » (constitution as non-identity)24 : si un objet x constitue matériellement un objet ordinaire y, alors x est différent de y . Je considère les expressions « x constitue matériellement y à l’instant t » et « x sert de support matériel à y à l’instant t » comme synonymes. La relation temporelle de constitution, que je noterai « St », est une relation asymétrique :

(9) x St y ⊃ ~(y St x).

31Étant asymétrique, cette relation doit être irréflexive. La différence entre x et y en découle immédiatement.

32La plupart des défenseurs de la différence entre constitution et identité soulignent généralement que si un objet matériel et la somme méréologique qui la constitue possèdent des propriétés différentes, ces deux entités sont aussi très similaires à bien des égards. La relation qui lie un bâtiment à l’œuvre architecturale qu’elle supporte est particulièrement étroite. En particulier, Notre-Dame et le bâtiment semblent occuper la même région spatiotemporelle.

  • 25 Cf. Thomasson (2013, 58-60).
  • 26 Je pense que c’est le principal défaut des positions de Baker et Fine.
  • 27 Cf. Ingarden (1945/2013, 48).
  • 28 Ingarden (1945/2013, 40).

33La constitution d’un objet par un autre à un certain instant impliquerait donc la coïncidence spatiale de ces deux objets. La relation de constitution comprise en ce sens m’a toujours semblé mystérieuse25. Sa compréhension a d’ailleurs souvent été un obstacle à l’acceptation d’une ontologie des objets ordinaires. À mon sens, le problème vient de ce que la relation de constitution a toujours été envisagée par ses défenseurs comme une relation entre deux objets réels26. Mais comment deux objets réels distincts pourraient-ils bien occuper le même lieu au même instant ? J’avoue ne pas pouvoir me défaire de l’intuition que deux objets réels distincts ne peuvent en aucun cas occuper la même région spatiotemporelle. Face à ce problème, la solution que je propose, à la suite d’Ingarden27, revient à affirmer que si un objet ordinaire est bien distinct de la somme méréologique qui le constitue à un certain instant, ces deux objets n’existent pas de la même manière ; ils possèdent des modes d’être différents. Tandis que le support physique d’un objet ordinaire existe réellement, ce n’est pas le cas de l’objet qu’il constitue28. En fait, le mode d’être des objets matériels ordinaires interdit qu’ils puissent réellement occuper une région spatiale, de sorte que ces objets, au sens strict, ne coïncident pas avec leurs supports physiques. Selon moi, si ces deux types objets n’existent pas de la même manière, c’est parce qu’ils ne satisfont pas les mêmes conditions d’existence.

4. Différence de conditions d’existence

  • 29 Fine (1999, 62).
  • 30 Fine et Koslicki ont chacun proposé des théories « néo-aristotéliciennes » des objets ordinaires da (...)
  • 31 Twardowski distinguait les « actes physiques », comme marcher ou sauter, des « actes psychiques », (...)

34Les objets matériels ordinaires sont des objets créés. Autrement dit, ils n’auraient pas pu venir à l’être sans un autre individu qui les a produits. Une somme méréologique, en revanche, existe pour peu que ses parties existent. De la sorte, si le bâtiment existe aussitôt qu’existent les particules qui le composent, Notre-Dame exige, pour pouvoir exister, qu’un individu ait arrangé ses parties d’une certaine manière. Comme le dit Fine, « produire quelque chose, c’est faire venir à l’existence quelque chose qui n’existait pas auparavant »29 et il faut bien admettre que Notre-Dame a été produite à un instant où les molécules qui allaient la constituer existaient déjà, de sorte que cette église semble bien exister en plus du bâtiment. Mais ne pourrions-nous pas dire que Notre-Dame est simplement l’ensemble des particules qui la constituent arrangées d’une certaine manière, c’est-à-dire des composants matériels soumis à une forme déterminée30 ? La création d’une église nécessite plus qu’un arrangement spécifique de ses parties. Imaginons une planète sur laquelle n’existe aucun individu doué d’intentionnalité. Sur cette planète, un bloc de marbre a été déformé par l’activité de la nature de manière à former un objet dont la forme ressemble exactement à la statue de Moïse créée par Michel-Ange. Des astronautes débarquant sur cette planète et découvrant le bloc de marbre en question diront-ils qu’il s’agit d’une statue de Moise ? Ils exprimeront plutôt leur étonnement devant une telle coïncidence : par quel hasard miraculeux la nature a-t-elle pu donner à ce bloc de marbre une forme parfaitement semblable à la statue de Moïse qui se trouve sur Terre au centre du tombeau de Jules II ? Certes, ce bloc de marbre a été créé par une activité naturelle qui lui a donné la forme d’une statue, mais il ne l’a pas été par une activité intentionnelle qui souhaitait lui donner cette forme ; sans cette activité intentionnelle, le bloc de marbre ne peut constituer une statue. Autrement dit, pour qu’il y ait une statue, il faut non seulement qu’une activité physique ait modelé la matière d’une certaine manière, mais aussi que cette mise en forme ait été exécutée avec une certaine intention, à savoir celle de tailler un bloc de marbre à l’image de Moïse31. Dans un univers où tout être doué d’intentionnalité serait absent, il n’y aurait tout simplement pas de statue.

35Sans activité intentionnelle, il n’y aurait pas non plus d’églises, ou d’œuvres architecturales en général. Comme nous l’avons déjà mentionné, une église nécessite pour commencer à exister qu’une certaine cérémonie de consécration ait eu lieu, qui transforme le bâtiment en un lieu de culte. Or cette cérémonie nécessite l’effectuation de certains actes de conscience. Ingarden l’exprime très clairement dans le passage suivant, qui n’est pas sans anticiper Austin :

  • 32 Ingarden (1945/2013, 45).

Pour autant qu’elle est visée « sérieusement » et accomplie dans une attitude correspondante (par le « prêtre », par les « fidèles »), [la] cérémonie [par laquelle un bâtiment profane est consacré en tant qu’église] s’opère alors dans des actes de conscience qui, par eux-mêmes, ne provoquent et ne peuvent provoquer aucun changement réel dans le monde réel, mais qui appellent à l’être un objet déterminé appartenant au monde ambiant des « fidèles » et, à vrai dire, ce que précisément nous nommons « église », « temple », ou autres. Et précisément, une « église », ce n’est précisément pas un certain tas ordonné de matériaux de construction, même si ce tas lui sert de fondement réel (de porteur) et constitue le point de départ de l’acte de consécration32.

36Une église, comme toute œuvre d’art, est le produit d’une activité intentionnelle et, sans cette activité, elle ne saurait commencer à exister. C’est d’ailleurs ce qui explique que le bâtiment, conçu comme une somme méréologique des particules qui constituent l’église à partir d’un certain instant, existait avant cette église.

  • 33 Voir. Ingarden (1964, § 13, 113). Sur cette notion, cf. également Johansson (2013, 142-143).

37Plus encore, une activité intentionnelle est nécessaire pour que Notre-Dame continue à exister en tant qu’église. En admettant que les particules qui composent Notre-Dame aient commencé à exister à un certain instant, elles ne nécessitent pas qu’un individu les maintienne dans l’existence. Il en est de même pour le bâtiment. Celui-ci possède ce qu’Ingarden appelle une « inertie existentielle » (Trägheit des seins)33 : il n’a pas besoin d’être soutenu par un autre objet pour continuer à exister, mais quelque chose est requis pour qu’il cesse d’exister. À l’inverse, un objet matériel ordinaire, de même que tout objet social ou culturel, dépend des intentions et des attitudes de certains individus pour « se maintenir dans l’être » (sich im Sein erhalten). Si la religion venait à disparaître au point que son souvenir même se serait évanoui, il n’y aurait plus d’églises. Il y aurait peut-être des bâtiments qui servent de logement, de librairie ou de centre commercial, mais plus de lieux où puisse s’exercer le culte catholique. Si maintenant, c’est l’humanité elle-même qui venait à disparaître, les œuvres architecturales elles-mêmes viendraient à disparaître ; il ne resterait plus que des amas de particules.

5. Le mode d’être des objets matériels ordinaires

  • 34 Cf. Ingarden (1964). Pour une première approche, on pourra se reporter à Johansson (2013, 137-157).
  • 35 Pour Ingarden, les différentes formes de dépendance ontologique sont des aspects des modes d’être d (...)
  • 36 Cf. Thomasson (1999, chapitre 2).

38Au vu de ce que nous venons de dire, les objets matériels ordinaires exhibent deux types de « dépendance ontologique » : d’une part, il est impossible qu’un objet matériel existe et n’ait pas été créé par un objet distinct de lui et, d’autre part, il est impossible qu’il continue à exister sans qu’un objet distinct de lui et doué d’intentionnalité le maintienne dans son existence. Je vais préciser plus formellement ces deux types de dépendance ontologique. Si Ingarden a exploré en profondeur les différentes variétés de dépendance ontologique et leurs combinaisons34, je n’utiliserai cependant pas directement ses travaux. D’une part, parce qu’ils posent des problèmes d’exégèse compliqués et, d’autre part, parce que les différents types de dépendance ontologique identifiés par Ingarden sont essentiellement atemporels35. Je m’inspire néanmoins dans ce qui suit de ses recherches, ainsi que de celles d’Amie L. Thomasson36.

39La première sorte de dépendance ontologique à laquelle sont soumis les objets matériels ordinaires est ce que Thomasson appelle une « dépendance historique ». En notant « O » le prédicat « (est) un objet matériel ordinaire », « E! » le prédicat d’existence et « Ct » la relation « (est) créé à l’instant t par », elle peut être exprimée symboliquement de la manière suivante :

(10) O(x) ⊃ □ (E!(x) ⊃ (∃y) (∃t) (x ≠ y ∧ y Ct x)).

40Autrement dit, un objet ordinaire x ne peut exister sans un objet y, distinct de x, qui a créé ce dernier à un instant t.

41La deuxième forme de dépendance ontologique est ce que Thomasson appelle une « dépendance constante générique ». En notant « It » le prédicat « (est) un état intentionnel à l’instant t », nous pouvons la formaliser de la manière suivante :

(11) O(x) ⊃ □ (∀t) (E!t (x) ⊃ (∃y) (It(y) ∧ ~(x <t y))),

42qui signifie qu’un objet ordinaire x ne peut exister à un instant t sans un état intentionnel y qui n’est pas une partie de x à t. La dernière clause permet de s’assurer que les objets matériels « transcendent » les actes intentionnels qui les visent.

  • 37 Ingarden distingue les objets « purement intentionnels » des objets « aussi intentionnels », pour l (...)
  • 38 Ingarden (1983, 111).

43Les objets réels n’exhibent pas la deuxième forme de dépendance ontologique. Cette différence entre les objets ordinaires matériels et leurs supports physiques implique qu’ils n’existent pas de la même manière, qu’ils n’ont pas le même « mode d’être ». Tandis qu’un support physique existe réellement, un objet matériel ordinaire existe uniquement de manière « intentionnelle ». Les objets matériels ordinaires ne sont pas des objets réels, mais des objets intentionnels37, c’est-à-dire des objets créés par la pensée38, des objets qui, pour cette raison, ne peuvent commencer à exister et continuer à exister sans une conscience qui les vise, des actes intentionnels qui les projettent. En fait, c’est cette différence de mode d’être qui explique leurs différences de condition d’existence. Le fait que les objets matériels ordinaires dépendent ontologiquement d’états intentionnels, alors que leurs supports physiques sont ontologiquement indépendants de tout état de ce type est fondé dans la manière dont ces objets existent, au sens où il s’agit d’un aspect de leur mode d’être.

6. La dépendance ontologique des objets matériels ordinaires eu égard à leur support physique

  • 39 Ingarden le reconnaît lui-même. Cf. Ingarden (1945/2013, 39).

44La thèse de non-identité d’un objet matériel et de son support physique peut paraître particulièrement contre-intuitive39. J’ai mentionné précédemment toute une série de propriétés – essentielles, modales, temporelles, etc. – qui permettait de distinguer ces deux types d’objets. Toutefois, il semble qu’il faille aussi reconnaître qu’un objet matériel et le support physique qui le constitue sont extrêmement similaires, dans la mesure où ils semblent posséder toute une série de propriétés en commun. Celles-ci sont des propriétés ordinaires, comme, par exemple, être d’une certaine forme, être coloré, être dur, etc. Or, c’est parce que le support physique d’un objet matériel possède ces propriétés que l’objet matériel lui-même les possède. Par conséquent, je dirai qu’un objet matériel doit certaines de ses propriétés à son support physique. Ainsi, c’est parce que le bâtiment est situé sur l’île de la Cité que Notre-Dame est elle-même située sur l’île de la Cité.

  • 40 En suivant Lynne Rudder Baker, on pourrait aussi parler de « propriétés empruntées » et de « propri (...)
  • 41 Pour un principe similaire, cf. Fine (1982, 97-105). Par la suite, j’amenderai ce principe.

45Je parlerai de « propriétés héritées » et de « propriétés non héritées »40 : un objet hérite ses propriétés temporellement restreintes de l’objet qui le constitue. C’est ce que j’appellerai le « principe d’héritage »41. En notant « St » la relation « a pour support physique … à l’instant t », il peut être formalisé de la manière suivante :

Principe d’héritage 1 : x St y ⊃ (Pt(x) ≡ Pt(y)).

46Par exemple, si le bâtiment qui constitue Notre-Dame est fait de pierres de taille, de bois et de verre à un certain instant, alors Notre-Dame est également faite de pierres de taille, de bois et de verre à cet instant du fait qu’elle est constituée par quelque chose qui est fait de ces matériaux. Tandis que le bâtiment a la propriété non héritée d’être fait de pierres de taille, de bois et de verre, Notre-Dame a cette propriété de manière héritée.

47Peut-on toutefois réellement dire que c’est parce que la façade du bâtiment est de couleur blanche, que la façade de Notre-Dame est de cette couleur ? On peut en douter. Comme le fait remarquer Ingarden, si le bâtiment est identifié à la somme des particules qui composent Notre-Dame, nous devons admettre que le bâtiment est dépourvu de « qualités sensibles », comme, par exemple, celle de posséder une façade de couleur blanche ou celle d’avoir une charpente qui ne résiste pas au feu. Seule la cathédrale possède ces propriétés :

  • 42 Ingarden (1945/2013, 49).

Il est fort probable que l’objet physique matériel que forme le bâtiment ne soit pas pourvu de ce qu’on appelle des qualités « sensibles », qu’il ne soit ni coloré, ni dur, ni limité par des surfaces rudes ou polies, qu’il n’ait donc pas en soi-même cette forme spatiale qu’on trouve dans la perception concrète et qu’on lui attribue dans la vie quotidienne42.

48Un ensemble d’atomes est plus ou moins fortement lié par des forces nucléaires, électromagnétiques et gravitationnelles, mais il n’est pas dur ; il possède la capacité d’absorber telle ou telle longueur d’onde de la lumière et de réfléchir telle ou telle autre, mais il n’est pas de telle ou telle couleur. Néanmoins, les propriétés que nous attribuons à Notre-Dame sont bien fondées dans les propriétés que possède le bâtiment en tant qu’agrégat de particules. Par exemple, c’est bien parce que les molécules qui composent les pierres de la cathédrale de Notre-Dame sont liées par certaines forces intermoléculaires que cette cathédrale est dure.

  • 43 Sur ce point, cf. Ingarden (1945/2013, 62).

49Aussi importante cette remarque soit-elle, je laisserai ses conséquences de côté et considérerai, pour simplifier mon propos, que ce sont bien les mêmes propriétés ordinaires qui sont instanciées dans un support physique et l’objet qu’il constitue. Ce qui importe avant tout ici, c’est qu’un objet matériel ordinaire hérite directement ses propriétés temporellement restreintes de son support physique ou qu’il les possède en vertu du fait que son support physique possède certaines propriétés. Se manifeste ainsi une certaine dépendance ontologique de l’objet matériel à l’égard de son support physique. D’un côté, ces objets sont des créations mentales et, d’un autre côté, ils doivent s’incarner dans des objets réels et posséder des propriétés indépendantes de toute visée intentionnelle. Il n’est peut-être pas nécessaire qu’un objet matériel ordinaire possède tel support physique particulier43, mais il ne peut pas exister sans un tel support. Nous pouvons exprimer cette dépendance ontologique « générique » de la manière suivante :

(12) O(x) ⊃ □ (∀t) (E!t (x) ⊃ (∃y) (x ≠ y ∧ y St x).

  • 44 Ibid.
  • 45 Ibid.
  • 46 Ingarden (1945/2013, 50). Cf. également Baker (2007, 46).

50Les objets matériels ordinaires sont des objets intentionnels dotés d’un double « fondement ontologique »44. De ce point de vue, ils se distinguent des purs produits de l’imagination, comme, par exemple, la chimère à laquelle je suis en train de penser à cet instant. Je suis le seul support ontologique de cet objet intentionnel. Les objets matériels, en revanche, doivent le fondement de leur existence non seulement à une conscience intentionnelle qui les produit, mais également à un support physique qui, d’une certaine manière, les « réalise ». Exemplairement, une œuvre architecturale dépend d’un bâtiment réel : elle n’aurait pas pu exister sans le bâtiment qui lui sert de support physique. De manière générale, les objets matériels ordinaires sont des objets intentionnels cum fundamento in re45, des objets dont la « relativité ontologique » est double46, au sens où ils ne peuvent exister, d’une part, sans des consciences intentionnelles qui les créent et leur permettent de continuer à exister et, d’autre part, sans des supports physiques qui les constituent.

  • 47 Ingarden (1945/2013, 51). Fine parle précisément d’une relation d’« incarnation » (embodiment) entr (...)
  • 48 Thomasson (2005, 124).
  • 49 Ingarden (1945/2013, 46). La seule activité intentionnelle de certains individus ne suffit probable (...)
  • 50 Ingarden (1965, 204=.

51Remarquons encore que c’est cette dépendance ontologique d’un objet matériel ordinaire à l’égard de l’objet réel dans lequel il est « incarné » (verkörpert)47 qui permet d’expliquer que la « continuation de son existence » ne dépende pas d’un acte mental particulier, mais nécessite des actes de conscience en général48, souvent de nature collective49 ; c’est ce support physique qui garantit l’accès « intersubjectif » à l’objet matériel50. Grâce à lui, l’objet matériel peut exister au-delà de la durée de l’acte mental qui l’a créé.

7. Objets matériels et lieux d’indétermination

  • 51 Ingarden (1931/1983, § 38).
  • 52 Sur ce point, je me permets de renvoyer à Richard (2015).

52Les premières analyses approfondies d’Ingarden sur le statut ontologique des objets intentionnels portaient spécifiquement sur les objets fictionnels. Il a mis en évidence une caractéristique importante de ces objets : ils possèdent des « lieux d’indétermination » (Unbestimmtheitstellen)51. Autrement dit, ce sont des objets ontologiquement incomplets. Prenons un exemple. Flaubert n’a pas précisé si Mme Bovary avait un nombre pair de cheveux ou si elle en avait un nombre impair. Dès lors, elle ne possède ni la propriété d’avoir un nombre pair de cheveux, ni la propriété d’avoir un nombre impair de cheveux. Elle est ontologiquement indéterminée eu égard à une certaine propriété et à la propriété complémentaire. De manière générale, les objets fictionnels ne satisfont pas le principe ontologique du tiers exclu : il n’est pas le cas, pour toute propriété P, qu’un objet de cette sorte possède P ou possède la propriété complémentaire non-P52. Les objets réels, en revanche sont déterminés eu égard à toutes leurs propriétés : de toute paire de propriétés complémentaires un objet réel doit nécessairement posséder l’une au détriment de l’autre. Il se peut que nous ne sachions pas laquelle des deux il possède de fait, mais il doit, par raison de complétude ontologique, en posséder une des deux et pas l’autre.

  • 53 Cf. Ingarden (1965, 219-224).

53Dans un premier temps, Ingarden pensait que l’indétermination ontologique était une caractéristique ontologique essentielle de tous les objets intentionnels53, une de celles qui nous permettent d’affirmer que ces objets n’existent pas de la même manière que les objets réels. L’analyse des œuvres architecturales l’a conduit à réviser sa position. Il faut bien admettre que l’on voit mal quelle paire de propriétés complémentaires P et non-P nous pourrions trouver et qui serait telle qu’un objet matériel ordinaire ne possède ni P ni non-P.

54Il me semble toutefois que, contrairement à ce que pensait Ingarden, les objets matériels sont bien des objets incomplets. Il faut ici introduire une distinction entre les objets qui sont complets de facto et les objets qui le sont de jure. Il y a une différence entre le fait qu’un objet possède effectivement la propriété P (ou la propriété complémentaire non-P) et le fait que nous pouvons déterminer s’il la possède. Les objets réels sont de facto et de jure complets. Les objets fictionnels, en revanche, sont de facto et de jure incomplets : il y a certaines propriétés telles que nous ne pouvons déterminer si un objet de cette sorte la possède ou possède la propriété complémentaire, simplement parce que cet objet, de fait, ni ne possède la propriété ni ne possède la propriété complémentaire. Son indétermination eu égard à certaines propriétés est de nature ontologique. Quant aux objets matériels ordinaires, s’ils sont de facto incomplets, ils sont de jure complets. Autrement dit, bien qu’incomplets ontologiquement, ils sont complets épistémologiquement. Les objets matériels étant des objets purement intentionnels, leurs propriétés leur échoient en vertu d’actes mentaux. Dès lors, ils ne possèdent jamais qu’un nombre fini de propriétés. Supposons qu’un objet matériel x ne possède ni une propriété P ni une propriété non-P, parce que nous ne l’avons pas projeté avec cette propriété. Il est toujours possible de déterminer si nous devrions le projeter avec l’une de ces deux propriétés : il suffit d’examiner son support physique pour le savoir. Si, ce faisant, nous constatons que x doit posséder P, alors nous projetons x muni de la propriété P. Un tel processus est évidemment infini, dans la mesure où il y aura toujours une propriété telle que nous n’aurons ni attribué cette propriété ni sa complémentaire. Bien qu’un objet matériel ordinaire soit de fait ontologiquement incomplet, il est potentiellement complet d’un point de vue épistémique.

55Même à admettre que les objets matériels soient à la fois complets de jure et de facto, il reste qu’ils possèdent une autre caractéristique ontologique qui les distingue de manière essentielle des objets réels : ils possèdent leurs propriétés de deux manières différentes.

8. Deux manières de posséder des propriétés

  • 54 Gallois (2017, 73).

56Le fait que les objets matériels héritent certaines de leurs propriétés des objets réels qui les constituent pose au moins deux problèmes. Premièrement, si l’on admet qu’un objet matériel emprunte toutes ses propriétés temporellement restreintes à son support physique, il semble qu’il faille reconnaître que ces deux objets coïncident54. En effet, puisque nous pouvons envisager le fait d’avoir une partie à un certain instant comme une propriété temporellement restreinte, il semble que deux objets qui coïncident possèdent toutes leurs parties en communs. Dès lors, en vertu du principe d’extensionalité méréologique, ces deux objets devraient être identiques, contrairement à ce que nous avons affirmé précédemment.

  • 55 Cf. Koslicki (2010, 55).

57Deuxièmement, le fait qu’un objet matériel et son support physique possèdent des propriétés en apparence incompatibles semble interdire l’héritage de certaines propriétés. En particulier, les propriétés essentielles (par exemple, être fait de marbre pour le support de la statue de Moïse), les propriétés temporelles (avoir existé avant la venue à l’existence de la statue), les propriétés d’identité (être identique à un bloc de marbre) ou encore les propriétés de constitution (constituer une statue)55 d’un objet matériel semblent ne pas pouvoir être héritées de son support matériel, sous peine de contradiction. Une solution à ce problème serait d’exclure du principe d’héritage ces propriétés problématiques. Malheureusement, une telle restriction semble purement ad hoc. Elle est stipulée, mais elle n’est pas réellement justifiée.

  • 56 Cf. Zalta (1983).
  • 57 Cf. Ingarden (1965, § 47).

58La reconnaissance de différents modes d’être permet de résoudre ces deux problèmes. Alors que les objets réels possèdent leurs propriétés uniquement au sens où ils les exemplifient, Ingarden soutient qu’il appartient à l’essence des objets intentionnels de pouvoir posséder des propriétés de deux manières différentes : ils possèdent certaines de leurs propriétés en tant que tels et ils en possèdent d’autres en tant qu’ils renvoient à un autre objet. Il ne s’agit pas de reconnaître deux types de propriétés, mais bien deux manières différentes de les instancier. À la suite d’Edward N. Zalta, je distinguerai ainsi les « propriétés exemplifiées » des « propriétés encodées »56. Un détour vers les objets fictionnels permet de comprendre la manière dont je conçois cette distinction. Mme Bovary ne possède pas réellement la propriété d’être l’amante de Léon, parce qu’elle est un personnage de fiction. En ce sens, elle n’exemplifie pas cette propriété. Toutefois, il y a bien un sens à dire que Mme Bovary est l’amante de Léon. Elle possède cette propriété dans la mesure où elle l’encode, et elle l’encode, parce que nous la lui attribuons intentionnellement sur la base du roman écrit par Flaubert. Si Mme Bovary encode certaines propriétés, elle est en exemplifie d’autres qui ne sont pas des déterminations issues du roman dans lequel sa vie est décrite. Par exemple, elle exemplifie la propriété d’avoir été créée par Flaubert ou de ne pas réellement exister. Les objets réels, eux, n’encodent pas leurs propriétés ; ils ne font que les exemplifier. À la différence de ces derniers, les objets intentionnels se présentent comme des « doubles porteurs » de propriétés. Ce sont des objets « bifaces », des objets qui sous un aspect exemplifient des propriétés et, sous un autre, en encodent57.

  • 58 Une version plus subtile consisterait à dire que si x constitue y, alors les propriétés encodées pa (...)

59Les propriétés encodées par les objets matériels sont celles qu’ils héritent de leur support physique. Les objets matériels encodent ces propriétés, parce que leurs supports physiques les exemplifient. Ces précisions étant faites, il faut reformuler le principe d’héritage58. En notant « xPt  » le fait que x encode la propriété P à l’instant t et « Pt(x) » le fait qu’il exemplifie la propriété P à l’instant t, ce principe semble devoir prendre la forme suivante :

Principe d’héritage 2 : x St y ⊃ (Pt(x) ≡ yPt).

60Contrairement aux propriétés exemplifiées par un objet réel, les propriétés encodées par un objet ordinaire n’auraient pas pu exister sans l’individu qui les a attribuées à l’objet ordinaire en question. Le problème est que si un objet matériel ordinaire possède bien des lieux d’indéterminations, comme je l’ai suggéré précédemment, il ne peut pas encoder toutes les propriétés exemplifiées par son support physique. En fait, il n’encode que les propriétés qui lui ont été attribuées par un individu doué de conscience intentionnelle. Dans ce cas, il faut remplacer la deuxième version du principe d’héritage par un principe plus faible qui affirme seulement que si un objet ordinaire encode une propriété à un certain instant, alors cette propriété est exemplifiée par son support physique à cet instant :

Principe d’héritage 3 : x St y ⊃ (yPt ⊃ Pt(x)).

61En d’autres termes, l’exemplification d’une propriété par un support physique est une condition nécessaire pour que l’objet qu’il constitue encode cette propriété, mais elle n’est pas suffisante.

  • 59 Baker (2007, 166).
  • 60 Ingarden (1945/2013, 40).

62Le fait que toutes les propriétés encodées, par exemple, par une statue constituée d’un bloc de marbre sont exemplifiées par ce bloc de marbre permet alors de comprendre l’unité que semblent présenter ces deux objets pourtant distincts : le bloc de marbre est « englobé » ou « subsumé » par la statue qu’il constitue59. La subsomption dont il est ici question est épistémique et non ontologique : nous sommes incapables de distinguer perceptivement un objet matériel ordinaire de son support physique, car toute propriété temporellement restreinte perçue sur la base du second est intentionnellement attribuée au premier. Comme je l’ai souligné, il ne s’agit pas de dire que toutes les propriétés temporellement restreintes du bloc de marbre sont effectivement encodées, mais plutôt qu’elles le sont potentiellement. Par ailleurs, d’un point de vue ontologique, le fait que la statue exemplifie des propriétés qui ne sont pas exemplifiées par le bloc de marbre, comme, par exemple, celle d’être une statue ou d’être un objet d’admiration esthétique, implique que la première « excède », en quelque sorte, la réalité du second60.

63La distinction entre propriétés encodées et propriétés exemplifiées ayant été clarifiée, nous pouvons résoudre le problème des propriétés qu’un objet matériel ne peut posséder sous peine de contradiction. Lorsqu’un objet matériel possède les propriétés exemplifiées par son support matériel, il ne fait simplement que les encoder. Par exemple, si un bloc de marbre exemplifie la propriété de constituer une statue de Moïse, la statue de Moïse ne fait qu’encoder cette propriété. Or, un objet ne possède des propriétés contradictoires que s’il les instancie de la même manière. Il n’y a dès lors aucune contradiction à ce que, par exemple, cette statue exemplifie la propriété d’exister de manière intentionnelle, puisqu’elle ne fait qu’encoder la propriété d’exister de manière réelle. L’absence de contradiction peut ici être mise en évidence par le recours à l’opérateur de réduplication « en tant que ». Nous pouvons ainsi dire que, en tant que tel, c’est-à-dire en tant que statue, le Moïse existe de manière intentionnelle, mais, en tant que bloc de marbre, il existe réellement. De même, en tant que bloc de marbre, le Moïse constitue une statue, mais en tant que tel, il ne constitue pas une statue.

9. La coïncidence des objets matériels ordinaires et de leurs supports physiques

64Examinons à présent comment la distinction entre propriétés encodées et propriétés exemplifiées permet de résoudre le problème de la coïncidence. À l’image de la constitution, la relation de coïncidence entre un objet matériel ordinaire et son support physique est mystérieuse, parce qu’elle est habituellement comprise comme une relation entre deux objets réels distincts. Elle cesse de l’être à partir du moment où elle est vue comme une relation entre un objet réel et un objet intentionnel, deux objets qui n’existent pas de la même manière. En fait, les objets intentionnels, au sens strict, n’occupent aucune région de l’espace – ils n’exemplifient pas la propriété d’être situé dans une région spatiale. Étant des produits d’actes mentaux, ils ne peuvent être situés nulle part dans l’espace. Cela est particulièrement clair dans le cas des objets fictionnels comme Mme Bovary ; il n’y a pas de sens à se demander où sont ces objets. Si nous prenons une autre catégorie d’objets intentionnels, à savoir les objets sociaux, tels que la communauté des adorateurs de Proust ou l’Union soviétique, la question peut sembler plus délicate. Il nous semble toutefois que si leur existence dépend d’un substrat réel localisé dans une région de l’espace, éventuellement déconnectée, ces objets eux-mêmes ne se situent en aucun lieu. Dans le cas des objets matériels ordinaires, le fait qu’ils n’occupent pas de région spatiale est obscurci par la relation particulièrement étroite qui lie ces objets au substrat matériel qui les réalise. Considérons la statue du Penseur de Rodin. Il en existe différentes copies en bronze réalisées à partir du même moule. Chacune de ces copies possède un support physique différent et ces différents supports sont dispersés dans différents musées dans le monde. S’agit-il chaque fois d’une statue différente ou de la même statue ? La réponse à cette question n’est pas simple. Notre théorie des objets matériels nous enjoint à répondre qu’il s’agit de la même statue, mais incarnée dans différents supports physiques. L’intuition opposée repose sur notre fétichisme de l’original. Mais il n’y a pas de sens à se demander ici quelle est la statue originale et quelles sont les copies, puisque ce sont toutes des copies obtenues à partir du même moule. S’il y a bien une seule statue du Penseur, il faut pouvoir expliquer comment un même objet matériel peut être à plusieurs endroits en même temps. Peut-être serions-nous tentés de dire que nous avons affaire à différentes parties de la même statue. Cependant, les copies du Penseur sont très différentes des parties d’un objet éparpillé, comme, par exemple, le haut et le bas d’un bikini. Ces deux types d’objets matériels n’ont pas les mêmes conditions d’existence. Si une des copies du Penseur venait à disparaître, la statue elle-même ne cesserait pas d’exister. En revanche, si le haut d’un bikini est détruit, le bikini lui-même n’existe plus, au mieux existe-t-il partiellement, au sens où seule une partie de ce bikini a survécu à sa destruction. Contrairement à un bikini, le Penseur de Rodin est incarné complètement dans chacune de ses réalisations matérielles. Lorsque nous parlons des différentes copies du Penseur, nous faisons référence à ses multiples supports physiques, mais sur la base de ceux-ci, c’est toujours la même statue qui est visée intentionnellement par les spectateurs de l’œuvre de Rodin. À mon sens, dès lors que l’on accepte qu’il s’agit bien de la même statue réalisée dans différents supports physiques, il faut admettre que cette statue n’est pas réellement située dans une région spatiale, à la différence de ses différents supports physiques.

65Pourtant, il faut aussi reconnaître qu’il y a un sens à dire qu’un objet matériel est situé dans une région spatiale. Par exemple, Notre-Dame est bien située sur l’île de la Cité et le bâtiment qui sert de support physique à cette église occupe réellement une certaine région spatiale. En vertu de ce que j’ai dit précédemment, Notre-Dame hérite la propriété d’occuper une certaine région spatiale de son support physique – du moins si nous la percevons –, mais, contrairement à ce dernier, elle ne l’exemplifie pas. Encoder une propriété, ce n’est pas posséder une propriété « au sens strict », pour reprendre le vocabulaire de Chisholm ; c’est seulement la posséder « au sens lâche » ou « ordinaire ». Notre-Dame ne possède pas la propriété d’occuper une certaine région spatiale au sens strict, parce qu’elle ne possède pas cette propriété de manière « immanente », mais uniquement parce que nous la lui avons attribuée en vertu du fait que son support physique exemplifie cette propriété.

66Si Notre-Dame n’occupe pas une région spatiale au sens strict, elle l’occupe toutefois au sens ordinaire. C’est en ce sens que nous pouvons dire qu’elle coïncide avec son support physique. La coïncidence est généralement définie comme le fait de posséder exactement les mêmes parties (matérielles). Or, posséder une partie est une propriété temporellement restreinte. Dès lors, en vertu de la version 3 du principe d’héritage, toutes les parties matérielles qu’encode un objet matériel à un certain instant sont des parties exemplifiées par son support physique à cet instant. Je soutiens qu’un objet matériel ordinaire coïncide avec son support physique au sens ordinaire, bien qu’il ne coïncide pas avec lui au sens strict. Afin de formaliser cette idée, j’ai tout d’abord besoin d’une relation de partie à tout au sens de l’encodage, que je noterai « <*t », distincte de la relation de partie à tout « <t » qui a pour relata des objets réels. Je dirai qu’un objet ordinaire y encode le fait de posséder un objet x à titre de partie à l’instant t si et seulement si le support physique de x est une partie du support physique de y à cet instant :

(13) x <*t y ≡ (∃uv) (u St x ∧ v St y ∧ u <t v)

67En notant la relation de coïncidence ordinaire, que je qualifierai de « faible », au moyen du symbole « <>t », le prédicat « (est) un objet intentionnel » au moyen de « E!i » et le prédicat « (est) un objet réel » au moyen de « E!r », la coïncidence ordinaire faible peut être définie de la manière suivante :

(14) x <>t y ≡ E!r (x) ∧ E!i (y) ∧ (∀z) (z <*t y ⊃ (∃u) (u St z ∧ u <t x)).

68En d’autres termes, un objet réel x coïncide ordinairement au sens faible avec un objet intentionnel y si et seulement toute partie encodée par y à un instant t est constituée par une partie de x à cet instant. Si nous acceptons la version 2 du principe d’héritage, alors, il est possible de définir une relation forte de coïncidence ordinaire, notée « <>’t  », de la manière suivante :

(15) x <>’t y ≡ E!r (x) ∧ E!i (y) ∧ (∀z) (z <*t y ⊃ (∃u) (u St z ∧ u <t x)) ∧ (z)(z <t x ⊃ (∃u) (z St u ∧ u <*t y)).

69Dans ce cas, un objet matériel et son support physique coïncident au sens ordinaire, parce que toutes les parties encodées par le premier sont exemplifiées par le second, et inversement. À l’évidence, la coïncidence ordinaire forte implique la coïncidence ordinaire faible.

10. Rien en plus

70Ma théorie semble impliquer qu’un simple changement d’attitude par rapport à un support physique suffisse pour que celui-ci constitue un autre objet matériel ordinaire. Que nous regardions le même bâtiment en architecte dans une attitude de génie civil, en amateur d’art dans une attitude esthétique ou en fidèle dans une attitude de dévotion, à chaque fois notre attitude donnera naissance à un objet différent. Comme le souligne Ingarden :

  • 61 Ingarden (1945/2013, 41).

Sur l’arrière-plan d’une seule et même chose réelle (le bâtiment), il se construit pour ainsi dire une nouvelle objectité à chaque nouvelle attitude, comme si elle tirait son origine de cette attitude et en était ontologiquement dépendante61.

71Si chaque nouvelle attitude donne lieu à un nouvel objet matériel ordinaire, la thèse de non-identité des objets matériels ordinaires et de leurs supports physiques semble conduire à une multiplication intolérable des objets existants. C’est la critique qu’opposent habituellement les contempteurs de l’ontologie des objets ordinaires, tel Trenton Merricks, à une position comme la nôtre :

  • 62 Merricks (2001, 15).

« Il y a des statues » signifie parfois qu’il y a, en plus des divers atomes arrangés à la manière d’une statue, un certain objet beaucoup plus grand – doté d’une masse, d’un centre de gravité, et ainsi de suite – qui a chacun de ces atomes à titre de partie62.

  • 63 Cf. également Schaffer (2015) qui propose, en remplacement du rasoir d’Occam, le principe du « lase (...)
  • 64 Armstrong exprime de manière particulièrement frappante ce que nous essayons d’expliquer ici en par (...)
  • 65 Chisholm (1989, 54).

72Cette critique est tout à fait justifiée lorsque les objets matériels ordinaires sont considérés comme des objets réels qui viennent s’ajouter à l’ameublement du monde. Toutefois, il faut bien souligner que dans ma conception les objets qui sont créés par nos actes intentionnels ne sont pas réels, mais intentionnels. D’une part, ces objets n’existent pas de la même manière que les sommes méréologiques d’atomes qui les constituent et, d’autre part, par leur mode d’être, leur coût ontologique supplémentaire par rapport aux entités douées d’intentionnalité est, pour ainsi dire, presque nul. Dès lors que nous acceptons dans notre ontologie des atomes et des entités douées d’une conscience intentionnelle, les objets matériels ordinaires n’ajoutent rien à l’addition ontologique par rapport aux objets dont ils dépendent63 ; ils viennent gratuitement avec elle64. Les objets intentionnels ne sont que des « parasites ontologiques »65 qui n’existeraient pas si les atomes et les entités douées d’intentionnalité n’existaient pas.

  • 66 Gallois (2017, 86).

73Pour finir, disons qu’en précisant le statut ontologique des objets matériels ordinaires nous pouvons répondre à une autre critique soulevée à l’encontre de la théorie de la différence entre constitution et identité, à savoir qu’en multipliant les objets, cette théorie surdétermine leur pouvoir causal. Par exemple, si en jetant la statue de Moïse contre un miroir, celui-ci éclate en mille morceaux, alors l’éclatement du miroir semble à la fois causé par la statue et par le bloc de marbre qui la constitue66.

  • 67 Thomasson (2007, 12).
  • 68 Merricks (2001, 66). Ce principe est ce que Jaegwon Kim appelle le « dictum d’Alexander » (1993, 34 (...)

74Or il n’y a de sens à dire que deux objets causent un certain événement que lorsque ces deux objets sont deux objets réels distincts et ontologiquement indépendants l’un de l’autre. Par exemple, nous pouvons dire que deux balles de fusil peuvent conjointement tuer quelqu’un dans la mesure où une seule balle n’y aurait pas suffi67. À cela, je réponds que, premièrement, un objet matériel n’est pas ontologiquement indépendant de la somme méréologique d’atomes qui le constitue et, d’autre part, que les objets matériels ordinaires ne sont pas des objets réels. À n’en pas douter, « être réel c’est avoir des pouvoirs causaux »68, mais rien n’implique, dans ma théorie, que les objets matériels ordinaires ont de tels pouvoirs, pour la simple et bonne raison qu’ils ne sont pas réels. Dès lors, seul le bloc de marbre cause réellement l’éclatement du miroir, puisque lui seul est réel. La statue étant un objet intentionnel, elle ne peut, au sens strict, causer l’éclatement de quoi que ce soit ; elle ne le fait qu’en tant que bloc de marbre. Soutenir le contraire serait aussi absurde que d’affirmer que le professeur Moriarty a assassiné Donald Trump. Les objets purement intentionnels étant des produits de la conscience, ils ne sont pas réels et n’ont donc pas réellement de pouvoir causal.

  • 69 Cf. Baker (2007, 4 et 98sqq).
  • 70 Cf. Ingarden (1945/2013, 47).

75Un des leitmotivs de cet article a été que les défenseurs de la théorie de la différence entre la constitution et l’identité considèrent erronément que les objets matériels ordinaires sont aussi réels que les supports physiques qui les constituent. C’est, par exemple, le cas de Baker. Il n’est dès lors pas étonnant qu’elle affirme que les objets matériels ordinaires ont des pouvoirs causaux69. Selon elle, par exemple, la découverte qu’une statue attribuée jusqu’alors à un sculpteur célèbre est, en fait, l’œuvre d’un sculpteur mineur est la cause de la perte de sa valeur économique, et donc d’une éventuelle perte d’argent lors de la revente de la statue. J’avoue n’avoir jamais été convaincu par ce genre d’arguments. S’il y a causalité ici, celle-ci n’est en rien physique et n’est certainement pas provoquée par les propriétés matérielles de la statue. Certes, c’est parce que l’on a découvert que la statue était un faux que sa valeur économique a chuté, mais le « parce que » n’est clairement pas ici de nature causale. Il ne s’agit pas de nier que les objets ordinaires ont des effets, mais ceux-ci n’ont tout simplement rien de physique, « ils ne provoquent aucun changement réel dans le monde »70. Les objets ordinaires peuvent exercer une certaine « influence », et c’est pour cette raison que nous leur reconnaissance une certaine forme d’existence, mais celle-ci n’est pas l’existence réelle. Si les objets ordinaires sont distincts des objets réels, ils n’existent qu’en un sens minimal, dans la mesure où ils sont constitués sur la base d’objets réels au moyen d’une activité intentionnelle. Leur existence est doublement dépendante eu égard à leurs supports physiques et aux individus qui les créent.

Conclusion

76Au terme de cette analyse, les caractéristiques ontologiques essentielles que doit posséder un objet x pour être qualifié d’objet matériel ordinaire peuvent être résumées de la manière suivante :

1) x n’aurait pas pu venir à l’existence sans un ou plusieurs créateurs ;

2) x doit la continuation de son existence et sa nature à des actes intentionnels ;

3) x est constitué par une somme méréologique y qui existe réellement ;

4) toutes les propriétés encodées par x sont exemplifiées par son support physique y ;

5) x coïncide au sens ordinaire, et non strict, avec y, au sens où à toute partie encodée par x correspond à une partie exemplifiée par y.

77Les conditions (1)-(2) impliquent que x existe intentionnellement. (3) implique, d’une part, que x est distinct de y et, d’autre part, que x n’aurait pas pu exister sans y. Un objet matériel exhibe donc une double dépendance ontologique : à l’égard d’au moins un individu doué d’intentionnalité et d’un support physique. (4) permet d’expliquer le type d’unité qui lie x à son support physique.

78La théorie exposée ici n’est qu’une esquisse. Plusieurs points doivent encore être éclaircis. Premièrement, les relations entre les différentes notions doivent être précisées formellement. En particulier, la notion de coïncidence ordinaire devrait être une conséquence de la relation de constitution et du principe d’héritage.

  • 71 Ingarden aborde cette question (1965, 43sqq).

79Deuxièmement, les objets matériels ordinaires sont confrontés au problème du vague71. On peut se demander, par exemple, où se situe la frontière qui sépare Notre-Dame de son environnement. Cet objet s’achève-t-il au Portail du jugement dernier ou inclut-il le parvis sur lequel il donne ? Les frontières qui délimitent les objets ordinaires sont vagues, mais cette imprécision réside-t-elle dans notre langage et dans nos concepts ou est-elle de naturelle proprement ontologique, c’est-à-dire que ce sont les objets ordinaires eux-mêmes qui sont vagues ? On soutient généralement que l’imprécision des objets ordinaires doit être expliquée uniquement en termes linguistiques ou conceptuels, parce que l’existence d’objets vagues mettrait en cause le principe ontologique du tiers exclu. De mon point de vue, le caractère vague des objets ordinaires est à la fois sémantique et ontologique. Premièrement, il y a bien des objets vagues, mais ceux-ci sont des objets purement intentionnels. Comme nous l’avons dit, il semble constitutif de ces objets qu’ils ne satisfassent pas le principe ontologique du tiers exclu. Ceci ne menace pas le monde réel, dans la mesure où tous les objets réels, eux, sont complètement déterminés. Deuxièmement, le caractère vague des objets ordinaires a son origine dans nos concepts. Les objets ordinaires étant projetés intentionnellement, leur indétermination ontologique n’est que le reflet de l’imprécision de notre langage et de notre pensée.

80Troisièmement, un autre point que je n’ai pas traité directement dans cet article concerne l’existence diachronique des objets matériels ordinaires. Prenant les objets fictionnels pour point de départ de son analyse ontologique des objets purement intentionnels, Ingarden semblait considérer que ces derniers ne sont ni dans le temps ni dans l’espace. À mon sens, s’il est assez intuitif de dire que Frédéric Moreau n’est situé nulle part dans notre monde, cela l’est beaucoup moins de dire qu’il n’existe pas à un certain instant. Certes, il n’exemplifie pas la propriété d’avoir rencontré Mme Arnoux sur un bateau le 15 septembre 1840. Il ne fait qu’encoder cette propriété, en accord avec les événements décrits dans L’Éducation sentimentale. En même temps, Frédéric Moreau a bien été créé par Flaubert à un certain instant, avant lequel il n’existait pas. Il exemplifie donc la propriété d’avoir été créé à un certain instant et n’est pas hors du temps, comme l’est, par exemple, le nombre deux. Pourtant, la manière dont les objets intentionnels existent dans le temps doit être soigneusement distinguée de celle des objets réels. D’une part, les objets intentionnels n’ont aucune efficacité causale. D’autre part, une fois qu’ils sont venus à l’existence, ils ne peuvent se maintenir d’eux-mêmes dans l’existence : ils n’ont pas d’inertie existentielle, c’est-à-dire que leur existence doit toujours être actualisée par un individu doué d’intentionnalité. Dans le cas des objets matériels, cette actualisation se fait toujours sur la base de la perception d’un support physique.

81L’existence transitoire des objets intentionnels, et donc des objets matériels ordinaires, pose la redoutable question de leur identité diachronique. Si, à chaque instant auquel il existe, un objet ordinaire doit être projeté par un individu et si cet individu n’est pas nécessairement le même à chaque fois, comment expliquer qu’il s’agit bien du même objet qui persiste au travers de ses différentes actualisations ? Lorsque je projette intentionnellement un objet matériel sur la base de son substrat physique, il encode un certain nombre de propriétés, mais un autre individu projettera sur cette même base un objet qui n’encode pas nécessairement les mêmes propriétés. Affirmer que deux objets ordinaires x et y sont identiques si et seulement si ils encodent exactement les mêmes propriétés semble par conséquent trop restrictif. Nous pourrions être tentés de dire que deux objets ordinaires sont identiques lorsqu’ils encodent un certain nombre de propriétés en commun. Mais alors se pose la question de savoir à partir de combien de propriétés possédées en commun deux objets peuvent être dits identiques. Nous retombons sur la question du vague. Par ailleurs, on peut aussi se demander si certaines propriétés doivent nécessairement être partagées par deux objets pour qu’ils puissent être considérés comme identiques. Y a-t-il des propriétés qu’un objet ordinaire doit posséder de manière essentielle ? Par exemple, le Moïse qui se trouve au centre du tombeau de Jules II semble être essentiellement une statue.

82Le traitement de ces questions est impératif pour toute théorie ontologique satisfaisante des objets matériels ordinaires. Il sera envisagé dans un prochain article.

Bibliographie

Armstrong, D. M. (1999). A World of States of Affairs. Cambridge: Cambridge University Press.

Baker, L. R. (1997). Why Constitution is not Identity. The Journal of Philosophy, 94(12), 599-62.

Baker, L. R. (1999). Unity without Identity: A New Look at Material Constitution. Midwest Studies in Philosophy, 23(1), 144-165.

Baker, L. R. (2007). The Metaphysics of Everyday Life. An Essay in Practical Realism. Cambridge: Cambridge University Press.

Burke, M. B. (1992). Copper Statues and Piece of Copper: A Challenge to the Standard Account. Analysis, 52(1), 12-17.

Chisholm, R. M. (1989). Coming into Being and Passing Away. In Chisholm, R., On Metaphysics (pp. 49-61), University of Minnesota Press.

Dorr, C. (2005). What we Disagree about when we Disagree about Metaphysics. In Kalderon, M. E. (Ed.), Fictionalism in Metaphysics (pp.234-286), Oxford University Press.

Fine, K. (1982). Acts, Events and Things. In Leinfeller, W. & Schank, E.J.K. (Eds.), Language and Ontology (pp. 97-105), Hölder-Pichler-Tempsky.

Fine, K. (1994). Essence and Modality. Philosophical Perspectives, 8, 1-16.

Fine, K. (1999). Things and their Parts. Midwest Studies in Philosophy, 23(1), 61-74.

Fine, K. (2003). The Non-Identity of a Material Thing and its Matter. Mind, 112(446), 195-234.

Gallois, A. (2017). The Metaphysics of Identity. London & New York: Routledge.

Ingarden, R. (1964). Der Streit um die Existenz der Welt, I. Tübingen: Max Niemeyer.

Ingarden, R. (1965). Der Streit um die Existenz der Welt, II.1, Max Niemeyer, Tübingen.

Ingarden, R. (1931/1983). L’œuvre d’art littéraire (trad. fr. Ph. Secretan). Paris: L’Âge d’homme.

Ingarden, R. (1945/2013). L’œuvre architecturale 1945 (trad. fr. P. Limido-Heulot). Paris: Vrin.

Jansen, L. (2009). Unity and Constitution of Social Entities. In Honnefelder, L., Runggaldier E. & Schick B. (Eds.), Unity and Time in Metaphysics (pp. 15-45), De Gruyter.

Johansson, I. (2013). The Basic Distinctions in Der Streit. Semiotica, 194, 137-157.

Johnston, M. (1992) Constitution is not Identity. Mind, 101(401), 89-105.

Kim, J. (1993). Supervenience and Mind. Selected Philosophical Essays. Cambridge: Cambridge University Press.

Koslicki, K. (2010). The Structure of Objects. Oxford: Oxford University Press.

McDaniel, K. (2017). The Fragmentation of Being. Oxford: Oxford University Press.

Merricks, T. (2001). Objects and Persons. Oxford: Oxford University Press.

Olson E. T. (2001). Material Coincidence and the Indiscernibility Problem. The Philosophical Quarterly, 51(204), 337-355.

Platon (1993). Le Sophiste (trad. fr. N.L. Cordero). Paris: Flammarion.

Richard, S. (2015). Sur un débat qui n’a pas eu lieu : approche ingardénienne contre approche meinongienne des objets fictifs. Slavica Bruxellensis, 11, DOI : 10.4000/slavica.1719.

Schaffer, J. (2009). On What Grounds What. In Chalmers, D.J., Manley, D. & Wasserman, R. (Eds.), Metametaphysics. New Essays on the Foundations of Ontology (pp. 347-383), Oxford University Press.

Searle, J. (2003). Reply to Barry Smith. American Journal of Economics and Sociology, 62(2), 299-309.

Sider, T. (2001). Four-Dimensionalism. An Ontology of Persistence and Time. Oxford: Oxford University Press.

Sider, T. (2013). Against Parthood. In Zimmerman, D. W. & Bennett, K. (Eds.), Oxford Studies in Metaphysics (vol.8, pp. 237-293), Oxford University Press.

Simons, P. (1987). Parts. A Study in Ontology. Oxford: Clarendon Press.

Thomasson, A. L. (1997). The Ontology of the Social World in Searle, Husserl and Beyond. Phenomenological Inquiry, 21, 109-136.

Thomasson, A. L. (1999). Fiction and Metaphysics. Cambridge: Cambridge University Press.

Thomasson, A. L. (2005). Ontology of Cultural Objects. In Chrudzimski, A. (Ed.) Existence, Culture, and Person. The Ontology of Roman Ingarden (pp. 115-136), Ontos Verlag.

Thomasson, A. L. (2007). Ordinary Objects. Oxford: Oxford University Press.

Thomasson, A. L. (2013). The Ontological Significance of Constitution. The Monist, 96 (1), 54-72.

Thomson, J. J. (1983). Parthood and Identity Across Time. Journal of Philosophy, 80(4), 201-220.

Thomson, J. J. (1998). The Statue and the Clay. Noûs, 32(2), 149-173.

Twardowski, K. (1912/2007). Fonctions et formations. Quelques remarques aux confins de la psychologie et de la logique (trad. fr. L. Joumier et J. Plourde). In Fisette, D. & Fréchette, G. (Eds.), À l’école de Brentano. De Würzbourg à Vienne (pp. 343-383), Vrin.

Varzi, A. C. & Gruszczyński, R. (2015). Mereology Then and Now. Logic and Logical Philosophy, 24, 412-413.

Zalta, E.N. (1983). Abstract Objects. An Introduction to Axiomatic Metaphysics. Dordrecht: Springer.

Zimmerman, D., W. (1995). Theories of Masses and Problems of Constitution. The Philosophical Review, 104(1), 53-110.

Notes

1 Jansen (2009, 15-16).

2 Je laisse ici de côté la question des peintures qui pose, à mon sens, des problèmes différents de celui des œuvres d’art architecturales et des sculptures. De même, je ne traiterai pas réellement des œuvres d’art littéraires et des œuvres d’art musicales, qui n’auront trait à mon sujet que de manière périphérique.

3 Une autre solution, inspirée de Searle, consisterait à dire qu’il n’y a qu’une seule chose au centre du tombeau de Jules II, mais décrite de deux manières différentes – comme un amas de particules ou comme une statue (cf. Searle 2003, 302).

4 Voir, par exemple, Baker (2007).

5 Il faut toutefois citer les importantes analyses récentes de Kris McDaniel (2017).

6 Ingarden (1945/2013). Voir également Ingarden (1965, II.1, § 63) où les analyses d’Ingarden n’ont rien à envier à celles des métaphysiciens contemporains.

7 En ce sens, ma démarche est semblable à celle défendue par Amie L. Thomasson, par exemple, dans : Thomasson (1999) ou dans Thomasson (1997, 109-136).

8 Les nihilistes méréologiques soutiennent néanmoins qu’aucun objet n’en compose un autre, au sens où aucun objet ne possède de parties propres, c’est-à-dire de parties distinctes de lui-même. Selon eux, il n’y aurait donc que des « simples méréologiques » dans le monde. Cf., par exemple, Dorr (2005, 234-286) et Sider (2013, 237-293).

9 Une partie propre d’un tout est une partie distincte de ce tout.

10 Simons (1987, 362). Cf. également Varzi & Gruszczyński (2015, 412-413).

11 Les endurantistes doivent généralement modifier la méréologie extensionnelle classique pour en fournir une version temporalisée, c’est-à-dire une théorie dans laquelle la relation de partie à tout est une relation triadique entre des paires d’objets et des instants. Cf. Thomson (1983, 201-220).

12 Cf., avant tout, Sider (2001).

13 Baker (2007, 28-29).

14 À la suite d’Ingarden, j’utiliserai ce terme, avant tout, comme un terme technique désignant le support physique d’un objet matériel qui est indépendant de nos actes de conscience.

15 Nous retrouvons cette stratégie, par exemple, chez Fine et chez Baker.

16 Sur cet argument et les deux prochains, cf. Thomasson (2005, 117-119).

17 Fine (2003, 206).

18 Ingarden (1945/2013, 41).

19 Ingarden (1945/2013, 44). Je souligne.

20 Cette version du principe d’extensionalité méréologique peut être facilement déduite des axiomes (3)-(5) évoqués plus haut.

21 De même, la copie en bronze de la statue de Moïse cesse d’exister en tant que statue aussitôt que le bronze est fondu, mais le bronze lui-même continuera à exister. Cf. Fine (1982, 99).

22 Ingarden R., (1945/2013, 48), voir également, p. 43.

23 Ingarden R., (1945/2013, 62-63).

24 Cette thèse fait l’objet d’un large débat : voir Johnston (1992) ; Burke (1992) ; Zimmerman (1995) ; Baker (1997) ; Thomson (1998) ; Olson (2001) ; Fine (2003).

25 Cf. Thomasson (2013, 58-60).

26 Je pense que c’est le principal défaut des positions de Baker et Fine.

27 Cf. Ingarden (1945/2013, 48).

28 Ingarden (1945/2013, 40).

29 Fine (1999, 62).

30 Fine et Koslicki ont chacun proposé des théories « néo-aristotéliciennes » des objets ordinaires dans lesquelles ces objets sont composés d’un contenu matériel soumis à une certaine forme. Cf. Fine (1999, 61-74) et Koslicki (2010).

31 Twardowski distinguait les « actes physiques », comme marcher ou sauter, des « actes psychiques », comme juger ou projeter (mentalement). Au sein du premier domaine, il a mis en évidence l’existence d’« acte psychophysiques », c’est-à-dire d’actes physiques qui sont influencés de manière essentielle par un acte psychique, comme, par exemple, écrire ou sculpter. Cf. Twardowski (1912/2007, 349-350). Ingarden a clairement été influencé par cette théorie.

32 Ingarden (1945/2013, 45).

33 Voir. Ingarden (1964, § 13, 113). Sur cette notion, cf. également Johansson (2013, 142-143).

34 Cf. Ingarden (1964). Pour une première approche, on pourra se reporter à Johansson (2013, 137-157).

35 Pour Ingarden, les différentes formes de dépendance ontologique sont des aspects des modes d’être des objets. Les manières dont les objets existent dans le temps en sont d’autres. Distinguer ces deux catégories de « moments » des manières d’exister permet notamment de distinguer clairement les objets réels, qui ont un rapport au temps, des objets idéaux, qui sont hors du temps. Ingarden cherche par ailleurs à établir une combinatoire des aspects des modes d’être. Ces deux points ne m’intéressant pas ici, je peux laisser de côté les subtilités des analyses ingardéniennes.

36 Cf. Thomasson (1999, chapitre 2).

37 Ingarden distingue les objets « purement intentionnels » des objets « aussi intentionnels », pour lesquels il n’est pas nécessaire d’être visé par une conscience pour exister. Le support matériel de la table sur laquelle je travaille peut être visé par un acte intentionnel, mais il peut exister sans être visé par un tel acte. En revanche, la table incarnée dans ce support ne peut exister sans être visée par un acte de conscience. Au sens ingardénien, il s’agit donc d’un objet purement intentionnel. Néanmoins, je parlerai plus simplement d’objets intentionnels pour parler des objets matériels ordinaires, car la terminologie d’Ingarden tend à effacer le fait que ces objets dépendent d’un support physique pour exister, comme je l’explique un peu plus bas.

38 Ingarden (1983, 111).

39 Ingarden le reconnaît lui-même. Cf. Ingarden (1945/2013, 39).

40 En suivant Lynne Rudder Baker, on pourrait aussi parler de « propriétés empruntées » et de « propriétés non empruntées ». Cf. Baker (1999, 144-165).

41 Pour un principe similaire, cf. Fine (1982, 97-105). Par la suite, j’amenderai ce principe.

42 Ingarden (1945/2013, 49).

43 Sur ce point, cf. Ingarden (1945/2013, 62).

44 Ibid.

45 Ibid.

46 Ingarden (1945/2013, 50). Cf. également Baker (2007, 46).

47 Ingarden (1945/2013, 51). Fine parle précisément d’une relation d’« incarnation » (embodiment) entre les objets matériels et leurs supports matériels (1999, 61-74), mais, pour lui, ces deux types d’objets, bien que distincts, existent de la même manière.

48 Thomasson (2005, 124).

49 Ingarden (1945/2013, 46). La seule activité intentionnelle de certains individus ne suffit probablement pas pour qu’il y ait des objets ordinaires. Ceux-ci nécessitent aussi des pratiques et des conventions qui nous permettent de les identifier comme étant des objets ordinaires de tel ou tel type. Cf. Baker (2007, 43-44).

50 Ingarden (1965, 204=.

51 Ingarden (1931/1983, § 38).

52 Sur ce point, je me permets de renvoyer à Richard (2015).

53 Cf. Ingarden (1965, 219-224).

54 Gallois (2017, 73).

55 Cf. Koslicki (2010, 55).

56 Cf. Zalta (1983).

57 Cf. Ingarden (1965, § 47).

58 Une version plus subtile consisterait à dire que si x constitue y, alors les propriétés encodées par y ont leur fondement dans les propriétés exemplifiées par x . L’idée qu’une propriété encodée par un objet « a son fondement » dans les propriétés exemplifiées par un autre est métaphorique et devrait être précisée. Elle permet toutefois de rendre compte de l’idée que les propriétés de y dépendent des propriétés de x sans leur être nécessairement identiques. Par exemple, le fait qu’un objet ordinaire soit lourd dépend clairement du fait que les molécules qui le composent ont certaines propriétés, à savoir une certaine masse, etc.

59 Baker (2007, 166).

60 Ingarden (1945/2013, 40).

61 Ingarden (1945/2013, 41).

62 Merricks (2001, 15).

63 Cf. également Schaffer (2015) qui propose, en remplacement du rasoir d’Occam, le principe du « laser », selon lequel « il ne faut pas multiplier les entités fondamentales sans nécessité ». À suivre Schaffer, les objets matériels ordinaires, bien qu’ils soient des entités supplémentaires et distinctes de leurs supports physiques, ne nous coûteraient rien d’un point de vue ontologique, car il ne s’agit pas d’entités fondamentales, au contraire des particules qui composent leurs supports physiques. Je remercie Alexandre Declos pour cette suggestion.

64 Armstrong exprime de manière particulièrement frappante ce que nous essayons d’expliquer ici en parlant de « repas ontologique gratuit » (ontological free lunch) (1999, 12). Il faut cependant souligner qu’Armstrong était un physicaliste et qu’il n’aurait certainement pas accepté l’ontologie intentionnaliste que je défends ici.

65 Chisholm (1989, 54).

66 Gallois (2017, 86).

67 Thomasson (2007, 12).

68 Merricks (2001, 66). Ce principe est ce que Jaegwon Kim appelle le « dictum d’Alexander » (1993, 348). Il remonte au Sophiste de Platon (247e) et est admis par Ingarden (1964, § 13, 91).

69 Cf. Baker (2007, 4 et 98sqq).

70 Cf. Ingarden (1945/2013, 47).

71 Ingarden aborde cette question (1965, 43sqq).

© Collège de France, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search