Version classiqueVersion mobile

La métaphysique du temps : perspectives contemporaines

 | 
Alexandre Declos
, 
Claudine Tiercelin

II- Sur les ontologies temporelles : présentisme et théorie du bloc en expansion

Le présentisme et le problème du passé ready-made

Filipe Drapeau Vieira Contim

Texte intégral

Introduction

1Je me propose de discuter la thèse ontologique connue sous le nom de « présentisme ». Cette thèse affirme que seul le présent existe, le passé et le futur ne sont rien ; le futur n’existe pas puisqu’il n’est pas encore, le passé n’existe pas puisqu’il n’est plus. En somme, tout l’être, toute la réalité serait confinée dans la mince pellicule du présent qui serait bordée par deux néants : le passé et le futur. Si la radicalité de cette ontologie « présento-centrée » peut laisser incrédule, les présentistes font valoir qu’elle répond pourtant à la conception commune du temps. L’une des motivations principales du présentisme est en effet de rendre compte de notre intuition selon laquelle le temps passe, le temps s’écoule. Pour le sens commun, le temps en effet ne consiste pas seulement dans une série d’instants ordonnés par la relation avant/après, le temps s’ordonne aussi selon les catégories passé/présent/futur et on a tendance à croire que ces catégories sont réelles au sens où elles ne sont pas l’effet d’une projection du langage ou de la pensée sur le monde. Surtout, on a l’intuition que le contenu de ces catégories change : ce qui est futur deviendra un jour présent, et ce qui est présent deviendra bientôt passé. La force du présentisme est, semble-t-il, de pouvoir expliquer très facilement ce passage du temps en l’identifiant à un écoulement ontologique : puisque le présent est le seul lieu de l’être – c’est la « scène » de l’existence pour le présentiste – alors devenir présent, c’est commencer à exister, et devenir passé, c’est sortir de la scène du présent et donc cesser d’exister.

  • 1 Ici et dans la suite, j’emploie le terme « ersatz » en un sens large qui recouvre toutes les entité (...)

2Mais cette austérité de l’ontologie présentiste, qui joue ici à son avantage, constitue ailleurs un inconvénient. En effet, si le passé n’existe pas, qu’est-ce qui va rendre vrais les énoncés au passé ? Pour reprendre la terminologie en vigueur, où va-t-on trouver les truthmakers, les vérifacteurs des énoncés au passé si toute la réalité se réduit au présent ? Face au problème des vérifacteurs, la stratégie des présentistes consiste généralement à postuler des entités spéciales qui ont pour fonction de tenir lieu, dans le présent, des choses passées. Ces représentants sont en quelque sorte des ersatz du passé dans le présent, et ce sont ces représentants qui fourniront le point de départ de l’objection que j’entends adresser aujourd’hui au présentisme1.

3Je soutiens en effet que le point fort allégué du présentisme, à savoir sa prétendue aptitude à rendre compte du passage du temps, constitue précisément son talon d’Achille. Selon moi, le présentiste est incapable de rendre compte du passage du temps. Parce que, comme j’espère le montrer, l’austérité de l’ontologie présentiste fait qu’elle n’a pas les ressources pour distinguer entre un monde présent qui, comme le nôtre, laisse derrière lui un passé, et un monde présent dont le passé serait « ready-made », j’entends par là un monde qui serait tel qu’est notre monde présentement, et qui contiendrait donc des ersatz du passé, mais qui, à la différence du nôtre, commencerait à exister seulement maintenant, en n’ayant aucun passé derrière lui. Or si le présentisme est incapable de faire la différence entre un passé révolu et l’absence de tout passé, alors il n’honore pas son cahier des charges qui est de rendre compte du passage du temps.

1. L’objection du monde instantané

  • 2 Voir par exemple Crisp (2007, 91)

4Pour faire apparaître le problème, je partirai d’un scénario qui à l’origine a été conçu par Bertrand Russell comme une hypothèse sceptique. Dans un passage célèbre de The Analysis of Mind (Russell 1921/1995, 132), Russell nous invite à imaginer le scénario suivant : on peut concevoir que l’univers aurait pu commencer à exister seulement maintenant, en étant d’emblée tel qu’il est présentement mais sans avoir eu de passé. Pour le dire de façon imagée : on peut imaginer que Dieu aurait pu créer notre présent ex nihilo en créant d’emblée toutes les particules fondamentales qui composent maintenant notre univers, dans l’état exact où elles sont présentement. Cela aurait été en quelque sorte un présent ready-made. On peut évidemment se demander si ce monde sans passé est physiquement possible, c’est-à-dire compatible avec les lois de la physique. Ainsi, peut-on vraiment imaginer qu’un univers contienne maintenant des noyaux d’hélium sans que ces noyaux aient été issus d’une nucléosynthèse primordiale, ce qui demande du temps et donc un passé ? À la suite de Russell et de bien d’autres, et notamment des présentistes2, j’accorderai néanmoins que ce monde sans passé est sinon physiquement possible, du moins métaphysiquement possible.

5À présent, poussons un peu plus loin le scénario de Russell et imaginons qu’à peine ayant créé ce présent ready-made, Dieu décide de l’annihiler avant que le temps ne s’écoule et qu’un changement n’intervienne. On obtient alors un monde instantané : un univers qui est un double du nôtre tel qu’il est maintenant, mais qui à la différence du nôtre n’existerait qu’un instant, sans durer. Il n’y a donc pas de flux du temps dans ce monde instantané : dans ce monde, les personnes ont des souvenirs apparents – en réalité des faux-souvenirs – et elles anticipent ce qu’elles croient être un futur, mais il n’y a pas d’écoulement ontologique, et donc pas de temps au sens présentiste. En effet, l’univers n’existant qu’une fois, le temps d’un instant, l’univers présent ne remplace aucune réalité antérieure. De même, lorsque l’univers contenu dans l’unique instant disparaîtra, il n’y aura rien pour le remplacer. Dans ce monde instantané, il y a donc, si l’on veut, un présent mais c’est un présent immobile, rien ne bouge : on n’a pas une succession de réalités qui adviendraient puis cesseraient d’exister à tour de rôle en entrant puis sortant de la scène du présent.

  • 3 Curieusement, ce problème au fond simple, du moins non technique, semble être passé inaperçu dans l (...)

6L’expérience de pensée du monde instantané pose un défi redoutable au présentiste : qu’est-ce qui distingue en effet le monde présentiste du monde instantané, un monde où le temps ne passe pas ? La question se pose car si l’on s’en tient à l’ontologie présentiste, rien ne semble pouvoir distinguer les deux mondes : dans le monde présentiste, il n’y a ni réalité passée ni réalité future, toute la réalité est confinée dans le seul présent, exactement comme dans le monde instantané3.

7Le présentiste ne manquera pas de protester en arguant de cette différence : dans le monde instantané, il n’y a pas de réalité passée car il n’y en a jamais eu, tandis que dans le monde présentiste, il n’y a pas de réalité passée mais c’est parce que cette réalité n’est plus, elle est révolue, ce qui veut dire qu’elle a été. Le présentiste a bien sûr raison de faire valoir cette différence mais l’objection consiste justement à dire qu’il n’y a rien dans l’ontologie présentiste qui permette, de l’intérieur du présent, de faire la différence entre un passé qui n’est pas parce qu’il est révolu et un passé qui n’est pas parce qu’il n’a jamais été. Comprenons bien l’objection, qui n’est d’abord pas ici de type sceptique (bien qu’il soit facile d’en tirer un scepticisme à l’égard du passé) : même si l’on concède au présentiste que nous savons d’une façon ou d’une autre que nous habitons un univers où le temps s’écoule et qui laisse derrière lui un passé, l’ontologie présentiste est incapable de nous dire en quoi consiste cet écoulement du temps, et ce pour une raison simple : tout composant de la réalité que le présentiste pourra invoquer comme fondement d’un passé révolu dans notre monde doit se retrouver également dans le monde instantané, puisque dans les deux cas, la réalité, selon le présentiste, se réduit au présent et que les mondes présents sont les mêmes.

8Le présentiste répliquera que même si son ontologie se cantonne au présent, on peut trouver, dans le présent, des garanties qu’il y a bien un passé derrière nous. En effet, même si l’univers passé n’est plus, son existence a laissé des traces dans le présent, lesquelles excluent que nous vivions dans un monde sans passé. Selon John Bigelow (1996), l’empreinte du passé sur le présent prend la forme de propriétés dites tensées ou temporalisées. Considérons par exemple le fait passé qu’Obama ait été président. Dans l’ontologie présentiste, l’état de l’univers où Obama est président n’existe pas car il n’est plus. Néanmoins cette réalité révolue a laissé une trace dans le présent : dans le présent, Obama a la propriété temporalisée au passé d’avoir été président, ce qui garantit qu’il y a bien eu un passé derrière nous. Si nous habitions un monde instantané et que l’univers commençait à exister maintenant tel qu’il est présentement, Obama aurait certes toutes les propriétés qu’il a au présent, par exemple la propriété d’être marié ou celle d’habiter Washington, mais il n’aurait pas la propriété au passé d’avoir été président ni aucune des propriétés au passé qu’il a actuellement. Ses propriétés au passé impliquent nécessairement qu’il y ait eu, avant notre réalité présente, une autre réalité aujourd’hui révolue dans laquelle Obama avait la propriété au présent d’être président, et c’est ce qui fait toute la différence entre le monde présentiste et le monde instantané.

9On a pris un cas dans lequel un objet qui a existé par le passé continue d’exister dans le présent, ici Obama, mais qu’advient-il si l’objet lui-même n’est plus là pour porter les propriétés au passé, par exemple dans le cas du fait passé que César a franchi le Rubicon ? Dans ce cas de figure, pour qu’il y ait toujours un porteur des propriétés, Bigelow considère qu’il faut que les propriétés au passé soient portées non pas par les objets constituant l’univers, mais par l’univers lui-même (Bigelow 1996, 46) : dans le cas des faits passés concernant César, on dira par exemple que l’univers présent a la propriété au passé d’être un univers où César a franchi le Rubicon, et cela suffit pour garder la trace du passé et donc pour témoigner de la marche du temps.

10Mais si l’objectif ici est de trouver une trace du passé dans le présent, pourquoi aller chercher de mystérieuses propriétés tensées de l’univers ? Pourquoi ne pas recourir tout simplement aux traces du passé au sens où on l’entend habituellement ? Prenons un fossile. Compte tenu de sa teneur en carbone 14, de la proportion de carbone 14 présent dans l’atmosphère terrestre, et des lois régissant la désintégration radioactive du carbone et de son assimilation par les animaux, le corps organique que nous avons entre les mains implique qu’il y a eu un animal vivant ici il y a un million d’années. Si ce genre de trace suffit pour attester qu’il y a eu un passé, pourquoi s’embarrasser d’entités métaphysiques exotiques comme des propriétés tensées de l’univers ? Parce que le présentiste cherche à montrer que si seul le présent existe, le présent est néanmoins gros du passé, et il faut pour cela qu’il y ait, dans la réalité présente, des éléments qui pointent nécessairement vers un passé au sens le plus fort de la nécessité métaphysique. Autrement dit, ces éléments présents étant là, il doit être métaphysiquement impossible qu’il n’y ait jamais eu de réalité passée avant aujourd’hui. Or cette connexion métaphysiquement nécessaire n’existe pas entre la trace au sens usuel et le passé dont elle témoigne. Étant donné les lois gouvernant la physique et la biochimie du carbone, l’effet, le fossile, suit sa cause, l’animal passé, mais si les lois de la nature avaient été différentes, l’effet aurait pu exister sans sa cause, et même sans qu’aucune cause lui préexiste. En revanche, il y a bien une connexion nécessaire qui vaut entre les propriétés tensées du monde présent et des propriétés au présent instanciées dans le passé, étant entendu que cette connexion n’est pas de nature causale : si l’univers présent a la propriété au passé d’être un univers où César a franchi le Rubicon, alors cette propriété tensée lui a été conférée nécessairement par un univers aujourd’hui révolu où César possédait la propriété au présent de franchir le Rubicon. En ce sens, le monde présentiste est gros du passé, ce par quoi il se distingue du monde instantané.

2. Le problème du passé ready-made

11La stratégie des propriétés tensées, et les stratégies « ersatzistes » apparentées, peuvent-elles résoudre le problème du passage du temps dans le présentisme ? Je ne le pense pas. Selon moi, ce type de stratégie ne résout pas le problème soulevé par la possibilité d’un présent ready-made car on ne fait que repousser le problème plus loin, qui devient : le problème du passé ready-made.

  • 4 Pour un argument plus développé, voir Crisp (2007, 97).

12Commençons par interroger le statut des propriétés tensées auxquelles Bigelow fait appel, en gardant à l’esprit que la stratégie de Bigelow n’a ici que valeur d’exemple, le problème du passé ready-made se reposant mutatis mutandis pour n’importe quelle stratégie ersatziste. Les propriétés au passé sont-elles des propriétés primitives de l’univers, ou celui-ci les possède-t-il en vertu du fait qu’il aurait d’autres propriétés plus fondamentales ? Considérons par exemple la propriété qu’a l’univers d’avoir une de ses régions régie par les trois lois de Kepler. Est-ce là un trait primitif de l’univers ? Non, car l’univers possède ce trait en vertu du fait qu’il possède d’autres propriétés, par exemple la propriété d’être régi par la loi de la gravitation universelle et celle d’être régi par le principe d’inertie. En revanche, ces deux dernières propriétés semblent être de bons candidats au titre de propriétés fondamentales, c’est-à-dire de propriétés que l’univers ne possède pas en vertu d’autres propriétés. Qu’en est-il à présent de la propriété au passé d’être un monde où César a franchi le Rubicon ? De prime abord, on pourrait croire que cette propriété n’est pas fondamentale car on est tenté de dire que l’univers la possède en vertu du fait qu’il a eu jadis la propriété d’être un monde où César franchit le Rubicon ; après tout, c’est parce que, dans le passé, César franchit le Rubicon que maintenant, dans le présent, César a franchi le Rubicon. Mais le présentiste ne peut pas dire cela car selon lui, le passé n’existe pas, le passé ne fait pas partie de la réalité, on ne peut donc pas l’invoquer pour expliquer ce qui fonde maintenant l’instanciation d’une propriété au passé. Dans l’ontologie présentiste, la propriété au passé d’être un monde où César a franchi le Rubicon est donc un très bon candidat au titre de propriété fondamentale de l’univers4.

13Or dès lors que le présentiste admet que les propriétés au passé sont des traits primitifs du monde, il doit aussi admettre la possibilité de ce que j’appelle un passé ready-made, qui est une version exacerbée du présent ready-made vu plus haut. Et le problème du passage du temps va refaire surface.

14Qu’est-ce qu’un monde dont le passé est ready-made ? C’est un monde dont le présent est ready-made, au sens vu plus haut, mais qui possède en outre des propriétés au passé. Autrement dit, c’est un monde qui, contrairement au nôtre, ne commence à exister que maintenant, mais qui pour le reste, est exactement tel qu’est notre monde présentement, y compris pour ce qui est des propriétés au passé : c’est donc un monde non seulement où Donald Trump est président, mais qui possède aussi la propriété d’être un monde où César a franchi le Rubicon. Pour le dire de façon imagée : si Dieu créait un monde au passé ready-made, il créerait ex nihilo tous les objets présents et leurs propriétés (au présent), mais aussi toutes les propriétés au passé que notre univers possède. Il peut le faire précisément car dans l’ontologie présentiste, l’instanciation des propriétés au passé est un trait fondamental de l’univers qui ne dépend pas d’autres propriétés qu’il pourrait avoir ou avoir eues. Mais alors, si ce monde au passé ready-made est indiscernable du nôtre y compris sous l’aspect des propriétés tensées, pourquoi, d’un point de vue présentiste, ce monde n’est-il pas tout simplement notre monde ? Où gît la différence ?

15La différence, dont le présentiste est mis au défi de rendre compte, tient bien entendu au fait que, dans le monde au passé ready-made, et contrairement au nôtre, rien n’a jamais précédé l’univers présent. Dans ce scénario, l’univers commence à exister en étant déjà pourvu de toutes ses propriétés au passé, mais il n’est pas issu d’une réalité antérieure. Cet univers possède certes la propriété abstraite d’être un monde où Cicéron a franchi le Rubicon mais cet univers, contrairement au nôtre, n’a jamais traversé un état où un César, bien concret, en chair et en os, franchit un Rubicon concret et bien réel. En ce sens, il n’y a jamais eu réellement de passé dans ce scénario. Tout au plus peut-on dire qu’un passé est représenté par des entités présentes, ici des propriétés tensées, il y a des erstazs de passé, mais une représentation d’un passé est une chose, un passé révolu en est une autre. L’univers au passé ready-made ne laissant derrière lui aucun passé, nous retrouvons l’immobilisme du monde instantané vu plus haut : l’univers au passé ready-made ne remplace rien et ne sera remplacé par rien, rien ne bouge ; le temps, au sens présentiste, n’existe pas dans ce scénario.

16Or la possibilité d’un passé ready-made constitue un défi pour le présentiste au même titre que la possibilité d’un présent ready-made. Comparons en effet la description du monde au passé ready-made avec celle que le présentiste donne de notre monde : il n’y a aucune différence, les descriptions des deux scénarios sont exactement les mêmes ! Un éternaliste, quant à lui, peut facilement capturer cette différence puisque son ontologie – qui accorde une existence égale au passé, au présent et au futur – l’autorise à faire rentrer des états passés de l’univers dans sa description de la réalité totale ; la présence de ces états ou au contraire leur absence du cadre éternaliste marque alors la différence entre les deux scénarios. Mais c’est précisément cette différence qui est inaccessible au présentiste : dans le cadre ontologique dans lequel il travaille, les états passés manquent à l’appel quel que soit le scénario. Le présentiste ne peut pas sortir du cadre du présent pour pointer une autre réalité jadis présente – un « vrai » passé » – qui viendrait s’ajouter aux représentations du passé dans le présent ; le passé révolu est pour lui « hors champ » du cadre ontologique. Il suit que, du point de vue présentiste, la description du monde au passé ready-made et celle de notre monde sont indiscernables.

17Mais si tel est le cas, alors il n’y a rien dans la description présentiste de notre monde qui corresponde à un passage du temps. En effet, si le passage du temps est un trait de la réalité, ce trait, quand il est présent, doit forcément faire une différence dans la description de la réalité. Or on vient de voir justement que la description présentiste de notre monde est indiscernable de celle d’un monde où le temps ne passe pas. Par conséquent, il n’y a rien qui indique que le temps passe dans notre monde tel que le présentiste le décrit. Cette description étant censée capturer toute la réalité, on doit en conclure qu’il n’y a pas de passage du temps et donc pas de temps tout court – rappelons que le passage du temps est constitutif du temps pour le présentiste – dans l’ontologie présentiste. Notons que le présentiste ne peut pas protester en disant qu’il y a bien à ses yeux une différence réelle entre les deux mondes – la différence qu’il y a entre la présence ou l’absence d’un passé révolu – mais que cette différence excède les moyens descriptifs dont son ontologie dispose, d’où l’indiscernabilité apparente des deux scénarios. Cette réponse reviendrait en effet à avouer que le passage du temps, et donc le temps lui-même, est ineffable dans le présentisme. Or la force traditionnellement alléguée du présentisme réside précisément sans sa capacité à exprimer la réalité du temps, et plus particulièrement son passage, mieux que ne le font les ontologies concurrentes. Si le passage du temps est vraiment un trait de la réalité, l’ontologie présentiste se doit de le représenter.

  • 5 Remarquons que cette objection est plus vulnérable à la critique que la première dans la mesure où (...)

18Une autre conclusion plus radicale encore que l’on pourrait tirer de l’indiscernabilité des deux mondes du point de vue présentiste, serait que ces mondes sont numériquement identiques puisqu’ils sont indiscernables5. En imaginant un monde immobile au passé ready-made, nous n’aurions donc pas imaginé une possibilité alternative à notre monde, notre monde est ce monde immobile. Le présentiste est donc mis au défi de rajouter, dans sa description du monde, un ingrédient par lequel notre monde diffère du monde au passé ready-made, et qui garantisse, de l’intérieur du présent, que nous laissons bien un passé derrière nous.

19Pour sortir de la difficulté, le présentiste n’a sans doute pas d’autre choix que de refuser d’entrée de jeu la possibilité d’un passé ready-made. Une première stratégie consisterait à dire que ce scénario n’est pas concevable, par exemple en arguant qu’un tel scénario est inintelligible d’un point de vue présentiste. Plus exactement, ce qui est inintelligible, c’est la différence qu’un tel scénario est censé apporter par rapport au monde actuel. En effet, pour le présentiste, avoir un passé, c’est habiter dans un monde d’entités présentes dont certaines – propriétés tensées, ensembles maximaux consistants de propositions, comme on voudra – tiennent lieu du passé, et la réalité du passé ne consiste en rien d’autre que cela. Or en demandant d’imaginer un passé ready-made, on demande d’imaginer un monde qui hébergerait ces représentants du passé et qui pourtant différerait du nôtre par un « défaut » de passé. Ce faisant, on présuppose tacitement que dans notre monde le passé est quelque chose de plus que ce qui en tient lieu dans le présent, ce qui s’apparente à une pétition de principe à l’encontre de l’ontologie présentiste. Le présentiste semble donc en droit de rejeter l’idée même d’un passé ready-made comme étant inintelligible de son point de vue : le présent étant le seul point d’Archimède de l’ontologie, tout présent abritant des représentants du passé a ipso facto un « vrai » passé derrière lui, il n’y a rien qui puisse faire le partage entre un faux et un vrai passé dès lors que ses représentants sont là, dans le présent.

20Cette ligne de défense ne me paraît pas tenable. Le présentiste a raison de dire que prendre au sérieux l’idée d’un passé ready-made l’amènerait à outrepasser les limites du présent, mais cette demande n’a rien d’une pétition de principe, c’est une demande qui émane du présentisme lui-même et qu’il ne peut donc pas refuser d’honorer. Le présentisme ne peut pas en effet se contenter de montrer comment le passé peut exister de façon vicariante dans le présent, il lui faut aussi rendre compte de notre intuition du passage du temps, c’est-à-dire de l’intuition que ce qui est aujourd’hui passé a jadis été présent. Or c’est cette intuition qui nous faire dire qu’il y a bien une différence entre le scénario du passé ready-made et celui du passé révolu. Récuser cette différence comme étant inintelligible reviendrait à retirer toute intelligibilité à l’idée d’un passage du temps, ce qui, du point de vue présentiste, reviendrait à nier l’intelligibilité même du temps.

21Le présentiste ne peut pas non plus contester la concevabilité d’un passé ready-made en disant que la description d’un tel scénario contient une contradiction cachée. Nous avons vu en effet que cette description était indiscernable de celle que le présentiste donne du monde actuel. Or le monde actuel est le cas, il est donc a fortiori possible, ce qui implique que sa description est non contradictoire. Les deux descriptions étant indiscernables, on en conclut que le scénario du passé ready-made est, lui aussi, non contradictoire et donc concevable au sens où aucune description qu’on pourrait en faire, aussi détaillée soit-elle, n’implique de contradiction.

22Il semble que le présentiste doive concéder la concevabilité d’un passé ready-made. Il lui reste néanmoins une carte à jouer : contester la possibilité d’un passé ready-made en arguant que l’inférence du concevable au possible n’est pas toujours bonne, comme le montrent les cas de nécessité a posteriori mis au jour par Kripke (1980). Considérons un scénario dans lequel l’eau n’a pas pour formule moléculaire H2O mais HO, comme on l’a envisagé jusqu’au début du XXe siècle. Aussi loin que l’on pousse le détail, la description de ce scénario n’implique aucune contradiction détectable de manière a priori, c’est pourquoi il a fallu mener une enquête empirique pour exclure ce genre d’hypothèse. En ce sens il est concevable que l’eau soit du HO. Pourtant, il est métaphysiquement impossible qu’elle le soit : l’eau étant de fait composée de molécules de H2O, c’est là son essence, et il n’y a aucun monde métaphysiquement possible où l’eau pourrait présenter une autre formule moléculaire que celle qu’elle a actuellement. Le présentiste pourrait avancer qu’il en va de même mutatis mutandis du scénario de passé ready-made : un présent qui contiendrait des propriétés tensées au passé et qui serait un commencement absolu est certes concevable mais métaphysiquement impossible. Mais pourquoi est-il impossible si l’hypothèse n’implique aucune contradiction ? Le présentiste répondra qu’on bute là sur une nécessité brute : dès lors que l’univers présent instancie une propriété au passé, cette instanciation impose nécessairement qu’il y ait eu un passé, et il n’y a aucune explication que l’on pourrait donner du fondement de cette connexion nécessaire entre le présent et un passé révolu, cette nécessité doit être admise comme un point d’arrêt de l’explication métaphysique. Si postuler une nécessité brute représente certes un coût pour une théorie métaphysique, cela n’en constitue pas une réduction par l’absurde, le présentiste peut donc très bien vivre avec.

  • 6 J’applique ici à la possibilité le fameux principe de Bigelow (1988, 133, 135) et Lewis (2001, 612) (...)

23À mon sens, la réponse du présentiste passe à côté de l’objection. Le problème que pose l’affirmation de l’impossibilité d’un passé ready-made n’est pas que l’on doive admettre des nécessités brutes – après tout, comme on l’a vu, cela n’a rien de rédhibitoire – mais c’est le fait que l’on est amené à violer un principe difficilement contestable, qu’on pourrait, en paraphrasant Bigelow et Lewis, ramasser en un slogan : la possibilité survient sur l’être6. Soient deux scénarios de monde, si l’un est métaphysiquement possible et l’autre non, alors leur différence de profil modal implique forcément une différence dans le domaine d’objets qu’ils hébergent ou dans les propriétés que ces objets instancient. Autrement dit, deux scénarios de mondes ne peuvent pas différer seulement à l’égard de leur profil modal au sens où l’un serait possible et l’autre non tandis qu’ils seraient indiscernables par ailleurs. Notons tout d’abord que l’existence de nécessités brutes ne contrevient nullement au principe de survenance. Supposons par exemple que l’on dise que c’est un fait de nécessité brut que l’eau est nécessairement du H2O, au sens où c’est un fait ultime qui ne se produit pas en vertu de faits plus fondamentaux au moyen desquels on pourrait l’expliquer – une position peu recommandable mais qu’on acceptera pour les besoins de l’argumentation. Imaginons à présent un monde w’ où l’eau serait incolore, inodore, désaltérante, etc., mais où elle aurait pour formule moléculaire HO. Ce monde, contrairement au nôtre, est métaphysiquement impossible, il n’aurait pas pu exister, mais on remarquera que cette différence de profil modal ne « flotte » pas au-dessus des faits internes à chaque monde, la différence modale s’ancre dans une différence des patterns de propriétés (non modales) instanciées dans chaque monde : dans le monde actuel w*, l’eau possède la propriété d’avoir pour formule H2O, tandis que dans w’ elle a la propriété d’avoir pour formule HO. Même en présence d’une nécessité brute, on n’a donc pas deux mondes qui seraient parfaitement indiscernables sauf par le seul fait que l’un serait possible tandis que l’autre non. Le principe de survenance est respecté.

24Or c’est ce principe que l’on viole en admettant l’impossibilité d’un passé ready-made. Du point de vue présentiste, le monde au passé ready-made est indiscernable du nôtre – l’absence d’un passé révolu ou au contraire sa présence est un trait « hors champ » qui ne fait aucune différence dans la description présentiste de la réalité. Comment peut-il alors se faire que ce monde sans passé soit impossible alors que le nôtre est possible (étant donné qu’il est actuel) ? La possibilité d’un monde est forcément tributaire de ce qui se passe dans ce monde. Je ne vois donc pas comment le présentiste pourrait ne pas concéder la possibilité d’un passé ready-made. Et si tel est le cas, alors le présentiste est incapable de nous dire ce qui fait que le temps passe dans notre monde tandis que rien ne passe dans un monde possible pourtant indiscernable du nôtre.

3. Le recours aux haeccéités

25Toutefois, dans un article récent, David Ingram (Ingram 2016) soutient que le présentisme peut relever ce que j’ai appelé le défi du passé ready-made, à condition de s’appuyer sur la théorie de l’haeccéité, une théorie de l’individuation ancienne, apparue avec Duns Scot, et remise au goût du jour par Robert Adams (1979, 1981, 1986).

26Qu’est-ce que l’haeccéité ? Selon les haeccéitistes, l’individuation n’est pas un fait brut : ce qui fait qu’un individu, par exemple Aristote, est cet individu-là, Aristote, et pas un autre, vient d’une propriété que cet individu a en propre et qui le rend unique. Mais cette propriété individuante n’est pas une propriété au sens où on l’entend habituellement, c’est-à-dire une qualité ou une relation. Ainsi, même si Aristote est le seul homme à avoir écrit la Métaphysique, cette propriété n’est pas ce qui fait qu’Aristote est l’individu qu’il est, car on peut très bien imaginer une circonstance contrefactuelle dans laquelle Aristote serait resté Aristote même si quelqu’un d’autre, disons Théophraste, avait écrit la Métaphysique. Mais alors, qu’est-ce qui fait qu’Aristote est Aristote ? En quoi consiste l’« aristotéité » d’Aristote ? Selon Adams, l’individualité d’Aristote repose dans son haeccéité. L’haeccéité est une propriété d’un individu qui est simple, non relationnelle et non qualitative. C’est une propriété simple ou primitive car à la différence de la notion complète leibnizienne (Leibniz 1686/1988, §13), on ne peut pas la réduire à une combinaison booléenne de propriétés plus fondamentales. L’haeccéité est une propriété non relationnelle car le fait de l’instancier n’implique pas, pour son porteur, d’entretenir une relation avec d’autres individus, ni même leur existence. Et comme elle ne repose ni dans les qualités d’un individu ni dans les relations qu’il entretient avec le monde, on ne peut pas l’articuler autrement qu’en faisant une référence singulière à l’individu qui la porte, au moyen d’un démonstratif ou d’un nom propre : l’haeccéité d’Aristote, c’est la propriété d’être identique à cet homme-là, Aristote.

27L’individu devant son individuation à l’haeccéité qu’il instancie, il y a une dépendance de l’individu à l’égard de son haeccéité au sens où l’existence d’un individu implique nécessairement celle de son haeccéité, sans quoi cet individu ne serait pas l’individu qu’il est. Mais Adams soutient que la dépendance vaut aussi dans l’autre sens, de l’haeccéité vers l’individu, c’est là un point central de la théorie de l’haeccéité que David Ingram exploite pour tenter de surmonter le problème du passé ready-made. Selon Adams (1981, 11), l’existence d’une haeccéité implique nécessairement l’existence d’un individu qui la porte, il n’y a pas d’haeccéité « orpheline », c’est-à-dire sans porteur, pour cette raison simple : si l’haeccéité d’un objet a est la propriété d’être identique à a, alors s’il n’y a rien de tel que a, il n’y a rien de tel que la propriété d’être identique à a. En somme, Adams inverse le slogan quinien : pas de condition d’identité sans entité. Les ficta, les objets fictionnels, n’ont donc pas d’haeccéité Adams (1981, 14) : puisque Emma Bovary n’est pas réelle, il n’existe pas une haeccéité d’Emma Bovary. De même, il n’y a pas d’haeccéité des possibilia, les objets possibles mais non actuels, ce qui rend compte du fait que la référence aux possibilia est toujours vague ou indéterminée : si je dis par exemple que j’aurais pu avoir une sœur, j’évoque la possibilité contrefactuelle d’avoir une sœur en général, mais je ne suis pas en train de faire référence à une certaine sœur possible bien déterminée que je distinguerais de toutes les autres sœurs possibles que j’aurais pu avoir.

28Adams apporte néanmoins une nuance qui est cruciale pour le problème qui nous occupe : une haeccéité dépend de son porteur pour commencer à exister, mais dès lors qu’elle existe, elle n’a plus besoin de lui pour continuer à exister, et peut donc exister bien après lui (Adams, 1986, 319-320). Pourquoi cette asymétrie entre l’avant et l’après ? Pourquoi une haeccéité ne pourrait-elle pas commencer à exister avant son porteur ? Parce que, dit Adams, nous sommes attachés à l’ouverture du futur, c’est-à-dire à la contingence du futur, notamment en matière d’existence. Or à partir du moment où l’on admet l’ouverture du futur, affirmer qu’une haeccéité pourrait précéder son porteur revient à dire qu’elle aurait pu exister sans jamais avoir eu de porteur, ce qu’Adams exclut on l’a vu. En effet, l’existence d’un individu dépend de conditions contingentes qui peuvent être tout aussi bien que ne pas être, étant donné un certain état antérieur de l’univers ; la naissance de Julius César, par exemple, dépend de la décision contingente de ses parents d’avoir un enfant. Supposons maintenant qu’on dise que l’univers est gros du futur au sens où il contient les haeccéités de tous les individus passés et présents mais aussi futurs. Dans ce cas, notre univers contenait déjà l’haeccéité de César avant que César ne naisse. Or le futur étant ouvert, cela implique qu’il aurait pu y avoir un univers dont le cours est exactement le même que le nôtre, en incluant l’haeccéité de César, jusqu’à l’instant précis où les parents de César décident finalement de ne pas avoir d’enfant. Cet univers aurait donc contenu l’haeccéité de César sans César. Or, on l’a vu, il ne peut pas y avoir d’haeccéité orpheline. Adams en conclut qu’une haeccéité ne peut pas exister avant son porteur.

29En revanche, une haeccéité peut selon lui continuer à exister après son porteur car une haeccéité est une propriété, et donc une entité abstraite qui en tant que telle ne connaît pas les vicissitudes d’une créature de chair et de sang. Surtout, cette persistance des haeccéités rend très bien compte de l’intuition selon laquelle on peut faire référence de façon déterminée à des objets passés, alors que, comme on l’a vu, la référence aux possibilia et aux ficta est toujours vague. Par exemple, en ce moment, je suis capable de parler de cet homme-là bien individué, Aristote, en le nommant lui et lui seul parmi des milliards d’autres, quand bien même Aristote n’est plus. Selon l’haeccéitiste, cette référence singulière n’est possible que parce qu’elle est sous-tendue par l’haeccéité d’Aristote à défaut d’Aristote lui-même. En somme, l’homme passe mais son haeccéité reste.

30En quoi cette persistance des haeccéités permet-elle, selon Ingram, de relever le défi que posent les mondes sans passé au présentisme ? Revenons tout d’abord au problème du présent ready-made. Le présentiste peut arguer qu’il y a cette différence cruciale entre notre monde et le scénario du présent ready-made. Dans notre monde, le passé n’est pas puisqu’il n’est plus, mais il a laissé des traces sous forme d’haeccéités : si notre monde ne contient pas César, il contient néanmoins l’haeccéité de César, qui a continué à exister après lui. La présence parmi nous de cette haeccéité prouve qu’il y a bien eu jadis un passé incluant César car nous savons qu’une haeccéité a besoin de son porteur pour commencer à exister. Inversement, dans un présent ready-made, on retrouve bien tous les individus qui composent notre monde mais pas toutes les propriétés car manquent à l’appel toutes les haeccéités qui émanent de notre passé : dans ce scénario, le présent ne peut pas héberger l’haeccéité de César puisque par le passé, il n’y a jamais eu quelqu’un comme César pour amener cette haeccéité à l’existence.

31La marque du passé dans le présent, tant recherchée par le présentiste, consiste donc dans l’existence d’haeccéités aujourd’hui orphelines. On soulignera que c’est la forme particulière de dépendance de l’haeccéité à l’égard de son porteur qui permet de répondre au problème du présent ready-made : c’est parce que cette dépendance n’est pas synchronique qu’une haeccéité peut persister jusqu’à nous et servir de témoin quand bien même son porteur est sorti de la réalité ; dans le cas contraire, l’haeccéité disparaîtrait avec son porteur et nous perdrions la trace du passé. Et c’est parce qu’il y a néanmoins une dépendance initiale de l’haeccéité à l’égard de son porteur que l’existence d’une haeccéité aujourd’hui orpheline est la garantie qu’il y a bien eu un passé derrière nous et que notre monde ne commence pas tout juste à exister.

32Le présentiste peut donc, semble-t-il, régler facilement le problème du passé ready-made en arguant que ce scenario est métaphysiquement impossible. Ingram soutient ainsi qu’il est impossible qu’il y ait un passé ready-made car il est impossible qu’il y ait des haeccéités ready-made, sans porteur préalable. Pour le dire en image : Dieu lui-même ne pourrait pas créer ex nihilo un présent qui serait comme le nôtre et qui contiendrait l’haeccéité de César ; Dieu peut bien briser des relations causales ou même des lois physiques, mais il ne peut pas se soustraire au caractère métaphysiquement nécessaire de la dépendance initiale qui relie une haeccéité à son porteur.

4. Le dilemme du présentiste haeccéististe

33Que faut-il penser de la stratégie haeccéitiste ? Je voudrais montrer que même si on est prêt à concéder l’existence d’haeccéités, celles-ci ne changent rien au problème du passé ready-made. Le problème qui se posait pour les propriétés au passé se repose, intact, pour les haeccéités.

34Reprenons en effet le scénario des haeccéités ready-made. Ingram nous dit que ce scenario est impossible, mais pourquoi le serait-il au juste ? La question se pose car dans un cadre présentiste, il n’y a aucune différence entre ce scénario et notre monde. Encore une fois, le monde au passé ready-made est un double parfait du nôtre : tout ce qui le compose, individus et propriétés, se retrouve dans notre monde et vice-versa. Ainsi, il y a une haeccéité orpheline de César dans le monde au passé ready-made, mais c’est vrai aussi de notre monde puisque dans le cadre présentiste, César n’est plus rien, le passé est tombé dans le néant. D’où le problème : si le monde au passé ready-made est indiscernable du nôtre, pourquoi notre monde est-il possible alors que celui du passé ready-made serait impossible ? Qu’est-ce qui fait la différence modale entre ces deux scénarios ?

35Le présentiste répondra que ce qui fonde leur différence modale, c’est que dans notre monde il y a eu un passé contenant César tandis que dans le scénario des haeccéités ready-made, il n’y en a jamais eu, et c’est pourquoi dans un cas l’haeccéité orpheline de César est possible alors que dans l’autre elle ne l’est pas. Malheureusement, comme on l’a vu dans la section 2, cette réponse est inaccessible au présentiste, car dans son ontologie, le passé est néant, il est hors du cadre de la description de la réalité. Or ce qui n’est rien n’a pas le pouvoir de faire une différence modale, c’est-à-dire de faire qu’un scénario, celui de notre monde, est possible, tandis qu’un autre, celui des haeccéités ready-made, est impossible. Une contrainte ne peut pas s’exercer depuis le néant, la possibilité et l’impossibilité ont forcément leur source dans quelque chose qui se trouve dans la réalité. Tout le problème ici, c’est que ce quelque chose est le passé ; or dans le présentisme, le passé ne fait pas partie de la réalité, tout est dans le présent, et justement les présents des deux scenarios sont les mêmes.

36Le présentiste est donc enferré dans un dilemme. Première branche du dilemme : considérant qu’un monde d’haeccéités ready-made est impossible et qu’un tel monde est indiscernable d’un monde peuplé d’haeccéités d’objets passés, le présentiste conclut qu’il est impossible que le présent abrite des haeccéités d’objets passés. Autrement dit, il est impossible qu’il y ait des haeccéités orphelines, quel que soit le cas, que ces haeccéités soient orphelines parce qu’elles n’ont jamais eu de porteur, ou qu’elles le soient parce qu’elles ont eu un porteur mais qui n’est plus aujourd’hui. Cela signifie que les haeccéités commencent et cessent d’exister avec leur porteur. Dans la terminologie adoptée plus haut, les haeccéités dépendent donc de leur porteur non seulement initialement mais aussi synchroniquement. Mais si les haeccéités disparaissent avec leur porteur, alors le passé ne laisse aucune trace dans le présent. Le présentiste ne peut donc pas recourir aux haeccéités pour garantir qu’il y a bien eu un passé derrière nous et que le temps passe.

37Deuxième branche du dilemme : le présentiste renverse le raisonnement. Considérant que notre monde, qui est actuel et donc a fortiori possible, est peuplé d’haeccéités d’objets passés, et considérant que notre monde est indiscernable d’un monde d’haeccéités ready-made, le présentiste conclut qu’un monde d’haeccéités ready-made est possible. Autrement dit, il est possible qu’il y ait des haeccéités orphelines dans tous les cas, que ces haeccéités soient issues ou non d’objets passés. Cela signifie que les haeccéités sont totalement indépendantes de leur porteur, aussi bien initialement que synchroniquement. Mais si tel est le cas, alors l’existence d’haeccéités orphelines dans notre monde ne garantit pas qu’il y a bien eu un passé derrière nous. Là encore, le présentiste doit chercher, dans le présent, quelque chose d’autre qui pourrait constituer la trace du temps, mais quoi au juste ?

Conclusion : présentisme et nécessités diachroniques

  • 7 Baia (2012) défend qu’un énoncé au passé comme « il y a eu des dinosaures » est vrai non pas parce (...)

38Si ce que j’ai avancé est juste, les haeccéités, pas plus que les propriétés tensées, ne sont d’aucun secours face au problème du passé ready-made. Le présentiste pourrait sans doute tirer de son chapeau d’autres ersatz du passé, mais toute tentative de ce genre est vouée d’avance à l’échec. En effet, comme je l’ai déjà fait remarquer, l’hypothèse d’un passé ready-made soulève un problème général qu’on peut décliner pour n’importe quelle « simulation » présentiste du passé, qu’elle s’appuie sur des expédients ontologiques – haeccéités, propriétés tensées, ersatz propositionnels – ou sur des stratégies plus détournées comme la temporalisation du principe de vérifaction7. Il est temps à présent de faire le diagnostic de cet échec répété.

39Des stratégies comme celles des propriétés tensées ou des haeccéités ont pour point commun de chercher à garder une trace du passé en s’appuyant sur une nécessité diachronique ou trans-temporelle. Par là, j’entends la relation de dépendance qui existe entre deux entités telles que l’existence de l’une implique nécessairement celle de l’autre, au sens fort de la nécessité métaphysique, alors que leurs carrières temporelles ne coïncident pas, la première entité continuant à exister après l’autre. Ainsi, dans la stratégie des propriétés tensées, il est censé y avoir une connexion nécessaire diachronique entre d’une part, une propriété au passé possédée par l’univers présent, et d’autre part, une certaine propriété au présent instanciée dans le passé. De même, dans la stratégie des haeccéités, une connexion nécessaire est censée relier au travers du temps une haeccéité aujourd’hui orpheline à l’individu qui l’a portée jadis.

40Les propriétés tensées et l’haeccéité constituent en ce sens des sources de nécessité diachronique, et ces sources au fond se valent si l’objectif du présentiste est de faire jouer, depuis le présent, une nécessité imposant un passé révolu : l’haeccéité de César n’est pas plus nécessitante qu’une propriété tensée d’univers pour imposer depuis le présent un passé révolu comprenant César, la force de la connexion nécessaire est à chaque fois la même puisque qu’il s’agit dans les deux cas de nécessité métaphysique. On voit donc mal ce qui a pu amener Ingram à croire que, face au problème du passé ready-made, les haeccéités auraient pu réussir là où les propriétés tensées ont échoué, l’échec des haeccéités était écrit d’avance. On ajoutera que si le but ici n’est pas de fournir des vérifacteurs aux énoncés au passé, mais de garantir que notre présent laisse bien un passé derrière lui, alors il n’était sans doute pas besoin d’aller chercher des entités aussi exotiques que les propriétés tensées d’univers ou les haeccéités, dans la mesure où il existe d’autres sources, moins controversées, de nécessité diachronique qui à première vue font tout aussi bien l’affaire. Supposons par exemple que le présentiste ait des raisons indépendantes de souscrire à la nécessité de l’origine, c’est-à-dire à la thèse selon laquelle l’origine d’un objet concret lui est essentielle au sens où il ne pourrait pas exister dans un monde où son origine n’aurait jamais existé. Dans ce cas, le présentiste pourrait arguer que c’est l’existence même de Barack Obama – bien plus simplement qu’une haeccéité ou une propriété tensée de l’univers – qui garantit métaphysiquement que le monde n’a pas commencé à exister maintenant, car Barack Obama n’existerait pas aujourd’hui si sa mère biologique, Ann Duham (morte en 1995), n’avait pas existé par le passé. Après tout la force de la nécessité qui relie un objet à son origine est exactement la même – la nécessité métaphysique n’admet pas de degrés – que celle qui est censée relier une haeccéité à son porteur passé, ou une propriété au passé de l’univers à l’un de ses états antérieurs. De même, imaginons que le présentiste soit déjà convaincu du bien-fondé de l’externalisme du contenu mental. Dans ce cas, le présentiste pourrait faire valoir que le fait qu’il ait aujourd’hui la croyance qu’Aristote était macédonien garantit métaphysiquement qu’il y a bien eu, par le passé, une longue chaîne causale-informationnelle partant d’Aristote et remontant jusqu’à lui ; il ne pourrait pas entretenir une croyance à propos d’Aristote si notre univers commençait à exister seulement maintenant. Là encore, nul besoin de faire les fonds de tiroirs à la recherche d’haeccéités ou de propriétés tensées.

  • 8 Prévenons un possible malentendu en précisant qu’il ne s’agit nullement ici de reprendre l’objectio (...)

41Origine, contenu mental, haeccéité, propriété tensée, autant de sources de nécessité diachronique auxquelles le présentiste est ou serait tenté de faire appel pour garder la trace du temps qui passe. Malheureusement, toute stratégie de ce genre est vouée à l’échec pour la bonne raison que l’ontologie présentiste est incompatible avec l’existence de nécessités diachroniques, c’est la leçon plus générale qu’on peut tirer de notre discussion des présentismes tensé et haeccéitiste. S’il n’y a pas de contradiction immédiate à parler de nécessité trans-temporelle dans une ontologie éternaliste où tous les instants, passés, présent et futurs, existent également, il n’y a en revanche aucune place pour une telle nécessité dans un cadre présentiste : lorsqu’il existe une relation entre deux choses, cette relation pour le présentiste est ou bien contingente si elle est diachronique, ou bien synchronique si elle est nécessaire8. Parce que, comme j’espère l’avoir montré, dans le présentisme, exister après, c’est forcément exister sans ou indépendamment de. En effet, si b existe après a, alors il arrive fatalement un moment où b est présent tandis que a est tombé dans le néant pour le présentiste. À ce moment précis, nous avons un présent qui est un monde à lui seul, une réalité totale dans laquelle b existe seul, sans a. Et comme la réalité se suffit à elle-même et qu’elle ne réclame rien d’autre pour être possible, l’existence solitaire de b montre immédiatement que b aurait pu exister sans être précédé de a. Or si tel est le cas, rien dans le présent du présentisme ne peut constituer la trace nécessaire d’un passé révolu. Le défi que posent les mondes sans passé au présentisme reste donc entier.

Bibliographie

Adams, R. M. (1974). Theories of Actuality. Noùs, 8(3), 211-231.

Adams, R. M. (1979). Primitive Thisness and Primitive Identity. The Journal of Philosophy, 76(1), 5-26.

Adams, R. M. (1981). Actualism and Thisness. Synthese, 49(1), 3-41.

Adams, R. M. (1986). Time and Thisness. Midwest Studies in Philosophy, 11(1), 315-329.

Baia, A. (2012). Presentism and the Grounding of Truth. Philosophical Studies, 159, 341-356.

Bigelow, J. (1988). The Reality of Numbers. Oxford: Clarendon Press.

Bigelow, J. (1996). Presentism and Properties. In Tomberlin, J. E. (Ed.), Philosophical Perspectives, (vol. 10, pp. 35-52), Blackwell.

Crisp, T. (2007). Presentism and the Grounding Objection. Noùs, 41(1), 90-109.

Ingram, D. (2016). The Virtues of Thisness Presentism. Philosophical Studies, 173(11), 2867-2888.

Keller, S. (2004). Presentism and Truthmaking. In Zimmerman, D. W. (Ed.), Oxford Studies in Metaphysics (vol. 1, pp. 83-104), Oxford University Press.

Kripke, S. (1980). Naming and Necessity. Cambridge (Mass.): Harvard University Press.

Leibniz, G. W. (1686/1988). Discours de métaphysique et Correspondance avec Arnauld. Paris: Vrin.

Leininger, L. (2015). Presentism and The Myth of Passage. Australasian Journal of Philosophy, 93(4), 724-739.

Lewis, D. (2001). Truthmaking and Difference-Making. Noùs, 35(4), 602-615.

Russell, B. (1921/1995). The Analysis of Mind. New York: Routledge.

Notes

1 Ici et dans la suite, j’emploie le terme « ersatz » en un sens large qui recouvre toutes les entités auxquelles le présentiste est susceptible de faire appel pour pallier l’absence d’entités passées (et futures) dans son ontologie : propriétés tensées de l’univers (Bigelow 1996), ensembles maximaux consistants de propositions (Crisp 2007), haeccéités (Ingram 2016), etc. Dans la littérature, « ersatzisme » est en général utilisé plus étroitement pour désigner la stratégie consistant à représenter les entités passées et futures au moyen de propositions, à la façon dont on représente les possibilia dans certaines métaphysiques actualistes, par exemple celle d’Adams (1974).

2 Voir par exemple Crisp (2007, 91)

3 Curieusement, ce problème au fond simple, du moins non technique, semble être passé inaperçu dans la littérature, à l’exception notable de Leininger (2015).

4 Pour un argument plus développé, voir Crisp (2007, 97).

5 Remarquons que cette objection est plus vulnérable à la critique que la première dans la mesure où elle présuppose une version du principe de l’identité des indiscernables restreinte aux mondes, qui n’a rien d’une évidence.

6 J’applique ici à la possibilité le fameux principe de Bigelow (1988, 133, 135) et Lewis (2001, 612) d’après lequel la vérité survient sur l’être : si une proposition p est vraie dans un monde w mais pas dans un monde w’, alors quelque chose existe dans w qui n’existe pas dans w’ (ou vice-versa), ou certains objets instancient dans w des propriétés (éventuellement relationnelles) qu’ils n’instancient pas dans w’ (ou vice-versa). On me reprochera peut-être que pour ne pas être rendu trivial, mon principe suppose de quantifier sur des monstres ontologiques : les mondes impossibles. Mais ce qui serait problématique pour un réaliste modal lewisien est inoffensif pour qui adopte, comme ici, une ligne actualiste à l’égard des mondes possibles. Identifiant à la suite d’Adams (1974) les mondes à des ensembles maximaux logiquement consistants de propositions, je suis ici simplement engagé à dire qu’il existe certains de ces ensembles qui pourraient ou auraient pu être vrais (les mondes possibles), et qu’il en existe d’autres qui n’auraient pas pu l’être (les mondes impossibles). Notons enfin que ce principe reste neutre quant à la question qui est de savoir s’il peut y avoir deux mondes numériquement distincts et néanmoins indiscernables entre eux, le principe obligeant seulement à conclure que ces mondes doivent alors avoir le même profil modal.

7 Baia (2012) défend qu’un énoncé au passé comme « il y a eu des dinosaures » est vrai non pas parce qu’il y a quelque chose qui le rend vrai – selon Baia, l’énoncé n’a pas de vérifacteur dans une ontologie présentiste – mais parce il y a eu quelque chose pour rendre vrai l’énoncé au présent « il y a des dinosaures ». L’objectivité du passé, la robustesse des « faits passés », tient donc dans le fait qu’il y a maintenant des énoncés au passé qui doivent leur vérité non pas à des vérifacteurs mais à la vérité passée d’énoncés au présent qui, eux, ont eu des vérifacteurs. Le problème du passé ready-made se repose malheureusement pour ce genre de conception, sous la forme de ce qu’on pourrait appeler une « vérité ready-made » : Dieu pourrait créer ex nihilo un univers indiscernable du nôtre tel qu’il est présentement, y compris en incluant des propositions au passé dont la vérité serait déjà « tout faite ». Intuitivement, le temps n’a pas passé jusqu’à maintenant dans un tel monde, et pourtant, ce monde est absolument indiscernable du nôtre sous la description que peut en donner le présentiste. Je remercie Jean-Baptiste Guillon d’avoir attiré mon attention sur l’extension du problème du passé ready-made à ce type de conception.

8 Prévenons un possible malentendu en précisant qu’il ne s’agit nullement ici de reprendre l’objection classique selon laquelle le présentisme serait incapable de rendre compte des relations trans-temporelles (sur cette objection, voir par exemple Bigelow, 1996, 37sq.). Mon objection ne concerne pas le statut des relations trans-temporelles dans le présentisme, mais celui des nécessités trans-temporelles ; elle ne dit rien des relations contingentes mais elle vise en revanche toutes les formes de nécessité diachronique, y compris celles qui sont non relationnelles, par exemple la dépendance du présent à l’égard du passé, que certains présentistes comme Baia (2012, 352) considèrent comme n’étant pas une relation stricto sensu.

© Collège de France, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search