Desktop versionMobile version

La métaphysique du temps : perspectives contemporaines

 | 
Alexandre Declos
, 
Claudine Tiercelin

II- Sur les ontologies temporelles : présentisme et théorie du bloc en expansion

Perdurantisme et théorie du bloc en expansion

Muriel Cahen

Abstract

Le perdurantisme est la thèse selon laquelle les objets persistent en ayant différentes parties temporelles à différents moments de leur existence. Si sa compatibilité avec l’éternalisme est manifeste et que sa cohérence avec le présentisme est sujette à débats, sa capacité à rendre compte des changements postulés par la théorie du bloc en expansion (TBE), souvent supposée, demande encore à être précisément étudiée. Pour ce faire, nous comparerons les versions perdurantistes de l’éternalisme, du présentisme et de la TBE, et examinerons les différents changements qu’elles impliquent (I). Ceci nous permettra de montrer pourquoi une TBE perdurantiste devrait admettre l’existence de parties temporelles d’un nouveau genre (II) et en quoi celles-ci posent des difficultés spécifiques, qui menacent la cohérence de toute théorie du bloc en expansion pleinement perdurantiste (III).

Full text

1. Introduction : deux débats concernant le temps

1La philosophie contemporaine du temps est marquée par deux débats majeurs. Le premier porte sur le ou les temps au(x)quel(s) les choses existent, et le second sur la façon dont les objets qui changent persistent.

1.1. Trois conceptions du temps ou des temps au(x)quel(s) les choses existent

  • 1 Nous laissons ici de côté les formes non classiques de ces théories telles que le présentisme de de (...)

2La question de savoir à quel(s) temps les choses existent a reçu trois grands types de réponses1.

3L’éternalisme considère que tout existe de toute éternité. Que l’on se situe au Jurassique (t1) ou en 2020 (t2), à la fois les humains et les dinosaures existent.

4Le présentisme considère que seul ce qui est présent existe. Le présent « passant » de t1 à t2, lorsque t1 est présent, les dinosaures existent, mais pas les humains ; et lorsque t2 est présent, les humains existent, mais pas les dinosaures.

5La théorie du bloc en expansion (TBE) soutient que seules les choses passées et présentes existent, les choses futures n’existant pas. Elle repose sur l’hypothèse que le passage du présent fait advenir de nouvelles choses à l’existence sans faire disparaître les choses passées. Ainsi, à t1, il existe des dinosaures mais pas d’humain, alors qu’à t2, il existe des dinosaures et des humains.

6Le changement étant intimement lié – si ce n’est essentiel – au temps, chacune de ces théories doit en rendre compte, notamment en se positionnant dans le second débat, qui concerne la persistance des objets qui changent.

1.2. La persistance des objets qui changent

  • 2 On considèrera ici un changement réel comme un changement de propriété intrinsèque, c'est-à-dire un (...)

7Lorsqu’un objet subit un changement réel2, il présente successivement des propriétés intrinsèques incompatibles. Ainsi, une tomate qui mûrit est d’abord acide et non sucrée, puis sucrée et non acide. De même le monde, considéré comme un gros objet, n’était pas pollué à t1 (le Jurassique) mais est pollué – du moins dans sa partie terrestre – à t2 (2020) ; à t1, il contenait des dinosaures mais pas d’humain, donc avait la propriété de « contenir des dinosaures » mais pas celle de « contenir des humains » (d’« être humanisé »), alors qu’il a, à t2, la propriété d’ « être humanisé » mais plus celle de « contenir des dinosaures ».

8Cependant, un objet ne peut pas changer sans persister, c'est-à-dire sans préserver son identité à travers le temps. Ainsi, pour que le monde change entre t1 et t2, il doit être identique à lui-même à travers ces temps. Or, selon le principe de l’indiscernabilité des identiques, deux objets identiques doivent avoir les mêmes propriétés. Pour pouvoir persister et changer, le monde devrait donc avoir les mêmes propriétés à t1 et t2, il devrait être à la fois pollué et non pollué, humanisé et non humanisé, avec et sans dinosaures, ce qui est contradictoire.

9Lewis (1986, 202sq.) a dégagé trois façons principales de répondre à ce « problème des propriétés intrinsèques temporaires ».

10La première, dite endurantiste, considère que les objets sont entièrement présents à chaque instant de leur existence et indexe leurs propriétés incompatibles à des temps différents. Ainsi, le monde est « non-pollué-à-t1 », puis « pollué-à-t2 », « non-humanisé-à-t1 » et « humanisé-à-t2 ». Cette solution évite la contradiction mais a le désavantage de transformer des propriétés intrinsèques (telles que « être pollué », « être humanisé ») en relations à des temps, et donc en propriétés extrinsèques.

11La seconde solution est présentiste. Si seul ce qui est présent existe, alors, à t1, seul le monde non pollué et non humanisé existe – le monde pollué et humanisé de t2 n’existe pas, car il est futur – ; et, à t2, seul le monde pollué et humanisé existe – le monde non pollué et exempt d’humain de t1 n’existe pas, car il est passé. Les objets – ici, le monde – n’ont donc jamais de propriétés contradictoires. Lewis écarte cette conception en soutenant qu’elle est incapable de rendre compte de la persistance des objets. En effet, si ce qui existe est limité à l’instant présent, rien n’existe plusieurs instants, donc rien ne persiste ni ne peut changer.

12Ceci pousse Lewis à adopter une troisième solution, le perdurantisme. Il soutient que, de même qu’un objet peut avoir des propriétés intrinsèques incompatibles au même moment si elles sont instanciées dans des parties spatiales différentes, un objet peut avoir des propriétés intrinsèques incompatibles au sein d’une même partie spatiale si elles sont instanciées dans des parties temporelles différentes. Ainsi, de même que le monde en 2020 a une partie spatiale exempte d’humain au fond de l’Océan Atlantique et une autre humanisée à Londres, il a, à l’emplacement de Londres, une partie temporelle, PT1, qui est son contenu pendant t1 et qui a les propriétés de contenir des dinosaures, d’être non humanisée et non polluée, et une autre, PT2, qui est son contenu pendant t2 et qui a les propriétés d’être humanisée, polluée et exempte de dinosaure. Le monde lui-même, en tant qu’il persiste et est étendu dans le temps, est la somme de ses parties temporelles. Puisqu’il hérite des propriétés intrinsèques de ses parties, il présente successivement des propriétés intrinsèques incompatibles, donc il change. Mais comme ces propriétés sont instanciées par des parties temporelles différentes, ceci n’engendre pas de contradiction. En d’autres termes, le perdurantisme résout le problème des propriétés intrinsèques temporaires en soutenant que les objets persistent en ayant différentes parties temporelles à différents moments de leur existence, et que ce sont ces différentes parties temporelles qui sont les porteurs des propriétés intrinsèques incompatibles concernées par le changement.

  • 3 Le perdurantisme a également l’avantage de résoudre le « problème de la coïncidence ». Pour une exp (...)
  • 4 Une très grande majorité des éternalistes l’adoptent. Du côté des présentistes, voir, par exemple B (...)
  • 5 Ainsi, Loux et Crisp (2017) considèrent que puisque la théorie de Broad (1923) relève du quadridime (...)
  • 6 Il en va de même pour Meincke : « Pour autant que je sache, personne n’a encore défendu de ‘théorie (...)

13Cet avantage, parmi d’autres3, du perdurantisme peut expliquer pourquoi le vocabulaire des parties temporelles a été adopté par des tenants de toutes les positions qui structurent le premier débat4. Cependant, l’usage de cette terminologie ne suffit pas à garantir que ces conceptions peuvent vraiment expliquer tous les changements réels qu’elles supposent de façon perdurantiste. D’ailleurs, si les éternalistes sont généralement perdurantistes – car c’est pour eux la meilleure, voire la seule, façon de concevoir un quelconque changement –, c’est le cas de très peu de présentistes – peut-être parce que, comme le montre Lewis, ils n’ont pas besoin du perdurantisme pour résoudre le problème des intrinsèques temporaires – et, bien qu’on suppose en général que le perdurantisme peut rendre compte des changements réels postulés par la TBE5, aucune théorie du bloc en expansion n’a, à notre connaissance6, développé de conception perdurantiste de tous les changements qu’elle postule. Afin de déterminer si un tel développement serait cohérent ou si, au contraire, une TBE perdurantiste est confrontée à des problèmes spécifiques, il nous faut d’abord formuler les trois théories susmentionnées du temps en termes de parties temporelles et examiner les différents types de changements réels qu’elles impliquent.

2. Éternalisme, présentisme et TBE perdurantistes

2.1. Formulation perdurantiste de l’éternalisme, du présentisme et de la TBE

14Les trois grandes conceptions du temps divergeant sur les temps auxquels les choses existent, leur formulation perdurantiste suppose de déterminer ce que signifie « x existe à t » en termes de parties temporelles. Plus précisément, puisque l’éternalisme et la TBE posent l’existence de choses au-delà du moment présent, et donc au-delà de la partie temporelle présente, il convient de distinguer deux sens de « x existe à t » (où t est une variable temporelle– un instant ou un intervalle de temps), selon la quantification qui y est appliquée.

15D’une part, la quantification peut être restreinte à t. « x existe à t » signifie alors que x est localisé à t, qu’il est constitutif de la partie temporelle délimitée par t, PT. Dans ce cas, « x existe en 2020 » signifie que x est contenu dans la partie temporelle du monde délimitée par 2020, donc que celle-ci a la propriété de « contenir x ». Je le noterai « x existe pendant t ».

16D’autre part, la quantification peut être universelle. « x existe à t » signifie alors que, du point de vue de t, x fait partie de la somme totale des existants. « x existe en 2020 » signifie alors que, du point de vue de 2020, x fait partie de la somme totale des existants déterminée, que x existe ou non pendant 2020. Je le noterai « du point de vue de t, x existe ».

17Cette distinction permet de formuler la version perdurantiste des trois conceptions :

18Selon l’éternalisme, pendant tout t, seule la partie temporelle du monde délimitée par t (PT) existe, mais du point de vue de tout t, tout existe. Ainsi, les dinosaures n’existent pas pendant t2 – ils ne sont pas contenus dans la partie temporelle délimitée par l’année 2020 (PT2) – mais, puisque le passé existe aussi bien que le présent, PT1 et les dinosaures qu’elle contient existent du point de vue de t2. De même, PT2 et les humains qu’elle contient n’existent pas pendant t1 mais, puisque le futur existe, ils existent du point de vue de t1.

19Selon le présentisme, lorsque t est présent, seule la partie temporelle du monde délimitée par t (PT) existe pendant t – lorsque t est passé ou futur, ni ce temps ni PT n’existent. Bien plus, puisque seul ce qui est présent existe, PT épuise tout ce qui existe du point de vue de t. Ainsi, lorsque t1 est présent, pendant t1 et du point de vue de t1, il existe des dinosaures mais pas d’humain ; et lorsque t2 est présent, pendant t2 et du point de vue de t2, il existe des humains mais pas de dinosaure. Le présentiste perdurantiste peut donc indifféremment définir la présente partie temporelle du monde, disons PT2, comme ce qui existe pendant t2 ou ce qui existe du point de vue de t2. Les parties temporelles non présentes peuvent être ignorées puisque, selon le présentisme, elles n’existent tout simplement pas.

20Selon la TBE, lorsque t est présent ou passé, seule la partie temporelle du monde délimitée par t (PT) existe pendant t – lorsque t est futur, ni ce temps ni la partie temporelle qu’il délimite n’existent. En revanche, du point de vue de t, considéré comme présent, à la fois PT et toutes les parties temporelles qui la précèdent existent. Pendant t1 et du point de vue de t1, il existe des dinosaures mais pas d’humain ; pendant t2 il y existe des humains mais pas de dinosaure ; mais du point de vue de t2, il existe des dinosaures et des humains.

2.2. Trois conceptions du changement

21La distinction, dans le cadre de l’éternalisme et, lorsque t n’est pas le premier instant, de la TBE, entre ce qui existe pendant t et ce qui existe du point de vue de t, conduit à distinguer deux sortes de changement. D’une part, il y a un changement entre ce qui existe pendant t1 et ce qui existe pendant t2, c’est-à-dire un changement entre PT1 et PT2. D’autre part, il y a un changement entre ce qui existe du point de vue de t1 et ce qui existe du point de vue de t2. Le premier changement concerne ce qui est soumis à une quantification restreinte, c'est-à-dire l’existence des contenus de deux parties temporelles parmi d’autres et les propriétés intrinsèques de ces parties qu’ils déterminent. Je qualifierai ce changement de local. Ainsi, le changement entre l’inexistence des humains pendant t1 – donc le fait que les humains ne font pas partie du contenu de PT1 et que celle-ci est non humanisée – et l’existence d’humains pendant t2– donc le fait que les humains font partie du contenu de PT2 et que celle-ci a la propriété d’être humanisée – est un changement local. Le second changement concerne au contraire ce qui est soumis à une quantification universelle, c’est un changement dans la somme totale de ce qui existe du point de vue de temps différents, c’est pourquoi je le qualifierai de global. Ainsi, l’addition des humains aux dinosaures entre t1 et t2 constitue un changement global.

22On peut alors préciser les changements impliqués par les trois conceptions :

23Selon l’éternalisme, ce qui existe pendant t change en fonction de la valeur de t : pendant t1, il existe des dinosaures mais pas d’humain alors que pendant t2, il existe des humains mais pas de dinosaure. Par contre, ce qui existe du point de vue de t ne change ni en fonction de la valeur, ni en fonction de la présence – si tant est que l’éternalisme reconnaît la pertinence d’une telle notion – de t : du point de vue de tout t, tout existe. Dans une conception éternaliste, il y a donc des changements locaux (entre ce qui existe pendant les différents temps, c'est-à-dire entre les parties temporelles), mais pas de changement global (entre ce qui existe du point de vue des différents temps). Cette absence de changement global est d’ailleurs un des motifs majeurs de rejet de l’éternalisme.

24Selon le présentisme, ce qui existe pendant t varie également en fonction de t. Pendant t1 il existe des dinosaures et pas d’humain, puis, pendant t2, il existe des humains mais pas de dinosaure. Bien plus, contrairement à l’éternalisme, puisque, selon le présentisme, ce qui existe pendant t (PT) épuise tout ce qui existe du point de vue de t, considéré comme présent, ceci varie également en fonction de t. Du point de vue de t1 il existe des dinosaures et pas d’humains, alors que du point de vue de t2, il existe des humains mais pas de dinosaures. Le présentisme reconnaît donc à la fois des changements locaux et des changements globaux.

25La TBE reconnait aussi ces deux types de changements. D’une part, il y a un changement local entre ce qui existe pendant t1 (des dinosaures et, plus généralement, PT1 mais pas d’humain ni, plus généralement, PT2) et ce qui existe pendant t2 (des humains et, plus généralement, PT2, mais pas de dinosaures ni, plus généralement, PT1). D’autre part, lorsque t1 puis t2 sont présents, il y a un changement global entre ce qui existe du point de vue de t1 (PT1, des dinosaures mais pas d’humain) et ce qui existe du point de vue de t2 (des dinosaures et des humains, PT1 et PT2).

26Dans la version classique que nous avons précédemment exposée, le perdurantisme explique les changements locaux, c'est-à-dire les différences de contenu et donc de propriétés intrinsèques entre deux parties temporelles successives d’un objet persistant. Il rend donc parfaitement compte du changement admis par l’éternalisme, ce pourquoi il est en général associé à cette conception. La question est de savoir s’il peut rendre compte des changements globaux impliqués par le présentisme et surtout, pour notre propos, par la TBE.

  • 7 Broad (1923, 65).
  • 8 « On peut difficilement attendre de réduire les changements du temps à des changements dans le temp (...)
  • 9 C’est notamment ainsi que McTaggart (1908) montre que la contradiction entre les caractéristiques t (...)
  • 10 De même, les autres raisons pouvant mener à supposer un hyper-temps ne sont pas propres à la formul (...)
  • 11 Par exemple, en posant des hyper-parties temporelles dans lesquelles les parties temporelles auraie (...)
  • 12 C’est également ce que fait Tooley pour montrer qu’une TBE considérant les propriétés de présence, (...)

27Dans ces deux dernières théories, les changements globaux sont dus au passage du présent. Ce passage, disons, de t1 à t2, produit d’abord un changement concernant les caractéristiques temporelles des parties temporelles délimitées par ces temps, c'est-à-dire leur caractère présent, passé ou futur. Ainsi, lorsque t1 est présent, PT1 est présente et PT2 future puis, lorsque t2 devient présent, PT2 devient présente et PT1 devient passée. Ce changement de caractéristiques temporelles, en ce qu’il n’est dû qu’au seul passage du présent et ne concerne pas les autres propriétés des parties temporelles, est distinct des changements locaux expliqués par le perdurantisme tel que nous l’avons exposé. Broad soutient ainsi que le premier est un changement du temps alors que les seconds – qui sont, dans la terminologie de Broad, des changements qualitatifs de choses dont « deux tranches adjacentes peuvent avoir des différents qualitatives » 7– sont des changements dans le temps. Cette distinction permettrait selon lui d’éviter de poser à l’infini des hyper-temps dans lesquels les caractéristiques temporelles pourraient changer8. Certes, cette dernière affirmation a été contestée, et la position d’hyper-temps à l’infini peut sembler nécessaire pour éviter la contradiction entre les caractéristiques temporelles successives des parties temporelles9. Pour autant, cette raison10 de supposer un hyper-temps et les difficultés qu’il engendre ne sont pas propres aux versions perdurantistes du présentisme et de la TBE : que les entités qui adviennent à l’existence soient ou non des parties temporelles, elles auront successivement des caractéristiques temporelles incompatibles. Bien plus, même si un présentiste ou un théoricien du bloc en expansion soutient, de façon pleinement perdurantiste, que tout changement de propriété intrinsèque doit être expliqué en termes de parties temporelles, il n’a pas à rendre compte de la succession des caractéristiques temporelles incompatibles de cette façon11. Il lui suffit de considérer que ces caractéristiques sont extrinsèques12, par exemple en soutenant qu’une entité – qu’elle soit ou non une partie temporelle – ne les possède qu’en étant successivement en relation au futur, au présent et au passé. Dans ce cas, le changement des caractéristiques temporelles ne constitue pas un changement réel, il n’implique pas de contradiction et n’est donc pas censé être expliqué de façon perdurantiste. Ce changement n’est donc pas problématique pour une théorie perdurantiste présentiste ou du bloc en expansion.

  • 13 C’est notamment en cela qu’ils se distinguent de la Moving Spotlight theory, critiquée par Broad (1 (...)

28Cependant, pour le présentisme comme pour la TBE, le passage du présent ne change pas seulement les caractéristiques temporelles des parties temporelles. Il fait aussi et surtout advenir ces dernières à l’existence13, provoquant un changement global réel, matériel et intrinsèque du monde, que des théories présentistes et du bloc en expansion pleinement perdurantistes devraient pouvoir expliquer en termes de parties temporelles.

  • 14 Ainsi, Merricks (1995) et Benovsky (2009) soutiennent que le présentisme est incapable de constitue (...)

29Rappelons que puisque le présentisme soutient que seul ce qui est présent existe, il considère que ce qui existe du point de vue de t, considéré comme présent, est matériellement identique à ce qui existe pendant t. Ainsi, pendant le Jurassique et du point de vue du Jurassique, seule PT1 existe, les dinosaures existent mais pas les humains. De même, pendant 2020 et du point de vue de 2020, seule PT2 existe, les humains existent mais pas les dinosaures. En d’autres termes, même si le présentisme suppose à la fois un changement local qui concerne ce qui existe pendant différents temps, et un changement global, dû au passage du présent, qui concerne ce qui existe du point de vue de différents temps, les deux sont toujours corrélés et – si l’on considère que les caractéristiques temporelles ne sont ni matérielles ni intrinsèques – matériellement et intrinsèquement identiques. Dans ce cadre, l’explication perdurantiste classique des changements locaux par la succession des parties temporelles suffit à expliquer le changement global réel impliqué par le présentisme. Si la version perdurantiste du présentisme est sujette à caution, ce n’est donc pas en raison du fait qu’elle suppose un changement global, mais plutôt, comme l’ont souligné Lewis et d’autres à sa suite14, du fait de sa difficulté à concevoir les objets persistants formés par la somme de leurs parties temporelles et donc susceptibles de subir des changements, qu’ils soient locaux ou globaux. Ce point ayant déjà été traité, nous renvoyons le lecteur à la littérature sur le sujet.

30En soutenant que le passage du présent conserve les parties temporelles précédentes, la TBE évite ce problème, ce pourquoi elle est généralement considérée comme compatible avec le perdurantisme. Cependant, cette différence avec le présentisme l’empêche également d’assimiler les changements locaux aux changements globaux. En effet, dans le cadre de la TBE, le changement local entre ce qui existe pendant t1 (TP1 et non TP2, des dinosaures et pas d’humain) et ce qui existe pendant t2 (TP2 et non TP1, des humains et pas de dinosaure) est matériellement différent du changement global entre ce qui existe, lorsque t1 puis t2 sont présents, du point de vue de t1 (TP1, des dinosaures mais pas d’humain) et ce qui existe du point de vue de t2 (TP2 et TP1, des humains et des dinosaures). En d’autres termes, le changement local entre t1 et t2 consiste dans le remplacement de TP1 par TP2, dans la différence entre un monde avec des dinosaures mais non-humanisé d’une part et un monde sans dinosaures mais humanisé de l’autre, alors que le changement global consiste en l’addition de TP2 à TP1, l’addition des humains aux dinosaures.

31Dès lors, on peut douter que le perdurantisme classique, qui rend compte du changement local, suffise à rendre compte du changement global impliqué par la TBE. Afin d’éclaircir ce point, il convient de préciser encore la distinction entre le changement global et le changement local au sein de la TBE.

3. Deux types de changement, deux types de parties temporelles

3.1. Différences entre le changement local et le changement global dans la TBE

32Une façon de reformuler cette différence entre le changement local et le changement global dans le cadre de la TBE est de dire que les relata de ces changements, ce entre quoi il y a changement, sont matériellement distincts. En effet, puisque, contrairement au présentisme, lorsque t n’est pas le premier instant ou intervalle de temps, ce qu’il y pendant t (c'est-à-dire PT) n’est pas identique à ce qui existe du point de vue de t (c'est-à-dire PT plus tout ce qui la précède), la TBE ne peut pas identifier le changement local, qui relie ce qui existe pendant t1 et ce qui existe pendant t2 au changement global, qui relie ce qui existe du point de vue de t1 à ce qui existe du point de vue de t2.

  • 15 Lorsque t1 et t2 sont tous deux futurs, il n’y a aucune forme de changement car ni PT1 ni PT2 n’exi (...)

33Ensuite, lorsque t1 et t2 sont tous deux passés, il y a entre ces deux temps un changement local (entre PT1 et PT2), mais pas de changement global, car rien ne vient à l’existence ni ne cesse d’exister. Par conséquent, contrairement au cas présentiste, un changement local n’est pas toujours corrélé à un changement global15.

34Enfin, alors que le changement global consiste toujours en une augmentation de la quantité d’existants (le monde grossit, il existe plus de choses du point de vue t2 que de celui de t1, les humains s’ajoutent aux dinosaures) et en une augmentation de la durée totale du monde, ce n’est le cas du changement local : il peut y avoir autant et même moins de choses dans PT2 que dans PT1 et, selon le mode d’individuation des parties temporelles, PT2 peut durer moins longtemps que PT1. En d’autres termes, alors que le changement local est qualitatif (le monde a successivement les propriétés intrinsèques de contenir ou non des dinosaures, d’être ou non humanisé) et peut, s’il y a autant de choses dans deux parties temporelles distinctes, n’être que qualitatif, le changement global est quantitatif et peut, s’il n’y a pas de changement de propriété intrinsèque entre deux parties temporelles successives, n’être que quantitatif.

35Ceci ne signifie pourtant pas que le changement global n’implique pas la succession de propriétés intrinsèques incompatibles. Selon la TBE, il implique au contraire que le monde a successivement des propriétés intrinsèques quantitatives incompatibles : le nombre de choses existantes et la durée du monde augmentent, ils sont plus élevés du point de vue t2 que de celui de t1. Ce changement de propriétés intrinsèques quantitatives étant, contrairement au changement de caractéristiques temporelles extrinsèques, réel, il doit être expliqué, dans une TBE pleinement perdurantiste, en termes de parties temporelles.

36Cependant, loin de permettre de le réduire au changement local expliqué par le perdurantisme classique, le caractère réel du changement global – c'est-à-dire le caractère intrinsèque des propriétés quantitatives incompatibles qui se succèdent – permet plutôt de préciser la première raison de l’en distinguer, en analysant les relata respectifs de ces deux changements comme des porteurs différents de propriétés intrinsèques incompatibles différentes. D’une part, les porteurs des propriétés qualitatives incompatibles concernées par le changement local entre t1 et t2 sont des parties temporelles, PT1 et PT2, respectivement définies comme « le monde pendant t1 » et « le monde pendant t2 ». Ce sont elles qui ont, respectivement, les propriétés de contenir des dinosaures et d’être non-humanisée, et celles d’être exempte de dinosaure et d’être humanisée. D’autre part, les porteurs des propriétés quantitatives incompatibles concernées par le changement global entre t1 et t2 sont « le monde du point de vue de t1 » et « le monde du point de vue de t2 », le premier durant moins longtemps et comprenant moins de choses que le second. Or, puisque « le monde du point de vue de t2 » comprend des dinosaures alors que « le monde pendant t2 » n’en comprend pas et que, plus généralement, lorsque t n’est pas le premier instant, le monde du point de vue de t est matériellement et intrinsèquement distinct du monde pendant t, les porteurs des propriétés incompatibles du changement global sont matériellement et intrinsèquement distincts des porteurs des propriétés incompatibles du changement local.

37En d’autres termes, dans la TBE, à la fois les propriétés intrinsèques concernées par le changement global et leurs porteurs sont matériellement distincts de ceux du changement local. Puisque le perdurantisme explique la possibilité du changement réel en distinguant les porteurs des propriétés intrinsèques incompatibles, il devrait être, dans le cadre d’une TBE qui l’adopte pleinement, a minima raffiné.

3.2. Les parties temporelles de la TBE

38Pour savoir dans quelle mesure une TBE devrait raffiner le perdurantisme, résumons notre argument :

(i) le changement global supposé par la TBE implique la succession de propriétés intrinsèques (quantitatives) mutuellement incompatibles ;

(ii) le perdurantisme résout la contradiction liée à la succession de propriétés intrinsèques incompatibles en distinguant les porteurs de ces propriétés incompatibles en différentes parties temporelles ;

(iii) dès lors, une TBE pleinement perdurantiste devrait rendre compte non seulement du changement local, mais aussi du changement global en termes de parties temporelles.

(iv) Puisque les porteurs des propriétés incompatibles concernées par le changement global sont distincts des porteurs des propriétés incompatibles concernées par le changement local,

(v) les parties temporelles qui rendent compte du changement global doivent être distinctes de celles qui rendent compte du changement local. J’appellerai celles-ci des parties temporelles locales (PT), et celles-là des parties temporelles globales (PTG).

39On pourrait objecter à (iii) que la TBE peut rendre compte du changement global sans poser de parties temporelles globales, simplement constatant, du point de vue d’un temps, disons t2, l’existence d’une partie temporelle pendant ce temps (PT2) qui n’existait pas pendant le temps précédent. Cependant, pour rendre compte du fait que ceci ne constitue pas seulement un changement local mais un changement global augmentant la durée totale du monde et le nombre total des choses qui existent, une TBE perdurantiste ne peut pas se contenter de comparer, d’un seul point de vue, des parties temporelles locales : rappelons que PT2 peut contenir moins de choses et durer moins longtemps que PT1. Une TBE perdurantiste ne peut pas non plus rendre compte du changement global en comparant, d’un seul point de vue, disons t5, la dernière partie temporelle du monde, à la somme des précédentes : PT5 contient sans doute moins de choses et dure sans doute moins longtemps que la somme des parties temporelles qui la précèdent. Pour rendre compte du changement global, la TBE doit prendre en compte deux points de vue sur le monde total à des temps différents, « le monde du point de vue de » et « le monde du point de vue de t+1 », comparer leurs propriétés quantitatives et, pour que leur différence quantitative constitue un changement global, considérer un objet encore plus large, le monde tout court, qui change en ayant successivement ces différentes propriétés quantitatives. Or, si ce monde n’avait pas de parties temporelles globales, l’incompatibilité de ses propriétés intrinsèques quantitatives successives mènerait à une contradiction.

40Étant donné que les parties temporelles en général sont les porteurs des propriétés incompatibles et que les porteurs des propriétés incompatibles concernées par le changement global entre t1 et t2, sont « le monde du point de vue de t1 » et « le monde du point de vue de t2 », ceux-ci sont les parties temporelles globales nécessaires pour rendre compte du changement global réel. On les notera PTG1 et PTG2. Si on accepte, pour l’exemple, que PT1 est la première partie temporelle locale du monde et qu’elle est immédiatement suivie de PT2, alors PTG1 –c'est-à-dire le monde du point de vue de t1– ne comprend que PT1 et lui est matériellement identique, et PTG2, c'est-à-dire le monde du point de vue de t2, comprend et est matériellement identique à la somme de PT1 et PT2.

  • 16 Notons que si une entité, disons, la Terre, existe à la fois pendant t1 et pendant t2, elle n’est p (...)

41Notons que le fait que PTG2 ait des propriétés qualitatives incompatibles (être humanisée et non humanisée, être polluée et non polluée…) n’est pas ici problématique. En effet, ces propriétés sont celles dont la succession est responsable du changement local. Leur incompatibilité est donc résolue, au sein de PTG2, par la distinction perdurantiste classique entre PT1 et PT2. Au contraire, la distinction entre PTG1 et PTG2 ne doit rendre compte que du changement global et éviter la contradiction entre des propriétés quantitatives incompatibles. Étant donné que PTG2 ne contient qu’une seule quantité d’existants (la somme de PT1 et de PT216 ; entre autres, des dinosaures plus des humains) et n’a qu’une seule durée (du début du Jurassique à 2020 inclus), il n’y a pas là de contradiction. Cependant, les parties temporelles globales, rendues nécessaires par une conception pleinement perdurantiste de la TBE, posent d’autres problèmes.

4. Les problèmes posés par les parties temporelles globales dans la TBE

  • 17 Par exemple, Schlesinger (1980, 32) soutient que l’hyper-temps n’entraîne pas de régression à l’inf (...)

42D’abord, comme toute nouvelle entité, les parties temporelles globales ont un coût ontologique. Or, ce coût n’est pas celui de l’hyper-temps, souvent accordé, minimisé ou nié par les tenants de la TBE pour rendre compte du passage du présent. En effet, que l’on considère ou non que la position d’un hyper-temps soit nécessaire pour rendre compte de la vitesse du passage du présent et du changement de propriétés temporelles, que l’on considère ou non que ce coût soit important ou qu’il entraîne une régression à l’infini17, le coût des parties temporelles globales, nécessaires pour rendre compte d’un autre aspect, quantitatif et réel, du changement global, s’y ajoute.

  • 18 C’est notamment ce que soutient Hudson, pour qui l’indépendance des mondes ou blocs situés à des hy (...)

43Ensuite, les parties temporelles globales ne peuvent rendre compte du changement global postulé par la TBE que si leur addition constitue un seul et même monde persistant, qui grossit en conservant son passé. Dès lors, contrairement à ce qui est parfois dit des mondes qui seraient aux différents hyper-temps18, les parties temporelles globales ne peuvent pas être indépendantes les unes des autres. Au contraire, chaque partie temporelle globale doit comprendre, en plus d’une nouvelle partie temporelle locale, toutes les parties temporelles locales constituant la partie temporelle globale qui la précède. Ainsi, c’est le fait que PTG1 et PTG2 comprennent toutes deux PT1, numériquement identique à elle-même, qui garantit que le monde qu’elles composent conserve son passé.

44Cependant, cette communauté de parties temporelles locales entre des parties temporelles globales distinctes soulève une seconde difficulté, que l’on peut formuler sous la forme d’un trilemme :

45Soit on considère que PTG1 et PTG2 coïncident partiellement, en coïncidant complètement pendant t1. Mais alors, il n’y a pas de raison de distinguer, en t1, deux parties temporelles globales coïncidentes qui auraient la même extension et les mêmes propriétés – d’autant moins que la volonté d’éviter la coïncidence d’entités identiques est une des motivations majeures du perdurantisme classique.

46Soit, dans l’esprit de la solution perdurantiste classique au problème de la coïncidence, on considère que PT1 est une partie temporelle commune à PTG1 et à PTG2. PT1 est alors considérée comme une partie temporelle globale, puisque PTG1 et PTG2 sont globales. Plus précisément, c’est une partie globale impropre de PTG1 et une partie globale propre de PTG2. Cependant, cette solution revient à gommer la distinction d’intension entre PT1 et PTG1, qui est pourtant impliquée par la distinction entre les deux types de changement (cf. section II).

47Ces deux premières solutions font ensuite face à une difficulté commune. Toutes deux supposent que PTG2, qui advient à l’existence à la fin de PTG1, c'est-à-dire à t2, s’étend sur t1. Or, l’hypothèse d’une entité qui s’étend sur des temps qui précèdent son arrivée à l’existence semble contraire à l’idée, au cœur de la TBE, d’une augmentation du nombre de choses existantes avec le passage du temps.

48Soit on considère que PTG1 et PTG2 sont sur une ligne temporelle différente, un temps global distinct de celle du temps local dans lequel sont situées les parties temporelles locales qu’elles comprennent. Les parties temporelles globales pourraient alors avoir des parties temporelles locales en commun sans pour autant être confondues avec elles, coïncider, ni s’étendre sur des temps qui précèdent leur arrivée à l’existence, puisqu’il n’y aurait pas de relation de précédence entre les temps locaux dans lesquels sont les parties temporelles locales et les temps globaux dans lesquels seraient les parties temporelles globales. Dans cette hypothèse, si t1 est le premier instant ou intervalle du temps local, alors tg1 est le premier instant ou intervalle du temps global et comprend, si t1 un intervalle, tous les instants qui sont pendant t1 ; tg2 comprend t1 et t2 ; tg3 comprend t1, t2 et t3 et ainsi de suite. PTG1, qui est pendant tg1 contient PT1 ; PTG2, qui est pendant tg2, contient PT1 et PT2, et de même pour les parties temporelles globales suivantes. Dans le schéma ci-dessous, PTG5 est encadrée en pointillés.

49Cette dernière hypothèse est pourtant également problématique, car elle entraîne une multiplication indésirable des parties temporelles locales, et de leurs contenus. En effet, si le monde existe entre t1 et t8, il existe aussi entre tg1 et tg8. Les entités existant pendant t1, les dinosaures et plus généralement PT1, appartiennent alors à huit parties temporelles globales, qui s’additionnent pour composer le monde qui grossit. Bien plus, comme le montre le dégradé dans le schéma, toutes les entités n’existent pas autant de fois : du point de vue de tg8, PT5 existe quatre fois alors que PT8 n’existe qu’une seule fois. Un dinosaure existe plus de fois que Napoléon, qui existe plus de fois qu’un éphémère né en 1900, qui existe plus de fois que moi, qui existe plus de fois que mon enfant. Il y a donc une double augmentation de ce qui existe : il y a de nouvelles choses plus une répétition du passé, ce qui est contraire à la signification de la TBE.

50Nous pouvons conclure qu’une théorie du bloc en expansion qui tente de rendre compte de façon perdurantiste de tous les types de changements qu’elle postule devrait accepter, en plus des parties temporelles classiques, des parties temporelles globales. Or, outre son coût ontologique, la position de ces entités a des conséquences contre-intuitives et contraires à l’esprit de la TBE. Ces difficultés n’étant ni celles de la TBE non perdurantiste, ni celles des théories présentistes perdurantistes, elles ne peuvent pas être levées de la même façon, et menacent donc, en attendant leur résolution, la possibilité d’une TBE pleinement perdurantiste.

Je remercie chaleureusement Alexandre Declos, Filipe Drapeau Contim, Vincent Grandjean, Jean-Baptiste Guillon, Uriah Kriegel, Frédéric Nef, Claudine Tiercelin et plus généralement tous les membres du GEM (Groupe d’Études en Métaphysique du Collège de France, dirigé par le Professeur Claudine Tiercelin) pour leurs précieuses remarques lors de la présentation d’une première version de ce travail au Collège de France.

Bibliography

Baron, S. (2015). The Priority of the Now. Pacific Philosophical Quarterly, 96(3), 325-348.

Benovsky, J. (2009). Presentism and Persistence. Pacific Philosophical Quarterly, 90(3), 291-309.

Broad, C. D. (1923). Scientific Thought. London: Routledge.

Brogaard, B. (2000). Presentist Four-Dimensionalism. The Monist, 83(3), 341-356.

Deasy, D. (2015). The Moving Spotlight Theory. Philosophical Studies, 172(8), 2073-2089.

Hudson, H. (2014). The Fall and Hypertime. Oxford: Oxford University Press.

Lewis, D. K. (1986). On the Plurality of Worlds. Oxford: Blackwell Publishers.

Lombard, L. B. (1999). On the Alleged Incompatibility of Presentism and Temporal Parts. Philosophia, 27, 253-260.

Loux, M. J. & Crisp, T. M. (2017). Metaphysics: A Contemporary Introduction. New York: Routledge.

McTaggart, J. E. (1908). The Unreality of Time. Mind, 17(68), 457-474.

Magalhaes, E. (2011). Presentism, Persistence and Composition. Pacific Philosophical Quarterly, 92(4), 509-23.

Meincke, A. S. (2019). The Disappearance of Change: Towards a Process Account of Persistence. International Journal of Philosophical Studies, 27(1), 12-30.

Merricks, T. (1995). On the Incompatibility of Enduring and Perduring Entities. Mind 104(415), 521-531.

Miller, K. (2013). Presentism, Eternalism, and the Growing Block. In Bardon, A. & Dyke, H. (Eds.), Companion to the Philosophy of Time (pp. 345-364), John Wiley & Sons.

Miller, K. (2018). The New Growing Block Theory vs Presentism. Inquiry, 61(3), 223-251.

Rea, M. C. (1995). The Problem of Material Constitution. Philosophical Review, 104(4), 525-552.

Schlesinger, G. (1980). Aspects of Time. Indianopolis: Hackett Publishing Company.

Sider, T. (1997). Four-Dimensionalism. Philosophical Review, 106(2), 197-231.

Smith, Q. (2002). Time and Degrees of Existence: A Theory of “Degree Presentism”. Royal Institute of Philosophy Supplement, 50, 119-136.

Tooley, M. (1997). Time, Tense and Causation. Oxford: Clarendon Press.

van Inwagen, P. (2010). “Changing the Past”. In Zimmerman, D. W. (Ed.), Oxford Studies in Metaphysics (Volume 5, pp. 3-28), Oxford University Press.

Williams, D. C. (1951). The Sea Fight Tomorrow. In Henle, P., Kallen, H. M., & Langer, S. K. (Eds.), Structure, Method and Meaning (pp. 282-306), Liberal Arts Press.

Notes

1 Nous laissons ici de côté les formes non classiques de ces théories telles que le présentisme de degré (Smith 2002) ou de priorité (Baron 2015), l’éternalisme Moving spotlight (Deasy 2015) ou encore la forme inversée de la théorie du bloc en expansion (la Shrinking block theory, qui soutient que seuls les événements présents et futurs existent). Ce qui suit peut cependant s’y appliquer.

2 On considèrera ici un changement réel comme un changement de propriété intrinsèque, c'est-à-dire un changement de propriété que l’objet a par lui-même, indépendamment de ses relations à autre chose.

3 Le perdurantisme a également l’avantage de résoudre le « problème de la coïncidence ». Pour une exposition de ce problème, voir, par exemple, Rea (1995). Pour une solution perdurantiste formulée en termes d’étapes, voir, par exemple, Sider (2001, chap. 5).

4 Une très grande majorité des éternalistes l’adoptent. Du côté des présentistes, voir, par exemple Brogaard (2000), Lombart (1999) et Magalhaes (2011). En ce qui concerne la TBE, Broad (1923) parle de tranches (slices) et Tooley (1997) de parties temporelles.

5 Ainsi, Loux et Crisp (2017) considèrent que puisque la théorie de Broad (1923) relève du quadridimensionalisme, c'est-à-dire qu’elle considère que les objets sont étendus aussi bien dans le temps que dans l’espace et ont des parties temporelles, elle constitue une « théorie du temps qui n’est pas seulement compatible avec le perdurantisme [mais qui] fournit un cadre naturel pour cette théorie de la persistance » (2017, 228). Cependant, comme nous le montrerons plus loin, leur affirmation ne s’appuie sur l’examen que d’un seul type de changement impliqué par la théorie du bloc en expansion.

6 Il en va de même pour Meincke : « Pour autant que je sache, personne n’a encore défendu de ‘théorie du bloc en expansion perdurantiste’ ». (2019, 14, note 3).

7 Broad (1923, 65).

8 « On peut difficilement attendre de réduire les changements du temps à des changements dans le temps, puisque le temps aurait alors besoin d’un autre temps dans lequel changer, et ainsi à l’infini » (ibid).

9 C’est notamment ainsi que McTaggart (1908) montre que la contradiction entre les caractéristiques temporelles ne peut pas être résolue. Voir aussi, en ce qui concerne la TBE, Miller (2013, 350), Tolley (1997, chap. 10.3).

10 De même, les autres raisons pouvant mener à supposer un hyper-temps ne sont pas propres à la formulation perdurantiste du présentisme ou de la TBE, mais sont plus fondamentalement dues à la supposition d’un passage du présent. Parmi elles, sont souvent évoquées la nécessité de mesurer la vitesse de passage du présent (voir, par exemple, Williams, 1951, 304-305), la possibilité des voyages dans le temps (voir, par exemple, van Inwagen 2010) ou encore rendre compte de la vérité des phrases temporalisées au passé (proposition évoquée mais rejetée par Miller 2018).

11 Par exemple, en posant des hyper-parties temporelles dans lesquelles les parties temporelles auraient différentes caractéristiques temporelles.

12 C’est également ce que fait Tooley pour montrer qu’une TBE considérant les propriétés de présence, passéité et futurité comme des propriétés extrinsèques évite de poser un hyper-temps.

13 C’est notamment en cela qu’ils se distinguent de la Moving Spotlight theory, critiquée par Broad (1923).

14 Ainsi, Merricks (1995) et Benovsky (2009) soutiennent que le présentisme est incapable de constituer un objet persistant qui serait la somme de parties temporelles. Brogaard (2000) ; Lombart (1999) ; Magalhaes (2011) raffinent leur présentisme pour répondre à cette objection.

15 Lorsque t1 et t2 sont tous deux futurs, il n’y a aucune forme de changement car ni PT1 ni PT2 n’existe.

16 Notons que si une entité, disons, la Terre, existe à la fois pendant t1 et pendant t2, elle n’est pas dédoublée par cette somme. En réalité, selon le perdurantisme, il n’existe en t1 qu’une partie temporelle de la Terre et, en t2, une autre partie temporelle.

17 Par exemple, Schlesinger (1980, 32) soutient que l’hyper-temps n’entraîne pas de régression à l’infini.

18 C’est notamment ce que soutient Hudson, pour qui l’indépendance des mondes ou blocs situés à des hyper-temps différents, comparables à ce que nous avons appelé le monde du point de vue de ces temps, est une chose « absolument cruciale » (2014, 88-89). C'est aussi ce qu’autorise Miller : « Quelle est la relation entre les différents univers-bloc qui existent à différents hyper-temps ? Je ne pense pas que cela importe beaucoup pour notre objectif. Peut-être que les univers-blocs sont numériquement distincts, mais qu’il y a une forte relation de similarité entre eux, ou peut-être que les tranches de l’univers-bloc endurent à travers l’hyper-temps, de sorte que le même moment du temps A existe à plusieurs hyper-temps ». (2018, 16, note 8).

Author

Institut Jean Nicod

© Collège de France, 2021

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search