Version classiqueVersion mobile

La métaphysique du temps : perspectives contemporaines

 | 
Alexandre Declos
, 
Claudine Tiercelin

II- Sur les ontologies temporelles : présentisme et théorie du bloc en expansion

Les particuliers nus à la rescousse de la théorie du bloc en croissance

Vincent Grandjean

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

On distingue traditionnellement deux façons de pratiquer la philosophie du temps. Premièrement, on peut s’interroger, à l’instar des phénoménologues et des métaphysiciens descriptivistes, sur le temps perçu. Par exemple, Edmund Husserl (1994, 202) se demande comment des objets temporels, tels que des mélodies, peuvent être appréhendés comme des touts uniformes, alors qu’ils sont composés de différents moments. On peut également s’interroger, à l’instar des philosophes de la physique et des métaphysiciens réformistes, sur la structure temporelle du monde, c’est-à-dire non pas sur le temps perçu, mais sur le temps physique (celui que l’on peut mesurer)1. Tim Maudlin (2002, 2007), par exemple, affirme que le passage du temps est une propriété de l’univers. La théorie du bloc en croissance (Growing Bloc Theory, abrégée « GBT » ci-après) relève plutôt de cette seconde façon de pratiquer la philosophie du temps, puisqu’elle décrit le temps comme une dimension objective de la r...

© Collège de France, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search