Version classiqueVersion mobile

Tu aimeras tes microbes comme toi-même

 | 
Philippe Sansonetti

Prologue

Aux fidèles auditeurs de la chaire Microbiologie et maladies infectieuses et à tous mes collègues qui ont accepté de donner un séminaire au cours de cet enseignement, mes sincères remerciements.

Texte intégral

1Ultima verba, c’est par ce titre hugolien que j’ai voulu clore, en cette année académique 2019-2020, la dernière série de leçons de la chaire Microbiologie et maladies infectieuses du Collège de France, inaugurée en 2008. Inutile d’insister sur l’actualité du thème de cette chaire puisque, au moment où ce cycle se termine, se développe pour la troisième fois en vingt ans une pandémie due à un coronavirus dont l’issue est totalement imprévisible, la situation à l’épicentre de l’épidémie en Chine ne prêtant guère à l’optimisme.

  • 1  Le support accompagnant ce cours est disponible sur le site internet du Collège de France : https: (...)

2Ces leçons ont traité des tensions apparues au début du xxie siècle à propos du paradigme de santé publique ayant permis, au xxe siècle, de contrôler – au moins dans les pays industrialisés – les maladies infectieuses, en tant que déterminant majeur de la vie des sociétés. Émergence régulière de nouvelles maladies infectieuses, risque de perte des antibiotiques en raison de la flambée planétaire de la résistance aux agents anti-infectieux, montée de la défiance vaccinale, extension du territoire des insectes vecteurs d’agents infectieux dans le contexte des changements climatiques, tels sont les facteurs de tension. Au-delà de cette vision qui fait de la santé la conséquence d’un combat sans cesse renouvelé et nécessairement victorieux contre les microbes, si un autre facteur de tension était précisément la perte des microbes ? On tend à ignorer à quel point ces derniers sont vitaux dans l’équilibre de la plupart des écosystèmes de la planète : animaux, végétaux, telluriques et océaniques. Les microbes représentent 55 % de la biomasse terrestre et 95 % de sa biodiversité. Ils méritent respect et protection. Or l’appauvrissement de la biodiversité microbienne est un phénomène dont on n’a pas encore pris la mesure et dont on apprécie encore difficilement les possibles effets. Cette leçon de clôture est une sorte d’hommage aux microbes1. Elle analyse le regard que l’homme a porté sur eux depuis qu’il en a découvert l’existence et compris les fonctions principales. Trop frappé d’anthropocentrisme et de crainte des maladies infectieuses, dont les agents étiologiques représentent moins de 1 % de la biodiversité microbienne, l’homme a (trop) vite rêvé d’un monde sans microbes.

Notes

1  Le support accompagnant ce cours est disponible sur le site internet du Collège de France : https://www.college-de-france.fr/media/philippe-sansonetti/UPL5705032301248232129_Lecon_6_Sansonetti_22_01_2020.pdf (consulté le 4 septembre 2020).

© Collège de France, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search