Version classiqueVersion mobile

Ma grande église et ma petite chapelle

 | 
Jean-Luc Fournet

L’École pratique des hautes études, antichambre du Collège de France ?

Cumuler et distribuer les enseignements

Wolf Feuerhahn

Texte intégral

1L’antichambre est un lieu ambigu. Pièce située à l’entrée d’un grand appartement, d’un salon de réception, elle est un passage obligé. Elle est annonciatrice de promesses et seule voie d’accès au salon d’apparat, à la lumière, à la gloire. Y être admis c’est donc être en bon chemin, franchir une étape importante dans une carrière dont l’idéal ressemble fort à une téléologie. Mais l’antichambre n’est précisément qu’un lieu transitoire, provisoire. Y demeurer serait le signe sinon d’un échec, du moins d’une carrière interrompue à laquelle il manquerait son parachèvement.

  • 1 Sur cette question de la transformation du statut du Collège de France au cours des xixe et xxe siè (...)
  • 2 Pour avoir une idée plus précise de cela, il faudrait, au moins, recenser tous les candidats à une (...)

2La métaphore spatiale peut donc surprendre : elle suppose qu’en passant de l’École pratique des hautes études (EPHE) au Collège de France, on passerait de l’ombre à la lumière, de la modestie à l’apparat. Il ne faudrait pas trop insister sur l’image car, indéniablement, ces deux institutions font partie de celles qui, en France, dans leurs domaines respectifs, sont les plus cotées, les plus recherchées. Ombre, lumière ; antichambre, chambre : ces catégories sont relatives, nullement absolues. La métaphore suppose aussi qu’il y aurait une voie royale pour accéder à ce qui, au cours du xixe siècle, est devenu le lieu le plus prestigieux de la science française : le Collège de France1. Elle risque aussi de laisser penser que tous les directeurs d’études à l’EPHE ont à un moment ou à un autre envisagé de se porter candidats à une chaire du Collège de France2.

3L’objectif ici n’est pas normatif, il n’est nullement d’évaluer des institutions de savoirs, mais de tenter de comprendre et d’expliquer comment les acteurs académiques les hiérarchisent, leur attribuent des fonctions distinctes, circulent entre elles et quelles conséquences cela a sur les contenus de savoir eux-mêmes.

  • 3 W. Feuerhahn (dir.), La politique des chaires au Collège de France, op. cit. (http://books.openedit (...)
  • 4 Le travail de repérage préalable à la quantification a bénéficié de l’aide de Jean-Louis Fournet, P (...)

4Cette interrogation sur les rapports entre l’École pratique des hautes études et le Collège de France est née d’une enquête collective sur le découpage des savoirs dans cette dernière institution, du repérage d’un certain nombre de constantes dans les pratiques d’intitulés de chaires et surtout de l’impression que le cumul de chaires au Collège de France et de directions d’études à l’EPHE était une réalité statistique qui dépassait l’anecdote3. Il fallait donc s’efforcer de quantifier le phénomène4 et de répondre à plusieurs questions :

  • À partir de quand et, si possible, comment s’est imposée l’idée qu’une carrière académique française ascensionnelle ne peut fonctionner que dans un sens ? En l’espèce, dans les domaines balisés par l’École pratique des hautes études5, à partir de quand cela devint-il pour tous « évident » qu’une telle carrière ne pouvait commencer par le Collège de France pour finir par l’EPHE ?
  • Jusqu’à quel point et dans quels domaines l’EPHE a-t-elle pu jouer un rôle de « tremplin » pour accéder au Collège de France ?
  • Comment les professeurs qui, pour la plupart, continuaient à cumuler des fonctions dans les deux institutions, ont-ils distribué et réparti leurs enseignements entre la « petite chapelle » et la « Grande Église » pour reprendre l’amusante expression de Gaston Paris reprise pour intituler ce volume6 ? En analysant passages et cumuls entre ces deux institutions, des différences de fonctionnement révélatrices de leurs singularités sont susceptibles d’apparaître7.
  • Il est une question que je ne pourrai pas traiter ici, mais qu’un dépouillement systématique des procès-verbaux des assemblées du Collège de France pourrait permettre d’objectiver : celle de savoir si au sein de l’assemblée des professeurs, les cumulants EPHE-Collège de France agissaient comme un seul homme ?

5Pour répondre à ces questions, je m’inscrirai dans le fil de l’enquête sur la politique des chaires en comparant les intitulés de directions d’études et de chaires des professeurs qui cumulèrent les deux postes. D’un point de vue de méthode, cette enquête souhaite défendre l’idée qu’histoire institutionnelle et histoire des savoirs, histoire quantitative et qualitative méritent d’être articulées.

L’EPHE : une institution longtemps chapeautée par le Collège de France

  • 8 Le décret relatif à la création d’une École pratique des hautes études du 31 juillet 1868 précise d (...)

6La plongée dans les archives peut surprendre. Malgré leurs statuts extra-universitaires, le fait que ces deux institutions soient ouvertes à un public dont il n’est requis aucun grade8 et qu’elles aient de nombreux enseignants en commun, on ne trouve quasiment pas trace de concurrence entre l’EPHE et le Collège de France. Pourtant, lorsque l’EPHE est fondée, le Collège de France est en bien mauvaise posture.

  • 9 W. Feuerhahn, « Le Collège de France et la “liberté de transformation” des chaires. Émergence et pe (...)

7Dès mars 1852, quatre mois après le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte, le Collège de France comme tous les établissements publics d’enseignement, avait vu son fonctionnement étroitement contrôlé par le régime. Le règlement de 1857 entérina ce contrôle politique. Dès lors, « l’assemblée » n’était plus maître en son domaine et l’administrateur ne pouvait plus la réunir quand il le souhaitait9.

  • 10 E. Renan, De la part des peuples sémitiques dans l’histoire de la civilisation, Paris, Michel Lévy (...)
  • 11 J.-P. van Deth, Ernest Renan, Paris, Fayard, 2012, p. 271-313. Sur la Vie de Jésus, voir N. Richard (...)

8Les années 1860 furent marquées par ce fait institutionnel et ses conséquences directes sur les enseignements. L’« affaire Renan » en est sans doute l’effet le plus connu. Le titulaire de la chaire de Langues hébraïque, chaldaïque et syriaque en avait été destitué en juin 1864 suite à sa leçon inaugurale où il avait présenté Jésus comme un « homme incomparable10 » (22 février 1862) et surtout à la publication de la Vie de Jésus en juillet 1863 très vite devenu un best-seller11.

  • 12 Archives du Collège de France, Procès-verbaux des assemblées, 4 AP 154, p. 3 (9 février 1868) (http (...)
  • 13 Archives du Collège de France, Procès-verbaux des assemblées, 4 AP 153, p. 6 (3 mai 1868), idem.
  • 14 L. Alloury, « France. Paris, 13 juin », Journal des débats politiques et littéraires, 14 juin 1864, (...)
  • 15 Archives du Collège de France, Procès-verbaux des assemblées, 4 AP 153, p. 4 (9 février 1868).
  • 16 Archives du Collège de France, 4 AP 154 c-d (brouillon du courrier adressé au ministre de l’Instruc (...)

9Avant la publication des décrets fondateurs de l’EPHE au mois de juillet 1868, depuis le début de cette même année, l’assemblée du Collège de France avait demandé au ministre Duruy le droit de se réunir et de rétablir son règlement plus libéral de 1828. Autorisés à tenir réunion le 9 février 1868, les professeurs lièrent d’emblée la question du règlement à celle de l’attribution de la chaire dont Renan avait été destitué. Son successeur, Salomon Munk, était décédé en février 1867. À en croire le procès-verbal, les professeurs usèrent manifestement d’euphémismes et de périphrases pour aborder ces deux questions. Adolphe Franck « demande s’il n’y aurait pas lieu d’[…] assurer [aux professeurs] des garanties en rapport avec leur situation » (fig. 1)12. Lors de la réunion suivante, le 3 mai 1868, il ajoute : « L’inamovibilité, dit-il, existait de fait, elle n’était pas à la vérité dans la loi, mais un professeur ne pouvait être frappé par un simple décret » (fig. 2)13. C’était là une critique de la destitution de Renan qui était transparente pour l’époque : en effet, c’est par un décret que le 12 juin 1864, Renan avait été destitué, une procédure qu’il contesta, sous pseudonyme, deux jours plus tard dans un article publié dans le Journal des débats14. Parallèlement, s’agissant de l’attribution de la chaire, Michel Bréal fit valoir les droits de « celui qui a occupé la Chaire d’hébreu avant m. Munk15 ». Victor Duruy était aux yeux des partisans de Renan une figure ambivalente car signataire de la destitution de leur héros même si parallèlement il en reprenait les mots d’ordre en vue d’un renouvellement de l’enseignement supérieur français. Dans un courrier qui lui était adressé, les membres de l’Assemblée firent valoir une définition du Collège de France qui tranchait avec celles qui primaient auparavant et reprirent la formule promue par Renan depuis 1856, celle d’une institution de « la science en voie de se faire » et non de « la science faite » (fig. 3)16 :

Cependant Votre Excellence n’ignore pas quel est le rang que le Collège de France a toujours occupé dans le corps enseignant et qui lui appartient en raison même de ses origines et de ses attributions.
Il n’a point comme les facultés pour tâche de préparer la jeunesse aux diverses carrières qui s’ouvrent devant elle, en l’initiant aux connaissances généralement acceptées ou consacrées. Son rôle est purement spéculatif et par conséquent d’un ordre plus élevé. Il est chargé d’ouvrir à la science des voies nouvelles et autant qu’il est en son pouvoir, de la faire avancer, sans autre but que la vérité, sans autre intérêt que l’honneur de l’esprit humain.
Aussi l’histoire du Collège de France se trouve-t-elle, en quelque sorte, confondue avec celle des progrès des connaissances humaines. Dès qu’une science nouvelle, qu’un nouvel ordre de recherche, commence à se faire jour, il est représenté dans notre glorieuse institution, dont Érasme a pu dire (1), que la France est plus heureuse de la posséder que si toute l’Italie était devenue sa conquête.

(1) Dans une lettre adressée à Jacques Toussaint et reproduite dans l’Histoire du Collège de France par Gouget.

Fig. 1 — Extrait du procès-verbal de l’Assemblée des professeurs, 9 février 1868.

Fig. 1 — Extrait du procès-verbal de l’Assemblée des professeurs, 9 février 1868.

Archives du Collège de France, 4 AP 153, p. 3.

Fig. 2 — Extrait du procès-verbal de l’Assemblée des professeurs, 3 mai 1868.

Fig. 2 — Extrait du procès-verbal de l’Assemblée des professeurs, 3 mai 1868.

Archives du Collège de France, 4 AP 153, p. 6.

Fig. 3 — Extrait du courrier adressé au ministre de l’Instruction publique à la suite de l’assemblée du 9 février 1868.

Fig. 3 — Extrait du courrier adressé au ministre de l’Instruction publique à la suite de l’assemblée du 9 février 1868.

Archives du Collège de France, 4 AP 154 c-d.

  • 17 Je remercie Céline Barthonnat de m’avoir rendu attentif à cette réunion.
  • 18 Archives du Collège de France, Procès-verbaux des assemblées, 4 AP 153, p. 20 (15 novembre 1868).
  • 19 Ibid., p. 20-21.
  • 20 Ibid., p. 21.

10Lors de la séance du 15 novembre 186817, alors que l’EPHE avait été fondée quelques mois auparavant et que la question du règlement du Collège de France n’était pas réglée (elle le sera seulement avec le nouveau règlement du 1er février 1873), des craintes furent exprimées. La demande de réception par le ministre semblait à Adolphe Franck « d’autant plus opportune […] qu’il court des bruits de transformation de certaines chaires » ; Alfred Maury, très proche des cercles du pouvoir, confirmait qu’« il est question […] de modifier la constitution de certaines chaires18 » et Joseph-Alfred Serret soulignait « qu’il serait très regrettable de modifier des chaires du Collège de France sans que celui-ci fut consulté19 ». A. Maury se voulait rassurant : « il ne doute pas que le Ministre ne prenne préalablement l’avis du Collège » et précisait « de quelles modifications il est question » : « il s’agit […] de relier l’École pratique des hautes études au Collège de France et à l’École des langues orientales » (fig. 4)20.

Fig. 4 — Extrait du procès-verbal de l’Assemblée des professeurs, 15 novembre 1868.

Fig. 4 — Extrait du procès-verbal de l’Assemblée des professeurs, 15 novembre 1868.

Archives du Collège de France, 4 AP 153, p. 20.

  • 21 E. Renan, « L’instruction supérieure en France. Son histoire et son avenir », Revue des Deux Mondes(...)
  • 22 Pour ces citations, voir : E. Renan, Questions contemporaines, op. cit., p. 80, 84 et 106.
  • 23 Sur la diversité des positions dans ce débat, voir S. Kozlov, « La IVe section de l’EPHE », dans C. (...)
  • 24 E. Renan, « Madame Hortense Cornu », Œuvres complètes, Paris, H. Psichari, 1958, t. II, p. 1120 cit (...)
  • 25 E. Renan, « L’instruction supérieure en France. Son histoire et son avenir », art. cit., p. 106-107
  • 26 Règlement de 1873, article 16.

11Pour comprendre ces craintes et le type de relations qui s’établirent entre le Collège de France et l’EPHE au cours des premières années de l’existence de cette dernière, il faut revenir sur les conditions de sa fondation. Un mois avant d’être destitué de ses fonctions de professeur au Collège de France, Ernest Renan avait publié dans la Revue des Deux Mondes un article sur « L’instruction supérieure en France. Son histoire et son avenir21 ». Il y affirmait que « la révocation de l’Édit de Nantes […] tua les études de critique historique en France » et que, par contraste, « dans les sciences historiques et philologiques », la « supériorité » de l’Allemagne était telle qu’elle rendait « plus de services que tout le reste de l’Europe ensemble ». Pour remédier à cette situation désavantageuse, Renan misait sur le Collège de France qui devait redevenir le lieu de « la science en voie de se faire » tel que pensé par François Ier22. Renan ne fut pas écouté par V. Duruy qui, pour réformer l’enseignement supérieur français, décida de créer une nouvelle institution : l’EPHE23. Renan fera part en 1875 de son dépit face à cette décision : « Placée entre la Sorbonne et notre Collège, votre École sera ce qu’on appelle en architecture en porte-à-faux24. » Le Collège de France ne resta toutefois pas sans rien faire. Dans son article, Renan avait suggéré que pour être une véritable institution de « la science en voie de se faire », les « cadres mêmes du Collège doivent varier sans cesse […], les titres de chaires devraient être pour la plupart mobiles, correspondant à la tâche de chaque jour25 ». Or en 1873, alors que Renan avait été réintégré dans l’institution (novembre 1870), elle fixait dans son nouveau règlement que « lorsqu’il survient une vacance, le ministre, dans le mois qui suit, invite l’assemblée à lui faire connaître les considérations scientifiques qui peuvent justifier le maintien du titre de la chaire ou nécessiter sa transformation26 ».

  • 27 P. Henriet (dir.), L’École pratique des hautes études, op. cit., p. 31.
  • 28 S. Kozlov, « La IVe section de l’EPHE », dans C. Trautmann-Waller (dir.), De la philologie allemand (...)

12Par ailleurs, le Collège de France contrôlait étroitement l’EPHE. Léon Renier, Alfred Maury et Michel Bréal, respectivement titulaires des chaires d’Épigraphie et antiquités romaines, de Grammaire comparée et d’Histoire et morale avaient été associés de près par Duruy à l’établissement de l’EPHE27. La plupart des premiers directeurs d’études et de laboratoires étaient des professeurs du Collège de France. Dans la IIe section enseignaient Antoine-Jérôme Balard et Marcellin Berthelot ; dans la IIIe, Claude Bernard et Louis Ranvier ; dans la quatrième : Michel Bréal, Charles Defrémery, Alfred Maury, Gaston Paris, Léon Renier, Emmanuel de Rougé et dès son élection en 1869 Gaston Boissier. S’agissant de la IVe section, S. Kozlov résume la part des enseignants du Collège de France entre 1869 et 1908 ainsi : en 1869 « ce taux atteint 40 %. Il va baisser peu à peu ensuite, pour atteindre 11 % en 1884-1885. L’année suivante il monte jusqu’à 16 %. Il reste à ce niveau pendant sept ans. En 1892-1893, il bondit jusqu’à 32 % ; il va ensuite atteindre 40 % en 1905-1906 et 45 % en 1907-190828 ».

  • 29 P. Henriet (dir.), L’École pratique des hautes études, op. cit., p. 78. Une présidence de l’EPHE fu (...)
  • 30 Gabriel Monod exerçait comme directeur d’études d’Histoire à la IVe section entre 1868 et 1911. En (...)
  • 31 Sur la fondation de la Ve section, voir : P. Cabanel, « La création de la section des sciences reli (...)

13Le contrôle opéré par le Collège de France se manifeste aussi par les présidences des sections, véritables postes-clés en l’absence d’une présidence de l’EPHE29 : entre 1868 et 1907, les deux premiers présidents de la IIe section furent des professeurs du Collège de France (Antoine-Jérôme Balard [1868-1875] ; Marcellin Berthelot [1876-1907]) puis après une interruption de dix ans, c’est à nouveau un professeur du Collège de France, Marcel Brillouin qui occupa cette fonction (1921-1928). Le contrôle de la IVe section était encore plus net : pendant près d’un siècle, entre 1868 et 1961, à l’exception de Gabriel Monod qui n’était « que » chargé de cours au Collège de France (1905-1911)30 et qui présida la IVe section entre 1895 et 1912, tous ses présidents furent des professeurs au Collège de France (Léon Renier [1868-1885], Gaston Paris [1885-1895], Louis Havet [1912-1925], Antoine Meillet [1925-1936], Mario Roques [1936-1961]). Au sein de la IIIe section, c’est plus tardivement, entre 1935 et 1976, que des professeurs du Collège de France exercèrent cette fonction (Henri Piéron [1935-1951], Alfred Fessard [1951-1967], Bernard Halpern [1967-1976]). Lorsqu’en 1886, la Ve section des sciences religieuses fut créée, c’est un professeur du Collège de France, Albert Réville, qui en prit la direction et l’occupa jusqu’en 190631. Ce sera par la suite encore le cas entre 1923 et 1940 (Sylvain Lévi [1923-1935], Alexandre Moret [1935-1938], Marcel Mauss [1938-1940]) puis entre 1951 et 1962 (Henri-Charles Puech). Lorsque soixante ans plus tard, la VIe section fut créée, ce furent les professeurs Lucien Febvre puis Fernand Braudel qui en occupèrent la direction (1947-1972). Par ailleurs, quatre professeurs cumulant des fonctions à l’EPHE ont exercé le rôle d’administrateur du Collège de France : trois enseignaient dans la IVe section : Gaston Boissier (1892-1894), Gaston Paris (1894-1903) et Edmond Faral (1937-1955) et un quatrième en IIIe section : Étienne Wolff (1966-1974). Gaston Paris enchaîna donc les deux postes de président de la IVe section et d’administrateur du Collège de France.

  • 32 Décret relatif à la création d’une École pratique des hautes études du 31 juillet 1868, article 1er(...)

14À ce contrôle s’ajoute une division du travail. Le décret de création de l’EPHE spécifiait d’emblée : « Il est fondé à Paris, auprès des établissements scientifiques qui relèvent du ministère de l’Instruction publique, une École pratique des hautes études, ayant pour but de placer à côté de l’enseignement théorique les exercices qui peuvent le fortifier et l’étendre32. »

15Théorique versus pratique : tel est le partage affiché. Les productions attendues des étudiants concrétisent cet objectif :

  • 33 Ibid., article 5.

[…] fournir des travaux écrits sur des sujets déterminés et des analyses d’ouvrages de science ou d’érudition publiés en France ou à l’étranger ; effectuer sur des sujets déterminés des recherches dans les bibliothèques et les musées et d’en produire les résultats par écrit ; les élèves de la section d’histoire naturelle et de physiologie prennent part aux excursions scientifiques dirigées par les professeurs ; ceux des sections de mathématiques, de physique et de chimie, aux visites des usines renommées par leur outillage mécanique ou par leurs procédés de fabrication33.

  • 34 Ibid., article 1er.
  • 35 Mélanges publiés par la section historique et philologiques de l’École des hautes études pour le di (...)

16Ainsi loin de remettre en cause l’enseignement théorique des établissements scientifiques déjà existants, l’EPHE est chargée de donner aux étudiants « les exercices qui peuvent le fortifier et l’étendre34 ». Lorsqu’en 1878, la IVe section de l’EPHE fête ses dix ans, les Mélanges publiés à cette occasion résument la « pensée de M. Duruy » relative à cette nouvelle institution de la façon suivante : « Elle devait être dans un rapport étroit avec l’enseignement de la Sorbonne et du Collège de France, et en compléter les cours par des conférences où les étudiants, sous la direction de répétiteurs, prendraient la parole, auxquelles ils apporteraient des travaux conçus d’après un plan commun et soumis à la critique de tous35. »

  • 36 Ibid., p. vii.

17Fortifier, étendre, compléter : voici la fonction explicite de l’EPHE dans un paysage français de l’enseignement supérieur parisien déjà très complexe. Quoique la concurrence entre institutions n’était pas affichée, les mêmes Mélanges rappellent néanmoins qu’en 1873, à l’Exposition universelle de Vienne, le « seul [diplôme d’honneur de l’enseignement supérieur] qui ait été décerné à un établissement scientifique français36 » le fut pour l’EPHE.

De l’EPHE au Collège de France : téléologie des carrières académiques françaises

18La hiérarchie entre les deux institutions semble donc s’être très vite imposée. Mais il reste à voir les étapes qui ont conduit à la cristallisation d’un parcours-type de l’excellence académique française.

  • 37 Il serait très important qu’une étude soit consacrée à la question de la part des femmes parmi les (...)
  • 38 Voir le tableau récapitulatif à la fin de cet article et la colonne « Commentaire ».
  • 39 L’investissement de Gaston Paris dans les enseignements de l’EPHE est d’autant plus notable qu’il n (...)
  • 40 Pour les cas de Chavannes et Pelliot, voir la contribution d’Alain Thote dans ce volume.

19Sur les 125 professeurs du Collège de France ayant exercé à l’EPHE – 124 hommes et une seule femme (Françoise Héritier)37 –, on en dénombre 21 seulement (soit 16,8 %) qui ont d’abord été élus au Collège de France avant d’exercer à l’EPHE38. Sur ces 21 professeurs, 7 avaient été élus au Collège de France avant 1868 et la création de l’EPHE. Antoine-Jérôme Balard, Claude Bernard, Marcellin Berthelot, Michel Bréal, Alfred Maury, Léon Renier et Emmanuel de Rougé ont fait partie de ces professeurs qui se sont d’emblée engagés dans la mise en place de l’EPHE. À ce premier groupe on peut ajouter quatre professeurs ayant obtenu leurs postes dans les années qui ont tout juste suivi la création de l’EPHE (Charles Defrémery [1871], Gustave Oppert [1874], Gaston Paris [187239], Louis Ranvier [1875]) ainsi qu’Albert Réville car son élection au Collège de France en 1880 sur une chaire d’Histoire des religions précédait la création de la Ve section des sciences religieuses en 1886. Les 9 autres (Chavannes [1893], Clermont-Ganneau [1890], Febvre [1933], Fossey [1906], Grenier [1936], Loisy [1909], H. Maspero [1919], Massignon [1926], Monceaux [1907], Pelliot [1911]) l’ont été plus tard pour des raisons à chaque fois très circonstancielles qu’on ne peut détailler ici40. En tout cas, après les élections de Lucien Febvre et Henri Maspero à la Ve section en 1943, cela ne se reproduisit plus. Si les premières carrières commençant à l’EPHE pour finir au Collège de France peuvent être observées dès les années 1880 (Guyard : EPHE [1872], Collège de France [1884] ; James Darmesteter : EPHE [1877], Collège de France [1885] ; Louis Havet : EPHE [1872], Collège de France [1885]), depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’ordre est toujours le même : quand les professeurs ont un lien avec l’EPHE, leur direction d’études a toujours précédé leur élection au Collège de France.

  • 41 Voir le tableau récapitulatif à la fin de cet article, colonne « Commentaire ». Dans cet article, n (...)
  • 42 Il est un autre cumul, mais qui concerne beaucoup moins de professeurs, c’est celui de l’École supé (...)

20Si l’on regarde les 104 professeurs dans ce cas, une caractéristique domine : celle du cumul41. Elle concerne 77 professeurs, soit 74 % du total. Si on inclut, les 21 professeurs d’abord élus au Collège de France, on arrive à 97 professeurs cumulants sur 125 soit 77,6 %. Alors que les professeurs qui viennent d’universités ou même de grands organismes de recherche après 1945 renoncent à leur poste antérieur42, les directeurs d’études ou de laboratoire de l’EPHE comme, plus tard, de l’EHESS conservent très souvent un enseignement dans leur institution d’origine. L’absence de collation de grades au Collège de France n’y est peut-être pas pour rien. Il s’agit, sans doute, pour beaucoup de maintenir la possibilité de diriger des thèses de doctorat. Mais la question se posait aussi pour les anciens universitaires. Ce n’est donc certainement pas la seule explication de cette pratique du cumul.

21Y eut-il une variation de cette pratique dans le temps ?

22À en croire, les statistiques par dizaine d’années proposées ci-après, cela ne semble pas avoir été le cas :

Tableau 1 — Variation chronologique du poids des cumulants EPHE-Collège de France par rapport aux enseignants de l’EPHE élus au Collège de France

Période considérée Nombre d’enseignants de l’EPHE élus au Collège de France Nombre de cumulants parmi eux Pourcentages
1869-1878 6 5 83,33 %
1879-1888 4 4 100 %
1889-1898 4 4 100 %
1899-1908 7 6 85,71 %
1909-1918 0 0 0 %
1919-1928 11 11 100 %
1929-1938 13 13 100 %
1939-1948 9 9 100 %
1949-1958 12 12 100 %
1959-1968 7 7 100 %
1969-1978 7 5 71,42 %
1979-1988 7 7 100 %
1989-1998 7 4 57,14 %
1999-2008 6 5 83,33 %

L’EPHE : un « tremplin » vers le Collège de France ?

23Venons-en à la deuxième question posée en introduction : le passage par l’EPHE constitue-t-il un bon « tremplin » pour accéder au Collège de France et le cas échéant dans quels domaines ?

24Pour répondre correctement à cette question, il faudrait retrouver l’établissement d’enseignement d’origine de tous les professeurs élus ou ayant échoué depuis 1868 ainsi que tenir compte du nombre de candidatures des professeurs élus issus de l’EPHE. Outre cela, il faudrait lire l’ensemble des discussions des assemblées et pondérer le poids de l’établissement d’origine dans la décision par rapport à d’autres facteurs possibles. On pourrait ainsi espérer avoir une mesure de l’espérance d’être élu. Faute d’un tel travail qui nécessiterait d’être réalisé à plusieurs, je vais néanmoins proposer quelques données quantitatives, dont j’espère qu’elles pourront sembler éclairantes. Pour ce faire, je me suis basé sur l’édition de 2016 de la « liste des professeurs depuis la fondation du Collège de France en 1530 ».

  • 43 Ne sont comptés comme directeurs d’études à l’EHESS que ceux qui ont été élus à partir de 1976 (à m (...)

25Il faut commencer par donner les résultats du dénombrement opéré, synthétisé dans l’annexe 1. J’ai repéré 125 professeurs du Collège de France ayant exercé dans au moins l’une des six sections de l’EPHE et après 1975 à l’EHESS43.

Tableau 2 — Répartition des professeurs du Collège de France ayant enseigné à l’EPHE en fonction de leurs sections d’appartenance à l’EPHE (valeurs absolues)

Institution concernée et période concernée Nombre de professeurs du Collège de France y ayant enseigné
Ire section (mathématiques) – période : 1868-1986 0
IIe section (physique-chimie) – période : 1868-1986 3 (Balard, Berthelot, Brillouin)
IIIe section (sciences naturelles) – période : 1868-2016 14 (Benoit, Bernard, Courrier, Fauré-Frémiet, Fessard, Halpern, Jolly, Lacassagne, Mayer, Piéron, Ranvier, Roche, Wallon, Wolff)
IVe section (sciences historiques et philologiques) – période : 1868-2016 68 (dont Guillaumont, Lévi, Moret, Braudel qui cumulèrent des directions d’études dans plusieurs sections)
Ve section (sciences religieuses) – période : 1886-2016 24 (sans Guillaumont, Lévi, Moret, Vernant à la Ve section seulement dans un second temps)
Cumulants IVe et Ve sections 3 (Guillaumont, Lévi, Moret)
VIe section (sciences économiques et sociales) – période : 1947-1975 8 (Barthes, Bernot, Berque, Bourdieu, Delumeau, Gernet, Le Roy Ladurie, Vernant sans Braudel, Febvre, Lévi-Strauss cumulants mais d’abord à la Ve)
Cumulants IVe et VIe sections – période : 1868-1975 1 (Braudel)
Cumulants Ve et VIe sections – période : 1886-1975 3 (Febvre, Lévi-Strauss, Vernant)
EHESS – période : 1976-2016 8 (Chartier, Descola, Guesnerie, Guilaine, Héritier, Rosanvallon, Wachtel, Will)
  • 44 Ceux qui appartenaient à plusieurs sections de l’EPHE sont comptabilisés dans la Ire section dont i (...)

26Pour raisonner en termes de pourcentages, il faut ne considérer que les professeurs élus au Collège de France entre 1869 et 2012 (date de la dernière édition du « tableau des chaires depuis 1800 » longtemps publié en annexe à l’Annuaire du Collège de France), et il faut soustraire à ces 125 professeurs 5 professeurs élus depuis 2013 : D. Charpin (2014) IVe section ; F. Déroche (2015) IVe section ; J.-L. Fournet (2015) IVe section ; F. Grenet (2013) Ve section ; A. de Libera (2013) Ve section. Il faut également ne pas prendre en compte les professeurs élus avant 1869 : A.-J. Balard (1851) IIe section ; C. Bernard (1855) IIIe section ; E. de Rougé (1860) IVe section ; L. Renier (1861) IVe section ; A. Maury (1862) IVe section ; M. Berthelot (1865) IIe section ; M. Bréal (1866) IVe section. Si l’on soustrait ces 12 individus à notre total, nous arrivons à une population de 113 professeurs. Or, si l’on se réfère à ce même tableau des chaires depuis 1800, on dénombre que 368 professeurs ont été élus au Collège de France entre 1869 et 2012. Notre population correspond donc à 30,70 %. Si l’on distingue par sections44, on obtient les résultats suivants :

Tableau 3 — Répartition des professeurs du Collège de France ayant enseigné à l’EPHE en fonction de leurs sections d’appartenance à l’EPHE (valeurs absolues et pourcentages)

Institution concernée Nombre de professeurs du Collège de France y ayant enseigné entre 1869 et 2012 et pourcentage par rapport au nombre total de professeurs élus dans la période
Ire section (mathématiques) – période : 1868-1986 0 (0 %)
IIe section (physique-chimie) – période : 1868-1986 1 (0,27 %)
IIIe section (sciences naturelles) – période : 1868-2012 13 (3,53 %)
IVe section (sciences historiques et philologiques) – période : 1868-2012 60 (16,30 %)
Ve section (sciences religieuses) – période : 1886-2012 22 (5,97 %)
VIe section (sciences économiques et sociales) – période : 1947-1975 8 (2,17 %)
EHESS – période : 1976-2012 8 (2,17 %)

27Ces pourcentages doivent toutefois être encore pondérés par le fait que si l’EPHE regroupait autant des sections relevant de ce que dans les facultés on nommait « sciences » et « lettres », les premières ont fourni nettement moins de professeurs au Collège de France.

  • 45 Ce résultat doit toutefois être nuancé étant donné les lacunes en termes de sources. Pour les trois (...)
  • 46 Y. Renisio, « Le crédit des chaires », dans W. Feuerhahn (dir.), La politique des chaires au Collèg (...)
  • 47 J. Carroy, A. Ohayon, R. Plas, « Usages, extensions et masques de l’intitulé “psychologie” au Collè (...)
  • 48 4 AP 409 (15 novembre 1922) : « Cette occasion aurait, en outre, l’avantage de rattacher au Collège (...)

28On ne compte que 14 professeurs du Collège de France ayant enseigné ou enseignant en parallèle dans les trois premières sections de l’EPHE45. Elles ont toutefois pu, à l’occasion, servir de tremplins à quelques carrières, notamment via la direction de laboratoires. Les laboratoires comme les bibliothèques sont devenus un marqueur de qualité scientifique au tournant des xixe et xxe siècles. Comme l’a montré Y. Renisio, au Collège de France, l’investissement dans ce type de structures lourdes et qui se veulent pérennes a eu un impact sur les procédures d’élection et souvent favorisé une reconduction d’intitulés ou au moins de domaines de recherches46. C’est très net dans le cas d’Henri Piéron, maître de conférences à la IIIe section de l’EPHE depuis 1907. J. Carroy, A. Ohayon et R. Plas47 ont étudié les rapports de présentation rédigés par Pierre Janet pour soutenir les différentes candidatures d’H. Piéron au Collège de France48. Or ils mentionnaient implicitement le fait que l’élection de celui qui dirigeait depuis 1912 le laboratoire de psychologie physiologique permettrait au Collège de France de posséder un laboratoire psychologique :

  • 49 4 AP 412 (15 avril 1923).

L’étude de la psychologie expérimentale s’est développée et compliquée depuis quelques années et elle s’est subdivisée. Quand la chaire de psychologie expérimentale et comparée que j’ai l’honneur d’occuper a été fondée pour M. Ribot, un laboratoire indispensable lui était assuré et il fut placé à l’École des Htes Études. M. Binet qui en était le directeur s’est rendu indépendant de la chaire du Collège de France et, après sa mort, je n’ai pas pu obtenir le rattachement de ce laboratoire au Collège. Comme mon laboratoire était à la Salpêtrière […] mon enseignement s’est orienté vers l’étude des fonctions psychologiques supérieures et le titre de psychologie comparée a été surtout compris dans le sens de psychologie pathologique49.

29Diriger un laboratoire a sans doute aidé à l’élection d’Henri Piéron qui s’investira à partir de 1925 dans l’administration des trois sections scientifiques de l’EPHE et deviendra, en 1935, président de la IIIe section des sciences naturelles.

Les IVe et Ve sections : des situations contrastées

  • 50 Sur ces questions, voir : W. Feuerhahn, « L’atelier des intitulés du Collège de France », dans W. F (...)
  • 51 L’élection de T. Ribot en 1888 constitua l’un des cas les plus conflictuels : W. Feuerhahn, « De la (...)
  • 52 Je profite de cette note pour remercier très chaleureusement Yann Renisio de m’avoir transmis son t (...)
  • 53 Y. Renisio, « Le crédit des chaires », dans W. Feuerhahn (dir.), La politique des chaires au Collèg (...)

30Pour avoir une représentation de leur importance relative dans le recrutement au Collège de France, il faut prendre en compte la spécificité du partage et de la distribution des savoirs et des enseignements promus par cette institution. En effet, à la différence de l’Université napoléonienne, il n’a jamais été structuré explicitement à l’aide de l’opposition entre sciences et lettres50. Par contre, avec la prise du pouvoir de Louis Napoléon Bonaparte, le décret du 9 mars 1852 imposait que, pour chaque chaire ouverte, les deux candidats retenus par le Collège ne soient pas les seuls en lice, mais que l’Académie dont relevait la chaire propose également deux noms et que le président de la République puisse en proposer un. Dans les faits, ni l’Institut ni le président n’useront de leur droit de nommer des candidats, mais l’Institut discutera désormais – et ce jusqu’à nos jours – des choix effectués par le Collège51. Pour ce faire, chaque chaire était rattachée à l’une des cinq Académies (française, des inscriptions et belles lettres, des sciences, des sciences morales et politiques, des beaux-arts) sans que pour autant les professeurs soient nécessairement « membres » de ces Académies. À partir de 1852 et sur ordre de l’empereur, c’est donc l’organisation des Académies qui fournit les méta-catégories organisatrices des savoirs au Collège de France. Or grâce au travail de Yann Renisio, nous possédons un recensement du nombre de chaires par Académie « votées » entre 1832 et 193952. Dans l’ensemble, Yann Renisio a fait apparaître que sur les soixante-dix ans qui séparent 1870 de 1940, « le taux de chaires “scientifiques” passe de 30 % à 35 %, celui des chaires d’inscriptions de 50 à 40 % et celui des trois autres de 19 à 25 %53 ». Étant donné que l’EPHE ne se constitue pas avant la fin des années 1860, si nous considérons les chaires pour lesquelles un professeur a été élu au Collège de France entre 1869 et 1938 (69 années), on dénombre 156 intitulés de chaires. Ces intitulés relevaient des académies suivantes :

Tableau 4 — Répartition par académie des 156 intitulés votés au Collège de France entre 1869 et 1938

Académie de référence de l’intitulé de chaire Nombre d’intitulés (Total : 156) Pourcentage
Académie des inscriptions et belles-lettres 68 43,58 %
Académie des sciences morales et politiques 30 19,23 %
Académie des sciences 48 30,76 %
Académie des beaux-arts 6 3,84 %
Académie française 4 2,56 %
  • 54 Voir notre annexe 2 qui met ces derniers en italiques. Ces recensements méritent d’être considérés (...)

31Sur les 156 intitulés maintenus ou créés au cours de cette période, 48 ont été occupés par des professeurs ayant exercé, continuant à exercer ou qui exerceront à l’EPHE, soit 30,76 % (annexe 2). Afin de mesurer plus finement, le poids du parcours antérieur sur l’élection au Collège de France, il serait bien sûr indispensable de considérer les dossiers de chacun des professeurs concernés et de mettre en évidence la variété des facteurs en jeu. Mais on peut déjà avoir une idée plus précise du poids des candidats qui enseignaient à l’EPHE parmi les professeurs du Collège de France et de l’impact éventuel, parmi d’autres facteurs, de leur appartenance à l’EPHE, si on soustrait ceux qui n’entreront à l’EPHE qu’après avoir été élus au Collège de France54. Ils se répartissent comme suit selon trois Académies :

Tableau 5 — Répartition des 33 intitulés de professeurs du Collège de France ayant enseigné ou continuant à enseigner à l’EPHE entre 1869 et 1938

Académie de référence de l’intitulé de chaire Nombre de chaires du Collège de France occupées par des professeurs ayant enseigné et, pour certains, continuant à enseigner à l’EPHE (Total : 33) Pourcentage par rapport au total des professeurs Collège de France-EPHE (48) Pourcentage par rapport au nombre d’intitulés relevant des Académies respectives
Académie des inscriptions et belles-lettres 25 52,08 % 36,76 %
Académie des sciences morales et politiques 3 6,25 % 10 %
Académie des sciences 7 14,58 % 14,58 %
  • 55 On passe de 34 à 25 professeurs considérés.
  • 56 On passe de 7 à 3 professeurs considérés (Wallon, Mauss, Gilson). Pour l’Académie des sciences, on (...)

32La différence entre les groupes de chaires est loin d’être anecdotique. Alors que l’entrée à l’EPHE est plus souvent antérieure à l’élection au Collège de France dans le cas des chaires de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (AIBL), c’est très majoritairement l’inverse dans le cas des chaires de l’Académie des sciences morales et politiques (ASMP) : les professeurs accèdent à une direction d’études après avoir été élus au Collège de France. Les professeurs élus à l’EPHE après leur entrée au Collège de France représentent 26 % de ceux qui dépendent de l’AIBL55 alors qu’ils constituent 57,14 % de ceux qui relèvent de l’ASMP56.

33La répartition n’est donc pas égale. Les professeurs enseignant ou ayant aussi enseigné à l’EPHE dont les chaires dépendent de l’AIBL représentent 36,76 % des 68 intitulés AIBL votés dans la période, alors que ceux dont les chaires dépendent de l’ASMP ne représentent que 10 % des 30 intitulés ASMP votés entre 1869 et 1938. Quant aux professeurs dont les chaires sont rattachées à l’Académie des sciences, ils représentent 14,58 % des 48 intitulés relevant de l’Académie des sciences votés entre 1869 et 1938.

  • 57 Les autres provenances, quand elles ont pu être établies (bibliothèques, enseignement secondaire, É (...)

34Si l’on cherche à identifier un lien particulier entre l’EPHE et le Collège de France, il faut donc considérer ce groupe particulier de chaires qui relèvent de l’AIBL. Manifestement, l’EPHE est l’institution la plus grande pourvoyeuse de professeurs pour les intitulés relevant de l’AIBL. Par rapport à cette population de 25 professeurs issus de l’EPHE, ils ne sont que 5 à venir de l’École normale supérieure (7,35 %), 5 des facultés de province (7,35 %) et 4 de la Sorbonne (5,88 %). Enfin 3 viennent de l’École des langues orientales (4,41 %)57.

35À cela s’ajoute que cette part est globalement croissante dans le temps :

Tableau 6 — Pourcentage des professeurs du Collège de France ayant ou continuant à enseigner à l’EPHE dont les chaires relèvent de l’AIBL par rapport au nombre d’intitulés AIBL votés par dizaine d’années (période : 1869-1938)

Période considérée Nombre de professeurs enseignant ou ayant enseigné à l’EPHE élus au Collège de France Nombre de professeurs élus au Collège de France dont les chaires relèvent de l’AIBL Pourcentages
1869-1878 2 EPHE 13 AIBL 15,38 %
1879-1888 3 EPHE 9 AIBL 33,33 %
1889-1898 2 EPHE 8 AIBL 25 %
1899-1908 4 EPHE 9 AIBL 44,44 %
1909-1918 0 EPHE 4 AIBL 0 %
1919-1928 5 EPHE 12 AIBL 41,66 %
1929-1938 8 EPHE 12 AIBL 66,66 %
  • 58 Tous deux relèvent de la Ve section de l’EPHE.
  • 59 A. Compagnon, P. Corvol, J. Scheid et C. Surprenant (dir.), Le Collège de France. Cinq siècles de l (...)
  • 60 Voir P. Rabault-Feuerhahn, « Un lieu pour le sanskrit. La chaire du Collège de France et le paysage (...)
  • 61 Voir D. T. McGetchin, « Wilting florists: The turbulent early decades of the Société Asiatique, 182 (...)

36Se cristallise de plus en plus un parcours type du professeur au Collège de France dont le titre relève de l’AIBL : dans les années 1930, il vient pour les deux tiers de l’EPHE. Par ailleurs, si l’on se réfère à notre annexe 2, il apparaît qu’ils sont tous issus, à l’exception de deux d’entre eux (Fossey et Millet58), de la IVe section de l’EPHE (23 sur 25 soit 92 %). C’est entre cette section des sciences historiques et philologiques, dont on a vu qu’elle avait été présidée de façon quasiment continue jusqu’aux années 1960 par un professeur du Collège de France et le Collège de France lui-même qu’une relation étroite s’est visiblement constituée. Si, dans la période considérée, il exista une « antichambre » du Collège de France, elle est à chercher du côté de cette section. Ceci peut s’expliquer par le poids des « sciences philologiques et historiques » au Collège de France depuis le xixe siècle. L’importance accordée aux langues est bien évidemment une marque de fabrique plus ancienne qui remonte à la fondation du Collège comme un Collège de langues : en 1530, parmi les six premiers lecteurs royaux, deux d’entre eux enseignaient des cours de grec, trois s’occupaient d’hébreu, un seul était chargé des mathématiques59. Mais plusieurs phénomènes eurent lieu au xixe siècle qui renforcèrent ce profil. Le spectre des langues enseignées s’est étendu à partir de la fin du xviiie siècle et surtout du début du xixe siècle avec l’entrée du sanscrit et du chinois60. En outre, la norme philologique de l’analyse des textes s’est peu à peu imposée dans le cadre d’une concurrence avec les universités allemandes. Ceci ne se fit pas sans controverses internes au Collège de France. C’est très net dans le cas des études orientales où Jean-Pierre Abel-Remusat, professeur de Langues et littératures chinoise et tartare-mandchoue s’affronta à Antoine-Léonard de Chézy, professeur de langue et littérature sanscrites et à Antoine-Isaac Silvestre de Sacy, professeur de Persan, pour faire valoir les valeurs de l’érudition philologique contre les ornements des adaptations littéraires61. L’élection d’un proche d’Abel-Remusat, Eugène Burnouf, pour succéder à Chézy et enseigner les langue et littérature sanscrites fut considérée comme une première victoire des philologues sur les littérateurs qu’on nommait « fleuristes ». Il fallut toutefois d’autres événements pour que l’idéal philologique prenne davantage pied dans l’institution.

  • 62 Voir la nécrologie d’Eugène Burnouf par Renan publiée dans Le moniteur universel (1852) et reprise (...)
  • 63 W. Feuerhahn, « Partages politiques des savoirs », dans D. Pestre (dir.), Histoire des sciences et (...)
  • 64 P. Rabault-Feuerhahn, « Ernest Renans “Laboratorium der Philologie”. Rassenbegriff und liberaler An (...)
  • 65 E. Renan, « L’instruction supérieure en France », art. cit., p. 73-95 ; repris dans E. Renan, Quest (...)
  • 66 P. Henriet, « La section des sciences historiques et philologiques : construction d’une identité », (...)
  • 67 Il s’agit de la transformation de la chaire d’Archéologie occupée par des égyptologues depuis sa cr (...)
  • 68 Léon Renier, Épigraphie et antiquités romaines.
  • 69 A. Collinot, « Les intitulés “père & fils” ou la question de l’hérédité des chaires », dans W. Feue (...)

37Ernest Renan, qui se revendiquait disciple d’Eugène Burnouf62, eut un rôle crucial en la matière. Dans la France des années 1860, il est l’un de ceux qui critiqua l’opposition entre « sciences » et « lettres » organisatrice du monde académique français depuis Napoléon63. Il milita pour le développement d’une étude savante des faits littéraires, religieux et historiques64. Afin d’affirmer que celle-ci n’était pas moins rigoureuse, il se fit, dès 1864, le promoteur d’une généralisation de l’usage du terme science et d’une nouvelle distinction entre « sciences physiques et mathématiques » et « sciences historiques et philologiques65 ». Comme l’a montré Patrick Henriet, l’usage par Renan du dernier syntagme, adaptation de classifications allemandes contemporaines (Philologisch-historische Klasse), a très vraisemblablement constitué la référence des fondateurs de la IVe section lorsqu’ils ont choisi leur titre66. Retrouvant sa chaire au Collège de France en 1870, puis administrateur de cette institution entre 1883 et 1892, Renan a beaucoup œuvré en faveur de la « scientifisation » des études littéraires et historiques en son sein. Ces mesures furent très clairement accélérées par la création de la IVe section de l’EPHE. L’histoire des intitulés de chaires en témoigne. Certes le premier intitulé incluant le mot philologie est antérieur, il date de 186067, celui usant d’épigraphie de 186168. Toutefois, il est porté par des professeurs (Emmanuel de Rougé et Léon Renier) qui s’impliqueront tout de suite dans les enseignements de la IVe section. Mais surtout, les autres intitulés usant de ces termes sont postérieurs à la création de l’EPHE. C’est Gaston Boissier, directeur d’études à la IVe section et professeur au Collège de France, qui propose à ses collègues, lors de l’assemblée du 18 janvier 1885 à la fois la transformation de la chaire d’Éloquence latine en chaire de Philologie latine et la sienne de Poésie latine en Histoire de la littérature latine69. Le doublon « Épigraphie et antiquités » est répété pour différents espaces culturels : après « Épigraphie et antiquités romaines » (Renier [1861-1885]), on trouve « Épigraphie et antiquités grecques » (Foucart [1877-1926]), « Épigraphie et antiquités sémitiques » (Clermont-Ganneau [1890-1923]). Il en va de même pour l’intitulé « Philologie et archéologie égyptiennes » (Rougé [1860-1874] puis G. Maspero [1847-1916]) qui est repris pour « Philologie et archéologie assyriennes » (Oppert [1874-1905] puis Fossey [1906-1939]). Dans ces années, à l’exception de Foucart, tous ces professeurs enseignent aussi à l’EPHE.

  • 70 L. Havet, Leçon d’ouverture faite le 7 décembre 1882 Collège de France, Chaire d’éloquence latine, (...)

38De manière générale, la lecture des archives de ces premières années de la IVe section donne l’impression que, bien que sous contrôle du Collège de France, elle est un aiguillon pour lui. Lorsqu’en 1882, Louis Havet, alors directeur d’études de « Philologie latine » à l’EPHE remplace d’abord momentanément son père, Ernest Havet, à la chaire d’Éloquence latine du Collège de France, il présente la IVe section comme un « petit Collège de France70 ».

  • 71 Jusqu’en 1880, la préparation à l’agrégation n’existe qu’à l’École normale supérieure. À partir de (...)
  • 72 W. Feuerhahn, « Le Collège de France et “liberté de transformation” des chaires », dans W. Feuerhah (...)

39On ne trouve pas trace de déclaration de politique intellectuelle du Collège de France en matière d’érudition ou de langues rares, mais de facto, les décisions successives des administrateurs et assemblées des professeurs ont conservé, via l’AIBL, aux disciplines érudites le premier rang parmi les groupes de chaires du Collège de France (43,58 % des intitulés votés entre 1869 et 1938 – cf. tableau 4). Ainsi le Collège de France acquit-il un profil singulier premièrement face à la Sorbonne astreinte à la préparation de l’agrégation dans des disciplines moins ésotériques71, mais qui néanmoins affirmait son statut d’université de recherche et devenait donc aussi une menace72, et deuxièmement face à la IVe section de l’EPHE. Elle était alors en France l’une des seules institutions à enseigner ces domaines de l’érudition. Les directeurs d’études à l’EPHE se retrouvaient donc bien souvent sans réelle concurrence sinon leurs collègues directs pour briguer des chaires d’érudition au Collège de France.

*

  • 73 Fossey, Millet, Mauss, Gilson.

40Par contraste, comme on l’a vu, la Ve section était nettement moins représentée sur la même période : 30 professeurs élus relevaient de l’Académie des sciences morales et politiques (soit 19,1 % de l’ensemble des professeurs élus au cours de la période), parmi eux, on ne compte que 4 professeurs ayant exercé à l’EPHE avant leur élection au Collège de France73. Il faut dire qu’à l’époque, les spécialistes des matières juridiques, économiques, géographiques ou philosophiques (pour donner une idée du spectre des domaines couverts par les chaires ASMP) avaient davantage de débouchés académiques au sortir de leurs doctorats y compris au sein des facultés. Pour les directeurs d’études à la Ve section, la concurrence était donc plus rude lorsqu’une élection était organisée au Collège de France.

  • 74 L’homogénéisation des intitulés « Langue et littérature… » à partir de 1885 sur laquelle nous revie (...)
  • 75 B. R. Faraco, « Les durkheimiens et le Collège de France (1897-1918) », Revue européenne des scienc (...)
  • 76 Ibid., p. 210-211 ; P. Besnard, « Durkheim, les durkheimiens et le Collège de France », Études durk (...)

41À cela s’ajoute que le nombre global de chaires au Collège de France étant restreint (une quarantaine à la fin du xixe siècle), il n’y a pas, comme à l’EPHE, de doublets avec d’un côté des professeurs de langue et de l’autre des spécialistes des religions de ces mêmes espaces linguistiques. C’est soit l’un soit l’autre. Ainsi lorsqu’un philologue de la IVe section spécialiste d’une aire linguistique était élu, il bloquait quasiment toute possibilité à un collègue spécialiste des religions du même espace d’être élu74. Une étude comparée des situations contrastées rencontrées par les professeurs appartenant à la IVe et à la Ve section lors de leurs candidatures au Collège de France permettrait de tester ces hypothèses. Faute d’un tel travail, on peut, dans l’immédiat et à titre simplement indicatif, considérer le cas de ceux qui étaient perçus comme des « durkheimiens ». Antoine Meillet, de la IVe section, ne rencontra aucun adversaire et fut élu à l’unanimité en 1905 sur le domaine très technique de la « grammaire comparée » relevant de l’AIBL. Son affiliation à l’école sociologique ne fit l’objet d’un débat qu’après son élection75. Lors de ses deux premières candidatures en 1907 puis 1909 à des chaires d’Histoire des religions relevant de l’ASMP, Marcel Mauss (Ve section) fit face à beaucoup plus de candidats : trois en 1907 (Georges Foucart, Maurice Vernes, Jean Réville) puis 5 en 1909 (Georges Foucart, Alfred Loisy, Jules Toutain, Maurice Vernes, Émile Amélineau)76.

42En outre, les chaires philologiques et linguistiques, plus techniques, garantissaient une légitimité scientifique au Collège de France dans la concurrence académique internationale. Les remettre en cause était plus périlleux que des chaires aux intitulés plus généraux voire présents dans les facultés.

La VIe section et l’EHESS : les sciences économiques et sociales

  • 77 Sur la VIe section, voir : D. Pelletier, « La section des sciences économiques et sociales », dans (...)
  • 78 Il serait très intéressant d’arriver à objectiver la renommée des professeurs en utilisant divers i (...)

43Qu’en est-il de la VIe section puis de l’EHESS apparues après la Seconde Guerre mondiale77 ? Le panthéon des grands professeurs du Collège de France appartenant aux sciences humaines et sociales tel qu’il est souvent relayé par les médias (Pierre Bourdieu, Roland Barthes, Jean-Pierre Vernant notamment) peut laisser penser que ces deux institutions ont bien fonctionné comme une antichambre du Collège de France78. Ne disposant pas de données équivalentes à celles mobilisées pour la période 1869-1938, nous ne pourrons pas proposer un travail du même ordre. À cela s’ajoute que les institutions ont eu des durées d’existence très variables. Impossible donc de réfléchir en nombres absolus. Il n’en reste pas moins qu’il est possible de rapporter le nombre de professeurs issus des différentes institutions à leur durée et ainsi de donner une idée du nombre de directeurs d’études élus par année pour chaque institution.

  • 79 IVe section : 60-7 = 53 (Chavannes, Clermont-Ganneau, Defrémery, Grenier, Monceaux, Oppert, Pelliot (...)

44Pour ce faire, pour la période 1869-1938, j’ai repris le tableau 3 en soustrayant les professeurs ayant été élus à l’EPHE après leur élection au Collège de France79. J’y ai ajouté les professeurs élus après 1938 mentionnés dans le tableau récapitulatif (annexe 1). Il en résulte le tableau suivant :

Tableau 7 — Nombre de professeurs du Collège de France auparavant en poste dans des sections de l’EPHE ou à l’EHESS

Institution d’appartenance au départ Période considérée Nombre de professeurs du Collège de France venant de l’EPHE ou de l’EHESS Ratio (nombre de professeurs élus par an)
Ire section EPHE 1868-1986 (119 années) 0 0 professeur/an
IIe section EPHE 1868-1986 (119 années) 1 0,008 professeur/an
IIIe section EPHE 1868-2016 (148 années) 13 0,087 professeur/an
IVe section EPHE 1868-2016 (148 années) 53 0,358 professeur/an
Ve section EPHE 1886-2016 (131 années) 16 0,122 professeur/an
VIe section EPHE 1947-1975 (29 années) 8 0,275 professeur/an
EHESS 1976-2016 (41 années) 8 0,195 professeur/an
  • 80 Sur l’EHESS et l’évolution du poids relatif des disciplines en son sein, voir l’article d’O. Godech (...)

45Étant donné le peu de chaires votées au cours des 148 années considérées, les résultats doivent être interprétés avec prudence. L’ordre décroissant auquel on aboutit (IVe, VIe, EHESS, Ve, IIIe, IIe) confirme néanmoins l’importance de la IVe section. La VIe section et l’EHESS80 arrivent ensuite.

Intitulés et distribution des enseignements

46Venons-en, pour finir, à la troisième question que nous posions en introduction : celle de savoir comment les professeurs qui, pour la plupart, continuaient à cumuler des fonctions dans les deux institutions, ont distribué et réparti leurs enseignements.

  • 81 Voir W. Feuerhahn, « L’atelier des intitulés du Collège de France », dans W. Feuerhahn (dir.), La p (...)

47Sur ce point également, l’enquête n’en est qu’à ses prémisses. Pour bien faire, il faudrait comparer les contenus des cours dans les deux institutions via les résumés publiés. Ici, on s’en tiendra à une confrontation entre les choix d’intitulés. L’hypothèse est en effet qu’ils ne sont jamais anodins : ils ont une valeur d’affichage, de singularisation et ont une performativité quant aux recherches menées dans le domaine. C’est particulièrement le cas au Collège de France depuis que Renan a réussi à imposer son auto-définition de cette institution, celle d’un lieu non de la science faite, mais de la science en voie de se faire : le renouvellement des intitulés y est considéré comme un marqueur de cette identité et, dans les sciences humaines et sociales, on observe une singularisation de plus en plus forte des intitulés qui, de nos jours, sont bien souvent des « semi-noms propres81 ».

48La confrontation entre les intitulés des mêmes individus dans chaque institution fait d’abord apparaître qu’il n’y a que très peu d’intitulés choisis pour le Collège de France qui sont identiques à ceux des enseignements dispensés à l’EPHE. Je n’ai relevé que 3 cas : Louis Havet, Philologie latine ; Antoine Meillet, Grammaire comparée ; et Edmond Faral, Littérature latine du Moyen Âge. Tous les autres proposent un autre titre même si la distinction n’est parfois pas très importante. Ceci semble confirmer le fait que le renouvellement des intitulés est devenu un signe extérieur de la spécificité du Collège de France.

49Ressort ensuite la plus grande généralité des intitulés du Collège de France, moins spécialisés que ceux des directions d’études de l’EPHE. Ainsi l’enseignement de Pierre Courcelle à l’EPHE s’intitulait « Littérature latine d’époque chrétienne », il devient uniquement « Littérature latine » au Collège de France ; celui de « Sociologie de l’éducation et de la culture » de Pierre Bourdieu devient « Sociologie » tout court ; la direction d’études de Jean Leclant « Histoire de la diffusion des cultes égyptiens » devient « Égyptologie » au Collège de France. Plusieurs raisons peuvent être évoquées : le Collège de France compte un nombre restreint d’enseignements et d’enseignants. Même si depuis la fin du xixe siècle, les professeurs répètent régulièrement que l’objectif de l’institution n’est pas de couvrir l’ensemble des savoirs, il n’en reste pas moins que sa première devise est docet omnia (« il enseigne tout »). Chaque professeur est, au moins implicitement, chargé de couvrir un domaine plus large que ce à quoi il est astreint au sein d’une section de l’EPHE qui réunit des philologues ou des spécialistes des religions par exemple. À cela s’ajoute le public, très volatile et très souvent non spécialiste du Collège de France. Mais il faut aussi justifier le cumul des enseignements : le partage entre enseignement pratique et spécialisé à l’EPHE et cours magistraux au Collège de France renforce cette opposition entre une institution dévolue au travail plus précis alors que l’autre doit donner des grandes lignes et des horizons à la discipline tout entière. Une fois au Collège de France, le professeur est implicitement considéré comme l’un des principaux voire le premier représentant de la discipline tout entière.

50La moindre technicité des intitulés est une troisième caractéristique liée à la précédente. Nous avons certes repéré un certain nombre d’intitulés usant des termes philologie ou épigraphie au moment où la IVe section prend de l’essor, mais ils restèrent globalement peu nombreux. Entre 1869 et 2011, on compte 15 professeurs dont les titres de chaires utilisaient philologie et 9 celui d’épigraphie. Par contre, si l’on compare les titres de directions d’études et de chaires, on voit par exemple que Simiand enseignait l’« Histoire et la statistique économique » à l’EPHE, alors qu’au Collège de France il est titulaire d’une chaire d’Histoire du travail ; le séminaire de Jean Guilaine à l’EHESS s’intitulait : « Néolithisation et premières sociétés rurales », alors qu’au Collège de France sa chaire porte l’intitulé « Civilisations de l’Europe au Néolithique et à l’Âge du bronze » ; Pierre Hadot enseignait la « Patristique latine » puis « Théologie et mystiques de l’époque hellénistique et romaine » à l’EPHE et l’« Histoire et la pensée hellénistique et romaine » au Collège de France ; Georges Le Rider substitua l’« Histoire économique et monétaire de l’Orient hellénistique » à la « Numismatique grecque ». La « codicologie » présente dans l’intitulé de l’enseignement de François Déroche à l’EPHE disparaît au profit de « Histoire du coran. Texte et transmission ». Ceci est encore plus vrai pour les labels savants. Prenons trois exemples. Tout d’abord, celui de Nathan Wachtel dont la direction d’études à l’EHESS comportait une étiquette très située, celle d’anthropologie historique : « Anthropologie historique des sociétés méso- et sud-américaines » alors qu’au Collège de France il la troque pour la formule plus directement compréhensible et moins marquée historiographiquement : « Histoire et anthropologie des sociétés méso- et sud-américaines ». Ensuite, Philippe Descola passe de l’« Écologie symbolique » à l’EHESS, dont l’objectif était de faire pièce à l’écologie humaine ou culturelle pour l’« Anthropologie de la nature ». Un oxymore certes, mais malgré tout une formule un peu moins technique. Enfin, la « Socio-histoire (des pratiques culturelles [xvie-xviiie siècles]) » présente dans l’intitulé de la direction d’études de Roger Chartier à l’EHESS disparaît au profit de « Écrit et cultures dans l’Europe moderne ».

51Il est une quatrième caractéristique liée à ce qu’on pourrait appeler un « jeu de chaires musicales » : ainsi de Jules Bloch qui enseignait la « Grammaire comparée » à l’EPHE et qui devint professeur de « Langue et littérature sanscrite » au Collège de France parce qu’Emile Benveniste venait d’obtenir la chaire de Grammaire comparée.

52Mais ce même cas nous renvoie à une dernière caractéristique : depuis la fin du xixe siècle, des intitulés types sont, implicitement, devenus une quasi-marque de fabrique du Collège de France.

  • 82 V. Perraky, « Resémantiser un intitulé fondateur ? Les chaires de grec au Collège de France », dans (...)
  • 83 La suppression de « tartare-mandchoue » date de 1921 avec la chaire d’Henri Maspero.
  • 84 Le passage de l’adjectif « sanscrites » au génitif « de l’Inde » a lieu avec l’élection de J. Filli (...)
  • 85 Archives du Collège de France, AP 4 234-l : brouillon du procès-verbal de l’assemblée des professeu (...)
  • 86 Assemblée des professeurs du 1er mars 1885 (Archives du Collège de France, Registre des délibératio (...)

53Le plus fréquent et le plus pérenne est très certainement le doublet « Langue et littérature ». Il apparaît pour la première fois en 1814-1815 pour désigner les deux chaires nouvellement créées : Langues et littératures chinoise et tartare-mandchoue, ainsi que Langue et littérature sanscrite. Sans doute par souci d’homogénéisation, la chaire de J.-B. Gail est renommée « Langue et littérature grecques » en 181782. Ces trois intitulés se perpétueront longuement : le premier jusqu’en 1964 (Demiéville, « Langue et littérature chinoise » [1946-1964]83), le deuxième jusqu’en 1978 (Filliozat, « Langue et littérature de l’Inde » [1952-1978]84), le troisième jusqu’en 1938 (Bourguet, « Langue et littérature grecques » [1932-1938]). Les derniers titulaires de chaires présentant ce type d’intitulés sont André Miquel (Langue et littérature arabes classiques [1976-1997]) et Harald Weinrich (Langue et littérature romanes [1992-1998]). Entre 1817 et 1884, apparaissent les intitulés suivants : « Langues et littératures slaves » en 1840, « Langues et littératures d’origine germanique » et « Langues et littératures de l’Europe méridionale » en 1841, trois titres usant de la même formule sont votés en 1853 : « Langues et littératures françaises modernes », « Langues et littératures étrangères de l’Europe moderne », « Langue et littérature françaises du Moyen Âge ». Après avoir obtenu son transfert de la chaire de Langue persane qu’il occupait depuis 1876 à celle de Langue arabe, et alors qu’on discute en parallèle des candidats pour les « Langues et littératures d’origine slave », Adrien Barbier de Meynard demande le 18 janvier 1885 à ce que son ancien intitulé soit renommé « Langues et littératures de la Perse » « de façon à ce que la chaire embrasse les langues et les littératures de la Perse, à ses différentes époques85 ». Le 1er mars, il fait la même demande pour sa nouvelle chaire. Ses collègues Pavet de Courteille (« Langue turque ») et Renan (« Langues hébraïque, chaldaïque et syriaque ») souhaitent un changement identique pour leur propre titre86.

  • 87 Plus précisément : 56 professeurs (dont 16 ayant exercé ou exerçant à l'EPHE) et 4 chargés de cours (...)

54Sur une période d’un peu moins de deux cents ans, on dénombre 60 professeurs ou chargés de cours dont les enseignements relevaient de ce type d’intitulés87. Sans qu’une politique délibérée ait été décidée, une labellisation institutionnelle des cours portant sur des espaces linguistiques s’est ainsi imposée au Collège de France, une labellisation qui affirme le couplage essentiel entre linguistique et philologie.

55Autre phénomène d’homogénéisation : les intitulés comportant le terme civilisation : ils apparaissent au milieu des années 1930 et concernent beaucoup de professeurs issus de l’EPHE. Sur les 125 professeurs recensés, le terme apparaît dans 14 titres de chaires qui ont été portés par 24 professeurs de 1932 à nos jours. Inversement, deux enseignants seulement le possédaient déjà dans leur intitulé de direction d’études : Hambis qui enseigne à l’EPHE les « Civilisations et langues de la Haute Asie » et au Collège de France l’« Histoire et civilisations de l’Asie orientale », Dominique Charpin qui était d’abord cumulant à la IVe section sous l’intitulé « Histoire et civilisation de la Babylonie ancienne » avant d’enseigner l’« Histoire de la Mésopotamie » puis à nouveau la « Civilisation mésopotamienne » au Collège de France. Lévi-Strauss est le seul individu à n’avoir utilisé le terme qu’à l’EPHE (« Civilisations primitives », [1951-1956]).

Conclusion

56Il faut avoir en tête le caractère hautement centralisé et hiérarchisé du système d’enseignement supérieur français. Ce fait détermine l’idéaltype d’une carrière réussie : de la province à Paris, de la périphérie parisienne au cœur de la capitale. Avec cette enquête, nous sommes à une échelle encore plus réduite : celle des hiérarchies entre les établissements d’enseignement supérieur de la montagne Sainte-Geneviève. Cette dernière est le lieu d’une concurrence entre des institutions aux histoires toutes singulières : Sorbonne, Collège de France, École normale supérieure, EPHE notamment. Nous sommes donc à une échelle microscopique et ne devons pas perdre de vue que les différences marquées par les acteurs entre ceux qui sont « simplement » restés à l’EPHE et ceux qui ont passé la rue Saint-Jacques pour entrer au Collège de France sont des micro-différences entre des carrières qui sont enviées par les pairs.

  • 88 Elle appelle des études à échelle plus large prenant en compte les diverses institutions en relatio (...)

57L’enquête ici présentée est avant tout exploratoire et indicative. Il s’agissait de s’interroger sur le lien spécifique entre deux institutions académiques d’élite88.

58Qu’en ressort-il ? Le xxe siècle marque le changement de statut du Collège de France. À l’heure de la massification universitaire, il n’a pas vu son nombre d’enseignants augmenter dans des proportions similaires au corps des enseignants du supérieur, loin de là même. L’institution y a gagné en rareté et en prestige. Elle couronne désormais le monde académique français et le poste de professeur au Collège de France celui qui vient clore en beauté une carrière. Dans la relation entre les deux institutions et vue depuis le Collège de France, cela se traduit par un ordre chronologique : on fait d’abord ses preuves à l’EPHE avant de pouvoir prétendre accéder au Collège de France. À cela s’ajoute que l’EPHE n’est pas un tremplin vers le Collège de France de manière uniforme : la IVe section, beaucoup plus que les autres, a été propice à une élection au Collège de France. Elle a bénéficié d’un investissement certain du Collège de France dans les disciplines d’érudition. Enfin, le fort taux de cumul des postes ainsi que la deuxième devise du Collège de France qui en fait un lieu de « la science en train de se faire » permettent de mettre en évidence l’écart entre les intitulés d’enseignements au sein de chaque institution.

59Peut-on parler d’antichambre ? Pour trancher cette question, l’enquête ici amorcée devrait être poursuivie. L’appartenance à l’EPHE ne fut certes jamais une condition nécessaire et suffisante d’élection au Collège de France, mais dans le cas de la IVe section tout du moins, c’est un facteur qui semble avoir majoré les chances des candidats aux chaires du Collège de France.

Annexe 1

  • 89 Ce tableau est très certainement incomplet. Il a été fait sur la base de compilations d’information (...)

60Professeurs du Collège de France ayant enseigné à l’EPHE (tableau récapitulatif)89

61En 1868, l’École était divisée en quatre sections : mathématiques (Ire section), physique et chimie (IIe), sciences naturelles et physiologie (IIIe), sciences historiques et philologiques (IVe).

62Une cinquième section de sciences religieuses fut créée en 1886. Une sixième section, dévolue aux sciences économiques et sociales, suivit en 1947 : elle prit son indépendance en 1975 pour devenir l’École des hautes études en sciences sociales. En 1986, les Ire et IIe sections furent supprimées.

No Nom EPHE Collège de France Commentaire
1 Balard, Antoine-Jérôme IIe. Chimie générale (1872-1875) Président IIe section (1868-1875) Chimie minérale (1851-1876) Cumul du Collège de France vers EPHE
2 Bareau, André IVe. Philologie des textes bouddhiques (1956-1973) Étude du bouddhisme (1971-1993)
3 Barthes, Roland VIe. puis EHESS
Sociologie des signes, symboles et représentations (1962-1977)
Sémiologie littéraire (1976-1980)
4 Benoit, Jacques IIIe. Histophysiologie (?-? ; au moins en 1956) Histophysiologie (1952-1966) Cumul
5 Benveniste, Emile IVe. Iranien (1928-1970) Grammaire comparée (1928-1976) Grammaire comparée (1937-1969) Cumul
6 Bernard, Claude IIIe. Physiologie générale (1872-1876) Médecine (1855-1878) Cumul du Collège de France vers EPHE
7 Bernot, Lucien VIe. Ethnologie de l’Asie du Sud-Est (1964-1978) Sociographie de l’Asie du Sud-Est (1978-1985)
8 Berque, Jacques VIe. puis EHESS
Sociologie musulmane (1957-1980)
Histoire sociale de l’islam contemporain (1956-1981) Cumul
9 Berthelot, Marcellin IIe. Chimie organique (1873-1893) Président IIe section (1876-1907) Chimie organique (1865-1907) Cumul du Collège de France vers EPHE
10 Bloch, Jules IVe. Grammaire comparée (1919-1951) Langue et littérature sanscrite (1937-1951) Cumul
11 Boissier, Gaston IVe. Philologie latine (1868-1872) Philologie latine, épigraphie et antiquités romaines (1885-1889) Philologie latine et antiquités romaines (1893) Poésie latine (1869-1885) Histoire de la littérature latine (1885-1906) Administrateur (1892-1894) Cumul
12 Bourdieu, Pierre VIe. puis EHESS
Sociologie de l’éducation et de la culture (1964-2001)
Sociologie (1981-2001) Cumul
13 Bourguet, Émile IVe. Philologie grecque (1920-1924) Épigraphie et antiquités grecques (1927-1932) Langue et littérature grecques (1932-1938)
14 Braudel, Fernand IVe et VIe. IVe. Histoire des peuples ibériques et de la Méditerranée occidentale du Moyen Âge au xviiie siècle (1938-1954) VIe. Histoire géographique (1956 ?-1972) Président VIe section (1956-1972) Histoire de la civilisation moderne (1950-1972) Cumul
15 Bréal, Michel IVe. Grammaire comparée (1872-1915) Grammaire comparée (1866-1905) Cumul du Collège de France vers EPHE
16 Brillouin, Marcel IIe. Physique (1892 ?-1931 ?) Président IIe section (1921-1928) Physique générale et mathématiques (1900-1931) Cumul
17 Caquot, André Ve. Religions sémitiques comparées (1955-1956) Hébreu et araméen (1972-1994)
18 Charpin, Dominique IVe. Histoire et civilisation de la Babylonie ancienne (1994-2005 ; cumulant Paris 1-EPHE) Histoire de la Mésopotamie (2005-2013 ; non cumulant) Civilisation mésopotamienne (2014-) -
19 Chartier, Roger EHESS
Socio-histoire des pratiques culturelles [xvie-xviiie siècles] (1984-2016)
Écrit et cultures dans l’Europe moderne (2006-2016) Cumul
20 Chastel, André IVe. Histoire de la Renaissance (1951-1978) Art et civilisation de la Renaissance en Italie (1970-1984) Cumul
21 Chavannes, Édouard IVe. Religions de l’Extrême-Orient (avril 1908 à novembre 1912) Langue et littérature chinoises et tartares-mandchoues (1893-1918) Cumul du Collège de France vers EPHE
22 Clermont-Ganneau, Charles IVe. Archéologie orientale (1893-1923) Épigraphie et antiquités sémitiques (1890-1923) Cumul du Collège de France vers EPHE
23 Coornaert, Émile IVe. Histoire économique du Moyen Âge et des Temps modernes (1931-1957) Histoire du travail (1936-1957) Cumul
24 Courcelle, Pierre IVe. Philologie latine (1949-1963) Littérature latine d’époque chrétienne (1964-1982) Littérature latine (1952-1980) Cumul
25 Courrier, Robert IIIe. Morphologie expérimentale et endocrinologie (1941-?, au moins 1956) Morphologie expérimentale et endocrinologie (1938-1966) Cumul
26 Darmesteter, James IVe. Langue zende (octobre 1877 à octobre 1894) Langues et littératures de la Perse (1885-1894) Cumul
27 Defrémery, Charles IVe. Langue persane et langues sémitiques (1872-1883) Arabe (1871-1883) Cumul du Collège de France vers EPHE
28 Delumeau, Jean VIe. puis EHESS
Histoire et sociologie du précapitalisme européen (1964-1965) Histoire et sociologie de l’Occident moderne (1965-1977 ; prof. U. Paris 1 [1970-1975])
Histoire des mentalités religieuses dans l’Occident moderne (1974-1994) Cumul (entre 1974 et 1977)
29 Demiéville, Paul IVe. Philologie bouddhique (septembre 1945 à septembre 1957) Langue et littérature chinoises (1946-1964) Cumul
30 Déroche, François IVe. Antiquités et codicologie arabe (1990-2000) Histoire et codicologie du livre manuscrit arabe (2000-2015) Histoire du Coran. Texte et transmission (2015-)
31 Descola, Philippe EHESS
Écologie symbolique (1989-)
Anthropologie de la nature (2000-2019) Cumul
32 Dhorme, Édouard IVe. Hébreu (1934-1947) Hébreu et araméen (1948-1952) Philologie et archéologie assyro-babyloniennes (1945-1951) Cumul
33 Dumézil, George Ve. Étude comparée des religions des peuples indo-européens (1935-1968) Civilisation indo-européenne (1949-1968) Cumul
34 Dupont-Sommer, André IVe. Histoire ancienne de l’Orient (1938-1963) Hébreu et araméen (1963-1971)
35 Durand, Jean-Marie IVe. Antiquités sumériennes et akkadiennes (1982-2011) Assyriologie (1999-2011) Cumul
36 Duval, Paul-Marie IVe. Antiquités de la Gaule romaine (1946-1980) Archéologie et histoire de la Gaule (1964-1982) Cumul
37 Ernout, Alfred IVe. Philologie latine (1925-1944 ; prof. Poésie latine Sorbonne [1928-1944]) Histoire de la langue latine (1944-1951)
38 Faral, Edmond IVe. Littérature latine du Moyen Âge (1921-1948) Littérature latine au Moyen Âge (1949-1954) Littérature latine du Moyen Âge (1925-1954) Administrateur (1937-1955) Cumul
39 Fauré-Frémiet, Emmanuel IIIe. Cytologie (1928-1955) Embryogénie comparée (1928-1954) Cumul
40 Febvre, Lucien Ve. et VIe. Ve. Histoire de la Réforme et du Protestantisme (juin 1943 à août 1948) VIe. Histoire sociale (1948-1956) 1947 : Fondateur et président de la VIe section [sciences économiques et sociales] (1947-1956) Histoire de la civilisation moderne (1933-1949) Cumul du Collège de France vers EPHE
41 Fessard, Alfred IIIe. Neurophysiologie comparée (1937- ? au moins 1956) Président IIIe section (1952-1967) Neurophysiologie générale (1949-1971) Cumul
42 Filliozat, Jean IVe. Philologie indienne (1941-1977) Langues et littératures de l’Inde (1952-1978) Cumul
43 Finot, Louis IVe. Langue sanscrite (septembre 1917 à juillet 1929) Histoire et philologie indochinoises (1920-1930) Cumul
44 Fossey, Charles Ve. Religion assyro-babylonienne (1906-1939) Philologie et archéologie assyriennes (1906-1939) Cumul du Collège de France vers EPHE
45 Fournet, Jean-Luc IVe. Papyrologie grecque (2004-2015) Culture écrite dans l’Antiquité tardive et papyrologie byzantine (2015-)
46 Frank, Bernard IVe. Histoire et philologie japonaises (1965-1981) Civilisation japonaise (1979-1996) Cumul
47 Garelli, Paul IVe. Assyrien (1974-1986 ; professeur titulaire de la chaire d’Histoire ancienne des peuples de l’Orient sémitique, dépendant depuis de l’université de Paris I, 1969-1986) Assyriologie (1986-1995)
48 Gernet, Jacques VIe. puis EHESS
Économie et société de la Chine ancienne (1956-1966) Société et économie de la Chine précontemporaine (1966-1971) Société et économie de la Chine (1972-1976)
Histoire sociale et intellectuelle de la Chine (1975-1992) Maître de conférences, puis professeur de Langue et civilisation chinoises à la Sorbonne, puis à l’université de Paris-VII (1957-1975)
49 Gilson, Étienne Ve. Histoire des doctrines et des dogmes (avec enseignement) (septembre 1921 à juin 1933) Histoire des doctrines et des dogmes [sans enseignement] (juin 1933 à juin 1951) Histoire de la philosophie au Moyen Âge (1932-1950) Cumul
50 Grabar, André Ve. Archéologie chrétienne et byzantine (1937-1966) Archéologie paléochrétienne et byzantine (1946-1966) Cumul
51 Grenet, Frantz Ve. Religions du monde iranien ancien (1999-2014, DE cumulant avec CNRS) Histoire et culture de l’Asie centrale préislamique (2013-)
52 Grenier, Albert IVe. Antiquités de la Gaule celtique et romaine (1937-1948) Antiquités nationales (1936-1948) Cumul du Collège de France vers EPHE
53 Guesnerie, Roger EHESS
Économie publique (1979-2013, DE cumulant avec CNRS)
Théorie économique et organisation sociale (2000-2013) Cumul
54 Guilaine, Jean EHESS
Néolithisation et premières sociétés rurales (1977-2008, DE cumulant CNRS)
Civilisations de l’Europe au Néolithique et à l’Âge du bronze (1995-2007) Cumul
55 Guillaumont, Eugène IVe. et Ve. IVe. Hébreu et araméen (1952-1974) Ve. Christianismes orientaux (1957-1981) Christianisme et gnoses dans l’Orient préislamique (1977-1986) Cumul
56 Guyard, Stanislas IVe. Langue persane et langues sémitiques (1872-1884) Arabe (02/1884-09/1884) Cumul
57 Hadot, Pierre Ve. Patristique latine (1964-1969) Théologies et Mystiques de la Grèce hellénistique et de la fin de l’Antiquité (1970-1984) Histoire de la pensée hellénistique et romaine (1982-1991) Cumul
58 Hagège, Claude IVe. Linguistique générale (1977-2007) Théorie linguistique (1988-2006) Cumul
59 Halpern, Bernard IIIe. Immuno-allergie expérimentale et clinique (1949- ?, au moins 1968-1969) Président IIIe section (1967 à 1976) Médecine expérimentale (1961-1975) Cumul
60 Hambis, Louis IVe. Civilisations et langues de la Haute Asie (1954-1978) Histoire et civilisations de l’Asie orientale (1965-1977) Cumul
61 Havet, Louis IVe. Philologie latine (1872-1925) Président IVe section (1912-1925) Philologie latine (1885-1925) Cumul
62 Héritier, Françoise EHESS
Anthropologie de la parenté et des systèmes symboliques (1980-1999, DE cumulante avec CNRS puis Collège de France)
Étude comparée des sociétés africaines (1982-1998) Cumul
63 Irigoin, Jean IVe. Philologie grecque (1965-2002) Tradition et critique des textes grecs (1986-1992) Cumul
64 Jolly, Justin IIIe. Histologie (1912- ?) Histophysiologie (1925-1940) Cumul (direction du laboratoire)
65 Labat, René IVe. Assyrien (1932-1974) Assyriologie (1952-1974) Cumul
66 Lacassagne, Antoine IIIe. Radiobiologie (1933- ?) Radiobiologie expérimentale (1941-1951) Médecine expérimentale (1951-1954) Cumul (direction du laboratoire)
67 Laroche, Emmanuel Ve. Religions hittite et asianique (1948-1981) Langues et civilisation de l’Asie Mineure (1973-1985) Cumul
68 Le Rider, Georges IVe. Numismatique grecque (1964-1997, DE cumulant université Paris IV [1984-1993]) Histoire économique et monétaire de l’Orient hellénistique (1993-1998) Cumul
69 Le Roy Ladurie, Emmanuel VIe. Histoire générale et histoire sociale (1967-1973) Histoire rurale (1973-1975) Histoire de la civilisation moderne (1973-1999)
70 Leclant, Jean Ve. Histoire de la diffusion des cultes égyptiens (août 1964 à septembre 1990) Égyptologie (1979-1990) Cumul
71 Lecoy, Félix IVe. Philologie romane (1947-1973) Langue et littérature française du Moyen Âge (1947-1974) Cumul
72 Lefranc, Abel IVe. Histoire littéraire de la Renaissance (1901-1936 ; MCF : 1901-1906 ; DE adjoint : 1906-1911 ; DE : 1911-juin 1936) Langue et littérature françaises modernes (1904-1937) Cumul
73 Lemerle, Paul IVe. Histoire byzantine (1947-1968 ; à la Sorbonne entre 1958 et 1967) Histoire et civilisation de Byzance (1967-1973)
74 Lévi, Sylvain IVe. et Ve. IVe. Langue sanskrite (1894-1934) (Élection : arrêté du 31.07.1894) Ve. Religions de l’Inde (1895-1934) Président de la Ve section (1923-1935) Langue et littérature sanskrites (1894-1935) (Élection : arrêté du 20.12.1894) Cumul
75 Lévi-Strauss, Claude Ve. et VIe. Ve. Religions des peuples non civilisés (1950-1953) Transformée en 1953 : Religions comparées des peuples sans écritures (1953-1974) VIe. Civilisations primitives (1951-1956) Transformée en 1956 : Anthropologie sociale (1956-1982) Anthropologie sociale (1959-1982) Cumul
76 Lévy, Isidore IVe. Histoire ancienne de l’Orient (1906-1948) Histoire ancienne de l’Orient sémitique (1932-1945) Cumul
77 Libera (de), Alain Ve. Histoire des théologies chrétiennes dans l’Occident médiéval (1985-2010) Histoire de la philosophie médiévale (2012-2019)
78 Loisy, Alfred Ve. Religions d’Israël et des sémitiques occidentaux (1923-1926) Histoire des religions (1909-1932) Cumul du Collège de France vers EPHE
79 Longnon, Auguste IVe. Géographie historique de la France (1880-1893) Géographie historique (1894-1911) Géographie historique de la France (1892-1911) Cumul
80 Marçais, William IVe. Langue arabe (1920-1924) Arabe (1925-1939) Langue et littérature arabes (1927-1943) Cumul
81 Maspero, Gaston IVe. Répétiteur d’archéologie et de philologie égyptiennes (1869-1873) Philologie et archéologie égyptiennes (1874-1916)
82 Maspero, Henri Ve. Religions de la Chine (janvier 1943 à mars 1945) Langue et littérature chinoises (1919-1945) Cumul du Collège de France vers EPHE
83 Massignon, Louis Ve. Islamisme et religions de l’Arabie (septembre 1932 à juin 1954) Sociologie et sociographie musulmanes (1926-1954) Cumul du Collège de France vers EPHE
84 Maury, Alfred IVe. Histoire (1872-1893) Histoire et morale (1862-1892) Cumul du Collège de France vers EPHE
85 Mauss, Marcel Ve. Religion des peuples non civilisés (1901-1938) Président Ve section (1938-1940) Sociologie (1931-1942) Cumul
86 Mayer, André IIIe. Physiologie physico-chimique (1922-1946) Histoire naturelle des corps organisés (1922-1946) Cumul
87 Meillet, Antoine IVe. Grammaire comparée (1893-1935) Président IVe section (1925-1936) Grammaire comparée (1906-1936) Cumul
88 Millet, Gabriel Ve. Christianisme byzantin et archéologie chrétienne (1903-1937) Esthétique et histoire de l’art (1926-1937) Cumul
89 Monceaux, Paul IVe. Littérature chrétienne et histoire de l’Église (1908-1933) Histoire de la littérature latine (1907-1934) Cumul du Collège de France vers EPHE
90 Morel-Fatio, Alfred IVe. Langues romanes (1885-1893) Philologie romane (1894-1924) Langues et littératures de l’Europe méridionale (1907-1924) Cumul
91 Moret, Alexandre IVe. et Ve. IVe. Philologie et archéologie égyptiennes (1900-1924) Ve. Religions de l’Égypte (1918-1937) Président Ve section (1935-1938) Égyptologie (1923-1938) Cumul
92 Mossé, Fernand IVe. Philologie germanique (1927-1956) Langues et littératures d’origine germanique (1949-1956) Cumul
93 Mus, Paul Ve. Religions de l’Inde (1937-1944) Civilisations de l’Extrême Orient (1946-1969)
94 Oppert, Jules IVe. Langue et antiquités assyriennes (1883-1889) Philologie assyrienne (1896-1905) Philologie et archéologie assyriennes (1874-1905) Cumul du Collège de France vers EPHE
95 Paris, Gaston IVe. Langues romanes (1872-1889) Philologie romane (1893-1903) Président IVe section (1885-1895) Langue et littérature française du Moyen Âge (1872-1903) Administrateur (1894-1903) Cumul du Collège de France vers EPHE
96 Pelliot, Paul IVe. Philologie chinoise (1927-1945 ? ; sans enseignement) Langues, histoire et archéologie de l’Asie centrale (1911-1945) Du Collège de France à l’EPHE
97 Piéron, Henri IIIe. Psychologie expérimentale et physiologie des sensations (1912-1951) Président IIIe section (1935-1951) Physiologie des sensations (1923-1951) Cumul
98 Posener, Georges IVe. Histoire et archéologie égyptiennes (1946-1982) Philologie et archéologie égyptiennes (1961-1978) Cumul
99 Przyluski, Jean IVe. Philologie bouddhique (1927-1946) Histoire et philologie indochinoises (1931-1944) Cumul
100 Puech, Henri-Charles IVe. Littérature chrétienne et histoire de l’Église (1929-1942) Histoire de l’ancienne Église et patristique (1943-1971) Président Ve section (1951-1962) Histoire des religions (1952-1972) Cumul
101 Ranvier, Louis IIIe. Histologie (1872-1892) Anatomie générale (1875-1911) Cumul du Collège de France vers EPHE
102 Renaudet, Augustin IVe. Histoire de la Renaissance (1945-1950) Histoire de la civilisation italienne (1946-1950) Cumul
103 Renier, Léon IVe. Épigraphie et antiquités romaines (1872-1982) Philologie latine, épigraphie et antiquités romaines (1883-1985) Président IVe section (1868-1985) Épigraphie et antiquités romaines (1861-1885) Cumul du Collège de France vers EPHE
104 Révah, Israël IVe. Langues et littératures du Midi de la France et de la péninsule ibérique (1956-1972) Langues et littératures de la péninsule ibérique et de l’Amérique latine (1966-1973) Cumul
105 Réville, Albert Ve. Histoire des dogmes (1885-1900) Histoire des doctrines et des dogmes (1901-1905) Président Ve section (1886-1906) Histoire des religions (1880-1906) Cumul du Collège de France vers EPHE
106 Réville, Jean Ve. Histoire de l’Église chrétienne (1885-1900) Littérature chrétienne et histoire de l’Église (1901-1907) Histoire des religions (1907-1908)
107 Robert, Jean-Noël Ve. Bouddhisme japonais (1990-2009) Philologie de la civilisation japonaise (2011-)
108 Robert, Louis IVe. Épigraphie grecque et géographie historique du monde hellénique (1932-1974) Épigraphie et antiquités grecques (1939-1974) Cumul
109 Roche, Jean IIIe. Biochimie (?-?, au moins 1968-1969) Biochimie générale et comparée (1947-1972) Cumul
110 Roques, Mario IVe. Philologie romane (1903-1924) Langues romanes (1925-1946) Philologie romane (1947-1948) Président IVe section (1936-1961) Histoire du vocabulaire français (1937-1946) Cumul
111 Rosanvallon, Pierre EHESS
Philosophie et sociologie du politique (1989-1999) Histoire et philosophie du politique (1999-)
Histoire moderne et contemporaine du politique (2001-2018) Cumul
112 Rougé (de), Emmanuel IVe. Philologie et antiquités égyptiennes (1868-1872) Philologie et archéologie égyptiennes (1860-1872) Cumul Du CDF à l’EPHE
113 Sauvaget, Jean IVe. Histoire de l’Orient islamique au Moyen Âge (1938-1948) Histoire de l’Orient musulman (1949) Histoire du monde arabe (1946-1950) Cumul
114 Scheid, John Ve. Religions de Rome (1978-2000) Religion, institutions et société de la Rome antique (2001-2016)
115 Simiand, François IVe. Histoire et statistique économique (1925-1935) Histoire du travail (1932-1935) Cumul
116 Stein, Rolf Alfred Ve. Religions de la Chine et de la Haute-Asie (1950-1956) Religions comparées de l’Extrême Orient et de la Haute Asie (1957-1971) Étude du monde chinois : institutions et concepts (1966-1981) Cumul
117 Tardieu, Michel Ve. Gnose et manichéisme (1976-1991) Histoire des syncrétismes de la fin de l’Antiquité (1991-2008)
118 Toubert, Pierre IVe. Histoire de l’Italie médiévale (1964-1993) ; DE cumulant avec université Paris 1 (1976-1992) Histoire de l’Occident méditerranéen au Moyen Âge (1992-2003)
119 Vaillant, André IVe. Langues et littératures slaves du Moyen Âge (1932-1971) Langue et littérature slaves (1952-1962) Cumul
120 Vernant, Jean-Pierre VIe. Pensée sociale et religieuse de la Grèce ancienne (1957-1968) Ve. Pensée sociale et religieuse de la Grèce ancienne (1968-1974) Étude comparée des religions antiques (1975-1984)
121 Wachtel, Nathan EHESS
Ethnohistoire de l’Amérique andine (1975-1977) Anthropologie historique de l’Amérique andine (1978-1992) Anthropologie historique des sociétés méso- et sud-américaines (1993-2005)
Histoire et anthropologie des sociétés méso- et sud-américaines (1992-2005) Cumul
122 Wallon, Henri IIIe. Psychobiologie de l’enfant (1927-1949 ?) Psychologie et éducation de l’enfance (1937-1949) Cumul
123 Will, Pierre-Étienne EHESS Histoire économique et sociale de la Chine prémoderne (1988-2014) Histoire de la Chine moderne (1991-2014) Cumul
124 Wolff, Étienne IIIe. Embryologie expérimentale (?-?, au moins 1956) Embryologie expérimentale (1955-1974) Administrateur (1966-1974) Cumul
125 Yoyotte, Jean Ve. Religions de l’Égypte ancienne (1964-1990) Égyptologie (1991-1997)

Annexe 2

Liens entre les académies et les sections de l’EPHE d’appartenance des professeurs élus au Collège de France entre 1869 et 1938 (classement par section puis par ordre alphabétique au sein de chaque section)

63N. B. : En italiques sont mentionnés les professeurs qui relèveront de l’EPHE après leur élection au Collège de France.

64ASC : Académie des sciences. ASMP : Académie des sciences morales et politiques. AIBL : Académie des inscriptions et belles-lettres.

Numéro de la section de l’EPHE dans laquelle le professeur enseigne ou a enseigné Nom du professeur élu au Collège de France Date d’élection au Collège de France Académie dont relève la chaire du professeur élu ASC : Académie des sciences ASMP : Académie des sciences morales et politiques AIBL : Académie des inscriptions et belles-lettres
II. Brillouin 1900 ASC
III. Courrier 1938 ASC
III. Fauré-Frémiet 1928 ASC
III. Jolly 1925 ASC
III. Mayer 1922 ASC
III. Piéron 1923 ASC
III. Ranvier 1875 ASC
III. Wallon 1937 ASMP
IV. Benveniste 1937 AIBL
IV. Bloch 1937 AIBL
IV. Boissier 1869 AIBL
IV. Bourguet 1932 AIBL
IV. Chavannes 1893 AIBL
IV. Clermont-Ganneau 1890 AIBL
IV. Coornaert 1936 AIBL
IV. Darmesteter 1885 AIBL
IV. Defrémery 1871 AIBL
IV. Faral 1925 AIBL
IV. Finot 1920 AIBL
IV. Grenier 1936 AIBL
IV. Guyard 1884 AIBL
IV. Havet 1885 AIBL
IV. Lefranc 1904 AIBL
IV. Lévi 1894 AIBL
IV. Lévy 1932 AIBL
IV. Longnon 1892 AIBL
IV. Marçais 1927 AIBL
IV. Maspero, G. 1874 AIBL
IV. Meillet 1906 AIBL
IV. Monceaux 1907 AIBL
IV. Morel-Fatio 1907 AIBL
IV. Moret 1923 AIBL
IV. Oppert 1874 AIBL
IV. Paris 1872 AIBL
IV. Pelliot 1911 AIBL
IV. Przyluski 1931 AIBL
IV. Roques 1937 AIBL
IV. Simiand 1932 AIBL
V. Réville, A. 1880 ASMP
V. Fossey 1906 AIBL
V. Réville, J. 1907 ASMP
V. Loisy 1909 ASMP
V. Maspero, H. 1919 AIBL
V. Massignon 1926 AIBL
V. Millet 1926 AIBL
V. Mauss 1931 ASMP
V. Gilson 1932 ASMP
V. Febvre 1933 ASMP

Notes

1 Sur cette question de la transformation du statut du Collège de France au cours des xixe et xxe siècles, cf. Y. Renisio, « Le crédit des chaires. Inertie disciplinaire et ascension des sciences au Collège de France (1800-2000) », dans W. Feuerhahn (dir.), La politique des chaires au Collège de France, Paris, Collège de France/Les Belles Lettres, coll. « Docet omnia », 2017, p. 223-250, ici p. 234-239 (https://books.openedition.org/lesbelleslettres/163).

2 Pour avoir une idée plus précise de cela, il faudrait, au moins, recenser tous les candidats à une chaire du Collège de France qui appartenaient à l’EPHE et rapporter ce recensement à l’ensemble du corps enseignant de l’EPHE à l’époque de chaque candidature. Ce ne sera pas possible ici. Toutefois, même un recensement de ce type ne permettrait pas d’avoir une idée exacte des choses car nombreux sont certainement ceux qui tout en n’ayant jamais candidaté au Collège de France ont pu envisager une telle démarche.

3 W. Feuerhahn (dir.), La politique des chaires au Collège de France, op. cit. (http://books.openedition.org/lesbelleslettres/120). Je remercie vivement Jean-Luc Fournet de m’offrir l’occasion d’approfondir une question laissée en suspens dans le cadre de cette première recherche et Yann Potin de m’avoir fait bénéficier de sa très fructueuse relecture.

4 Le travail de repérage préalable à la quantification a bénéficié de l’aide de Jean-Louis Fournet, Patrick Henriet, Christophe Labaune, Roland Lardinois, Serge Nicolas, Régine Plas, Yann Potin, Céline Surprenant et Alain Thote. Qu’ils en soient vivement remerciés ! Le tableau récapitulatif se trouve à la fin de cet article (annexe 1).

5 En 1868, l’EPHE était divisée en quatre sections : sciences mathématiques (Ire section), sciences physico-chimiques (IIe), sciences naturelles (IIIe), sciences historiques et philologiques (IVe). Une cinquième section consacrée aux sciences religieuses fut créée en 1886. Une sixième section, dévolue aux sciences économiques et sociales, suivit en 1947 : elle prit son indépendance en 1975 pour devenir l’École des hautes études en sciences sociales. En 1986, les Ire et IIe sections furent supprimées. Sur l’histoire de l’EPHE, voir P. Henriet (dir.), L’École pratique des hautes études. Invention, érudition, innovation, de 1868 à nos jours, Paris, Somogy, 2018.

6 G. Paris, Le haut enseignement historique et philologique en France, Paris, Welter, 1894, p. 17 ; cité d’après S. Kozlov, « La IVe section de l’EPHE et le Collège de France : genèse d’une symbiose institutionnelle », dans C. Trautmann-Waller (dir.), De la philologie allemande à l’anthropologie française. Les sciences humaines à l’EPHE (1868-1945), Paris, Champion, 2017, p. 61-72, ici p. 62.

7 Nous avons déjà abordé cette question à travers le cas des relations entre Sorbonne, Académie et Collège de France à l’occasion de l’élection de Théodule Ribot au Collège de France (1888) : W. Feuerhahn, « De la Sorbonne au Collège de France. Enjeux des titres des chaires de Ribot », Revue philosophique de la France et de l’étranger, t. 141, 2016/4, p. 477-489 (https://www.cairn.info/revue-philosophique-2016-4-page-477.htm).

8 Le décret relatif à la création d’une École pratique des hautes études du 31 juillet 1868 précise dans son article 3 : « Il n’est exigé aucune condition d’âge, de grade ou de nationalité pour l’admission à l’École pratique. » Toutefois, l’admission est provisoire, prononcée par le ministre et les élèves sont ensuite évalués pour obtenir un diplôme.

9 W. Feuerhahn, « Le Collège de France et la “liberté de transformation” des chaires. Émergence et perpétuation d’une autodéfinition », dans W. Feuerhahn (dir.), La politique des chaires au Collège de France, op. cit., p. 114-115 (https://books.openedition.org/lesbelleslettres/143).

10 E. Renan, De la part des peuples sémitiques dans l’histoire de la civilisation, Paris, Michel Lévy frères, 1862, p. 23.

11 J.-P. van Deth, Ernest Renan, Paris, Fayard, 2012, p. 271-313. Sur la Vie de Jésus, voir N. Richard, La Vie de Jésus de Renan. La fabrique d’un best-seller, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

12 Archives du Collège de France, Procès-verbaux des assemblées, 4 AP 154, p. 3 (9 février 1868) (https://salamandre.college-de-france.fr/archives-en-ligne/ead.html?id=FR075CDF_000AP0004_1&c=FR075CDF_000AP0004_1_de-146 ; pdf en ligne : https://salamandre.college-de-france.fr/archives-en-ligne/functions/ead/detached//4AP/4AP153.pdf).

13 Archives du Collège de France, Procès-verbaux des assemblées, 4 AP 153, p. 6 (3 mai 1868), idem.

14 L. Alloury, « France. Paris, 13 juin », Journal des débats politiques et littéraires, 14 juin 1864, p. 1 (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k455453g/f1.item.zoom) reproduit dans E. Renan, Questions contemporaines, Paris, Michel Lévy frères, 1868, p. 248-250 (en conclusion de l’article : « Destitution d’un professeur au Collège de France », p. 241-250).

15 Archives du Collège de France, Procès-verbaux des assemblées, 4 AP 153, p. 4 (9 février 1868).

16 Archives du Collège de France, 4 AP 154 c-d (brouillon du courrier adressé au ministre de l’Instruction publique à la suite de l’assemblée du 9 février 1868). Voir aussi 4 AP 153, p. 10-16 (3 mai 1868), pour sa retranscription.

17 Je remercie Céline Barthonnat de m’avoir rendu attentif à cette réunion.

18 Archives du Collège de France, Procès-verbaux des assemblées, 4 AP 153, p. 20 (15 novembre 1868).

19 Ibid., p. 20-21.

20 Ibid., p. 21.

21 E. Renan, « L’instruction supérieure en France. Son histoire et son avenir », Revue des Deux Mondes, 51, 1er mai 1864, p. 73-95 ; repris dans E. Renan, Questions contemporaines, op. cit., p. 69-115.

22 Pour ces citations, voir : E. Renan, Questions contemporaines, op. cit., p. 80, 84 et 106.

23 Sur la diversité des positions dans ce débat, voir S. Kozlov, « La IVe section de l’EPHE », dans C. Trautmann-Waller (dir.), De la philologie allemande à l’anthropologie française. Les sciences humaines à l’EPHE (1868-1945), op. cit., p. 66-69.

24 E. Renan, « Madame Hortense Cornu », Œuvres complètes, Paris, H. Psichari, 1958, t. II, p. 1120 cité d’après S. Kozlov, « La IVe section de l’EPHE », dans C. Trautmann-Waller (dir.), De la philologie allemande à l’anthropologie française. Les sciences humaines à l’EPHE (1868-1945), op. cit., p. 69.

25 E. Renan, « L’instruction supérieure en France. Son histoire et son avenir », art. cit., p. 106-107.

26 Règlement de 1873, article 16.

27 P. Henriet (dir.), L’École pratique des hautes études, op. cit., p. 31.

28 S. Kozlov, « La IVe section de l’EPHE », dans C. Trautmann-Waller (dir.), De la philologie allemande à l’anthropologie française. Les sciences humaines à l’EPHE (1868-1945), op. cit., p. 64-65.

29 P. Henriet (dir.), L’École pratique des hautes études, op. cit., p. 78. Une présidence de l’EPHE fut instituée en 1980. En 2006, les présidents de section deviennent des « doyens ». Ce changement de titre est un indicateur de la perte d’importance de la fonction au profit de la présidence.

30 Gabriel Monod exerçait comme directeur d’études d’Histoire à la IVe section entre 1868 et 1911. En 1905, il fut chargé d’un « cours complémentaire d’Histoire générale et de méthode historique, créé au Collège de France pour une durée de cinq années, grâce à une donation de Mme la marquise Arconati-Visconti, née Peyrat » (G. Monod, « La chaire d’Histoire au Collège de France », Revue historique, t. 90/2, 1906, p. 241-463, ici p. 241 note 1). Sur Monod, voir : Y. Potin, « Les fantômes de Gabriel Monod. Papiers et paroles de Jules Michelet, érudit et prophète », Revue historique, t. 664/4, 2012, p. 803-836 et plus généralement ce numéro spécial de la Revue historique.

31 Sur la fondation de la Ve section, voir : P. Cabanel, « La création de la section des sciences religieuses », dans P. Henriet (dir.), L’École pratique des hautes études, op. cit., p. 103-116. Sur la Ve section, voir aussi : J. Baubérot (dir.), Cent ans de sciences religieuses en France, Paris, Le Cerf, 1987.

32 Décret relatif à la création d’une École pratique des hautes études du 31 juillet 1868, article 1er (republié dans l’Annuaire de l’EPHE, t. 7, 1995, p. 2-3 : https://www.persee.fr/doc/ephe_0000-0001_1990_num_7_1_7374).

33 Ibid., article 5.

34 Ibid., article 1er.

35 Mélanges publiés par la section historique et philologiques de l’École des hautes études pour le dixième anniversaire de sa fondation, Paris, Vieweg, coll. « Bibl. de l’École des hautes études, sciences historiques et philologiques, 35 », 1878, p. i-ii.

36 Ibid., p. vii.

37 Il serait très important qu’une étude soit consacrée à la question de la part des femmes parmi les candidates au Collège de France en regard de celle existant au sein de l’EPHE et de l’EHESS. Les études sur la place des femmes dans le monde académique ont depuis longtemps montré que celle-ci diminuait plus on montait dans la hiérarchie des institutions et des postes. Voir R. Rogers et P. Molinier (dir.), Les femmes dans le monde académique. Perspectives comparatives, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2016.

38 Voir le tableau récapitulatif à la fin de cet article et la colonne « Commentaire ».

39 L’investissement de Gaston Paris dans les enseignements de l’EPHE est d’autant plus notable qu’il ne souhaitait pas qu’en vue d’une réforme de l’enseignement supérieur, V. Duruy crée une nouvelle institution, mais supprime tous les établissements non-universitaires et refonde l’Université. Voir S. Kozlov, « La IVe section de l’EPHE », dans C. Trautmann-Waller (dir.), De la philologie allemande à l’anthropologie française. Les sciences humaines à l’EPHE (1868-1945), op. cit., p. 66.

40 Pour les cas de Chavannes et Pelliot, voir la contribution d’Alain Thote dans ce volume.

41 Voir le tableau récapitulatif à la fin de cet article, colonne « Commentaire ». Dans cet article, nous laissons de côté la question du statut juridique du cumul entre ces institutions et de son évolution.

42 Il est un autre cumul, mais qui concerne beaucoup moins de professeurs, c’est celui de l’École supérieure de physique et de chimie industrielles de la Ville de Paris (ESPCI). Voir : W. Feuerhahn, « L’atelier des intitulés du Collège de France », dans W. Feuerhahn (dir.), La politique des chaires au Collège de France, op. cit., p. 44 (http://books.openedition.org/lesbelleslettres/137).

43 Ne sont comptés comme directeurs d’études à l’EHESS que ceux qui ont été élus à partir de 1976 (à ma connaissance, J. Gernet a encore été élu en 1975 à la VIe section de l’EPHE).

44 Ceux qui appartenaient à plusieurs sections de l’EPHE sont comptabilisés dans la Ire section dont ils relevaient (voir « Annexe 1 – Tableau récapitulatif final »).

45 Ce résultat doit toutefois être nuancé étant donné les lacunes en termes de sources. Pour les trois premières sections, ont été utilisés les rapports de l’EPHE sur la période 1872-1894 disponibles sur Persée (https://www.persee.fr/collection/ephe) ainsi que pour la IIIe section, les annuaires des années 1956 et 1968-1969 (Annuaire de l’École pratique des hautes études. Sciences naturelles).

46 Y. Renisio, « Le crédit des chaires », dans W. Feuerhahn (dir.), La politique des chaires au Collège de France, op. cit., p. 223-250 (http://books.openedition.org/lesbelleslettres/163).

47 J. Carroy, A. Ohayon, R. Plas, « Usages, extensions et masques de l’intitulé “psychologie” au Collège de France », dans W. Feuerhahn (dir.), La politique des chaires au Collège de France, op. cit., p. 481-502 (http://books.openedition.org/lesbelleslettres/179).

48 4 AP 409 (15 novembre 1922) : « Cette occasion aurait, en outre, l’avantage de rattacher au Collège un laboratoire qui s’en est trouvé séparé depuis plusieurs années. » 4 AP 412 (15 avril 1923) : voir plus loin dans le texte.

49 4 AP 412 (15 avril 1923).

50 Sur ces questions, voir : W. Feuerhahn, « L’atelier des intitulés du Collège de France », dans W. Feuerhahn (dir.), La politique des chaires au Collège de France, op. cit., p. 37-41 (http://books.openedition.org/lesbelleslettres/137). Sur le partage sciences/lettres, voir : W. Feuerhahn, « Partages politiques des savoirs. Lettres versus sciences, Geisteswissenschaften versus Naturwissenschaften (1800-1918) », dans D. Pestre (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, t. 2. Modernité et globalisation, K. Raj et O. Sibum (dir.), Paris, Éditions du Seuil, 2015, p. 92-113.

51 L’élection de T. Ribot en 1888 constitua l’un des cas les plus conflictuels : W. Feuerhahn, « De la Sorbonne au Collège de France. Enjeux du titre des chaires de Ribot », Revue philosophique de la France et de l’étranger, t. 141, 2016/4, p. 477-488 (https://www.cairn.info/revue-philosophique-2016-4-page-477.htm ; DOI : 10.3917/rphi.164.0477).

52 Je profite de cette note pour remercier très chaleureusement Yann Renisio de m’avoir transmis son travail de repérage.

53 Y. Renisio, « Le crédit des chaires », dans W. Feuerhahn (dir.), La politique des chaires au Collège de France, op. cit., p. 245 (http://books.openedition.org/lesbelleslettres/163).

54 Voir notre annexe 2 qui met ces derniers en italiques. Ces recensements méritent d’être considérés avec circonspection étant donné le peu d’informations disponibles sur les dates d’élection à l’EPHE des membres de la IIIe section.

55 On passe de 34 à 25 professeurs considérés.

56 On passe de 7 à 3 professeurs considérés (Wallon, Mauss, Gilson). Pour l’Académie des sciences, on reste à 7 membres, mais cela est peut-être dû aux informations lacunaires sur la IIIe section de l’EPHE.

57 Les autres provenances, quand elles ont pu être établies (bibliothèques, enseignement secondaire, École des chartes) sont plus résiduelles.

58 Tous deux relèvent de la Ve section de l’EPHE.

59 A. Compagnon, P. Corvol, J. Scheid et C. Surprenant (dir.), Le Collège de France. Cinq siècles de libre recherche, Paris, Gallimard, 2015, p. 19.

60 Voir P. Rabault-Feuerhahn, « Un lieu pour le sanskrit. La chaire du Collège de France et le paysage des études orientales à Paris », dans P. Rabault-Feuerhahn et J. Petit (dir.), Le sanctuaire dévoilé. Antoine Léonard Chézy et les débuts des études sanskrites en Europe 1800-1850, Paris, Geuthner/BNF, 2019, p. 39-84.

61 Voir D. T. McGetchin, « Wilting florists: The turbulent early decades of the Société Asiatique, 1822-1860 », Journal of the History of Ideas, 64, 2004, 565-580 ; R. Lardinois, L’invention de l’Inde. Entre ésotérisme et science, Paris, CNRS Éditions, 2007, p. 52-54 ; P. Rabault-Feuerhahn, L’archive des origines. Sanskrit, philologie, anthropologie dans l’Allemagne du xixe siècle, Paris, Le Cerf, 2008, p. 123-124.

62 Voir la nécrologie d’Eugène Burnouf par Renan publiée dans Le moniteur universel (1852) et reprise dans E. Renan, Questions contemporaines, op. cit., p. 155-163.

63 W. Feuerhahn, « Partages politiques des savoirs », dans D. Pestre (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, t. 2. Modernité et globalisation, op. cit., p. 92-113.

64 P. Rabault-Feuerhahn, « Ernest Renans “Laboratorium der Philologie”. Rassenbegriff und liberaler Anspruch », dans P. Krämer et M. Messling (dir.), Rassedenken in der Sprach- und Textrefexion, Paderborn, Wilhelm Fink, 2015, p. 267-294.

65 E. Renan, « L’instruction supérieure en France », art. cit., p. 73-95 ; repris dans E. Renan, Questions contemporaines, op. cit., p. 69-115. Voir en particulier p. 84, 92, 108.

66 P. Henriet, « La section des sciences historiques et philologiques : construction d’une identité », dans P. Henriet (dir.), L’École pratique des hautes études, op. cit., p. 75-76.

67 Il s’agit de la transformation de la chaire d’Archéologie occupée par des égyptologues depuis sa création en chaire de Philologie et archéologie égyptiennes. Voir É. Lehoux, « Qu’est-ce que l’archéologie au Collège de France ? (xixe-milieu du xxe siècle) », dans W. Feuerhahn (dir.), La politique des chaires au Collège de France, op. cit., p. 303-304 (https://books.openedition.org/lesbelleslettres/165) : le terme philologie est explicitement imposé par le ministre de l’Instruction publique, G. Rouland, pour adosser la jeune archéologie à une pratique présentée comme plus « solide ».

68 Léon Renier, Épigraphie et antiquités romaines.

69 A. Collinot, « Les intitulés “père & fils” ou la question de l’hérédité des chaires », dans W. Feuerhahn (dir.), La politique des chaires au Collège de France, op. cit., p. 134-135 (https://books.openedition.org/lesbelleslettres/146) ; S. Rey, « De l’éloquence à la civilisation. Évolution de l’intitulé des chaires consacrées à l’Antiquité latine (xixe-xxe siècles) », dans W. Feuerhahn (dir.), ibid., p. 290 (http://books.openedition.org/lesbelleslettres/160).

70 L. Havet, Leçon d’ouverture faite le 7 décembre 1882 Collège de France, Chaire d’éloquence latine, Paris, Chamerot, 1882, p. 1 (cité par A. Collinot, « Les intitulés “père & fils” », dans W. Feuerhahn [dir.], La politique des chaires au Collège de France, op. cit., p. 136 ; https://books.openedition.org/lesbelleslettres/146). Sur Louis Havet, voir aussi : D. Thouard, « Ein Philologe in der Dreyfus-Affäre: Louis Havet. Über Expertisen und wissenschaftliches Ethos », dans R. Klausnitzer, C. Spoerhase et D. Werle (dir.), Ethos und Pathos der Geisteswissenschaften. Konfiguration der wissenschaftlichen Persona seit 1750, Berlin/Boston, De Gruyter, 2015, p. 106-138.

71 Jusqu’en 1880, la préparation à l’agrégation n’existe qu’à l’École normale supérieure. À partir de cette date, les facultés de lettres en sont aussi chargées (Y. Verneuil, Les agrégés, Paris, Belin, 2017, p. 130-132).

72 W. Feuerhahn, « Le Collège de France et “liberté de transformation” des chaires », dans W. Feuerhahn (dir.), La politique des chaires au Collège de France, op. cit., p. 109-126 (https://books.openedition.org/lesbelleslettres/143).

73 Fossey, Millet, Mauss, Gilson.

74 L’homogénéisation des intitulés « Langue et littérature… » à partir de 1885 sur laquelle nous reviendrons a sans doute contribué à privilégier les membres de la IVe section.

75 B. R. Faraco, « Les durkheimiens et le Collège de France (1897-1918) », Revue européenne des sciences sociales, vol. 53-2, 2015, p. 206 (https://journals.openedition.org/ress/3345).

76 Ibid., p. 210-211 ; P. Besnard, « Durkheim, les durkheimiens et le Collège de France », Études durkheimiennes, Ire s., 3, 1979, p. 4-7 ; M. Fournier, Marcel Mauss, Paris, Fayard, 1994. La centralité de l’EPHE dans ces deux concours est très nette. Parmi les 4 candidats en lice en 1907, 3 relèvent de l’EPHE (Mauss, Vernes, Réville) ; en 1909, 4 sur 6 enseignent à l’EPHE (Mauss, Loisy, Vernes, Amélineau). Jules Toutain était professeur à l’ENS et G. Foucart, professeur d’histoire des religions à Aix-en-Provence.‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

77 Sur la VIe section, voir : D. Pelletier, « La section des sciences économiques et sociales », dans P. Henriet (dir.), L’École pratique des hautes études, op. cit., p. 117-124, ainsi que B. Mazon, Aux origines de l’École des hautes études en sciences sociales, le rôle du mécénat américain : 1920-1960, préface de P. Bourdieu, postface de C. Morazé, Paris, Le Cerf, 1988.

78 Il serait très intéressant d’arriver à objectiver la renommée des professeurs en utilisant divers indicateurs, dont la présence dans les médias, les chiffres de ventes et de mettre ce résultat en regard du nombre de représentants de l’institution en question. Il est ainsi possible qu’apparaîtrait l’écart entre des professeurs venus de la VIe section et de l’EHESS plus visibles bien que moins nombreux que les professeurs issus de la IVe section.

79 IVe section : 60-7 = 53 (Chavannes, Clermont-Ganneau, Defrémery, Grenier, Monceaux, Oppert, Pelliot) ; Ve section : 22-6 = 16 (A. Réville, J. Réville, Loisy, H. Maspero, Massignon, Febvre).

80 Sur l’EHESS et l’évolution du poids relatif des disciplines en son sein, voir l’article d’O. Godechot, « La formation des relations académiques au sein de l’EHESS », Histoire & mesure, XXVI/2, 2011, p. 223-260 (http://journals.openedition.org/histoiremesure/4268 ; DOI : 10.4000/histoiremesure.4268).

81 Voir W. Feuerhahn, « L’atelier des intitulés du Collège de France », dans W. Feuerhahn (dir.), La politique des chaires au Collège de France, op. cit., p. 24 (http://books.openedition.org/lesbelleslettres/137).

82 V. Perraky, « Resémantiser un intitulé fondateur ? Les chaires de grec au Collège de France », dans W. Feuerhahn (dir.), La politique des chaires au Collège de France, op. cit., p. 267 (https://books.openedition.org/lesbelleslettres/155).

83 La suppression de « tartare-mandchoue » date de 1921 avec la chaire d’Henri Maspero.

84 Le passage de l’adjectif « sanscrites » au génitif « de l’Inde » a lieu avec l’élection de J. Filliozat.

85 Archives du Collège de France, AP 4 234-l : brouillon du procès-verbal de l’assemblée des professeurs du 18 janvier 1885.

86 Assemblée des professeurs du 1er mars 1885 (Archives du Collège de France, Registre des délibérations, 2 AP 8-page 148).

87 Plus précisément : 56 professeurs (dont 16 ayant exercé ou exerçant à l'EPHE) et 4 chargés de cours (source : « Tableau des chaires depuis 1800 » cité plus haut).

88 Elle appelle des études à échelle plus large prenant en compte les diverses institutions en relation. Il faut impérativement renvoyer ici aux nombreux et très importants travaux de Christophe Charle. C’est aussi ce que souhaite valoriser le programme « Passage des disciplines » dirigé par A. Compagnon et C. Suprenant. Pour une étude large sur un domaine d’érudition, voir : R. Lardinois, « L’EPHE dans l’espace disciplinaire des études indiennes en France (v. 1870-v. 1930) », dans C. Trautmann-Waller (dir.), De la philologie allemande à l’anthropologie française. Les sciences humaines à l’EPHE (1868-1945), op. cit., p. 209-224.

89 Ce tableau est très certainement incomplet. Il a été fait sur la base de compilations d’informations de très diverses sources. Il appelle donc d’autres travaux. L’objectif est simplement de fournir un premier état des lieux.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — Extrait du procès-verbal de l’Assemblée des professeurs, 9 février 1868.
Crédits Archives du Collège de France, 4 AP 153, p. 3.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/10344/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Fig. 2 — Extrait du procès-verbal de l’Assemblée des professeurs, 3 mai 1868.
Crédits Archives du Collège de France, 4 AP 153, p. 6.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/10344/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Fig. 3 — Extrait du courrier adressé au ministre de l’Instruction publique à la suite de l’assemblée du 9 février 1868.
Crédits Archives du Collège de France, 4 AP 154 c-d.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/10344/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 4 — Extrait du procès-verbal de l’Assemblée des professeurs, 15 novembre 1868.
Crédits Archives du Collège de France, 4 AP 153, p. 20.
URL http://books.openedition.org/cdf/docannexe/image/10344/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

© Collège de France, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search