Desktop versionMobile Version

De l’inégalité des vies

 | 
Didier Fassin

Préface

Philippe Sansonetti

Volltext

1La chaire Santé publique du Collège de France a été créée en partenariat avec Santé Publique France, qui en assure le mécénat. Je tiens avant tout à remercier François Bourdillon et Jean-Claude Désenclos pour leur soutien enthousiaste à la création de cette chaire et à Geneviève Chêne, nouvelle directrice générale de Santé publique France, pour son intérêt renouvelé.

2La santé publique est comme un puzzle : chaque pièce n’existe que conjointement avec les pièces dans lesquelles elle s’emboîte. L’objectif de cette chaire annuelle est d’explorer les principales pièces de ce puzzle et la logique de leur emboîtement. Vaste programme !

  • 1 Arnaud Fontanet, L’Épidémiologie ou la science de l’estimation du risque en santé publique, leçon (...)

3Nous avons exploré l’épidémiologie comme science de l’estimation du risque en médecine avec Arnaud Fontanet en 2018-20191. Nous explorerons cette année avec Didier Fassin les déterminants socio-anthropologiques et politiques de la santé publique.

L’hygiène publique, qui est l’art de conserver la santé aux hommes réunis en société, est appelée à recevoir un grand développement et à fournir de nombreuses applications au perfectionnement de nos institutions.

  • 2 « Le Manifeste », Annales d'hygiène publique et de médecine légale, no 1, 1829, republié dans Cult (...)

4Pour la discipline protéiforme qu’est la santé publique, en perpétuelle recherche de sa définition, cette formulation fondatrice publiée dans le premier numéro des Annales d’hygiène publique et de médecine légale en 18292 – période-clé de l’émergence de la discipline – a d’emblée le mérite de souligner qu’au-delà de la médecine clinique la santé publique était à la fois naturaliste et culturelle.

  • 3 Louis-René Villermé, « Note sur la mortalité (parmi les forçats de Rochefort) », Annales d’hygiène (...)

5En 1832, dans cette même revue, lors du désastre sanitaire causé en France par la deuxième pandémie de choléra, Louis-René Villermé écrivait : « quand les maladies sont […] développées, elles sont plus souvent mortelles chez les indigents que chez les gens aisés3 ».

6Maladies, inégalités sociales, inégalité des vies… Les maladies sont en effet un puissant déterminant et un impitoyable révélateur de l’inégalité des vies. Cette « inégalité des vies », c’est le fil rouge de votre contribution ; ce sera donc le thème de votre leçon inaugurale.

7Didier Fassin est médecin, titulaire d’une maîtrise de Santé publique et d’une thèse en sciences sociales, anthropologue et actuellement directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et professeur titulaire de la chaire de sciences sociales à l’Institute for Advanced Study (IAS) de Princeton aux États-Unis.

8Je pourrais résumer en disant que Didier Fassin appartient à cette génération de médecins qui, dans les années 1980, ont réalisé, peut-être pour la première fois à ce degré, qu’une maladie transmissible épidémique émergente comme le sida était plus qu’un dramatique fait biologique et sanitaire, mais qu’elle révélait aussi de puissants déterminants anthropologiques, sociologique et éthiques.

9Didier Fassin a donc initialement suivi une voie médicale et académique classique, comme chef de clinique en maladies infectieuses et comme assistant en santé publique à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière en 1987. Il s’est orienté ensuite, à partir de 1991, vers les sciences sociales pour devenir professeur de sociologie à l’université Paris Nord en 1997 puis directeur d’études à l’EHESS en 1999, tout en construisant sa carrière sur un mode original, multipliant les actions et études en France et dans le monde : au Sénégal, au Congo, en Équateur, en Afrique du Sud, et maintenant aux États-Unis. Ses travaux, souvent menés dans une perspective critique de sujets sociétaux moraux et politiques, laissent chaque fois une trace profonde de par son engagement, sa présence soutenue sur le terrain, son courage physique et moral, son humanisme et son non-conformisme.

10Il a étudié avec la même pertinence des sujets à forte connotation médicale, comme le comportement des malades atteints du sida, l’inégalité d’accès à la prévention et aux soins, la mortalité maternelle, le saturnisme infantile, les traumatismes psychiques ; et des sujets à forte connotation socio-anthropologique comme l’action humanitaire, l’expérience des prisonniers, des demandeurs d’asile et des étrangers en situation irrégulière, la discrimination. Il a également enquêté sur les violences policières, la justice, la prison, afin de mieux comprendre la manière dont on administre la punition.

11Lauréat d’une bourse du Conseil européen de la recherche (European Research Council/ERC), il a développé une véritable philosophie de la violence des rapports humains dans différentes situations géographiques, politiques et socio-économiques. Cet éclectisme, ce foisonnement des idées, doublé d’une pertinence et d’une profondeur de réflexion exceptionnelles, ont bâti une reconnaissance internationale qu’illustrent, au-delà de ses nombreuses publications de haut niveau, des éditoriaux dans des journaux de premier plan, des conférences prestigieuses prononcées à l’occasion de prix comme la Médaille d’or de la Swedish Society for Anthropology and Geography (SSAG) en 2016 ou le Nomis Distinguished Scientist Award décerné pour la première fois en 2018 à un anthropologue. Il m’est toutefois impossible de résumer la liste de ses initiatives nationales et internationales, de ses cours, de ses écoles d’été, de ses contributions à des actions humanitaires. Il préside actuellement en France le Comité pour la santé des exilés (Comede).

12Didier Fassin est enfin connu pour ses ouvrages, traduits en au moins huit langues. Je ne peux résister à citer quelques titres qui sont tout un programme : La Raison humanitaire. Une histoire morale du temps présent (Seuil, 2010), La Force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers (Seuil, 2011), L’Ombre du monde. Une anthropologie de la condition carcérale (Seuil, 2015), Punir. Une passion contemporaine (Seuil, 2017) et, tout simplement, La Vie. Mode d’emploi critique (Seuil, 2018).

13Cher Didier Fassin, avec mes vives félicitations, je vous laisse la parole pour nous parler de l’inégalité des vies.

Anmerkungen

1 Arnaud Fontanet, L’Épidémiologie ou la science de l’estimation du risque en santé publique, leçon inaugurale prononcée au Collège de France le jeudi 31 janvier 2019, Éditions du Collège de France/Fayard, 2019 ; disponible en ligne : https://books.openedition.org/cdf/8263.

2 « Le Manifeste », Annales d'hygiène publique et de médecine légale, no 1, 1829, republié dans Culture technique, no 3, 1981, p. 232 : http://documents.irevues.inist.fr/handle/2042/31542.

3 Louis-René Villermé, « Note sur la mortalité (parmi les forçats de Rochefort) », Annales d’hygiène publique, industrielle et sociale, vol. 6, 1831, p. 119.

© Collège de France, 2020

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search