Version classiqueVersion mobile

Langage, discours, pensée

 | 
François Recanati

Préface

Claudine Tiercelin

Texte intégral

1La philosophie s’est toujours souciée du sens des mots, de son caractère naturel ou conventionnel, de la relation des signes à la pensée et aux choses. Elle a toujours eu pour compagnes la grammaire, qui s’occupe de la description des langues, la logique, qui prend en charge le raisonnement et l’argument, et la rhétorique, qui traite de l’art de parler et de persuader. Pour les philosophes classiques, ces questions relevaient d’une analyse des idées et de la manière dont la structure de l’esprit reflète, à travers la structure du discours, celle des choses. Quant aux empiristes, ils s’employèrent à donner une assise scientifique à l’étude de l’acquisition par l’esprit humain des significations et de leur expression dans le langage. Les philosophes, les logiciens et les linguistes du xxe siècle rejetèrent cette approche qui faisait du sens le produit des contenus mentaux, et développèrent des conceptions objectivistes de la signification, retrouvant les conceptions stoïciennes et médiévales de la proposition et les systématisant en autant de théories des signes. Cependant, la perspective cartésienne, qui faisait des mots le miroir des idées, ne disparut jamais vraiment, et elle revint en force à la fin du xxe siècle, quand les sciences cognitives purent analyser la manière dont le cerveau traite les représentations mentales et linguistiques.

2Le Collège de France, depuis sa création, ne fut jamais étranger à ces développements. Il y nomma Pierre de la Ramée en 1554, dont l’enseignement connut un succès européen. On a dit que le Collège de France fut, au temps de la Révolution et de l’Empire, une succursale de l’Idéologie. Par la suite, des linguistes comme Michel Bréal et des psychologues comme Théodule Ribot, sans parler d’Émile Benveniste, se consacrèrent à ces questions, et l’on sait le rôle que jouèrent, au xxe  siècle, les philosophes du Collège de France – de Henri Bergson à Maurice Merleau-Ponty, mais surtout Jules Vuillemin, Gilles-Gaston Granger et Jacques Bouveresse – dans l’analyse des théories du langage et du sens.

3François Recanati est l’un des plus importants héritiers de ces problématiques. Quelques mots rapides sur son impressionnant parcours. Agrégé de philosophie, docteur de troisième cycle, docteur ès-lettres, entré au Centre national de la recherche scientifique en 1979, Recanati y fait toute sa carrière. D’abord chargé de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) – à l’invitation de Roland Barthes – en 1975, il y sera élu directeur d’études en 2008. Cofondateur puis directeur de l’Institut Jean-Nicod, unité de recherche d’une centaine de personnes, commune à l’École normale supérieure (ENS) et à l’EHESS, il y mène un travail intense d’enseignement et d’encadrement, multipliant activités d’édition et d’administration de la recherche, en France et à l’étranger.

4Mais c’est évidemment le retentissement international de son œuvre qui lui vaudra de multiples invitations dans les universités les plus prestigieuses et de grandes distinctions. Premier philosophe lauréat d’une bourse du Conseil européen de la recherche (European Research Council/ERC), l’un des très rares Français à être membre étranger de l’American Academy of Arts and Sciences, il est notamment docteur honoris causa de l’université de Stockholm et médaillé d’argent du CNRS en 2014.

5L’œuvre considérable de Recanati, riche de onze livres, et de plus de cent cinquante articles, dont la plupart ont d’abord été écrits en anglais et traduits dans de nombreuses langues, est issue du croisement de toutes ces traditions que j’ai évoquées. Elle illustre et prolonge les déplacements qu’ont connus, depuis une cinquantaine d’années, les théories de la signification et de l’esprit.

  • 1 La Transparence et l’Énonciation, pour introduire à la pragmatique, Paris, Seuil, coll. « L’Ordre (...)

6Quand il publia son premier livre, La Transparence et l’Énonciation, en 19791, l’un des articles de base de la philosophie du langage, prôné par Gottlob Frege et Bertrand Russell, était que les pensées et les significations linguistiques sont des entités objectives, indépendantes des représentations psychologiques, et que les mots n’ont de sens qu’au sein de phrases. Quelques décennies plus tard, cette image s’est inversée : les expressions linguistiques véhiculent leur contenu par l’intermédiaire de représentations mentales dont la structure est parallèle à celle des phrases. Mais une modification majeure, anticipée par George Berkeley, reprise par Charles Sanders Peirce et les pragmatistes, puis par Edmund Husserl, Karl Bühler et plus récemment Émile Benveniste, est intervenue : le langage n’est plus simplement miroir de représentations mentales et production de sens objectifs ; il est aussi l’instrument des actions. Il exerce cette fonction par l’entremise de ce que Russell qualifiait de « particuliers égocentriques », ou de ce que, ici même, Benveniste et Granger ont appelé des « embrayeurs » pragmatiques, comme les indexicaux (ici, maintenant), les pronoms personnels (je, nous) et nombre de formes temporelles et aspectuelles du sens. Alors qu’on avait tendance, dans les travaux logiques et philosophiques, à tenir ces relations entre intention, signification et action, pour des phénomènes marginaux et secondaires par rapport à l’étude de la structure sémantique du langage, depuis quelques décennies, ces relations sont devenues centrales et déterminantes. François Recanati n’a pas seulement accompagné le développement de cette partie de la linguistique contemporaine qu’est la « pragmatique » : il l’a aussi, en France, à la suite, du grand linguiste Oswald Ducrot, profondément renouvelée.

  • 2 Meaning and Force, Cambridge, Cambridge University Press, coll. « Cambridge Studies in Philosophy  (...)

7Dans ses écrits des années 1990 et 2000, il n’a cessé de montrer, en particulier à propos des phénomènes de la référence et de l’indexicalité, de la communication et des actes de langage, qu’il a étudiés dans quelques grands livres devenus des classiques2, que l’usage dans les contextes ne cesse de déborder la signification linguistique. Plus récemment, il s’est fait le promoteur d’un contextualisme radical, selon lequel aucun phénomène de signification n’échappe à cette détermination du sens par l’usage, le contexte et les circonstances. Les phrases et les propositions qu’elles expriment n’ont de sens que dans leurs conditions d’énonciation.

8Cette perspective, que Recanati illustre avec le talent argumentatif du philosophe rompu à la dispute en forme et la compétence du linguiste, est à la fois de nature à profondément renouveler la philosophie et les sciences cognitives, et à même de renouer avec les problématiques les plus traditionnelles de la philosophie.

9Sur le premier plan, ses travaux ont accompagné l’émergence des sciences cognitives ; il sera donc l’interlocuteur naturel au Collège de France de tous les chercheurs qui se sont consacrés à la linguistique, à la rhétorique, à la grammaire et aux sciences du cerveau, mais aussi celui des sociologues, des anthropologues, des historiens et des philosophes qui ne cessent d’examiner les relations entre l’esprit et la nature. Sur le second plan, moins décelable à première vue, tant est contemporaine et internationale la pertinence de ses écrits, il s’inscrit aussi dans une tradition, qui est celle de la première phénoménologie, celle de Franz Brentano, de Edmund Husserl, et des philosophes (ou encore juristes) allemands et autrichiens qui, privilégiant une approche objectiviste du sens, se sont intéressés à l’interaction entre nature et culture dans le langage.

  • 3 Perspectival Thought: A Plea for (Moderate) Relativism, Oxford, Oxford University Press, 2007,

10Permettez-moi de mentionner encore un domaine où, tout en gardant un lien direct avec les analyses contemporaines de la phénoménologie, la philosophie de François Recanati a contribué à renouveler la théorie de l’esprit et du sens. C’est celui, ô combien classique et étudié, de la nature de la subjectivité et de ce que l’on appelle, un peu pompeusement, « le sujet ». Recanati ne fait certes pas l’archéologie de cette figure ni de son inscription historique. Mais dans ses livres récents, à travers une étude extraordinairement précise de la manière dont la subjectivité s’exprime dans le discours, et dont elle est sous-tendue par la pensée, comme il le dit, « perspectivale » (selon le titre de son grand livre de 20073), il nous donne de précieux guides pour mieux appréhender cette question.

11Assurément, le contextualisme de Recanati peut parfois faire penser, surtout quand on est une métaphysicienne un peu obsédée par la prégnance de certains universaux réels, voire essentiels, à celui de Protagoras, et Recanati a souvent croisé, dans ses derniers travaux, les idées du célèbre relativiste de l’Antiquité, qui a tant de disciples aujourd’hui, et dont, même en ce Collège de France, on ne cesse de discuter les idées, sous des formes variées. Mais discussion critique et délimitation des territoires conceptuels ne valent pas approbation. Et l’un des grands mérites de Recanati, par ses travaux, aussi originaux que profonds, sur le sens en contexte, est de nous donner précisément les moyens de discuter, d’évaluer, de prolonger, et même de décider qui a le plus de chance d’avoir raison ou tort.

12C’est pourquoi je suis heureuse et impatiente, comme vous, d’accueillir François Recanati, et de lui souhaiter, au nom de l’Assemblée des professeurs, la bienvenue au Collège de France.

Notes

1 La Transparence et l’Énonciation, pour introduire à la pragmatique, Paris, Seuil, coll. « L’Ordre philosophique », 1979.

2 Meaning and Force, Cambridge, Cambridge University Press, coll. « Cambridge Studies in Philosophy », 1987 ; Direct Reference: From Language to Thought, Oxford, Basil Blackwell, Oxford 1993 ; Oratio Obliqua, Oratio Recta: An Essay on Metarepresentation, Cambridge, (Mass.), MIT Press/Bradford Books, coll. « Representation and Mind », 2000 ; Philosophie du langage (et de l’esprit), Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », Paris, 2008.

3 Perspectival Thought: A Plea for (Moderate) Relativism, Oxford, Oxford University Press, 2007,

© Collège de France, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search