Version classiqueVersion mobile

Faits et valeurs

 | 
Andrew Abbott

Marx et Marshall : de l’historicisme au choix

Deuxième conférence

Texte intégral

Introduction

1Lors de la première conférence, j’ai d’abord présenté l’approche qu’est celle d’Emmanuel Kant concernant le rapport entre faits et valeurs. J’ai montré que la séparation qui existe sur le plan transcendantal kantien entre les faits et les valeurs peut être en partie surmontée en réconciliant ces deux aspects à travers l’acte de jugement. Juger implique en effet de mobiliser des idées transcendantales et de les appliquer au monde sensible, à notre vie de tous les jours. Je me suis ensuite tourné vers Émile Durkheim en expliquant sa réaction envers cette position kantienne, à savoir son refus de considérer le plan transcendantal. De fait, Durkheim lui substitue un nouveau plan. Supposé empirique et naturel (et par conséquent en proie au changement), celui-ci diffère pourtant de la réalité quotidienne dont nous faisons l’expérience, ce qui le rend d’une certaine manière transcendant, malgré le rejet de ce terme par Durkheim. Ce plan, c’est celui de la « société » : il est donc localisé à l’intérieur du monde sensible. Il permet simultanément à Durkheim de prouver les catégories de la connaissance, qui sont censées être immuables, et celles de la morale qui, elles, évoluent lentement au fil du temps. Durkheim achève donc l’exposé de sa position sur une contradiction. Selon lui, d’une part, nous pouvons trouver à tout moment dans la conscience collective d’une société donnée ce qui constitue une morale absolue ; mais, d’autre part, en raison de son enracinement dans l’histoire, cet absolu moral est susceptible d’évoluer sous l’effet conjoint de l’accroissement de la division du travail et du délitement des institutions qui participent à maintenir une certaine solidarité au sein de la société. Néanmoins, comment quelque chose qui relève de l’absolu peut admettre le changement en son sein ? Autrement dit, comment pouvons-nous voir dans ce phénomène instable la racine de ce qui constituerait une morale absolue, une morale véritable ? D’autant plus que, selon Durkheim, c’est dans la religion que nous pouvons trouver le fondement des catégories immuables de la connaissance objective. Or comment cela pourrait-il être possible étant donné que la religion fait selon toute vraisemblance partie de la société et est, par conséquent, elle aussi sujette au changement lié au cours de l’histoire ?

2Le propos qui suit portera précisément sur ces questions de changement et de stabilité, et sur les paradoxes qu’elles soulèvent. Ces paradoxes émergent en effet systématiquement lorsque nous adoptons une approche historiciste, que celle-ci porte sur le problème des faits et des valeurs, sur la politique ou encore sur l’économie. Pour mener à bien cette entreprise, j’exposerai les différences qui existent entre l’historicisme et les théories générales du monde social qui se présentent comme ses principales concurrentes : la théorie contractualiste du droit naturel et la théorie de l’économie scientifique. Après avoir étudié ces trois démarches, je proposerai une approche alternative qui, pour corriger leurs défauts respectifs, emprunte aux trois tout en acceptant de sacrifier certains de leurs apports majeurs. Cette perspective, c’est le processualisme, qui modifie en profondeur notre approche du problème des faits et des valeurs.

Penser la temporalité : atouts et faiblesses des approches existantes

L’historicisme

3C’est d’ordinaire en la replaçant dans son contexte historique d’émergence que nous saisissons l’approche historiciste. Au siècle des Lumières, on a cru en la possibilité d’un homme universel qui, mû par une dynamique de progrès universel, cheminait vers son futur. Sous la Révolution française, on a pris cette croyance à cœur lorsque l’on s’est engagé sans remords dans une entreprise de démolition d’une grande partie de ce qui avait fait la France par le passé. Ces deux philosophies conjointes — celle des Lumières et celle de la Révolution française — ont alors mené les Français à conquérir et coloniser le continent européen, avec pour objectif paradoxal d’imposer la liberté aux peuples conquis. En retour, cette entreprise a conduit le nationalisme allemand à faire siennes des philosophies qui s’étaient construites en opposition à celle des Lumières.

4Les racines de l’historicisme sont multiples. Elles puisent en partie leur source dans les théorisations du concept de « nation » qui se lisent successivement chez des auteurs allemands : de Johann G. Herder à Georg W. F. Hegel et, enfin, à Friedrich Meinecke. Ces racines se trouvent également chez les romantiques allemands qui se sont opposés au classicisme français : une lignée qui remonte aux premières œuvres de Johann W. Goethe jusqu’au Richard Wagner de L’Anneau du Nibelung. Enfin, l’historicisme émerge également au moment où l’approche rationaliste est supplantée par des démarches interprétatives : un lignage qui va de Friedrich Schleiermacher à Max Weber, en passant par Wilhelm Dilthey.

5L’historicisme n’est évidemment pas un courant de pensée purement allemand. En France, citons Jules Michelet et Élie Halévy ; en Grande-Bretagne, des intellectuels progressistes comme Herbert Spencer et Henry Buckle. Cependant, la version allemande de l’historicisme fait autorité et c’est Karl Marx qui en a été le promoteur le plus influent, bien que ne partageant pas toutes les positions caractéristiques de cette école.

6De manière générale, la démarche historiciste plaide pour aborder le présent comme le résultat d’un processus long, mû en continu par la même dynamique ; un processus régi par des lois et des régularités que l’investigation minutieuse peut révéler. Passons désormais en revue quatre des aspects principaux de cette démarche afin de mieux la comprendre. Nous examinerons successivement son ontologie, sa conception de la particularité, puis de la causalité et, enfin, de la temporalité.

7L’ontologie sociale des historicistes repose sur un monde composé d’individus qui apprennent tout au long de leur vie jusqu’à atteindre la maturité, suivant en cela l’idéal du Bildung. Cet idéal dote l’homme des Lumières, conçu comme universel par la négation de ses caractéristiques particulières, d’une véritable individualité chère aux romantiques, autrement dit de caractéristiques particulières qui le définissent en positif plutôt qu’en négatif. Ces individus, qui ne cessent d’apprendre, sont eux-mêmes membres d’unités plus grandes : les « peuples » ou Völker. Ces unités sont des assemblages complexes composés de groupes divers, mais unis par la civilisation qu’ils partagent. Comme les individus, ces assemblages évoluent et se développent au cours du temps, répondant en cela à une logique interne plus ou moins analogue à celle du Bildung. Cette logique interne conduit, sur le long terme, à l’essor puis au déclin de ces assemblages. Au sens aristotélicien du mot, il s’agit d’une entéléchie, propre à chacun des peuples.

8Venons-en au régime de particularité que partagent les historicistes. Ce qui est particulier ici, c’est une sorte d’universel local, qui caractérise tous les membres d’un peuple ou d’une culture et, au niveau individuel, toutes les actions d’un individu, aussi différentes soient-elles. Un peuple ou un individu est particulier dans son universalité. Ce régime de particularité ne se résume pas au fait de complexifier ce qui, à l’origine, n’était qu’une simple coquille vide. En d’autres termes, il ne s’agit pas, par exemple, de saupoudrer quelques grammes de genre, d’âge ou de race sur un individu abstrait — au sens des Lumières —, c’est-à-dire universel mais sans caractéristiques distinctives. Ce régime de particularité concerne tous les individus et tous les peuples à l’état de nature : ils sont particuliers tout en étant complexes. On peut les simplifier dans le cours de l’analyse, mais il ne s’agit alors pas de soustraire des variables, ce qui reviendrait à inverser la démarche statistique qui consiste implicitement à additionner les particularités.

9En troisième lieu, les historicistes considèrent la causalité de manière téléologique. Selon eux, les individus et les groupes sociaux sont mus par une dynamique qui leur est propre. Ils actualisent ainsi ce qui leur était d’une certaine façon intrinsèque. Dans quelle mesure cette entéléchie est-elle « présente dès l’origine » ? Si les historiens sont en désaccord sur son contenu précis, cet élan, cette impulsion interne, est toujours présupposé. Cette conception déterministe de la causalité qui régirait le destin des groupes sociaux se retrouve vaguement au niveau individuel, chaque penseur exposant sa propre version. Certes, Meinecke a laissé entendre, en prenant l’exemple de Goethe, qu’un individu pouvait suivre une trajectoire personnelle complètement opposée à celle de l’évolution de la société dans son ensemble. Cependant, parmi les historicistes, c’est Marx qui s’est finalement révélé le plus influent et qui s’est montré le plus sévère dans son analyse lorsqu’il s’est agi de traiter des individus. Les entités sociales représentent en effet les principaux acteurs de sa théorie, les humains n’étant que de simples exemplaires individuels de ces entités sociales. Incontestablement, Marx était un historien trop honnête pour refuser d’admettre, quand le cas se présentait, que les individus disposaient en réalité d’une certaine capacité d’action. Néanmoins, impitoyable, il fit un sort à ces situations en se contentant, après coup, d’ajuster sa théorie.

10Enfin, l’historicisme place au cœur de sa démarche la temporalité. Pour les historicistes, le présent constitue essentiellement une conséquence du passé et, notamment, de l’élan interne par lequel le passé a produit ce présent. En d’autres termes, cette approche implique de recourir fortement à la narration et, de manière générale, au récit. Les listes d’événements ou la récitation des faits sont bannies. Au contraire, les historicistes considèrent le passé en hiérarchisant les différents facteurs : au niveau macro, les empires ou les modes de production déterminent, au niveau micro cette fois, les individus ou les variations temporaires du prix des marchandises.

11L’approche historiciste s’avère donc riche et convaincante. Nous devons néanmoins jauger à la fois ses qualités et ses défauts.

12Commençons par les qualités. D’un point de vue ontologique, l’historicisme présente un avantage certain. Cette démarche part en effet du principe que les individus sont des êtres complexes, dotés d’une épaisseur biographique, et qui évoluent considérablement au cours du temps. Il en va de même d’entités plus larges comme les nations ou les classes sociales — sur lesquelles l’attention des premiers historicistes s’était concentrée —, mais aussi de nombreuses autres entités telles que les différentes générations, catégories ethniques, groupes religieux, etc. — que les historicistes ont étudiées plus récemment et ont d’ailleurs souvent contribué à faire exister. L’historicisme s’intéresse au monde réel et, pour cela, conserve comme catégories d’analyse les unités réelles qui composent ce monde.

13Autre force de l’approche historiciste, sa conception de la particularité. En effet, les historicistes ne réduisent pas les qualités particulières à de simples attributs qui seraient saupoudrés sur des individus ou des entités autrement privés de caractéristiques propres. Au contraire, les historicistes prennent ces qualités particulières au sérieux, c’est-à-dire qu’ils conservent, dans l’analyse, la complexité des acteurs. Considérer ces acteurs comme particuliers tout en étant complexes semble correspondre davantage à la réalité empirique qu’une approche additive de ces particularités, qui est notamment privilégiée par les économistes.

14C’est également en accordant une place de choix à la question du temps que l’historicisme a révélé la force de son approche. De fait, les historicistes ont apporté un éclairage convaincant sur un vaste éventail de comportements humains et ont théorisé avec nuance la façon dont divers facteurs pouvaient influencer le cours de l’histoire.

15La démarche historiciste comporte malgré tout de sérieuses faiblesses. Tout d’abord, elle entend souvent proposer un récit ininterrompu et cohérent ; objectif qui répond généralement à des intérêts politiques immédiats. Or, pour qu’un récit soit ininterrompu et cohérent, il faut que son sujet principal ne varie pas au cours de la narration. Si l’historicisme s’intéresse aux particularités, il néglige donc inévitablement celles d’individus ou de groupes dont la prise en compte viendrait menacer le caractère linéaire et unifié d’un tel récit. Ainsi, le récit proposé par les historicistes porte-t-il exclusivement sur les péripéties d’un type de particularité spécifique, en le considérant de manière unidimensionnelle : la nation, les femmes, les médecins, les célibataires… Autrement dit, la façon dont l’historicisme aborde la question de la particularité est intrinsèquement limitée puisqu’il a tendance à choisir une différence parmi toutes les différences possibles et à en faire le fil conducteur de son récit.

16Venons-en à la question de la causalité. L’historicisme pèche dans son traitement des liens entre structures sociales et capacité d’agir des individus. Certes, il serait faux de dire que, pour tous les historicistes, les individus sont étroitement déterminés par des forces sociales de grande ampleur : nous venons d’en voir un exemple dans la description que fait Meinecke de Goethe. Plus généralement, dans l’idéal du Bildung, la société et l’individu se développent en interdépendance, mais sans que l’une détermine l’autre. Dans sa version marxiste, en revanche, l’historicisme fait des individus des êtres très contraints. La tendance globale consiste ainsi à privilégier les forces sociales « de grande ampleur » et les « grandes dynamiques sociales », ce qui conduit inévitablement à considérer l’individu comme un agent contraint plutôt que libre.

17Évoquons enfin la question de la temporalité. La principale difficulté à laquelle s’exposent les historicistes, c’est que le passé est révolu. Bien sûr, des traces du passé se trouvent dans le présent : dans la mémoire, dans les corps, dans les archives et dans la structure sociale que ce passé nous a léguée. Le passé ne peut nous dominer qu’à travers ces traces et celles-ci ne peuvent s’actualiser que dans le présent. Marx avait tort : les nuages du « passé » ne menacent pas de produire du tonnerre ; ce ne sont que de simples nuages. Après tout, depuis 1870, l’Allemagne a bien changé de régime tous les trente-cinq ans ; la France, tous les quinze ans depuis 1791. La plupart des « grandes forces historiques » semblent ainsi se dissiper assez rapidement.

18Dans ses écrits, Marx se fait le prophète de la prise de pouvoir inéluctable du prolétariat. Le fait que cette prophétie ne se soit pas réalisée constitue l’une des preuves de l’échec des historicistes dans leur traitement de la temporalité : le futur reste en effet hors de leur portée. Ils ont consacré une telle énergie à évoquer le caractère inévitable du présent que, lorsqu’il s’agit de prédire un futur encore incertain, ils sont sans ressources et ne parviennent pas accorder une once de liberté aux acteurs de leur récit. Les historicistes sont donc semblables à des statisticiens qui auraient trop parfaitement ajusté leur courbe aux données.

Le droit naturel

19Au milieu du xxe siècle, l’historicisme subit les attaques d’intellectuels tels que Leo Strauss et Karl Popper. Tous deux fondent leurs critiques sur l’idée d’existence de lois éternelles. Pour Strauss, ces lois relèvent de l’ordre moral : l’historicisme aurait péché en ouvrant grand les portes au relativisme. Quant à Popper, il pense que ces lois sont d’ordre matériel : l’échec de l’historicisme résiderait dans sa prétention à la scientificité alors que son objet ne s’y prête pas.

20Examinons la position straussienne. Celle-ci défend l’idée selon laquelle il existerait dans le monde des « lois morales naturelles » immuables, à n’importe quelle période de l’histoire, même si elles peuvent sembler différentes. Pour l’époque contemporaine, l’origine de ces lois remonterait, selon Strauss, aux premières formulations du contractualisme : celui de Thomas Hobbes, par exemple. Précisément, quelle est la position du contractualisme sur les notions d’ontologie, de particularité, de causalité et de temporalité sur lesquelles repose l’historicisme ?

21Selon l’ontologie hobbesienne, le monde est constitué au départ d’êtres indépendants, non liés les uns aux autres par une forme de vie sociale quelconque. Ces individus, leurs propres intérêts en tête, vont consentir à établir un contrat social qui garantit à chacun une certaine protection. Les structures sociales, qui forment cette ontologie et dépassent les individus, sont de deux types : d’une part, le Léviathan, contrat au caractère englobant ; d’autre part, tous les arrangements contractuels de moins grande ampleur qui peuvent s’inscrire dans ce contrat générique. Chez Hobbes, l’individu n’a aucune caractéristique particulière : ni sexe, ni âge, ni ethnicité, ni profession, ni statut matrimonial. Puisqu’il ne possède pas de qualité spécifique et variable, un tel individu n’est donc doté d’aucune épaisseur historique. Ce constat est certes un peu moins vrai des entités contractuelles qui s’inscrivent sous l’égide du Léviathan car les contrats, eux, ont une histoire. Dans la version rousseauiste du contractualisme, les individus eux-mêmes peuvent être dotés de qualités particulières : ils forment « un peuple » qui peut avoir des caractéristiques propres et variant en fonction de son histoire, du climat de sa région ou d’autres facteurs.

22Au sein de ce monde contractualiste, la causalité se définit assez simplement. Dans le bref développement qu’il y consacre, Hobbes distingue deux types de causes qui agissent sur les hommes : les causes immédiates — à savoir de simples actions humaines — et les causes éloignées, qui sont en réalité des mécanismes sociaux. Au fond, il fait ici référence à la conception aristotélicienne de la causalité, respectivement à la cause « efficiente » et à la cause « finale » (le but). Quant à la question de la temporalité, le monde tel que le conçoit Hobbes existe à deux moments temporels différents : l’état de nature et l’état du Léviathan. Selon lui, l’histoire est composée de séquences qui voient alterner chacun de ces deux états. La façon dont Rousseau conçoit l’histoire est, certes, un peu plus subtile : lorsque celui-ci inventorie les typologies de peuples, il verse dans l’historicisme.

23En résumé, d’un point de vue ontologique, les théories modernes du droit naturel se fondent sur une approche contractualiste classique qui met en scène des acteurs individuels. Ces acteurs peuvent eux-mêmes établir d’autres contrats, qui produisent alors de nouveaux acteurs subsidiaires. Ces derniers sont dénués de toute caractéristique qui les particulariserait et, par conséquent, manquent d’une réelle épaisseur historique. Sur le plan de la causalité, ces théories du droit naturel raisonnent en termes de cause efficiente et de cause finale. Tout cet échafaudage théorique est lui aussi dénué de profondeur historique car tout entier bâti sur la recherche de vérités morales immuables et éternelles.

24Les positions théoriques qui viennent d’être décrites comportent des défauts fondamentaux. De fait, le monde social regorge d’acteurs de types très différents : il y a des individus, des morceaux d’individus, des entreprises, des nations, des familles, des groupes ethniques. Dans la réalité du monde social, le trait universel de ces acteurs est précisément qu’ils sont dotés de particularités. Ce même monde social est parsemé de nombreuses contraintes qui pèsent de manière évidente sur le comportement des acteurs. Cela signifie que nous ne pouvons pas tenir compte uniquement des causes finales et des causes efficientes, mais qu’il faut également prêter attention aux causes structurelles. Par ailleurs, s’il serait insensé d’ignorer que le temps passe et s’écoule, il le serait tout autant d’ignorer un fait manifeste et constamment jeté à la figure des théoriciens du droit naturel, à savoir que les valeurs morales propres à un système social — y compris les plus solidement ancrées d’entre elles — changent au cours du temps. Ces valeurs semblent en outre varier dans le monde à un moment T, selon la civilisation considérée.

25Ce qui est au cœur des théories du droit naturel, ce à quoi elles aspirent fondamentalement, n’en est que plus noble. Elles postulent en effet qu’il existe quelque chose qui, d’un point de vue moral, est universellement partagé par les êtres humains. Afin d’assurer la pérennité de l’espèce, ces penseurs estiment que les hommes doivent essayer sans relâche d’atteindre ce quelque chose, quand bien même il serait a priori impossible de l’identifier : c’est justement cette quête obstinée qui fait de nous des êtres humains. Pourtant, la position courante des théoriciens du droit naturel — à savoir qu’il nous est possible, à tout moment, de mettre au jour des vérités morales éternelles — paraît indéfendable.

26Voici, me semble-t-il, les trois enseignements à tirer de cette situation paradoxale. Tout d’abord, il existe quelque chose qui relève de l’universel dans la vie des êtres humains. Ce quelque chose relève davantage de ce qui est juste et de ce qui ne l’est pas que de ce qui est vrai et de ce qui ne l’est pas. Deuxième enseignement : nous n’avons jamais réussi à trouver ce quelque chose et il se pourrait bien qu’en réalité, tous les êtres humains aient en commun une qualité : celle d’être fondamentalement particuliers. Par conséquent, il leur est impossible d’identifier a priori cette valeur morale, ce quelque chose qu’ils auraient universellement en partage. Troisième et dernier enseignement : simplifier à outrance les concepts d’« ontologie », de « causalité » et de « temporalité » tels qu’ils s’appliquent dans le monde social nous interdit de comprendre avec la moindre acuité la façon dont ce monde social opère concrètement.

L’économie

27Voilà pour le droit naturel. Attachons-nous désormais à ce qui peut être considéré comme une autre version de cette approche morale, une vision cette fois matérialiste du monde social : celle des scientistes. Il s’agit toujours d’étudier des lois éternelles et qui s’appliquent en tous lieux, mais en se plaçant sur le plan de la science, et non sur celui de la morale. Parmi les disciplines qui forment les sciences sociales, c’est surtout l’économie qui se donne pour projet de mettre au jour ce type de lois scientifiques.

28À l’instar de l’ontologie contractualiste, l’ontologie des économistes consiste en des acteurs rationnels indépendants et identiques les uns aux autres, dont les actions constituent les événements du monde social. Toutes les entités sociales sont également formées suite à des accords passés entre des individus. On part du principe que les contractants se font mutuellement confiance, mais que des dispositions légales sont prévues afin de garantir les termes du contrat.

29Néanmoins, l’approche économique conserve aux acteurs leurs caractéristiques particulières, appelées « préférences ». Ces préférences, postulent les économistes, sont modélisables de la manière suivante : elles peuvent être classées sur une échelle unique (« le numéraire »). En outre, l’économie comme système théorique considère ces préférences comme des éléments tout à fait exogènes et ne prête pas la moindre attention à la façon dont les différents types de particularités peuvent s’imbriquer, que ce soit dans les rapports entre individus ou chez un même individu. En d’autres termes, les économistes ignorent simplement ce qui constitue l’objet de disciplines comme la sociologie, l’anthropologie ou la psychologie du développement. En raison de leur caractère exogène, il est impossible de connaître l’histoire de ces préférences économiques. Par conséquent, comme dans l’approche contractualiste, les acteurs du système économique sont, en premier lieu, dénués de toute épaisseur historique. Les économistes s’intéresseront à la biographie des acteurs seulement dans la mesure où elle constitue une donnée empirique, qui permettra aux individus de se projeter dans le futur et de prendre des décisions économiques : dans ces conditions, le passé peut en effet expliquer les ressources dont ces individus disposent pour effectuer des choix. Cependant, économistes et historicistes conçoivent très différemment la notion de particularité. Pour les seconds, les individus sont par défaut des êtres complexes et la particularité est une propriété que tous partagent « universellement ». En revanche, pour les premiers, les individus sont universels, mais n’ont pas de contenu biographique. Les économistes traitent de façon additive les caractéristiques particulières des individus : pour effectuer des prédictions, il s’agit alors de prendre en compte le minimum de paramètres différents, sans pour autant compromettre la robustesse du modèle.

30Troisième notion : celle de causalité. L’économie consiste en l’étude des comportements face à un choix limité d’options possibles. Les économistes se concentrent donc essentiellement sur la causalité efficiente — au sens aristotélicien du terme —, et ce alors même qu’ils ont conscience que les choix des individus sont contraints, et que ces contraintes constituent ici des causes structurelles. Toutefois, le plus intéressant dans la démarche des économistes, c’est que la causalité est intégrée à l’écoulement du temps, dont résulte la quatrième notion : celle de temporalité. Selon les économistes, toutes les causes agissent dans le présent, qui peut cependant avoir différentes durées, comme l’a joliment formulé Alfred Marshall. Il y a la temporalité du marché où ce qui compte, c’est la disponibilité des marchandises ; il y a la vision à court terme, c’est-à-dire la maximisation de la production compte tenu des ressources dont nous disposons ; il y a, enfin, la vision à long terme, c’est-à-dire l’investissement de capitaux. Ces trois durées ne se succèdent pas : au contraire, il s’agit de temporalités simultanées, toutes ancrées dans un présent qui varie en fonction du type de décisions prises. À l’inverse de la conception bergsonienne de la durée, ces trois présents n’impliquent aucun passé newtonien. Les économistes s’intéressent au passé seulement parce qu’il permet de mieux comprendre les ressources que les acteurs investissent pour faire des choix dans le présent. La causalité des économistes fonctionne donc ainsi : les possibilités d’action sont contraintes par la façon dont nous nous imaginons et nous projetons dans le futur ; ces possibilités d’action sont à leur tour évaluées par les acteurs qui, en fonction des conséquences qu’ils anticipent et de leur système de préférence, établissent un classement, qui aboutit à une décision d’agir de telle ou telle manière. Un économiste regarde toujours vers l’horizon, jamais dans le rétroviseur.

31En résumé, l’économie emprunte à la tradition contractualiste son ontologie largement atomiste, composée d’acteurs plus ou moins identiques et considérés comme universels, que seules les particularités des contrats viennent distinguer. Ces acteurs sont donc dotés de particularités, mais celles-ci ne sont significatives qu’en tant qu’elles contribuent, de manière variable, à la construction d’une échelle unidimensionnelle où sont classées les préférences des individus. En revanche, la façon dont ces particularités se lient les unes aux autres ou interagissent, ainsi que leurs éventuelles caractéristiques distinctives, sont ignorées par les économistes. La causalité est largement réduite à sa dimension efficiente, bien que sa dimension structurelle soit reconnue, à défaut d’être explicitement théorisée ; elle se résume strictement à des décisions prises par des individus ou des quasi-individus. Enfin, la conception qu’ont les économistes de la temporalité place l’histoire hors sujet, excepté lorsqu’elle permet de comprendre comment les individus ont acquis des ressources grâce auxquelles ils peuvent agir dans le présent. Rien d’autre n’importe que le futur.

32Les atouts de cette approche sont nombreux. C’est pourquoi je me concentrerai ici sur quelques-unes de ses faiblesses, notamment celles qui me paraissent les plus dangereuses.

33D’un point de vue ontologique, tout d’abord. À l’encontre de la vision classique des économistes, le monde réel est peuplé d’êtres qui ne sont pas des individus atomisés dotés d’une forme stable. Parmi ces êtres, les entreprises, par exemple : celles-ci peuvent connaître des scissions, des fusions, des restructurations. Elles peuvent se transformer en nouveaux acteurs doués de nouvelles préférences et de nouvelles ressources, qui font face à de nouvelles contraintes, bien que tous ces éléments soient en partie hérités. Parmi ces êtres, figurent également les ethnies, qui sont des groupements vaguement délimités, mais dont nous faisons pourtant souvent le sujet de verbes d’action, comme si elles pouvaient entreprendre quoi que ce soit. Il en va de même des classes sociales. Quant aux individus, eux aussi évoluent et changent considérablement au cours du temps : l’analyse faite à propos des entreprises s’y applique également. En somme, l’économie est une discipline qui ignore que ses acteurs sont en perpétuelle reconfiguration.

34Autre faiblesse de l’approche économique : son traitement de la particularité. Nous l’avons vu, l’économie fait fi de la complexité ontologique de ses acteurs. Par conséquent, elle se trompe lorsqu’elle attribue les effets de certaines particularités mal délimitées telles que l’appartenance à une catégorie ethnique ou à d’autres formes beaucoup plus facilement appréhendables (comme l’âge ou le sexe). La focalisation des économistes sur l’instantanéité des choix faits par les individus dans le présent les conduit à négliger que ces derniers se complexifient au cours de leur vie. Si les économistes ont pu, parfois, considérer l’historique des habitudes de consommation d’un individu ou de son bien-être (pensons par exemple à la théorie du revenu permanent), ils sont mal à l’aise avec l’idée de prendre en compte leurs ruptures biographiques, et le sont encore davantage lorsqu’il s’agit d’observer les discontinuités que connaissent les entreprises au cours de leur existence — discontinuités encore plus marquées que dans le cas des individus.

35Troisième faiblesse de la démarche économique : son traitement de la causalité. Le penchant des économistes pour les causes efficientes les conduit à sous-estimer le poids des déterminismes structurels, notamment dans leurs travaux sur la mobilité sociale. De la même façon, ils perdent de vue le fait que les individus agissent pour des raisons très nombreuses et très différentes : le remarquable manuel de Marshall, Principes d’économie politique, en regorgeait d’exemples, avant que des économistes réductionnistes comme Milton Friedman ne fassent le ménage. Pire encore, en faisant des préférences des individus des caractéristiques exogènes à leur théorie, les économistes ont en grande partie concédé aux autres disciplines la mission d’expliquer le monde social.

36Quant à la temporalité, l’économie est seule parmi les sciences sociales à percevoir dans le présent l’importance que revêt l’avenir. En se focalisant ainsi sur le futur, elle a accompli de formidables réussites. Cependant, la négligence qu’elle manifeste vis-à-vis du passé s’avère dangereuse. L’importance du passé ne se réduit pas au fait qu’il détermine les ressources, les attentes et les préférences avec lesquelles les individus doivent composer lorsqu’il s’agit de faire des choix : tout cela, les économistes qui s’intéressent aux contraintes pesant sur les individus et aux ressources à leur disposition le prennent, certes, parfois en compte. Mais dans le présent, les acteurs économiques sont en réalité constamment en train de réécrire le passé. Ce faisant, ils y créent de nouvelles versions d’eux-mêmes, de nouvelles préférences, de nouveaux projets et même de nouveaux cadres d’action, c’est-à-dire de nouveaux marchés. Faire abstraction de cette réécriture permanente est un sérieux obstacle à la compréhension du fonctionnement du monde social.

  • 1 A. Marshall, Principles of Economics, New York, Macmillan, 1948, p. 36. Ma traduction.

37Autre faiblesse de la dimension temporelle défendue par l’approche économique : le postulat selon lequel les causes produisent des effets dans la structure sociale en suivant le même rythme. Par exemple, c’est brusquement et pour toutes les parties impliquées dans l’échange qu’un marché est censé arriver à l’équilibre. Pourtant, Marshall était conscient qu’un homme d’affaires investissant dans le marché se projette à la fois sur le court et sur le long terme. Il écrivait : « Toutes ces influences mutuelles prennent du temps pour achever leur action et, en règle générale, il n’est pas deux influences qui aillent d’un pas égal1. » Marshall a par ailleurs insisté sur le fait que la structure sociale elle-même possède une certaine topologie. Ainsi, les causes dont nous parlons et qui interviennent à échéance variable, agissent à travers la médiation d’une série d’autres causes et d’autres effets, ce qui crée une certaine « distance » entre un événement donné et la conséquence qui en résulte pour tel ou tel homme d’affaires, dans un lieu lointain. Aujourd’hui encore, sur un marché, l’offre et la demande atteignent l’équilibre dans un ordre donné, à la nanoseconde près, car un système informatique doit nécessairement alterner lecture et réécriture.

  

38Ces trois approches définies, les défis que doit surmonter une théorie générale du monde social apparaissent clairement. Nous devons réussir à conserver les atouts de l’historicisme, des théories du droit naturel et de l’économie, tout en évitant, autant que possible, de reproduire leurs faiblesses. Les principaux objectifs sont les suivants.

39Tout d’abord, il nous faut cultiver la riche ontologie dont l’historicisme peut se prévaloir. Bien que les ontologies atomistes des théories du droit naturel et de l’économie puissent se targuer d’une réelle puissance explicative, elles pèchent par trois aspects. Premièrement, elles ont un penchant pour des formes de particularités qui sont facilement mesurables et appréhendables. Deuxièmement, elles ne prennent pas en compte la multiplicité des acteurs en présence. Troisièmement, elles ne se donnent pas les moyens de saisir les transformations que ces acteurs subissent au cours de leur existence.

40Le deuxième objectif nous invite à étudier la question de la particularité dans toute son étendue. Nous devons concevoir le monde social en laissant de côté la fiction statistique des « effets principaux » et considérer la complexité des acteurs particuliers qui peuplent ce monde. Il nous faut également admettre que les échelles de valeurs sont toujours multiples et qu’elles ne peuvent être réduites à la simple question du numéraire. Nous devons éviter le piège dans lequel tombent les historicistes, à savoir de privilégier tel ou tel régime de particularités, qu’il s’agisse de la nationalité, du sexe ou de l’appartenance ethnique. Il faut parvenir à les saisir simultanément et analyser les acteurs comme des unités particulières complexes. Dans le même mouvement, le caractère endogène de la valeur doit être affirmé. Ce faisant, nous empruntons à la fois aux théories du droit naturel et à l’historicisme car ces deux approches ont en commun de reconnaître l’importance qu’a la production de valeurs dans la vie sociale. Il nous faut également prendre conscience du paradoxe suivant : l’expérience de la particularité est universelle. Quelles que soient les conséquences de ce paradoxe, nous devons les accepter.

41Troisième objectif : prendre au sérieux la question de la causalité ; l’économie nous montre ici la voie. Cet objectif implique de tenir compte à la fois des causes efficientes et des causes structurelles, et de reconnaître dans chaque cas la portée et les limites de leur pouvoir explicatif. Contre les historicistes, il nous faut également admettre qu’il nous est possible d’influer, à tout moment, sur le futur en agissant au présent : autrement dit, convenir que les humains peuvent agir librement, en suivant un certain nombre de valeurs. Le présent permet toujours d’entreprendre de nouvelles actions, mais nous devons garder en tête qu’il ne cesse de se transformer en passé. C’est en effet en agissant au présent que nous le transformons en passé. Par conséquent, et contrairement à la perspective historiciste, le passé ne constitue pas un récit cohérent, un enchaînement d’événements liés les uns aux autres qui nous entraînent inéluctablement vers la situation présente. En réalité, il s’agit d’un enchaînement de moments présents, qui sont ouverts aux possibilités d’action et souvent assez chaotiques. Tour à tour, chacun de ces moments est transformé en moment du passé par l’accomplissement de nouvelles actions, c’est-à-dire par l’arrivée d’un nouveau moment présent, tout aussi chaotique que le précédent. En ce sens, l’histoire revêt l’apparence d’une certaine continuité, mais nécessite en vérité d’être expliquée. L’épopée de telle nation, de telle classe sociale ou de tel groupe sexuel n’est donc finalement qu’une apparence car c’est la succession d’une série de moments présents qui crée cette illusion. Ce qui permet de créer l’apparence de continuité ou, plus exactement, qui autorise les historiens à faire ensuite l’hypothèse de cette continuité, c’est la façon dont ces moments s’enchaînent.

42Le quatrième et dernier objectif s’attache au traitement de la temporalité. Nous devons combiner l’analyse du passé et celle du futur, c’est-à-dire ce qui fonde respectivement l’approche des historicistes et celle des économistes. De ce fait, nous reconnaissons que toutes deux sont enracinées dans le présent : les historicistes regardent dans le rétroviseur quand les économistes regardent vers l’horizon. Néanmoins, cette entreprise qui vise à conceptualiser le présent à nouveaux frais ne doit pas nous faire oublier les objectifs que nous nous sommes fixés, à savoir : premièrement, que l’ontologie doit pouvoir s’adapter au cours du temps en se réécrivant d’elle-même ; deuxièmement, que les effets engendrés par une cause donnée ne se produisent pas de façon simultanée en tout point du monde social. Comme l’a suggéré Marshall, ces effets se propagent graduellement et en temps réel, d’un bout à l’autre de l’espace social. À tout moment, ce mouvement de propagation, ce flux de causalité, subit l’influence des structures sociales préexistantes qui l’orientent, lui ouvrent la voie ou, au contraire, imposent des barrières à sa progression. C’est pour cette raison — et je pèse mes mots — que le présent n’est jamais instantané, comme l’avait perçu Marshall dans sa distinction entre le court terme et le long terme. En outre, notre conception du présent doit nécessairement reproduire l’apparente régularité du passé, tout comme elle doit reproduire l’apparente ouverture du futur. Enfin, il nous faut garder à l’esprit cette noble aspiration des théoriciens du droit naturel : la succession des moments présents doit se traduire par un processus social qui, d’une manière ou d’une autre, s’incarne dans des lois morales universelles. Cette incarnation obéit à des règles qui varient au cours du temps, ce qui en définitive ne permet pas de mettre au jour ces lois. Toutefois, c’est précisément cette incapacité à les concevoir qui doit être au cœur de notre réflexion sur la dimension processuelle du changement social. Voilà donc notre mission. Désormais, dessinons les contours de ce à quoi ressemblerait une telle approche, que je nommerai « processualisme ».

L’alternative processualiste

De la temporalité

43Commençons par le problème de la temporalité. Tout cadre théorique visant à comprendre le monde social doit être ancré dans le présent. Du point de vue newtonien, le présent, c’est tout ce qui existe ; le futur, c’est ce qui n’est pas encore advenu ; le passé, c’est ce qui est révolu. Depuis le présent, nous nous retournons pour regarder le passé ou nous regardons droit devant nous vers le futur. C’est au présent que survient toute action, tout mécanisme relevant de la causalité. Aussi notre entreprise processualiste doit-elle se doter avant toute chose d’une théorie du présent.

44Ce présent est constitué non de choses, mais d’événements, car il n’est jamais qu’un moment. Par conséquent, la nature continue des choses au cours du temps reste à établir. Le monde est un monde d’événements. Cette affirmation n’est pas qu’une question de définition : elle procède également d’un problème à la logique simple. Bien que le monde social semble connaître des « périodes », à l’intérieur desquelles nous pouvons mettre en évidence certaines « lois » qui régissent la « vie sociale », le passage d’une période à une autre est en principe impossible à expliquer. Si une situation en apparence stable peut bien, en effet, être le produit de changements continus, l’inverse n’est pas vrai : nous ne pouvons pas expliquer un changement d’ampleur comme étant le produit occasionnel d’une situation qui se caractérise par sa stabilité. C’est pourquoi il ne peut pas y avoir de véritables « périodes » comme nous avons coutume de le dire. De ce fait, l’état naturel du monde social est d’être constamment en proie au changement. Le caractère continu des choses dans le monde social n’est pas un fait de départ, mais bien une prouesse, le résultat d’un certain lignage d’événements. Par ailleurs, puisque le monde social est composé d’événements, il serait préférable de le qualifier de « processus social ». Enfin, notons également que les humains perçoivent le temps depuis leur point de vue ancré dans le présent, c’est-à-dire qu’ils font l’expérience du temps qui passe. Le temps universel et ordonné sur un axe, comme il apparaît dans la physique d’Isaac Newton, n’est qu’une abstraction que nous avons créée. Dans notre effort de théorisation du monde social, nous devons systématiquement partir de l’expérience que nous faisons, au présent, du passage du temps. Cet état de fait, l’historicisme et l’économie en ont tous deux presque toujours tenu compte.

45Par conséquent, ne passons pas par quatre chemins : en matière de temporalité, seul le présent existe. Pour expliquer le passé ou anticiper le futur, il nous faut nécessairement partir du présent. Étant composé d’événements, le monde social correspond à un processus social dans lequel la stabilité ne peut jamais être simplement postulée ; au contraire, il faut constamment se donner les moyens de l’expliquer et ces moyens se trouvent toujours à l’intérieur du processus social. En ce sens, notre théorie processualiste doit prendre appui sur la temporalité telle que nous l’appréhendons, telle que nous la ressentons, telle que nous en faisons l’expérience, c’est-à-dire en gardant à l’esprit que, pour les humains, le temps n’est pas quelque chose d’abstrait et d’ordonné. Comment devons-nous donc nous représenter le passé et le futur ? Non pas comme des périodes de « longue durée », organisées autour d’un présent particulier, c’est-à-dire « aujourd’hui ». Encore moins comme des récits épiques trouvant leur origine ou leur fin dans un présent plus ou moins glorieux. Non, il faut plutôt imaginer que passé et futur représentent chacun une succession de moments présents.

46Réexaminant les traditions que nous avons évoquées, il apparaît que le fondement ontologique des théories du contrat social et de l’historicisme est désormais obsolète. Alors que nous concevions traditionnellement les individus et les groupes sociaux comme des entités continues, ininterrompues dans le temps, nous devons les considérer à nouveaux frais, en tant que lignages établis d’un moment à un autre. Le lignage, c’est l’idée que certaines séquences d’événements s’alignent de façon plus ou moins perceptible, si bien que nous pouvons volontiers y discerner des individus ou des groupes sociaux qui perdurent à travers le temps. En résumé, passée à notre moulinette, la perspective historiciste en ressort changée : il ne s’agit plus d’un postulat qui structure notre vision du monde social et de sa nature, mais d’un point de vue empirique, d’une gigantesque énigme à résoudre : quand et comment vont apparaître de tels lignages ? Le champ de recherche qui s’ouvre alors est immense.

De quoi les événements sont-ils faits et où se situent-ils dans le processus social ?

47Abordons plus précisément la question des événements. Dire que le processus social est composé d’événements paraît simple, mais que cela signifie-t-il au juste ?

48« Être soi aujourd’hui », « ce séminaire est en train d’avoir lieu » ou encore « le statu quo dans la politique en Afrique sub-saharienne » sont des événements. En d’autres termes, un « événement » peut concerner une personne, une entité sociale, voire ce qui semble être un non-événement, un statu quo, une situation qui se maintient. Cependant, il n’y a pas de raison que le fait « d’être soi aujourd’hui » soit plus étroitement lié à l’événement « être soi demain » qu’à l’événement « demain, la personne assise sur la chaise que vous occupez aujourd’hui se disputera avec le conférencier ». Autrement dit, toute définition d’un événement doit commencer par l’oubli des présupposés à propos de la continuité du monde social.

49Un événement tel qu’« être soi aujourd’hui » est constitué d’une série de perceptions, de contraintes, d’éléments facilitateurs ou coercitifs. Toutes ces données trouvent leur origine dans le passé immédiat. Elles sont combinées par un ou plusieurs agents qui vont à leur tour émettre un lot différent de perceptions, de contraintes, d’éléments facilitateurs ou coercitifs. Ce nouveau lot de données va contribuer à l’avènement d’un nouvel événement, peut-être sous l’influence du même agent que précédemment ou, au contraire, sous celle d’un autre agent, humain ou non. Nul besoin d’entrer dans le détail ici. Ce qu’il faut retenir, c’est que certains de ces éléments participent à produire ce qui apparaît comme le lignage de cet agent ou de ces agents, tandis que d’autres font de même pour d’autres agents. Par conséquent, un événement se définit peu ou prou par l’ensemble des conséquences qu’il engendre, certaines étant susceptibles de lui donner une apparence de continuité en s’inscrivant dans un lignage cohérent d’événements.

50Dans ce nouveau monde, qui se caractérise par son caractère discontinu, les questions empiriques que nous nous posons sont elles aussi nouvelles. Comment se fait-il que les agents réussissent à assurer leur pérennité au cours du temps ? À quels moments la continuité n’est-elle plus qu’une illusion, une mer d’huile sous laquelle le changement bouillonne ? La continuité est-elle prévue dans le schéma directeur du monde social ? Est-elle plutôt le produit de forces qui lui sont extérieures ? Ou de contraintes faiblement imbriquées les unes dans les autres ?

51Ces questions, il est coutumier de se les poser lorsqu’elles portent sur des entités sociales ; s’agissant des individus, c’est beaucoup moins vrai. Néanmoins, dans le cadre de mon raisonnement, les individus ne sont rien d’autres que des entités sociales qui ont profité des avantages procurés par un corps, resté unifié malgré le renouvellement perpétuel des cellules qui le composent. Aucune distinction, donc, entre les individus et d’autres types d’entités sociales : une classe d’âge, une catégorie ethnique ou de sexe, une institution comme le mariage, une activité telle qu’un groupe de lecture. À l’instar d’une entreprise, un individu peut se subdiviser : il s’agit cependant de « compartimentalisation » plutôt que d’« organisation interne par secteurs d’activité ». Cette perspective fait de l’étude des parcours de vie l’un des piliers de la sociologie, mais nous mettrons l’accent sur un aspect particulier, à savoir que ces parcours de vie sont constitués d’une succession de moments présents tous aussi précaires les uns que les autres. Prenons un exemple : aujourd’hui, je donne ce que je considère être une conférence importante — voilà une manière de décrire simplement l’événement auquel vous assistez. Je ne me repose pas plus sur mes lauriers aujourd’hui que je ne l’ai fait à l’occasion des quelque deux cent cinquante présentations que j’ai pu donner au cours de ma vie. Aujourd’hui encore, je suis inquiet. Cette conférence est-elle la première pierre sur le chemin de la sénilité ? Sera-t-elle absconse, infondée ou ennuyeuse ? Autrement dit, je ne cesse de construire Andrew Abbott au fil de mes paroles. Considérer que tout cela n’est qu’une performance produite par un même et unique individu nous plongerait dans l’erreur. Bien que j’aie de nombreux souvenirs de « ces personnes », je ne suis pas aujourd’hui le Andrew Abbott de 2010 ni celui de 2000 ou de 1970.

52Un événement n’est jamais isolé ; au contraire, les événements prolifèrent et se propagent dans le présent, d’un bout à l’autre du monde social. Quoique le processus social se déroule dans une temporalité et un espace newtoniens, le présent ne peut pas être appréhendé de manière instantanée, dans son entièreté. À l’intérieur de cette pièce, une conférence est en train d’avoir lieu ; à d’autres endroits de la planète, des individus sont en train de pirater le système informatique du gouvernement français, de nager dans la mer des Caraïbes, de se disputer avec des douaniers à Pékin ou de préparer un attentat terroriste à Dubaï. Lorsque les effets de ces activités nous atteindront, nous serons tous des personnes différentes de celles que nous sommes à ce moment T où je vous parle. De même, quand les effets produits par ma conférence atteindront les individus qui s’adonnent à ces activités, ceux-ci ne seront déjà plus ceux qu’ils étaient à l’instant newtonien où je donnais ma conférence. Dans le monde social, les causes ne sont jamais synchrones avec les effets qu’elles produisent : la simultanéité absolue n’existe pas. Il faut se représenter le fonctionnement des causes et des effets de manière localisée : ils peuvent ainsi se situer à plus ou moins grande distance.

53Que la propagation des causes et des effets à travers la structure sociale soit un processus relativement lent signifie que le présent tel que nous en faisons l’expérience n’est pas un présent bien ciselé — un instant newtonien —, mais plutôt un présent épais. Les effets et les perceptions qui nous intéressent sont précisément ceux qui sont responsables de cette épaisseur. Plus généralement, le fait que le présent soit épais indique qu’à tout instant newtonien, à l’intérieur du processus social tout entier, ce présent dont nous faisons l’expérience « contient » un très grand nombre d’« effets rémanents ». Ces effets, telles des vagues sur un lac, continuent de se propager au présent à travers le processus social, bien qu’ils aient été générés par des événements qui ont eu lieu, dans une conception newtonienne, plusieurs présents auparavant dans un lieu à quelque distance d’ici. Du point de vue du fonctionnement du monde social, temps et espace peuvent donc être considérés comme une même et unique propriété : en effet, si nous nous plaçons sur le plan de la logique, l’un se transforme en l’autre et vice versa.

54Cette propriété unique peut être nommée « localisation » : en voici les conséquences. La signification d’un effet singulier, c’est-à-dire ce qu’il produit réellement sur un événement donné, dépend largement du contexte dans lequel il intervient. Ce contexte, c’est l’ensemble des autres effets qui, telles de multiples vagues aux crêtes synchronisées, affectent ce même événement de manière simultanée. Dans le monde social, toute signification est donc toujours contextuelle. En outre, c’est à travers la production de lignages dans le présent que toutes ces significations et tous ces attributs sont reproduits. Par conséquent, à tout moment du présent, le danger est partout : chaque lignage court potentiellement le risque de se voir interrompu. Toute structure sociale, la plus imposante et la plus solidement ancrée soit-elle, doit être réinscrite à chaque fois qu’un présent devient passé et qu’un nouveau présent le remplace. Les structures de ce type ne sont rien d’autre que l’état actuel des rapports entre plusieurs événements et entre plusieurs acteurs. Pour faire des choix, ces acteurs s’appuient à leur guise sur les enregistrements laissés par les structures sociales dans le présent, si bien que tous ces rapports et tous ces enregistrements sont sans cesse susceptibles d’être réécrits dans le présent. En ce sens, les entités sociales qui perdurent sont celles qui, pour une raison ou pour une autre, ont très peu de chance d’être démantelées à un moment donné.

55De cette façon de penser le présent résultent trois conclusions fondamentales. Premièrement, si le présent est le lieu où toute forme de causalité opère, il n’en possède pas moins une géographie ; rien n’est jamais instantané, comme dans les conjectures chères aux économistes. Deuxièmement, ne pouvant parler d’instantanéité à son sujet, le présent doit donc être qualifié d’« épais », et il l’est plus ou moins selon le type d’action étudié. Troisièmement, du point de vue du processus social, le temps et l’espace sont, d’une certaine manière, équivalents. Dans les deux cas, la signification assignée à un effet donné émerge de son contexte immédiat, c’est-à-dire des autres significations qui l’entourent dans le présent. Cela implique que tout ce qui est susceptible d’interférer avec la vitesse relative avec laquelle un ou plusieurs effets se propagent dans la société a un impact gigantesque sur le processus social. Ce constat surgit aisément à chaque fois que les avancées technologiques dans le domaine des communications font un bond.

56Tout comme la réflexion sur la temporalité, cet essai de définition des événements nous pousse à proposer un nouveau programme de recherche empirique. Nous devons nous concentrer sur les régions causales du présent, essayer de comprendre si elles sont délimitées et, le cas échéant, par quels moyens. Il nous faut également tenter de déterminer comment ce découpage en régions peut, dans le présent, être réorganisé et comment divers types d’effets réussissent à se propager à travers la structure du présent. Ces questions forment le cœur de la réflexion écologique quant à la causalité. Un nouveau programme de recherche s’esquisse donc.

Ordres et lignage

57Comme nous l’avons évoqué plus haut, la personnalité d’un individu peut être pensée comme une entité sociale qui profiterait des commodités offertes par le corps humain, à savoir : un processeur unique et coordonné qui opère en suivant un langage qu’il a assimilé au contact de la société ; une faculté mémorielle très performante ; un stock d’expériences qui peuvent faire l’objet d’une rationalisation sous la forme d’un récit ou d’une biographie ; un dispositif physique capable d’éprouver plaisir et douleur et, par conséquent, mû par des dynamiques émotionnelles qui ne sont pas directement accessibles aux autres entités sociales, par exemple les entreprises. La perspective contractualiste, qui fait de la société un type particulier de personne (le Léviathan), s’en trouve renversée. Ma démarche processualiste voit en effet dans la personne un type bien particulier d’entité sociale : ici, aucune différence fondamentale entre les personnes et les entités sociales. La distinction classique entre niveau micro et niveau macro est donc vide de sens. Contrairement à ce que notre héritage contractualiste nous incite à penser, société et individus ne doivent pas être conçus comme deux niveaux distincts. En réalité, il s’agit de deux ordres qui diffèrent simplement du point de vue du type d’organisation qu’ils commandent. Ces ordres sont définis, au sens mathématique du terme, sur le processus social et ils se distinguent par les événements qui les constituent, comme les lignes et les colonnes qui composent une matrice. Lorsque nous considérons les événements par ligne, ceux-ci apparaissent organisés sous forme de pures entités sociales : des catégories ethniques et de sexe, des associations, des groupes d’intérêts, des unions telles que le mariage, etc. Lorsque nous les appréhendons en colonne, ils sont alors classés en fonction des personnalités qu’ils habitent. Ces deux ordres sont donc sur le même plan ; il n’existe pas, entre eux, de logique hiérarchique. Le corps humain, lui aussi, peut être considéré comme un exemple d’ordre défini sur le processus social. Remarquez que cet ordre n’est pas tout à fait identique à celui qui régit la personnalité des individus, dans la mesure où la personnalité d’un individu n’est pas confinée aux limites corporelles de ce dernier, mais qu’elle est tout autant localisée dans les attentes que d’autres personnes ont vis-à-vis de cet individu.

58Suivant un raisonnement analogue, il est possible de caractériser la culture et, plus généralement, tout ce qui relève du symbolique comme un autre exemple d’ordre défini sur les événements qui constituent le processus social. Puisque l’existence tout entière d’un être humain est médiée par des symboles, les corps, les personnes et les entités sociales peuvent être conçus comme la façon dont des symboles produisent d’autres symboles, de même que les symboles peuvent être conçus comme la façon dont des corps produisent d’autres corps, dont des personnalités se stabilisent et ainsi de suite. L’analyse peut porter sur n’importe quel ordre : par exemple, les moyens par lesquels les autres ordres le facilitent, le contraignent ou effectuent d’autres types d’« actions » le concernant. Ce qu’il faut retenir, c’est que dans le processus social, il n’y a pas de niveaux, mais seulement des ordres : l’idée de hiérarchisation est une illusion issue du contractualisme.

59Dans cette perspective bâtie autour du concept d’« ordre », l’opposition micro/macro cesse de poser problème. Ces deux niveaux restent hiérarchisés, mais cette hiérarchie est toute relative en ce qu’elle dépend du type d’investigation mené. Prenons l’exemple de l’étude des caractéristiques démographiques des membres de telle ou telle profession : la profession en question appartient au macro et les membres au micro. En revanche, lorsque nous étudions la façon dont les individus qui composent une génération donnée vivent leur vie professionnelle, la situation s’inverse : la génération et ses membres relèvent du macro et les professions du micro. Disposer d’un concept comme celui d’« ordre » est libérateur. Il nous permet en effet de penser plus formellement le concept de « lignage », c’est-à-dire ce qui assure, dans le cadre d’un ordre donné, la continuité au cours du temps des unités qui le constituent. J’ai défendu l’idée selon laquelle ce que nous avons tradi­tionnellement nommé « unités du monde social » — les individus et les structures sociales — sont en réalité des lignages d’événements. Pour comprendre comment de tels lignages sont formés, il nous faut étudier la temporalité dans les deux directions possibles, c’est-à-dire que nous devons nous pencher à la fois sur la question de l’historicalité et sur celle de l’anticipation.

60Le terme historicalité se rapporte aux moyens par lesquels, sans jamais s’arrêter, le passé s’inscrit de manière continue, présent après présent. Dans la mesure où elle est localisée dans d’autres ordres que ceux des individus ou de la société, l’historicalité est dans la plupart des cas exogène. Tout corps contient l’enregistrement des maladies qui l’ont affecté et des réponses immunitaires qu’elles ont provoquées, et ce sans qu’un mécanisme social n’intervienne pour soutenir cet enregistrement. Un bâtiment conserve sa forme dans le temps et, à travers elle, impose des contraintes quant aux structures sociales qui pourront y trouver place. D’autres types d’enregistrements sont, quant à eux, endogènes aux ordres de la société et des individus : l’enregistrement passif des transactions financières, les souvenirs d’un individu, la production volontaire d’archives dans un cadre institutionnel. Néanmoins, le processus principal est celui qui pourrait être qualifié d’« encodage ». Il s’agit du processus par lequel des actions en cours à un moment T modèlent et remodèlent la réponse à la question suivante : dans l’itération du présent qui suivra immédiatement ce moment T, qui va interagir avec qui et à propos de quoi ? Lorsque j’expliquais que chaque présent met en danger la pérennité des structures sociales, y compris celles qui sont les plus solidement ancrées, c’est à cette opération d’encodage que je faisais référence. Toute structure sociale d’importance n’est rien d’autre qu’un réseau composé de connexions et de causes opérant dans le présent. En principe, si nous réorganisons ces connexions, nous pouvons faire disparaître n’importe quelle structure sociale. Certaines de ces structures — les structures qui comprennent des « liens faibles », pour reprendre le célèbre concept de Mark Granovetter — sont très vulnérables vis-à-vis des opérations de désassemblage ; d’autres structures le sont beaucoup moins. Celles qui semblent indestructibles doivent leur solidité à des connexions qui passent par des liaisons indirectes très nombreuses et de natures très diverses, chacune de ces liaisons pouvant faciliter la formation d’un lignage.

61Ainsi, le modus operandi de l’historicalité — c’est-à-dire ce qui constitue la matière brute des lignages — représente, pour la recherche en sciences sociales, un immense domaine à défricher. De nombreuses « structures », et notamment celles qui comptent parmi les plus solides du monde social, n’ont rien en commun avec la description épique et spectaculaire que fait Marx des classes sociales. Au contraire, il s’agit de structures mal délimitées qui peuvent être formées de mille et une façons. Les conférences en sont un bon exemple, et ce même si le récent recours aux présentations PowerPoint a beaucoup fragilisé cette forme sociale qu’est l’art de donner une conférence. L’avènement de cet outil technologique extrêmement standardisé a en effet rendu obsolète l’ancien outil technologique consistant à se montrer devant un auditoire et à disserter sur un sujet. Ces éclairages ouvrent un autre champ de recherche qui pourrait porter sur les modalités par lesquelles des structures en apparence solides peuvent être détruites : quels types d’actions est-il nécessaire d’entreprendre ? Comment les acteurs doivent-ils se coordonner ? Et ainsi de suite.

62Si la perspective selon laquelle les structures sociales fonctionnent comme des réseaux en perpétuelle reconfiguration explique en partie pourquoi l’approche processuelle me semble adaptée aux développements méthodologiques contemporains, elle aide également à comprendre pourquoi, dans les sciences sociales, les approches en termes de réseau ont rarement produit des résultats réellement surprenants. Les événements constituant des nœuds dans le réseau de structures qui composent le présent, nous devons garder à l’esprit que n’importe quel événement n’appartient pas à une seule, mais à des centaines voire des milliers de structures différentes. Je donne cette conférence et celle-ci fait partie de mon lignage personnel (ainsi que du lignage individuel de chacun d’entre vous). Cependant, à travers moi, cette conférence s’inscrit également dans le lignage des hommes, dans celui des Américains, des pères, des personnes d’origine irlandaise, des personnes âgées, des époux, des membres du club des alpinistes des Appalaches, des anciens joueurs de football, des anciens militaires, etc. Si, pour une raison ou pour une autre, ma conférence s’avérait un échec, cela aurait des conséquences sur chacun de ces lignages, et pas seulement sur ma carrière ou sur celle des personnes qui m’ont invité à être présent aujourd’hui. En d’autres termes, se représenter ainsi le monde social équivaut à jouer au go sur un plateau multidimensionnel. Les pierres peuvent être mises hors jeu par la force ou par une action conceptuelle et, à tout moment, chaque joueur voit seulement une partie du plateau. Par conséquent, la tâche dépasse de loin la capacité de traitement de l’information qui peut être mise en œuvre dans le présent. Étant donné que les corps et les émotions en sont partie prenante, cette tâche dépasse même très certainement la capacité des ordinateurs à traiter l’information de manière digitale. C’est en pensant de manière itérative, tel un algorithme, que nous pourrons nous mesurer à elle. Cette approche a récemment été adoptée par un nombre croissant de personnes : notamment dans l’informatique, dans la mercatique, dans la philosophie du savoir, dans la psychologie, etc. Je l’ai d’ailleurs moi-même parfois suivie dans mes recherches où elle a considérablement influencé ma réflexion théorique.

Conclusion

63Ne pouvant ici proposer qu’un survol de l’analyse des rapports qu’entretient le présent avec le futur, je me contenterai simplement de dire que cette analyse est tout à fait complémentaire de celle des rapports que le présent entretient avec le passé, et qui viennent d’être exposés. Le cadre analytique reste identique, si ce n’est qu’il est inversé, et nombre des déductions tirées s’appliquent également. La différence majeure réside bien évidemment dans l’ouverture du futur vis-à-vis de nos actions, celles-ci le faisant précisément advenir : c’est-à-dire qu’elles vont prendre ce qui, actuellement, n’est que rêves et peurs et les transformer en des « réalités » dans le présent. Cependant, si Marshall avait raison quant au caractère ouvert du futur, il s’est trompé en pensant que nous pouvions ignorer la nature systématique des contraintes qui pèsent sur nos possibilités d’action. De même, si Marx avait raison de dire que, dans l’histoire, les hommes n’ont pas agi à leur guise et au gré de leurs envies, il a néanmoins commis, en bon historiciste, une erreur : celle de surestimer le poids de tout ce que les générations antérieures nous ont légué. Toutes ces traditions représentent un « cauchemar » pour Marx ; un cauchemar qui, selon moi, prend fin à une vitesse fulgurante. L’approche processuelle apprécie ce cauchemar à sa juste valeur. Nous jouissons toujours d’une certaine liberté dans le présent, et le futur que nous dessinons peut, de manière surprenante, avoir un caractère inédit. Dans le processualisme, le problème du « poids des structures sociales versus capacité d’agir des individus » n’existe pas : un processualiste considère tout simplement que les actions émanent toujours d’un lieu particulier de l’espace social. En outre, cette démarche met l’accent sur un fait évident au regard de notre histoire : la rapidité étonnante avec laquelle la société, du moins la société moderne, se réécrit elle-même, une couche venant rapidement remplacer la précédente. Le processualisme insiste donc fortement sur l’action morale au présent. Approcher le monde social en processualiste nécessitera de repenser de fond en comble les théories de la justice puisque dans toute réflexion sur la justice, les entités précisément en jeu, qu’il s’agisse d’individus ou d’entités sociales, sont en perpétuel mouvement. Lorsque le présent s’écoule, les valeurs elles-mêmes sont démantelées et recomposées. Par conséquent, il est fort probable que, si tant est qu’elles existent, les lois morales éternelles chères à Strauss fonctionnent comme des règles permettant de déterminer ce qui, dans le processus qui transforme le présent en passé et le futur en présent, constitue une action juste.

64Le statut de l’historicisme et de l’économie devrait désormais être clair : chacune de ces approches représente un cas particulier d’application d’une théorie processuelle du présent. L’historicisme consiste en une vision du processus social qui présuppose hâtivement le caractère continu des entités sociales et qui cherche principalement à remonter aux origines de la structure sociale qui existe dans le présent ; il manifeste une grande valeur heuristique lorsqu’il rend compte de cette structure. En faisant abstraction du futur, les historicistes perçoivent à quel point toutes les routes mènent au présent que nous connaissons et à quel point les possibilités qui s’offrent à nous sont façonnées par les contraintes qui pèsent sur nous dans le présent. L’approche historiciste nous indique avec précision quand et comment Achille est parvenu à rattraper la tortue. Dans pratiquement l’ensemble de la production historiographique du xixe siècle, nous pouvons identifier la logique qui avait tant dérouté les philosophes de l’école éléatique : tout d’abord, une longue série de causes, de facteurs déterminants de grande ampleur, qui s’étire dans le temps ; ensuite, une série de mouvements de portée générale, dont la durée ne cesse de raccourcir ; enfin, des épisodes particuliers encore plus brefs qui débouchent finalement sur les événements qui se produisent au quotidien dans le présent.

65À l’instar de l’historicisme, l’économie présuppose également hâtivement le caractère continu des entités sociales, mais elle considère les actions qui ont lieu dans le présent comme des moyens de dessiner un futur particulier. En ne s’intéressant qu’au contour des structures léguées par le passé, l’économie prédit avec une grande précision les actions qui sont sur le point d’advenir, notamment parce qu’elle a été inculquée comme une idéologie et, par conséquent, se vérifie de façon performative et tautologique. Les économistes nous en apprennent beaucoup sur ce qu’Achille a fait après avoir dépassé la tortue. Cependant, une grande partie de ces enseignements se révèle erronée car les économistes font abstraction du caractère endogène de tout ce qui compose le monde social : les individus, les entités, les valeurs, les préférences, etc. Ils font d’autant plus erreur que le futur est composé de rêves ; or approcher les rêves en scientiste n’est jamais une démarche très efficace.

66Ainsi, l’historicisme et l’économie contemporaine représentent en réalité des cas particuliers de l’approche processuelle. La perspective qui est celle de la théorie du droit naturel rejoint probablement, elle aussi, la démarche processualiste, du moins en tant que règle permettant de juger si un événement ayant lieu dans le présent constitue bien un changement majeur. Les fondements de notre approche processuelle étant établis, il nous est désormais possible de revenir au problème des faits et des valeurs. Nous appliquerons cette perspective à deux textes qui saisissent rigoureusement la séparation entre faits et valeurs : il s’agit des deux célèbres conférences de Weber, « Le métier et la vocation de savant » et « Le métier et la vocation d’homme politique ».

Notes

1 A. Marshall, Principles of Economics, New York, Macmillan, 1948, p. 36. Ma traduction.

© Collège de France, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search