Desktop versionMobile version

Faits et valeurs

 | 
Andrew Abbott

Avant-propos

Full text

  • 1 « La morale chez Durkheim : entre théorie et pratique », colloque international « La postérité de l (...)
  • 2 « Between Marx and Marshall: Theorizing the present and process », programme du 25e anniversaire de (...)
  • 3 Conférence d’ouverture « Weber’s Vocations », 39e congrès de la Deutsche Gesellschaft für Soziologi (...)

1Conçues initialement comme des interventions distinctes, trois des conférences qui composent ce volume se sont progressivement rejointes. Elles ont aussi donné lieu à une quatrième conférence, à la fois synthèse et extension des trois précédentes. Deux invitations sont à l’origine de ce projet : l’une à un colloque sur le centenaire de la mort d’Émile Durkheim en 20171, l’autre sur le bicentenaire de la naissance de Karl Marx en 20182. Une invitation ultérieure, toujours en 20183, n’exigeait aucun thème, mais celui-ci s’est imposé à moi : 2018 marquant le centenaire de leur publication, mon intervention ne pouvait consister qu’en une réflexion sur les deux conférences de Max Weber, Le Savant et le Politique. Avec ces trois conférences anniversaires, je me suis soudain trouvé engagé sur une piste commune. Chacune se devait d’être un examen théorique destiné à repenser le rapport entre les faits et les valeurs dans les sciences sociales.

  • 4 « L’avenir des sciences sociales », 37e conférence Marc Bloch, EHESS, Paris, 18 juin 2015.
  • 5 Voir A. Abbott, « Inequality as a process », in : Processual Sociology, Chicago, University of Chic (...)

2Ces problèmes normatifs avaient déjà attiré mon attention quelques années auparavant. Lors de la conférence Marc Bloch de 20154, j’avais analysé les contradictions entre les ontologies utilisées par les démarches empiriques et normatives dans les sciences sociales. Les travaux empiriques recourent à de nombreuses ontologies différentes : l’individualisme méthodologique, l’ontologie des entités émergentes, l’historicisme, etc. Néanmoins, quelle que soit l’ontologie empirique d’un analyste en sciences sociales, sa pensée normative sera toujours fondée sur l’ontologie du contractualisme et de la riche tradition juridique qui la met en pratique. Toutefois, ce principe ne se conforme pas aux phénomènes universels que sont la particularité, la différence et le changement perpétuel des hommes et des choses. Dans d’autres interventions, j’avais porté mon attention sur les problèmes posés par le concept d’« inégalité ». J’avais également évoqué l’idée de créer une sous-discipline consacrée aux problèmes normatifs afin de remplacer la politique simpliste qui domine aujourd’hui la plupart des sciences sociales aux États-Unis5.

3Ces études préparatoires m’ont poussé à faire des recherches sur les rapports entre la pensée empirique et la pensée normative chez certains grands noms de la sociologie classique. Il s’agit tout autant d’une enquête sur les questions les plus importantes de la vie morale que sur le libre arbitre des êtres humains.

4Chez Durkheim, ces questions sont à la fois théoriques et personnelles. Comme nous le verrons, ce dernier s’intéresse principalement au problème de l’action normative, en partie du fait de sa position. En tant que titulaire d’une chaire sur l’enseignement, il ressent le besoin de développer une théorie de l’éducation morale. Il reconnaît d’ailleurs que notre théorie de la morale doit gouverner à la fois nos analyses sociales et notre comportement personnel. Selon lui, les questions majeures sont d’abord le rapport entre la détermination empirique et le comportement moral et, ensuite, la correspondance entre son propre comportement et ses théories de la morale.

5Chez Marx, la réflexion s’organise autrement. Ses théories dépassent celles de Durkheim dans leur historicisme et leur ontologie des entités émergentes : pour lui, l’histoire n’est en effet que le récit de la dialectique des classes. Les alternatives aux théories marxistes sont toujours des théories à propos des valeurs : valeurs éternelles, pour Leo Strauss, ou évaluations contingentes du futur, notamment pour des économistes comme Carl Menger et Alfred Marshall. Encore une fois, nous sommes face au problème des valeurs humaines. De plus, dans son analyse « de la théorie et de la pratique », Marx lui-même propose une théorie élaborée du rapport entre le monde empirique et celui des valeurs.

6Weber a, lui aussi, mis en question le rapport entre le monde empirique et celui des valeurs dans ses deux célèbres conférences sur la « vocation » de savant, d’une part, et de politique, d’autre part. La première, qui porte sur la connaissance, nie de façon explicite toute valeur hors de l’objectivité ; elle rappelle l’analyse kantienne de la première Critique. En revanche, la conférence sur la politique s’intéresse précisément aux fondements sociaux des valeurs, malgré l’histoire un peu décousue qui lui sert de base empirique. Bien que ces deux conférences soient distantes d’un an seulement, elles semblent appartenir à des univers étrangers. Elles peuvent toutefois être utilisées pour clarifier nos idées sur la raison théorique et sur la raison pratique car elles montrent clairement — à travers les racines qu’elles puisent dans les moments angoissants de la défaite et du rétablissement chez les Allemands — le lien qui fait de la théorie et de la pratique un seul mode d’action unifié.

7Nos réflexions sur ces trois auteurs classiques — Durkheim, Marx et Weber — mettent en perspective l’écart absolu des faits et des valeurs, du monde empirique et du monde normatif, dans les deux grandes Critiques d’Emmanuel Kant. Bien que seul Durkheim parle explicitement du philosophe allemand, le monde intellectuel dans lequel évoluait Marx était lui aussi dominé par Kant et ceux qui ont essayé de lui répondre (Johann G. Fichte, Friedrich W. J. Schelling et, surtout, Georg W. F. Hegel). Quant à Weber, il était de l’école néokantienne, ainsi que l’exprime sa proximité avec son collègue Heinrich Rickert.

  

8Les conférences qui suivent ne relèvent pas de l’essai d’histoire intellectuelle. Je ne tente aucunement de clarifier les moyens par lesquels Durkheim, Marx et Weber ont accepté (ou non) telle ou telle partie de l’analyse du philosophe allemand. De nombreux collègues ont déjà effectué ce travail. Je ne veux pas non plus faire comme si cette trinité d’auteurs classiques constituait l’ensemble de la sociologie : ça n’est évidemment pas le cas.

9Je propose plutôt une réflexion de théoricien. Je reconnais enfin que mes agacements de longue date au sujet des ontologies vernaculaires de ma discipline impliquent — et même exigent — un agacement similaire au sujet de ses théories morales vernaculaires. Et, à travers ces considérations, je soupçonne que ces deux insatisfactions ont une cause commune : l’écart kantien entre faits et valeurs. Peut-être est-il temps de revenir à un monisme des faits et des valeurs. Il nous faut imaginer un seul processus social dont les entités et les valeurs présentes ne sont que les expressions actuelles. Si nous raisonnons ainsi, il s’ensuit un rejet de l’analyse kantienne et de ses entités non changeantes, de sa raison transcendantale et de son écart absolu entre le monde empirique et le monde moral.

10Admirateur de Kant, je ne m’engage nullement dans cette entreprise sans appréhension. Il me semble donc utile de commencer cette réflexion, après une esquisse de la position kantienne, par trois conférences consacrées aux travaux d’auteurs qui ont contribué à définir la sociologie. Eux aussi ont réagi contre Kant : leurs réponses au philosophe mettront peut-être en pratique sa théorie. Dans la quatrième conférence, je tisserai les fils de toutes ces réflexions afin de jeter les fondements d’une analyse du processus social d’un point de vue moniste et processuel.

  

11Dans ce volume, je m’appuierai sur les ouvrages et les textes des auteurs dont je discute la théorie et les arguments sans citer précisément les passages auxquels je me réfère. Seules les citations exactes donneront donc lieu à des références en notes de bas de page. Les éditions des ouvrages que j’utilise pour analyser et discuter les thèses de Durkheim, Kant, Marshall et al. sont répertoriées à la fin de ce livre (« Ouvrages mentionnés dans le texte », p. 111).

Notes

1 « La morale chez Durkheim : entre théorie et pratique », colloque international « La postérité de l’œuvre d’Émile Durkheim cent ans après », université de Bordeaux, 1er-3 juin 2017.

2 « Between Marx and Marshall: Theorizing the present and process », programme du 25e anniversaire de l’Institut des sciences sociales, université Humboldt de Berlin, 4 juin 2018.

3 Conférence d’ouverture « Weber’s Vocations », 39e congrès de la Deutsche Gesellschaft für Soziologie, université de Göttingen, 24-28 septembre 2018.

4 « L’avenir des sciences sociales », 37e conférence Marc Bloch, EHESS, Paris, 18 juin 2015.

5 Voir A. Abbott, « Inequality as a process », in : Processual Sociology, Chicago, University of Chicago Press, 2016, et « Varieties of normative inquiry: Moral alternatives to politicization in sociology », American Sociologist, vol. 49, 2018, p. 158-180.

© Collège de France, 2020

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search