Éditions de la Bibliothèque publique d’information https://books.openedition.org/bibpompidou CC0 nathalie.nosny@bpi.fr Les valeurs socioéconomiques de la bibliothèque municipale de Sotteville-lès-Rouen Dans le cadre d’une recherche sur les valeurs socioéconomiques des bibliothèques publiques pilotée par la Bibliothèque publique d’information (Bpi) et commanditée par le ministère de la Culture, la ville de Sotteville-lès-Rouen s’est engagée, avec des chercheurs en sciences sociales de l’université de Lille (Clersé) et de l’université Polytechnique Hauts-de-France (Larsh), dans un projet expérimental visant à déterminer les valeurs et les impacts de sa bibliothèque municipale.

Comment les professionnels s’approprient-ils les pratiques de mesures d’impacts au quotidien ? Peut-on proposer des mesures alternatives qui rendent compte de la valeur sociale et économique des bibliothèques pour les acteurs qui y sont impliqués, professionnels comme usagers ? Ce livret présente une démarche de recherche originale menée dans la bibliothèque de Sotteville-lès-Rouen pour questionner le sens donné aux « valeurs » que l’on peut attribuer aux établissements de lecture publique.
 
Dans un premier temps, il dresse un portrait de la médiathèque : son histoire, la mise en place de pratiques d’évaluation et les rapports qu’entretiennent les professionnels avec ces dernières. A partir d’une approche par l’économie des conventions, il montre que les valeurs sont un construit social traversé par différents points de vue et logiques d’acteurs.
 
Il présente ensuite la consultation qui s’est déroulée à la bibliothèque au cours de l’hiver 2021. Cette démarche consultative a consisté à associer un ensemble de personnes concernées par la bibliothèque de la ville (des membres du personnel de la bibliothèque, des usagers, une élue, le propriétaire d’une librairie rouennaise, des personnes salariées de l’éducation nationale et des centres sociaux, des personnes issues du monde associatif, etc.) dans la co-définition des valeurs et des impacts de la bibliothèque de Sotteville-lès-Rouen.
]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/2686 2023-09-01 Laurent Gardin, Richard Sobel et Florence Jany-Catrice Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Penser la médiathèque en situation de crise Une nouvelle médiathèque tournée vers l’innovation et l’inclusion sociale ouvre ses portes. La fréquentation est au rendez-vous mais les situations d’accueil souvent difficiles. Suite à des faits de violence, elle est contrainte de fermer. Lorsqu’elle rouvre quelques semaines plus tard, la sérénité est revenue, durablement.
Une recherche-intervention, conduite pendant deux ans par une psychosociologue spécialiste des jeunes et des questions urbaines a été un facteur décisif pour traverser la crise. Initiée pour analyser le rôle social de la médiathèque 3ème lieu, ses fonctions et ses limites, dans un contexte de forte mixité sociale, elle s’est prolongée par un collectif de réflexion, formé de deux chercheurs, Joëlle Bordet, psychosociologue et Christophe Evans, sociologue (Bpi), ainsi que de trois bibliothécaires, Hélène Beunon (ABF), Marion Moulin et Raphaële Gilbert.
Ce livre est une invitation à continuer à penser à la médiathèque pendant la crise mais aussi à repenser la médiathèque à travers la crise. Comment inventer une nouvelle approche lorsqu’une situation difficile nous porte plutôt vers la sidération ? Comment accepter l’irruption du réel dans nos idéaux sans pour autant renoncer à notre horizon démocratique ?
Le processus de traversée de la crise qui est présenté ici a conduit, bien au-delà d’une résolution des difficultés, à porter un nouveau regard sur la médiathèque, ses missions, son lien au territoire et aux partenaires, ses modalités d’accueil, le modèle du 3ème lieu qui l’avait inspirée.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/2548 2022-11-17 Raphaële Gilbert Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
L'expérience sensible des bibliothèques « L’expérience sensible des bibliothèques » qui est au cœur de ce recueil de textes est aussi bien celle dont les usagers de ces établissements sont susceptibles de témoigner que celle manifestée par les établissements eux-mêmes - et à travers eux leurs personnels - à l’égard de ceux-là. Le « souci des publics » est ici éclairé de six façons différentes par des contributeurs situés à la croisée de plusieurs mondes : deux sociologues en poste dans des grands établissements, une chercheuse et un chercheur aux confins des sciences sociales et de l’analyse « big data », trois conservatrices des bibliothèques aux profils et aux fonctions variés, un ancien éditeur devenu pour un temps directeur d’une grande bibliothèque, deux intervenantes « écrivain-conseil » et membres d’une association proposant un service d’écrivain public aux bibliothèques.

Aussi différentes soient elles, ces approches scientifiques et professionnelles sont articulées sur un même socle de valeurs et surtout sur un même type de terrain qui constitue un dispositif spécifique : celui des grands établissements (la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou, la Bibliothèque nationale de France et la Bibliothèque Vasconcelos de Mexico). Rien n’empêche évidemment les lectrices et les lecteurs d’associer une partie des questions qui sont ici décrites et analysées en détail à d’autres catégories de bibliothèques, notamment aux établissements de taille plus restreinte. La notion d’attachement à l’institution, la reconnaissance de la dimension hospitalière et protectrice de cette dernière, le « façonnage » des services par les usagers ou la manière à la fois singulière et collective dont ils sont appropriés, sont en effet des phénomènes que l’on peut observer ailleurs que dans les grands établissements, en dehors des bibliothèques et même du champ culturel.

Faire l’expérience de l’expérience des publics, c’est, pour reprendre les mots d’Alain-Marie Bassy,passer de l’espace institué par les professionnels à l’espace restitué par les usagers.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/2429 2020-11-05 Christophe Evans Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
L’université cachée Dix ans de débats au Centre Georges Pompidou : parole circulante dans l'espace public, ou parole, autorisée- dans des lieux circonscrits ?

Une histoire avec ses excès et ses remises en ordre, et des enjeux aussi. Qu’il s’agisse de philosophie, de sciences sociales, de littérature ou d’architecture, la polyphonie des débats traduit au-delà d’une volonté de diffusion propre à chaque institution culturelle, la place singulière occupée par le Centre Georges Pompidou dans le champs culturel. À l’intersection du « grand public » et des « créateurs », du loisir et du savoir, les débats ont progressivement renoncé pour dessiner un espace de « légitimité » spécifique.

Sous le « déluge des paroles » ni totalement médiatique ni classiquement universitaire, les débats du Centre organisent à leur manière des cycles de « formation » qui sans souci de diplômes, esquissent des voies de transmission « sauvages ». Université cachée à la mesure du retrait de l’université traditionnelle, Centre Georges Pompidou serait ainsi une institution mutante capable de répondre à de nouveaux besoins et, d’anticiper les reclassements disciplinaires à venir.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/2286 2019-01-15 Annie Benveniste et Joel Roman Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Dialogue ou labyrinthe ? Les nouvelles technologies entrent dans les bibliothèques...

Nombre de bibliothèques publiques proposent aujourd'hui à leurs utilisateurs des catalogues informatisés. La Bibliothèque publique d'information a mis en place en 1988 deux systèmes de consultation différents.

Joëlle Le Marec s'intéresse ici aux modes d'usages mis en œuvre par le public. La multiplicité et la diversité des façons de faire ne rencontrent pas toujours les objectifs des concepteurs.

L'auteur met en évidence deux grandes logiques d'usage : l'imaginaire du dialogue entre l'homme et le système et le modèle spatial du parcours (labyrinthique ?) de consultation.

Cette recherche s'inscrit dans une réflexion plus générale sur les usages sociaux des nouvelles technologies et sur les modifications dont elles peuvent être sources dans la réception et l'appropriation des documents.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/2351 2019-01-15 Joëlle Le Marec Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Bibliothèques et autoformation Dans un univers où les nouvelles technologies évoluent constamment et où l'individu est régulièrement amené à se recycler dans sa carrière professionnelle ou à maîtriser les outils de développement personnel, la bibliothèque est aujourd'hui le lieu d'expression d'une demande nouvelle en autoformation. Cette demande, dépendante pour partie de l'offre de la bibliothèque et du niveau de formation de l'usager, remet également en question le rôle des bibliothécaires et de leur médiation.

Reprenant les actes du colloque organisé à la Bibliothèque publique d'information en décembre 2005, ainsi que le rapport de l'enquête réalisée par le service Études et recherche de la Bpi sur l'espace Autoformation de la Bpi, cet ouvrage se veut un outil de réflexion pour les professionnels des bibliothèques.

Reformulant les questions auxquelles les bibliothécaires sont confrontées dans leur pratique quotidienne, s'appuyant sur leurs expériences et sur l'analyse théorique de chercheurs en sciences de l'information, il tente d'ouvrir de nouvelles pistes de travail pour établir à l'avenir, peut-être une « charte de l'autoformation en bibliothèque ».

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/2133 2018-09-21 Gérald Grunberg, Thierry Grognet, Philippe Carré, Pascaline Blandin, Joëlle Muller, Reza Ebrahimi, Martine Blanc-Montmayeur, Anne Jay, Brian Gambles, Pierre Verbeke, Chérif Lounici, Michel Fauchié, Marion Lhuillier, Sylviane Brunel, Florence Couvreur-Neu, Bernard Blandin et Agnès Camus-Vigué Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
De la bibliothèque au droit de cité « C'était la découverte d'un lieu où on pouvait consulter le monde. » « C'est une boîte à idées, une boîte à découverte. Chaque fois que j'y allais et que je ressortais, je me sentais plus grand. La bibliothèque, c'est de l'eau. » « Je lis pour apprendre ma liberté. » « Il faudrait repenser la société comme une sorte de bibliothèque. »
Cette recherche est fondée sur des entretiens avec 90 jeunes dont le parcours a été infléchi par la fréquentation d'une bibliothèque publique.
Quand on vit dans des « quartiers sensibles », comment la bibliothèque aide-t-elle à résister aux processus d'exclusion et à construire son droit de cité ? Elle est un point d'appui crucial dans des stratégies de poursuite ou de reprise d'études : un forum informel, où s'ébauchent de nouvelles formes de sociabilité ; un lieu donnant accès à des lectures qui aident à élaborer une identité singulière, à devenir un peu plus sujet de son destin, et pas seulement objet du discours des autres : enfin, quelquefois, une source d'informations sur des thèmes politiques, qui peut soutenir un désir d'inscription citoyenne

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/1910 2018-07-31 Michèle Petit, Chantal Balley, Raymonde Ladefroux et Isabelle Rossignol Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Des tweets et des likes en bibliothèque Être sur les réseaux sociaux, pour une institution culturelle, ce serait être là où se trouvent les usagers... Si, depuis une dizaine d’années, les bibliothèques investissent le web social, comment qualifier au juste leur « présence » ? Pour le savoir, faut-il se tourner vers les métriques quantitatives que mettent à disposition les plateformes sociales ? Faut-il s’attacher aux stratégies numériques que mettent en place les bibliothécaires ? Faut-il enquêter auprès des publics ? Des internautes ? Des inscrits ? Sans doute ces trois approches méritaient elles d’être explorées tant les contraintes se révèlent nombreuses : l’évolution en continu des plateformes sociales rend délicate la seule évaluation quantitative ; les ancrages territoriaux des établissements pèsent d’une autre manière sur les initiatives entreprises auprès des internautes ; la simplicité du Like, en même temps qu’elle banalise les signes de complicité, est surinvestie par ceux qui se connaissent et s’apprécient déjà.

Sur la base d’un corpus de quatre établissements de lecture publique actifs sur les réseaux sociaux (réseaux de Brest et de Metz, médiathèque de Quimperlé et de Louise-Michel à Paris), l’étude Des tweets et des likes en bibliothèque, issue d’une enquête (notamment à base d’entretiens) menée en 2016, propose un bilan en trois volets : les réseaux sociaux numériques permettent aux bibliothèques d’établir une communication moins institutionnelle mais toujours descendante avec leurs publics ; ils instituent des modes de travail plus autonomes et moins hiérarchiques ; ils révèlent une communauté d’usagers très concernés par leur bibliothèque, qu’ils entendent défendre et protéger. Par leur investissement, ces usagers convaincus rappellent les « ambassadeurs de marque », tels qu’ils existent dans certains secteurs marchands : ils sont « là », par eux-mêmes, sans avoir besoin d’être sollicités, séduits ou investis d’une quelconque mission par les établissements qu’ils décident de suivre.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/2073 2017-12-11 Marie-Françoise Audouard, Mathilde Rimaud et Louis Wiart Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Les bibliothèques et la transition numérique Il est presque impossible aujourd’hui de trouver du travail, de s’inscrire à l’université, ou de faire des démarches administratives sans disposer d’une adresse électronique ou faire usage des réseaux sociaux et des moteurs de recherche sur le Web. Les bibliothèques se sont rapidement positionnées pour accompagner ce tournant numérique en ouvrant des ateliers d’initiation à l’informatique, à l’Internet puis au numérique. Dans cet ouvrage, un collectif de chercheurs (sciences de l’éducation, sciences politiques, sociologie, anthropologie) et de bibliothécaires (lecture publique notamment) reviennent sur l’expérience des « ateliers Internet » et analysent l’apport spécifique des bibliothèques en France et à l’étranger dans la construction d’une culture numérique. Au-delà du thème de la fracture numérique, qui imposerait une ligne de partage entre les citoyens connectés et les autres, ces auteurs indiquent que les lignes de rupture sont plurielles ; les usagers qui prennent le chemin des « ateliers Internet » cherchent tout à la fois à faire face aux injonctions sociales de la société de l’information, à acquérir des savoir-faire qu’ils considèrent comme nécessaires mais aussi à se ressaisir comme individus compétents, intégrés, reconnus. Ces ateliers en bibliothèque constituent des tiers lieux essentiels, au cœur de la cité, où peut s’opérer une transition numérique entre des façons d’apprendre, de communiquer, de travailler, de se lier à l’autre et de faire société.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/1934 2017-05-05 Pascal Plantard et Agnès Vigué-Camus Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Lecteurs en campagne « J'avais une camarade qui lisait à la lueur de la lune... » « Acheter des livres, c'est comme acheter des fleurs... » « Moi j'adore les atlas ! »
L'image d'une campagne sans livres, lieu de culture orale, a longtemps prévalu, et peut-être prévaut-elle encore, chez les citadins. Et pourtant... De la côte bretonne aux campagnes méridionales, des vallées normandes aux collines bourguignonnes, une mosaïque de « pays », autant de situations socioéconomiques spécifiques, autant de modèles culturels hérités, qui peuvent parfois prendre le pas sur les déterminations sociales. Des pratiques de lectures singulières, un jeu complexe entre offre et demande. Mais aussi, d'un bout à l'autre de la France rurale, des façons de lire souvent partagées : la lecture « accumulation », la lecture « échappée solitaire », celle qui permet d'accéder à une citoyenneté longtemps entravée, de repenser son identité en ces temps de crise, de s'ouvrir sur d'autres espaces.
Entre ces manières de lire et les usages urbains, la frontière reste fragile... L'espace culturel, est-ce pour autant un espace qui s'uniformise ?

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/1778 2017-01-03 Raymonde Ladefroux, Michèle Petit et Claude-Michèle Gardien Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Eugène Morel et la lecture publique « Eugène Morel n'est point de ceux qui abaissent ou rapetissent une question, un problème, si vastes soient-ils ; il a bien vu que la question des bibliothèques rejoint celles - d'une si pressante actualité - de l'utilisation et du progrès même de la science, de l'éducation et de l'organisation des grandes démocraties, c'est-à-dire des nations qui vivent et veulent vivre... Nous voici tout à coup bien loin des stériles querelles de catalogueurs, et des odieuses rivalités d'écoles, nous sommes au centre des plus actuelles et des plus passionnantes préoccupations de l'humanité contemporaine. »
Nous pourrions faire nôtre, aujourd'hui encore, cette appréciation parue dans La Revue bleue en 1910. Rassemblés dans ce recueil, les extraits de Bibliothèques et La Librairie publique étonnent par leur modernité. Bibliothécaire et écrivain, Eugène Morel nous permet de comprendre les racines de la lecture publique en France.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/1827 2017-01-03 Jean-Pierre Seguin Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Sociabilités du livre et communautés de lecteurs Qu'on la voit comme condition de l'éveil de la conscience de soi ou comme captation de l'imaginaire, la lecture est souvent considérée comme une pratique solitaire et silencieuse. Cette image doit être reconsidérée car l'acte de lire est un ensemble complexe de pratiques : il est aussi ce qui le conditionne, le prépare et le prolonge, c'est-à-dire des discours, des institutions, des conversations. Ainsi, les livres circulent : entre membres d'une même famille, entre amis et collègues, voisins et relations... Qu'ils soient prêtés, empruntés ou offerts, avant d'être lus et après, les livres sont l'occasion d'échanges, de gestes et de conversations. Autour du livre et de la lecture se développent des sociabilités portées par des imaginaires du partage.
Les études qui composent cet ouvrage sont des analyses de dispositifs et de lieux où le livre rencontre ou stimule des représentations et des pratiques d'appropriation matérielle et discursive : circuit prête-main, cercles de lecture, restaurants et bars-librairies ou librairies en langue étrangère.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/1802 2016-08-26 Martine Burgos, Christophe Evans et Esteban Buch Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Comment est née la Bpi Si son actuel directeur ne m’y avait pas expressément invité, je ne me serais sans doute jamais résolu à retracer cette pré-histoire de la bibliothèque publique d’information. Vingt ans ont passé depuis que j’ai mis la première main à un projet, dont, on va le voir, les origines sont encore bien plus anciennes. Le souvenir est effacé, ou perdu, de maintes péripéties d’une aventure foisonnante en rebondissements et en contradictions. Des documents d’archives manquent au dossier et il est devenu difficile d’exploiter ceux qui demeurent, car ils n’ont vraiment de sens que si on peut les lier par un fil conducteur qu’il est malaisé de passer au travers de l’écheveau embrouillé d’épisodes divers et enchevêtrés.

Le lecteur dira si j’ai su rendre intelligible et cohérent un parcours qui m’a souvent fait penser à celui d’une partie de jeu de l’oie, dans laquelle la progression vers la case de l’arrivée se trouve sans cesse contrariée par des haltes et par des retours en arrière. C’est pourquoi, après avoir longtemps hésité entre un plan chronologique et un ordre thématique, j’ai finalement adopté le premier, qui m’a semblé être le plus significatif et, à mon sens le plus vivant.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/1899 2016-05-09 Jean-Pierre Seguin Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Lectures numériques Quelles sont les incidences de la « révolution numérique » sur les pratiques de lecture ? Si celles qui affectent la production et la reproduction des textes ou encore leur distribution et leur conservation sont évidentes, qu’en est-il de leur appropriation ? Peut-on mettre en évidence de nouvelles manières de lire induites par la transformation de leur support ? Observe-t-on une métamorphose des goûts ? Voit-on apparaître des « hyperlecteurs » d’« hypertextes » ? Peut-on prophétiser la disparition du support papier ?
Pour tenter de répondre empiriquement à ce genre de questions, le choix d’un échantillon raisonné de diverses catégories de « grands lecteurs numériques » se plaçait dans l’hypothèse la plus favorable à la mise en évidence de changements. Force est néanmoins de constater que les effets « observables » sur les pratiques de lecture, s’ils sont avérés pour la presse quotidienne ou plus généralement l’accès à l’actualité, restent très limités quant au support livre. Si l’enquête établit plutôt une continuité qu’une rupture dans les pratiques de lecture, elle indique aussi qu’un nouvel équilibre se cherche entre culture écrite et culture audiovisuelle.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/1862 2016-02-24 Paul Gaudric, Gérard Mauger et Xavier Zunigo Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
De l’écrit à l’écran Livre et télévision, voilà une question d'actualité. Les émissions littéraires font-elles lire davantage ? Ou au contraire dispensent-elles de lire ?
Une chose est sûre, de Lectures pour tous, la plus ancienne, à Apostrophes, la plus célèbre, les émissions littéraires ont réussi au fil des années à faire entrer le livre sur la scène télévisuelle, puis à élargir leur public aux « bons » lecteurs.
Le livre à la lucarne, soit ! Mais s'agit-il encore du même livre, celui qu'un lecteur solitaire ouvre, lit, et referme quelques heures plus tard, sa lecture terminée ? Pas exactement. Les émissions littéraires participent d'une socialisation du livre qui - espace public et timing obligent - tend à en exclure la lecture. Le livre sur un plateau, c'est le livre sans la lecture, ou la lecture figurée.
Et l'auteur ? L'invitation du livre à l'a télévision ne requiert pas l'existence préalable d'un écrivain ; elle institue plutôt un auteur comme devant assumer la responsabilité du livre devant la scène publique. Ce n'est alors plus l'écriture mais bien la personne de l'auteur qui donne au livre sa valeur. L'auteur en scène, ou de l'écrivain à l'homme de parole.
C'est ce que vous trouverez dans ce livre, enrichi de nombreux morceaux choisis de vos émissions littéraires préférées. Et maintenant... place à la lecture !

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/1720 2015-06-05 Michel Peroni Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Histoire de lire A l'origine de cette étude, initiée en 1986 par le service des Etudes et de la Recherche de la Bibliothèque publique d'infor­mation pour le compte de la Direction du livre et de la lecture, deux préoccupations.
L'une, scientifique, cherchait, dans la lignée de travaux précé­demment menés, à mieux connaître les pratiques des « petits lecteurs », expression dont la simplicité apparente cachait mal la diversité effective. La restitution de récits de vie, auxquels avaient recours à l'époque, avec une certaine fortune, plusieurs approches ethno-sociologiques, pouvait contribuer à enrichir la connaissance des pratiques de lecture d'un regard qui ne se satis­ferait pas de la seule confrontation à un ici et maintenant d'une pratique, forcément réducteur.

Du côté de la Direction du livre et de la lecture, cette demande d'étu­de était guidée par des préoccupations évidemment plus politiques. Chercher à conquérir de « nouveaux publics » à la lecture passait par une connaissance affinée des résistances et obstacles supposés à une telle pratique. Si l'agir politique souhaitait mettre en œuvre des pro­positions et tentatives de développement de la lecture envers des per­sonnes peu familières de l'écrit, il était déjà aussi investi dans la lutte pour le maintien du savoir lire, contre un phénomène d'apparition récente — tout au moins dans la conscience publique — qu'un nou­veau terme était venu reconnaître et tenter de définir : l'illettrisme.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/1732 2015-06-05 Michel Peroni Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Lectures précaires La coupure entre les lecteurs et les non lecteurs n'est pas aussi radicale qu'on le croit. On n'a jamais étudié jusqu'ici la faible lecture, ce rapport fragile au livre, suspendu entre le doute et le désir.

Cette recherche sociologique originale analyse les pratiques effectives de.lecture et les représentations sociales du livre souvent contradictoires : on valorise le livre, on dénie ses lectures : « je ne lis pas, je ne lis que de petits romans ». « Quand je Iis de grands auteurs j'ai l'impression que ça m'apporte plus ».

Qu'en est-il des temps et modes de la lecture chez ces lecteurs fragiles ? Qu'en est-il du rôle des sociabilités autour de la lecture ? Qu'en est-il des modalités de choix, de l'établissement des préférences ?

Cette étude fait apparaître les caractéristiques paradoxales d'une pratique qui ne « capitalise » pas sur le plan culturel, s'effectue souvent selon des modes ponctuels, non structurés, irréguliers mais qui témoigne chez ceux qui s'y livrent d'une croyance symbolique forte dans le rôle du livre.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/1755 2015-06-05 Joëlle Bahloul Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? La bande dessinée ne constitue-t-elle pas une véritable énigme ? Longtemps considérée comme un « art populaire », elle s’est imposée auprès de nouveaux publics à travers des formes et des genres issus de la littérature ou de l’essai. Longtemps connue à travers un mode de création et de publication (l’album « franco-belge » en couleur), sa popularité a crû à travers d’autres formats et une ouverture culturelle qui fait figure d’exception au sein du monde du livre.
Rédigé par des spécialistes des pratiques culturelles et de la bande dessinée, le présent ouvrage entend résoudre ces énigmes. Il s’appuie sur la première étude statistique de fond sur les lecteurs de bande dessinée co-réalisée par la Bpi et le DEPS. À travers l’analyse de ses transmissions, circulations et prescriptions, des profils de ses lecteurs et de leurs rapports avec d’autres modes d’expression, il permet de cerner la place qu’occupe la bande dessinée au sein de notre culture et montrer en quoi elle éclaire d’un jour nouveau notre paysage médiatique contemporain.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/1671 2015-05-07 Benoît Berthou Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Écrire, écrire, pourquoi ? Emmanuel Carrère Chaque mois, la Bibliothèque publique d'information propose, à travers ce cycle, une rencontre avec un écrivain français ou étranger. Des entretiens approfondis suivis de lectures, invitent à une réflexion sur l'acte d'écrire, ses facteurs déclenchants, l'univers de l'auteur, son cheminement personnel et intellectuel, la raison d'être de l'écriture.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/1690 2015-01-13 Emmanuel Carrère et Nelly Kaprièlan Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Les métamorphoses du livre Après avoir étudié les conditions de production et de diffusion traditionnelles des livres lors des « Rendez-vous de l'édition », la Bibliothèque propose, en prolongement de ce cycle, les rencontres « Les rendez-vous de l'édition : le livre et le numérique », afin de donner au public des informations et des repères pour comprendre les évolutions en cours.

En effet, les technologies numériques permettent de développer ou de renouveler de nombreux produits et services : édition en ligne, livre électronique, librairies virtuelles, impression à la demande et de nouveaux besoins et comportements face à l'accès aux contenus émergent. Comment les acteurs de la chaîne du livre s'y adaptent-ils et quelle est l'évolution du rôle des uns et des autres : auteurs, éditeurs, distributeurs, libraires, bibliothécaires ? Quelles mutations des pratiques de lecture peut-on observer ? Le livre, support essentiel de la culture écrite pendant des siècles, se trouve aujourd'hui fortement concurrencé par les technologies numériques.

Le regard d'un historien, Roger Chartier, permet de comprendre l'originalité de cette troisième révolution du livre qui est tout à la fois révolution de la technique de production et de reproduction des textes, révolution du support de l'écrit et révolution des pratiques de lecture. Ces nouvelles modalités de production, de transmission et d'appropriation culturelles suscitent des tensions majeures qui rendent nécessaires une réflexion historique, sociologique et politique impliquant chacun d'entre nous.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/1699 2015-01-13 Roger Chartier Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
L’Utopie Beaubourg, vingt ans après Vingt ans après sa naissance, où en est le Centre Georges Pompidou ? Après l'euphorie des premières années, ayant dû traverser les eaux peu navigables de la postmodernité des années 1980, il semble avoir peu à peu dérivé loin de sa route initiale. Cette étude dégage les différentes strates qui constituent l'utopie d'origine et définissent la vocation du Centre. Elle analyse son histoire et son devenir, se penche sur l'impensé de sa conception et sur les logiques de son évolution. Ce faisant, elle dessine, en creux, les voies d'une nouvelle réflexion sur la culture ainsi que les chemins d'un avenir possible pour le Centre Georges Pompidou, qui demeure une institution irremplaçable.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/1640 2014-07-24 Jean Lauxerois Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
De l’espace livre au lieu de vie La librairie indépendante, un commerce « pas comme les autres » dit-on, « un maillon fragilisé dans la chaîne du livre » dit-on aussi, qui tente de se repositionner aujourd'hui à partir de ses particularités, réelles ou rêvées, perçues par les professionnels. Mais les clients ? Que perçoivent-ils de ces enjeux ? Que signifie aujourd'hui fréquenter une librairie indépendante ? Cette enquête qualitative leur donne la parole. À travers les témoignages recueillis par Sonia Kellenberger et Fabrice Raffin, à Paris, en Seine-Saint-Denis ou en régions, la diversité des fonctions assumées par les librairies et leur impact sur le territoire deviennent manifestes. La librairie apparaît tout à la fois comme un commerce, un espace culturel de proximité, un lieu d'expériences et de rencontres autour du livre : en bref, « un lieu important pour la ville, un lieu stratégique » sans lequel une ville ne saurait être tout à fait une ville.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/1513 2014-03-25 Sonja Kellenberger et Fabrice Raffin Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Cultural Studies Né en Angleterre dans les années soixante, le courant de recherche des Cultural Studies invite à questionner la notion de culture dans toutes ses dimensions. Attentives aux cultures populaires, aux « subculturesé » et à la réception des médias de masse, résolument transdisciplinaires, les Cultural Studies ont ouvert de multiples champs d'étude : genre, génération, fans, queer, postcolonialisme…

Quel que soit leur objet, elles s'attachent à mettre en évidence les enjeux de pouvoir dont la culture est porteuse. Lors de ce colloque, les interventions et débats de chercheurs français et anglais ont montré en quoi les Cultural Studies permettent d'appréhender les identités multiculturelles de nos sociétés contemporaines.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/1612 2014-02-07 Maxime Cervulle, Jade Lindgaard, Éric Macé, Éric Maigret, Angela McRobbie, David Morley et Éric Neveu Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Les habitués « Une maison magique », « une usine culturelle », « une mine d'or », « un laboratoire social », « un bon espace productif », « un ventricule », « un trait d'union »... Autant d'images contrastées qui se rapportent toutes à un même objet : la Bibliothèque publique d'information au Centre Georges Pompidou telle que se la représentent ses habitués. On trouvera ici la synthèse à plusieurs voix - abondamment illustrée par des photos, des extraits et des montages d'entretiens - d'une enquête qualitative réalisée fin 1997, juste avant la fermeture provisoire et partielle de la Bpi après vingt ans de fonctionnement et de succès public continus.

Au total, pas moins de soixante étudiant(e)s, retraité(e)ls, salarié(e)s et autres familiers du lieu, sont tour à tour conviés pour évoquer longuement leurs activités au sein de cet établissement et ce qui les y arrime (comme au Centre Pompidou dans son ensemble). Peu à peu, alors, un coin de voile se lève sur le microcosme particulier de cette grande bibliothèque, sur la question de l'attachement affectif pour un établissement de lecture publique, ou, plus généralement encore, sur le thème de la légitimité culturelle.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/1578 2014-02-05 Agnès Camus, Jean-Michel Cretin et Christophe Evans Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Comprendre la mondialisation II Après l'économie, nous continuons à explorer les multiples composants de la mondialisation. Des analystes politiques nous éclairent sur les mutations en cours : le rôle des États face à l'émancipation des forces économiques, le jeu des organisations supranationales, l'avenir de la démocratie à l'ère du global, les formes d'appropriation ou de rejet de la mondialisation par les citoyens... Citoyens du monde, mondialité... L'explosion des nouvelles technologies de l'information et de la communication ayant aboli le temps et la distance, l'humanité a désormais conscience de son appartenance à un monde commun.

En émergera-t-il pour autant une « société-monde » ? La communication en réseaux, l'information mondialisée, la transmission numérique immédiate des savoirs risquent-elles au contraire d'engendrer fragmentation et isolement ? Quels mécanismes d'inclusion et d'exclusion sont à l'œuvre ? La mondialisation est-elle convergente, homogénéisation des modes de vie et des cultures ? Réduit-elle ou exalte-t-elle les particularismes ? La diversité culturelle y a-t-elle place ?
Durant tous ces questionnements, nous sommes guidés par des spécialistes de l'information, de la communication, de l'anthropologie, des langues, de la musique, de la culture. Géographes, urbanistes et sociologues nous aident à comprendre comment l'économie détermine l'espace mondial, ses territoires et ses parcours. Avec eux, nous abordons le paradoxe de la mondialisation, qui unifie le monde tout en maintenant des lieux séparés et autonomes, nous appréhendons la dynamique de ce processus évolutif et complexe. « Le temps du monde fini commence » pressentait Paul Valéry. C'était en 1931.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/677 2014-01-17 Sylvain Allemand, Jean-François Bayart, Laurent Bayle, Françoise Benhamou, Bernard Benhamou, Bernard Cassen, Samy Cohen, Olivier Da Lage, Daniel Kaplan, Florence Nibart-Devouard, Nicolas Pélissier, Jean Pisani-Ferry, Paul Rasse, Alain Tarrius, Philippe Thureau-Dangin, Anne-Catherine Wagner, Henriette Walter et Jean-Pierre Warnier Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Où va notre démocratie ? Nul ne songerait en Occident à contester la démocratie pour instituer une autre forme de régime : dans son principe, la démocratie est aujourd'hui indiscutable et triomphante. Et pourtant au nom de ce principe même, on reproche à son fonctionnement de n'être pas assez « démocratique ». Le système représentatif est en crise, comme en témoignent la dépolitisation croissante des citoyens, la montée de l'abstention, la défiance envers le discours politique, le sentiment d'éloignement vis à vis des institutions.
Notre monde change : le rôle croissant de l'économie y réduit l'influence du politique, la société civile s'autonomise et se fragmente en une somme d'individus défendant leurs intérêts particuliers, le sens du collectif tend à se perdre, les affrontements traditionnels qui fondaient les identifications partisanes se diluent, la séparation s'efface entre sphère publique et sphère privée. Au cœur de ces mutations, la démocratie fait l'objet de revendications croissantes : protection individuelle, reconnaissance de droits nouveaux, participation plus directe à la décision politiques, prise en charge des questions économiques, sociales, sociétales... Face à ces transformations, à ces remises en cause, où va notre démocratie ? Comment se répartissent les rôles entre société civile et institutions politiques ? Quel impact ont les médias, les sondages, l'opinion ? Une nouvelle citoyenneté doit-elle être imaginée, rééquilibrant représentation et participation ? La démocratie peut-elle se bâtir dans le cadre européen ?

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/732 2014-01-17 Alain Blondiaux, Jean-Michel Helvig, Jean-Pierre Le Goff, Pascal Perrineau, Philippe Raynaud, Stéphane Rozès, Patrick Savidan, Dominique Schnapper, Yves Sintomer, Alain-Gérard Slama et Pierre-Marie Vidal Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Aragon, la parole ou l'énigme « C’est l’énigme de cette voix, ou de ces voix d’Aragon, que nous tenterons d’interroger et de répercuter diversement. Elle nous envoûte, nous arrache à nous-mêmes, mais personne n’en tient la clé. Mon Aragon n’est pas le vôtre, et nul ne lit tout à fait le même texte. Mais s’il est vrai, comme le suggère Breton dans son Introduction au discours sur le peu de réalité, que « la médiocrité de notre univers […] dépend essentiellement de notre pouvoir d’énonciation », demandons-nous quels mondes furent mieux remplis que ceux de Dante, Shakespeare, Hugo, Aragon. Le ou les mondes, car nous cheminerons ici tantôt dans un monde sonore (poèmes, musiques, chansons), tantôt dans celui des images, dans le monde du théâtre, dans l’univers parfois atroce du militant politique, et toujours dans le monde amoureux…


Ne simplifions pas, n’édulcorons pas notre auteur ! Rendons-le à ses combats, à sa souffrance mais aussi à ses émerveillements et à ses enfances successives. « On entend un enfant », et ce n’est pas le moindre charme, cher vieux Louis, de tes poèmes ou de tes grands romans. L’expérience accumulée dans ceux-ci peut-elle encore servir ? Aragon éducateur, Aragon penseur et témoin malmené est revenu sur cette question de la transmission, notamment dans l’“Épilogue” des Poètes et diverses adresses aux jeunes gens. Qui souvent le rejettent. Nous-mêmes ne pouvons sans doute accueillir ni approuver sans réserves tout Aragon, et une ambivalence se mêle presque nécessairement à l’amour qu’inspire cet auteur passionnel, et qui remue si bien nos propres passions. » (Extrait de l’introduction de Daniel Bougnoux.)

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/772 2014-01-17 Daniel Bougnoux Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Publics : quelles attentes ? Bibliothèques : quelles concurrences ? "Connaître le public, c’est, en définitive, approfondir notre réflexion sur notre raison d’être puisqu’il s’agit de savoir ce que les services que nous proposons peuvent rencontrer d’attentes des uns et des autres. Vous êtes ici, si j’ai bien compris, dans un thème qui prolonge les thèmes antérieurs, puisque vous avez déjà évoqué, en 1998, les publics et les usages des bibliothèques à Paris. Mais, cette fois-ci, il s’agit plus directement de réfléchir à ces publics et si vous avez employé les mots de « concurrence », peut-être est-ce avec le dessein de piquer l’intérêt… On aurait pu dire aussi : « quelles complémentarités ? », mais les concurrences fécondes sont toujours destinées à aboutir à la complémentarité. « Quelles concurrences ? », autrement dit : comment faire pour que, tout en ayant forcément des plages de recouvrement, nous affinions ce que chacun peut offrir de spécifique, avec la fierté d’ailleurs de ces spécificités qui font un des bonheurs de nos métiers. Nous allons tous être, ici, du côté de la Bibliothèque, attentifs à ce qui se dira." (Jean-Noël Jeanneney, extrait de l'ouverture.)

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/828 2014-01-17 Yves Alix, Bruckman Denis, Olivier Chourrot, Christophe Evans, Jean-François Jacques, Lahary Dominique, Alain Lefebvre, Daniel Renoult, Romuald Ripon, Bernadette Seibel, Jean-Noël Jeanneney, Christophe Pavlidès et Marie-Anne Toledano Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Les 25 ans de la Bpi « Si l’on se remémore le passé, la Bpi est née dans un paysage français et parisien qui paraissait très en retard par rapport aux grandes capitales étrangères. Mais le projet pouvait s’appuyer sur la tradition des grands bibliothécaires français qui ne se satisfaisaient pas de ces lacunes et qui étaient désireux de faire entrer dans les bibliothèques un public qui, jusque-là, se tenait en lisière.
Dès l’ouverture, il est apparu clairement, pour la bibliothèque comme pour le musée d’Art moderne, que le pari allait être gagné, voire même qu’il était gagné d’emblée. Les obstacles, les barrières qui tenaient le public à l’écart, se sont trouvés brusquement éliminés. Évidemment, la gratuité y a joué un rôle important, comme on le souligne souvent, mais pas moins que les horaires prolongés en soirée ou le libre accès aux documents qui supprimait le côté intimidant de la démarche.
Depuis lors, il est intéressant de voir que le public demeure aussi divers par ses motivations et ses origines qu’il l’était au début. C’est un lourd privilège que d’être le pionnier dans son domaine et d’avoir ainsi sans cesse à donner l’exemple. La Bpi ne peut être elle-même que si elle anticipe en permanence les évolutions et les attentes futures, et celle dont nous célébrons aujourd’hui les vingt-cinq ans n’est pas une institution statique. »

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/866 2014-01-17 Dominique Arot, Chris Batt, Patrick Bazin, Martine Blanc-Montmayeur, Robert Damien, Claire Dartois, Christophe Evans, Françoise Gaudet, Claudia Lux, Michel Melot, Martine Poulain, Danielle Resche, Bernard Stiegler, Gary Strong, Valérie Tesnière, Caroline Wiegandt, Jean-Sébastien Dupuit, Gérald Grunberg, Racine Bruno et Jean-Pierre Seguin Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information
Les collections des bibliothèques à Paris Ce colloque, qui s’est tenu le 6 décembre 2001, est le troisième du genre organisé par l’Observatoire permanent de la lecture publique à Paris (OPLPP), structure de coopération regroupant une dizaine d’institutions concernées par la lecture et les bibliothèques à Paris. L’un des objectifs de l’oplpp est de mutualiser les réflexions des institutions membres et de les rendre publiques, par le biais de rencontres et, ce qui est une nouveauté, de publications. Dans un paysage documentaire en pleine mutation, les membres de l’oplpp s’interrogent sur les orientations de la future politique documentaire en Île-de-France. 
Diversité des collections, variété des publics sont deux des aspects qu’ils ont à prendre en compte afin de tisser un réseau documentaire parisien le plus efficace possible et de transcender les frontières institutionnelles. De nombreux projets de la Ville de Paris tels moderniser le réseau des bibliothèques de proximité, entretenir des liens avec la couronne parisienne, etc., sont analysés par les intervenants de ce colloque. Une comparaison avec les politiques documentaires des bibliothèques de grandes villes étrangères est également établie en vue de tirer le meilleur des exemples fournis par nos voisins.

]]>
https://books.openedition.org/bibpompidou/895 2014-01-17 Yves Alix, Dominique Arot, Bertrand Calenge, Martine Camber, Isabelle Dussert-Carbone, Aline Girard-Billon, Gérald Grunberg, Suzanne Jouguelet, Nathalie Jullian, Jean-Marc Neil Guillon, Gilles Pierret, Daniel Renoult, Isabelle Sabatier, Jacqueline Sanson, Françoise Yon-Cassat et Agnès Saal Éditions de la Bibliothèque publique d’information fr Éditions de la Bibliothèque publique d’information