Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre et ses imaginaires

 | 
Henrique Barreto Nunes
, 
Olivier Bourgois
, 
François Dupuigrenet Desroussilles
, 
et al.

La place du livre dans les médias. 2e rencontre-débat

Introduction

Florence Noiville

Texte intégral

1Merci d’être avec nous pour cette deuxième table ronde qui nous invite à nous pencher sur la place du livre dans les médias. Quel est aujourd’hui l’intérêt des différents supports pour la production éditoriale ? Comment la littérature, les sciences humaines — on a vu précédemment que lorsqu’on parlait de « livre », on entendait implicitement « littérature » — sont-elles mises en scène, valorisées ou bien laissées à l’écart ? Se profile très probablement, derrière tout cela, le vertige de la perte ou la crainte récurrente à travers le temps de la mort du livre... En un mot, le livre est-il médiatique, télégénique ? On peut noter tout de suite que cette question est particulièrement d’actualité puisqu’avant même que je ne vous présente nos invités, vous aurez reconnu à cette table Bernard Pivot, dont le départ annoncé a semé l’émoi dans le monde littéraire lequel, plus que jamais, s’interroge sur l’avenir du livre sur le petit écran. Question brûlante donc. Question également ambiguë car elle renvoie — du moins dans notre pays, me semble-t-il — à deux postulations contradictoires. La première consiste à dire que le livre n’étant plus dominant, il a besoin de soutien, que ses enjeux économiques sont, sinon dérisoires, du moins de moindre importance à côté de ceux des autres industries culturelles, que ses enjeux symboliques, eux aussi, s’effritent et que donc, il y aurait comme une sorte de responsabilité de la part des autres médias — une mission culturelle, presque patrimoniale — de relayer le médium livre, de le « mettre en spectacle ». On entend souvent dire, auprès des jeunes notamment, qu’il est important que le livre ne disparaisse pas du paysage culturel et mental et qu’il soit abondamment présent à la télévision. C’était, vous vous en souvenez peut-être, l’un des arguments lors de la bataille pour ou contre la publicité du livre à la télévision. Il y a aussi, par contraste, une espèce de méfiance, en particulier des gens du livre les premiers, ou de la part d’une certaine catégorie d’intellectuels. Car « mise en spectacle » renvoie à spectacle, qui renvoie à société du spectacle et à l’idée qu’au fond, la logique de la télévision et la logique du livre ne seraient pas forcément compatibles. Pour vous en donner un exemple, j’ai relevé dans la presse récente, la formule d’un confrère du Figaro qui écrit : « Il a toujours été difficile de parler des livres. C’est encore plus difficile lorsque les auteurs s’en mêlent, y mêlent leur vie, leurs opinions, leurs amours ou leur statut. Mais quand il faut ajouter des caméras à cette périlleuse activité, on attend le comble de la difficulté. Cela devient du sport. » Et il citait cette phrase de Bernard Shaw sur l’intérêt qu’il semble à y avoir à inviter des auteurs, que ce soit à la télévision ou à la radio : « Voir un écrivain après avoir lu un de ses livres, c’est comme voir une oie après avoir mangé du foie gras. » Ce n’est pas très gentil de comparer des auteurs à des oies donc, je m’arrête là. C’était simplement pour illustrer la complexité et aussi l’actualité de la question.

2Enfin, pour ne pas être trop longue, mais puisque nous avons la chance aujourd’hui de pouvoir résonner dans un contexte européen, je voudrais rappeler quelques grandes données du marché du livre en Europe. La première, concerne les achats de livres dans les différents pays. C’est une donnée importante au regard de notre sujet puisque, qui dit programmation dans les différents supports, dit anticipation des attentes du public et, au fond, quel peut-être le meilleur baromètre de ces attentes, de ce désir de livres, en dehors des bibliothèques, sinon bien entendu les achats qui en sont le miroir le plus significatif.

3Alors, comment cela se passe-t-il dans les différents pays de l’Union européenne ? Pour aller vite, vous avez quatre catégories de pays. En queue de peloton, quatre pays qui sont le Portugal, l’Irlande, l’Italie et la Belgique. Là, les habitants dépensent en moyenne entre 120 et 250 F par an pour acheter des livres. Ensuite, c’est assez surprenant, il y a une catégorie composée du Royaume-Uni, des Pays-Bas, de la France à égalité et de la Finlande entre 330 et 370 F par habitant et par an. Une catégorie moyenne comprend la Suède, la Suisse et l’Espagne entre 450 et 565 F. Et enfin, le haut du panier avec le Danemark, l’Autriche, l’Allemagne et la Norvège, où l’on dépense plus de 500 F. Un Norvégien, en gros, lit presque trois plus qu’un Italien. Ces statistiques valent ce qu’elles valent, mais elles donnent une idée.

4Pour terminer, une dernière idée sur la puissance de feu européenne en matière d’édition. Il faut rappeler qu’avec Bertelsmann en Allemagne, Pearson en Angleterre, mais aussi chez nos voisins néerlandais Volters-Kluwer et Reed-Elsevier, et bien entendu Lagardère en France mais à une moindre échelle, les plus gros éditeurs au monde sont aujourd’hui européens. Les Européens contrôlent 55 % du marché mondial de l’édition, loin devant l’Asie (25 %) et l’Amérique (17 %). cela veut-il dire que les Européens sont aujourd’hui les grands détenteurs de ce qu’il est convenu d’appeler les contenus ? Ils sont aussi les plus gros producteurs de livres et d’idées. Mais quelles valeurs économiques et symboliques leur donne-t-on dans les différents pays ? C’est précisément ce que nous allons voir maintenant avec nos quatre invités que je vous présente sans plus tarder.

5Gianni Riotta est directeur adjoint du quotidien La Stampa. Vous en avez, je crois, créé l’édition en ligne. Vous êtes aussi romancier. Vous êtes l’auteur de quatre romans dont le dernier, Le prince des nuées, vient d’être traduit en France, chez Fayard. J’ajoute que vous êtes un fin connaisseur de la réalité américaine puisque vous avez été, pendant une quinzaine d’années, envoyé spécial puis éditorialiste aux États-Unis pour le Corrierre della Serra.

6Markus Gerlach est Allemand. Vous enseignez l’allemand à l’université Paris 12 mais vous avez une multitude impressionnante de casquettes. Vous travaillez à une thèse qui se situe aux confins de la sociologie et de la littérature puisqu’elle concerne la réception critique de Céline et de Junger en France et en Allemagne. Vous avez aussi travaillé à un projet de recherche franco-allemand sur l’édition en France et en Allemagne, projet coordonné par les universités de Fribourg et le Collège de France et dont on a vu les premières retombées sous la forme des deux numéros des Actes de la recherche en sciences sociales qui étaient consacrés à l’édition. Et, enfin, vous êtes ponctuellement chargé de missions pour le ministère de la Culture. Tout cela veut dire que vous connaissez parfaitement l’édition en France et en Allemagne et que vous en avez une approche comparée.

7Bernard Pivot, je ne vous fais pas l’injure de vous présenter. Hier, j’avais au téléphone le président de la Fédération des éditeurs européens et je lui demandais ce qu’il pensait de cette question de la place du livre et il m’a dit tout de go : « Si tu veux dire qu’on n’a pas de Bernard Pivot, eh bien, c’est vrai ! On vous l’envie. » Vous êtes donc une institution à vous tout seul et ce que cette anecdote révèle, je crois, c’est le grand prestige dont ont toujours joui à l’étranger vos émissions. Je crois que c’est important. Simplement, comme on le sait, après une trentaine d’années d’émissions, vous avez décidé de tirer votre révérence. Pourquoi ? Vous donniez déjà des réponses dans un livre publié chez Plon, en 1998. Votre départ signe-t-il la fin d’une époque et surtout d’une certaine idée de la télévision ? Nous y reviendrons dans un instant.

8À côté de vous, enfin, Olivier Bourgois. Vous êtes haut fonctionnaire et vous êtes l’auteur de ce rapport sur « le livre à la télévision » que vous avez remis à Catherine Trautman, alors ministre de la Culture. C’est par vous que je voudrais commencer, en m’appuyant sur ce rapport où, finalement, vous ne craignez pas d’aller à l’encontre des idées reçues et où vous dites qu’au fond, oui, il y a bien une exception culturelle française, mais que l’idée que c’était mieux avant, au fond, ne tient pas très bien la route. Pouvez-vous vous expliquer là-dessus ?

Auteur

Florence Noiville est journaliste.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr