Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre et ses imaginaires

 | 
Henrique Barreto Nunes
, 
Olivier Bourgois
, 
François Dupuigrenet Desroussilles
, 
et al.

Le désir du livre. 1ère rencontre-débat

Débat

Animation : Martine Poulain

Texte intégral

1Martine Poulain : J’aimerais poser une question au sujet de la place du livre dans l’éducation. J’ai été frappée d’entendre Barbro Thomas dire que même en Suède — pays que nous avons longtemps pris comme modèle —, les bibliothèques scolaires étaient peu nombreuses. Et pourtant, les imaginaires se forgent dans l’enfance. J’ai toujours été fascinée par le fait que, où que l’on soit, dans quelque pays que l’on soit, les bibliothèques scolaires ont toujours été retardataires, comme s’il y avait là une béance : plus l’on s’inquiète du sort du livre, plus on se dit soucieux du rapport au livre, moins, me semble-t-il — cela a été le cas dans nombre de pays pendant très longtemps —, l’on prépare les enfants à cette appropriation à la fois personnelle et communautaire de l’univers de l’imprimé. Et rien ne dit d’ailleurs que la manière dont risquent d’être proposés aujourd’hui les nouveaux supports dans les écoles ne fragilise pas une fois de plus ce rapport au livre. Mais ça, c’est peut-être un peu rapidement dit. Barbro, vous avez une interprétation ? Pourquoi ce pays si sérieux et si froid, comme vous le disiez, qui essaye de se réchauffer, non pas en brûlant les livres mais en les lisant, a-t-il lui-même manifesté une forme d’indifférence à la place du livre dans l’univers scolaire ?

2Barbro Thomas : Je pense que c’est un paradoxe. Pourquoi les bibliothèques scolaires sont-elles quasiment inexistantes en Suède ? Je me l’explique mal. Il semble que ce soit partout pareil ailleurs dans le monde, pourtant ça ne devrait pas l’être, surtout en Suède. J’avais pour habitude de dire que si dans les années soixante et soixante-dix, on avait décidé de créer les meilleures bibliothèques scolaires du monde, on aurait pu le faire, mais on ne l’a pas fait.

3James Raven : Les écoles, et surtout les écoles dans le primaire, sont après tout un objectif politique de première importance, c’est-à-dire que les politiques des pouvoirs publics évoluent très rapidement suivant les changements de gouvernement. On a donc souvent tendance à privilégier la technologie ou à prodiguer des conseils qui sont peut-être animés de bonnes intentions mais qui sont quand même de mauvais conseils. Parfois, on peut doter ces écoles de technologies sans pour autant leur donner de livres. On croit bien faire, mais c’est tout le contraire et ce n’est pas du tout indiqué. Et parfois, je crains que les écoles, surtout au niveau élémentaire, puissent servir de ballon d’essai pour les pouvoirs publics qui veulent essayer de nouvelles choses.

4Martine Poulain : Merci. Reprenons sur la question des imaginaires et des représentations du livre dans les différents pays d’Europe. J’ai eu l’occasion de travailler sur ce que j’appelle l’invention du mythe d’Alexandrie. Si l’on étudie, par exemple, l’historiographie des bibliothèques, on se rend compte que jusqu’aux Lumières, me semble-t-il, la référence majeure reste la Bible, parfois la Torah : la bibliothèque se confond avec le livre unique, la Bible, parole de Dieu en actes. C’est dans l’Encyclopédie que, pour la première fois, est mise en scène une autre figure de l’origine du livre ou de l’idéal type du livre qui est la Bibliothèque d’Alexandrie. C’est le xviie siècle et son idéal encyclopédique qui créent cette référence nouvelle à la bibliothèque d’Alexandrie comme origine de l’encyclopédisme. Deux versants à cette référence : l’apologie du nombre, l’apologie de la bibliothèque et de la pluralité des livres de bibliothèques, et en même temps le vertige de la perte. Ce sont ces deux questions qu’évoquaient à la fois François Dupuigrenet et James Raven. C’est assez frappant de voir que cette mise en scène du vertige, de l’abondance et de la perte, naît dans les moments où le livre est triomphant comme s’il y avait nécessité à la fois d’une reconnaissance de cette suprématie du livre et nécessité interne d’une construction de la peur de la perte. C’était une première remarque que j’aimerais bien voir commentée parce qu’il me semble que nous sommes toujours héritiers de cette mise en scène de l’imaginaire du livre qui, paradoxalement naît avec les Lumières, donc avec la victoire absolue du livre — du livre dans sa version plurielle et peu ou prou laïque. Nous cultivons encore cette référence à la fois dans un fondement sur des craintes peut-être réelles mais aussi avec une forme d’autonomie du propos symbolique, ce vertige de la perte — il semble que rien ne soit plus délicieux que de craindre justement la mort du livre alors qu’elle est peut-être questionnable mais relative...

5Une deuxième remarque concerne la question des représentations du livre dans la période contemporaine évoquée par François Dupuigrenet. J’ai trouvé intéressante la remarque sur la question du livre brisé, du livre émietté pourrait-on dire, du livre qui est présent partout mais s’affaiblit, tel qu’on le voit dans les tableaux que vous citiez et ceux de Braque. J’ai moi-même travaillé sur ces représentations du livre dans la peinture et sur les représentations du livre dans la photographie, et l’on constate une forme d’homologie entre ces représentations et les pratiques réelles des populations : le livre n’est plus très présent dans la peinture, pour des tas de raisons dont l’art abstrait — au passage il y a quand même des peintres tels Miguel Barcelo qui traitent de la bibliothèque et du livre, mais il s’agit d’un livre qui risque de s’enflammer et de bibliothèques qui brûlent et non plus de bibliothèques qui assouvissent les besoins et le bonheur intellectuel humain ; le livre se consume et ses lecteurs brûlent avec lui. Le passage par la photo s’accompagne d’une présence du livre et des lecteurs renouvelée, mais dans une forme de banalisation problématique de cette représentation. Il y a une raison liée au support photo par rapport au support peinture. Mais ce qu’on peut craindre ou analyser de la réalité, c’est que le livre ou l’écrit présent partout, offert à tous, plus ou moins utilisé par tous, ne soit en même temps, et par cela même, nulle part.

6James Raven : Merci de ce propos. Ce que je voudrais dire essentiellement, c’est que la façon dont nous investissons le livre de cette idée de pérennité, est justement l’un des nombreux mythes qui se créent à propos du livre. Mythe d’ailleurs qui contribue à lui donner sa force. On pourrait construire différentes histoires relatant la perte du livre actionnaire à travers les temps. Vous avez vous-même évoqué l’exemple de la bibliothèque d’Alexandrie et là, je crois qu’à travers la plume d’universitaires et d’historiens divers, on peut reconstruire comment, à l’époque, on racontait l’histoire de la destruction de la bibliothèque d’Alexandrie. Par exemple, au xiie siècle, les écrivains du monde arabe donnaient une certaine version de la destruction de la bibliothèque par le feu, à une époque où des bibliothèques étaient vendues. On pourrait dire que le fait de vendre une bibliothèque était peut-être moins criminel, moins coupable que la destruction par le feu. Toujours est-il qu’il serait intéressant de rapporter ces chroniques et chronologies différentes à la valeur que l’on attache au livre.

7François Dupuigrenet : Juste deux mots sur les remarques de Martine Poulain et pour expliciter un peu mon propos... Effectivement, la figure de l’Encyclopédie est fondamentale. C’est certain pour toutes sortes de raisons mais, notamment, parce que à l’intérieur même de l’Encyclopédie, se trouvent les figures de la production du livre lui-même. C’est une facilité de dire que c’est une théorie qui produit sa propre pratique, mais c’est bien de cela qu’il s agit. Et si l’on parle de bibliothèques — puisque c’est le fil qui nous réunit —, à un moment où les bibliothèques sont construites intellectuellement sur un ordre du savoir qui correspond à un ordre effectif, un ordre matériel. Si nous prenons l’exemple que je connais le mieux, celui de la Bibliothèque royale, le premier catalogue imprimé nous donne le classement de ses ouvrages de la classe A à la classe Z, de la Bible jusqu’à la polygraphie, correspondant à un ordre réel des livres à l’intérieur de la bibliothèque. Au xixe siècle, la polémique qui s’est déchaînée en France autour de l’abandon de cet ordre systématique faisant correspondre la place d’un livre dans la bibliothèque à une place dans l’ordre du savoir, a été très vive, parce qu’on se demandait où l’on allait si on lui substituait, comme cela s est fait, l’ordre alphabétique aléatoire, banal, qui n’a aucun sens. C’est la fin d’un certain ordre du livre. Effectivement, le xviiie siècle que vous évoquiez, correspond à une tentative de construction d’un ordre total du livre.

8Il y a un deuxième point sur lequel je voudrais revenir rapidement : la question protestantisme/catholicisme, que l’on a abordée en commençant et que l’on a perdue en cours de route. Est-ce que cela a un sens ? Sur le passé, n’exagérons pas. Dans les pays protestants, citons Calvin, de mémoire : « La Bible est un pain trop rude pour être donné sans intermédiaire aux enfants. Il faut que le père de famille le découpe comme on découpe le pain. » Cette citation pour dire que la nécessité des intermédiaires n’appartient pas seulement à l’Église catholique et que dans ce qu’on nomme trop facilement les pays catholiques, il y a des différences très profondes. Je citerai deux exemples. L’Italie est un cas où la censure ecclésiastique fonctionne. Les censures ne fonctionnent pas toujours mais là, au xvie siècle, elle fonctionnait parfaitement. Je veux dire que les bibles en vulgaire ont complètement disparu des bibliothèques de couvent. Il n’y en avait plus. Prenons l’exemple de la France : c’est un cas particulier parce que la France a eu, jusqu’à la révocation de l’édit de Nantes, une coexistence de deux religions, ce qui impliquait la confrontation permanente dans la polémique à partir des textes de l’écriture et donc la circulation tolérée, à l’intérieur du royaume, des bibles protestantes. Tout ça fait que nous avons une histoire longue dans laquelle le rapport au livre, le rapport à la Bible est très différent à l’intérieur de pays qu’on qualifie trop facilement de catholiques. Et la tradition catholique connaît toutes sortes de variations. Vous vous souvenez de l’insulte que le père de Julien Sorel adresse à son fils — « chien de lisard » — lorsqu’il le voit lire le Mémorial de Sainte-Hélène qu’il jette dans le ruisseau qui entraîne la scie, eh bien c’est une attitude catholique, effectivement. Mais c’est une attitude catholique du début du xixe siècle. Ce n’est pas une attitude catholique en général et, aujourd’hui je m’interroge quand même non pas sur l’importance des traditions religieuses — parce que je crois qu’elles sont extrêmement importantes —, mais sur le sens qu’on donne à la qualification de tel pays comme étant protestant ou catholique. Le pays que je connais le mieux, peut-être mieux que la France, c’est l’Italie. C’est vrai que l’Italie est un pays catholique par bien des côtés. Mais enfin, si vous regardez la réalité des pratiques, la chute de la natalité par exemple, il me semble difficile de lui donner a priori une étiquette « catholique ». Tout cela pour dire que les explications que nous pouvons donner aux différences d’intérêt pour le livre dans les différents pays d’Europe ne se prêtent pas aux explications simples et que le remplacement des explications de caractère économique par des explications idéologiques me paraissent tout aussi faciles. Comme disait Hegel, « l’essence est désertique ».

9Martine Poulain : Je suis d’autant plus d’accord, pour continuer sur Stendhal, que si le jeune Henri avait lu Bourdaloue, son père n’aurait jamais jeté le livre dans le ruisseau. Donc il s’agit bien de livre contre livre et non pas d’anti-livre contre partisan de la lecture.

10Public : Une question à monsieur Henrique Barreto Nunes. Vous avez fait allusion à l’importance du prix Nobel pour, entre guillemets, légitimer la littérature nationale du pays et par cela, valoriser en fait l’acte de lecture. Je voulais savoir si, au niveau de la lecture — vous avez évoqué tout le réseau des bibliothèques — le réseau commercial des libraires était prospère, si l’acte d’achat était relativement courant ou si l’on constate, comme en Suède, qu’il y a une raréfaction des libraires ?

11Henrique Barreto Nunes : Il y a de grandes librairies dans les grands centres urbains. À l’intérieur du pays, on constate la disparition des librairies.

12Martine Poulain : Une petite remarque pour Barbro Thomas. On est peut être surpris de vous entendre dire que tant de municipalités en Suède ne possèdent pas de librairies.

13Barbro Thomas : Normalement, en Suède, une librairie vend tous les livres qui sont édités. Je pense que dans ces quatre-vingt municipalités qui manquent de librairies, il existe quand même une petite librairie mais, suivant notre conception, ce n’est pas une librairie normale, mais un endroit où l’on vend un nombre limité de livres. Je pense que c’est une question de définition. Qu’est-ce qu’une librairie ?

14Martine Poulain : Effectivement, je crois qu’il y a un problème de définition de la librairie dans tous les pays européens. Il faudrait se mettre d’accord pour savoir si on englobe dans le terme librairie les points de vente qui vendent autre chose, etc. Laissez-moi remercier nos intervenants une nouvelle fois pour la qualité de leurs propos et de leurs analyses. Espérons que ces échanges contribueront à construire une Europe du livre plus forte.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr