Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le livre et ses imaginaires

 | 
Henrique Barreto Nunes
, 
Olivier Bourgois
, 
François Dupuigrenet Desroussilles
, 
et al.

Le désir du livre. 1ère rencontre-débat

Présentation

Martine Poulain

Texte intégral

1Il est fort délicat de commencer une table ronde après une intervention qui marie l’intelligence à une telle élégance et qui est aussi près du sujet qu’elle traite, c’est-à-dire la force de l’imaginaire du livre auquel l’intervention d’Anne-Marie Bertrand est en soi un très bel hommage.

2Nous allons peut-être adopter un autre rythme, celui de la table ronde, et je me contenterai d’introduire brièvement pour laisser la parole avant tout à nos invités étrangers et français que je remercie d’être venus. Je pense effectivement que l’Europe est encore à construire, même l’Europe du livre, à l’occasion bien sûr de rencontres dans des programmes européens, dans des conférences internationales ; mais c’est aussi tous les jours que nous avons à construire cette Europe du livre, de la culture du livre et de la lecture, par des échanges à la fois pragmatiques et intellectuels, alliant des réflexions plongeant dans le passé à des réflexions quant à notre aventure contemporaine. J’espère que cette table ronde en offrira une occasion. Quelques mots donc d’introduction avant de laisser très vite place à nos invités et à la discussion.

3L’idée de cette table ronde est de poursuivre l’interrogation proposée par les organisateurs et d’essayer de comprendre ce qu’il en est aujourd’hui des pratiques du livre et du rapport à la lecture dans différents pays d’Europe. Mais surtout, il s’agit d’interroger la manière dont les imaginaires témoignant de la force symbolique du livre persistent ou non. Je crois qu’effectivement, aujourd’hui, l’interrogation essentielle concerne bien sûr les pratiques mais elle se doit d’examiner la question de la force de la puissance symbolique du livre Si les pratiques interrogent ou inquiètent le plus souvent, c’est effectivement peut-être moins parce que les structures ou l’offre de livre sont lacunaires que parce que l’on craint que la force symbolique de celui-ci soit moindre. Une des questions qui se pose est celle de l’effet d’une forme de démocratisation, du partage du livre sur sa force symbolique. Certains pensent, en effet, que le partage social plus grand du livre, sa disponibilité auprès de tous, le savoir lire et écrire, la prolongation de l’éducation ont entraîné une pratique de la lecture beaucoup mieux partagée, mais que cette démocratisation, ce plus grand partage social s’est accompagné d’un affaiblissement du pouvoir symbolique du livre. Une des questions qui se pose aujourd’hui dans beaucoup de pays - dans laquelle la concurrence par exemple des autres médias ou l’intervention des nouvelles technologies peut n’être considérée que comme une forme d’épiphénomène, une forme d’indice mais non en soi de cause -, réside dans ce paradoxe de notre modernité. Celle-ci ne s’accompagne pas mécaniquement des effets positifs que les générations en charge de politiques culturelles et éducatives précédentes avaient pu attendre de la progression de la maîtrise de la lecture et de l’offre de livres. Mais, bien entendu, un tel portrait est lapidaire et sans doute faudrait-il proposer un paysage plus nuancé, puisque la situation, au sein même par exemple de l’Union européenne, au sein même des différents pays d’Europe n’est pas la même. Encore faudrait-il parler de toute l’Europe et pas nécessairement seulement de l’Union ; c’est fondamental aujourd’hui. Pour commenter ces différences, l’opposition souvent proposée entre Europe du Nord et Europe du Sud est-elle réelle ? Le tableau est en fait plus nuancé. Il faudrait s’interroger sur le poids des traditions religieuses, le protestantisme s’opposant au catholicisme — le protestantisme ayant eu, dit-on, un rapport plus individualisé au livre et le catholicisme obligeant les individus à une confrontation au texte toujours médiatisée par les clercs, les pouvoirs religieux de toutes sortes ou par les pouvoirs politiques... Cette explication est, on le sait, discutée par les historiens. Comment faut-il penser la différence dans les rapports au livre sans pour autant d’ailleurs donner une image qui serait par trop idyllique, ou par trop reconstruite du livre dans les pays « protestants » ? L’usage du livre ne peut pas être simplement instrumental et la conquête de population à la lecture passe forcément par une dimension autre, d’ordre symbolique. La question est donc : quelle est, aujourd’hui, la symbolique du livre dans les différents pays européens ?

4Autour de la table sont réunis plusieurs intervenants, tous investis dans la recherche ou dans des politiques du livre et de la lecture : Barbro Thomas vient de Stockholm où elle a été très longtemps, jusqu’à une date extrêmement récente, directrice du Livre et de la Lecture au sein du ministère de la Culture suédois. Elle a été pour beaucoup dans le développement des politiques publiques et des bibliothèques publiques suédoises qui sont, il est vrai, encore un exemple pour beaucoup d’entre nous et elle est actuellement conseiller auprès de la Bibliothèque royale et nationale du royaume de Suède. Barbro a toujours été — et elle est toujours — très investie dans l’ifla, la Fédération internationale des associations de bibliothécaires, où elle a été longtemps présidente de la section sur la lecture publique.

5James Raven enseigne l’histoire culturelle à l’université d’Oxford et également, de temps à autre, à Cambridge puisqu’il est directeur du Cambridge Project for the Book Trust dont il nous parlera s’il le souhaite. James Raven est aussi un historien reconnu du livre dont les dernières publications traitent de l’histoire du livre britannique aux xviiie et xixe siècles. Un de ses ouvrages de référence a été l’histoire du livre à Londres, London Books and American Customers ; il a publié récemment Free Print Non Commercial Publishing since the xviith Century ainsi que plusieurs articles dans un volume intitulé De la circulation de la littérature populaire et de l’histoire de l’imprimerie. Son propos s’intéressera à la place de l’histoire des mentalités dans le rapport au livre et évoquera également un certain nombre de questions contemporaines que tout bon historien s’autorise à traiter.

6Henrique Barreto Nunes est portugais. Il est directeur de la bibliothèque publique de Braga et enseigne les sciences documentaires à l’école de bibliothéconomie de l’université de Porto. Il est également membre du Conseil supérieur des bibliothèques et auteur d’un ouvrage dont le titre français serait « De la bibliothèque au lecteur », réédité très récemment.

7Enfin, François Dupuigrenet Desroussilles est conservateur général des bibliothèques françaises, directeur de l’enssib, l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques, en charge donc de l’avenir de la formation des professionnels français. C’est aussi un historien du livre réputé, notamment sur la période des xvie et xviie siècles et, plus particulièrement sur la question de la Bible. Il est, par ailleurs, traducteur de l’italien et de l’anglais. Il pourra donc aborder d’un point de vue très général la question de l’histoire du livre et de la place du livre dans les imaginaires européens.

8Tous nos intervenants ont eu la gentillesse de réfléchir à leur contribution à la fois dans leur propre langue et en français. Notre traductrice nous rendra compte de ce gentil mélange.

Auteur

Martine Poulain est sociologue, directrice de Médiadix à l’université Paris X.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

amazon.fr