Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics : quelles attentes ? Bibliothèques : quelles concurrences ?

 | 
Yves Alix
, 
Bruckman Denis
, 
Olivier Chourrot
, 
et al.

Table ronde : Les publics à Paris. Quels usages ? Quelles attentes ?

Les étudiants et les BU : Quelles pratiques ? Quelles attentes ?

Daniel Renoult

Texte intégral

  • 1 Chef de la mission U3M au Rectorat de Paris.

1Note portant sur l’auteur1

2Au second semestre 2003, la mission u3m du rectorat de Paris a fait procéder à une enquête par questionnaire auprès des universités parisiennes en lettres et sciences humaines. Portant sur un échantillon de 1 500 étudiants (1 000 interrogés en sortie de bu, 500 sur les lieux de cours), cette étude, conduite par la société SCP Communication, avait pour objectif d’évaluer la fréquentation des bibliothèques universitaires et d’analyser les pratiques des publics. Ont participé à l’enquête les bibliothèques universitaires de Paris i, Paris ii, Paris iii, Paris iv, Paris v, Paris vii et Paris ix ainsi que la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, Cujas, Sainte-Geneviève et la bibliothèque interuniversitaire des langues orientales.

3Confirmant des données de l’Observatoire de la vie étudiante (2000), l’enquête de 2003 atteste l’utilisation des bibliothèques universitaires par environ 94 % des étudiants : 54 % déclarent utiliser une bibliothèque universitaire (bu) ou interuniversitaire (biu) plusieurs fois par semaine, 40 % d’une fois par semaine à trois fois par mois. Tandis que les bu sont utilisées quasi exclusivement par les étudiants de l’université de rattachement, les bibliothèques interuniversitaires accueillent des étudiants provenant d’universités diverses y compris ceux qui sont inscrits dans des cursus scientifiques. C’est le cas en particulier de Sainte-Geneviève. Les critères de choix d’une bu sont d’abord la proximité spatiale, la gratuité, la pertinence des collections par rapport aux programmes. Les lectures des étudiants restent prescrites avant tout par les enseignants (60 % des déclarations), tandis que les bibliothécaires (4 % des déclarations) ou les libraires (5 % déclarations) n’ont que peu d’influence sur les choix.

4En bibliothèque, les étudiants déclarent d’abord utiliser les collections (54 %), préparer un exposé ou un devoir (46 %), relire leurs notes de cours (36 %), recourir à la photocopie et à l’emprunt de livres. Le recours aux catalogues (15 % en moyenne) est surtout le fait des étudiants avancés dans leurs études (27 % des troisièmes cycles). Si l’on considère les différentes filières de l’enquête (droit, économie et gestion, lettres, langues, philosophie, histoire, autres sciences humaines), les intensités de fréquentation sont finalement peu différenciées. La discrimination est plus nette si l’on analyse les genres de livres : les étudiants en lettres et en histoire s’avèrent les plus gros consommateurs d’essais, par exemple. Mais les différenciations sont surtout marquées selon les cycles d’études. Qu’il s’agisse du temps passé en bibliothèque, du temps moyen consacré journellement à la lecture, les troisièmes cycles se distinguent nettement par des pratiques plus intensives.

5Parmi les obstacles à la lecture et à la pratique des bibliothèques, le manque de places assises, l’insuffisance du libre accès occupent le premier rang des préoccupations des étudiants. La fréquentation intensive de la Bpi et de la BnF par ceux-ci confirme, s’il en était besoin, les déficits des bu parisiennes sur ces deux points. L’enquête montre également le rôle discriminant du temps d’attente. 60 % des étudiants ont renoncé au moins une fois, faute de place disponible, à entrer à la bu. 34 % déclarent que le phénomène est courant. En moyenne, les étudiants parisiens acceptent d’attendre une place cinquante-trois minutes ! Le temps d’attente pénalise davantage les étudiants issus de milieux peu favorisés. Le manque de calme de certaines bibliothèques est également évoqué par les étudiants comme un élément dissuasif. En revanche, les horaires d’ouverture font moins que par le passé l’objet de reproches.

6Malgré ces difficultés et ces critiques, une majorité d’étudiants se déclarent plutôt satisfaits des bu (70 %) et considèrent que ce service public répond pour partie à leurs attentes. On soulignera cependant que leur pratique des bu reste tout à fait traditionnelle. Effet de l’offre et effet indirect des pratiques universitaires de la documentation ? Effet du faible niveau d’équipement des bu parisiennes ? Ou effet d’une évolution plus profonde des pratiques culturelles ? Il y a en tous les cas un vrai contraste entre l’utilisation intensive de l’Internet par les étudiants hors des bibliothèques, et leur faible pratique en bu, comme si l’image de la bu restait à leurs yeux attachée avant tout au document imprimé et en particulier au livre.

Les pratiques

Pour en savoir plus :

7Renoult, D., « Les étudiants parisiens et les bibliothèques universitaires : le cas des lettres et des sciences humaines », Bulletin des bibliothèques de France, t. 49, n° 5, 2004, p. 80-86.

Notes

1 Chef de la mission U3M au Rectorat de Paris.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/857/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter