Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Publics : quelles attentes ? Bibliothèques : quelles concurrences ?

 | 
Yves Alix
, 
Bruckman Denis
, 
Olivier Chourrot
, 
et al.

Discours d’ouverture

Texte intégral

Jean-Noël Jeanneney, président de la BnF

1Je me réjouis de vous accueillir ici, à la Bibliothèque nationale de France, au nom de l’ensemble de son personnel, de la directrice générale, Agnès Saal, de la directrice des collections, Jacqueline Sanson, et de tous ceux qui ont souhaité que ces travaux – auxquels nous accordons beaucoup d’attention – se déroulent dans les meilleures conditions possibles. J’espère qu’à cet égard, ceux d’entre vous qui ne sont pas encore très familiers avec nos emprises – ce qui doit être rare – trouveront l’occasion d’en faire mieux connaissance. Mais ce souci matériel est secondaire par rapport à l’intérêt intellectuel de politique des bibliothèques qui nous réunit aujourd’hui.

2Je voudrais avant toute chose, si vous le permettez, saluer nos amis étrangers qui nous ont fait l’amitié de venir et qui soulignent par leur présence, par l’honneur qu’ils nous font, combien nous sommes soucieux de nous ouvrir au-delà de nous-mêmes, même si c’est de Paris qu’il s’agit de traiter aujourd’hui. Convaincus ici, à la Bibliothèque, du prix qu’il y a à échanger des expériences de toutes les façons possibles, nous organisons régulièrement des rencontres avec les professionnels que vous êtes. Il s’agit de nous connaître mieux nous-mêmes ou plutôt de mieux connaître ceux qui viennent tirer profit, avantage, intérêt de ce que nous offrons.

  • 1 Publics et usages des bibliothèques : un défi pour la coopération, Éditions de la Bibliothèque pub (...)

3Nous sommes tous persuadés que le propos qui nous réunit aujourd’hui est de grande importance. Connaître le public, c’est, en définitive, approfondir notre réflexion sur notre raison d’être puisqu’il s’agit de savoir ce que les services que nous proposons peuvent rencontrer d’attentes des uns et des autres. Vous êtes ici, si j’ai bien compris, dans un thème qui prolonge les thèmes antérieurs, puisque vous avez déjà évoqué, en 1998, les publics et les usages des bibliothèques à Paris1. Mais, cette fois-ci, il s’agit plus directement de réfléchir à ces publics et si vous avez employé les mots de « concurrence », peut-être est-ce avec le dessein de piquer l’intérêt… On aurait pu dire aussi : « quelles complémentarités ? », mais les concurrences fécondes sont toujours destinées à aboutir à la complémentarité. « Quelles concurrences ? », autrement dit : comment faire pour que, tout en ayant forcément des plages de recouvrement, nous affinions ce que chacun peut offrir de spécifique, avec la fierté d’ailleurs de ces spécificités qui font un des bonheurs de nos métiers. Nous allons tous être, ici, du côté de la Bibliothèque, attentifs à ce qui se dira.

4Je rappelle que nous-mêmes consacrons beaucoup d’énergie et de réflexion – et notamment du côté de notre direction –, de mois en mois, quasiment de semaines en semaines, à essayer de mieux connaître ceux qui fréquentent nos emprises. Les enquêtes que nous faisons sont à la disposition des uns et des autres. Depuis la naissance même de la Bibliothèque nationale de France, depuis le choix stratégique qui a été celui de différencier ce Haut-de-jardin où vous êtes et ce Rez-de-jardin qui s’inscrit plus directement dans la tradition de la Bibliothèque nationale, dès lors que ces deux ensembles, à la fois complices et différents, ont été dessinés, il nous revient de nous interroger sans relâche sur ceux qui viennent, ceux qui souhaitent venir, ceux qui le font, ceux qui éventuellement le souhaiteraient et ne le font pas, ceux qui ne le souhaitent pas et qui ont tort de ne pas le souhaiter…

5Je m’arrête car tout cela pourrait devenir vertigineux et je ne souhaite vous entraîner vers aucune ébriété intellectuelle. Nous allons être très raisonnables, mais nous savons bien – je le sais parce qu’il y a déjà quelque temps que j’ai été appelé à faire partie de votre belle corporation –, qu’à cet égard, dès que l’on s’approche de notre vie quotidienne, il est toujours très difficile de distinguer la raison et la passion. Au fond je ne m’en plains pas.

Marie-Anne Toledano, sous-directrice de la diffusion culturelle de la Ville de Paris

6C’est avec plaisir que j’ouvre, au nom du maire de Paris, Bertrand Delanoë, et de son adjoint chargé de la Culture, Christophe Girard, ce quatrième colloque de l’oplpp. Je tiens également à remercier très chaleureusement le président Jeanneney et l’ensemble de ses collaborateurs pour le soutien constant que la Bibliothèque nationale de France apporte à l’OPLPP, dans l’organisation bien sûr de ce colloque, par la mise à disposition de tout un soutien technique et humain pour la tenue de cette journée, mais aussi pour le soutien et l’accueil toujours très chaleureux.

7Ce colloque est organisé pour la première fois cette année avec Médiadix, qui est un organisme de formation et, depuis de très nombreuses années, un partenaire de la Ville de Paris, et je salue Monsieur Pavlidès, son directeur, qui interviendra tout à l’heure.

8Le thème qui nous réunit aujourd’hui est : « Publics, quelles attentes ? » Vous verrez, au cours de cette journée, que plusieurs enquêtes récentes à Paris et en Île-de-France peuvent surprendre par leurs résultats qui vont parfois à l’encontre de certaines idées reçues, en tout cas pour les bibliothèques parisiennes. La question de la concurrence, est une question plus nouvelle qu’il n’y paraît, même si, à la fondation de l’OPLPP la question de la concurrence était plutôt celle des bibliothèques entre elles, sur un territoire donné qui était celui du territoire parisien. Je crois que l’OPLPP a fonctionné comme une instance qui a permis des rencontres, qui a permis de mieux se connaître, et la question de la concurrence ne se pose plus tant entre les bibliothèques, dont les missions sont sous-tendues par une appartenance commune au service public, mais par rapport à ce qui n’est pas le service public et qui est le marché. Par ailleurs, vous verrez que les résultats des enquêtes montrent que les clivages ne sont pas si tranchés entre les termes de fréquentation des bibliothèques, mais que la question est plutôt : « Qui est lecteur ? », et : « Qui n’est pas lecteur ? » Et je crois que les travaux d’aujourd’hui vont nous permettre de mieux préciser les contours de ce public qui fréquente ou ne fréquente pas les bibliothèques de lecture publique quelles qu’elles soient, qu’elles relèvent d’une collectivité territoriale ou de l’État. Il me semble que ce qui a présidé à la tenue de ce colloque, c’est ce premier constat, et de s’interroger, pour les années qui viennent sur la façon dont, au sein de l’OPLPP, nous pourrons travailler ensemble.

9Mettre en valeur des ressources documentaires, vérifier des intuitions, étayer des analyses, mettre en commun des outils de connaissance et d’action entre les grandes instances concernées par la lecture publique à Paris, telles étaient les missions fondatrices de l’OPLPP. Je tiens à rappeler que cette institution a été créée en 1995, sur une initiative de Jean-Jacques Aillagon, alors directeur des Affaires culturelles de la Ville de Paris. L’Observatoire permanent de la lecture publique à Paris (oplpp) réunit l’ensemble des instances concernées par la lecture et les bibliothèques à Paris et mène, depuis sa création, de nombreuses actions concertées (enquêtes, colloques, publications), dont la presse professionnelle se fait régulièrement l’écho.

10Pour rappel, les membres de l’oplpp sont :

  • la Direction des Affaires culturelles de la Ville de Paris ;
  • la Bibliothèque publique d’information ;
  • la Bibliothèque nationale de France ;
  • la Médiathèque de la Cité des sciences et de l’industrie ;
  • la Bibliothèque Sainte-Geneviève ;

11ainsi que :

  • le ministère de la Culture et de la Communication (Direction du livre et de la lecture et Direction régionale des affaires culturelles d’Île-de-France) ;
  • le ministère de l’Éducation nationale (Sous-direction des bibliothèques et de la documentation) ;
  • le Conseil supérieur des bibliothèques ;
  • La Joie par les livres.

12De 1995 jusqu’en juin 2000, c’est Michel Sineux, ancien responsable du Service scientifique des bibliothèques de la Ville de Paris, et par ailleurs ancien président de la FFCB, qui a assumé la coordination des travaux de cette instance. Depuis juillet 2000, c’est Aline Girard-Billon, responsable du Service technique de la Ville de Paris, qui lui a succédé.

13Depuis l’an 2000, force est de constater un relatif essoufflement, malgré des travaux significatifs : trois colloques, des enquêtes de public, des statistiques publiées, l’édition du plan guide Paris en bibliothèques. Effectivement, nous avons un problème qui ne sera pas traité aujourd’hui mais dont je me dois de vous dire que nous espérons qu’il sera réglé dans les prochains mois. L’OPLPP souffrait cruellement jusque-là d’un manque d’existence juridique et nous sommes désormais assez certains de voir naître juridiquement l’oplpp sous la forme d’une association de la loi 1901. Ce projet est en cours de validation et nous sommes convaincus que cette personnalité juridique lui donnera un nouvel élan et des perspectives d’ouverture qu’il n’a pas su trouver sous sa forme actuelle, trop informelle. Notamment l’ouverture se fera au-delà du territoire parisien, une ouverture en direction du territoire de la région Île-de-France.

14Les projets pour 2004-2006, au-delà de la création d’une association qui sera ouverte à d’autres partenaires et à d’autres financements, c’est bien sûr la poursuite de la publication des brochures. Déjà prévue, coordonnée par la bibliothèque Forney de la Ville de Paris, la réalisation d’un guide des ressources documentaires sur le costume, la mode et le textile. En 2006, sous la coordination de la Cité des sciences, un document sur la santé et l’environnement.

15Par ailleurs, en tant que représentante de la Ville de Paris, je souhaitais brièvement vous informer de quelques initiatives et projets qui, je crois, prennent tout leur sens aujourd’hui dans le contexte qui est le nôtre. Tout d’abord, le développement de rencontres professionnelles, non plus au niveau départemental mais au niveau régional ; une première réunion s’est tenue le 13 mai 2004 avec les départements 77, 78, 91 et 95 et une deuxième rencontre entre bibliothécaires départementaux et bibliothécaires de la Ville de Paris est prévue au quatrième trimestre. Nous comptons bien constituer des groupes de travail entre Paris et les départements d’Île-de-France qui puissent travailler de façon constante. Évidemment, l’OPLPP et la Région seront partie prenante de ces actions de coopération que nous comptons construire dans les années à venir.

16Et puisque nous sommes ici au cœur du réseau documentaire français, je voudrais vous annoncer publiquement la décision qui a été prise par la Ville de Paris, et sa mise en œuvre prochaine, de l’informatisation des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris et de ses fonds patrimoniaux. Paris était une des dernières capitales à ne pas avoir informatisé ses fonds patrimoniaux dont la richesse inouïe n’est pas connue précisément, même par les bibliothèques de la Ville de Paris – nous l’évaluons à un fonds de six millions de documents. Ainsi, dans les prochaines années, Paris pourra enfin intégrer les réseaux documentaires nationaux et internationaux avec un marché en investissement de plus de quatre millions d’euros dont la première étape est fixée à la mi-2005. Parallèlement, Paris va numériser ses collections d’imprimés, photographies et documents sonores, avec un objectif de huit cent mille documents disponibles. Enfin, nous avons un autre projet, la réactualisation des catalogues de prêts qui seront accessibles sur l’Internet dès l’été 2004.

17Je voulais donc évoquer ces nombreux chantiers et constater que près de dix ans après la création de l’OPLPP, nous sommes amenés à penser sous un angle différent la question qui était fondatrice et qui était celle des publics et de leurs complémentarités. Effectivement le contexte a changé et nous disposons aussi, grâce à l’OPLPP, de nombreux instruments qui nous permettent d’affirmer les réponses aux questions que nous nous posons.

Christophe Pavlidès, directeur de Médiadix

18Je serai bref. Je voudrais simplement rappeler pourquoi Médiadix co-organise ce colloque avec l’Oplpp. Médiadix est un centre de formation continue des bibliothèques. Il y a douze centres de formation en France et Médiadix est celui de l’Île-de-France ; à ce titre il dessert un tiers de la profession. La mission d’un centre de formation est d’assurer des formations, des stages de perfectionnement, des préparations de concours, y compris en partenariat avec cet établissement sur certains concours de bibliothécaires adjoints spécialisés. Seulement, il me paraît, et c’était déjà la réaction de mon prédécesseur, qu’on ne peut pas prétendre faire de la formation continue sans constamment interroger ce sur quoi on fait de la formation continue. Sinon, à toujours reproduire les mêmes formations, les mêmes stages, on passe à côté des évolutions professionnelles, et vous savez tous à quel point nous sommes dans un secteur professionnel en perpétuelle évolution. C’est pourquoi Martine Poulain avait commencé à organiser de nombreuses journées d’études, et nous avons continué, notamment avec Yves Desrichard, qui a plus spécialement participé à la co-organisation de cette journée avec l’OPLPP. Nous continuerons à organiser de telles journées d’études, au rythme de quatre ou cinq par an, pour interroger l’évolution des techniques professionnelles – nous avons travaillé sur les formats, par exemple, et nous ferons en octobre une journée un peu provocatrice qui s’appellera « la fin du catalogage ? ! ». Nous prévoyons aussi des journées sur des évolutions de notre environnement juridique – nous avons fait au mois de mai une journée sur le droit d’auteur. Et comme être bibliothécaire, c’est aussi, et peut-être même d’abord, mettre des collections entre les mains de publics, être médiateur et s’interroger sur ce qu’on met entre les mains du public, nous organiserons des journées sur les domaines littéraire et linguistique, en proposant, par exemple, au mois de novembre, une journée sur la littérature de Russie. Et puis en décembre, nous organiserons une journée sur les publics empêchés et plus spécialement les publics en prison. Ce sera une journée, comme celle d’aujourd’hui, s’inscrivant dans une réflexion sur la problématique de qui lit et qui ne lit pas. J’ai d’ailleurs été très sensible à ce que disait Mme Toledano, sur qui vient et qui ne vient pas, et je crois que l’intitulé choisi pour cette journée est très important. Nous avons mis d’abord : « Publics, quelles attentes ? », avant de parler des bibliothèques. Posons-nous la question des publics qui vont ou ne vont pas en bibliothèque. Ce serait peut-être ne voir qu’une partie du problème que de poser d’abord : « Bibliothèques : quelles concurrences ? Publics : quelles attentes ? » L’ordre adopté dans cet intitulé me paraît donc tout à fait pertinent.

19Ce colloque est donc organisé en partenariat avec la BnF, et nous ne pouvons que la remercier pour les conditions d’accueil qu’elle nous offre. Remercions également la Ville de Paris, avec l’OPLPP, et puis, bien sûr, saluons le rôle de la DRAC qui nous aide à organiser ces journées d’étude. Je ne veux pas être plus long, d’autant que nous avons de nombreux orateurs aujourd’hui. Je voulais simplement replacer ce colloque dans un contexte qui nous tient à cœur, à Médiadix, et qui non seulement tient à cœur à l’OPLPP mais est aussi sa raison d’être, à savoir la volonté de ne pas doubler les mêmes manifestations et faire les uns à côté des autres les mêmes choses, à des dates différentes ou aux mêmes dates… Là, nous sommes tout à fait sur une problématique commune et nous ne pouvions que nous rencontrer. Je m’en réjouis encore.

Notes

1 Publics et usages des bibliothèques : un défi pour la coopération, Éditions de la Bibliothèque publique d’information/Centre Pompidou-oplpp, 1998.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter