Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Où va notre démocratie ?

 | 
Alain Blondiaux
, 
Jean-Michel Helvig
, 
Jean-Pierre Le Goff
, 
et al.

Vendredi 2 mars 2007. L’opinion gouverne-t-elle ?

L’opinion publique existe, influence, mais ne gouverne pas

Stéphane Rozès

Texte intégral

  • * Directeur du département Opinion de l’institut CSA. Maître de conférences à Sciences Po Paris.

1Note portant sur l’auteur*

2Pierre-Marie Vidal : Je vais tout de suite passer la parole à Stéphane Rozès afin de « planter le décor ». En tant que directeur du département Opinion de l’institut csa, vous vous occupez de tous les sondages politiques de l’institut. Vous en avez sans doute l’habitude, mais ce soir encore vous risquez d’essuyer un certain nombre de critiques et je vous remercie de votre courage. Les sondeurs sont fréquemment accusés d’être les nouveaux maîtres de l’opinion. Un sondage paru la semaine dernière, dont je n’ai pu retrouver la source, affirme que les Français ne supportent plus les sondages. C’est une mauvaise nouvelle pour Stéphane.

3Stéphane Rozès : C’est un sondage qui l’indique ?

4Pierre-Marie Vidal : C’est cela oui. Selon ce sondage, les Français seraient fatigués de lire les sondages qui se succèdent. L’un de vos confrères a même décidé d’effectuer un sondage quotidien sur la présidentielle. Malgré tout, vous faites face ce soir encore et affirmez que l’opinion publique existe. Venant d’un sondeur, le contraire m’aurait étonné. Chose beaucoup plus originale, vous affirmez que, si l’opinion publique influence la démocratie, elle ne gouverne pas pour autant. Cette subtilité me rappelle une autre de vos formules : « Les enquêtes influencent, mais ne dictent pas. » Est-ce bien le cas ?

  • 1 Exposé fait à Noroit en janvier 1972 et paru dans Les Temps modernes, n° 318, janvier 1973. Repris (...)

5Stéphane Rozès : Ce soir est justement pour moi l’occasion de sortir la tête du guidon et de réfléchir, avec des amis et le public, sur la question qui est posée. Votre introduction dressait un tableau quelque peu misérabiliste de ma profession. Si ma vie professionnelle était aussi dure, je n’exercerais pas depuis vingt ans. Le débat de ce soir est l’occasion pour moi d’essayer de prendre un peu de hauteur par rapport à l’écume des jours et d’aller un peu plus au fond des problèmes. La référence que vous faites à ce sondage que je ne connaissais pas est tout à fait intéressante. Le rapport de notre pays à l’opinion, dont les sondages sont l’un des moyens d’expression, est quelque peu schizophrénique. La France est le pays qui publie le plus de sondages au monde. Dans le même temps, il existe une critique sociologique assez forte à l’égard des sondages, notamment dans le courant de pensée dit bourdivin. Pierre Bourdieu avait d’ailleurs écrit un article tout à fait intéressant intitulé « L’opinion publique n’existe pas1 ». Deuxième élément de schizophrénie, dans la période actuelle : les Français disent avoir le sentiment que les médias et les sondeurs font l’élection ou qu’ils pèsent beaucoup sur elle. Cependant, les mêmes médias critiquent les enquêtes, qui sembleraient montrer une opinion variant d’une semaine sur l’autre, rendant plus compliquée l’analyse de ce qui se passe pendant cette présidentielle. J’aimerais que nous allions au fond de la discussion autour de la question : « Y a-t-il véritablement un pouvoir de l’opinion ? » Ma thèse est la suivante : en période électorale, l’opinion influence – particulièrement pour cette présidentielle –, mais je ne crois en aucun cas qu’elle gouverne.

L’opinion publique existe...

6Pour un professionnel comme moi qui travaille sur l’opinion, une question légitime se pose : « Qu’est-ce que l’opinion publique ? » Je ramène ici l’opinion publique à la politique, cette dernière étant entendue comme les affaires de la cité. La réponse n’est pas si simple.

7Lorsque les pionniers des sondages, qui utilisaient cet outil venu des États-Unis, ont débattu avec Pierre Bourdieu, le premier élément était le suivant : historiquement, l’opinion s’est constituée avec l’âge de la démocratie. Par conséquent, si l’on croit à la démocratie, on croit à l’opinion, autour de l’idée que chaque individu a le droit d’avoir une opinion et qu’en politique, il n’y a pas d’aristocratie intellectuelle à juger. La majorité prévaut indépendamment de savoir si elle a raison ou tort. Néanmoins, en tant que professionnel travaillant à la fois sur des outils qualitatifs et quantitatifs, j’ai tenté de comprendre à partir de quoi les Français répondent lorsqu’on les interroge sur Ségolène Royal, la crise d’Airbus ou le fonctionnement de la démocratie. À partir de quoi des individus si différents en termes de sexe, d’âge, de profession, d’histoire, de milieu familial répondent-ils ? Finalement, je pourrais résumer cela très simplement. L’opinion que donne et qu’a un individu, un groupe social ou un peuple, la nation française, c’est la façon dont chacun se représente le bon équilibre entre le souhaitable et le possible. Lorsqu’ils sont interrogés sur des objets divers, on ne voit pas forcément dans les chiffres la cohérence immédiate de ce que pensent les Français. Il faut ensuite remonter à des constantes, des attitudes. Tel est le travail du sondeur ou du politologue, comme nos amis Pascal Perrineau ou Thierry Vedel, qui ensuite recensent, analysent, essaient de trouver des constantes. Toutefois, cette définition que je donne de l’opinion politique individuelle ou publique, qui serait la façon dont chacun se représente le bon équilibre entre le souhaitable et le possible, est évidemment une représentation idéologique, qui n’est pas indépendante des milieux sociaux des individus et de leur vision et de leur histoire.

8Selon moi, si l’opinion, au travers des sondages, est si importante en France, ce n’est pas uniquement, comme l’ont dit à juste titre historiens et politologues, parce que les institutions de la Ve République, notamment l’élection du président au suffrage universel, ont construit une représentation politique limitant le poids des corps intermédiaires, les partis et les syndicats. Ce n’est pas seulement parce que la nation s’est construite au cours des siècles autour d’une représentation globale. C’est plus précisément parce que l’un des deux éléments de ma définition de l’opinion, la question du souhaitable, est décisive dans un pays comme le nôtre. En effet, les citoyens dans notre pays se représentent le souhaitable différemment des citoyens des autres pays. Ils ont le sentiment que lorsqu’ils se prononcent en matière d’opinion sur des choses politiques, ils ne le font pas à partir de leur singularité – je suis plombier, menuisier, professeur d’université ou jeune étudiant –, mais s’expriment en fonction d’un intérêt général. Le statut même de la question de l’opinion et de sa centralité dépend donc du rapport du citoyen à la politique. Nous savons bien que la notion même d’intérêt général prête à suspicion chez les observateurs et les analystes. Elle est considérée comme une illusion, une croyance. Mais pour le peuple français, il s’agit surtout d’une nécessité historique et anthropologique puisque la définition de l’identité française se fait toujours à partir de quelque chose qui dépasse les individus et la France. Chez nous, l’État s’est en effet fait avant la nation et l’identité française s’est toujours construite à partir d’un pôle extérieur : le droit divin, la monarchie absolue, les Lumières, la République et, ces dernières années, l’Europe comme la France en grand, le prolongement de ce que l’on est.

  • 2 « Fragmentations sociales et imaginaires politique », dans « La société française entre convergenc (...)

9La question du souhaitable est donc décisive. Ce besoin de l’individu français de se définir par rapport à quelque chose qui le dépasse est l’expression du fait qu’être Français ne se définit jamais par une préconstruction. C’est une construction qui se fait en regardant tous la même direction, tout en ayant besoin de se disputer sur cette même direction. En un mot, l’individualisme contemporain qui fait que chacun cherche son propre intérêt sur les marchés des biens, des services et des territoires rend d’autant plus nécessaire une représentation de l’intérêt général qui dépasse les individus. Le Centre d’analyse stratégique m’a demandé un article pour son rapport annuel2. J’ai passé du temps à essayer d’indiquer que, selon moi, l’imaginaire politique de l’opinion est une nécessité pour l’individu contemporain, tiraillé par les contradictions entre une identité nationale qui se fait sur les finalités et une globalisation qui se construit par les moyens. En d’autres termes, je prends au sérieux l’opinion, les croyances, et ce que j’appelle « l’imaginaire politique », car c’est la seule façon de résoudre les contradictions du rapport entre l’individu français et le collectif. L’individu français intériorise lui-même ces contradictions entre ce qu’il fait comme consommateur, ce qu’il redoute comme salarié, qui fait qu’il a besoin de se construire une représentation de lui et des autres dans quelque chose qui le dépasse.

10Je ne prendrai que deux exemples historiques pour montrer l’importance de l’opinion. Dans un récent entretien, le grand romancier anglais William Boyd disait n’avoir jamais vu de pays comme la France, dans lequel les gens avaient besoin d’avoir une opinion sur tout : le bien, l’amour, les femmes, les hommes, les scandales politiques, la mondialisation. Selon lui, peu importe qu’il ait raison ou tort, il faut que le Français se dispute toujours et qu’il ait une opinion. Comme souvent, les romanciers et les étrangers voient des choses que nous ne voyons plus. Cette remarque fine me rappelle une très belle lettre de Karl Marx au philosophe allemand Ludwig Feuerbach. Karl Marx restait quelque temps à Paris. Il disait au philosophe qu’en observant les ouvriers parisiens, dont beaucoup étaient des immigrés allemands ou polonais, il avait toujours été frappé par la chose suivante : les ouvriers parisiens, au milieu du xixe siècle, fatigués par leur travail, s’animaient lors de réunions. Il disait, avec l’intelligence qui le caractérisait, qu’il comprenait, à leur façon de s’animer et de discuter entre eux, que la réunion politique et syndicale n’était qu’un prétexte. Selon lui, c’était le besoin de discuter qui les réunissait.

11Voilà ce qui fait, selon moi, que le statut de l’opinion en France est sacralisé et qu’il y a suspicion à l’égard de ceux qui prétendent en rendre compte. Parce qu’en démocratie chacun a le droit d’avoir une opinion, qu’elle soit juste ou fausse, l’opinion lui est consubstantielle. Je dirais même qu’opiner, se disputer sur un même objet d’opinion est consubstantiel à notre identité politique et au rapport à la politique. Pour terminer sur le fait que l’opinion publique existe et que c’est même une nécessité dans notre anthropologie politique, je dirais qu’il peut y avoir selon les moments concordance entre l’opinion publique et ce que la critique de l’opinion formelle appelle l’idéologie dominante, c’est-à-dire la vision qu’ont les catégories dominantes dans une société. Toutefois, dans certains cas, comme nous le voyons depuis 1994, l’opinion est manifestement en désaccord avec ceux qui semblent conduire le monde. Elle est mue par un anti-libéralisme idéologique. D’où le terme de « grève par procuration » de l’opinion que j’avais utilisé lorsque deux Français sur trois soutenaient le mouvement social de 1995 : l’opinion utilise un mouvement social au travers des sondages pour faire passer des messages aux gouvernants. L’individu a besoin d’avoir un rapport aux autres lui donnant l’impression de s’inscrire dans la logique globale de l’opinion, qu’il soit d’accord ou non avec elle. C’est pour lui une nécessité absolue.

influence...

12Deuxième constat, l’opinion influence, mais au moment où le système démocratique doit faire « retour au pays », lors des rendez-vous entre gouvernés et futurs gouvernants.

13Ces dernières années, l’exercice du pouvoir se fait dans un appareil d’État qui se retire des équilibres socio-économiques de la nation en raison du nouveau cours du capitalisme. En d’autres termes, les politiques étatiques ne gèrent plus les grandes politiques publiques en fonction du rapport entre l’offre et la demande sur le marché intérieur, mais les États sont à la recherche de la ressource rare patrimoniale dans le cadre de la globalisation économique. Les contradictions s’exacerbent donc entre, d’une part, les partis de gouvernement et leurs élus qui dépendent des demandes de leur électorat au sein de l’opinion pour se faire réélire et, d’autre part, des contraintes réelles, objectives – celles-ci consistant à trouver les outils pour répondre à une demande incessante de nouveaux droits par l’individu, tels que des droits économiques, sociaux et culturels. Par conséquent, les partis de gouvernement se sont autonomisés de leur base sociale. Sociologiquement, les grands partis de gouvernement ont peu à voir avec ce qu’est leur électorat. Pourquoi ? Parce que militants et dirigeants de ces partis de gouvernement ont dû intérioriser implicitement la contradiction que je viens d’évoquer entre les demandes exponentielles de la nation et de l’électorat et un appareil d’État qui se reconfigure différemment dans sa capacité à répondre ici et maintenant aux demandes sociales. Par conséquent, lorsque les institutions retrouvent les électorats, il est vrai que l’opinion, de gauche comme de droite, donne le « la » au travers des sondages, pour sélectionner celui qui devra porter les couleurs de leur parti lors des prochains rendez-vous, surtout pour une présidentielle, et particulièrement pour cette présidentielle 2007. L’opinion de droite a permis à Nicolas Sarkozy de prendre la tête de l’ump. De même, en une année, l’opinion de gauche a permis à Ségolène Royal d’être la candidate du Parti socialiste. Le pays et l’opinion se sont donc emparés de cette présidentielle. L’opinion semble aux militants, observateurs et journalistes politiques qui suivent les états-majors au travers des sondages, être dessaisie de ce qui faisait la nécessaire démocratie interne aux partis, autour de l’idée suivante : l’opinion, au travers des sondages, déterminerait le choix des militants. Je crois que les choses sont beaucoup plus complexes. Si l’on prend l’exemple de Ségolène Royal, je ne crois pas à cette thèse, qui ne correspond pas à mes données empiriques ni au calendrier. Le phénomène d’opinion précède engouement médiatique et soutiens politiques.

14Néanmoins, le pays et l’opinion se sont emparés de cette présidentielle. C’est le premier sujet de conversation des Français lorsqu’on leur demande de quoi ils parlent. Pour la première fois, les jeunes sont plus nombreux que la moyenne à nous dire spontanément qu’ils parlent de politique. À l’institut csa, nous calculons les indices d’abstention. Ils sont de 10 points inférieurs à ce qu’ils étaient à la même époque en 2002. La réalité de ce qui se passe sur la critique des sondages est la suivante : le pays remet tout à plat. C’est le pays qui s’est emparé de cette présidentielle et certains politiques, observateurs et journalistes ont du mal à comprendre et à accepter que le pays soit beaucoup plus rapide qu’eux. L’incarnation présidentielle, le spirituel va primer sur le contenu des dossiers, le temporel. Je pense que, jusqu’à la fin, le pays voudra se sentir libre, après avoir choisi à droite et à gauche une personne à mettre en avant, de choisir d’aller voir François Bayrou ou d’autres demain. Le pays et l’opinion se sont effectivement emparés, pour des raisons profondes que je n’ai pas le temps de développer, de ce qui se passe lors de cette présidentielle.

mais ne gouverne pas

  • 3 « Aux origines de la crise politique », art. cit.

15L’opinion influence, mais ne gouverne pas. Je l’avais relaté dans un article sur les origines de la crise politique3 publié dans Le Débat il y a deux ans. Je suis un professionnel de l’opinion depuis quinze ans. L’essentiel de mes travaux est confidentiel et destiné aux gouvernants de droite comme de gauche, aussi bien l’Élysée que Matignon et les ministères. Lorsque je reçois des commandes, la part de la demande de l’opinion dans les décisions gouvernementales est essentiellement tactique et de communication. Il est naïf de confondre la visibilité de l’opinion et le fait de savoir si l’opinion gouverne. Penser que l’opinion gouverne et qu’il existe une démocratie d’opinion est une façon de se rassurer sur les raisons de la crise démocratique. Malheureusement, les choses sont beaucoup plus compliquées. Lorsque l’on nous demande de travailler, il y a plusieurs aspects, notamment dans nos travaux qualitatifs. On nous demande d’une part ce que demande le pays, et d’autre part quels sont les moyens qu’ont les gouvernants pour résoudre les problèmes. Dans les grandes décisions des gouvernants – les reformes lourdes –, la donnée d’opinion n’est qu’une donnée d’accompagnement. Les gouvernants ont d’autres types de réseaux de contraintes essentielles que l’opinion. Les données, nous les voyons dans les médias : les difficultés économiques et financières, l’insertion de la France dans un environnement international, etc. Certes, les sondages sont partout, les médias les utilisent. La communication aussi est partout. Mais je pense, comme j’avais essayé de l’expliquer dans un écrit il y a trois ou quatre ans, que plus la communication et la façon dont les médias utilisent les sondages d’opinion pour interpeller les politiques sont imposantes et visibles, plus on voit qu’il ne s’agit que d’une variable de justification et que l’opinion ne pèse pas sur les grandes décisions.

16Selon moi, les difficultés de la démocratie sont liées à des causes structurelles, et les éléments de jeu entre les différentes formes de pouvoir et la prévalence des logiques financières qui remettent en cause les compromis socio-économiques se donnent démocratiquement les États-nations. Il ne faut pas prendre l’expression pour la cause. En un mot, les logiques économiques et financières pèsent plus que les logiques d’opinion. Le cac 40 et la signification de ses résultats en termes de logique objective pèsent plus que les baromètres de popularité. J’aurais aimé pour mon ego croire le contraire.

17Pour conclure, je ne pense pas que l’opinion gouverne. Le terme de démocratie d’opinion est impropre. Il ne faut pas confondre la visibilité et l’effectivité des choses. Néanmoins, l’opinion publique existe, c’est une nécessité. On peut en donner une définition, elle influence de façon primordiale dans les moments électoraux, mais pour l’essentiel, la conduite des grandes affaires de la cité, je pense que son rôle est malheureusement relatif. Elle cède le pas devant les logiques économiques et financières. D’où le travail de justification et de communication à son égard.

18Pierre-Marie Vidal : Pour illustrer votre propos, pouvez-vous nous donner un exemple de mission où un gouvernement demande à un institut de sondage de lui donner l’opinion à la veille d’une réforme ou d’une mesure gouvernementale ? Un exemple où l’on constate que l’opinion n’est qu’une variable d’accompagnement. N’oublions pas que lorsqu’on néglige trop la variable d’accompagnement, on la retrouve dans la rue.

  • 4 Aeschimann, Eric et Riche, Pascal, La Guerre de sept ans : histoire secrète du franc fort, Paris, (...)

19Stéphane Rozès : Je ne peux parler que d’un cas ancien qui a été relaté dans un livre, La Guerre de sept ans : histoire secrète du franc fort4, écrit par deux journalistes de Libération. Je ne peux pas moi-même révéler des éléments d’actualité. J’ai travaillé sur la réforme du plan Juppé. Comme c’est souvent le cas pour les réformes importantes, le gouvernement m’a demandé, ainsi qu’à d’autres instituts peut-être, de rendre une grosse étude auprès des leaders d’opinion, puisque j’avais à l’époque, à Matignon, un baromètre « leaders d’opinion » mensuel. Je devais également réaliser une enquête auprès du grand public sur le rapport au dispositif prévu. Forcément, en amont, nous faisons un état des lieux sur le rapport des Français avec notre système social.

20Pierre-Marie Vidal : C’est le plan Juppé qui a voulu réformer le système général des retraites.

21Stéphane Rozès : Absolument. Je sais très bien ce que j’ai fait remonter aux gouvernants. Je sais sur quoi on m’a fait travailler. Ce qui est sorti n’était pas en phase avec les attentes du pays, ni exactement avec ce que l’on m’avait fait tester. Ces deux auteurs du service économique de Libération de l’époque racontent qu’il y a eu une discussion entre Jacques Chirac et Jean-Claude Trichet sur l’ampleur de la réforme à mener. Ce dernier, à l’époque gouverneur de la Banque de France, a indiqué au président de la République que ce plan serait très mal interprété par les milieux économiques et les partenaires financiers, notamment l’Allemagne, car nous étions à la veille de l’euro. Il était important de montrer la capacité du pays à respecter des critères de rigueur budgétaire. Je sais ce que j’ai fait remonter, cela a été mentionné. Je sais très bien aussi ce qui m’échappait : la raison de l’arbitrage qui a été indiqué par ces deux auteurs. Je vous renvoie à leur ouvrage, La Guerre de sept ans. Voilà un exemple. Pour des raisons de confidentialité, c’est le seul que je puisse citer. La question de l’acceptation de la micro-réforme du plan Juppé, avec le principe de l’alignement des retraites du public sur le privé, n’était pas tant en cause. Néanmoins, cela se faisait dans un contexte politique particulier. Six mois après l’élection, les Français se demandaient où se trouvait le propos politique général. On rentre un peu plus dans les détails. Selon moi, ce qui a posé problème, contrairement à ce qui se disait à l’époque, n’était pas le contenu de la réforme elle-même mais le fait qu’elle ne s’inscrivait pas dans une logique politique appropriée au pays. Dans un pays comme le nôtre, la question des finalités politiques, qu’elle soit portée par l’Europe et le progrès à gauche ou le marché à droite, doit prévaloir sur la question de la gestion des contradictions. J’ai été un peu long. Mais faites-moi confiance. Les professionnels aiment dire qu’ils sont très importants et je suis en train de confesser avec modestie l’importance toute relative des sondeurs auprès des gouvernants. Nous ne pesons pas stratégiquement mais seulement tactiquement et comme variable d’ajustement communicationnel. La visibilité de l’opinion est inversement proportionnel à son poids.

Notes

1 Exposé fait à Noroit en janvier 1972 et paru dans Les Temps modernes, n° 318, janvier 1973. Repris dans Bourdieu, Pierre, Questions de sociologie, Paris, Les Éditions de Minuit, 1984 ; 2002.

2 « Fragmentations sociales et imaginaires politique », dans « La société française entre convergence et nouveaux clivages », Rapport annuel 2006 du Centre d’Analyse Stratégique.

3 « Aux origines de la crise politique », art. cit.

4 Aeschimann, Eric et Riche, Pascal, La Guerre de sept ans : histoire secrète du franc fort, Paris, Calmann-Lévy, 1996.

Notes de fin

* Directeur du département Opinion de l’institut CSA. Maître de conférences à Sciences Po Paris.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter