Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la mondialisation II

 | 
Sylvain Allemand
, 
Jean-François Bayart
, 
Laurent Bayle
, 
et al.

Lundi 12 juin 2006. Hommes et territoires dans la mondialisation

Ouverture

Sylvain Allemand

Texte intégral

  • * Journaliste, auteur de plusieurs ouvrages dont La Mondialisation (avec Jean-Claude Ruano-Borbolan) (...)

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 Badie, Bertrand, La Fin des territoires : essai sur le désordre international et sur l’utilité soc (...)
  • 2 O’Brien, Richard, Global Financial Integration: The End of Geography, Londres, The Royal Institute (...)

2Au début des années 1990, il apparaissait évident que la mondialisation était un phénomène relevant d’une logique financière et économique implacable qui s’imposait à tous. Elle est d’emblée apparue comme une affaire de marché et de multinationales, qui remettait en cause jusqu’aux États eux-mêmes. Des spécialistes avaient même annoncé « la fin des territoires », je pense notamment à Bertrand Badie1 qui est depuis très largement revenu sur cette hypothèse. Par ailleurs, il paraissait évident que la mondialisation, telle qu’elle pouvait être perçue au début des années 1990, était un phénomène planétaire qui s’accompagnait de processus d’homogénéisation des cultures et des modes de vie, sur fond de convergence des politiques économiques. Simultanément, nous assistions à une révolution dans le domaine des technologies de l’information, de la communication et des moyens de transport, au point que le sentiment d’une fin des distances a pu être largement partagé. Certains parlaient même de « la fin de la géographie » en invoquant l’ouvrage de Richard O’Brien2, qui pensait en fait à la discipline.

3La mondialisation est-elle un phénomène strictement économique et financier ? N’est-ce pas aussi un processus déterminé par des logiques spatiales et territoriales ? Les activités de production et marchandes sont-elles susceptibles de se disséminer dans l’espace mondial aussi facilement que le suggère le phénomène des délocalisations ? Des territoires ne tirent-ils pas plus que d’autres leur épingle du jeu de la mondialisation ? Et si oui, pourquoi ? Et les hommes ? Sont-ils tous également assujettis aux logiques de la mondialisation ? Certains ne le sont-ils pas plus que d’autres ? Ne sont-ils pas aussi, à leur insu, des acteurs de la mondialisation, qu’ils soient cadres dirigeants d’une grande entreprise ou migrants ?

4Autant de questions que nous aborderons avec l’éclairage de chercheurs de différents horizons disciplinaires, dont un anthropologue et un géographe. Quand bien même une approche pluridisciplinaire de la mondialisation est admise, cela témoigne du chemin parcouru depuis au moins une quinzaine d’années, époque où l’analyse économique pouvait sembler exercer un quasi-monopole par rapport aux autres sciences sociales et humaines. Par-delà la diversité des points de vue, il me semble qu’un fil conducteur ne manquera pas de traverser l’ensemble des interventions : il concerne le devenir des États-nations qui, rappelons-le, sont des phénomènes territoriaux bornés par des frontières et caractérisés par une identité nationale. Qu’advient-il, dans le contexte de la mondialisation, de ces États-nations ? Je subodore que nous ne manquerons pas de soulever aussi cette question.

5Pour commencer, c’est à Pierre Veltz que je donnerai la parole. Je précise que c’est un économiste particulier puisqu’il se situe dans la tradition des ingénieurs économistes. Ces derniers se sont toujours intéressés aux phénomènes économiques, en les étudiant dans leur rapport à l’espace et aux territoires. D’ailleurs, Pierre Veltz est professeur à l’École nationale des ponts et chaussées. Il a été le fondateur du latts (Laboratoire techniques, territoires et sociétés) et auteur de plusieurs ouvrages faisant état de cette préoccupation à l’égard des lieux et des territoires. Par ailleurs, il dirige l’ihedate (Institut des hautes études de développement et d’aménagement des territoires européens).

6Enfin, il analyse la mondialisation à travers l’évolution des systèmes productifs. Ainsi, il montre que leur évolution ne répond pas uniquement à une simple rationalité économique ou financière, mais également à une rationalité technique, prenant en compte les différentiels qui peuvent se manifester entre les territoires.

Notes

1 Badie, Bertrand, La Fin des territoires : essai sur le désordre international et sur l’utilité sociale du respect, Paris, Fayard (L’espace du politique), 1995.

2 O’Brien, Richard, Global Financial Integration: The End of Geography, Londres, The Royal Institute of International Affairs, 1992.

Notes de fin

* Journaliste, auteur de plusieurs ouvrages dont La Mondialisation (avec Jean-Claude Ruano-Borbolan), Paris, Le Cavalier bleu, 2005.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter