Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la mondialisation II

 | 
Sylvain Allemand
, 
Jean-François Bayart
, 
Laurent Bayle
, 
et al.

Lundi 22 mai 2006. Les mutations d’une information planétaire

Enjeux politiques et technologiques de la mondialisation

Bernard Benhamou

Texte intégral

  • * Maître de conférences pour la société de l’information à l’Institut d’études politiques de Paris. (...)

1Note portant sur l’auteur*

2Mon propos n’évoquera pas seulement l’objet technique Internet, mais les enjeux à la fois politiques, sociologiques et humains de ce média parce qu’aujourd’hui Internet est l’outil qui pénètre l’ensemble de nos activités. L’un des mots-clés est le terme « d’architecture », que je vais souvent employer. Ceci peut sembler étrange pour un objet immatériel, pourtant l’architecture de l’internet est essentielle, tant d’un point de vue économique que politique.

Internet : histoire et gouvernance

3Le Sommet mondial des sociétés de l’information s’est déroulé en deux phases, la première en 2003 à Genève, la seconde, en novembre 2005, à Tunis. Il avait pour but de dégager deux grandes actions, l’une sur la fracture numérique Nord-Sud, et l’autre sur la gouvernance de l’internet. Contrairement à un mythe très largement répandu, l’internet n’est pas un objet entièrement décentralisé. Certains parlent de l’internet comme d’un réseau qui (certes, pour parties) pourrait résister à une attaque nucléaire. Mais certaines de ses infrastructures sont entièrement centralisées et déterminent le comportement de l’ensemble des utilisateurs. Lorsque vous envoyez un mél, ou que vous vous connectez à un site web, vous faites appel, sans le savoir, à une sorte d’annuaire mondial, une énorme base de données qui va convertir l’adresse que vous utilisez pour la transformer en une adresse ip (Internet Protocol), c’est-à-dire une adresse correspondant à une machine, quelque part sur le réseau. Les systèmes qui permettent de le faire sont répartis sur l’ensemble de la planète mais sont contrôlés par seulement treize machines. Cette technologie, cet annuaire, s’appelle le dns (Domain Name System). Face à l’immensité du réseau, imaginez ce que treize machines peuvent représenter. Au sein de ces treize machines, il y en technologiques de la a une, que l’on nomme le serveur A qui détermine le fonctionnement de mondialisation toutes les autres. Une machine qui est capable en théorie, si l’on modifie son contenu, d’éradiquer des pays entiers de la carte de l’internet. La chose ne s’est jamais produite et les diplomates américains disent parfois : « Nous avons le doigt sur le bouton, mais nous n’avons jamais appuyé. » Vous imaginez que pour des diplomates non américains, il n’est pas facile de savoir qu’un pays a ce pouvoir sur l’ensemble de la planète ; et, en particulier, sur la planète Internet.

4L’architecture du dns a été créée au milieu des années 1980 pour des raisons purement pratiques et techniques, sans avoir à l’esprit des enjeux politiques. Les personnes qui l’ont créée et qui l’ont par la suite développée n’avaient pas en tête que cela pourrait devenir un instrument de pouvoir. À la fin des années 1990, le gouvernement américain a souhaité mettre en place une structure qui rendrait la gestion de ce système indépendante des autorités américaines. En effet, la Racine A, celle qui détermine le fonctionnement de toutes les autres, la racine suprême, est directement contrôlée par le Département du commerce américain. Ce pouvoir est placé depuis l’origine entre les mains du gouvernement des États-Unis. Il était donc prévu une privatisation progressive, mais qui n’a jamais pu être effective. Nous sommes donc toujours dans une ère où Internet paraît parfaitement décentralisé, où nous avons une liberté d’interaction bien supérieure à celle que nous avons connue avec le Minitel, mais il ne faut pas croire pour autant que l’internet n’est « dirigé » par personne. C’est un mythe qui a été entretenu parce qu’il peut être pratique, pour certains, d’occulter la réalité. Ceci était l’un des éléments-clés du sommet, et il ne faut pas oublier que l’ensemble des représentants des États membres des Nations unies a été mobilisé, soit plus de 180 États, pour discuter de ces questions, preuve qu’elles étaient devenues cruciales pour l’ensemble des économies, des échanges et qu’il fallait trouver d’autres solutions pour le long terme. Deux séries de mesures ont été prises, l’une visant à créer un forum annuel des Nations, le premier ayant eu lieu à Athènes en novembre 2006, pour échanger sur les questions de régulation internationale de l’internet. L’autre action décidée par les Nations unies, que l’on appelle la coopération renforcée, doit être mise en place ; elle a pour but, à terme, de passer d’un régime unilatéral à un régime multilatéral de gouvernance.

5Je voudrais aussi aborder le thème des évolutions de l’internet. Jusqu’à présent, l’internet concerne essentiellement les ordinateurs, ce sont eux que nous relions à Internet et les adresses ip, qui permettent d’identifier une machine sur le réseau, renvoient donc à des ordinateurs. Cela ne sera plus vrai dans les années à venir. Progressivement, le pouvoir de création sur le réseau va se diversifier et l’essentiel des connexions ne sera plus détenu par des ordinateurs (au sens strict du terme), mais par des machines connectées. Ces machines seront des téléphones portables, des automobiles, qui pourront alors servir de relais sur les principaux axes de circulation. Cela constitue notre futur proche. Mais nous allons aussi nous diriger progressivement vers un « Internet des objets » : l’internet que nous connaissons aujourd’hui va connecter l’ensemble des objets électroniques, qui pourront alors converser entre eux et échanger avec leurs utilisateurs. Certains mêmes prévoient le technologiques de la moment où ces objets seront connectés à même la peau ; le réseau pourra mondialisation transmettre l’information d’un objet à un autre que nous aurons implanté sur nous, avec la peau pour vecteur. Ce n’est pas de la science-fiction puisque dans ce domaine un brevet a été déposé par Microsoft l’année dernière. Ce système permet de relier entre eux des objets sur un réseau qui ne serait plus autour de la personne, mais dans la personne elle-même. Nous voyons bien une évolution de la forme du réseau, de son architecture, face à la diversification des terminaux.

L’internet des objets

6Nous avons souvent pensé que l’avenir serait à l’objet unique. Certains l’appellent l’objet « totem », qui centraliserait l’ensemble des formes d’accès au réseau. Beaucoup de gens ne partagent pas cet avis et j’en fais partie. Nous nous dirigeons vers une plus grande diversification des terminaux, avec des objets qui auront des fonctions très spécifiques, plus efficaces dans chacune de leur fonction, et non pas vers l’objet qui fera tout. C’est une règle industrielle classique que de faire mieux une fonction lorsqu’on n’en fait qu’une. En créer plusieurs suppose des compromis industriels, techniques et technologiques de façon à ce que les différentes fonctions coexistent dans le même objet.

7Il y aura, et il y a déjà, une multiplication de ces objets, qui n’ont pas encore de connexion entre eux mais qui en auront une, dans les années à venir. Nous ne parlons encore que d’objets électroniques traditionnels tels que nous les connaissons déjà, où le nombre de connexions va s’accentuer de plus en plus. Ceci n’est que la première phase, la continuation de la courbe que nous avons entamée. Mais l’une des grandes ruptures dans cette courbe sera le moment où tous les objets du quotidien seront connectés. Je parle là d’objets qui n’ont rien de technologique, notamment dans la grande distribution.

8Cela se voit déjà aux États-Unis où les codes-barres sont remplacés par des puces rfid (Radio Frequency Identification). Ces puces « sans contact » comme on les appelle en France, que nous utilisons déjà dans les systèmes de navigation, ou sur les objets pour éviter qu’ils ne soient volés. Ces puces ont la particularité d’émettre un code lorsqu’un champ magnétique est émis vers elles. Associer une information présente sur Internet à un produit permet alors de créer des liens entre l’objet physique et des informations réactualisées en permanence. Dans le cas de la distribution d’un produit importé, nous pourrons connaître, entre autres, les endroits par lesquels il est passé, les tests qu’il a subis, l’usine dans laquelle il a été assemblé, etc. Ces informations seront beaucoup plus pertinentes pour la logistique industrielle que le simple fait de déterminer l’origine et le nom ou l’appellation d’un produit. Nous allons donc voir s’établir en quelque sorte un lien entre l’ensemble des objets que nous utilisons au quotidien et des « pages web », ce qui veut dire que chaque objet sera traçable, visible, sur le réseau à un moment donné. L’équivalent du système dns pour les objets s’appellera ons (Object Naming Service) et aura pour but d’établir ce lien entre les objets et les informations liées à ces objets.

9Mais lorsque l’objet qui contient une puce rfid est un passeport, lorsque la distance nécessaire à la captation de l information est de quelques dizaines de mètres, les problèmes politiques sont alors très différents. Il devient mondialisation en effet possible de capter à la volée, sans l’autorisation de l’individu, des données sur lui. Nous pouvons voir, lorsque les États-Unis ont mis en place leur système de passeport rfid, des gens s’interroger et se demander « vers quoi nous dirigeons-nous ? ».

10Nous pourrions assister à des cas où le fait de capter à son insu des informations sur un individu pourrait avoir de lourdes conséquences. Pouvoir discerner dans une foule qui est américain et qui ne l’est pas, peut poser de vrais problèmes lorsque le porteur du passeport se trouve, par exemple, en Irak. Il est intéressant de remarquer que ceux qui se sont opposés à ce passeport ne sont pas les associations de protection des libertés individuelles, mais les industriels des transports (compagnies aériennes, voyagistes, etc.) qui ont révélé le risque encouru pour les citoyens américains à l’étranger.

11Avec la généralisation de ces puces et la baisse de leur prix, elles pourront être apposées sur tous les objets. Un exemple pourrait être lié aux livres ou aux journaux. On peut imaginer qu’une personne puisse être scannée sans le savoir, et que ses lectures, son origine ethnique ou religieuse soient déterminées en fonction des objets qu’elle porte. La notion de vie privée aurait alors un tout autre sens que celui que nous lui connaissons aujourd’hui. Cet Internet des objets correspond à des enjeux politiques nouveaux et confère un pouvoir considérable. Le fait que le serveur suprême n’ait plus seulement la main sur les ordinateurs de la planète (ce qui a déjà causé des problèmes au point de réunir l’ensemble des pays des Nations unies dans un sommet), mais aussi le contrôle sur les personnes et les biens manufacturés (qui pourraient être visibles, contrôlables et, au final, analysables depuis une machine directement contrôlée par le gouvernement des États-Unis) pose un problème de souveraineté bien plus grand que lorsque l’internet n’était relié qu’à des ordinateurs.

L’un des principes fondamentaux de l’internet : la neutralité

  • 1 Conseil européen pour la recherche nucléaire.

12L’internet est très différent des réseaux que nous avons pu connaître car ce n’est pas un réseau en étoile comme l’était le Minitel, mais un réseau end-to-end, « de bout en bout » en français. La particularité de ce réseau est de permettre à n’importe quel utilisateur de produire des services, de l’information ou des applications, des logiciels, et de les rendre disponibles à tous. Le Web, création européenne, puisque créé à Genève au cern1 par un chercheur britannique qui n’a pas souhaité déposer de brevet, était d’abord destiné à une communauté de scientifiques. Son inventeur a donc fait en sorte que n’importe quelle personne puisse ensuite utiliser son invention et le langage html (Hypertext Markup Language), et créer des serveurs et des sites web partout sur la planète. La particularité architecturale de l’internet a permis à cette invention de devenir le standard de la distribution d’informations sur Internet. Si le réseau avait été centralisé, jamais une invention comme le Web n’aurait pu exister. Plus récemment, les blogs sont une autre expression de la vitalité de ce principe de neutralité. Les systèmes d’échanges peer-to-peer sont une autre traduction de ce principe, par la possibilité pour chacun de mettre à disposition et d’échanger des informations sur le réseau.

13Ceci est un élément fondamental de la construction du réseau, de son développement et de son dynamisme, car Internet, comme toute architecture technique, est modifiable. Le but que nous devons nous fixer aujourd’hui est mondialisation d’éviter que cette architecture ne puisse devenir un système de contrôle absolu. Je vous ai décrit quelques perspectives orwelliennes, mais de très nombreux autres scénarios sont possibles si le cœur du réseau que sont ces protocoles, ces principes, devait être modifié. Ces principes sont la véritable Constitution du réseau, au sens où nous parlons de Constitution dans le domaine politique, pour les textes qui rassemblent nos principes fondamentaux. Si nous devions revenir localement ou globalement sur ces principes, l’ensemble de l’anatomie du réseau en serait changé, avec des conséquences considérables à long terme sur les échanges, la vie politique et le développement de nos sociétés. Un des objectifs de l’Union européenne a été de faire transparaître plus clairement ces notions dans les textes internationaux. Ces questions liées à la société de l’information devront faire l’objet de discussions politiques et d’une appropriation par les citoyens. En effet, de cette architecture dépendront nos modes de vie et nos libertés présentes et futures. Nous sommes à une période où ces questions doivent être discutées pour que l’architecture du réseau, qui est porteuse de valeurs politiques, reste entre les mains des citoyens et qu’ils puissent participer à son édification, afin que le réseau ne se referme pas sur eux dans une perspective orwellienne.

  • 2 Orwell, Georges, 1984, trad. de l’anglais par Amélie Audibertie, Paris, Gallimard (Du monde entier (...)

14Olivier Da Lage : En vous écoutant, je repensais à un épisode qui a agité la France pendant l’été 1993, concernant un ancien ministre qui voulait venir au secours de Bernard Tapie. Il prétendait être à un endroit alors qu’il n’y était pas ; et le mensonge avait pu être mis au jour parce que l’homme avait un abonnement à une société autoroutière, avec une puce de transmission à distance. Vous nous évoquez une généralisation de ces puces, et Orwell l’avait également prévue. Dans 19842, lorsque les deux héros veulent échapper aux écrans omniprésents, ils peuvent au moins s’enfuir à la campagne en espérant être tranquilles. Là, nous n’aurons plus cette perspective. Ayant identifié le problème, est-ce totalement inéluctable ou pouvons-nous voir un aspect positif dans le fait que nous ne sommes pas encore arrivés au pire ?

15Bernard Benhamou : Il est important d’avoir en tête les perspectives orwelliennes parce qu’il n’y a pas de déterminisme ni de prophéties autoréalisatrices. Je crois que nous pouvons en tirer de véritables avantages et bénéfices pour peu que nous, citoyens, gardions le contrôle de ces technologies. L’un des points importants pour l’avenir sera la nécessité que les citoyens puissent avoir droit au « silence des puces ». Autrement dit, faire silence autour d’eux. Ces puces pourraient très bien être immortelles, nous survivre, et, pour acquérir un certain degré de vie privée, nous devons faire en sorte qu’elles puissent être désactivées. L’un des marchés prometteurs dans ce domaine sera celui des désactivateurs de puces parce qu’il est évident que les citoyens devront avoir la maîtrise des systèmes d’information, maîtrise élémentaire via les puces et le contrôle du réseau. Il n’y a pas dans ce domaine de perspectives inéluctables. Les logiciels libres qui mettent à disposition des applications ouvertes et transparentes en termes d’usage font partie des éléments qui permettront à cet « écosystème informationnel » de ne pas devenir une boîte noire dans laquelle nous ne pourrions qu’entrer sans jamais pouvoir en sortir. Il n’y a pas de déterminisme, l’idée centrale est celle de la prise en main par les citoyens de leur destinée par rapport au réseau. Les blogs et la blogosphère sont un phénomène marquant de ces dernières années, avec un impact qui n’est pas neutre sur les débats et délibérations politiques ; et il en sera de même pour quasiment toutes les activités de la vie sociale, ainsi que dans l’éducation, les loisirs ou le travail. L’importance donnée aux organismes qui protègent la vie privée sera cruciale dans notre devenir démocratique et dans la façon que nous aurons de vivre ensemble dans les années à venir.

16Olivier Da Lage : Vous avez évoqué le end-to-end, la base du fonctionnement de l’encyclopédie Wikipédia, je vais donc passer la parole à Florence Nibart-Devouard, vice-présidente de la Wikimedia Foundation.

Notes

1 Conseil européen pour la recherche nucléaire.

2 Orwell, Georges, 1984, trad. de l’anglais par Amélie Audibertie, Paris, Gallimard (Du monde entier), 1955.

Notes de fin

* Maître de conférences pour la société de l’information à l’Institut d’études politiques de Paris. Voir sa biographie sur Wikipédia.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter