Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comprendre la mondialisation II

 | 
Sylvain Allemand
, 
Jean-François Bayart
, 
Laurent Bayle
, 
et al.

Lundi 24 avril 2006. De la « world culture » au multiculturalisme : paradoxes et contrastes de la mondialisation

Débat

Texte intégral

1Public : J’ai assisté à vos conférences et je crois avoir été un étudiant attentif. Je voudrais poser une question qui en génère d’autres. Comment les responsables politiques en France perçoivent-ils cette mondialisation ? Quelles sanctions proposent-ils ? Quels projets ont-ils ? De cela, nous ne savons rien ! Je regrette de vous le dire, mais nous ne le savons pas malgré les deux heures que nous venons de passer.

2Paul Rasse : Il faudrait une armée d’ethnologues pour enquêter dans les cultures ; et il en faudrait tout autant pour savoir comment tout cela s’organise, se brasse dans les arcanes du pouvoir.

3Public : Je souhaite poser une question à Mme Henriette Walter. Nous sommes dans l’Europe et nous avons tout intérêt à apprendre des langues européennes. Mais, ne serait-il pas intéressant de réapprendre le latin et le grec ? Je m’intéresse beaucoup aux méthodes de langue ; or je me suis aperçue que dans une clinique ukrainienne, je connaissais tous les mots relatifs au répertoire de la maladie, car ils venaient du grec, alors que mon livre ne les avait pas traduits. Je pense que des linguistes devraient intervenir dans les méthodes d’apprentissage pour expliquer aux apprenants comment est venue la langue, ainsi que tout ce qui pourrait enrichir l’intercompréhension.

4Henriette Walter : Savez-vous que la langue nommée « interlingua » a été inventée sur la base des langues d’origines latines et grecques ? Cette langue est très simple à apprendre, et la première fois que j’ai reçu une lettre du président de l’association qui est à l’origine de cette langue, je l’ai comprise, alors que je ne l’avais pas apprise. Le latin et le grec sont intéressants, non pas comme base pour apprendre Cicéron, Plaute et Virgile, mais bien pour souligner ce qui est commun à l’ensemble du monde d’aujourd’hui. Nous avons bien sûr nos langues romanes, mais nous avons également l’anglais, qui a tellement emprunté au français et au latin que nous pourrions le considérer comme la plus latine des langues germaniques. C’est d’ailleurs peut-être la raison qui fait d’elle la langue qui réunit les gens. Concernant le grec, c’est une langue à laquelle nous nous référons constamment dans notre vocabulaire. Finalement, nous sommes très nombreux à savoir le grec, d’une certaine manière : je parle des racines grecques qui permettent d’aller plus loin et de fabriquer des mots comme leptocratie.

5Public : J’ai deux questions à poser qui s’adressent à chacun des intervenants. Sur la notion de culture, nous avons vu comment les cultures menaçaient de se diluer dans la mondialisation. Mais les cultures sont également des noyaux qui tendent à être des centres de rencontre. Autrement dit, s’il y a une force centrifuge et une force centripète dans la notion de culture, qu’est-ce que ces forces peuvent devenir dans la mondialisation ? La deuxième question est peut-être la conséquence de la première : que devient la notion d’auteur, qui est certainement une notion d’origine latine ? Que peut-elle devenir dans cette mondialisation qui se diffuse actuellement ?

6Jean-Pierre Warnier : Je dirai que les noyaux durs, ce sont les groupes. La culture, cela ne se touche pas, cela ne se voit pas, ni ne se sent. Il n’existe que des groupes qui ont une culture. Ce qui fait le succès de l’anglais, c’est que les communautés anglophones sont en position de force, ou qu’elles ont inventé un certain nombre de choses qui leur assurent des positions dominantes dans les sciences, les technologies, l’industrie du cinéma ou dans l’aéronautique, entre autres, et qui font que leur langue s’impose. Les deux guerres mondiales ont été catastrophiques pour l’Europe, puisqu’elles l’ont ruinée et lui ont fait perdre sa prééminence mondiale, qui est passée du côté des États-Unis. Ce sont donc des groupes qui sont dans des rapports de pouvoir et qui attirent les gens vers eux. C’est pour cette raison que, bien qu’étant ethnologue, je fonctionne à contre-courant puisque je ne m’intéresse pas tant aux cultures qu’aux sociétés. Ce sont les dynamiques sociales qui vont provoquer ou non cette dilution. La question est de savoir si les groupes vont se diluer les uns dans les autres ; mais nous ne sommes pas encore américains, que je sache ! Ce qui se décide à Washington a un gros impact sur la France, mais nous sommes encore politiquement indépendants. Le jour où nous ne le serons plus, le jour où il y aura un gouvernement mondial, il y aura un élément mondialisé de culture, avec des sortes de morceaux de culture à l’intérieur, qui seront comme des poupées russes, c’est-à-dire inclus dans un ensemble plus grand. C’est la raison de mon insistance sur le fait qu’il faille penser la culture dans son rapport aux groupes, au pouvoir. Concernant la seconde question, je n’ai pas de réponse.

7Laurent Bayle : Sur la seconde question, je reprendrai votre propos sur les forces opposées qui ont été constatées tout au long de la soirée. Effectivement, si l’on regarde l’objet du côté des pratiques dominantes dans un certain nombre de disciplines artistiques, nous pouvons penser que la notion d’auteur n’a pas d’avenir, en tout cas à moyen terme. Certains considèrent même que dans des domaines comme le cinéma, la notion d’auteur n’existe pratiquement plus. Mais, comme vous l’avez dit, tout système génère son contre-modèle et l’histoire des groupes humains est une histoire de rapports de forces. Plus les pratiques créatrices sont menacées par une force dominante et unifiante, plus elles acquièrent sens, force et vitalité. Même si elles sont minoritaires, elles deviennent fortement agissantes grâce à l’impact qu’elles ont sur ceux qui les produisent et sur la minorité qui veut les recevoir. Les moyens de circulation ont au moins cet avantage que ces minorités se retrouvent Débat dans tous les coins du globe. Si je prends des formes très minoritaires, comme la musique contemporaine, qui est une des plus minoritaires parmi les minoritaires, des expressions émanant du champ historique occidental, nous constatons que cette pratique se reproduit sur de nombreux points du globe. Le fait que ces pratiques se reproduisent, y compris dans des continents éloignés tels que la Nouvelle-Zélande, génère un ensemble de reconnaissances qui permet aux créateurs et aux interprètes de vivre et de survivre grâce à cet art. Et ce, même si les pratiques par lesquelles ils survivent sont des mélanges de cette économie mixte, pour moitié liée à l’argent des consommateurs et pour moitié liée à des systèmes de soutiens volontaristes étatiques ou émanant de personnes privées.

8Ces personnes privées peuvent soutenir individuellement de tels artistes, simplement parce qu’elles reconnaissent une façon de vivre différemment des autres en écoutant ce type de musique. Partant de là, je pense qu’une transmission est possible et que la notion d’auteur n’est pas conduite à se diluer dans les systèmes actuels d’unification produits par certaines formes stéréotypées d’art. Néanmoins – et bien qu’il serait compliqué de rentrer dans le débat et de savoir si le gouvernement a été adroit ou maladroit sur la question attachée aux pratiques numériques –, l’une des grandes questions est celle de la capacité à conserver un minimum de contrôle de la production, sous les formes prévues actuellement, et qui me semblent vouées à l’échec à moyen terme. D’autres formes sont à inventer. Car effectivement, si cette circulation des œuvres est aliénée un peu partout par une spoliation totale des droits des créateurs et des interprètes, alors le conflit idéologique sera doublé d’un conflit de survie économique au sens propre. Il y a là un double débat, un enjeu intellectuel et un enjeu de mode de vie, de société qui ne dépend pas que du créateur, mais aussi d’un certain nombre de personnes qui veulent continuer de vivre comme cela. Plus ces personnes considèrent que leur pratique correspond à un groupe réduit, plus elles ont envie de se reconnaître dans ce groupe, d’échanger, de fonctionner. C’est dans cet espace que se situe la vitalité de la création.

9Françoise Benhamou : À propos des auteurs, j’ai l’impression que l’on distingue trois mouvements, qui ne datent pas des nouvelles technologies, mais qui se sont complètement amplifiés par elles. Le premier mouvement est celui de l’extension incroyable de la notion d’auteur. Une amplification qui, dans le droit, se traduit par l’allongement de la durée du droit d’auteur, l’extension du champ du droit d’auteur, et qui fait que, dans certains domaines, cela peut brider la création. Nous savons très bien qu’aujourd’hui, dans une fiction, nous ne pouvons plus filmer un bâtiment contemporain car cela coûte très cher de payer les architectes, lesquels ont un droit à l’image. À l’inverse, le second mouvement, celui que décrivait Laurent Bayle, procède de la dilution à travers plusieurs phénomènes : la fameuse question de la gratuité, et aussi celle des œuvres collectives, des disciplines qui éclatent les unes par rapport aux autres. Enfin, un troisième mouvement peut menacer également la notion même d’auteur, c’est celui des blogs et des communautés virtuelles. Ce mouvement ne date pas d’aujourd’hui, mais tout le monde est un peu auteur car tout le monde s’exprime. Nous avons aujourd’hui du mal à percevoir ce qu’est véritablement un auteur, au moment même où la notion d’auteur s’amplifie. Nous sommes dans un mouvement schizophrène, dont j’ignore ce qu’il est susceptible de donner à terme mais qui est tout à fait étonnant à observer.

10Paul Rasse : Il me semble que, finalement, le problème est celui des communautés qui ont fait vivre des cultures. Communautés au sens de sociétés. Aucune société n’a jamais été refermée sur elle-même, aucune société n’a été stable, toutes les sociétés ont toujours évolué. Ce qui est en train de changer, c’est le degré d’ouverture des sociétés sur le reste du monde. Je pense aux grands exemples de la musique : pour produire un style musical spécialisé, il faut des écoles, des enseignements, des créateurs. Il faut que cela soit reproduit pendant des années. Tout cela prend du temps et demande que des gens aient décidé de le faire vivre. Or, il me semble que l’accélération des temps, des modèles de communication et de brassage des individus font que ces éléments n’existent plus. Finalement, ce qui est en train d’émerger, c’est une culture mondiale. Cela ne signifie pas que, par rapport à cette culture, d’autres alternatives vont disparaître. Je pense par exemple à la famille. Il y a des dizaines de façon d’organiser la famille et autant de formes d’organisation du couple. Ce qui s’impose aujourd’hui à travers les blockbusters et les images publicitaires, c’est la famille romantique, atomisée. C’est une structure familiale extrêmement fragile, puisque le nombre de familles monoparentales progresse régulièrement. Nous avons ici la convergence d’un certain nombre de modèles, qui n’agissent pas simplement dans nos têtes, mais qui organisent les existences.

11Public : J’ai bien noté l’optimisme de Mme Walter concernant le français, malheureusement je ne le partage pas totalement. Nous ne pouvons pas nous contenter de dire que le français est une langue reconnue sur le plan international, car tous les groupes de travail pratiquent l’anglais de façon exclusive pour des raisons économiques. Je crois que cela est aussi vrai pour l’allemand et l’italien.

12De plus, j’ai une question par rapport à l’application de la loi Toubon. Il a quand même fallu que le français soit en danger de vie ou de mort pour créer cette loi. Mais quel est le retour de l’application de cette loi, des rapports ont-ils été émis à ce sujet ? Ne vous semble-t-il pas regrettable que nous soyons obligés de recourir, à une loi qui, en fait, est inappliquée puisque cette application oblige l’usage de la langue du pays dans ce pays. Qu’en pensez-vous ?

13Henriette Walter : En ce qui concerne les résultats du type « qui parle le français », « comment parle-t-on français ? », etc., des rapports de la Délégation générale à la langue française sont publiés tous les ans, et sont disponibles sur simple demande. La langue française ne se porte pas si mal. Dans les institutions européennes, des obligations sont réglementées. Même si l’anglais est parfois trop présent à notre goût, des règles font que l’on est obligé d’utiliser aussi le français dans les instances européennes.

14Jean-Pierre Warnier : Je voudrais intervenir sur le français et revenir à la question de la famille. L’anglais est devenu une langue véhiculaire. Cela signifie qu’il prend la suite de toutes sortes de langues qui ont été parlées dans le monde, le swahili, le pidjin sur la côte d’Afrique, etc. Il faut des langues véhiculaires pour communiquer entre les communautés qui parlent chacune leur langue. La fonction d’une langue véhiculaire n’est pas du tout la même que celle d’une langue locale, que l’on parle entre soi, dans la famille, ou dans la littérature orale et écrite. Penser que l’anglais est une langue véhiculaire qui va se substituer aux langues locales est une erreur de perspective. Cela ne me gêne absolument pas de parler anglais dans les conférences internationales dans lesquelles je me rends, ou encore d’entendre parler anglais à l’aéroport, sachant que chez moi, je parle français. Je ne pense pas qu’une langue véhiculaire puisse faire concurrence à des langues locales, fondées sur un groupe vivant qui fonctionne aussi avec sa langue. Des langues véhiculaires se créent constamment, l’une des plus commodes est le pidjin anglais, qui est un mélange de portugais – ce sont les premiers à être arrivés sur les côtes africaines – et de quelques mots de vocabulaire africain. Du Liberia jusqu’au Congo, les gens se débrouillent très bien avec cela, entre personnes qui parlent pourtant des langues maternelles complètement différentes. Il faut se rendre compte que les langues ont des fonctions qui sont assez différentes. Considérer l’anglais, la langue mondiale, comme autre chose qu’une langue véhiculaire me paraît être une erreur de perspective. Je ne suis pas inquiet de ce côté-là.

15Henriette Walter : Je pourrais ajouter que cet anglais international n’est pas vraiment l’anglais. En fait, nous avons plusieurs formes d’anglais : cette langue internationale, qui est plus ou moins bien parlée par les étrangers et, d’autre part, la langue anglaise des usagers de cette langue, comme le français que nous utilisons actuellement.

16Jean-Pierre Warnier : J’ai fait mes études aux États-Unis et je suis en relation avec l’université de Londres, ville dans laquelle j’envoie des étudiants dans le cadre d’Erasmus en leur disant : « Attention, vous allez être surpris de l’anglais universitaire de l’université de Londres, ce n’est pas l’anglais d’aéroport, c’est Shakespeare, ils ne font pas de cadeaux, ils mangent toutes les consonnes. » C’est très idiomatique. L’anglais mondialisé n’est pas l’anglais de Londres ou d’Oxford. Concernant la famille, des contraintes de travail et de dynamique démographique pèsent lourd : salaire égal, chômage, etc. Ces données démographiques et sociales sont très différentes d’un pays à l’autre. Il ne faut pas oublier cela. Nous nous disons que le modèle proposé par les médias, c’est-à-dire les séries télévisées américaines de type Dallas ou le modèle incarné par les « Dinkies » (« double income no kids ») prévaut, mais ce n’est pas parce que les gens se divertissent en regardant de la fiction qu’ils vont automatiquement adopter le modèle qui leur est présenté. Admettons que ce soient les royaumes africains qui aient le contrôle des médias, et qu’ils proposent la polygamie à trente épouses – comme c’est le cas du roi que je connais –, je ne serais pas forcément tenté par ce modèle, même si les médias m’en vantaient le mérite.

17Paul Rasse : Oui, mais dans ce contexte, tout le monde ne joue pas à armes égales. Nous savons que la consécration artistique ne se fait plus à Beaubourg mais à New York. Nous voyons donc émerger des processus de domination qui ne sont plus seulement économiques mais symboliques et qui ont toujours existé ; avec les Romains, les Grecs déjà, etc. Une de mes étudiantes fait sa thèse sur le dernier petit village perdu du Maramourech, où les gens vivent encore quasiment comme au Moyen Âge. Cette étudiante essaie de définir les degrés d’influences. Les parents réagissent avec une certaine distance, mais leur fille rêve d’épouser quelqu’un qui aura un autre mode de vie.

18Les choses sont en train de changer profondément à ce niveau-là. Weber le dit bien. Les cultures locales ont disparues au début du xixe siècle. Et il ajoute : « À partir du moment où les jeunes filles n’acceptent plus d’êtres courtisées par leur prétendant en langue maternelle mais qu’elles veulent que la cour leur soit faite en langue française, le rapport a changé1. » Tous ont bien compris que l’avenir se trouve dans la maîtrise de cette nouvelle langue. Les parents font l’effort de parler à table la nouvelle langue, car celle-ci représente l’avenir des enfants. Il existe donc tout de même des rapports de pouvoir, des rapports de force.

19Jean-Pierre Warnier : Ce sont des rapports de force, avec tous les effets de distorsion que cela peut provoquer. Au regard de la langue maternelle, les parents arabophones qui font l’effort de parler français à table font une grave erreur – je parle sous le contrôle de la linguiste –, car l’éveil des enfants se fait bien mieux dans leur langue maternelle. Les débuts doivent se faire en langue maternelle et, ensuite, la langue commune est apprise à l’école ou auprès d’autres personnes que leurs parents, dont la langue d’origine est primordiale. Des quantités d’études ont été réalisées en sociologie de l’éducation et c’est assez net. C’est véritablement handicaper les enfants que de faire ce choix. Ce sont des effets de pouvoir.

20Paul Rasse : Dans le cas d’échanges universitaires de type du programme Erasmus, nous voyons bien comment cela se passe : les Niçois veulent aller à Londres ou New York, les Roumains viennent à Nice, mais aucun Niçois ne veut aller en Roumanie. Non pas que cela ne les intéresse pas, qu’ils n’y seraient pas bien accueillis, ou que les conditions de vie y seraient plus faciles ou plus complexes, mais parce que symboliquement, lorsqu’ils vont aller négocier leur place dans la société, avoir fait des études aux États-Unis ou en Angleterre leur apportera plus que s’ils les ont faites en Roumanie. Peut-être que le rapport de force pourrait jouer et nouer un bond de relation avec la Roumanie, mais cela ne se passera pas ainsi.

21Jean-Pierre Warnier : Je gère dix destinations européennes dans le cadre du programme Erasmus. Encore aujourd’hui, avant de venir ici, j’ai rencontré une étudiante qui va partir en Slovénie, à Ljubljana. C’est constant.

22Paul Rasse : Il existe des contrats, oui, mais nous avons beaucoup de mal à trouver des étudiants qui veulent aller dans les petits pays.

23Jean-Pierre Warnier : Les gros effectifs, les gros bataillons vont vers Londres. Ils veulent tous y aller, même s’ils parlent mal anglais.

24Paul Rasse : Oui, même si c’est plus difficile pour eux et même s’ils seraient bien mieux accueillis dans une université roumaine ou lituanienne.

25Public : J’avais une question sur la prédominance de la culture américaine. Je voudrais savoir si cette culture n’est pas, pour vous, M. Warnier, à l’origine de certains conflits.

26Jean-Pierre Warnier : Tout pouvoir suscite des contre-pouvoirs. Il est rare que les puissants soient aimés. Nous subissons leur pouvoir, mais nous essayons tout de même d’y poser des limites. J’ai vécu deux ans aux États-Unis, et j’ai largement profité de ce pays. À l’université de Pennsylvanie, nous avions 2,5 millions de livres en accès libre à la bibliothèque, le ratio étudiant/ enseignant était de deux étudiants par enseignant, donc les conditions d’étude étaient idéales. Mais c’est un luxe qui ne m’a pas séduit. J’ai vu ce qu’était la vie américaine et cela n’est pas mon modèle. Même si j’ai des amis là-bas, je ne m’y identifie absolument pas, car des quantités de choses me heurtent. Je suis très admiratif, et je trouve cela absolument fabuleux, mais je ne pense pas qu’il s’agisse d’un modèle universel qui soit promis à un grand avenir. Les Américains vont assez vite arriver à la limite de la consommation qu’ils peuvent se permettre. Évidemment, pour l’instant, ils la font payer au reste du monde, mais je pense qu’eux-mêmes vont être acculés à ces limites assez rapidement. De fait, c’est à la fois très séduisant et, dans le même temps, cela suscite des réactions d’hostilité. Au niveau de la géopolitique mondiale, la civilisation américaine et les États-Unis se heurtent à nombre de résistances, qui sont politiques mais aussi culturelles. Les uns et les autres mobilisent la culture dans ce bras de fer géopolitique mondial. Il n’est pas du tout dit que, dans vingt ans, l’anglais soit toujours l’unique langue véhiculaire mondialisée. Peut-être que le chinois, le mandarin ou l’arabe le deviendront. Mais tout n’est pas joué, loin de là. Le français était la langue mondiale au xviiie siècle, tout au moins du monde qui était le nôtre au xviiie siècle. Toutes les cours européennes parlaient le français aussi bien que vous et moi, sauf qu’ils avaient un accent quelque peu différent, un peu comme celui des Canadiens.

27Public : J’ai le sentiment que la diversité culturelle est souvent synonyme de repli nationaliste et que nous opposons facilement la diversité culturelle à la domination politique. Dans ce cadre-là, je souhaiterais connaître le contexte susceptible de favoriser l’émergence d’une culture commune. Nous pensons évidemment au contexte européen, mais, au-delà, au niveau mondial, comment peut-on envisager une culture humaine, qui aille au-delà de la seule Europe ?

28Paul Rasse : Je dirai que la question de la diversité est une question assez risquée. La question des identités locales et nationales est toujours l’objet de grands débats, car ces identités conduisent au repli identitaire. Nous sommes constamment confrontés à ce type de repli. Néanmoins, la question doit être posée avec tous ces risques.

29Public : Je vais vous raconter une situation que j’ai vécue sur la mondialisation. J’ai remarqué que les humoristes n’étaient jamais exportés. Pourtant, ces humoristes parlent français. J’en conclus que la langue française ne s’est pas exportée avec les humoristes. Le comique, d’expression universelle, est donc complètement marginalisé. Ces comiques d’expression universelle sont, par exemple, les mimes amuseurs, les ventriloques, les magiciens, les clowns, les contorsionnistes, les marionnettistes. Mais nous ne les voyons jamais. Je me suis donc adressé au gouvernement français pour lui dire que l’œil universel des humoristes était marginalisé à l’échelle nationale.

30Malheureusement, le gouvernement a complètement ignoré ma question. Je me suis donc adressé à deux gouvernements étrangers qui, eux, m’ont écouté. Puisque les comiques universels ne font aucun événement sur la scène mondiale, nous avons imaginé des olympiades, à la manière des sportifs, du cinéma ou des concours de beauté.

31Public : Sur la langue, et le français en particulier, je voudrais dire qu’aucune œuvre n’a jamais été créée en langue véhiculaire. Donc, le français est non seulement une langue d’échange, mais également une langue de création. De la même manière que la musique est faite par les musiciens, la lettre est créée par les écrivains. C’est donc en défendant les auteurs et les créateurs que nous pourrons parvenir à nous défendre dans ce système.

32Public : Un aspect qui n’a pas été abordé ce soir est peut-être la question de l’acquisition de la culture. À quel moment commence-t-elle à s’acquérir ? Et quand va-t-on donner la possibilité aux enfants d’accéder à l’école, aux cultures, musicales ou linguistiques d’autres pays ? Par ailleurs, quels sont les éléments qui forgent une culture spécifique ?

33Jean-Pierre Warnier : C’est un sujet qui a trait à la diversité culturelle évoquée par Paul Rasse à l’instant. Au Cameroun, pays grand comme la France, il y a 260 langues mutuellement inintelligibles. De Gaulle disait d’ailleurs qu’un pays avec 300 fromages n’était pas gouvernable. Imaginez alors le travail dans un pays à 260 langues ! Autrement dit, comment former un régime politique avec une telle diversité culturelle ? La diversité culturelle n’a pas forcément que des bons côtés. Il faut donc trouver un moyen de conserver la diversité culturelle, en ouvrant les enfants aux autres cultures que la leur et en arrivant à combiner des modes de régulation de la diversité avec la diversité culturelle elle-même. Il s’agit d’une quadrature du cercle. Le Cameroun, comme nombre de pays pluralistes, a une politique culturelle fondée sur des choix. Le gouvernement veut réduire les 260 communautés linguistiques à quatre ensembles culturels, comme l’illustrent les quatre identités du musée national de Yaoundé. Ainsi, les enfants qui visitent le musée découvrent ces diversités culturelles. Mais le problème n’est pour autant pas résolu, car, à échéance, le pays perdra 256 langues. Est-ce une perte pour l’humanité ? L’Unesco répond par l’affirmative. Mais c’est surtout une perte pour les personnes voulant conserver leur langue. Le problème est insoluble.

34Laurent Bayle : Sur le plan de l’expression artistique, la diversité culturelle est défendue par la profession depuis longtemps. Les fameux soutiens au cinéma ont joué un rôle dans le fait que l’industrie cinématographique française a mieux résisté que celle d’autres pays voisins. De plus, au nom de la diversité culturelle, sont nées les politiques de quotas. Mais je pense que cette approche de la diversité culturelle a un prix que nous avons du mal à reconnaître. Ainsi, la situation d’un certain nombre de professions culturelles, en France, conduit à une face visible du soutien public pour la culture, telles les subventions, et à une face moins connue qui sont les soutiens non contrôlés des caisses, des systèmes de l’intermittence. Au nom de la diversité culturelle, la quadrature du cercle est atteinte. Le système est enviable pour les possibilités de création offertes aux artistes et aux interprètes. Mais il peut être parfois – au regard de certaines émergences, de la possibilité pour les artistes de se présenter dans les lieux qu’ils souhaitent – moins opérant que ce que produisent les autres pays de l’Europe de l’Est, du Nord ou les pays anglo-saxons. En effet, entre le nombre de vocations suscitées par le système français et le nombre de potentialités d’exercer ce métier, existe un plus grand écart en France que dans les autres pays européens. Ainsi, sur 120 000 intermittents par exemple, 30 000 ou 40 000 peuvent vivre de leur art, même si ce système génère bien les 120 000 intermittents. Le système est donc devenu difficile à contrôler. La question est donc de savoir comment maintenir ce système tout en faisant en sorte que ce système ne nous déleste pas d’un certain nombre d’aspects internationaux – si tant est que nous voulons nous y intégrer.

35Or, qui dit diversité, dit vouloir intégrer les aspects internationaux et cela est difficile pour les artistes de théâtre. En effet, par l’obstacle de la langue étrangère, l’artiste de théâtre est majoritairement dépendant du territoire national. Au contraire, en musique, la règle est celle d’être, pour moitié, dépendant d’un socle international.

36Quant à ce que vous dites sur la question de l’éducation, je propose moi-même à la Cité de la musique, pour de jeunes enfants, une approche musicale de pratiques collectives. Néanmoins, j’observe que pour des interprètes de musique classique, par exemple, si j’apprends à un jeune enfant quinze instruments différents, j’en ferai un citoyen mélomane, mais il ne sera pas interprète. Cela est impossible à un certain degré de virtuosité, sauf exception, bien entendu. Je crois donc que nous ne pouvons pas fixer une règle, un modèle, comme un dogme. La difficulté de ce débat est d’appréhender la diversité culturelle positivement tout en intégrant les contradictions que peut générer toute action publique.

37Paul Rasse : Ce n’est pas simple. Il n’existe pas de panacée. Les règles doivent évoluer, puisqu’elles ont toutes leurs aspects pervers, impliquant donc une réflexion continue. Mais est-ce une raison pour renoncer à une démarche politique ?

38Laurent Bayle : Assurément non. Mais comment, sans renoncer, ne pas s’ancrer dans des certitudes qui, elles-mêmes, sont une façon de se couper de la réflexion ?

39Paul Rasse : Nous arrivons au terme de cette conférence. Je vais vous donner la parole à tour de rôle. Françoise Benhamou, voulez-vous rajouter un mot ?

40Françoise Benhamou : Il est toujours difficile de conclure un débat de ce type car nous avons ouvert plus de questions que donné de réponses. Mais c’était l’objet. Ma vision de la diversité culturelle est sans doute plus étroite, au sens où je l’appréhende du point de vue de l’économiste. Je considère la diversité des biens et des services culturels plutôt que la diversité des hommes ; ce sont deux thèmes différents, mais qui se rejoignent sur certaines questions. De ce point de vue, je crois qu’il faudrait porter plus d’attention qu’on ne le fait – les statistiques sont très pauvres – sur le clivage entre diversité offerte et diversité consommée. Pourquoi le fossé entre ces deux catégories de la diversité ? Peut-être est-ce une des questions que soulève ce débat.

41Henriette Walter : En ce qui concerne les langues, je pense que l’avenir est aux personnes qui apprennent plusieurs langues. Nous ne pouvons plus rester enfermés dans notre propre langue, il s’agit d’en apprendre au moins une autre. Il faut savoir que lorsque nous avons déjà appris une deuxième langue, l’acquisition de la troisième se fait très vite, et la quatrième, encore plus vite. C’est au début qu’il faut faire des efforts, ensuite, c’est plus facile.

42Jean-Pierre Warnier : Merci beaucoup pour ce débat que j’ai apprécié et où j’ai beaucoup appris.

43Laurent Bayle : Je voudrais dire que ce que nous enseigne l’histoire de la musique, c’est qu’elle n’est pas linéaire. Lorsque nous regardons son fonctionnement, nous remarquons des cristallisations sur certaines périodes qui sont des temps forts. Si nous regardons par le prisme, même superficiel, des grandes figures, celles-ci se dégagent autour de certaines périodes précises. Aujourd’hui, nous sommes dans un entre-deux de doutes qui implique que, même en termes de création, la période n’est pas la plus prospective que la société musicale ait pu proposer. En effet, cela renvoie au doute plus général de la société qui porte à se diriger vers des valeurs refuges, le divertissement, la communication, le culte du passé. Il me semble qu’il s’agit du trait de la non-linéarité de l’histoire et du fait que nous sommes probablement dans une époque transitoire, conduisant vers d’autres évolutions. En effet, je n’y vois pas le trait d’un effondrement conduisant à la perte de la culture, des auteurs, de la création.

44Paul Rasse : Merci à la Bpi de nous avoir organisé ce débat et merci à vous tous, d’avoir été là.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter