Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les adolescents et la bibliothèque

 | 
Claude Poissenot

Préface. Une forme de l’évaluation : l’analyse de « l’exit », de la non-réinscription

François de Singly

Texte intégral

La prise en compte des usagers des services publics

  • 1 C’est une version idéalisée de ce type d’entreprise qui tait une autre de ses motivations, le prof (...)

1Un grand distributeur a fait réaliser par une entreprise spécialisée une enquête auprès de ses clients réguliers pour qu’ils donnent un avis sur le Panaché. Le placard publicitaire narrant cette investigation fournit le pourcentage de mécontents : « 27 % d’entre vous ne voulaient pas de notre Panaché ». H déclare que le distributeur a pris au sérieux cette critique : « Voici le nouveau Panaché C... Il est vraiment plus rafraîchissant et vous y êtes pour beaucoup. » Et la morale de cette histoire s’inscrit ensuite sous le rappel du nom du distributeur : « Aucun doute, C... m’écoute. » La logique du marché est simple à énoncer, les clients sont rois. Ce sont eux qui détiennent la compétence de la demande, les professionnels doivent y répondre de la meilleure façon possible1, notamment en restant à l’écoute des besoins, fluctuants, de leur clientèle.

  • 2 Il faudrait réaliser une histoire de cette introduction au sein de la fonction publique, avec la c (...)
  • 3 Cité par P. Quinio, « Forum de l’éducation », Libération, 14 avril 1997.

2Peu familière traditionnellement au service public, une telle évaluation s’est imposée progressivement2. Ce terme est d’un usage flou, comme de nombreux termes qui forment la trame du discours public. Il désigne quelquefois seulement la production de chiffres « objectifs ». Ainsi une bibliothèque doit-elle fournir au ministère et à la mairie chaque année le nombre d’inscrits, le nombre de livres ou de compacts empruntés (ventilés selon certaines catégories). La notion d’évaluation dépasse cette comptabilité des flux. Elle implique un recours au jugement des usagers sous une forme ou sous une autre. C’est cette seconde dimension qui suscite le moins d’enthousiasme, comme on l’observe avec l’introduction de cette procédure dans l’enseignement supérieur, la dernière réforme stipulant que « pour chaque cursus, soit organisée une procédure d’évaluation des enseignements et de la formation » par les étudiants. Comme l’exprime joliment un professeur du supérieur, il faudrait que ce jugement ne soit émis que par les étudiants reçus. Offrir cette tribune aussi aux autres serait absurde3, leur incompétence les condamne au silence. Ils pourront parler lorsque leur conduite sera, vis-à-vis de l’institution, satisfaisante.

  • 4 A.-M. Bertrand, 1995, Bibliothécaires face au public, Bibliothèque publique d’information-Centre G (...)
  • 5 Cf. F. de Singly, 1993, « Les Jeunes et la lecture », Dossiers éducation et formations, n° 24.
  • 6 C’est une bibliothécaire pour les jeunes qui déclare, par exemple, n’acheter que quelques exemplai (...)
  • 7 P. Bourdieu, « Le marché des biens symboliques », L’Année sociologique, 1971, volume 22.

3Bref, l’évaluation ne devrait-elle pas être réservée au « bon public » ? Chaque professionnel se construit une image de ce « bon public » à qui l’on fait confiance c’est-à-dire, le plus souvent, la part des usagers qui vous font confiance, qui vous écoutent avec attention, qui vous respectent. Anne-Marie Bertrand4 le démontre pour les bibliothèques, avec notamment les personnes ou les groupes du mercredi et du samedi qui détournent la bibliothèque pour un profit qui ne correspond pas à l’offre officieuse des bibliothécaires. A quoi bon évaluer d’ailleurs, puisque les professionnels connaissent bien leur « bon » public, que le « mauvais » ne mérite pas d’être écouté puisqu’il réclame des services peu ou pas légitimes (avoir à leur disposition un espace public qui ait le charme des espaces privés sans en avoir les contraintes5). Les professionnels n’ont pas à répondre à toutes les demandes, la compétence professionnelle consistant, en partie, à cerner a priori les besoins culturels du public, au-delà des demandes explicites. Ainsi les programmes de l’enseignement ne sont pas définis par les élèves, ni les livres proposés dans les rayons par les lecteurs. Ou, en tous cas, pas exclusivement par les seuls usagers : telle ou telle série de livres ne mérite pas d’être proposée malgré son succès, si les individus les veulent, ils peuvent toujours les acheter le marché étant là pour fournir les produits complémentaires6. Au moins dans le secteur de l’enseignement et de la culture, les résistances à l’évaluation proviennent d’une conception du service public selon laquelle c’est au professionnel d’arbitrer entre les produits culturels proposés et la demande du public, en référence à des objectifs qui ne sont pas fixés par ce dernier, mais par la définition même du métier. La manière dont cet arbitrage est effectué varie selon les institutions, un conservateur de musée et un conservateur de bibliothèque n’accordent pas le même poids dans leurs décisions au public. Et inversement, le premier est plus dépendant que le second des jugements de ses pairs. En reprenant la perspective de Pierre Bourdieu pour analyser le marché des biens symboliques7, on peut penser que dans le champ des instances de reproduction et de conservation, les conservateurs de musées tendent à être plus proches du champ de production restreinte et les conservateurs de bibliothèques du champ de grande production restreinte. Dans une bibliothèque, le lecteur est souvent invité à inscrire les livres qu’il souhaiterait qu’elle acquière ; dans un musée, le cahier sert à recueillir les commentaires des visiteurs pour une exposition. Les objectifs diffèrent. Pour autant, les premiers n’ont pas à être indifférents à certains besoins du public, ne serait-ce que dans la mise en scène des œuvres exposées. Ils peuvent même aller jusqu’à proposer des produits de consommation qui satisfont à la fois l’acheteur et les finances de l’institution. Les seconds ne se plient pas aux exigences des lecteurs, ils les filtrent en fonction de critères élaborés par les champs de production restreinte et des instances de consécration.

Une procédure paradoxale d’évaluation

  • 8 Publié d’abord sous le titre Face au déclin des entreprises et des institutions (Économie et Human (...)

4Pour prendre en considération l’avis des usagers, comment procéder ? Dès 1970, un spécialiste de l’économie et des sciences politiques américain, Albert O. Hirschman a proposé dans un ouvrage devenu classique Exit, Voice and Loyalty8 les deux formes possibles de l’évaluation dont disposent les clients ou les usagers : soit par la prise de parole, soit par le départ ou la fuite. Les partis politiques le savent bien, ils peuvent maintenir leur nombre d’adhérents d’une année à l’autre sans que cela signifie une stabilité de leur « base », il suffit que le nombre d’entrants soit équivalent au nombre de sortants pour que l’illusion se crée. « Il peut arriver qu’une entreprise ne ressente pas les effets de la défection du fait qu’elle en gagne de nouveaux au moment où les premiers la quittent » (A. O. Hirschman). Or le taux de rotation du stock des clients, des usagers, contrairement à celui des marchandises, trahit, selon Albert O. Hirschman, un mécontentement, silencieux, moins visible que celui que peut prendre d’autres formes, avec les plaintes, les récriminations dans le courrier par exemple, et éventuellement avec la formation d’une association de défense du public de l’institution (dans le domaine des affaires culturelles, ce sont « les amis » qui se mobilisent souvent, cela ne relève pas de la catégorie « prise de parole », mais d’une des manifestations de la troisième catégorie, la loyauté).

  • 9 La définition de la « paix » dans une institution est variable. Ainsi au sein des bibliothèques pu (...)

5Les professionnels de la culture sont peu attentifs à la sortie, à l’exit. Pour plusieurs raisons. La statistique globale tend à masquer le phénomène. La mesure de cette fuite comporte des risques si elle est rendue publique. Et surtout la conviction secrète de la part des professionnels que le public qui ne revient pas n’est pas le plus intéressant, ne s’agit-il pas en définitive de ce « mauvais » public ? Le régime auquel est ainsi soumis la bibliothèque (ou tout autre instance) élimine en douceur les individus qui se sont peut-être trompés d’adresse. L’absentéisme de certains usagers on songe également à l’école ne permet-il pas de préserver le fonctionnement de l’institution, la paix exigeant en quelque sorte quelques victimes (qui ont un avantage, celui de s’immoler elles-mêmes9) ?

  • 10 Ne sont pas prises en considération les politiques explicites d’exclusion, comme celles de certain (...)

6Cette indifférence vis-à-vis de la sortie, de l’exit, peut être dommageable, autant par rapport à l’objectif d’une certaine démocratisation de la culture — dans la mesure où, par hypothèse, ce ne sont pas les individus les mieux munis en ressources culturelles ou scolaires qui sortent10 — que par rapport à un souci de rentabilité de l’institution. C’est pourquoi la recherche de Claude Poissenot exposée dans ce livre est doublement exemplaire. Exemplaire parce que c’est une première pour ce type d’établissement, ainsi peuvent être mesurés les effets de ce mécanisme d’auto-élimination en comptant les jeunes inscrits en bibliothèque à un temps t qui ne se réinscrivent pas à un temps t + x. Avec une excellente qualité de l’enquête qui n’est pas rétrospective (dans laquelle on demanderait aux jeunes de retracer après-coup leur parcours), mais qui est un suivi opéré chaque année pendant cinq ans. Exemplaire parce que le constat est complété par une série d’entretiens auprès des jeunes qui ne sont pas réinscrits afin de mieux comprendre les raisons de leur désengagement. Cette démarche mêlant si bien approche quantitative et approche qualitative (à partir du même groupe de jeunes de référence) autorise à la fois la connaissance des facteurs objectifs qui mènent à la sortie, et des motifs que les acteurs donnent à leur action (ou à leur « inaction » en l’occurrence). La lectrice, le lecteur découvrira les résultats de cette double approche. Soulignons-en seulement quelques apports.

La bibliothèque en concurrence

  • 11 Pour une autre comparaison entre ces deux équipements, se reporter à l’ouvrage collectif, Le Musée (...)

7Pour Albert O. Hirschman, choisir la défection est plus facile lorsqu’il existe des « produits de substitution ». Quelle est la concurrence pour une bibliothèque municipale qui peut conduire un jeune lecteur à préférer ne plus s’inscrire sans renoncer à sa pratique ? Soit il peut changer de bibliothèque, soit il peut emprunter davantage et (éventuellement en le complétant) au stock de livres domestiques. Cette dernière éventualité est importante. La bibliothèque n’est pas comparable à un musée11. Sauf exception, la fréquentation des œuvres réclame la visite au musée, alors qu’il est possible d’être un grand lecteur, et un grand lecteur cultivé sans être usager d’une bibliothèque. On s’en rend compte en examinant la relation entre l’inscription à la bibliothèque et le score de ressources littéraires du jeune, pour un niveau considéré de familiarité des parents avec les valeurs scolaires (approximativement, c’est-à-dire le niveau scolaire parental) : « globalement plus les jeunes accumulent des ressources littéraires, plus souvent ils sont inscrits à la bibliothèque » commente Claude Poissenot. Il existe une forte relation entre l’indice de proximité à la lecture comme pratique et le fait de fréquenter la bibliothèque. Pour les jeunes dont les parents disposent d’un capital scolaire supérieur, la relation se modifie puisque le maximum du taux d’inscription est enregistré pour les jeunes disposant de trois ressources littéraires, et que le taux décroît ensuite pour ceux qui ont quatre, cinq ou six de ces ressources. La bibliothèque n’est pas un espace nécessairement pour les mieux dotés. Plus précisément, elle accueille davantage les enfants qui ont à leur disposition directement ou indirectement ni trop, ni pas assez de ressources scolaires et culturelles. Elle devient inutile, éventuellement, si les parents offrent un environnement familial suffisamment riche culturellement.

  • 12 Selon P. Bourdieu dans « Les Trois états du capital culturel », Actes de la recherche en sciences (...)
  • 13 En revanche les jeunes qui ont une offre importante de livres à la maison se réinscrivent davantag (...)

8La bibliothèque constitue un empire du juste milieu. S’il est vrai que lorsque les jeunes cumulent les ressources directes et indirectes, ils n’utilisent pas plus que d’autres, moins bien dotés qu’eux, la bibliothèque, cela autorise à situer assez précisément l’action de cet équipement. Contrairement à une représentation dérivée de certaines formulations sociologiques cherchant à tordre le bâton dans l’autre sens, à rectifier la foi trop grande dans les offres culturelles, l’usage de la bibliothèque ne correspond pas à une logique du cumul des avantages. Plus on serait riche culturellement et plus on pourrait se servir de la bibliothèque. Non, la bibliothèque est plutôt une institution qui, pour les jeunes, permet, pour une part, de combler l’écart entre le « capital objectivé12 » chez soi, notamment sous la forme de la bibliothèque (et de l’achat de livres), et les aspirations à l’appropriation du capital culturel inscrit dans les livres. Elle joue éventuellement une fonction de compensation pour les individus et les groupes familiaux pour qui le décalage entre niveau d’aspiration culturelle et équipement personnel (ou familial) est le plus grand. Toutes les bibliothèques ne sont pas équivalentes, elles correspondent plus ou moins à la demande de cet « équipement » de substitution (ou pour d’autres de complément). Ainsi les jeunes, vivants dans des familles à faible offre domestique, renouvellent plus fréquemment leur inscription lorsqu’ils fréquentent une bibliothèque offrant assez d’ouvrages13.

Les défaillances institutionnelles au moment de l’adolescence

  • 14 Ce rapport de proximité et de distance à la mère se retrouve également dans les récits de certains (...)

9Mais elle peut, en sens inverse, être perçue comme un espace ne proposant plus les livres convenant à la demande. C’est le cas de Carine, bonne élève de quatrième qui n’a pas repris sa carte. La bibliothèque n’a plus de pouvoir attractif, lui donnant le sentiment d’être enfermée dans une classe d’âge trop petite : « Y a des frontières avec les livres, y a ceux qu’on lit jeune, y a ceux qu’on lit moins jeune, et après ceux qu’on lit quand on est adulte. » Carine veut sauter l’âge intermédiaire, passant de la bibliothèque pour enfants à celle des adultes, les livres pour jeunes n’ayant, pour elle, aucun statut culturel. Elle emprunte désormais dans la bibliothèque personnelle de sa mère (niveau BEPC). Elle se trouve confrontée alors à une autre contradiction, l’accès aux livres adultes, signe d’indépendance, et la médiation des livres de sa mère, signe de dépendance. C’est pourquoi Carine insiste pour dire qu’elle choisit elle-même ses livres, que ce n’est pas sa mère qui les lui donne, et d’ailleurs que sa mère n’a pas les mêmes goûts14.

  • 15 Cf. F. de Singly, Le Soi, le couple et la famille, Nathan, Paris, 1996.

10Certains jeunes font défection pour la bibliothèque considérée, sans pour autant abandonner la fréquentation d’un espace public. Ils se rendent alors au CDI. C’est le cas de Valérie qui apprécie de pouvoir aller avec ses copines de classe. Et elle a, de plus, l’impression que sa prise de parole est mieux écoutée puisqu’elle a obtenu les livres demandés, et qu’elle est elle-même mieux reconnue. On retrouve le problème de la transition dans les bibliothèques au moment de l’adolescence, résolu différemment, Valérie s’affirmant, contrairement à Carine, davantage « adolescente » qu’ » adulte ». Le CDI est attractif puisqu’il est un espace où ne circulent que des adolescents, sans adultes, sans enfants trop jeunes. Malgré le caractère scolaire et l’inscription dans cette institution, il est alors perçu comme un espace favorisant l’autonomie. Il est impossible de s’y rendre avec ses parents par exemple. Claude Poissenot narre de belles histoires montrant comment l’espace de la bibliothèque municipale est, à l’âge précédent, un espace qui tend à être familial, et comment le jeune adolescent sent à un moment qu’il a, comme l’affirme Julien, « l’âge d’y aller tout seul ». Étape décisive, seuil de la fin de l’enfance qu’il n’est pas aisé de franchir : « J’aime bien y aller avec ma maman, si il faut y aller tout seul, moi je veux bien... Avant j’y allais tout le temps avec maman. Sinon, j’irais encore avec maman, mais tout seul aussi. » Cette même tension entre dépendance pédagogique et indépendance personnelle s’exprime pour le choix des livres, et se retrouvera pendant des années encore dans de nombreux domaines15. Cependant pour la lecture, ce phénomène est plus intense dans la mesure où cette pratique se situe à la jonction de la zone d’intervention parentale légitime (le livre est associé au scolaire) et de la zone d’expression de soi (le livre pouvant être objet d’investissement strictement personnel).

11Les bibliothèques municipales, si elles n’ont pas à traiter tous les problèmes qui se posent au moment de l’adolescence, ont, néanmoins, à les prendre en compte. Les usagers n’ont pas une identité unidimensionnelle, réduite à leur rôle de lecteur, d’emprunteur d’ouvrages. Ne pas considérer les effets associés à l’âge c’est prendre le risque de la défection. Prendre au sérieux cette période de transition et ses propriétés doit être bien davantage considéré comme une priorité. La possibilité d’affirmer son autonomie relative doit faire partie des paramètres de l’analyse des bibliothèques. C’est ce que nous apprend, ce que confirme avec force, le travail de Claude Poissenot.

12La notion de défaillance proposée par Albert O. Hirschman qui explique la déception des clients, des usagers, ne doit pas être mal comprise. Elle signifie une diminution de la qualité des produits ou des services proposés, dans le cadre éventuel d’une modification de la demande. Les bibliothèques municipales ont une forme de défaillance au moment de l’adolescence puisqu’elle oublient, trop souvent, que les besoins et pas uniquement en livres changent fortement. Avec une oscillation entre les « trois âges » difficiles à gérer, entre trois modes de construction de l’identité du jeune, avec sa famille, avec ses pairs, en tant que personne indépendante. Comment proposer une offre permettant cette oscillation ? Quel est l’équivalent au moment de l’adolescence du coin de lecture pour les très jeunes avec des sièges si petits que les parents sont objectivement éloignés ?

  • 16 Cf. F. de Singly, Habitat et relations familiales, rapport pour le Plan construction et architectu (...)
  • 17 L’école a trop longtemps réglé le problème avec le clivage « salle de cours » et « cour de récréat (...)

13L’aménagement par les sièges n’est plus efficace (sauf à les supprimer, l’aisance à s’asseoir par terre sur la moquette étant inégale selon les âges !). Comment faire pour que l’adolescent puisse avoir accès à un lieu pour son âge, tout en ayant également le droit de fréquenter l’espace des adultes s’il le souhaite. A la maison, il s’approprie à la fois un espace personnel, sa chambre, et un espace collectif, comme la salle de séjour, dont les règles sont surtout définis par les parents16. Dans l’espace public de la bibliothèque, comment mieux mettre en place des lieux susceptibles de ces appropriations différenciées17 ?

L’exit de la bibliothèque sans mécontentement

14La défection ne traduit pas obligatoirement un mécontentement, une sortie vers d’autres espaces du livre chez soi ou dans d’autres bibliothèques ; elle peut exprimer une désaffection vis-à-vis de la lecture elle-même. Comment mieux le dire que ce jeune « C’est chiant la bibliothèque... C’est pas que c’est chiant, mais j’aime pas lire. Depuis que je ne m’intéresse plus à lire, ça ne me sert à rien de trouver bien une bibliothèque » ? Cet énoncé permet d’interroger un présupposé de l’analyse d’Albert O. Hirschman, selon lequel, malgré une certaine fluctuation de la demande, il existerait une permanence du besoin. Ce sont les entreprises, les organisations qui répondent moins bien, qui connaissent des défaillances, qui perdent leurs clients (ou qui les conservent, s’ils sont captifs, mais avec un mécontentement croissant). Or le besoin de lire n’est pas stable. Il peut chuter, notamment au moment de l’adolescence parce que les jeunes estiment avoir des choses plus sérieuses (c’est-à-dire plus ludiques) à faire. Cela se produit d’autant plus que, même s’il y a une relation forte entre goût pour la lecture et fréquentation de la bibliothèque à un niveau général, bien des usagers ne sont convertis que moyennement à cette pratique et forment un des groupes ne reprenant pas leur réinscription. Ce sont notamment « les rebelles » selon la typologie de Claude Poissenot. La bibliothèque les attire moins d’abord parce que la lecture constitue une activité secondaire.

15Ces abandons ne renvoient pas à des défaillances de l’institution. Mais ils soulignent la fragilité des « besoins culturels ». Il ne suffit pas de fréquenter l’espace de la bibliothèque pour que le besoin de la bibliothèque, et celui de la lecture, se fortifient. Aucune action magique par le seul fait d’entrer dans le temple des livres. La pratique doit être fréquente pour qu’elle devienne habituelle. Cette intensité est d’autant plus efficace (parce qu’elle retraduit aussi d’autres éléments) que le milieu familial est moins cultivé. Ainsi pour les jeunes dont les parents sont peu diplômés, le facteur le plus discriminant pour expliquer la réinscription est la fréquence des visites à la bibliothèque. Pour les jeunes de familles dont les parents sont moyennement diplômés, la fréquence occupe le rang quatre, et pour les jeunes de famille dont les parents sont très diplômés, cette fréquence n’est pas un des six premiers critères. Est-ce d’ailleurs le besoin de lire et d’aller à la bibliothèque qui baisse au moment de l’adolescence, ou n’est-ce pas plutôt la disparition des injonctions parentales (ou leur moindre pertinence) ? Mélanie quitte la bibliothèque qu’elle fréquentait un peu, voulant montrer à ses parents sa bonne volonté : « C’est mes parents qui me disaient, c’est bien de lire, donc il faut lire. Je lisais, puis bon... » Aujourd’hui, elle lit très peu, éprouvant des difficultés à lire et à comprendre ce qu’elle lit. La bibliothèque devient encore plus synonyme d’espace contraignant, comparable à l’école dans ce sens. Mais elle conserve aussi une fonction d’émancipation, car « c’est pas pareil qu’à la maison... c’est mieux quand il y a pas de grand frère ». La définition de la bibliothèque comme espace de liberté, comparativement à l’espace de la maison, peut coexister avec une définition de la bibliothèque comme espace de contrainte, symbole de la lecture difficile. Comment concilier ces deux types d’appropriation pour que la seconde composante ne l’emporte pas et conduise à l’évitement de la bibliothèque (et des livres) ?

16En schématisant les résultats, on observe donc deux formes contrastées d’exit, de sortie : la non-réinscription du fait de la baisse du besoin des livres proposés par la bibliothèque, la non-réinscription du fait de la baisse du besoin de lire des livres. Les réponses de l’institution ne peuvent qu’être différentes selon ces deux cas, le second renvoyant à un problème qui dépasse les bibliothèques (tout en les incluant). Ce qui est certain, c’est l’ampleur des défis auxquels est confrontée la bibliothèque au moment de l’adolescence d’aujourd’hui. Le livre de Claude Poissenot a l’avantage de proposer un regard sociologique qui ne conduit pas au fatalisme trop souvent associé au constat des « déterminismes sociaux », sans tomber dans l’angélisme de la force intrinsèque des biens culturels.

Notes

1 C’est une version idéalisée de ce type d’entreprise qui tait une autre de ses motivations, le profit.

2 Il faudrait réaliser une histoire de cette introduction au sein de la fonction publique, avec la crise de l’Etat-Providence en arrière-fond. Les années 1980 ont été décisives, avec la publication d’Évaluer les politiques publiques, méthodologies, déontologie, organisation (Commissariat au Plan, La Documentation française, 1986, Paris). Elles correspondent à une conjoncture politique où la logique de l’entreprise est devenue une référence au moins pour les cadres du public. Dans « Le procès des fonctionnaires » (chapitre 1 de Gens du privé et gens du public de F. de Singly et C. Thélot, Dunod, 1988, Paris), cette fascination est perceptible puisque certains fonctionnaires participent, eux-mêmes, à ce procès dans le camp de l’opposition. Dans le même temps, Robert Ballion montre que les parents d’élèves se transforment en « consommateurs d’école » (pour reprendre le titre de son livre paru en 1982, Stock, Paris), et réclament des informations sur le système d’enseignement que progressivement l’Etat leur fournira, notamment avec « Les Trois indicateurs de performance des lycées » (Dossiers éducation et formations, 1994, n° 41). Cf. aussi C. Thélot, L’Évaluation du système éducatif, 1993, Nathan, Paris.

3 Cité par P. Quinio, « Forum de l’éducation », Libération, 14 avril 1997.

4 A.-M. Bertrand, 1995, Bibliothécaires face au public, Bibliothèque publique d’information-Centre Georges Pompidou.

5 Cf. F. de Singly, 1993, « Les Jeunes et la lecture », Dossiers éducation et formations, n° 24.

6 C’est une bibliothécaire pour les jeunes qui déclare, par exemple, n’acheter que quelques exemplaires d’une nouvelle collection, jugée peu satisfaisante du point de vue de l’écriture, pour ne pas avoir l’air d’ignorer cet engouement et pour en même temps ne pas contribuer à son succès en en proposant trop.

7 P. Bourdieu, « Le marché des biens symboliques », L’Année sociologique, 1971, volume 22.

8 Publié d’abord sous le titre Face au déclin des entreprises et des institutions (Économie et Humanisme, Éd. Ouvrières, Paris, 1970), réédité par Fayard.

9 La définition de la « paix » dans une institution est variable. Ainsi au sein des bibliothèques publiques, certaines sont construites comme plus bruyantes que d’autres, c’est un jugement élaboré de la part de ceux qui sont dans des institutions paisibles. Au contraire ceux qui les font fonctionner peuvent les défendre en utilisant un autre argumentaire. Témoin ce bibliothécaire de la médiathèque du XIIIe arrondissement : « Je visite les bibliothèques de consultation sur place comme la B.N. ou bien la Bibliothèque Historique ou bien Administrative de la Ville de Paris, quand vous voyez le climat de ces bibliothèques-là en comparaison avec la nôtre, c ‘est deux mondes à part. Ici c ‘est la vie. Vous voyez, les gens s’agitent, les gens bougent. Le bruit. Tandis que là-bas, c’est impec, personne ne bouge. Là c’est des momies » (cité par A.-M. Bertrand dans Bibliothécaires face au public, p. 193). Ce bibliothécaire défend son public en déclarant préférer la vie à la mort, en optant pour une autre définition du travail de « conservateur ».

10 Ne sont pas prises en considération les politiques explicites d’exclusion, comme celles de certaines établissements scolaires qui éliminent tout au long du cursus pour atteindre des taux élevés de réussite au baccalauréat. L’exit correspond, au moins en partie, au processus d’auto-élimination, décrit par P. Bourdieu et J. -C. Passeron dans « L’examen d’une illusion », Revue française de sociologie, 1968, IX, n° spécial, p. 227-253.

11 Pour une autre comparaison entre ces deux équipements, se reporter à l’ouvrage collectif, Le Musée et la bibliothèque, vrais parents ou faux amis ?, Bibliothèque publique d’information, Centre Georges Pompidou, Paris, 1997.

12 Selon P. Bourdieu dans « Les Trois états du capital culturel », Actes de la recherche en sciences sociales, 1979, n°30.

13 En revanche les jeunes qui ont une offre importante de livres à la maison se réinscrivent davantage dans les bibliothèques à fonds restreint (comparativement à ceux qui fréquentent une bibliothèque mieux dotée. Cette variation dans la réinscription selon les bibliothèques ne doit pas masquer que l’analyse des facteurs discriminant le plus la réinscription, selon trois milieux culturels, montre que la bibliothèque reste d’autant plus attractive que le niveau de l’offre domestique est assez élevé (le nombre de livres pour enfant chez les parents occupe la 3e position dans les familles faiblement et fortement dotées, la 6e position pour celles moyennement dotées). La logique de la substitution intervient dans des limites précises.

14 Ce rapport de proximité et de distance à la mère se retrouve également dans les récits de certains étudiants. Cf. F. de Singly, « Savoir hériter : la transmission du goût de la lecture chez les étudiants », in E. Fraisse (éd.), Les Etudiants et la lecture, PUF, Paris, 1993, p. 49-72.

15 Cf. F. de Singly, Le Soi, le couple et la famille, Nathan, Paris, 1996.

16 Cf. F. de Singly, Habitat et relations familiales, rapport pour le Plan construction et architecture, CERSOF, Paris, 1996.

17 L’école a trop longtemps réglé le problème avec le clivage « salle de cours » et « cour de récréation ». Ce n’est pas la solution appropriée pour les bibliothèques : d’une part parce que l’espace d’expression personnelle (seul, ou avec les pairs) ne doit pas être pour autant régulé par les principes de l’ordre enfantin (avec la violence éventuelle), d’autre part parce que les deux espaces visés dans les bibliothèques (pour adolescents-adolescents, et pour adolescents-adultes) ne correspondent pas à un clivage entre deux pratiques différentes (notamment lecture personnelle et lecture pour le travail).

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540