Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nouvelles technologies à l’épreuve des bibliothèques

 | 
Emmanuel Pedler
, 
Olivier Zerbib

Deuxième partie. Le tête à tête entre usagers et dispositifs multimédias

Chapitre II. Portraits d’usagers

Texte intégral

1La présentation sous forme condensée des entretiens préludant au lancement de l’enquête statistique répond à un objectif simple : en faisant apparaître les caractéristiques les plus significatives de ces échanges on rend accessibles les « points de vue » – au moins un certain nombre – à partir desquels les usagers s’engagent et construisent leurs relations aux offres nouvelles. Un certain nombre d’auteurs – on pense ici en particulier à J.-C. Kaufmann – ont pratiqué cette présentation plus nerveuse des données discursives en sélectionnant les profils les plus diversifiés apparaissant dans l’enquête.

2Mais c’est évidemment par un va-et-vient entre ce type d’entrée en matière et les données issues des protocoles ou des questionnaires que l’on peut accéder le mieux à la vue d’ensemble sur laquelle les hypothèses et pistes d’interprétation lancées à l’occasion d’une recherche trouvent appui.

3Le traitement systématique des portraits qui suivent pourrait donner lieu à de longs commentaires. On se gardera pourtant de solliciter trop librement ces entretiens en pensant que la généralisation implicite guette toujours lorsque l’on commente un cas singulier sans évaluer son poids sociodémographique. Il suffit de trois – ou de quarante, cela ne change pas vraiment l’affaire – exemples pour donner l’illusion qu’un domaine de pratiques est balisé par des profils ou des types que l’on aimerait bien subsumer à ces exemples.

4Il est donc vain de tenter sur si peu de cas (les quarante entretiens recueillis ou la petite vingtaine présentée ici) de dresser des oppositions à partir de types que l’on a tôt fait de généraliser (femme, milieux supérieurs, habitant dans une petite ville) sans prendre appui sur les données sociodémographiques dont nous disposons. Il est sans doute plus raisonnable de mettre l’accent sur un certain nombre de catégories sur lesquelles il importe d’être vigilant, car elles déterminent, en ce domaine du rapport aux offres des bibliothèques, aux outils multimédias, des comportements souvent diversifiés et au nombre desquelles il faut compter l’opposition des sexes, la différence entre professions du public – singulièrement de l’enseignement – et professions commerciales ou industrielles, étudiants et actifs, mais également l’appartenance à un milieu familial, l’implantation géographique et les expériences singulières qui la caractérise.

5Mais l’écueil le plus important tient, de manière générale, à la difficulté, dans l’entretien, de désactiver les revendications proprement militantes qui, chez la plupart des acteurs sociaux, brouillent les frontières entre l’analyse des pratiques effectives, leurs justifications et l’affirmation d’un discours « idéologique » énonçant des normes générales. Une des façons de faire pour neutraliser les reflux idéologiques consiste sans doute à relier en chaque occasion les positions prises et les comportements.

6L’objectivation des frontières entre positionnement militant et auto-analyse fait ressortir ici, contre toute attente, la faiblesse des revendications « politiques » et normatives. L’entretien 15, présenté dans la conclusion de ce chapitre, où les effluves militantes sont nettement plus présentes qu’en tout autre entretien de notre échantillon (E. 15, Christophe, 25 ans, célibataire, étudiant en histoire, résidant à Cavaillon) apparaît ainsi comme un cas isolé. Ce fait est plus significatif qu’il n’y paraît de prime abord. Prenant position sur un débat pourtant très enflammé et nourri par un activisme commercial intense, par des campagnes publicitaires et par les prises de position souvent naïvement enthousiastes des acteurs culturels, les usagers des bibliothèques témoignent d’une curiosité tempérée, d’une adhésion conditionnelle aux nouvelles technologies – sous bénéfice d’inventaire – et ne s’égarent que rarement dans les surenchères rhétoriques qui rêvent de révolution et d’avenir enchanté.

Une curiosité tempérée à l’égard des nouveaux outils électroniques

Jeux de générations

7Sensibilisé à l’informatique grâce à l’utilisation de traitement de texte, Bernard (E. 7, employé des postes à la retraite, célibataire et résident du centre-ville de Grenoble) a pu connaître Internet grâce aux bibliothèques de la ville de Grenoble. Son exploration de pure curiosité ne l’a pas engagé à modifier ses attentes et ses habitudes culturelles. Si pour lui Internet s’inscrit, sans rupture significative, dans la lignée du Minitel, Bernard ne ferme pas la porte pour autant. Son attitude attentiste rejoint celle d’autres retraités, issus de milieux intermédiaires ou supérieurs, à ceci près qu’il fait partie de ceux qui se sont frottés aux nouveaux outils.

8Les données statistiques de l’enquête quantitative permettent de constater que rares sont les usagers d’un âge avancé qui, comme lui, ont franchi le fossé qui les sépare – ou est censé les séparer – du multimédia. C’est ainsi que l’exploration de sites Internet dans le but d’approfondir une question n’apparaît que très rarement chez les usagers de plus de 65 ans, y compris chez ceux fréquentant la BnF. À ce titre, Claude (E. 12), qui cumule pourtant une résidence parisienne et une profession supérieure (ancien professeur de biologie) ne représente pas, par la réserve qu’il manifeste à l’égard des technologies numériques, une figure exceptionnelle, loin s’en faut. Mais c’est sans doute le cas de Louise (E. 13), aide-soignante provinciale, qui représente ici le cas le plus fréquent et le plus typique : en dépit d’une curiosité culturelle importante – elle fréquente les bibliothèques, lit et est attirée par le câble et ses offres culturelles –, d’un environnement favorable – son petit fils, qui vit chez elle, pratique l’informatique et l’engage à s’y frotter –, Louise présente un profil qui ne la prédispose pas à ces types d’expérience. Elle est âgée, développe une sociabilité féminine qui l’éloigne des instruments rationalisés d’échange et fréquente des cercles provinciaux et populaires.

9En définitive, au-delà des frilosités supposées ou réelles liées à l’âge avancé, c’est sans doute dans l’absence de perspective d’échange – ou d’échanges potentiels – qu’il faut rechercher les raisons de l’indifférence ou de la curiosité tempérée de ce groupe. Correspondre de manière immédiate et souple – y compris en échangeant des objets et des biens intellectuels – avec des partenaires situés à l’autre bout du monde suppose que préexistent des réseaux et que ceux-ci puissent s’activer en dehors d’une sociabilité de proximité. Sur ce plan, le frein matériel, souvent invoqué (dans l’entretien 12 par exemple) que constitue le manque d’habitude ne doit sans doute pas être pris trop à la lettre. Ce type d’argument apparaît plutôt comme une forme de justification – qui répond au sentiment confus de n’être pas à la « page » – d’attitudes qui puisent leurs fondements ailleurs.

7. Bernard, employé des postes à la retraite, célibataire et résident du centre-ville de Grenoble.

10Bernard possède un ordinateur avec écran monochrome depuis un an et demi : « C’est une amie qui me l’a donné lorsqu’elle a acheté un ordinateur plus récent. Il ne ressemble pas à ceux qui sont à la médiathèque : l’écran n’est pas en couleur et il est plus vieux ; je m’en sers pour taper des textes… En ce moment, c’est pour une association de défense des sans-papiers, pour les comptes rendus, les ordres du jour, etc. Enfin vous voyez quoi… »

11C’est à la bibliothèque Grand-Place que Bernard s’est initié à Internet. En tout, il s’est connecté deux fois en trois mois et semble assez satisfait des consultations qu’il a pu engager : « Je trouve ça bien qu’on nous offre la possibilité de découvrir Internet là-bas. Je pensais que ce serait plus compliqué que ça mais il n’y a que quelques opérations à apprendre et après j’ai pu me débrouiller tout seul. C’est vraiment bien, plus joli et plus rapide que le Minitel. […] J’ai regardé les sites du ministère de la Culture et évidemment celui de la bibliothèque, après je me suis un peu baladé sur des sites de journaux, et puis d’autres dont je ne me souviens plus. Par contre, c’est dommage qu’on ne puisse pas avoir de boîtes aux lettres, ça m’aurait intéressé de voir à quoi ça ressemble… Les jeunes ont vraiment de la chance d’avoir tout ça… J’espère que ça va les aider à se tenir au courant des actualités, de la politique, plus facilement que s’ils devaient lire un journal. C’est une grande opportunité de pouvoir dialoguer comme ça à l’autre bout du monde simplement à partir d’un écran. Je pense que ça ouvre beaucoup d’horizons, que ça va rapprocher un peu les gens, les rendre plus solidaires puisqu’ils ne pourront plus rester comme ça chacun dans leur coin. »

12Pourtant, s’il considère les possibilités d’Internet avec optimisme, Bernard se sent finalement assez peu concerné par les nouvelles technologies : « Vous savez, vu mon âge, je suis de la vieille école. Je préfère lire les bouquins que j’achète ou que j’emprunte à la bibliothèque. Je ne sais pas, c’est peut-être du sentimentalisme ou la force de l’habitude. Les jeux vidéo, l’informatique ça concerne quand même surtout la jeunesse. C’est aux jeunes de se débrouiller pour en faire quelque chose de bien, d’utile, de généreux. Et puis moi j’ai des goûts assez classiques, je lis des livres sur la région ou sur l’histoire, je ne sais pas si je trouverais tout ça sur Internet. Et puis, ce qui compte aussi, c’est que mes amis, ceux qui sont de la même génération que moi ne connaissent pas trop ça non plus alors avec qui je pourrais correspondre par ordinateur ? Non, il faut laisser la place aux jeunes, comme on dit. Moi je suis pas comme ces vieux cons qui pensent que les générations d’aujourd’hui ne valent rien. Au contraire, je les trouve plutôt sympas et il faut dire que c’est pas vraiment facile pour eux avec les problèmes de chômage, la misère, l’économie… Alors s’ils peuvent s’amuser sur l’ordinateur, se changer les idées, quoi, pourquoi pas ? Du moment qu’ils s’investissent dans la politique et la vie citoyenne, même si c’est par ce biais plutôt que par l’écrit, qu’est-ce qu’il y a à redire ? Et puis les choses changent, c’est comme ça, on ne peut pas y faire grand chose. »

13Pour autant, Bernard ne veut pas rester sur la touche, il tient à rester informé de l’évolution des techniques et à les essayer de temps à autre : « Le Minitel, c’est pareil par exemple. Au début on pensait qu’il n’y aurait que les jeunes pour s’en servir mais aujourd’hui c’est peut-être justement l’inverse ! Il faut quand même rester dans le coup, hein ? Si demain on me propose des choses qui me concernent sur Internet, peut-être que je m’y mettrai un peu plus, on verra… »

12. Claude, 67 ans. veuf, professeur de biologie à la retraite. Réside à Paris.

14Claude n’utilise les ordinateurs en consultation à la BnF que très épisodiquement, pour obtenir une référence d’ouvrage sur un thème précis. Mais il se déclare gêné par le fonctionnement même des ordinateurs : « D’abord, je n’arrive pas bien à lire sur un écran parce que je n’ai plus une très bonne vue. Et puis des fois ça me bloque, quand je fais une erreur, je ne sais plus trop quoi faire, je n’ose pas trop y toucher. Personne ne m’a jamais expliqué comment fonctionnait l’informatique, alors j’essaie un peu tout seul… Pour la souris, il m’a fallu pas mal de temps avant de comprendre quoi faire avec. J’ai regardé comment faisaient les autres avant de me lancer. Bien, je préfère tout de même demander directement au personnel quand je cherche un ouvrage particulier. D’abord le personnel peut me conseiller sur le choix d’un titre ou d’un autre et ça je ne pense pas que l’ordinateur me le dirait. Ensuite, les bibliothécaires sont habitués à cela, il leur faut bien moins de temps que moi pour trouver la manipulation à faire. »

15Claude n’a pas de connaissance précise sur ce que peuvent être « les nouvelles technologies ». S’il a entendu parler d’Internet, il est incapable de se faire une idée des applications auxquelles il renvoie : « Eh bien, j’ai bien compris que c’était accessible à partir de certains ordinateurs de la BnF mais je ne sais pas trop ce que l’on y fait. J’imagine que c’est un peu comme les autres ordinateurs, qu’on peut y chercher des livres ou plutôt des documents en tous genres… Je ne sais pas mais vous savez, je ne suis plus tout jeune et je n’ai jamais vraiment goûté à la technique… Déjà, avec les distributeurs de retrait d’espèces, il m’arrive d’avoir des difficultés. C’est que je suis un peu distrait, voyez-vous… Non, en fait je ne sais pas trop à quoi sert tout cela… »

16Claude lit peu la presse, préférant se plonger dans les revues ou ouvrages spécialisés en biologie qu’il choisit en salle C. Veuf depuis quelques années, il ne regarde plus tellement la télévision et sort peu. Il a pris ses habitudes à la BnF et vient dès l’ouverture pour occuper une place tranquille, loin des accès ou des postes de consultation qui le gênent « par leurs cliquetis incessants ». Après deux heures de lecture, il s’en va généralement et évite de venir durant les week-end qu’il consacre plutôt à ses enfants et petits-enfants. Il lui arrive de leur offrir des livres, mais jamais de jeux vidéos : « Comme c’est eux qui viennent me voir, je ne sais même pas s’ils ont de quoi jouer chez eux. D’ailleurs, je serais bien en peine de devoir leur en choisir un, tandis que pour les livres, cela m’est plus facile. Dernièrement, par exemple, j’ai offert à mon petit-fils de 12 ans, Vingt mille lieues sous les mers, ce genre de livres ne se démode pas. »

13. Louise, 68 ans, aide-soignante à la retraite. Réside à Cavaillon.

17Louise lit la presse régionale chez elle, lorsque son mari a fini de lire le journal. Bien qu’elle ne possède qu’une vieille télévision en noir et blanc, Louise aimerait avoir le câble pour pouvoir regarder certaines chaînes thématiques : « Parfois, j’achète le Télé Loisirs et je regarde les programmes du câble. Certains programmes me font envie, sur la chaîne Histoire surtout… Mais avec nos retraites, nous n’avons pas les moyens d’acheter une télévision en couleur – en plus il faudrait payer une redevance plus chère – et encore un abonnement au câble… »

18Lorsqu’elle se rend à la médiathèque, Louise emprunte surtout des ouvrages sur la santé, le jardinage, ou des romans en tous genres mais n’avait pas remarqué l’existence des cédéroms. Depuis que son petit-fils est venu habiter chez elle, Louise s’intéresse un peu à l’informatique : « Je regarde ce qu’il fait… Il m’a un peu montré comment ça marchait, pour écrire un texte et regarder un disque spécial pour ordinateur. Mais pour moi, ce n’est pas encore très clair ; ça me prendrait peut-être un peu de temps si je voulais apprendre… Enfin à nos âges, du temps on en a… »

19Son petit-fils lui a également parlé d’Internet et, si elle en avait les moyens, cela lui paraîtrait intéressant : « Je m’intéresse aux roses anciennes et il m’a expliqué qu’avec ça, je pourrais me mettre en contact avec des cercles de collectionneurs anglais. C’est vrai qu’il pourrait m’aider pour m’en servir et pour écrire en anglais et, paraît-il, j’aurais des réponses très vite… Mais je crois quand même que c’est assez cher, alors, je vais continuer à lire mes revues pour le moment… »

20Louise a parfois l’occasion d’observer les ordinateurs dans une association de soutien scolaire et d’alphabétisation dont elle est membre : « Certains jeunes étudiants expliquent aux gamins comment s’en servir. Ils m’ont proposé de m’y mettre, mais je n’ose pas vraiment, j’ai un peu peur d’être lente par rapport aux minots… Enfin on verra, peut-être que je vais me lancer. […] C’est que pour le permis auto, je l’ai passé tard, j’avais 52 ans. Mais là j’avais vraiment la volonté de le faire et j’avais quand même une quinzaine d’années de moins. Ça compte quand même ! Je ne sais pas, j’hésite, ce n’est peut-être plus de mon âge tout ça… […] Pour nous, ce qui compte, c’est plus les voyages organisés, les bals, les activités qui sont plus de notre temps quoi… »

Un rapport féminin aux outils électroniques ?

21La question du rapport féminin au multimédia ne peut pas être abordée de manière simple. Elle constitue une question en soi, qui justifierait sans doute à elle seule une étude. Le constat qu’offre l’enquête quantitative est sans doute qu’il n’existe pas d’alignement entre la position en avant-poste des femmes à l’égard du livre (elles sont plus fortes lectrices que les hommes) et leurs conversions aux outils électroniques, notamment culturels. Néanmoins, ce retrait féminin ne semble pas tenir à de simples raisons de familiarisation pratique face à la micro-informatique. L’invitation à passer la frontière que représente un compagnon féru d’informatique (E. 5) ou une petite-fille manipulant les jeux vidéo (E. 6), pas plus que le suivi d’études universitaires dans le premier cas (Sophie) ou la présence d’une formation plus courte (Dominique) ne semblent peser fortement dans la balance.

22L’attachement à une sociabilité de proximité – et aux échanges directs ou téléphoniques perçus comme plus « chaleureux » (E. 5) – constitue, sans doute, une raison forte du retrait féminin face aux nouvelles technologies, ou du moins à certaines de leurs applications.

23Il est frappant que les raisons invoquées pour justifier l’intérêt et l’attrait des « nouvelles technologies », pour évaluer l’intérêt potentiel de ces outils, soient, pour le cas des femmes, si diverses. Les slogans et les formules portant sur les « nouvelles citoyennetés » – auxquels Le Monde est si sensible –, les possibilités éducatives « neuves » du multimédia, les « nouvelles » formes d’échange, etc., sont autant de fronts qui semblent concerner de manière plus directe les femmes qui nous ont accordé un entretien. La perception de la multiplicité des causes pouvant être servies par les technologies électroniques avancées n’est pas fonction directe de l’engagement qui en concrétise les promesses : en cette matière, il ne suffi t pas d’identifi er les fronts potentiels, il faut encore avoir des raisons de mettre à l’épreuve de nouvelles formes d’attitudes et de comportements.

5. Sophie, 25 ans, vit en couple depuis quatre ans avec son compagnon Yann, étudiant en économie. Elle travaille depuis près de deux ans dans une petite municipalité des environs de Grenoble en tant qu’assistante de rédaction.

24Sophie a appris à utiliser un ordinateur durant ses études universitaires de lettres. Si Yann, son compagnon, s’équipe d’ordinateurs multimédias depuis de nombreuses années, Sophie ne s’est jamais vraiment intéressée à ce qu’il y fait : « Il joue pas mal dessus quand il a un peu de temps mais c’est surtout des jeux violents, de combats… Moi ça m’attire pas vraiment alors je le laisse faire même si des fois il aimerait que je participe. En fait c’est plutôt son ordinateur, on lui a mis dans son bureau et moi je ne m’en sers pas souvent, sauf de temps en temps pour écrire une lettre administrative. »

25Au bureau, Sophie est régulièrement amenée à utiliser l’ordinateur pour saisir des textes ou échanger des fichiers par e-mail. Pourtant, ces usages restent assez strictement cantonné au domaine professionnel : « J’ai une adresse e-mail à la maison mais je la consulte jamais. C’est Yann qui me dit quand j’ai reçu du courrier. Des fois, je lui demande de répondre à ma place aux amis qui m’ont envoyé des messages. Moi je préfère les appeler pour prendre de leurs nouvelles, c’est quand même beaucoup plus chaleureux. »

26Sophie s’intéresse en revanche aux pétitions en tous genres qui arrivent sur son e-mail professionnel et les relaye à ses connaissances : « Je trouve ça bien parce que les gens répondent beaucoup plus facilement que s’ils devaient faire l’effort d’amener une feuille à leur entourage pour leur faire signer et puis la poster ensuite… La dernière dont je me souviens, c’était pour les femmes en Afghanistan. Par contre, après, on ne sait pas ce que ça devient ni si ses amies ont bien relayé l’info… C’est vrai aussi que ça ne donne pas vraiment l’occasion d’en discuter comme lorsqu’on arrive avec un document papier. Mais quand même, c’est pratique. »

27Interrogée sur les thèses voulant qu’Internet débouche sur de nouvelles formes de participation civique et démocratique, Sophie se montre assez dubitative : « Moi je n’y crois pas trop… Je veux dire, je ne crois pas que cela remplace le fait de voter par exemple. C’est vrai qu’il y a des associations qui communiquent pas mal sur Internet mais je pense que c’est plutôt complémentaire de la presse, de la radio ou de la télévision. Il y a peut-être un effet de mode sur Internet mais est-ce que ça touche vraiment beaucoup de monde ? Et puis il faut faire l’effort d’aller sur leurs sites alors qu’à la télévision, on regarde des pubs et boum, on a un spot humanitaire auquel on ne s’attendait pas… C’est pas vraiment la même démarche… Bon… Il faut dire aussi que tout le monde ne s’intéresse pas à l’informatique… Moi, si j’étais obligée de l’utiliser au boulot, je ne m’en servirais peut-être pas tous les jours. On ne peut pas demander aux gens de changer leurs habitudes du jour au lendemain. Peut-être que c’est plus facile pour les jeunes, parce qu’ils savent qu’ils peuvent trouver du travail dans les secteurs de l’informatique et du multimédia mais pour les autres, c’est quand même plus diffi cile, non ? Enfi n, c’est quelque chose dont on parle beaucoup en ce moment mais n’empêche qu’on continue à vivre de la même manière ; ça n’a pas tout changé comme ça d’un coup de baguette magique… C’est pas comme la télé, par exemple, qui a fait que les gens vont moins au cinéma ; c’est peut-être dur de s’en passer mais moi, en tout cas, je sais que je peux facilement me passer d’un ordinateur ! Yann, par exemple, c’est autre chose, si demain on le prive de ses jeux il risque de faire un peu la tête… Mais peut-être que le jour où il aura des enfants il sera bien obligé de s’en passer parce qu’il aura moins de temps, je sais pas… »

28Sophie passe relativement peu de temps dans la bibliothèque, ses visites étant essentiellement tournées vers l’emprunt de romans historiques ou policiers : « Non, je me sers pas des ordinateurs à la médiathèque ; sauf quand je veux savoir si un livre qu’on m’a conseillé est dans les rayons. Je me vois pas passer du temps sur Internet à ce moment-là parce que c’est pas pour ça que j’y viens. »

6. Dominique, infirmière libérale de 38 ans résidant à l’Isle-sur-Sorgues. Vit seule avec sa fille de 9 ans.

29Dominique n’a jamais utilisé un ordinateur de sa vie et cela ne semble pas réellement lui poser de problèmes : « J’ai vu que vous posiez beaucoup de questions autour de ça dans votre questionnaire. Moi je fais partie des gens qui ne se servent jamais d’un ordinateur. Il faut dire que j’ai jamais appris à m’en servir et puis que je vois pas trop à quoi cela me servirait… Je pense que ma fille va apprendre et peut-être qu’on lui demandera plus qu’à moi de savoir utiliser l’informatique. Pour l’instant, moi je n’en vois vraiment pas l’utilité. Il parait que c’est pas mal, pour les dictionnaires, les jeux et tout ça… Je dis pas que j’y viendrai jamais mais bon… Pour l’instant je tiens pas spécialement à avoir un ordinateur chez moi : c’est quand même cher et puis, toute seule, je ne saurais même pas comment faire pour l’allumer ! Déjà pour le magnétoscope, il m’a fallu du temps alors pour un ordinateur, je vous dis pas ! »

30Lorsqu’elle observe sa fille en train de jouer sur la console Nintendo que ses grands-parents lui ont offerte, Dominique constate que « c’est vrai que les enfants ont beaucoup plus de facilité avec tout ça… Ça les intéresse alors ils s’y mettent naturellement… Moi je sais pas comment ils font, je préfère quand même un bon livre plutôt que rester plantée devant un écran… Ça me ferait pas rêver, des trucs comme ça… Mais Marie elle aime quand même bien les livres pour enfants qu’on lui prend à la médiathèque ; il faut que je la décolle de devant la télé quand elle joue depuis une heure, mais ça s’est un peu calmé depuis quelques temps et j’ai jamais été forcée de la faire lire un livre… De toute façon, c’est elle qui les choisit, alors je pense qu’elle aime bien ça. Peut-être que si ça avait été un garçon, cela aurait été plus difficile… Mais elle est un peu comme moi, j’ai toujours aimé lire depuis que je suis petite. À l’époque les livres pour enfants étaient beaucoup moins bien faits qu’aujourd’hui mais j’aimais quand même bien ça. Et puis, à l’école, on les pousse pas mal à la lecture, on les intéresse, on leur fait découvrir des auteurs. C’est pour ça que les jeux vidéo ne m’inquiètent pas trop… »

31Si elle a entendu parler d’Internet à la radio et à la télévision, Dominique ne semble pas vraiment s’intéresser aux débats qui s’y rapportent : « Pour moi, tout ça c’est encore du chinois… Je ne sais pas si c’est si bien que ce que l’on dit mais on verra bien… J’ai vu qu’a la télé, il y a de plus en plus de publicité là-dessus et on nous parle d’adresses Internet où trouver des renseignements. Moi, j’ai pas l’impression de passer à côté de quelque chose… Et puis mon métier ne se fera pas avec des ordinateurs, alors… Ce qui m’embêterait, c’est que les ordinateurs prennent la place des humains dans les banques, les postes et ce genre d’endroits… Je crois pas trop que j’aimerais ça, causer à un ordinateur. Mais on en parle depuis des années et il y a toujours autant de personnel dans les administrations, vous savez ! »

Les outils multimédias entre jeu, musique et fonctions pratiques

Espaces de loisirs

32À la différence des enquêtés précédents, plus âgés, (entretiens 7, 12 et 13), Michael (E. 3) et Stéphane (E. 4) tissent avec les applications informatiques des rapports nourris d’échanges, avec leurs cercles d’amis immédiats ou, de manière plus exceptionnelle, avec des relations plus lointaines (y compris des « anonymes » croisés sur des forums de discussions ou des sites de jeux vidéo en ligne). Surtout, ils témoignent tous deux d’attitudes – plutôt répandues dans les fractions masculines les plus jeunes de l’enquête – tendant à faire de l’ordinateur une source de plaisirs : d’une manière générale, leurs usages de l’informatique sont essentiellement ludiques, même lorsqu’il s’agit d’utiliser les fonctions les plus frustres des nouvelles technologies (téléchargement de fichiers par exemple). Le plus souvent, l’utilisation du micro-ordinateur n’est pas ici motivée par des impératifs pratiques ou culturels au sens large mais constitue bien une fin en soi : ainsi, la compilation de fi chiers informatiques, qu’il s’agisse d’images, d’extraits musicaux, d’utilitaires ou de jeux vidéo, devient pour eux une activité agréable dans la mesure où elle doit donner lieu à des échanges avec leur entourage, sous la forme du troc de logiciels notamment. Des individus tels que Michael, habitués depuis longtemps à manier les outils informatiques, peuvent avoir atteint un tel niveau de maîtrise technique de ces instruments que le fait même de configurer et d’optimiser un ordinateur, activité pouvant paraître ingrate à beaucoup d’autres usagers (cf. par exemple Philippe, E. 2) devient pour eux un passe-temps plaisant.

33En fait, ces enquêtés se distinguent nettement des autres profils étudiés jusqu’ici par le fait que leurs motivations à utiliser les nouvelles technologies ne sont pas majoritairement importées de pratiques ou de besoins culturels externes à la pratique (impératifs professionnels, intérêts documentaires, besoin d’informations précises) mais bel et bien de curiosités essentiellement centrées sur l’instrument de cette pratique : l’ordinateur et tout ce qui s’y rapporte. L’attrait pour les jeux vidéo de Michael (E. 3) ou pour la musique dans le cas de Stéphane (E. 4) sert alors presque de prétexte à l’usage des nouvelles technologies, puisque tous deux avouent passer plus de temps à collecter des données sur Internet qu’à les utiliser effectivement…

34Pourtant, même dans le cas favorable de ceux qui, comme Michael ou Stéphane, sont des usagers réguliers des nouvelles technologies et qui prennent plaisir à manipuler ces objets, les expériences vécues par ce biais paraissent assez peu capitalisables. En effet, les traitements statistiques de l’enquête tendent à montrer que, quelque soit la proximité entretenue par les usagers des bibliothèques avec les instruments électroniques, la consultation de sites Internet ne constitue pas à proprement parler une activité mémorable (cf. tableau suivant). Ainsi, à peine la moitié des usagers ayant consulté un site durant les douze derniers mois dans une bibliothèque fournit une réponse à la question posée dans le questionnaire auto-administré : « Si vous avez consulté un site Internet dans cette bibliothèque, citez deux sites qui vous viennent à l’esprit », et encore faut-il préciser qu’un tiers des réponses ainsi collectées correspondent à des sites portails (Netscape, Wanadoo, etc.) ou des moteurs de recherche (Yahoo notamment).

35Si, comme nous l’avons vu dans les chapitres précédents – et comme en témoigne l’exemple de Michael chez qui la pratique régulière des jeux vidéo cède parfois la place à des recherches ciblées d’informations médicales –, il n’est pas possible d’affirmer qu’usages ludiques et usages « rationnels », ciblés, des nouvelles technologies s’excluent mutuellement, il ne nous paraît pas possible d’induire inversement que l’utilisation intensive des applications liées à Internet rende ces consultations plus mémorables. Tout se passe en fait comme si cette catégorie d’usagers naviguait à vue, à l’aide de quelques rares repères tels que sites portails ou moteurs de recherche, le flot des sites visités récemment se noyant dans la masse de ceux vus antérieurement. L’expérience, le temps passé devant leurs écrans fournissent sans doute à des usagers tels que Michael ou Stéphane la faculté accrue de choisir leurs points de repères en fonction de critères de pertinence (trouver des pages Internet correspondant à leurs attentes), mais ne semblent pas devoir fixer l’essentiel de leur attention sur des sites précis.

Tableau 6. Comparaison entre consultation d’Internet en bibliothèque et souvenir d’un site précis

Tableau 6. Comparaison entre consultation d’Internet en bibliothèque et souvenir d’un site précis

3. Michael, 28 ans, marié et père d’un enfant de 8 mois. Interne des hôpitaux de Paris. Marié depuis deux ans à Sarah, puéricultrice.

Jeux.

36Michael utilise Internet depuis plus de deux ans. Pour lui, qui utilise l’informatique « depuis l’âge d’or du commodore 64 et de l’Amiga », l’envie de s’abonner a été « naturelle » et a suivi de très près la découverte qu’il en a faite chez un ami étudiant comme lui en fac de médecine. Son bureau se présente en fait comme une véritable petite boutique entièrement tournée vers l’informatique : au milieu d’un empilement disparate de revues informatiques et de boîtes de cédéroms trône l’ordinateur connecté à un modem par câble et disposant d’une entrée vidéo reliée au magnétoscope et d’une sortie audio en prise directe avec sa chaîne hi-fi. « J’ai toujours fait ça depuis que je suis ado. Déjà avec le commodore 64, je n’arrêtais pas d’échanger des jeux avec mes camarades de classe ou mes cousins. Aujourd’hui c’est pareil, j’ai plus de deux cents cédéroms de compilation de jeux et de logiciels et j’ai tout archivé depuis le début… Avec le câble, c’est encore mieux parce que je peux télécharger directement les logiciels que je cherche sur des sites pirates avant de les graver sur cédéroms. Bon, mais je les vends pas hein… Je fais des échanges avec mes potes : il y en a un qui est encore plus furieux que moi, il n’arrête pas de faire des copies et de déplomber des jeux… Une vraie banque de données ! »

37Lorsqu’il se connecte sur Internet, il sait immédiatement si ses amis sont également connectés grâce à un logiciel spécifique, ICQ : « C’est super pratique. Comme ça on peut directement dialoguer en direct – même si on vient de se voir il y a pas deux jours – et même commencer une partie de jeux en réseau. » Ses consultations sont essentiellement consacrées à la recherche de logiciels ou d’extraits musicaux à télécharger au format MP3, à des jeux en réseau (Half Life par exemple ou Starcraft) mais également à des sites d’information médicale : « Bon, je trouve de temps en temps des choses intéressantes mais le gros problème, c’est qu’on trouve de tout et n’importe quoi. Quand je connais l’émetteur de l’information, ça va, sinon je laisse tomber parce qu’il y a plein de charlatans qui ont créés des sites Internet aujourd’hui. Il y a un ou deux ans, c’était plus facile de trouver de bonnes infos parce qu’à part les grandes institutions américaines, il n’y avait pas grand chose. Aujourd’hui, il faut vraiment se méfier… »

38Michael passe en fait beaucoup de temps devant son ordinateur, ce qui agace particulièrement sa femme : « Ce qui l’énerve, c’est quand je lui dis que j’en ai plus que pour cinq minutes et que je continue pendant deux heures… Faut dire aussi que lorsque je joue ou que je surfe sur Internet, je vois pas vraiment le temps passer… Bon maintenant il faut dire que j’ai moins de temps à consacrer à tout ça depuis qu’il y a Benjamin (son fi ls). Et puis il m’arrive de faire des gardes très longues alors je rentre vraiment crevé, même pour l’ordinateur ! »

39Lecteur assidu de revues informatiques (L’Ordinateur individuel ou Joystick, revue à laquelle il reste fidèle depuis des années), Michael croit beaucoup aux potentialités révolutionnaires des nouvelles technologies : « Je dis pas que ça va tout changer du jour au lendemain mais c’est sûr que ça autorise plein de choses dont on a même pas encore idée… Moi je vois par exemple pour mes études que c’est un gros plus par rapport à ceux qui pensent pouvoir se passer d’Internet. J’ai déjà vu des sites sur lesquels on présente des études cliniques très détaillées, avec radios ou échographies à la clé, et même parfois avec des vidéos de bonne qualité. C’est sûr que là, c’est bien d’être abonné par câble sinon on y passerait des heures : mais c’est tellement pratique que je ne vois pas comment les gens vont pouvoir s’en passer. Je veux dire, ça va nous permettre de faire beaucoup de progrès en sciences, on peut échanger des idées ou des informations de manière beaucoup plus rapide et efficace qu’avant.

40Par contre, c’est vrai que pour rencontrer des gens, c’est pas forcément aussi rose qu’on veut bien le dire. D’accord moi je joue avec des gens que je ne connais même pas mais ça s’arrête là. Sur les forums de discussion, il y a vraiment de tout et surtout des gens qui n’ont pas grand chose d’intéressant à dire… En fait, moi je discute plutôt avec ma famille ou mes amis et pour ça c’est vraiment sympa : tu peux même téléphoner à l’autre bout de la planète sans payer le prix de la communication quand tu es câblé !

41Dans les bibliothèques aussi ça risque de faire pas mal de changements. Par exemple, peut-être que demain on ne sera pas obligé de s’y rendre pour trouver les bouquins : on pourra se connecter de chez soi pour prendre directement les articles qui nous intéressent ! Moi, ça j’y crois pas mal. Mais bon, on sera pas forcément plus intelligents pour autant, hein ? Si j’ai envie de lire un bon polar au lieu de me prendre la tête avec du Duras, c’est pas parce que ce sera sur Internet que ça va changer les choses ! »

4. Stéphane, célibataire de 22 ans, étudiant en histoire de l’art à Paris.

Jeu et musique.

42Amateur de techno, Stéphane s’est « mis à Internet » il y a un an : « Ce que j’avais lu dans des revues d’informatique m’a fait envie. Et puis j’avais acheté un bon Mac quelque temps avant alors le fait de passer à Internet n’était pas un gros problème. Je me suis juste procuré un modem externe qui fait en plus répondeur / fax. Au début, je me suis surtout mis à surfer à partir d’adresses que je pêchais à droite à gauche, dans des revues ou en regardant Canal Plus. Maintenant, j’ai repéré quelques bons sites sur lesquels je cherche les liens qui m’intéressent, sur la musique ou la BD, ou sur des sites bizarres, un peu underground… Et puis des amis me passent des bons coups par e-mail, des sites bien faits sous Flash (logiciel d’animation vectorielle, permettant de créer et de visualiser des animations très fluides) en ce moment, des petits jeux délirants en ligne, ce genre de choses, quoi… J’ai des amis qui ont le câble chez eux et qui me passent des extraits musicaux qu’ils ont récupéré en MP3 alors parfois quand je trouve quelque chose qui me branche, je leur demande de me le télécharger la nuit et je leur rembourse le CD qu’ils me gravent. En fait, je vais souvent chez un ami câblé pour surfer sur Internet et là on s’éclate vraiment tous les deux… Je veux dire, on pète un peu les plombs et on cherche les sites les plus ringards par exemple. C’est pas très productif, mais c’est quand même excellent à faire : c’est fou ce qu’on peut trouver comme trucs débiles du genre “J’adore le dernier motoculteur machin, venez me rejoindre”, des vraies perles ! »

43Pour Stéphane, Internet est surtout fascinant dans ses aspects graphiques ou musicaux : « J’y trouve des infos que je ne verrai peut-être pas dans un livre ou une revue et en tout cas certainement pas à la télé… Il y a pas mal de types qui présentent leurs dessins ou leurs photos retravaillés sur leur site perso, c’est vraiment très riche pour celui qui aime des choses un peu originales et délirantes. En plus, quand on y passe un peu de temps, on peut repérer des sites très détaillés sur des petits groupes pas très médiatiques… Il y a même des gars qui mettent leurs propres morceaux en ligne : c’est pas toujours très bon mais de temps en temps je dégotte des trucs très honnêtes. À mon avis, les majors ont du souci à se faire… Je crois pas qu’on va continuer longtemps à payer 150 balles pour un disque alors qu’on peut le trouver sur Internet. Et puis c’est bien pour les petits labels qui peuvent diffuser des artistes sans que ça leur coûte trop cher. C’est sûr que pour ça Internet va changer pas mal de choses : pour les bouquins aussi, on pourra commander des titres qu’on ne trouve pas ailleurs. […] Les gens ont tout intérêt à s’y mettre, ça leur évitera de se farcir des émissions télé qui les prennent pour des billes ! Moi je vois, depuis que j’ai Internet chez moi, je regarde moins la télé, je me farcis moins de navets. Ceux qui disent qu’Internet est surtout commercial n’ont rien compris, on peut trouver plein de choses gratuites avec un peu d’habitude. Et puis si on est fan de quelque chose, on trouve plein de gens qui partagent la même passion sur le chat par exemple. […] C’est sûr qu’il faut se battre pour nos libertés, contre des gens qui n’y connaissent rien et qui veulent décider à notre place, qui veulent censurer des sites alors que pour une fois les gens peuvent parler de ce qu’ils veulent, sans passer par une revue ou une radio qui choisit ce qui est bien ou non. Moi je suis sûr que les jeunes aujourd’hui en ont marre de la World Company et que demain ils vont se battre pour garder Internet propre ! De toute façon, je vois pas trop comment on pourrait contrôler tout ce qui s’y dit : plus il y aura de monde qui se connectera, plus ça deviendra difficile à fliquer. »

44Stéphane défend donc une conception d’Internet libertaire et en passe de s’imposer comme un véritable contre-pouvoir à la culture légitime. Pourtant, à l’entendre, on garde l’impression que ses usages des nouvelles technologies s’intègrent essentiellement dans ses espaces de loisirs sans prendre place dans ses projets d’études ou ses anticipations de carrière : « Quand je veux travailler pour la fac, j’évite de me connecter sinon je sais que je vais vite dévier et me mettre à surfer comme un malade au lieu de bosser. C’est pour ça qu’à la BnF, je consulte assez peu Internet : je viens là pour bosser alors j’évite la tentation quoi… Et puis si je voulais utiliser Internet, autant le faire chez moi ! Les débits sont meilleurs et au moins ça plante pas tout le temps ! »

Usages professionnels et fonctions pratiques

45On se trouve avec les enquêtés suivants dans un cas de figure presque inverse à celui précédemment exposé puisque les entretiens 1, 16, 8, 9 et 17 nous placent face à des individus pour qui les applications des nouvelles technologies sont avant tout évaluées à l’aune du temps gagné, de l’efficacité sans qu’il soit vraiment question d’aspects techniques ou de notion de plaisir passé à utiliser ces objets. Les aspects pratiques d’Internet, des cédéroms ou de l’informatique en général en font aux yeux de ces usagers avant tout des outils de travail, voire même des objets utiles au quotidien, sans qu’il soit vraiment question d’un investissement passionnel lié à leur manipulation. On isolera cependant les cas particuliers de Pierre (E. 9) et de Jean-Claude (E. 17), actifs issus des classes moyennes et supérieures aux curiosités culturelles variées, qui bien qu’attachés à l’aspect technique des applications informatiques qu’ils manipulent, les asservissent à des fins beaucoup plus pratiques que leurs jeunes homologues des entretiens 3 et 4 (tous deux retouchent des photographies sur leurs micro-ordinateurs).

46Bref, si les individus dont les portraits suivent trouvent quelques intérêts à manipuler les nouvelles technologies, les aspects les plus « révolutionnaires » ou « novateurs » de ces applications sont pour eux à rechercher soit dans un futur proche (Virginie, E. 8), soit dans les usages que peuvent en faire d’autres groupes sociaux (Jean-Claude, E. 17).

1. Danièle, 53 ans, secrétaire de direction, résidant à Miramas.

47Danièle a très tôt été amenée à utiliser un ordinateur dans le cadre de son travail, notamment pour les applications liées au traitement de texte (« dans le milieu des années quatre-vingt »). Elle a vécu cette arrivée de l’informatique essentiellement comme un progrès rendant son travail beaucoup plus facile :

48« Avant, j’utilisais une machine à écrire ; il fallait préparer le travail très soigneusement, prévoir la taille des lignes, ne pas se tromper, changer les rubans, etc. Avec un ordinateur, c’est devenu beaucoup plus facile : je peux me tromper sans avoir à tout recommencer, ressortir la même lettre sans avoir à tout retaper. Ceux qui disent que l’informatique c’est compliqué n’ont jamais été dactylo !

49Moi j’ai eu des formations et beaucoup de mes collègues n’arrêtaient pas de se plaindre en disant qu’ils n’y arriveraient jamais. Tout ça, c’est comme faire du vélo, il suffit de se lâcher et une fois que l’on a compris comment faire, on le fait sans y penser. Mais si on a peur, on n’y arrive jamais.

50Et puis, avec le progrès, on n’a pas vraiment le choix, il faut s’y mettre et puis il n’y a pas que de mauvais côtés. Par exemple, si aujourd’hui on demandait aux gens de se passer de la machine à laver, il n’y en a pas beaucoup qui seraient d’accord, c’est tellement pratique. L’ordinateur, ça sera peut-être pareil dans quelques années… »

16. Sandrine, attachée de presse de 33 ans, vit en couple depuis l’âge de 22 ans à Paris.

51Lorsqu’elle parle d’Internet, Sandrine semble implicitement faire référence au courrier électronique plutôt qu’aux applications liées à la consultation de sites : « Internet, c’est très pratique pour joindre ses collègues, leur laisser des messages pour préparer les tâches à effectuer, rester joignable sans les désagréments du portable – le fait d’écrire fait gagner du temps et évite de répéter toujours la même chose au téléphone. » De fait, lorsqu’on lui demande de nous parler de sites récemment consultés, Sandrine hésite avant de répondre : « Je dirais les moteurs de recherches… Mais ce n’est pas souvent. »

52Chez elle, c’est surtout son conjoint qui utilise leur abonnement Internet : « Je relève mes messages régulièrement mais sinon, je ne m’en sers pas en dehors du travail. Yannick, c’est différent, il est fan de musique. Quand il n’est pas scotché devant MTV, il se plante devant le micro et consulte des sites d’artistes. Il imprime des articles – il s’est fait une sorte de classeur où il range tout ça, ça lui permet d’épater ses copains… Moi c’est pas tellement mon truc – je fais déjà des dossiers toute la journée au boulot alors chez moi… »

53Professionnellement, Sandrine a vu l’arrivée d’Internet s’imposer à elle assez simplement : « Un jour, on m’a expliqué qu’on allait m’installer ça sur mon poste. Quelque temps après, un collègue est venu me montrer comment m’en servir et voilà… Ça n’a pas été plus compliqué que le fax monstrueux que l’on se traîne au bureau ! J’ai jamais vu un fax aussi gros marcher aussi mal. Il est un peu vieux je pense… »

54Pour Sandrine, les visites à la BnF ont lieu quelques week-ends par-ci par-là, toujours en compagnie de son conjoint : « On y va tous les deux en prenant le métro. On reste une heure ou deux et puis on va faire du shopping. Ce qui est sympa, c’est d’aller utiliser des postes audiovisuels pour regarder des extraits de documentaires ou de vieux films. C’est surtout pour ça qu’on y va ensemble. Yannick a déjà utilisé Internet là-bas pendant que je regardais un film ou que j’écoutais de la musique, je ne sais plus… Moi non, jamais. »

55Elle perçoit surtout les progrès liés à Internet dans ses aspects pratiques, les autres thèmes abordés au sujet des nouvelles technologies ne suscitant pas de réaction particulière de sa part : « À mon avis, c’est vraiment comme le fax ou le portable ; en tout cas c’est comme ça que je le vois. Cela fait partie des outils qu’il faut apprendre à utiliser parce que l’on nous demandera de plus en plus de nous en servir professionnellement. En tous cas dans mon métier c’est comme ça. […] Comme l’informatique en général, il y a quelques années c’était rare mais aujourd’hui on en voit partout, même dans les bureaux de poste ou dans les gares. De plus en plus, ce genre d’objets fait partie de notre quotidien, même si on ne se rend vraiment compte que lorsqu’on voudrait s’en passer. Mon portable par exemple, je l’utilisais surtout pour le boulot. Et puis maintenant je le trimballe partout, même en vacances sur la plage ou au ski… C’est pratique, ça évite de faire des kilomètres pour trouver une cabine ! »

8. Virginie, 28 ans, Webmestre dans une grande entreprise de travaux publics à Paris. A suivi des études commerciales et une formation professionnelle spécifique en multimédia on line.

56Pour cette professionnelle du multimédia, les nouvelles technologies s’imposent avec force comme la révolution du troisième millénaire : « Je m’occupe de la veille technologique dans mon entreprise et je vois les nouvelles technologies évoluer au jour le jour : c’est vraiment un milieu passionnant, en pleine effervescence. Je ne crois pas que quiconque puisse affirmer ce qu’elles seront demain ; une chose est sûre, elles font vraiment changer notre quotidien, le rendent plus facile. Il y a encore vingt ans, personne n’aurait pu dire qu’on pourrait échanger des fichiers en temps réel d’un bout à l’autre de la planète ! Ça réduit considérablement la taille de notre planète, non ? Et regardez ce qui est en train de se passer dans les pays qui connaissent une dictature : il devient impossible d’interdire aux peuples de communiquer avec l’étranger ; le mur de Berlin ne pourrait plus exister aujourd’hui ! […] Et si on reste plus terre à terre, il devient possible de trouver absolument tout sur le Net : des livres rares, des meubles brocantes, des disques, absolument tout ! Et tout ça sans même à avoir à lever le petit doigt ! Moi je trouve ça génial ! »

57À domicile, Virginie se connecte régulièrement aux réseaux pour consulter les horaires de cinéma ou préparer les voyages dont elle est très friande : « Avant de partir dans un pays, je me documente sur Internet : je suis déjà partie deux fois comme ça, à Cuba et à l’Île Maurice. J’ai pu acheter mon billet d’avion sur Internet et me renseigner sur les hôtels, les endroits sympas à visiter… La seule chose c’est que lorsqu’on achète un billet d’avion par vente aux enchères, on ne peut pas vraiment prévoir exactement la date de départ. Mais sinon ça m’a permis de faire de supers économies. »

58Dans son esprit, Internet a déjà permis à nos sociétés de faire de gros progrès économiques et sociaux sans commune mesure avec ce que nous avions pu connaître auparavant : « Déjà, ça a créé beaucoup d’emplois, j’en sais quelque chose. Après, ça facilite drôlement la recherche scientifique ou les échanges entre les entreprises. Par exemple, avec Internet, on a pu développer de nouvelles formes d’organisation du travail et du management. Vivement que le télétravail se développe, moi j’aimerais bien travailler chez moi quelques jours par semaine sans avoir à prendre le métro aux heures de pointe ! […] À la limite, si on va jusqu’au bout des choses, ça permettra d’économiser beaucoup de papier, ce sera bon pour l’environnement, d’autant que les gens auront moins besoin de se déplacer. C’est pas génial, ça ? Il faut vraiment pousser pour que les choses aillent plus vite, que les gens qui ne connaissent pas encore Internet s’y mettent et découvrent tout ce que cela peut leur apporter ; il y a encore plein d’idées à trouver, beaucoup d’applications à trouver. »

59Dans son studio, Virginie n’a pas installé de téléviseur : « Je trouve ça vraiment trop abrutissant. Je préfère largement aller au cinéma ou au théâtre, voir mes amis, me faire des soirées cool. Quand je vais chez mes parents, il y a des télés partout et on ne peut jamais parler, je déteste ça ! De toute façon, je ne suis pas très souvent chez moi : je rentre tard du boulot et, quand je suis pas trop fatiguée, je ressors tout de suite ou je lis un livre. […] J’aime bien les revues ou les bouquins sur le cinéma, c’est pour ça que je vais de temps en temps à la BnF, pour consulter une bonne histoire du cinéma pendant un samedi après-midi. Sur Internet aussi je trouve des bons sites là-dessus, mais alors c’est plutôt sur l’actualité que sur l’histoire. »

60Malgré sa passion pour le multimédia, Virginie n’envisage pas de continuer très longtemps à faire carrière dans ce secteur : « C’est vraiment beaucoup de pression, des grosses journées. Non, moi j’ai envie de voyager, de quitter un peu la France et d’aller voir ailleurs, de faire autre chose. Pour l’instant, j’ai pas encore trouvé quoi mais j’y réfléchis… Mais j’ai envie d’en profiter tant que je suis jeune et là, le boulot me bouffe quand même un peu trop la vie. »

9. Pierre, 56 ans, marié, père d’une fille de 24 ans, informaticien indépendant à Grenoble (développe des logiciels de gestion spécifiques à destination de pme).

61Anciennement commercial en VPC, Pierre s’est intéressé à l’informatique dès l’apparition des premiers micro-ordinateurs domestiques : « J’ai acheté un VIC 20, vous savez, un petit ordinateur, en fait un gros clavier, qu’on branchait sur la télévision et, pour charger les programmes, il fallait utiliser une sorte de lecteur à cassettes. Il fallait presque une demi-heure pour un petit jeu de pendu ! C’est là que j’ai commencé à programmer en Basic… Et puis, après quelques années comme ça, j’en ai eu marre de mon boulot et j’ai monté ma boîte avec un ami ; on a développé un premier programme de gestion en Turbo Pascal et puis on a continué comme ça, à le vendre et à vendre aussi du matériel à des PME de la région. »

62Autodidacte ayant fait de l’informatique un moyen de progression professionnelle et sociale (ses revenus ont considérablement augmenté après quelques années de transition), Pierre ne s’est pas pour autant transformé en fervent militant des nouvelles technologies. De fait, peu réceptif aux discours enchantés qu’il lit dans les revues spécialisées, il se borne à faire passer les logiciels qu’il télécharge à sa fille ou à ses amis mais n’utilise que rarement les nouvelles technologies à des fins personnelles : « De temps en temps, j’aime bien regarder des cédéroms ou des sites sur les voyages ou sur la gastronomie. Mais en général, je me sers plutôt d’Internet pour récupérer des drivers qui me manquent pour le boulot et me tenir informer du marché. Déjà, je n’ai pas beaucoup de temps pour lire ou regarder la télévision alors… Je sais qu’il y a plein de choses à faire sur Internet mais moi je continue à m’en servir un peu comme un Minitel, pour réserver des billets d’avion, trouver des adresses, des trucs comme ça. Si, il y a un cédérom qui me sert bien, c’est Autoroute Express : comme je roule beaucoup, ça me permet de bien préparer mes itinéraires et de les imprimer. »

63Pierre a acheté un appareil photo numérique et imprime ses clichés sur une imprimante laser couleurs : « J’avais déjà pas mal d’appareils photos classiques mais là, c’est quand même très bien de pouvoir choisir les photos les plus réussies, de les retoucher un peu avant de les imprimer. Ça évite d’aller chez le photographe pour se rendre compte qu’on a raté plus de la moitié de la pellicule ! Et puis je peux faire passer les photos de ma petite-fille à ma famille par Internet, je trouve ça vraiment très bien. »

64Pierre semble aime vivre entouré de gadgets : du téléphone portable dernier cri à la montre radio en passant par l’éplucheuse automatique de pommes de terres ou le détecteur de radar, il ne se passe jamais un mois sans qu’il fasse l’acquisition d’un nouvel appareil électronique. « J’ai toujours aimé ce genre d’appareils. Ma femme râle parce que je ne m’en sers pas souvent, mais c’est plus fort que moi, j’ai envie d’en avoir chez moi. Je les bricole, je les essaie, je les change. […] Bon… Mais je ne suis pas collectionneur, quand j’en ai assez, je les donne ou je les jette à la poubelle directement ! »

65C’est sa passion pour la musique classique qui amène Pierre à fréquenter les bibliothèques grenobloises, exclusivement pour y emprunter des CD audio. « Quand j’en trouve un qui me plaît vraiment, j’en fais une copie avec mon graveur de cédérom. Mais bon, il faut peut-être pas trop parler des copies pirates. Ma femme n’aime pas trop que je le fasse, mais en même temps, elle les écoute avec moi, alors. […] Le plus souvent, on va à la médiathèque ensemble, moi je monte directement à la section musique et elle emprunte des livres de psycho ou des romans pour lire le soir. Moi, le soir, je tombe directement endormi alors j’ai arrêté d’emprunter des livres que je ne lis jamais… »

17. Jean-Claude, 43 ans, éducateur spécialisé (Grenoble).

66Pour ce divorcé de fraîche date, les nouvelles technologies constituent une « chance pour les plus jeunes ». Les termes de « chance », d' « opportunité », de « défi à relever » reviennent très souvent dans ses propos, lorsqu’il cherche à expliquer les changements qu’Internet ou que l’informatique en général pourront apporter. Cependant, Jean-Claude reste assez vague sur la nature même des bouleversements à venir : « En termes d’emplois, ça risque de changer beaucoup les choses, c’est sûr… A priori, ça en crée en tout cas. Pour communiquer en général surtout c’est bien. Internet, c’est des échanges plus puissants que le téléphone ou le Minitel… Plus rapides et plus puissants. On peut y mettre beaucoup plus d’informations en tout cas, avec des images, des sons, de la vidéo. Donc c’est bien plus intéressant pour les jeunes générations qui vivent dans le monde de l’image, par rapport à des gens comme moi. Nous c’est la télévision et à la limite le téléphone portable ; eux c’est l’ordinateur et Internet, les jeux vidéo et le virtuel. Ils s’investissent beaucoup là-dedans, ils se passionnent et créent plein de choses nouvelles… […] Donc c’est un progrès pour eux, ça va dans le sens de ce qu’ils aiment, ça leur permet de s’exprimer mieux qu’avant. »

67Chez lui, Jean-Claude dispose d’un ordinateur multimédia mais pas d’un abonnement Internet : « Pour l’instant, je commence hein ! Déjà je regarde des cédéroms et surtout je fais pas mal de retouches photos. Dernièrement, j’ai acheté un scanner et une imprimante couleur. Je fais beaucoup de photos depuis que je suis jeune et maintenant, je m’amuse à les retravailler sur l’ordinateur. Ça reste encore un peu du bricolage ; je n’ai pas d’appareil photo numérique. […] J’aimerais assez m’en acheter un mais je ne crois pas que les focales soient très perfectionnées, ça me fait hésiter. Tant qu’à faire, autant faire de belles photos, même si elles ne sont pas numériques ! Avant je développais mes photos moi-même mais aujourd’hui, je trouve que c’est beaucoup plus difficile qu’avant de trouver les produits, c’est devenu largement plus cher que lorsqu’on les amène à développer chez le photographe en tout cas. »

68À la médiathèque, il lui est arrivé d’emprunter quelques cédéroms culturels : « Pour voir, pour me faire une idée de ce que c’était. Certains sont bien faits, avec des reproductions de tableaux très fignolées par exemple… Mais à mon avis moins que dans les livres d’art, on ne sent pas la même qualité pour l’instant. […] Chez moi, j’ai l’encyclopédie Encarta ; là, c’est différent, ça apporte peut-être plus de choses qu’un livre. En tout cas, pour moi c’est plus rapide et je peux tout imprimer. Je m’en sers de temps à autre, enfi n quand j’ai besoin d’un dictionnaire, pas tous les jours quoi… »

69Les emprunts et les consultations de documents de Jean-Claude s’orientent principalement vers ses passion s, la photographie et la peinture ainsi que la psychologie. Les collections audio, par contre, ne retiennent pas son attention : « Je n’écoute presque jamais de musique. La radio oui, France Inter, mais pas beaucoup de musique. Je pense à autre chose quand il y a de la musique, je n’arrive pas à me concentrer dessus. Je n’ai jamais eu de formation musicale quand j’étais gosse, donc je ne suis pas très intéressé. Je suis plus un visuel, en fait. »

La place de la culture

70On peut s’interroger sur les fonctions assumées par les institutions culturelles dans les conversions au multimédia. Dans ce sens la bibliothèque ne semble pas jouer le rôle d’un portail facilitant et accélérant les contacts avec les technologies numériques. En revanche, offrant l’opportunité d’une exploration libre, indépendante et non contrainte économiquement de ces outils, elle donne à voir les cheminements d’usagers qui vivent rarement leurs premiers contacts avec ces outils comme une révélation. C’est une nouvelle façon d’accommoder et de cultiver les valeurs scolaires et savantes qui se fait jour ; cette évolution se concrétise cependant laborieusement et sans révolution.

71Il n’est donc pas étonnant que ce soit sur le plan des fonctions didactiques et d’apprentissage des matières scolaires, des langues que l’on trouve le consensus le plus large pour fêter l’arrivée du multimédia dans les bibliothèques publiques ; les domaines les plus « révolutionnaires » – l’accession directe, sans une « longue carrière » scolaire préalable, à des savoirs et des expériences lettrées, l’invention d’autres manières de lire, la mise au point de vecteurs très significativement différents du livre – restent manifestement en retrait et rares sont ceux qui disent en avoir eu une expérience directe.

La culture des valeurs scolaires les plus classiques

  • 1 Emmanuel Pedler, Sociologie de la communication, op. cit., voir en particulier le point 2.1. « Pra (...)

72Nous n’avons rencontré dans les entretiens que de rares exemples d’incitation directe à l’usage ou l’expérimentation du multimédia, venant des médiathèques ou bibliothèques (E. 12, par exemple). Les cas de conversion sont plus rares encore et les données statistiques de l’enquête révèlent que deux milieux sont principalement à l’origine de ces dernières : le monde professionnel et l’univers familial dans lesquels chacun évolue. En conséquence, la force de l’offre multimédia en bibliothèque tient beaucoup plus à la possibilité qui est donnée à tous, une fois la porte ouverte, d’entrer dans le vif du sujet, d’expérimenter et d’éprouver ce que peuvent leur apporter ces outils que d’aider à entrouvrir la porte d’accès aux instruments électroniques. Du reste, dans quelques entretiens, il est donné d’observer le curieux évitement de ces dispositifs chez ceux qui ne les ont pas encore identifiés et évalués : ainsi Jacqueline (E. 18) découvre-t-elle, grâce à son interviewer, l’existence de postes informatiques en accès direct dans la bibliothèque. Le fait est connu en sociologie de la réception : un message, une affiche publicitaire ou une installation artistique n’existent dans l’espace public que pour autant qu’ils entrent en résonance avec l’horizon d’attente d’un promeneur. Ce dernier peut parfaitement, sans cela, continuer longtemps à en ignorer l’existence même. En un mot, les objets ne possèdent pas par eux-mêmes une force d’interpellation et une pertinence universelles1. Bref, en dehors de procédures incitatives, la seule présence de dispositifs informatiques dans les bibliothèques n’est pas le signe de « l’ouverture » de ces dernières aux nouvelles technologies.

73Mais si la bibliothèque offre la possibilité de l’exploration d’un cédérom, par exemple, elle n’en livre pas le mode d’emploi culturel et nombreux sont les visiteurs qui, déroutés par l’objet, en cherchent la valeur d’usage. Ainsi en est-il de Danièle (E. 1), confrontée au cédérom du musée d’Orsay, qui a bien du mal à éprouver, grâce à cet outil, ce que pourrait être la visite de ce musée. Instrument au service de la remémoration, de l’enrichissement d’expériences équivalentes ou similaires précédemment vécues, le cédérom n’apparaît sûrement pas là comme le modèle réduit du monde réel auquel il pourrait se substituer.

74C’est bien cette fonction d’ancrage, de prolongement d’expériences vécues que l’on retrouve dans de nombreux cas où Internet sert des usages bien stabilisés par des pratiques passées. Le cas de Philippe (E. 2) est, à cet égard, symptomatique. La consultation de sites très ciblés – http://www.bol.fr, par exemple – vise, dans son cas, à étendre et à développer des frayages lettrés très anciens.

1. Danièle, 53 ans, secrétaire de direction, résidant à Miramas.

75Danièle emprunte des cédéroms culturels du type Musée d’Orsay ou des méthodes de langue. Comme nous l’avons souligné plus haut, Danièle a très tôt été amenée à utiliser un ordinateur dans le cadre de son travail, notamment pour les applications liées au traitement de texte (« dans le milieu des années quatre-vingt »). Elle a vécu cette arrivée de l’informatique essentiellement comme un progrès rendant son travail beaucoup plus facile.

76Danièle a acheté un ordinateur, il y a six mois, sur les conseils de son fils unique de 29 ans, cadre dans une PME marseillaise. Son mari Jean, ingénieur du bâtiment en préretraite, s’intéresse peu à l’informatique, « sauf de temps en temps pour faire une partie de solitaire. Lui, ce qui l’intéresse, c’est plutôt la télévision. Il vient de temps en temps me voir quand j’utilise l’ordinateur que j’ai installé dans son bureau mais il ne s’en sert jamais vraiment tout seul. On a regardé ensemble le cédérom sur le musée d’Orsay, mais il faut dire que ça ne lui plaît pas plus que lorsque je le traîne dans un vrai… Moi, j’ai trouvé ça intéressant, mais comme je n’y suis jamais allée, je ne savais pas trop quoi regarder. Peut-être que si j’ai l’occasion de m’y rendre un jour, je reprendrai ce cédérom à la bibliothèque pour avoir des précisions sur un tableau que j’ai bien aimé… Mais là, j’ai trouvé ça un peu trop compliqué par rapport à une vraie visite. J’ai bien aimé la “visite guidée” sauf que c’était un peu trop long, enfin, au moins, on n’a pas mal aux pieds ! ».

77Son fils lui a parlé d’Internet, mais Danièle reste pour le moment assez dubitative : « Je ne vois pas trop à quoi ça va me servir pour l’instant. Et puis il faudrait prendre un abonnement alors ça m’embêterait de payer pour rien, si personne ne s’en sert… »

78Même si elle continue de travailler alors que son mari reste au foyer, Danièle prend en charge la majorité des tâches domestiques. L’ordinateur fait l’objet de ce partage des tâches et semble s’intégrer dans la gestion des liens familiaux et de sociabilité. Danièle entretient le contact avec son fils et les amis du couple et c’est elle qui décide des sorties culturelles (musées, cinéma, quelques concerts classiques). L’aspect technique de l’ordinateur ne la rebute « pas plus que [son] lave-linge ou le four à micro-onde programmable ».

2. Philippe, 36 ans, enseignant d’anglais dans un collège, résidant à Eygualières. Raison professionnelle.

79Marié, trois enfants âgés de 10, 7 et 6 ans. A déjà consulté Internet dans la médiathèque de Miramas. N’emprunte pas de cédéroms.

80Philippe déclare avoir acheté un ordinateur multimédia pour ses enfants il y a près d’un an : « On a pensé que ce serait mieux que d’acheter une console, et puis le traitement de texte nous intéressait pour préparer des exercices (sa femme Lætitia est institutrice). En fait, on s’en sert assez peu : même les enfants se sont lassés des jeux. Mon beau-frère leur en fait passer de temps en temps mais ils en ont vite fait le tour. » Ayant reçu quelques éléments de formation à l’informatique au collège, Philippe a acheté, sur les conseils de son beau-frère, des livres d’informatiques (Windows pour les Nuls et Word pour les Nuls) lui permettant en principe de se débrouiller face aux problèmes qu’il rencontre lorsqu’il manipule son PC. Mais en fait, « lorsque l’ordinateur “plante”, c’est Simon (l’aîné des trois enfants) qui appelle Emmanuel (son jeune beau-frère) pour savoir quoi faire ».

81Philippe a déjà consulté Internet en bibliothèque par curiosité, parce qu’il avait lu quelques articles à ce sujet et voulait s’en faire une idée plus concrète : il s’est donc connecté à la librairie en ligne BOL. En fait, il ne croit pas trop aux discours révolutionnaires sur les nouvelles technologies : « Cela paraît intéressant pour quelques applications très précises comme par exemple chercher un livre peu diffusé ou commander un billet d’avion – ce genre de choses. Pour l’enseignement aussi c’est peut-être pas mal, mais cela supposerait de faire un gros travail de préparation pour trier les informations et trouver des sites qui ne soient pas trop “gadget”… C’est sûr que ça attire les enfants parce que c’est très visuel, très graphique mais de là à en faire un outil vraiment pédagogique, je demande à voir… C’est peut-être encore un peu tôt pour s’en faire une idée. »

82S’il compte prendre un abonnement Internet prochainement, c’est sans doute parce qu’on presse sa femme d’avoir un compte de messagerie dans le cadre des formations professionnelles qu’elle suit actuellement. Lui-même ne pense pas vraiment utiliser le e-mail : « J’ai déjà du mal à écrire des cartes postales en été, alors correspondre régulièrement sur Internet, je vois pas trop… Et puis ma femme me traite d’ours parce que, si je vivais seul, je ne chercherais pas beaucoup à entretenir les relations avec la famille ou les amis. Enfin j’aime bien les voir, c’est pas ça, mais c’est vrai que je ne fais pas l’effort de prévoir des soirées ou des week-ends en famille. Par exemple c’est ma femme qui téléphone à ma mère pour fixer nos visites… Bref, si on a une messagerie un jour, je crois que ce sera plutôt elle ou les enfants qui s’en serviront… »

83Philippe n’aime pas « le côté commercial d’Internet ». La perspective de prendre un abonnement et de « se lier à un grand groupe du type Alcatel ou France Télécom » ne l’enchante guère : « C’est comme pour le portable. On pousse les gens à s’équiper même s’ils n’en ont pas vraiment besoin. Cela me paraît être très surfait, un peu gadget. Nous on a déjà fait le choix de ne pas avoir de télévision lorsque les enfants sont nés, alors vous savez… On n’est pas trop TF1, Disney et compagnie. Je préfère que mes enfants lisent de bons livres pour enfants où il y a une vraie intention de la part de l’auteur de faire passer quelque chose plutôt que de les mettre face à des produits stéréotypés, de grande consommation. Enfin on n’a pas toujours le choix : c’est comme les poupées Barbie par exemple. J’aime pas du tout ça, je trouve ça moche, mais si on ne leur en avait pas achetés aux filles, elles nous auraient tannés jusqu’à l’adolescence ! »

84Philippe ou sa femme se rendent à la médiathèque de Cavaillon les samedis, surtout pour les livres pour enfants et pour emprunter quelques enregistrements audio ou des romans policiers. Depuis la naissance de leur fils, ils ont peu de temps pour sortir au cinéma, mais ils se débrouillent pour assister à des concerts à Avignon et, durant l’été, assister à quelques pièces de théâtre. Philippe lit Le Monde, auquel il est abonné, ne lit pas le supplément Interactif (même sort que le supplément Télévision ou Économie que ne partage pas le supplément Livres qu’il lit régulièrement) et se tient informé en écoutant France Musique.

85Au foyer, il partage les tâches ménagères avec sa femme (à l’exception du repassage qu’il déteste faire). C’est en revanche cette dernière qui se charge des petits travaux de bricolage dans la maison ou de l’entretien de la voiture : « Moi c’est plutôt les courses, la cuisine ou la vaisselle : je suis presque une femme d’intérieur quoi… »

Le cédérom, un outil didactique

86Perçu comme un « complément pédagogique appréciable », le cédérom n’a aucune difficulté à s’affirmer comme étant un outil didactique de premier ordre. Mais là encore une distance est maintenue entre l’offre matérielle et le passage à l’acte qui imposerait sans doute, comme on le voit dans le cas de Jacqueline (E. 18), la présence d’intermédiaire, l’intercession de médiateurs compétents aux services des usagers.

18. Jacqueline, 38 ans, divorcée, institutrice à Grenoble.

87Jacqueline lit beaucoup la presse, Libération ou Le Monde. Si elle avoue n’avoir jamais utilisé Internet ou même l’informatique, cela lui semble intéressant : « J’ai eu l’occasion de lire quelques articles là-dessus et d’en discuter avec des collègues. A priori, on devrait pouvoir faire des choses intéressantes avec les enfants. Pour les activités d’éveil notamment, il deviendra possible d’aller chercher des images ou des documents sur Internet. En histoire ou en géographie également. Il y a beaucoup d’écoles qui animent un journal interne et qui proposent des échanges. En tout cas, cela doit être un complément pédagogique appréciable. […] Pour l’instant nous ne sommes pas encore équipés en informatique dans mon école mais il est question de cela pour l’an prochain. Il faudrait d’abord que l’on se renseigne plus précisément pour savoir ce qui est fait dans ce domaine, que l’on se documente un petit peu pour ne pas se lancer tête baissée. […] Nous formons une bonne équipe donc je pense que nous ne devrions pas avoir trop de difficultés à mettre sur pied une démarche construite pour nous préparer à l’informatique et à tout ce que l’on peut faire ou éviter de faire. »

88Elle n’a jamais été formée à l’informatique mais Jacqueline ne pense pas vraiment à cela comme un handicap : « L’Éducation nationale a toujours eu un problème pour former ses personnels enseignants. Je ne crois pas qu’on puisse attendre beaucoup de ce côté. Non… J’ai un collègue qui s’y connaît pas mal visiblement et il nous a proposé de nous montrer comment nous en servir, c’est sans doute la meilleure solution. »

89Malgré ces perspectives proches, elle n’a pas remarqué les initiatives de la médiathèque Grand-Place concernant l’offre en produits multimédias : « Non, je ne savais pas qu’il y avait ça là-bas. Vous parlez des ordinateurs qui servent à trouver les documents ? […] Non ? Ah… Mais moi je ne vais jamais dans la vidéothèque, je n’ai pas de magnétoscope chez moi. »

90Il semble en effet que les visites de Jacqueline à la médiathèque soient relativement brèves (« en général, je ne reste pas plus qu’une demi-heure, trois quarts d’heure à la limite ») et que ces choix demeurent circonscris à certains rayons bien déterminés : « Les romans, sauf les policiers, et de temps en temps les guides de voyages ou le rayon sciences sociales. En dehors de ces rayons, point de salut ! Non, sérieusement, je crois que c’est à peu près tout ce que je consulte là-bas. […] Il y a beaucoup de livres que je préfère acheter, pour les garder chez moi et les relire quand j’en ai envie. Donc je ne vais pas forcément à la bibliothèque très régulièrement, cela dépend un peu des moments. Il y a des mois où j’y serais presque tous les quinze jours et à d’autres moments, ce serait plutôt une fois tous les deux ou trois mois, je rapporte mes livres et je m’en vais… »

Sociabilité familiale et amicale et rapport au multimédia

91Il existe deux modalités principales d’accès ou de contact avec le multimédia, l’incitation familiale et la confrontation professionnelle à des outils de travail comme le traitement de texte, les messageries ou les traitements numérisés de l’image et du son. Dans le premier cas, on ne compte pas les exemples où le contact avec les nouvelles technologies est aménagé grâce à un fils, une fille (E. 14), un frère (E. 11), un petit fils ou un compagnon. Pour ne citer que quelques exemples parmi d’autres, Danièle (E. 1) a acheté un micro-ordinateur sur les conseils d’un fils, lui-même converti grâce à sa profession de cadre dans une PME ; Sophie, (E. 5) se confronte à l’outil – tout en lui résistant – par la présence du poste multimédia de son compagnon ; Louise (E. 13) enregistre et réagit aux incitations de son petit-fils, etc.

92Il reste que la grande proximité entre mari et femme, entre parents et enfants ou grands-parents et petits-enfants ne constitue pas le fi l conducteur principal d’une curiosité envers les nouveaux outils – et, partant, d’une conversion éventuelle – dont on peut difficilement chercher le chiffre au travers d’entretiens.

14. Pascale, 42 ans, mariée et mère d’une fille de 11 ans, femme au foyer résidant à Grenoble.

93Depuis la naissance de sa fille, Pascale a cessé de travailler comme vendeuse de prêt-à-porter féminin. Accompagnée de son mari architecte, Pascale déclare sortir fréquemment, « au moins une fois par semaine, pour aller au restaurant avec des amis, voir un film, une pièce de théâtre ou un concert de jazz. Il suffit simplement que je m’y prenne un peu à l’avance pour faire garder Laure (sa fille) ».

94Dans son couple, les rôles domestiques sont clairement définis : « Mon mari travaille beaucoup, au bureau ou à la maison. Donc c’est moi qui m’occupe de la maison et de l’éducation de notre fille. Même s’il travaille un jour sur deux à domicile, je le vois plutôt pendant les week-ends : en fait, il s’enferme dans son bureau pour travailler et j’essaie de ne pas le déranger. […] Là-dedans, c’est son territoire : il n’est pas très ordonné, c’est un véritable bazar, son bureau, alors je n’y vais pas souvent. Tout ce que je lui demande, c’est de ne pas nous envahir avec ses papiers ! »

95C’est essentiellement son mari qui utilise l’informatique et Internet ; Pascale ne s’est jamais beaucoup intéressée aux ordinateurs : « J’ai essayé une fois de jouer avec ma fille, mais j’étais presque tétanisée, cela allait beaucoup trop vite pour moi et, en fait, cela m’a plus stressée qu’autre chose. […] Thierry (son mari), lui, a pris un abonnement pour le Web, mais moi je ne m’en suis jamais servie. Parfois il me donne une recette de cuisine qu’il a trouvée ou une histoire drôle. À part ce genre de choses, je ne sais pas trop à quoi cela lui sert. Pour le travail, je crois qu’il l’utilise un peu comme un fax, pour échanger des courriers. Enfin, comme je vous l’ai dit, c’est plutôt de son domaine et je ne m’en occupe pas. »

96Il est pourtant arrivé à Pascale d’emprunter des cédéroms pour sa fille à la bibliothèque, sur la demande de cette dernière ou de son mari. En général, c’est elle qui se rend à la médiathèque pour emprunter les ouvrages dont ils lui « passent commande. Pour ma fille, je choisis souvent ou alors je l’emmène avec moi les samedis matins. […] Pour les cédéroms, je regarde un peu le descriptif de la boîte, je vérifie si cela correspond bien à son âge. Après, elle demande à son père pour l’utiliser sur l’ordinateur. »

97Lorsqu’on l’interroge sur les éventuels conséquences de l’apparition des nouvelles technologies, Pascale se déclare « incompétente pour en parler » et en tout cas très peu intéressée : « Les cédéroms, c’est peut-être un petit plus pour les enfants, ça leur permet d’apprendre des choses plus facilement que dans les livres. Mais, je vous dis, je ne sais pas trop… Je ne me suis pas vraiment mise à l’informatique, moi les ordinateurs, ça me stresse. Je préfère faire autre chose, lire ou faire des balades plutôt que de rester plantée devant un écran. »

11. Stéphanie, 19 ans, célibataire, étudiante en droit (BnF).

98Stéphanie, qui ne dispose pas d’ordinateur à domicile, utilise surtout Internet pour accéder à des bases de données juridiques et préparer les travaux qu’exige sa licence de droit. C’est son frère aîné, « un vrai accro de l’informatique », qui l’a initiée à l’informatique et à l’utilisation des moteurs de recherches : « Au début, il y a encore quelques mois, je passais beaucoup de temps pour me retrouver avec des résultats assez maigres… Je n’arrivais pas à cibler suffisamment mes questions et je ne connaissais pas les bons sites, ceux sur lesquels on peut trouver des références précises, des compléments d’information vraiment exploitables. Et puis, à force, j’ai fini par comprendre quels étaient les mots-clés les plus pertinents et les moteurs de recherches les plus efficaces. Dernièrement, j’en ai découvert un qui interroge plusieurs moteurs à la fois, Metacrawler : ça prend un peu plus de temps mais souvent, on trouve des sites que l’on aurait pas eu si on était passé par Yahoo ou Alta vista. »

99En dehors des avantages pratiques qu’elle retire de l’utilisation d’Internet dans le cadre de ses études, Stéphanie s’intéresse de près aux problèmes juridiques qui découlent de l’apparition des nouvelles technologies : « Ça pose par exemple la question des droits d’auteurs… C’est une question souvent abordée, mais n’empêche qu’avec la multiplication des supports, il devient très compliqué de faire respecter les droits sur un texte. […] Il y a aussi tous les problèmes qui sont liés aux nouvelles formes d’organisation du travail qui commencent à apparaître : les contrats de travail vont devoir sacrément évoluer si le télétravail se développe par exemple, ou si une même personne veut partager son temps entre plusieurs entreprises tout en restant chez elle… Enfin, ça ouvre plein de perspectives juridiques et je trouve pas mal d’articles intéressants là-dessus en consultant Internet. »

100Contrairement à d’autres étudiants de son âge, essentiellement des garçons il est vrai, Stéphanie ne semble pas éprouver de grosses difficultés pour se discipliner lors de ses utilisations d’Internet : « Non, moi quand je me connecte, j’ai déjà préparé ce que je veux faire et ce que je dois trouver. Tant que je n’ai pas eu mes réponses, je n’abandonne pas. Je ne dis pas que je n’envoie pas des mails à mes copines de temps en temps, mais alors c’est seulement quand j’ai terminé avec le reste ou que je suis en avance son mon planning… Je ne sais pas… C’est vrai que je suis une bosseuse, mais sinon je n’aurais pas réussi à passer mes premières années de fac, celles qui sont les plus dures : quand on voit pas mal de ses amis qui plantent leur année, si on est un minimum motivée, on comprend vite qu’on a intérêt à être rigoureuse dans son travail… »

Conclusion : une révolution sous observation

101Le ton de la plupart des entretiens frappe par la présence de charges critiques modérées, orientées par un souci d’évaluation, de mesure et d’inventaire. La rareté des réactions épidermiques – celle que nous livrons pour clore ce chapitre (E. 15) apparaît comme un cas isolé – signale que, au moins parmi les usagers des bibliothèques, les discours idéologiques sans retenue et sans freins ne sont pas légion.

102À cet égard l’attitude modérée, non manichéenne de Jacqueline (E. 18), comme on le voit dans l’extrait qui suit, n’apparaît pas comme exceptionnelle, la critique est ici exprimée de façon mesurée et sans emphase.

103Une posture typique, dont l’entretien 10 donne ici la mesure, traduisant l’état d’esprit de ceux qui ont participé à ces entretiens, peut ainsi être caractérisée par le désir de voir ces outils à l’œuvre, de saisir en contexte leur pertinence, mais aussi d’affirmer que les « consommateurs » de tous poils – y compris les lecteurs des bibliothèques – ont voix au chapitre et doivent pouvoir s’exprimer à propos des options et des orientations prises par les décideurs.

18. Jacqueline, 38 ans, divorcée, institutrice à Grenoble.

104À propos de la concurrence supposée entre le livre et les nouvelles technologies, Jacqueline se montre très amusée : « Non, non… Vraiment… Les enfants adorent les livres quand on les y amène correctement… Il y a peut-être des âges où la télévision ou les jeux vidéo prennent un peu le pas sur la lecture mais, en général, cela passe et le livre reste au centre de leurs intérêts. Je ne m’inquiète vraiment pas pour ce genre de choses… Pas plus que d’habitude. Intéresser les enfants à la lecture, cela fait partie de notre métier et, au contraire, l’ordinateur est peut-être un moyen d’y arriver avec des élèves qui auraient des difficultés normalement. Enfin je pourrai sans doute mieux vous répondre l’an prochain. »

10. Michel, 30 ans, médecin célibataire résidant à Clichy.

105Michel se rend dans les salles de lecture de la BnF pour passer quelque temps à lire des revues scientifiques ou des ouvrages de littérature étrangère. Les ordinateurs qu’il utilise là-bas lui servent ponctuellement à trouver un ouvrage précis. Lorsqu’il trouve un poste Internet libre, il lui arrive également de consulter des sites d’information médicale ou d’envoyer quelques messages à des amis ou des connaissances via Caramail : « C’est assez pratique mais comme je viens plutôt là le week-end, c’est rare que je trouve une place libre… Je ne sais pas toujours ce que je vais chercher, des fois j’improvise, je laisse mon imagination décider. Je suis quand même plutôt livre parce que lorsque je trouve un article qui m’intéresse, c’est plus facile de prendre des notes que devant un écran. »

106Les débats sur les nouvelles technologies et l’informatisation dans nos sociétés prennent chez Michel une couleur singulière, particulièrement alimentée par la question de la carte Sésame Vitale, prévoyant de pousser les médecins à s’informatiser et à échanger des informations en réseau avec la Caisse d’assurance maladie afin de réduire les dépenses de santé publique : « C’est vraiment l’exemple typique de ce qu’il ne faut pas faire : on demande aux gens de s’informatiser sans vraiment avoir pris la peine de leur demander leur avis ! C’est vraiment scandaleux parce que l’on sait que les réseaux posent beaucoup de problèmes en termes de sécurité et de confidentialité. À mon avis, cela illustre bien les risques de dérapages qui sont liés à l’extension de l’utilisation des nouvelles technologies : on veut aller trop vite, sans prendre réellement le temps d’envisager toutes les conséquences que cela pourrait avoir. Moi je suis très réservé là-dessus : par exemple, je n’ai aucune envie de laisser mon numéro de carte bleue sur Internet, je n’ai pas trop confiance. Pour la carte Sésame Vitale, c’est pareil : ce n’est pas parce que ce sont les pouvoirs publics qui vont gérer l’affaire qu’il faut être rassuré, au contraire ! Il n’y a qu’à demander aux chercheurs du rez-de-jardin s’ils sont contents de la manière dont on s’y est pris pour informatiser la BnF, je crois pas qu’ils soient nombreux à faire encore confiance à l’État pour organiser et gérer ce genre de questions ! »

107Quelles que soient les possibilités qu’il entrevoit dans l’utilisation des réseaux, Michel reprend avec insistance l’idée selon laquelle il ne faudrait pas vouloir « aller trop vite », qu’il conviendrait de se montrer prudent dans les applications qui pourraient être faites des nouvelles technologies : « C’est sans doute très bien, on pourra faire beaucoup de choses à l’avenir, mais je ne crois pas que les gens y soient vraiment préparés. Peut-être qu’ils vont s’y intéresser, mais on ne peut quand même pas leur demander d’y passer aussi rapidement. Il y a beaucoup de mes patients, pas tous âgés d’ailleurs, qui risquent d’avoir beaucoup de mal à comprendre à quoi leur servira cette carte, ce que cela va leur apporter. Et ce n’est sans doute pas moi qui vais leur expliquer ! »

15. Christophe, 25 ans, célibataire, étudiant en histoire. Résidant à Cavaillon.

108Christophe n’a ainsi jamais utilisé Internet, mais il se montre intarissable lorsqu’il s’agit d’en parler. Selon lui, ce genre de technique présente de grands dangers : « D’abord, je suis absolument contre le fait de remplacer le livre par l’informatique. Je ne vois pas pourquoi on dépense de l’argent là-dedans alors que pour le prix d’un ordinateur, une bibliothèque pourrait acheter un nombre considérable de livres ! On risque de faire disparaître les vrais auteurs si on continue comme ça, en mettant des ordinateurs dans les écoles, au bureau, à la fac. Je ne pense pas qu’on trouve la même qualité d’édition sur Internet et dans l’univers du livre. Pour la littérature, il y a une longue tradition et on voudrait que les gens laissent un peu ça de côté pour aller surfer sur Internet… Je crois que ce serait une grosse erreur… Les journalistes à la Bonaldi sont vraiment dingues d’informatique, de tout ce qui est nouveau mais, à les entendre, on n’a pas franchement l’impression qu’ils lisent beaucoup. »

109Christophe, qui vit chez ses parents, utilise leur « vieil ordinateur » pour mettre ses travaux universitaires en page et trouve ce genre d’activité « particulièrement abrutissante. Lorsque j’ai passé deux heures devant un écran, je suis vraiment vidé. C’est pour ça, je pense, qu’Internet n’est pas très adapté pour se cultiver, vu qu’on ne peut pas lire sur un écran de manière aussi efficace que dans un livre. […] Internet est quand même réservé aux plus riches, à ceux qui ont les moyens de mettre 6 000 francs dans l’achat d’un ordinateur ! Moi, tous ces discours autour des nouvelles technologies, ça m’énerve vraiment. J’espère bien que tout ça va un peu se tasser et que les gens vont arrêter de fantasmer là-dessus. Je veux bien que ça puisse être utile à certains, mais qu’on arrête de nous dire que c’est fantastique, la vraie révolution, et qu’on devrait tous baver là-dessus ! C’est quand même bien gadget comme invention, un peu comme les portables : il n’y a qu’à voir ce que les gamins en font… Au collège, il paraît que ça devient impossible de faire cours sans être interrompu par une sonnerie ! À quoi ça peut servir, un portable, à un gamin de 13 ans ? Les parents sont gagas devant la technique alors ils achètent n’importe quoi à leurs mômes. Bon, c’est leur problème, mais je vois pas pourquoi on est obligé de subir ça dans les bibliothèques… »

110Christophe affirme son attachement quasi exclusif aux livres en consacrant ses visites à la médiathèque aux imprimés, en se détournant de l’offre audiovisuelle. Seule exception notable, il emprunte beaucoup de CD audio qu’il choisit avec soin. Il se montre d’ailleurs aussi intarissable sur ses goûts musicaux (essentiellement tournés vers le blues et le jazz) que littéraires. Inversement, Christophe sort très rarement au cinéma : « Le ciné, j’aime pas trop… Je préfère les concerts… Non, j’ai du mal à me dire que je vais m’enfermer dans le noir pendant deux heures pour regarder un fi lm avec des types autour qui feront plein de bruit… Je sais, je suis un peu spécial ; c’est ce que me disent mes copains… Mais depuis que je suis petit, j’ai préféré lire : j’ai lu Balzac ou Hugo très tôt, alors que mes camarades de classe avaient déjà du mal à rentrer dans des romans beaucoup plus faciles. […] Mes parents sont d’un milieu très pauvre et ils ne m’ont pas beaucoup aidé pour l’école, alors le fait de lire beaucoup a sûrement été un atout pour moi. […] Il faut avoir l’envie de lire et y consacrer du temps. »

Notes

1 Emmanuel Pedler, Sociologie de la communication, op. cit., voir en particulier le point 2.1. « Pragmatique de la communication », p. 69.

Table des illustrations

Titre Tableau 6. Comparaison entre consultation d’Internet en bibliothèque et souvenir d’un site précis
URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/310/img-1.jpg
Fichier image/, 65k

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access