Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les bibliothèques municipales et leurs publics

 | 
Anne-Marie Bertrand
, 
Martine Burgos
, 
Claude Poissenot
, 
et al.

Deuxième partie. Droits d’usages. Les usagers non-inscrits des bibliothèques municipales

Chapitre II. Choix des sites et méthodes d’enquête

Martine Burgos

Texte intégral

1. Les sites

  • 1 Ainsi, à Issy-les-Moulineaux, beaucoup de jeunes fréquentent la médiathèque et ne se sentent pas t (...)

1Dans le choix des huit sites sur lesquels porte cette étude, nous avons tenu compte à la fois de l’environnement socioculturel dans lequel s’insère la bibliothèque mais également de l’importance, de la nature et de la diversité de l’offre culturelle qu’elle propose. Dans cette perspective il nous avait paru souhaitable de comparer bibliothèque de quartier, bibliothèque centrale, médiathèque, établissements installés dans des zones résidentielles, d’activités commerciales, quartiers bourgeois ou quartiers populaires. Nous avons finalement renoncé à enquêter dans une bibliothèque de quartier, faute d’usagers non-inscrits à interviewer. Force est de constater, en effet, que ce phénomène paraît caractéristique des bibliothèques dont la taille est suffisamment importante pour que les personnes qui désirent y déambuler ou s’y installer pour lire puissent le faire librement sans craindre d’être repérées comme étrangères, voire intruses, et obligées de se présenter, c’est-à-dire de rendre administrativement raison de leur présence1. Cela étant, la taille de la bibliothèque ne paraît pas une condition suffisante à la fréquentation des usagers non-inscrits. Il leur faut trouver d’autres avantages, comme nous le verrons dans l’analyse des entretiens.

  • 2 Voir en annexe une description plus précise des différents sites de l’enquête.

2Finalement, le choix des sites a été dicté par la recherche de la diversité des publics touchés, des environnements socioculturels et des conditions d’accès aux équipements. La variété des lieux retenus est à la fois liée à l’histoire (quartiers anciens / ville nouvelle), à la géographie (milieu urbain / rural), à l’économie (zone résidentielle / zone d’activité), au social et au culturel (quartier bourgeois / populaire, centre / périphérie, proximité d’établissements scolaires et universitaires). Le choix prend également en compte le type de l’équipement : bibliothèque ancienne ou récente, bibliothèque ou médiathèque… et son degré d’ouverture, en fonction, en particulier, de la gratuité ou du caractère payant de l’accès aux différents services. Trois zones urbaines ont été exploitées : les agglomérations de Metz, Nancy, Paris auxquels on a joint une bibliothèque située en zone rurale. Capitales régionales, Metz et Nancy sont des villes géographiquement proches et quelque peu rivales. Leur comparaison nous a intéressés en raison de leurs caractéristiques sociohistoriques extrêmement différentes, tant du point de vue de leur rôle économique et culturel dans la région que de leur fonction administrative, ou encore de leur vocation universitaire, de longue date et prestigieuse pour l’une, plus récente et plus ouverte aux nouvelles catégories d’étudiants pour l’autre. L’enquête lorraine a été menée dans les médiathèques du Pontiffroy, de Metz-Borny, de Nancy, de Laxou – commune limitrophe de Nancy – et à la médiathèque municipale de Morhange, à mi-chemin entre Metz et Nancy. Dans la région parisienne, trois sites ont été choisis : la bibliothèque municipale Elsa Triolet de Bobigny, la médiathèque d’Issy-les-Moulineaux et, à Saint-Quentin-en-Yvelines, la bibliothèque du Canal. Nous ne nous sommes pas interdits de prospecter aux alentours de ces sites principaux, en particulier lorsque ceux-ci faisaient partie d’un réseau. C’est ainsi que les contacts établis avec les bibliothécaires et les lecteurs de la médiathèque des Sept-Mares à Saint-Quentin-en-Yvelines nous ont été extrêmement précieux2.

2. Les aléas du terrain

  • 3 On trouvera en annexe la liste des personnes avec lesquelles nous avons eu un entretien.

3En consultant la liste des personnes interviewées3, on constatera que le corpus se répartit de manière inégale entre les différentes sites où s’est déroulée cette enquête : 6 usagers non-inscrits à la médiathèque du Canal et à celle de Laxou, 5 à Bobigny et à Nancy, 4 à la médiathèque de Morhange, 2 à celles d’Issy-les-Moulineaux, Metz-centre et Borny. La faiblesse numérique est patente. On voit bien par là que la connaissance de ces terrains est loin d’être « saturée ». Force est de constater que la majeure partie des usagers non-inscrits, à l’exception de cette poignée, a échappé au fi let de notre perspicacité, même aiguisée par les séjours prolongés que nous avons effectués dans chacune de ces bibliothèques. Encore une fois, notre ambition se limitait à repérer des attitudes, des comportements et des discours susceptibles de donner des contours individualisés aux résultats statistiques et d’en problématiser les énoncés.

  • 4 Voir supra, p. 29.
  • 5 Op. cit.
  • 6 A.-M. Bertrand, J.-F. Hersent, art. cit. p. 8-16.

4Le taux de succès de notre quête des non-inscrits (le rapport du nombre de questionnaires filtrants proposés au nombre d’usagers non-inscrits ainsi identifiés) a varié d’un site à l’autre, d’un jour à l’autre. Ainsi, dans les médiathèques de Nancy et de Laxou, il a été constaté que la proportion de ceux qui déclarent ne pas être inscrits paraît plus faible que celle repérée dans des enquêtes quantitatives. C’est au mieux une personne contactée sur sept qui se déclare dans ce cas contre environ trois sur dix selon l’enquête « Expérience et image des BM4 » ou l’enquête « Pratiques culturelles des Français5 ». L’explication de ce décalage se trouve en partie dans le fait que, dans un cas, la proportion est mesurée sur la totalité de ceux qui ont visité au moins une fois la bibliothèque dans l’année alors que dans l’autre elle l’est sur ceux qui entrent dans cet équipement. On sait que si les non-inscrits sont des « séjourneurs », ils viennent moins souvent à la bibliothèque6. Deux tiers des usagers non-inscrits interrogés par questionnaire viennent moins souvent qu’une fois par mois, c’est-à-dire à une fréquence si faible qu’ils sont peu visibles.

5Notre souci de recueillir des entretiens auprès d’une population diversifiée a encore accentué la difficulté. C’est le cas pour les personnes âgées, en général plus volontiers inscrites. Peut-être cette difficulté réside-t-elle également dans des usages différents de la bibliothèque. À titre d’exemple : une femme de 70 ans est contactée à l’entrée de la bibliothèque en compagnie de sa petite fille actuellement en vacances chez elle. Non-inscrite, elle décline la proposition d’entretien au motif qu’elle ne « vient jamais ». Alors que l’enquêteur insiste pour obtenir l’entretien, elle met un terme à la conversation en déclarant : « Je vous ai tout dit Monsieur ! » De la même façon, une autre vieille dame a refusé de répondre à nos questions au prétexte que sa visite était motivée par la visite de l’exposition temporaire qui se tenait au rez-de-chaussée de la médiathèque.

6Des circonstances fortuites ont pu contribuer à faciliter ou entraver le déroulement de l’enquête, un obstacle pouvant s’avérer un facteur d’enrichissement. Ainsi, au terme de cinq jours de présence à la bibliothèque Elsa Triolet, le bilan apparaît mitigé – au plan de la quantité d’entretiens obtenus. En revanche, le terrain s’est avéré passionnant parce que la question de l’inscription, c’est-à-dire de la détention d’une carte de la bibliothèque qu’on peut présenter à la demande, se pose, au moment où débute l’enquête, avec une acuité bien particulière.

7En effet, à la rentrée, des incidents ont eu lieu, qui ont mis aux prises des membres du personnel et la famille d’un jeune, expulsé de la bibliothèque en raison de sa conduite. L’expulsion s’était déroulée dans un climat assez tendu. Pour limiter les risques d’autres incidents semblables, le personnel a souhaité que l’on « filtre » les lecteurs à l’entrée de l’établissement, en particulier les mercredis et samedis après-midi, moments où les adolescents sont les plus nombreux et, parmi eux, des fauteurs de trouble, souvent non-inscrits. Lorsqu’un jeune se présente sans sa carte, une personne de la bibliothèque, postée à l’entrée, lui demande de fournir, à défaut de carte d’identité, un document quelconque permettant de l’identifier, carte de lycéen, carte de club sportif, par exemple. Les bibliothécaires souhaitent ainsi décourager les jeunes qui tiennent absolument à conserver un anonymat derrière lequel ils s’abritent et qu’on peut donc soupçonner du pire. Les autres, ceux qui sont admis, ont eu tôt fait de remarquer que les adultes étaient exemptés de ce contrôle. D’où un sentiment d’injustice qui les fait parler : les inscrits se sentent victimes d’une suspicion imméritée et, naturellement, solidaires de leurs camarades non-inscrits. Tous se considèrent stigmatisés, en raison de leur âge ou de leur origine sociale, ethnique, de leur milieu, assimilés à la « racaille », comme une jeune fille le dira. Ce réflexe de solidarité se comprend puisque, de fait, absolument rien ne distingue, au plan socioculturel, les jeunes usagers non-inscrits de Bobigny (ou d’ailleurs) de leurs camarades inscrits (même âge, mêmes milieux, mêmes quartiers, mêmes établissements scolaires) si ce n’est les aléas d’une histoire personnelle qui rendent l’inscription plus ou moins désirable ou nécessaire.

8Pour tempérer la rigueur (toute relative d’un point de vue matériel mais certainement pas au plan symbolique) de la mesure, les bibliothécaires ont d’ailleurs lancé une grande campagne d’inscription, encourageant les jeunes à prendre une carte (rappelons qu’à Elsa Triolet l’inscription et l’emprunt sont rigoureusement gratuits, il n’y a donc aucun obstacle économique à cette démarche). Le nombre des usagers non-inscrits s’est donc trouvé raréfié d’un coup. Ces événements dont la conséquence pratique (généraliser l’inscription) constituait une gêne pour l’enquête (si l’on s’en tient à une définition formelle de la population à enquêter) se sont finalement avérés plutôt une chance puisque les enjeux de la démarche d’inscription devenaient un objet de débat et de réflexion, concret et actuel, pour les bibliothécaires comme pour les usagers.

  • 7 Par exemple, elles ne passaient pas par la « case départ », pour reprendre l’expression d’un bibli (...)

9Même en tenant compte de cette situation particulière, il semble que, d’une manière générale, les usagers non-inscrits soient un peu plus difficiles à circonvenir à Bobigny qu’à la médiathèque du Canal, par exemple. Pour donner une idée : sur 23 personnes ayant répondu au questionnaire filtrant, préalablement sélectionnées parce qu’elles présentaient un certain nombre de caractéristiques ou de traits de comportement7 qui pouvaient permettre de les identifier comme usagers non-inscrits et qui furent contactées selon des modalités diverses (présentées par les bibliothécaires, abordées au rez-de-chaussée, dans la partie presse et magazines, ou à l’étage, dans la salle de lecture), un seul adulte et trois adolescents étaient de vrais usagers non-inscrits.

10À Issy-les-Moulineaux, certaines dispositions prises par la direction de la bibliothèque pour restreindre le séjour d’un public jugé indésirable a rendu ces usagers non-inscrits, avec lesquels nous aurions souhaité prendre contact, rares et méfiants. En effet, au moment où l’enquête débutait (juin 1998), un groupe d’amateurs de vidéo avait pris l’habitude de fréquenter assidûment les lieux, voire de les « squatter », et pesait assez lourdement sur le fonctionnement de la bibliothèque. Ces usagers – non-inscrits « à 100 % » d’après le directeur de la médiathèque – étaient d’un genre particulier, personnages inattendus dans un établissement installé au centre d’une ville prospère, impressionnant par sa modernité et le raffinement de ses aménagements intérieurs : tous des hommes et, pour la plupart, portant les marques de la marginalisation et même de l’exclusion, SDF venus de Paris, investissant les lieux dès l’ouverture, surtout les postes de consultation vidéo, en particulier le dimanche. Leur nombre était en augmentation sensible depuis deux hivers, comme s’ils s’étaient « donné le mot ». De l’avis du directeur, il ne s’agissait pas d’un public « difficile » au sens qu’on donne habituellement à ce terme : ils étaient silencieux, pas indisciplinés. Ils s’installaient dans les fauteuils, devant l’écran de télévision, et n’en bougeaient plus de la journée. En dehors de l’hygiène, ils ne posaient donc pas de problème particulier mais le personnel en avait peur parce qu’ils croyaient deviner, chez ces hommes, une violence latente prête à éclater à tout moment. Il est arrivé que l’un d’eux explose parce qu’on l’avait contrarié, qu’on lui avait refusé quelque chose. Le personnel ne savait pas comment réagir. En outre, beaucoup de ces hommes étaient alcooliques. Les autres usagers qui n’avaient plus accès aux installations vidéo, tournaient autour mais n’osaient rien dire et n’intervenaient pas. L’autodiscipline qui, d’habitude, règle les rapports entre les usagers ne fonctionnait plus dans ce cas. En l’absence d’une solution alternative à la bibliothèque (un foyer de jour), la bibliothèque a continué d’accueillir ces hommes à la dérive, mais des mesures ont été prises pour réduire la durée de leur séjour : le nombre de cassettes vidéo à visionner sur place a été limité, on n’a autorisé l’écoute des disques qu’aux détenteurs de cartes, etc. En tout cas, le message implicite véhiculé par les dispositions administratives a bien été entendu. Ce qui ne faisait pas notre affaire. Ces mesures ont certainement découragé beaucoup de ces personnes de fréquenter la bibliothèque, nous privant par là même de la possibilité de les rencontrer.

  • 8 La médiathèque d’Issy-les-Moulineaux continue cependant d’assumer une fonction d’accueil irremplaç (...)

11Peut-être ces personnes à la dérive auraient-elles été plus difficiles à aborder que certains lecteurs en difficulté que nous avons pu interviewer à Nancy, Saint-Quentin ou Bobigny. Ces derniers, engagés sur la voie d’une marginalisation dont ils étaient bien conscients, s’attachaient à la bibliothèque comme à un lieu d’information et de sociabilité ce qui, pendant une période de chômage (sur le caractère provisoire ou définitif duquel elles ne se prononçaient d’ailleurs pas), leur permettait de maintenir le contact avec l’univers du travail, le monde ordinaire, « normal », auquel ils voulaient se sentir encore appartenir. Il semble au contraire que les exclus, réfugiés à la bibliothèque d’Issy-les-Moulineaux, faute d’un autre endroit où s’abriter contre le froid, silencieux et disciplinés, s’étaient organisés, se débrouillaient entre eux pour survivre dans une situation de misère à laquelle on peut craindre qu’ils étaient résignés. En dépit des mesures prises pour, sinon leur interdire l’accès à la discothèque, leur en rendre du moins le séjour plus malaisé8, certains s’y retrouvent encore, avec des gestes et des allures de gens traqués ou de conspirateurs, regroupés dans des endroits cachés, à l’écart. Après un long entretien, obtenu sans difficulté particulière, avec un homme qui paraissait avoir avec ce groupe des relations privilégiées, à la fois protecteur et porte-parole – étant probablement lui-même en situation difficile sans qu’il le reconnaisse à aucun moment –, il nous a été impossible d’établir d’autres contacts.

12De même, nous ne sommes pas parvenus à toucher l’un ou l’une de ces adultes non-inscrits qui empruntent sur la carte de leurs enfants, catégorie difficile à distinguer des inscrits puisqu’ils ont les mêmes pratiques (ils empruntent) et qu’on peut supposer chez eux une certaine défiance à l’égard d’un enquêteur qui leur demanderait s’ils sont inscrits… En raison du montant élevé des droits d’emprunt et de la gêne que cette situation peut provoquer chez ceux qui tentent d’échapper à la dépense, la médiathèque d’Issy-les-Moulineaux s’est finalement avérée un terrain difficile.

13Pour des raisons différentes, la médiathèque de Morhange a également posé problème. Cet établissement a été sélectionné en fonction de caractéristiques géographiques, sociologiques et bibliothéconomiques précises (zone rurale, diversité relative des publics, variété de l’offre documentaire, etc.) et sur la foi de la bibliothécaire actuellement en poste. Assez vite, cependant, la rareté des usagers non-inscrits s’est imposée comme une évidence, imputable probablement à l’exiguïté relative des lieux pour la lecture sur place et, surtout sans doute, à l’attractivité du prêt de cassettes vidéo.

14Il est possible cependant que d’autres facteurs plus ou moins liés aux habitudes sociales et culturelles locales jouent. L’emprunt pour la famille, par exemple, ne semble pas un vain mot à Morhange : chaque semaine ou chaque quinzaine, ou mieux encore le samedi matin jour de marché, les mères passent à la bibliothèque pour faire le plein de livres pour la famille. Il y a tout lieu de penser, a priori, que l’intériorisation d’une représentation monovalente de la bibliothèque (la bibliothèque comme le bibliobus de naguère est avant tout une réserve de documents prêtés) joue également son rôle dans la fréquentation en « consommateur passager » (sur le modèle mis en œuvre dans le supermarché voisin).

  • 9 R. Ladefroux, M. Petit, Cl. M. Gardien, Lecteurs en campagne : les ruraux lisent-ils autrement ?, (...)

15On sait par ailleurs qu’en milieu rural9 les lectorats populaires ne s’autorisent que difficilement à exhiber publiquement une pratique de lecture légitime (dans cette perspective, « rester » à la bibliothèque c’est échapper et se dérober à des sociabilités plus communes et, dans certains cas, avoir manifestement « du temps à perdre » ou « ne pas savoir quoi faire de son temps ») ; quant aux lectorats plus cultivés des « notables » de campagne, on sait qu’ils dédaignent de s’afficher dans des espaces publics largement accessibles au commun, fussent-ils des lieux de culture légitime.

  • 10 François de Singly, « Les Jeunes et la lecture », Dossiers Éducation & Formations, n° 24, 1993, p. (...)

16À Morhange, le public des immigrés a fourni quelques cas intéressants d’usagers non-inscrits, malheureusement limités aux garçons. Et pourtant, on connaît bien en sociologie de la lecture le cas de ces jeunes filles immigrées pour qui la bibliothèque représente cet espace / temps « entre-deux10 » qui conjugue socialisation légitime (on échappe aux contraintes de la famille sans pour autant s’exposer aux dangers des sociabilités de rue) et compromis culturel (ce n’est ni le travail ascétique et solitaire de la maison, ni le divertissement frivole et coûteux des filles pas sérieuses ou argentées). Dans ce contexte, la fréquentation se suffit à elle-même. Ne pas emprunter fait même le jeu du « dédoublement culturel » qui permet de ne pas ramener dans la famille de la culture écrite savante et d’éviter ainsi toute agression symbolique.

17La jeune lycéenne d’origine turque à qui nous avons essayé en vain de proposer un entretien s’inscrivait peut-être dans cette logique culturelle. C’était sa première venue, aux dires de la bibliothécaire ; elle consulta assez rapidement et discrètement dictionnaires et encyclopédies, mais resta quasiment muette et se montra assez visiblement terrorisée à l’idée de s’entretenir avec un inconnu (un homme de surcroît) de sa pratique de la bibliothèque. Comme si le mot « enquête » sonnait bizarrement…

3. Méthodes et procédures d’enquête

18La méthode de l’entretien semi-directif nous a paru la mieux adaptée à cette recherche qualitative, dont l’objectif est de préciser et parfois nuancer l’analyse des résultats statistiques présentés dans la première partie de cet ouvrage. Nous sommes naturellement bien conscients que la question de l’inscription ne peut pas se traiter de façon tout à fait satisfaisante hors contexte, hors discours : celui du lieu (la façon dont la bibliothèque est reçue et perçue par le quartier), des agents de l’institution (comment les bibliothécaires s’y sentent et s’y trouvent, leur perception de l’environnement, la définition de leur rôle ici et maintenant), des usagers (qu’est-ce qui les a conduits à entrer, fréquenter, selon quel mode, cette bibliothèque ? quel est leur rapport à la culture du livre et de l’écrit, aux institutions qui s’en réclament, la transmettent et la protègent ? etc.). De fait, cette enquête n’a pu prendre en compte que de manière marginale les deux premiers contextes de l’inscription, essentiellement à travers ce que nous en disent les usagers non-inscrits, sans nous interdire, comme il a été rapporté plus haut, de solliciter les témoignages des bibliothécaires et des autres usagers.

19Ce que nous avons souhaité mettre en évidence, à partir des entretiens, c’est l’histoire d’un rapport à la culture de l’écrit dont, encore une fois, la non-inscription n’est qu’un élément symptomatique quoique particulièrement révélateur. Cette histoire d’un usage commence bien en amont de l’entrée, pour la première fois, dans une bibliothèque. Le fait de pénétrer dans un lieu consacré à la lecture, au livre et à des médias depuis peu annexés à l’objet emblématique de la culture, est un épisode préparé de longue date par des événements qui s’articulent de manière complexe à la trame d’une vie. Dans le cours d’entretiens qui ne sollicitent pas à proprement parler un « récit de vie » de la part des personnes interviewées, nous avons collecté de nombreux fragments autobiographiques qui donnent à saisir la signification personnelle du geste de non-inscription. Ces informations permettent également, par regroupements et comparaison d’un entretien à l’autre, d’élaborer un projet de typologie de trajectoires sociales de lecteurs.

20Nous avons porté une attention particulière aux pratiques et comportements de lecture des usagers non-inscrits, ce à quoi nous invitaient les bibliothécaires, ne serait-ce que pour vérifier si ces publics avaient bien un (des) mode(s) spécifique(s) de perception et d’usage de la bibliothèque et confirmer ou infirmer la pertinence de la représentation tendanciellement dépréciative qu’en ont la plupart des professionnels, pratique d’évaluation trop marquée, à nos yeux, par un certain légitimisme culturel, et que tente de problématiser la démarche que nous avons privilégiée, plutôt inspirée par la sociologie compréhensive.

21Le guide d’entretien que nous avons élaboré répondait à un souci premier : ne pas dévoiler à la personne interviewée l’objet de l’enquête afin de permettre l’interprétation de la non-inscription comme un geste participant d’une logique personnelle, avant que de l’éclairer par le contexte socioculturel et / ou circonstanciel. Le fait de laisser à l’interviewé la liberté d’aborder de son plein gré le thème de l’inscription nous fournit un supplément d’informations. Il s’est avéré intéressant d’examiner le moment où le thème surgit, la manière dont il est introduit, à l’occasion de quelle question, avec quelle terminologie, etc.

22Avant toute chose, il nous fallait repérer et établir un contact avec des usagers non-inscrits. Nous avons recouru à un questionnaire filtrant proposé à l’entrée de la bibliothèque. Ce questionnaire comporte une demi-douzaine de questions très générales dont l’une, noyée au milieu des autres, concerne directement l’inscription. Nous ne sollicitions un entretien sur la lecture et la fréquentation de la bibliothèque en général qu’auprès des personnes qui nous avaient dit ne pas être inscrites, sans leur expliquer le motif de leur sélection. Ce moyen nous a semblé plus neutre et surtout moins stigmatisant que de solliciter les bibliothécaires pour nous désigner les usagers non-inscrits qu’ils connaissaient. Le recours aux bibliothécaires risquait de nous mettre dans une situation délicate au moment de la prise de contact. Que répondre, en effet, à la personne qui nous aurait demandé pourquoi nous avions choisi de l’aborder, elle, plutôt que ses voisins ? Cependant, dans quelques moments « désespérés », nous avons appelé les bibliothécaires à l’aide. Ajoutons que le caractère simpliste du questionnaire filtrant avait parfois un effet décevant sur certaines personnes bien disposées (mais inscrites) qui avaient accepté de répondre à nos questions et ne comprenaient probablement pas très bien ce que nous pourrions faire d’informations si succinctes. Lorsque la « chasse » aux usagers non-inscrits s’avérait par trop infructueuse, engendrant ennui et découragement, nous avons donc poussé l’échange hors-échantillon au-delà des questions prévues. Bien nous en a pris car nous avons ainsi pu recueillir l’opinion des usagers inscrits sur la non-inscription, révélatrice de la règle non-dite par rapport à laquelle chacun se détermine plus ou moins consciemment (quelques-uns de ces usagers inscrits ont manifesté une réelle surprise en apprenant que des usagers pouvaient ne pas être inscrits, à Bobigny, par exemple) et des témoignages intéressants sur les raisons qu’ils avaient eues, pour certains pendant plusieurs années, de ne pas s’inscrire. Cela confirme l’un des enseignements de cette recherche : être usager non-inscrit n’est pas un destin irrévocable.

23Nous sommes parvenus à constituer un corpus d’une trentaine d’entretiens, diversifié et relativement équilibré, indépendamment des variables classiques, en fonction de ce que nous avons pu apprendre et observer en cours d’enquête des groupes d’usagers où se retrouvaient le maximum de non-inscrits. Ainsi, quelques paramètres ont été retenus qui délimitaient des sous-groupes à l’intérieur de l’ensemble des usagers non-inscrits, en fonction notamment de certains indices de possible marginalisation : chômeurs, personnes âgées seules, jeunes immigrés… Si, dans notre corpus, les hommes sont deux fois plus nombreux que les femmes, cette différence correspond à l’apparente surreprésentation des hommes parmi les chômeurs, les lecteurs de presse, les jeunes qui fréquentent sans s’inscrire.

24Tel qu’il se présente, ce corpus nous a permis de traiter l’essentiel d’une problématique qui s’est construite au fur et à mesure que l’enquête progressait sur les différents terrains. Ce que nous apprennent ces 32 entretiens, dont la durée varie entre vingt minutes et deux heures, est complété par toutes sortes d’échanges informels, en tête-à-tête ou en petits groupes, avec les usagers, inscrits et non-inscrits.

25Notre corpus se décompose de la manière suivante :

26Du point de vue de l’âge, les usagers interviewés ont de 15 à 93 ans, avec une forte concentration sur les scolaires et étudiants. Les 25-54 ans constituent près de la moitié (14) de notre groupe. Ces personnes sont donc, théoriquement, dans la période la plus active de leur vie professionnelle. Il se trouve que parmi eux nous comptons cinq hommes dont la situation professionnelle est difficile ou incertaine (chômage, petit boulot), mais dont le parcours ni le statut social ne sont par ailleurs comparables : ouvrier spécialisé, pépiniériste, télévendeur, chef d’entreprise, Français de différents milieux et immigrés. Les deux hommes de la classe d’âge suivante (55-64 ans) sont l’un et l’autre en cessation d’activité (un instituteur de 57 ans à la retraite, un ouvrier de 55 ans au chômage depuis plusieurs années). Si la quasi-totalité des jeunes vivent au domicile de leurs parents, parmi les adultes il en est 13 qui vivent seuls (célibataire, divorcé, veuf, éloigné de sa famille par l’immigration) et seulement 8 en couple avec ou sans enfants. Enfin, plus du tiers des personnes interviewées sont immigrées ou Français d’origine étrangère. Les indices de la difficulté de vivre, les marques de la marginalité, voire de l’exclusion, sont fréquentes chez les hommes. Pour ces derniers, le geste de la non-inscription paraît associé à un événement personnel, une rupture avec l’activité professionnelle ou la vie de couple, qui permet ou rend nécessaire (par le temps qu’il libère ou la vacuité qu’il creuse dans l’existence) le rattachement à la bibliothèque (ou le maintien des liens avec un établissement depuis longtemps fréquenté) comme en une sorte de mouvement inachevé de réaffiliation, de maintien dans un espace de familiarité, ou une tentative de freiner un procès de désengagement social qui menace et détériore leur intégrité physique et psychologique. Les propos de ces hommes témoignent d’une situation personnelle soudainement frappée par un drame. Plus fréquemment que chez les femmes. Celles-ci sont plus jeunes : 8 sont étudiantes ou en formation. Même plus âgées, elles paraissent plutôt mieux intégrées sur le plan professionnel, social et / ou familial. On en jugera en comparant l’importance que prennent les relations amicales ou de voisinage, le rapport aux collègues, etc., dans les témoignages respectifs de Renée et de Jean, 70 ans tous deux, la première donnant l’impression de participer encore d’une sociabilité dense, par rapport à laquelle elle ne se prive d’ailleurs pas de manifester une certaine distance critique, tandis que le second se présente obstinément comme un original détaché de tout lien social ou affectif.

27Enfin, parmi ces usagers non-inscrits, on compte des lecteurs passionnés de littérature, des personnes qui ne viennent que pour consulter la presse ou des magazines spécialisés, rencontrer leurs copains, faire leurs devoirs, emprunter pour autrui, accompagner un enfant. Il nous semble avoir réuni suffisamment de témoignages pour que beaucoup des situations rencontrées ou évoquées par des tiers au moment où débutait cette enquête, aient pu être traitées. Il serait cependant fort présomptueux de prétendre que nous sommes parvenus à dresser une typologie complète des usagers non-inscrits. Nous espérons seulement que les usages non-inscrits les plus fréquents et les plus significatifs ont trouvé ici leur place.

Notes

1 Ainsi, à Issy-les-Moulineaux, beaucoup de jeunes fréquentent la médiathèque et ne se sentent pas tenus de s’inscrire. Ce qui n’est, apparemment, pas le cas à l’annexe qui propose un espace public beaucoup plus restreint (350 m2 seulement), dont l’accès est difficile à trouver (au premier étage d’un immeuble d’habitation, jouxtant un bureau de poste, par un escalier extérieur…). « Il faut vraiment savoir qu’elle existe… l’entrée, c’est absolument invisible… elle est impossible à trouver. » La banque d’accueil fait barrage à l’entrée, personne ne peut entrer sans passer sous le regard des bibliothécaires. Cet espace, peu accueillant à l’étranger, devient presque intime dès le moment où on y est admis. Beaucoup de jeunes fréquentent l’annexe. Les adultes y exercent un contrôle plus fort qu’à la médiathèque où le hall d’accueil, très grand, permet à chacun d’entrer et sortir sans susciter d’attention particulière. À l’annexe, les usagers non-inscrits sont beaucoup moins nombreux.

2 Voir en annexe une description plus précise des différents sites de l’enquête.

3 On trouvera en annexe la liste des personnes avec lesquelles nous avons eu un entretien.

4 Voir supra, p. 29.

5 Op. cit.

6 A.-M. Bertrand, J.-F. Hersent, art. cit. p. 8-16.

7 Par exemple, elles ne passaient pas par la « case départ », pour reprendre l’expression d’un bibliothécaire, où se fait l’inscription et l’enregistrement des livres empruntés ou rendus, c’est-à-dire qu’elles ne rapportaient aucun ouvrage avant de pénétrer dans la bibliothèque, ce qui pouvait les désigner, a priori, comme non-emprunteurs, partant non-inscrits.

8 La médiathèque d’Issy-les-Moulineaux continue cependant d’assumer une fonction d’accueil irremplaçable à l’égard d’une catégorie d’individus qui en ont particulièrement besoin. Même si le contexte n’est pas toujours aussi lourd, on peut s’attendre à ce que cette fonction d’accueil prenne de plus en plus d’importance dans les bibliothèque, ne serait-ce que comme conséquence de la valorisation des espaces, en termes de confort et d’horaires d’ouverture (la médiathèque d’Issy-les-Moulineaux est ouverte le dimanche). Il est également probable que plus les bibliothèques seront aménagées pour recevoir le public, plus le nombre d’usagers non-inscrits tendra à augmenter.

9 R. Ladefroux, M. Petit, Cl. M. Gardien, Lecteurs en campagne : les ruraux lisent-ils autrement ?, Bpi-Centre Pompidou, 1993.

10 François de Singly, « Les Jeunes et la lecture », Dossiers Éducation & Formations, n° 24, 1993, p. 184.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/bibpompidou/docannexe/image/256/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

Auteur

Chargée d’études à l’École des hautes études en sciences sociale (EFISAL)

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540