Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 6. Des Mots sur mesure à la Bpi

Chronique de cinq ans à l’écoute des publics

p. 140-193


Texte intégral

1Ce chapitre relate une expérience de cinq ans à proximité régulière des publics de la Bpi se présentant aux permanences d’écrivains publics proposées à la Bpi ; cette expérience est relatée au jour le jour dans des carnets de bord de permanence qui constituent la matière première de cette synthèse.

*

2Le collectif d’écrivains publics Mots sur mesure1 a été contacté par Gislaine Zanos en 2014. Celle-ci avait identifié au sein du public de la Bpi l’existence d’un besoin en assistance à l’écriture, notamment pour des démarches administratives. Elle avait la conviction que la Bpi était un lieu idéal pour répondre à cette demande.

3La mission de l’écrivain public est d’écrire à la place de l’autre. À une écoute attentive du besoin de l’usager, nous devons ajouter nos compétences d’écrivains, notamment pour des demandes de rédaction de toute nature, privée ou administrative, et à nos compétences d’écrivains, nous devons adjoindre une parfaite connaissance des instances administratives, sociales et judiciaires.

4Notre clientèle est essentiellement privée, mais nous travaillons aussi au sein d’administrations ou de points d’accès au droit. Notre métier évolue avec un accompagnement de plus en plus nécessaire dans le cadre d’une dématérialisation à marche forcée. Les administrés se trouvent souvent complètement démunis dans leur dialogue interrompu avec les services, notamment publics. Les informations ne s’échangent plus de façon concrète par un courrier reçu ou un entretien téléphonique ou sur rendez-vous, mais par le biais d’un lien informatique qu’ils ne maîtrisent pas autant que leurs besoins l’exigeraient. Nous avons également une activité qui consiste à pourvoir le besoin d’écrire de conseils qui vont de l’amélioration orthographique, typographique ou syntaxique jusqu’à parfois un affranchissement de ces règles d’écriture pour libérer l’expression. Habituellement, les usagers des permanences2 d’écrivains publics qui viennent nous trouver ont un besoin précis d’une écriture de courriers pour obtenir des réponses à des demandes d’information, des recours, des contestations, des supplications, des mises en demeure et autres nécessités de laisser une trace écrite d’une action de leur part. Nous traitons quantité de demandes dans un temps limité et avec l’obligation de trouver rapidement dans un dossier parfois confus l’objet réel de la demande. Mais comme vous le découvrirez plus loin, les usagers de la Bpi ont étendu notre champ d’action par la diversité de leurs requêtes.

5Nous avons répondu avec enthousiasme à la demande de Gislaine Zanos. Pouvoir travailler dans ce lieu mythique était très excitant pour nous, et même si le travail à accomplir était contractuellement le même que celui que nous assumions en permanence dans les autres lieux de nos interventions, le faire à la Bibliothèque publique d’information du Centre Georges Pompidou donnait un lustre à notre activité encore faussement entachée de l’image passéiste du scribe assis devant son échoppe. Le centre Beaubourg nous éclaboussait joyeusement d’une modernité qui nous enthousiasmait. Les permanences ont été mises en place rapidement. D’une durée de 2 heures et demie, à raison d’une fois par mois, avec un décalage lors des vacances scolaires, le temps réservé à chaque usager est de trente minutes. Les horaires et les jours varient, ce qui nous permet de toucher des publics différents selon le moment où ils fréquentent la Bpi. La salle où nous recevons les usagers est un espace fermé, respectant le besoin de calme et de confidentialité. Nous avons à notre disposition un ordinateur, une imprimante et un accès Internet. Nous sommes six écrivains-conseils de Mots sur mesure qui nous relayons pour assurer cette permanence mensuelle. Notre métier est régi par une charte3 qui conditionne notre relation avec les usagers autant qu’avec la Bpi où nous officions. Cela concerne, entre autres obligations, le devoir de confidentialité, le respect du temps imparti à chacun, la ponctualité et un devoir de conseil qui, dans un contexte juridique, s’inscrit dans le respect du monopole de la profession d’avocat.

6Le public est informé de notre présence sur le site Internet de la bibliothèque et au moyen d’annonces sonores le jour même de la permanence. Chaque usager intéressé doit alors s’inscrire au préalable auprès du bureau d’accueil. Ces annonces étaient répétées 30, 15 et 5 minutes (avec une éventuelle relance si des créneaux n’étaient pas réservés) avant le début de la permanence jusqu’en 2017. Elles sont désormais réduites à une seule annonce, ce qui limite un peu la bonne diffusion de la communication et l’attribution des créneaux. Du fait de ce signalement le jour même, les personnes qui désirent bénéficier de la présence d’un écrivain public n’ont pas toujours avec elles les dossiers qu’elles auraient souhaité nous soumettre. Cela explique peut-être pourquoi le public que nous rencontrons diffère assez largement du public de nos autres permanences.

Appropriation du dispositif des permanences à la Bpi

7Le public rencontré à la Bpi est totalement différent de celui de nos permanences habituelles. L’étude approfondie de nos comptes rendus réguliers montre que 70 % des usagers de ces permanences sont des étudiants, français ou étrangers, ayant besoin de travailler sur leur lettre de motivation, leur CV, un rapport de stage, ou décrocher un premier emploi. Ce besoin s’exprime in situ, stimulé par l’opportunité de notre présence. Une question nous est souvent posée au début de nos entretiens : « Qu'est-ce que c'est qu'un écrivain public ? Qu’est-ce qu’on fait avec vous ? » C’est à la suite de nos explications que l’usager réalise qu’il peut nous soumettre un texte rédigé par lui, demandant à être corrigé d’un point de vue orthographique, syntaxique ou analysé dans sa cohérence.

8À la différence de ce que nous observons dans nos autres permanences, la plupart des usagers de la Bpi viennent avec leur propre ordinateur portable. Ils en extraient le document qu’ils veulent nous faire lire et sur lequel nous allons travailler avec eux. De ce fait nous n’utilisons que très peu l’ordinateur mis à notre disposition pour rédiger nous-mêmes. À la Bpi, notre activité en tant qu’écrivain public est le plus souvent une activité de conseil. Nous n’écrivons pas pour eux, nous partons d’un texte déjà construit qu’il nous faut soit rhabiller de pied en cap, soit modifier dans sa forme ou sa structure.

Des demandes implicites et explicites

Un accompagnement

9Les personnes qui utilisent nos permanences ne demandent pas seulement une correction ortho-typo-syntaxique. Elles attendent aussi un accompagnement. Ainsi, elles font cette démarche pour obtenir le CV qui sera remarqué et posé sur le dessus de la pile par un recruteur, la lettre percutante qui entraînera la prise de rendez-vous pour un entretien, le rapport excellemment construit qui permettra de bonnes appréciations. Nous nous rendons souvent compte que l’usager a aussi besoin de prendre confiance en son potentiel pour oser l’écrire, oser affirmer ce qui fait de lui une personne unique. Voici un extrait particulièrement éloquent à cet égard :

Un jeune homme veut des conseils et une relecture de sa lettre de motivation pour intégrer un master. Il est conscient que son texte est assez plat et passe-partout, mais il redoute de passer pour arrogant en se mettant en valeur. Il dit aussi avoir arrêté ses études et les avoir reprises au bout de trois ans et craint que cela ne lui nuise. En l’interrogeant, il apparaît qu’il peut faire de ces « faiblesses » des atouts. Car il n’a pas interrompu ses études. Il a obtenu un BTS, puis a passé un an à Londres, est revenu à Paris où il a travaillé dans le secteur informatique. Nous mettons en valeur ces expériences et la maturité qu’il y a gagnée. Sa lettre est réorganisée et personnalisée, reformulée et corrigée. Plus confiant, il compte se servir des arguments que nous lui avons donnés, lors de ses prochains entretiens.4

10Au cours de la demi-heure que nous passons avec eux, nous devons cerner le réel besoin auquel doit répondre le texte, interroger pour déterminer les points forts à intégrer, et relire avec l’usager en commentant à voix haute les éléments de la correction ou de la refonte attendue. Notre travail doit respecter à la fois le texte soumis et l’usager assis devant nous. Nous éclaircissons les textes, mais nous expliquons aussi ce que l'on modifie pour que les personnes apprennent en même temps et gagnent en autonomie. Ceci est notamment important pour les étudiants en demande d'amélioration de leur niveau de français, qu’il s’agisse de jeunes étrangers poursuivant leur cursus à Paris, ou de jeunes Français. Nous constatons que les étudiants étrangers n’ont pas d’interlocuteurs ou de référents pour travailler leur maîtrise de la langue. L’existence de cette permanence est d’autant plus importante pour eux. Cet extrait de compte rendu illustre cruellement ce manque :

Un étudiant de 19 ans en BEP mécanique, très timide et introverti, m’expose ses difficultés de rédaction à l’école. Nous lisons ensemble les devoirs qu’il a à rendre pour le lendemain. Au fil de nos échanges, je comprends qu’il n’a pas fréquenté d’école primaire et qu’il n’accède pas au sens des textes qu’il lit, même à voix haute. Je constate qu’il a confiance dans ses professeurs, mais n’a jamais osé leur avouer ce qu’il vivait. Je lui explique qu’il est possible de l’aider et que des professionnels pourraient l’accompagner. Nous convenons donc ensemble qu’il commence par s’adresser à l’équipe de son lycée, qui semble socialement et humainement active. Il reviendra probablement nous voir.5

Une réponse précise à des besoins

11Certains usagers que nous recevons viennent à notre permanence sans trop savoir à quoi s’attendre, mais avec un besoin commun de perfection de leurs écrits ou des moyens pour y parvenir. Leur besoin s’exprime du fait de notre disponibilité dont ils perçoivent immédiatement l’intérêt. Cela est sans doute dû au cadre qui nous entoure. La Bpi offre une réponse à de multiples demandes même si celles-ci ne sont pas ressenties ou exprimées clairement. L’immensité de ce réservoir de savoirs utilisables et de possibles apprentissages rend l’usager disponible pour la rencontre inattendue d’un enrichissement intellectuel. Notre permanence est sans doute ressentie pour beaucoup comme une opportunité à saisir, comme l’illustre l’extrait de compte rendu suivant :

Cet étudiant en informatique, en recherche d’un stage professionnel, s’étonne de ne recevoir aucune réponse aux courriers qu’il envoie. Il demande que nous regardions ensemble ses CV et lettre de motivation. N’ayant pas prévu de venir à cette permanence, qu’il découvre, il n’a pas les documents sur lui. Nous les retrouvons sur sa boîte courriel et je les imprime sur place, car ils ont été créés sur PowerPoint. Je corrige quelques fautes d’orthographe et de typographie, certaines approximations de langage. Mais ses documents sont d’assez bonne qualité. Le seul défaut de sa lettre de motivation réside en son côté trop neutre. Je lui propose des pistes pour personnaliser ses prochains courriers, les dynamiser.6

12Quelle que soit leur demande, les personnes qui ont eu recours à nous repartent satisfaites et l’expriment avec une sincère reconnaissance. Voici un extrait de compte rendu qui donne à voir cet état d’esprit :

Ce jeune homme d’une trentaine d’années me demande de corriger un projet en art qu’il doit déposer pour l’obtention d’une subvention. La première page doit le présenter lui, à la troisième personne du singulier. Nous œuvrons à transformer son texte, trop factuel, dans un style plus artistique et dynamique. Puis je corrige les pages suivantes, qui comportent quelques fautes d’orthographe. La dame qui prend la salle après moi me raconte que ce monsieur est allé spécialement ensuite au bureau 5/6 pour témoigner de sa grande satisfaction.7

13Le temps qui leur est accordé est court, mais les usagers sont très respectueux de cette règle. Ceux qui nous présentent davantage de documents à retravailler que nous n’avons le temps d’en corriger nous quittent avec, soit l’intention de mettre en application eux-mêmes les conseils de perfectionnement que nous venons de leur donner, soit de revenir à une autre permanence. Nous notons globalement une réelle tendance à l’autonomie et l’appropriation des conseils donnés au sein du public de la Bpi. Ce qui est rare dans les permanences classiques.

Qui sont les usagers de cette permanence ?

14Beaucoup d’étrangers sont attirés par le possible perfectionnement de leur français écrit. Nous avons un bel échantillon des habitants de la planète : Arméniens, Russes, Turcs, Coréens, Péruviens, Bangladais, Chinois, Italiens, Tunisiens, Algériens, Maliens, Vietnamiens, Ivoiriens, Roumains, Tibétains, Sénégalais, et même apatride… Autant d’hommes que de femmes, mais la tranche d’âge la plus représentée dans cette catégorie est constituée des moins de 35 ans.

15La majorité de ces étrangers est composée d’étudiants ou de jeunes en recherche de travail suite à l’obtention ou la validation de leur diplôme. Les CV et lettres de motivation composent l’essentiel d’une demande fondée sur la recherche d’un perfectionnement de la langue écrite et sur celle des attendus en France pour présenter ou argumenter leur sujet. Derrière l’aspect très classique de ces demandes se cache parfois de l’originalité à laquelle nous nous adaptons, comme le montre l’extrait suivant :

Une jeune diplômée en design d’intérieur, de nationalité italienne, souhaite obtenir des conseils sur ses CV et lettre de motivation. Elle désire travailler en France quelques années, mais sa maîtrise de notre langue reste fragile, et elle craint que cela ne la desserve. Pour compenser, elle a cherché à sortir du lot en créant un CV plié façon origami. Nous revoyons ensemble ses documents, directement sur un tirage papier. Je corrige quelques erreurs orthographiques, certains termes inappropriés. Nous travaillons à varier et rendre plus précis le vocabulaire utilisé. Enfin, je lui fais des remarques quant à la présentation choisie. Les pliures de l’origami rendent difficilement lisibles certaines lignes du CV. Nous cherchons ensemble plusieurs solutions, tout en conservant l’originalité de sa candidature. »8

16Bien souvent, nous constatons que le bagage intellectuel et universitaire de ces jeunes se trouve déprécié par une technicité d’écriture défaillante et nous sommes souvent frappées par l’humilité de leur requête. Ils parlent un français très fluide, mais expriment une sorte de gêne de ne pas maîtriser la langue rédigée. L’environnement bavard de notre époque ainsi que l’utilisation d’un Internet souvent truffé de fautes, ou de logiciels qui prennent la main sur le vocabulaire sans pouvoir analyser la pensée sous-jacente, entravent beaucoup leur recherche d’une amélioration d’écriture. Nous nous efforçons de dédramatiser et ne nous posons pas en examinateur. La confiance s’établit de façon naturelle, quel que soit l’interlocuteur qui nous fait face. Cet extrait de compte rendu constitue un bon exemple de ce type d’usagers :

Cette étudiante en ressources humaines me demande des pistes pour améliorer son bilan professionnel. Le document fait 53 pages. Nous nous consacrons à la partie la plus importante. Le texte est parfois rédigé en langage parlé, les phrases sont trop longues, le lecteur se perd fréquemment en route. Nous retravaillons ensemble plusieurs paragraphes, notamment selon le principe : « une idée, une phrase ». Je lui explique les règles de ponctuation, et lui montre comment éviter les répétitions en utilisant un dictionnaire des synonymes. Nous travaillons sur son ordinateur.9

17Certains échanges peuvent s’épanouir au-delà de l’écrit de première nécessité si l’occasion se présente, c’est aussi l’avantage de ces permanences « à saisir » :

Un jeune diplômé en management informatique, de nationalité marocaine, souhaite obtenir des conseils sur ses CV et lettre de motivation. Il commence un master en alternance courant octobre et doit trouver une entreprise pour y suivre sa formation. Je corrige quelques erreurs orthographiques, certains termes inappropriés et tournures maladroites. Nous travaillons à raccourcir ses phrases, si longues qu’elles ne laissent aucun répit à son lecteur. Nous veillons aussi à varier et rendre plus précis le vocabulaire utilisé. À 20 h : personne ne se présente sur ce créneau. Le jeune homme saisit l’occasion pour me présenter des poèmes de sa composition, en langue française, fort bons d’ailleurs ! Il me demande des conseils en écriture créative, des astuces pour lutter contre sa peur de la feuille blanche. J’en profite pour lui faire travailler le bon emploi des virgules et des points, de façon à ne plus écrire de phrases trop longues.10

18L’autre groupe très présent dans nos permanences est constitué essentiellement des plus de 60 ans. Les demandes formulées recouvrent souvent un problème pratique pour lequel notre permanence est considérée comme une aide opportune. Les démêlés avec les syndics d’immeuble, les banques, compagnies d’assurances et autres organismes réclament de notre part autant de conseils pratiques que d’écriture proprement dite. Mais c’est surtout la dématérialisation des formalités qui leur pose de très gros problèmes. Ils se sentent rejetés dans leur rôle de citoyen face à des obligations administratives déshumanisées. Voici un exemple d’un tel accompagnement en permanence :

Un monsieur retraité est en conflit avec le syndic bénévole de son immeuble. Il lui écrit pour la troisième fois en exposant ses griefs et sollicite notre avis sur ce dernier courrier. Il nous expose très longuement la situation et il faut le recadrer pour avoir le temps de traiter sa demande dans la demi-heure impartie. Sa lettre est parfaitement rédigée, mais pour la rendre plus efficace, il manque des points de loi auxquels se référer. Nous lui conseillons de s’adresser au service juridique de son assurance, au point d’accès au droit de sa mairie et à l’Anil. Nous lui donnons des pistes pour se montrer ferme sans aller jusqu’à la confrontation, que finalement il ne souhaite pas. Les questions que nous lui posons tout au long de l’entretien lui ouvrent des perspectives qu’il n’avait pas envisagées et il nous exprime sa satisfaction.11

19Nous avons le sentiment que notre intermédiation est devenue un rempart face à un envahissement informatique trop rapide et trop brutal qui tend à exclure les individus de leur rôle de citoyen. La phrase récurrente que nous entendons souvent à la fin de leur rendez-vous est « qu’est-ce qu’on ferait si on n’avait pas des gens comme vous pour nous aider ? ». Ce type d’usagers a aussi besoin d’une écoute particulière comme le montre cet extrait de compte rendu :

Une dame intimidée souhaite me présenter la situation qui la préoccupe, mais refuse que j’écrive quoi que ce soit. Elle se sent harcelée par plusieurs de ses voisins et les soupçonne de s’introduire dans sa maison en son absence, malgré plusieurs changements de serrure. Elle me demande trois fois s’il serait possible de mettre tout cela par écrit, mais refuse que je m’exécute. Mon sentiment est qu’elle avait besoin d’apprivoiser l’idée de formaliser son propos par écrit avant de passer à l’acte concret. L’une de nous la reverra probablement une prochaine fois.12

20Le début de l’entretien avec cette personne laissait penser qu’elle souffrait peut-être d’une sorte de délire de persécution. Il s’est avéré, au fil des explications qu’il fallait écouter avec beaucoup d’attention, qu’il n’en était rien et que son problème était réel. Lors d’un autre rendez-vous, nous avons pu en vérifier l’authenticité en lisant des courriers attestant du harcèlement qu’elle subit. Bien que vulnérables, ces personnes n’appartiennent pas à l’autre profil de nos usagers qu’on peut décrire comme socialement très fragile. Il s’agit là d’hommes et de femmes en marge de la société, parfois très perturbés, pour lesquelles le besoin en écriture passe bien après celui d’une écoute et d’un regard bienveillants. Ces personnes trouvent dans les permanences de la Bpi un espace où elles redeviennent des individus à part entière. L’étiquette SDF reste dans la rue. Elles déposent leur énorme barda et toute la symbolique qui y est associée dans un coin. Elles nous exposent leur besoin, discutent littérature et rhétorique comme n’importe quel usager. Ce sont des habitués de la Bpi, qui est une maison chaleureuse où ils se connectent au monde. Le compte rendu suivant évoque ces situations de grandes difficultés matérielles :

Une dame d’une soixantaine d’années se présente avec un peu de retard pour se faire aider dans sa recherche d’emploi. En rupture sociale, celle-ci vit à l’hôtel, a perdu tous ses documents administratifs, et ne travaille plus depuis plusieurs dizaines d’années. Elle souhaite pourtant ardemment retrouver une existence « normale ». Il faut l’aider à se souvenir des diplômes qu’elle a obtenus, et des quelques emplois qu’elle a occupés. Le temps passant, nous réussissons à élaborer ensemble un embryon de CV Ce travail difficile lui permet de renouer avec son passé et de se réapproprier une existence qu’elle avait oubliée. J’imprime ce début de CV, que la dame doit continuer à remplir à chaque fois qu’elle se souviendra d’un élément supplémentaire. Le CV est sauvegardé sur la clef USB de la permanence. Il conviendra de continuer à le développer lors de sa prochaine venue.

21Cette dame parvient à obtenir un second créneau le même jour :

La dame de 14 h 30 revient me voir. Peu de personnes se sont inscrites aujourd’hui, je peux lui consacrer deux créneaux horaires. Nous travaillons cette fois-ci à une lettre de motivation. Comme elle n’a pas de numéro de téléphone, je lui crée une adresse mail que nous ajoutons dans son CV (le mot de passe est sa date de naissance), et l’invite à s’inscrire prochainement à un atelier d’initiation à Internet. Elle repart avec la lettre imprimée, que je lui envoie aussi sur sa nouvelle adresse mail.13

22Et puis il y a les écrivains ! Ceux-là viennent à notre rencontre pour nous soumettre un récit, des poèmes, des légendes de photos, des monographies… Dans l’annonce faite au micro de la présence d’un écrivain public, c’est le substantif à la résonance littéraire qui les interpelle. La venue à ces permanences d’écrivains en herbe, ou même confirmés, a été une grande surprise pour nous. Dans notre activité, ces personnes font appel à nous en prenant rendez-vous personnellement et nous consultent dans notre cabinet ou à leur domicile. Nous ne les voyons habituellement pas dans les permanences. Ces auteurs expriment le besoin d’un avis et de conseils et nous sommes toujours très émues de découvrir tous les trésors qu’ils nous confient. Il y a une réelle gourmandise qui s’exprime dans leur envie d’écrire. Ils sont de tous les âges, autant d’hommes que de femmes et appartenant à toutes les catégories socioprofessionnelles. L’une d’entre nous a même découvert lors d’une discussion qu’un des vigiles de la Bpi avait un début de roman à lui soumettre… Voici un exemple de rencontre :

Un homme arrive avec une vingtaine de feuillets imprimés. Il s’agit du premier jet d’un roman à venir. Nous restons ensemble 45 minutes. Le texte a été saisi sous la dictée par une amie de ce monsieur. Nous faisons ensemble une correction ortho-typographique. Je lui propose aussi quelques pistes de perfectionnement et développement du texte, et mets en valeur les points forts de son écriture, à déployer. Enfin, nous cherchons ensemble des solutions pour qu’il puisse dicter son texte à un logiciel de reconnaissance vocale.14

23Le point commun à tous ces usagers de la Bpi est de se sentir en sécurité, quelle que soit la nature du problème qu’ils nous soumettent. Cette absolue confiance est très émouvante pour nous. Elle est caractéristique du public de la Bpi. Nous rencontrons nombre de détresses en d’autres lieux, et notamment le sentiment de ne pas être considéré, accompagné, ceci entraînant parfois de la défiance ou/et de l’agressivité. Ce n’est pas le cas à la Bpi. Les usagers sont des personnes qui savent où trouver de l’aide en cas de besoin. Il y a une réelle gratitude qui s’exprime envers la bibliothèque. Nous recevons beaucoup de remerciements à la fin de nos permanences et très souvent les personnes rajoutent un « et merci à la Bpi ! » révélateur de leur lien puissant avec un lieu protecteur et respectueux. Nous avons aussi au fil des années certains habitués des permanences de la Bpi, qui reviennent régulièrement, mais pas à chaque fois. Il ne s’agit pas de personnes qui cherchent des prétextes pour créer un lien social. Elles savent simplement que cette permanence existe et se la sont appropriée. Ceci est rarement constaté en d’autres lieux de permanences, et nous offre la chance de connaître le résultat de notre travail, puisqu’ils peuvent ainsi nous donner des nouvelles.

Comptes rendus de permanences

24Après chacune de nos permanences, nous rédigeons des comptes rendus des cas que nous avons eus à traiter. En voici quelques-uns restitués dans leur intégralité pour donner un aperçu de la diversité des rencontres lors de chacune de nos interventions à la Bpi.

Jeudi 25 septembre 2014 • Permanence 19 h 30 – 22 h

  • Un étudiant russe d’une vingtaine d’années souhaite postuler à un poste de réceptionniste dans un hôtel à Chamonix pour la saison de ski. Il nous demande de perfectionner sa lettre de motivation. Nous le faisons avec lui directement sur l’ordinateur. Il repart avec la lettre corrigée sur sa clef USB.
  • Un jeune infirmier a commencé la rédaction d’un livre-témoignage sur le burn-out. Il souhaite y intégrer son mémoire de fin d’études pour apporter un volet technique au texte. Il a besoin de conseils sur la méthode à suivre pour concilier émotions et connaissance dans l’écriture. Nous lui avons donné certaines pistes. Il doit revenir d’ici quelques mois avec certains extraits aboutis.
  • Un jeune homme prometteur qui vient de terminer l’écriture de son premier roman souhaite l’adresser à des éditeurs. Il veut que nous l’aidions à rédiger la lettre d’accompagnement venant présenter son texte. Il se sent démuni et ne trouve pas les mots, alors que l’écriture lui est habituellement aisée et fluide. Nous cherchons avec lui ce qui fait la sève de son roman et rédigeons le courrier ensemble sur place. Il repart avec, sur sa clef USB. Nous l’informons aussi de la nécessité de protéger la paternité de son livre et des divers moyens existants.
  • Un professionnel d’environ 50 ans rencontre des difficultés avec son fournisseur de téléphonie qui lui facture des services qu’il n’a pas demandés. Il souhaite résoudre ce problème au plus vite, car la situation le stresse, lui faisant perdre temps et énergie. Nous étudions ensemble les précédents échanges de lettres. Il nous montre le projet de nouveau courrier qu’il a préparé à la main. Nous rédigeons ensemble sous Word un courrier de mise en demeure que nous imprimons et lui remettons en deux exemplaires.
  • Un étudiant qui cherche une entreprise pour une formation en alternance, souhaite perfectionner avec nous la lettre de motivation qu’il adresse en accompagnement de son CV. Il est accompagné d’un ami. Nous corrigeons ensemble l’un de ses précédents courriers. L’exercice ressemble plus à un débat et à un échange de points de vue tant les deux jeunes font preuve de maturité et d’intelligence. Le courrier est néanmoins bien amélioré. Le jeune homme repart avec, modifié directement sur son ordinateur.

Jeudi 3 avril 2014 • Permanence 14 h 30 – 17 h

  • Un jeune homme, Monsieur D., préparant le diplôme d’expertise-comptable, s’exprimant parfaitement à l’oral, mais conscient de ses difficultés à l’écrit, souhaitait des conseils pour améliorer son orthographe et sa syntaxe. N’ayant pas de référence sur son niveau (il est venu les mains vides !), je lui ai demandé de rédiger une courte lettre, que je lui ai corrigée en lui expliquant quelques règles. Je lui ai donné ensuite quelques pistes pour progresser…
  • Un second jeune homme, Monsieur A., muni de son ordinateur, ne parvenait pas à remplir en ligne un formulaire de création d’entreprise (sur le site d’une banque) : je l’ai donc aidé à clarifier et décrire son projet, à la fois original et flou, et nous avons finalisé ensemble l’inscription sur ledit site.
  • Un sympathique écrivain en herbe, Monsieur T., venu avec sa prose : quelques débuts de « nouvelles » (il veut en faire un recueil) sur divers papiers épars et un vieux cahier. Il s’est d’abord fait confirmer que sa demande entrait bien dans le cadre de la mission d’un écrivain public puis, timidement, m’a exposé son projet quelque peu farfelu (car légèrement teinté de vodka) ! J’ai lu puis dactylographié ses ébauches de productions, assez originales je dois dire, très visuelles, voire surréalistes, dont le lapin et la pintade (hélas, je suis restée sur ma faim, comme le lapin observateur, la pintade n’était pas prête… sans doute pour une autre permanence !).
  • Enfin Madame W., en colère contre une assistante maternelle qui vit au-dessus de chez elle et qui lui « empoisonne la vie » : excédée, la jeune femme avait préparé une longue lettre adressée à la directrice de la PMI pour dénoncer les agissements de l’assistante maternelle. Je l’ai aidée à restructurer quelque peu sa missive, à reformuler certains passages et, à sa demande, j’ai transféré sur sa clef USB la lettre finalisée.

Jeudi 12 mars 2015 • Permanence 14 h 30 – 17 h

  • Une jeune diplômée des Beaux-Arts se présente pour perfectionner son CV et sa lettre de motivation. Elle ne comprend pas pourquoi elle n’obtient jamais de réponse à ses courriers. Elle souhaite travailler chez des marchands d’art, notamment aux enchères. Les documents sont déjà imprimés. Nous corrigeons ensemble son CV à la main. Je lui conseille de ne pas laisser d’années vides. Comme elle craint que certaines expériences la desservent, je lui propose des formulations valorisantes. Puis nous élaborons ensemble une lettre de motivation que je copie sur sa clef USB.
  • Un monsieur souhaite un courrier accompagnant son recours à la loi Dalo, aux fins d’obtention d’un logement social. Je lui imprime le document, puis rédige un second courrier pour la Préfecture. Il me quitte plein d’espoir.
  • Une étudiante en stage dans une ambassade envisage de développer son futur rapport de stage en livre qu’elle proposerait ensuite à l’édition. Elle a besoin de pistes pour débloquer son écriture. Je lui donne des conseils qui, immédiatement, éclairent ses doutes ; et lui conseille la lecture d’un livre en développement personnel adapté à son profil. Elle repart pleine de volonté.
  • Un jeune diplômé en électronique souhaite que je perfectionne son CV et sa lettre de motivation. Nous travaillons directement sur son ordinateur. Je lui signale certaines approximations de langage. Nous discutons des moyens susceptibles d’améliorer son niveau de français. Puis je lui explique la structure d’une lettre de motivation. Il repart avec les deux documents revus et corrigés. Il repart plus sûr de lui.
  • Un étudiant en communication souhaite que nous corrigions ensemble un devoir qu’il doit rendre. Nous travaillons les cinq pages ensemble sur son ordinateur. Je corrige un certain nombre de fautes et répétitions. Il repart ravi.

Jeudi 3 novembre 2016 • Permanence 14 h 30 – 17 h

  • La première personne qui s’est présentée fut une jeune Allemande déjà venue à la précédente permanence. Marie-Agnès avait fait une description parfaite de ce torrent d’énergie et j’ai pu constater que les remarques et conseils avaient considérablement porté leurs fruits puisqu’elle m’a présenté les documents sous leurs différentes formes, avant et après reprise des textes. Le poste de responsable d’un rayon alimentation d’un grand magasin français pour lequel elle souhaite poser sa candidature correspond peu à ses compétences ainsi que l’avait souligné Marie Agnès, mais le fait qu’il soit basé à Berlin justifie à ses yeux son entêtement à persévérer. Nous avons donc analysé à nouveau CV et lettre de motivation. Malgré des efforts évidents de sa part, il était nécessaire de modifier la présentation des documents. Nous avons également envisagé la mise en lumière de toutes les qualités et expériences aptes à retenir l’attention du recruteur et fait ressortir son stage dans l’hôtellerie autant que sa maîtrise de différentes langues. Nous avons beaucoup travaillé sur le paragraphe destiné à éveiller l’intérêt de son lecteur sur sa forte personnalité. Cette jeune femme est tellement ravie de ces échanges qu’il se pourrait qu’on la retrouve dans le prochain compte rendu de permanence…
  • La personne suivante était une dame âgée qui a souhaité que je rédige pour elle une lettre destinée à bien expliquer sa décision pour effectuer un retrait de liquidités de son compte d’assurance vie. Elle était venue accompagnée d’un monsieur qui l’avait convaincue de nous confier cette tâche administrative.
  • Ce monsieur fut le troisième visiteur. Il s’est présenté comme la victime de l’inertie (ou de la malhonnêteté ?) du syndic qui gère son immeuble. J’ai examiné l’ensemble des courriers qu’il m’a montrés. Nous avons rédigé une nouvelle demande de réclamation des documents qui lui sont nécessaires pour ses démarches avec le Fisc et je lui ai conseillé de faire intervenir un juge en vue d’une injonction de faire si notre lettre ne suffisait pas pour qu’il obtienne satisfaction.
  • Ces deux personnes sont reparties en promettant de revenir nous consulter…
  • La personne suivante s’est présentée en tant qu’historien de village. Il m’a soumis sa plaquette dans laquelle il évoque le souvenir des morts pour la patrie figurant sur le monument de son village. Le document certes très complet aurait mérité d’être mis en page de façon plus aérée. Ce monsieur était venu davantage pour recevoir des éloges que des critiques. Je me suis contenté de définir avec lui le lectorat visé et de lui expliquer que peut-être un public plus jeune serait désireux de parcourir son document retraçant une partie de la mémoire locale et qu’alors, il lui faudrait imaginer une autre présentation de sa plaquette. Il a été fort attentif à cette idée et m'a assuré qu’il reviendrait nous voir. (Il va falloir mettre au point des cartes de fidélité…)
  • La dernière personne était une jeune Italienne diplômée d’histoire de l’art. Une femme brillante, désireuse de concevoir des lettres de candidature spontanée pour trouver un poste dans un musée ou une galerie d’art. Nous avons travaillé ensemble sur un schéma et avons rédigé des paragraphes pouvant s’adapter à toutes circonstances en puisant dans son curriculum vitæ et en mettant en valeur les aspects de sa personnalité et les aspirations qu’elle m’a révélées.

Jeudi 7 juin 2018 • Permanence 19 h 15 – 21 h 45

  • La personne qui se présente arrive avec de lourdes sacoches emplies de papiers. À peine assise, elle entreprend de me raconter son histoire et, malgré mes multiples essais pour comprendre le but de sa requête dans cette permanence, elle continue son monologue. Très vite, il apparaît, hélas, que cette dame est infiniment perturbée ! Entre conspiration franc-maçonnique, poursuites par la pègre marseillaise, complot familial, la pauvre femme se sent persécutée par beaucoup d’ennemis parmi lesquels tant de noms célèbres sont cités qu’ils témoignent davantage de son égarement que d’une réalité dans laquelle je pourrais l’aider. La demi-heure de son rendez-vous étant quasiment terminée, pour calmer sa nervosité, je lui propose de rédiger un écrit très rapide apte à répondre à une de ses urgences et nous convenons que je rédige un mail destiné à être envoyé à un certain nombre de destinataires tels qu’Éric Woerth, François Baroin, Eva Joly, Valéry Giscard d’Estaing…
  • La jeune fille qui arrive est une étudiante colombienne licenciée en génie industriel postulant pour un master en sciences et génie de l’environnement. Sa lettre de motivation et son CV, qu’elle me demande de corriger, sont aussi riches que son parcours. C’est ce foisonnement d’informations qu’il nous a fallu mettre en ordre et travailler pour faire ressortir l’essentiel afin de rendre le tout percutant. Nous n’avons pas pu terminer en une demi-heure, mais je lui ai proposé de s’enquérir d’une place possible pour elle dans les tranches horaires suivantes.
  • La jeune femme qui prend place est d’origine marocaine. Ingénieure spécialisée en génie mécanique, elle a rédigé un CV qu’elle souhaite me soumettre. Nous travaillons sur la mise en forme et la mise en valeur d’une expérience riche et diversifiée. Elle me fait part de ses doutes quant à la perception que pourraient avoir les recruteurs sur le fait qu’elle est une femme et d’origine maghrébine. Je lui conseille de rédiger sa lettre de motivation en mettant en avant ces particularités et en les présentant comme autant d’atouts pour ses futurs employeurs. Nous écrivons un certain nombre d’accroches pour la rédaction de cette lettre. La confiance avec laquelle elle repart fait plaisir à voir…
  • En face de moi s’assoit une dame très nerveuse. Mexicaine, elle est arrivée en France voici un an et essaie de décrocher un travail en tant qu’assistante architecte ou à son propre compte. Elle me montre son CV et une lettre rédigée pour postuler à diverses offres. Je suis très surprise du fouillis de la présentation des documents, de la difficulté pour comprendre son parcours et de la timidité de sa présentation. Au fil de la discussion, je comprends que son âge (48 ans) lui pose un réel problème et la persuade qu’elle n’a aucune chance. J’apprends surtout qu’elle est diplômée d’architecture spécialisée dans le développement durable. Nous reprenons tout son CV et il en ressort tous les atouts que cette femme peut apporter à un cabinet. Elle me montre aussi son site. Nous n’avons plus le temps de travailler dessus, mais elle a compris la façon dont elle allait réorganiser la page d’accueil. J’ai eu droit à des grands mercis en espagnol !!!
  • La jeune étudiante colombienne du début de la permanence a pu profiter de ce créneau resté libre. Nous finissons le travail autour de ses documents et profitons du temps qu’il nous reste pour aborder des points de grammaire française qu’elle dit ne pas comprendre

Jeudi 6 décembre 2018 • Permanence 19 h 15 – 21 h 45

  • Un homme se présente, inquiet d’avoir à faire un choix. Il aimerait saisir l’opportunité de cette permanence, mais a aussi un rendez-vous dans Paris avant 20 h. J’engage la conversation. Il s’agit de rédiger un courrier de doléances au directeur de son agence bancaire. Nous retrouvons ensemble, dans un dossier qu’il a sur lui, les références dont j’ai besoin. Le courrier est rédigé, imprimé. Le monsieur repart soulagé, ayant tout à fait oublié son rendez-vous initial. (NB : J’ai pu très confortablement accueillir ce monsieur qui se déplace en fauteuil roulant.)
  • Cette étudiante étrangère doit rédiger un rapport de stage dans le cadre d’une formation en expertise-comptable. Elle a une ébauche de plan et quelques paragraphes rédigés. Son français est laborieux et imprécis, et l’on repère vite les passages simplement recopiés d’un auteur francophone. Directement sur son ordinateur, nous parcourons et perfectionnons le plan, puis prenons le temps de travailler les tournures de phrases.
  • Un professeur de sciences économiques d’une trentaine d’années veut se reconvertir dans la protection des données personnelles. Il doit rédiger une lettre de motivation pour une grande école. L’homme est très réservé et pourtant passionnant quand il ose parler. Je mets en lumière ce point avec délicatesse. Malgré ma douceur, je sens qu’il est ébranlé. Nous entamons une conversation sur sa démarche, ses potentiels et ses atouts, ainsi que sur le ton à donner à cette fameuse lettre, le but étant évidemment de sortir du lot. Peu à peu, il prend confiance, griffonne de nombreuses notes, et repart plus sûr de lui.
  • Un dynamique trentenaire surdiplômé souhaite perfectionner ses CV et lettre de motivation. Je découvre un « touche-à-tout » talentueux, qui n’a jamais eu la chance de se voir proposer un contrat à durée indéterminée. Nous travaillons à personnaliser ses documents de façon à cibler le secteur des commerces bio, qu’il voudrait privilégier. Une discussion s’ouvre sur l’opportunité de mettre une photo ou non dans le CV comme la loi l’autorise. Je vois bien qu’il craint que sa couleur de peau ne le pénalise. Je ne peux que lui donner mon avis, forcément très subjectif. Il respire la sympathie et l’intelligence, et cela transparaît sur la photo qu’il utilise. Je lui conseille de la laisser.

Jeudi 19 septembre 2019 • Permanence 14 h 30 – 17 h

  • Un monsieur d’origine africaine, âgé d’une quarantaine d’années, se présente. Il souhaite que je saisisse sous Word une prière à l’intention de sa communauté et de son Dieu. Pour lui, matérialiser ainsi ses demandes et promesses est très important. Je m’exécute, en précisant avec lui quelques tournures de phrases. La prière est imprimée en double exemplaire.
  • Une septuagénaire parlant très mal le français me demande de rédiger un courrier à l’intention d’un chirurgien qui doit prochainement l’opérer d’une cataracte. Le ton employé, et les propos proférés par ce médecin ont créé chez cette dame une impression de mépris de sa personne. Elle souhaite donc un nouvel entretien pour clarifier les choix techniques du chirurgien. La lettre est imprimée en double exemplaire.
  • Un monsieur malentendant et handicapé mental se présente avec plusieurs feuillets manuscrits. Il s’agit de petits textes qu’il veut présenter dans un concours d’écriture. Sa demande porte sur une transcription manuscrite de ses écrits. Je m’exécute de mon mieux, respectant ses choix littéraires. Je me permets seulement d’intervenir quand les mots choisis n’existent pas. Nous trouvons alors ensemble le mot juste. Je n’ai pas le temps de recopier la totalité des documents, mais cet usager repart satisfait.
  • Une dame d’une trentaine d’années, inquiète et légèrement méfiante, se présente. Elle se dit harcelée par certains de ses voisins d’immeuble. Elle me demande de rédiger un courrier au bailleur social qui gère son logement afin qu’on lui attribue un appartement dans un autre quartier. Le courrier est écrit et imprimé en double exemplaire. Puis je rédige un courrier à l’intention de Pôle emploi, les informant qu’elle accepte la formation professionnelle qui lui est proposée. Cette dame vérifie que j’efface bien les courriers du disque dur de l’ordinateur avant de me quitter.

25Nous avons mis en avant la particularité des usagers de la Bpi qui souhaitent un véritable accompagnement et ont la volonté de s’approprier nos conseils pour devenir autonomes. Malheureusement cela est souvent insuffisant pour les étudiants étrangers qui auraient besoin de plus de pratique interactive pour ancrer leurs acquis en permanence. Et cela est douloureux pour les personnes qui, pour diverses raisons, ont une relation compliquée à l’écriture. Rappelons l’exemple de cette dame qui souffrait profondément de sa dyslexie malgré une carrière professionnelle brillante15.

26Nous sommes convaincues que ces deux publics, dys et étudiants étrangers, auraient besoin d’un accompagnement plus interactif, plus ludique, pour une bonne appropriation de la langue française. Les ateliers d’écriture proposés depuis 2016 permettent de répondre à ce besoin (voir encadré 3).

Encadré 3. Les rendez-vous de l’écriture

En 2016, la Bpi a souhaité participer au concours annuel de la Semaine de l’écriture à laquelle coopère Mots sur mesure. Ce concours vise à promouvoir l’écriture manuscrite au moyen de la rédaction de textes au verso de cartes postales éditées pour l’occasion à partir d’un thème renouvelé chaque année. Pour y associer les usagers de la Bpi, nous avons créé un partenariat avec la Bpi que nous avons appelé Les rendez-vous de l’écriture. C’est dans ce contexte que nous avons commencé à animer au long de l’année des ateliers d’écriture.

Principe et organisation des Rendez-vous de l’écriture

Il s’agit de mettre à la disposition des usagers une séance mensuelle animée par un écrivain de Mots sur mesure pour faire découvrir les ateliers d’écriture. Ce qui est habituellement proposé aux participants dans ce cadre s’inscrit dans un projet sur une durée plus ou moins longue. À la Bpi, les personnes inscrites le sont pour deux heures qui leur permettent de s’initier au fonctionnement d’un atelier d’écriture. Nous concevons donc nos séances comme tout à fait nouvelles à chaque fois, sans progression sur l’année, et toujours adaptées à de nouveaux venus. Mais nous avons aussi une bonne poignée de fidèles qui ne ratent presque aucun atelier.

Les participants aux ateliers peuvent s’inscrire sur le site Web de la Bpi ou bien sur place au bureau d’accueil de la bibliothèque. Nous prenons en général dix personnes, douze quand la séance prévue s’y prête. Les ateliers sont pleins à chaque fois et des personnes figurent souvent sur la liste d’attente dans l’espoir d’un désistement. Parmi les participants se trouvent beaucoup de femmes, mais aussi quelques hommes, tendance que nous retrouvons généralement dans tout type d’atelier d’écriture créative. La palette des âges des participants s’étale de 20 à 70 ans. Nous rencontrons dans ces ateliers un public composé des 30/40 ans que nous voyons peu dans nos permanences d’écrivains publics. Presque tous sont francophones, mais certains participants de langue étrangère osent se confronter à la difficulté de l’exercice.

Les catégories socioprofessionnelles sont elles aussi très variées : de la personne en demande d’emploi au cadre en entreprise, en passant par les étudiants et les retraités, nous accueillons un public diversifié pour lequel nous concevons des exercices à la portée de tous. Ces usagers ne sont pas nécessairement des littéraires, certains nous ont même avoué lire très peu. Ils viennent chercher la joie d’écrire et c’est autour du partage que se créent des liens qui n’auraient peut-être pas pu être possibles ailleurs. Cette possibilité d’inclusion autour de l’écriture est spécifique à la Bpi. Il nous semble que ce public perd ses habits de reconnaissance sociale en pénétrant dans les lieux. Nos participants sont issus de différents milieux, leurs écrits ne sont pas toujours d’une grande qualité, mais les textes produits ricochent dans le cœur de chacun grâce à une mise en confiance de leur plume.

Les textes peuvent être de qualités différentes, mais le plaisir d’écrire est palpable. Ce qui est intéressant, c’est la dynamique qui s’opère et en une seule séance, on voit l’écriture de chacun se libérer. Nous-mêmes, les animatrices, sommes souvent bouleversées par des écrits. Ces moments de partage provoquent une union dans le groupe qui se manifeste à la fin des séances par les difficultés qu’ils ont à se séparer. Il est très fréquent que les participants demeurent dans le couloir pour continuer à échanger.

Productions des ateliers : ce qu’elles nous disent de la Bpi

Nous avons découvert une particularité au cours d’un atelier qui portait sur une déambulation silencieuse au sein de la Bpi. Les participants devaient cheminer dans les espaces de la bibliothèque et « cueillir » des scènes de vie, des portraits, des impressions. Les écrits qui en ont résulté mettaient en valeur la relation qui existe entre eux et la Bpi, leur attachement au lieu, s’approchant même d’une forme d’appropriation. Ils évoquaient « leur » Bpi. Le thème de l’exercice s’est transformé en « la Bpi et moi ». Cet attachement s’est également exprimé au travers de l’écriture d’un portrait chinois dont le thème était : Si la Bpi était une femme… La lecture des textes que nous ont offerts les participants nous a confortées dans ce que nous avions perçu du lien extrêmement sensible entre ce lieu et ses usagers1.

« Si la Bpi était une femme, ce serait l’une de mes amies préférées, au doux nom de Berthe-Paule IMOGÈNE. Elle serait métissée de multiples ascendances, et aurait hérité d’une joie de vivre infaillible. Toujours accueillante envers mes récits, elle me fournirait les réponses à mes interrogations grâce à son érudition et à sa bienveillance. Patiente et compréhensive, elle m’attendrait tout sourire, m’apercevant au loin marcher au pas de course pour profiter de précieux moments d’échange sans perdre une minute. Au moment de nous séparer, j’embrasserais ses joues soyeuses et humerais ce parfum délicat de papier ancien qui ne la quittait pas, et je lancerais un joyeux “à la revoyure ma très chère !”. » Dorothée M.

« Si la Bpi était une femme, elle apporterait plein de bonheurs. Elle ferait sortir par sa douce voix des mots qui consolent et elle les peindrait en couleurs. » Manuela N.

« Si la Bpi était une femme, elle porterait des pantalons “pattes d’eph” et des chemises à fleurs. Elle serait grande et mince, les cheveux coupés à la Stone et Charden. Son parfum favori serait le patchouli et elle porterait des bracelets indiens aux poignets. Elle serait étudiante en psycho ou en ethnologie à la Sorbonne, lirait Boris Vian, Françoise Sagan et Claude Levi-Strauss, écouterait de la musique yéyé et traverserait Paname sur la mobylette pétaradante. Elle aimerait fumer un petit joint le samedi soir dans les surprises-parties avec les copains, traîner le mercredi après-midi dans les cafés du Quartier latin pour refaire le monde. Ses parents auraient voté pour Pompidou et auraient détesté Beaubourg. Pas elle. Elle se sentait bien abritée derrière ces tuyaux de couleurs, au cœur de Paris. » Isabelle G.

« Si la Bpi était une femme, elle serait imposante et colorée. Une femme des années 60-70, futuriste, rêveuse, rebelle, créative, mais surtout insolente offrant à ses admirateurs et détracteurs le choix des perspectives de l’aborder… ou pas ! » Ines S.

1. Tous ces textes ont reçu l’autorisation de leur auteure pour être publiés dans ce document.

27Les productions des participants aux ateliers d’écriture restent leur propriété ; ce respect du secret de leur fabrication est une garantie que nous leur offrons et qui contribue sans doute à ce qu’écriture publique et écriture pudique coexistent. L’intimité partagée dans l’espace des séances – chacun peut lire, réagir, commenter – reste circonscrite au temps qui nous réunit. La fugacité de ces échanges devient de façon inattendue un ressort de dévoilement puissant. L’intimité est partagée intensément puis s’en retourne au sein de chacun.

Annexe 4. La charte du GREC

28La charte du GREC (Groupement des Écrivains-Conseils) est la profession de foi de l’Écrivain-Conseil®. Elle traduit son engagement déontologique. Fondement éthique de leur pratique, elle engage tous les membres du groupement.

Exercice de l’écriture

29L’Écrivain-Conseil® est un professionnel de l’écriture pour autrui, il assure des prestations en rapport direct ou indirect avec l’écriture.

30Il possède de solides compétences en écriture qu’il met au service de ses clients. Il sait produire un écrit de qualité, utilisant un vocabulaire et un style adapté à la commande, rigoureusement respectueux des règles grammaticales et typographiques.

31Il s’engage au respect de la langue.

32Il s’engage dans un processus continu d’amélioration de la qualité de ses prestations.

Rapport au client

33L’Écrivain-Conseil® s’engage à mettre à la disposition de sa clientèle des compétences et moyens adéquats aux travaux confiés ; à défaut, il oriente ses clients vers un professionnel à même de répondre à sa demande.

34Il exerce sa mission dans une attitude de non-jugement et de respect de la personne. Il s’oblige à une attitude bienveillante et s’interdit tout propos méprisant ou dénigrant envers les personnes susceptibles de faire appel aux services d’un Écrivain-Conseil® du fait de leurs difficultés, entre autres, avec la pratique de l’écriture.

35Il s’astreint à la confidentialité sur toutes les informations qui lui sont confiées par ses clients. Il observe une attitude de réserve pour éviter tout risque de reconnaissance des personnes lorsqu’il est amené à évoquer des cas pratiques dans le cadre d’une communication sur l’exercice de son métier. Il peut toutefois communiquer sur une prestation pour un client identifiable si celui-ci lui en a donné l’autorisation écrite.

36Il applique les tarifs qu’il a mentionnés sur son site Internet et sur ses outils promotionnels, ou qu’il a affichés dans son cabinet.

Obligations légales

37L’Écrivain-Conseil® s’oblige à déclarer son activité.

38Il souscrit les contrats d’assurance responsabilité civile adaptés à son statut et nécessaires à son activité.

39S’il gère des bases de données, il s’inscrit auprès de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés). Il respecte le RGPD (Règlement général sur la protection des données).

40Il respecte les domaines protégés des autres professions.

41Sur son site Internet et dans son cabinet, il affiche, outre ses tarifs : l’interdiction qui lui est faite par la loi de dispenser du conseil notarial, comptable ou juridique ; les coordonnées de l’Ordre des notaires, de l’Ordre des experts-comptables et du Barreau géographiquement compétents.

42Il respecte l’interdiction de diffuser des propos révisionnistes, portant atteinte à la vie privée, négationnistes, discriminatoires, insultants ou calomnieux, ou portant atteinte à la dignité humaine et aux droits de l’homme ; ainsi que l’interdiction de traiter des données, informations ou documents dont la gestion le conduirait à ne pouvoir respecter la législation et la réglementation en vigueur.

Clause de conscience

43L’Écrivain-Conseil® a le droit de faire jouer la présente clause de conscience pour refuser ou ne pas poursuivre toutes prestations et travaux contraires à la loi ou qui le conduiraient à ne pouvoir respecter l’un ou l’autre des principes du présent code déontologique ou qui heurterait ses propres valeurs.

Obligations confraternelles

44Les Écrivains-Conseils® sont solidaires entre eux. Ils entretiennent des liens confraternels et se doivent mutuellement assistance morale et conseils.

45Ils s’engagent au respect, à la tolérance et au non-jugement avec le libre droit de s’exprimer, dans l’absence de hiérarchie entre les membres. Ils doivent faire preuve de bienveillance : porter attention à l’autre, être dans l’humilité.

46Ils participent activement au réseau interne de compétences du GREC.

47La concurrence entre confrères ne doit se fonder que sur la compétence et les services offerts aux clients.

48Sont considérés notamment comme des actes de concurrence déloyale prohibés : toute tentative d’appropriation ou de détournement de clientèle par la pratique de sous-évaluation trompeuse des opérations projetées et des prestations à fournir ; toute démarche ou entreprise de dénigrement tendant à supplanter un confrère dans une mission qui lui a été confiée.

Notes de bas de page

1 Le collectif de Mots sur mesure (https://www.motsurmesure.fr) est constitué de sept personnes, professionnelles de l’écriture, exerçant une activité d’Écrivains-Conseils : Caroline Bujard-Ollivier, Chrystelle Chabanne-Chevalier, Line Cognat-Bertrand, Stéphanie Fromion, Murielle NaÏtali, Marie-Agnès Ollier, Yvonne Savary.

2 Une permanence est un temps régulièrement alloué pour un entretien en tête-à-tête entre des usagers du service public et des Écrivains-Conseils.

3 Charte du GREC en annexe 4.

4 Permanence du 12 février 2015.

5 Permanence du 16 novembre 2017.

6 Permanence du 15 mars 2018.

7 Permanence du 15 mars 2015.

8 Permanence du 16 mars 2016.

9 Permanence du 15 mars 2018.

10 Permanence du 21 septembre 2017.

11 Permanence du 12 février 2015.

12 Permanence du 21 septembre 2017.

13 Permanence du 22 janvier 2015.

14 Permanence du 16 mars 2016.

15 Permanence du 19 septembre 2019.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.