Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 5. Un Cinématon à la Bpi

Un film, un hommage, une archive

p. 141-169


Texte intégral

1Pour fêter ses 40 ans d’ouverture, le Centre Pompidou offre, le temps d’un week-end, une circulation libre et gratuite dans tous ses espaces ainsi que de nombreux événements : concerts, animations, visites commentées…1 La Bibliothèque publique d’information participe à cet évènement festif, notamment en donnant la parole à ses lecteurs et nombreux habitués dans un film anniversaire. En plan fixe, chaque participant, ou groupe de lecteurs, a deux minutes pour s’exprimer. Trois questions leur sont posées « Pourquoi aimez-vous la Bpi ? », « Quel est votre meilleur souvenir à la Bpi ? », « Comment imaginez-vous le Centre Pompidou dans 40 ans ? », avec toute liberté de répondre à celle(s) qu’ils souhaitent, ou non… L’enregistrement visuel et sonore de ces portraits constitue un film de près d’1 h 50 : le Cinématon2.

Photo 1. Présentation du Cinématon

Image

2Le Cinématon de la Bpi présenté dans ce chapitre est un film, mais aussi un clin d’œil, un hommage et une archive. C’est d’abord un marathon : trois jours de tournage intensif (12 heures sur 3 jours, les 4, 5 et 6 février 2017), sans casting préalable, dans la plus totale liberté d’interprétation pour les acteurs improvisés que sont les visiteurs de la Bpi présents ces trois jours-là et passés devant notre caméra (hormis la scénographie du dispositif et la consigne des trois questions).

3Clin d’œil au film de Gérard Courant3, le Cinématon de la Bpi en respecte l’unique règle : le réalisateur n’intervient pas et le sujet filmé peut faire ce qu’il veut. Il en emprunte aussi le format visuel : un Cinématon est une série de portraits en plan fixe qui durent chacun trois minutes et vingt secondes. Quand Gérard Courant initie son dispositif en 19774, la Bpi et le Centre Pompidou ouvrent leurs portes aux publics : coïncidence rejouée 40 ans après en 2017. Le film de Courant n’a jamais cessé de s’alimenter de nouveaux micro-portraits5 ; la Bpi n’a jamais cessé d’accueillir ni les anciens ni de nouveaux lecteurs. Le Cinématon de la Bpi inscrit, dans le temps bref du week-end festif d’anniversaire, le souvenir des années 1977, l’ancrage fort de la bibliothèque dans le cinéma documentaire, l’épaisseur de 40 ans de vies, la volonté d’archiver en images et l’envie d’honorer 40 ans de visiteurs. Contrairement au film de Courant, qui convoque entre autres Sandrine Bonnaire, Jean-Luc Godard, Jack Lang, Maurice Pialat, Raul Ruiz, Alain Chabat, Jean-François Lyotard ou Tina Aumont, le Cinématon de la Bpi ne comporte que des stars ordinaires, ou très discrètes, le plus souvent complètement inconnues : ses lecteurs. Cependant, comme dans le Cinématon de Courant, les cinématés de la Bpi sont « tous égaux devant la caméra » et « tous unis dans le cinématon ». Autre clin d’œil, et source d’inspiration, Raymond Depardon sort à cette époque son film Les habitants6. Il y sillonne la France en caravane et propose aux habitants de villages qu’il croise au hasard de s’installer dans le salon de la caravane, où une caméra tourne en continu, et d’y poursuivre leur conversation « en toute liberté ».

4Nous voulions, nous aussi, donner la parole aux « habitants » de la Bpi7. Il en ressort une parole collective étonnante. Pour une fois, dans ce lieu silencieux qu’est une bibliothèque, les lecteurs sont invités à se faire entendre. Enregistrer l’image8 et la voix des usagers, c’est constituer l’archive secrète de la bibliothèque, animée en chacun de ses lecteurs mais souvent muette dans son ensemble. Étonnante aussi par la convergence des propos tenus par les quelque 110 portraits filmés. Pour favoriser la prise de paroles et d’images, nous avons imaginé avec l’équipe de la régie un décor fermé.

Photo 2. Décor du Cinématon

Image

Quatre rideaux de velours noir épais délimitent l’espace, un fauteuil club au centre, une caméra cachée derrière le rideau du fond, qui tourne en permanence, un écran « retour » permet aux participants de vérifier le cadrage, une tablette sur un pupitre avec un compte à rebours réglé sur deux minutes (une sonnerie retentit une fois le temps écoulé) et une fiche accrochée à un des rideaux avec les trois questions.

Photo 3. Installation du Cinématon

Image

5Le tournage est rendu plus léger par le recours aux micros d’ambiance9. Ce décor a été installé dans le « Salon Jeux vidéo » au niveau 1 de la bibliothèque, juste à côté de l’entrée et de la sortie, au pied des escalators : cette localisation stratégique pour solliciter les participants pâtit d’un environnement sonore bruyant dont le film définitif rend compte…

6Le Cinématon, imaginé comme un espace d’expression et de participation, n’est pas spontanément investi par le public. Il nous faut le solliciter, le « choisir » et tenter de reconstituer un panel de lecteurs qui nous paraissent représentatifs : « habitués » – ces lecteurs assidus qui consultent parfois compulsivement les collections –, groupe de jeunes étudiants bruyants, retraités, jeunes filles timides, quadragénaires en reconversion… S’il n’y a pas eu d’appropriation du Cinématon par le public – nous estimons à moins de 10 % les lecteurs venus enregistrer spontanément – nous avons pu, nous, bibliothécaires10, approcher et convaincre plus d’une centaine de participants de laisser une trace de leur passage, de leur visite, d’un moment de leur vie passé à la Bpi. À l’issue des trois jours de tournage, environ 110 personnes ont participé au Cinématon11en 72 séquences : 45 séquences individuelles, 18 binômes et 9 groupes. Avant le visionnage, nous ignorons tout (ou presque) des paroles et des images enregistrées : la règle adoptée du film de Courant, comme celui de Depardon, laisse le sujet filmé seul face à la caméra et à sa liberté de paroles et de gestes, tandis que les commanditaires des séquences s’obligent à disparaître, le plus possible12.

7Après visionnage, nous évaluons – estimation « au doigt mouillé » – que 31 séquences ont été tournées avec des participants de moins de 25 ans, 28 séquences avec des 25-60 ans, dont 7 comprenant des enfants de moins de 12 ans et 13 séquences avec des plus de 60 ans, dont 2 avec des enfants. Enfin, 55 séquences concernent uniquement la Bpi, dont 11 séquences avec des « habitués » ; 2 étaient des premières visites et 15 séquences font mention uniquement du Centre et plus particulièrement du Musée13. Au visionnage, le film nous a frappées par son homogénéité et par son sérieux : pas de blagues potaches, de tentatives de débordement verbal ou gestuel, mais au contraire un soin apporté à ce qui est dit. Les lecteurs se sont souvent mis en scène pour l’enregistrement, on sent que la parole a été distribuée dans certains cas, le placement de chacun étudié avec attention. L’enregistrement est fait avec engagement, il ne s’agit pas de prendre l’exercice à la légère. Issues aussi bien de personnes nées en France qu’à l’étranger, de conditions et de niveaux d’études très différents, les séquences filmées construisent l’image d’une bibliothèque incarnée, ou plutôt personnifiée. La construction de cette image est intimement liée aux questions-amorces proposées, notamment : « Pourquoi aimez-vous la Bpi ? » Cependant, les participants s’en saisissent pour exprimer une reconnaissance débordante, parfois grave, et en cela peu attendue dans le cadre festif, léger, bruyant d’un week-end anniversaire : ces paroles de gratitude transforment certaines séquences du Cinématon de la Bpi en véritables cérémonies d’hommage.

8La deuxième question-amorce proposée aux participants, « Quel est votre meilleur souvenir à la Bpi ? », est l’occasion d’archiver des séquences de souvenirs spontanés : souvenirs de sa propre vie dans laquelle la Bpi occupe une place parfois déterminante, ou témoignages de la vie de la bibliothèque elle-même et de ce qu’on y trouve : on apprend, dans ce Cinématon, autant sur l’offre de la Bpi qu’à travers ses rapports d’activités ou les captures de son site web.

9De l’ensemble se dessinent les contours d’une institution qui incarne et porte les valeurs républicaines alors même que bien des lecteurs ignorent le statut national de la Bpi, qui est d’abord à leurs yeux « la bibliothèque avec beaucoup de tuyaux ». Et c’est souvent par la troisième question, « Comment imaginez-vous le Centre Pompidou dans 40 ans ? », que les craintes de la disparition de ces valeurs se font entendre.

Cérémonie d’hommages

10Si le Cinématon de la Bpi a été imaginé pour rendre hommage aux publics de la Bpi, nombreux et souvent fidèles depuis sa création, les paroles qui s’y inscrivent retournent très clairement l’hommage à l’envoyeur…

Remerciements et déclarations d’amour

11De nombreux lecteurs ne se contentent pas de détailler ce qui leur plaît à la Bpi – souvent les services qu’ils apprécient tout particulièrement – mais profitent de l’occasion pour remercier l’institution, « la Bpi », comme une entité à part entière. Pour exemple, ce lecteur argentin qui laisse un message très court, tout sourire et les pouces en l’air pour signifier son contentement :

Merci beaucoup Bpi, je m’appelle Esteban, je suis argentin, j’ai pratiqué la langue française à la Bpi en atelier de conversation et en autoformation. OK Bpi, merci beaucoup ! Bon anniversaire !14

12D’autres cherchent à personnaliser leur adresse15 : ce sera « vous », « équipe de la Bpi », pour ce lecteur étranger, assis sagement dans le fauteuil, mains croisées, qui regarde calmement la caméra en articulant chaque phrase :

Bonjour à toutes et à tous. J’aime trop la Bpi parce que c’est un endroit calme, très calme. C’est un endroit idéal pour réviser mes cours, préparer mes exams et tout… Je remercie aussi l’équipe de la Bpi. Vraiment, j’ai passé de très bons moments ici, là avec mes amis. C’est des souvenirs, on va dire… incroyables. Et j’espère que ce Centre-là, ce sera le meilleur centre du monde dans 40 ans et je vous remercie.16

13Ce peut être encore Georges Pompidou lui-même, pour cette lectrice qui a mûrement réfléchi et préparé sa contribution, écrite à l’avance sur une feuille de papier. Elle lit face à la caméra, lunettes sur le nez, en prenant soin de parler lentement pour que son intervention soit bien comprise, n’étant pas francophone de naissance comme son accent le laisse comprendre :

Je rends témoignage à Georges Pompidou. Ce qu’il nous a laissé constitue la maison qui me permet de me concentrer sur mes études et faire mes devoirs. Avec elle, je ne vois pas le temps passer et j’ai de quoi m’occuper. L’ennui n’a pas de place. C’est un vrai héritage public que Georges Pompidou nous a laissé. Juste ce matin, il m’est venu à l’esprit que c’est un beau cadeau… de l’égalité qu’il nous a laissé car riches et pauvres, même les plus démunis, trouvent de l’instruction et de la chaleur en ce lieu de la bibliothèque. C’est la vraie maison du peuple qu’il a construit, son savoir, pour nous léguer. Nos mots sont des couronnes de gerbes que je lui adresse. Qu’il demeure en paix et heureux d’avoir accompli une générosité profitable à toutes les générations. Je le remercie, c’est mon obole, car il m’a donné les moyens pour bien m’instruire de 1995 à 1999 et encore aujourd’hui. Comme le dit l’adage : « Il faut rendre à César ce qui est à César. »17

14Enfin, pour certains lecteurs parmi les plus avertis, les remerciements s’adressent directement au premier directeur de la Bpi. Bien enfoncé dans son fauteuil, les mains croisées sur son ventre rebondi, ce septuagénaire, ravi d’enregistrer un message puisqu’il a eu la chance, nous a-t-il expliqué, d’avoir connu « Monsieur Seguin »18 débute par :

Je viens très souvent à la Bibliothèque publique d’information qui est pour moi un lieu de mémoire et un lieu magique.19

15Les lecteurs qui aiment la Bpi le lui expriment comme ils peuvent, parfois avec force gestes : « On aime la Bpi ! [rires] Oui ! [avec le pouce en l’air] Vive la Bpi ! C’est le secret du bac… En tout cas des révisions du bac. [Les trois ensemble] Bye ! »20. Ou par une sorte de formule euphémisante : « rien à dire », expression récurrente dans de nombreuses séquences, comme celle de ces trois jeunes lecteurs, souriants et enjoués, qui ouvre le Cinématon. Ils se plaignent de la longueur de la file d’attente et finissent par dire : « Sinon, c’est une super bonne bibliothèque ! Ouais… Y’a rien à dire ! »21 Les gens heureux n’ont pas d’histoire…

La reconnaissance de ceux qui se sentent eux-mêmes reconnus

16Ces témoignages de gratitude envers la Bpi laissent entendre les formes d’une reconnaissance réciproque que l’on pourrait formuler ainsi : je reconnais à la Bpi la qualité de me reconnaître et de m’accepter comme je suis. Ainsi, ce lecteur italien, habitué des ateliers de conversation en français, débute son enregistrement par :

Bonjour, j’aime la Bpi parce que… je me trouve chez moi et je me sens libre pour chercher des choses qui me semblent convenir pour améliorer ma langue.22

17On est à l’aise à la Bpi, on n’est pas impressionné par les lieux, disent les séquences du Cinématon. On y est bien parce qu’on y fait ce qu’on veut, sans aucun prérequis d’utilisation des collections ou des espaces, comme l’explique ce jeune lecteur étranger, originaire d’un pays d’Afrique, qui parle lentement avec un fort accent et ne parvient pas à fixer la caméra qui l’impressionne :

Ici y’a la paix, y’a le calme. Y’a personne qui te dérange, y’a personne qui te dira « fais ceci, fais cela ! ». Tu t’installes dans ton milieu, tu fais ce que t’as envie jusqu’à l’heure de rentrer.23

18Et cette mère de famille de raconter qu’elle venait étudiante à la Bpi : « Un espace de liberté très appréciable. »24

19La Bpi est une bibliothèque qui accepte que chacun occupe l’espace dans des « chez soi » de langues et de culture différentes, comme en témoigne ce lecteur chinois, parlant très mal français, mais qui a tenu à participer au Cinématon :

Euh… Viens à la bibliothèque… euh… c’est regarder… euh… c’est faire… Internet ! Regarder Internet ! Internet… euh… pour… Chine ! [Voix de Florence Verdeille, l’une des bibliothécaires en charge du Cinématon, en off : « pour apprendre le français ? »]… euh… Voilà ! [il sourit, content] Avant c’est apprendre français ! Si, si, si, Madame ! C’est apprendre français ! Après… euh… c’est chinois pour… télévision ! Télévision ! Là-haut, chinois, télévision. Avant, y’a pas chinois… Maintenant… parler… français.25

20On y est bien aussi parce que toute présence y est légitime. Des lecteurs de tous âges, origines et conditions sociales s’y croisent… Nombreux sont les témoignages filmés qui pointent le cosmopolitisme de la bibliothèque, comme celui de ce jeune étudiant au ton calme et posé :

Salut, moi, c’est Oumeg. Je suis étudiant à l’*** [inaudible], une fac parisienne dans le 6arrondissement, en informatique. J’aime bien la Bpi parce que c’est une bibliothèque énorme, immense, avec plein de gens de plein d’origines, de plein de cultures. Et ce que j’aime avec cette bibliothèque, c’est qu’elle est ouverte tous les jours, hormis le mardi, mais c’est pas grave. Elle est ouverte le dimanche, elle est ouverte les jours fériés. C’est ouvert le soir jusqu’assez tard. Tout le monde est super gentil. Il y a des tables pour travailler, pour étudier, il y a des animations. C’est super.26

21La grande mixité sociale est une thématique récurrente des portraits du Cinématon. « La Bpi, ça m’a permis de voir des gens différents, des gens mouillés, des gens gros, des gens malades, des gens allongés… »27, explique sérieusement un très jeune étudiant, bonnet vissé sur la tête. Une autre raconte comme « meilleur souvenir » le moment où un vieux monsieur, endormi sur une banquette à côté d’elle, a « lâché une flétulence [sic] »28 et éclate de rire avec ses amis… « Nous, ce qui nous a vraiment frappés à la Bpi c’est que c’est un peu la cour des miracles en fait… »29, s’exclament deux autres étudiants dans un grand sourire.

22On voit aussi que le « meilleur souvenir » déclaré par les participants face caméra n’est pas forcément le plus agréable ou le plus heureux : ce peut être plutôt celui qui marque, qui fait bouger. Le témoignage de ce jeune lecteur, calme et posé, bien que pas totalement à l’aise face à la caméra – il passe son temps à se frotter les mains et cherche souvent ses mots - nous semble à cet égard tout à fait représentatif :

Je viens d’arriver à Paris il y a deux mois de ça et je découvre… [La pancarte des questions – accrochée à un des rideaux du studio – tombe, le lecteur sourit et se détend un peu] à cette occasion la Bpi. Je vais pas pouvoir du coup répondre aux questions qui sont classiquement posées : « quel est votre meilleur souvenir », etc. J’en ai très peu pour l’instant. Je viens travailler, je m’y sens bien quand je travaille là. Ce qui me plaît beaucoup c’est que c’est un lieu qui est ouvert à tous… tous les jours de l’année sauf le mardi. Qu’on soit jeune ou vieux, qu’on soit riche ou SDF, on a ici accès à des collections qui sont exceptionnelles, je trouve… Accès multimédia, accès à des romans, des mangas, des livres de mathématiques ou de philosophie… euh… Je trouve que c’est une très très belle chose que tout le monde y ait accès. Et je sais que j’y ai vu effectivement des gens qui étaient en costume et beaucoup d’étudiants, ou des gens qui dormaient visiblement dans la rue aussi… euh… J’ai vu tous ces gens dans ce même lieu, voilà. Je trouve que c’est très beau. J’espère que ça sera toujours là dans 40 ans.30

Archiver le public

23Très peu de participants se présentent spontanément pour s’exprimer devant la caméra, nous l’avons vu. Nous devons convaincre, discuter, argumenter31. Le passage devant la caméra est difficile pour nos lecteurs. Mais la gêne cède peu à peu la place au plaisir. De film anniversaire ludique et spontané dont le public serait le réalisateur, le Cinématon s’est mué en film archive des lecteurs de la bibliothèque. La Bpi n’est que ce que ses lecteurs en font, le Cinématon veut rendre compte de la richesse et la diversité de ses « habitants ».

Souvenirs personnels et pratiques culturelles

24Au visionnage du film, nous avons été frappées par la connaissance fine et pointue de la bibliothèque qu’en avaient les lecteurs. Cela concerne les collections, l’action culturelle au sens large (expositions, ateliers…) ou encore les différents services proposés comme l’accès à Internet. Les participants peuvent développer des pratiques exigeantes susceptibles d’être documentées précisément. Ainsi, plus de la moitié des séquences enregistrées, 38 exactement sur les 72, font une ou des mentions à l’offre documentaire et culturelle de la Bpi. Le Cinématon capture ainsi les pratiques culturelles qui affleurent sous le témoignage personnel.

25Nous avons eu, par exemple, le cas d’une habituée qui est sortie catastrophée du Cinématon : elle avait oublié de parler du piano en libre accès de l’espace Musique ! Nous lui avons permis exceptionnellement de réenregistrer son intervention tant elle semblait ennuyée d’avoir laissé un témoignage incomplet :

Bonjour, comme deux minutes, ça me paraît très très court, je vais tout de suite vous dire pourquoi je suis venue aujourd’hui : c’est pour réserver un piano et jouer une heure de piano ici. Alors, peu de gens le savent, c’est pourquoi j’ai tenu à en parler. C’est peut-être à double tranchant parce que ça aura peut-être encore plus de succès. Effectivement, le drame, c’est qu’il n’y a que deux pianos et qu’il faut les réserver à l’avance et que c’est extrêmement demandé. Parfois, il faut attendre une heure, voire plus, voire venir et ne pas pouvoir jouer. Mais c’est quand même assez extraordinaire et je vais d’ailleurs demander à ce qu’on augmente le nombre de pianos disponibles, mais ça…32

26Véritable film d’archive, le Cinématon est aussi le témoin parfois de ce qui n’existe plus :

La seule chose qui m’embête un petit peu sur le Centre, enfin, sur la Bpi, c’est que les anciens médias qui s’appellent « média-vue » [NB : Mediaview est le nom de l’ancien système d’exploitation des documents multimédias de la Bpi], qui se trouvent au deuxième étage, sont d’excellente qualité, il n’y en a plus que cinq qui sont encore en vie. Et les nouveaux supports informatiques sont tout à fait inadaptés pour quoi que ce soit. Le son est mauvais, tout est mauvais. Il n’y a que le personnel qui reste extrêmement patient et à l’écoute du public dont je fais partie, et je les remercie pour ça. Voilà, je suis dans les temps.33

27Reflet animé de ce qu’on peut faire à la Bpi et de ce qui s’y trouve, la Cinématon imprime aussi la trace des parcours des lecteurs eux-mêmes, voire la trace de certaines périodes de leur vie. Ainsi, cet homme d’une petite cinquantaine d’années, s’exprimant avec aisance, bien calé au fond du fauteuil :

Alors, moi, j’adore [il insiste] la Bpi parce qu’on y trouve un peu de tout. Par exemple, moi, je viens faire de l’Internet, je viens lire des livres d’histoire, du théâtre, des romans. Je trouve tout. Le lundi je viens faire de l’anglais. Je trouve que c’est très bien, les professeurs sont sympas. Ils sont anglais, américains.34

28Cet autre habitué, plus âgé et moins à l’aise – il laisse de nombreux silences – et qu’il a fallu convaincre de venir enregistrer, prend le soin de bien expliquer son cheminement dans les collections :

Je viens à la Bpi depuis 2002 pour faire de l’histoire de l’art. Au début j’ai complété mes études pour obtenir un diplôme puisqu’à la Bpi, malgré le temps d’attente – je n’avais pas encore 60 ans –, je trouvais tout ce dont j’avais besoin, ce qui est encore le cas aujourd’hui. J’ai débordé de mon port d’attache de l’histoire de l’art pour aller vers la littérature […] L’avantage de la Bpi, c’est qu’on est en prise directe [il mime le fait d’attraper un livre] avec des livres dont on ignore totalement l’existence. Alors que le numérique, il va peut-être justement cacher ces livres… [il est interrompu par la sonnerie du chronomètre]35

29Les habitués ne sont pas tous érudits ou lettrés, loin s’en faut. Mais ils mentionnent quasi systématiquement les collections comme un des motifs de leur visite : témoignages sur des pratiques culturelles et des souvenirs personnels s’inscrivent parfois dans une même séquence du Cinématon. Ainsi Daniel, éboueur à la retraite, explique à Florence Verdeille (qui est restée derrière le rideau et lui pose des questions pour le mettre à l’aise) lors de l’enregistrement :

– [Lisant la pancarte] Aimez-vous la Bpi… Ben, pour la lecture, c’est plus tranquille. Y’a presque le silence, c’est déjà pas mal. […]

– Vous venez tous les jours ?

– Oui, mais… sauf le mardi, quoi.

– Qu’est-ce que vous y faites ?

– Il y a des bouquins de la bibliothèque qui m’intéressent beaucoup, la géographie surtout, l’histoire de France. Y’a l’histoire officielle et puis y’a l’histoire qu’on sait pas, en fait surtout.

– Vous vous présentez ? Vous vous appelez comment ?

– Daniel, éboueur à la retraite, depuis trois ans, célibataire sans enfants, mais tonton une dizaine de fois.36

30Les autres lecteurs, eux aussi, mentionnent la richesse des collections. Comme cette étudiante qui, à la question du meilleur souvenir, s’exclame en levant les bras au ciel en signe de victoire : « Moi, j’ai enfin trouvé les Bernstein et Milza ! »37, faisant référence, très vraisemblablement, à L’histoire du vingtième siècle, le célèbre ouvrage des historiens Serge Bernstein et Olivier Milza. Mais, dans cette séquence, on ne sait pas le rôle que cette trouvaille a tenu dans la vie de l’étudiante : le souvenir personnel s’est ici tu au profit du témoignage sur une pratique culturelle, de ce que l’on trouve à la Bpi.

31Cette relation entre ce que la Bpi propose et ce que chacun y fait, de manière peu standardisée38 est régulièrement soulignée dans les séquences filmées, ainsi encore par ce lecteur, septuagénaire, parlant avec assurance et de façon presque un peu docte :

Je pense que c’est simplement le seul endroit au monde [il insiste] qui propose autant d’activités. Et en fait je fréquente cet endroit depuis assez longtemps et tout simplement parce qu’au niveau des ressources de la bibliothèque elle-même, on a des possibilités d’apprendre les langues. Et j’ai tenté d’intégrer des cours pour apprendre le mandarin avec des structures qui existent à l’extérieur et ça a été un échec. Mais grâce au Centre Pompidou, je suis capable de dire des choses comme par exemple : « ѯѠѰѽѭ [mots en chinois ?] » et je peux aussi dire « ѩҗѢ », ce qui veut tout simplement dire en français que j’ai pu, grâce au Centre de la Bpi, apprendre d’une part le mandarin et d’autre part le japonais, et donc que je sais à peu près parler et écrire, et ce, dans un laps de temps assez court.39

32En résumé, on apprend toujours quelque chose à la Bpi, ou on pense que l’on peut apprendre. C’est en sous-texte ce que nous livre cette séquence : « Ce que j’aime à la Bpi, c’est la possibilité de réviser et de pouvoir faire des recherches dans un endroit calme », nous explique Franck, jeune trentenaire qui a arrêté « les cours après le bac » et aime venir à la Bpi pour travailler « à son rythme »40.

33On en sort « plus fort et plus riche », comme nous l’explique avec poésie ce lecteur quinquagénaire, calme et posé, à l’accent chantant méridional :

J’aime la Bpi parce que c’est un endroit où je peux apprendre autant que possible. Il y a de tout, de la poésie, de la littérature, de l’art, de l’histoire de l’art, plein de choses qui me passionnent ici. Et donc, j’y viens depuis presque 35 ans, depuis quasiment l’ouverture. J’ai l’impression d’être un éternel étudiant aussi quand je passe ici… Et puis en fait, c’est comme si j’arrosais le jardin de mon âme à chaque fois que je passais là. Parce que je suis un peu plus fort ou un peu plus riche de ce que j’ai découvert, des livres que j’ai feuilletés, par hasard, ou par rapport à des projets particuliers.41

Photo 4. Quelques « cinématés »

Image

Capter la trace d’un lieu qui laisse des traces

34Certaines séquences du Cinématon soulignent ce que la Bpi a de caractéristique que l’on ne trouve pas ailleurs ; d’autres séquences insistent sur ce qui s’est passé à la Bpi et qui perdure au-delà de la présence même à la bibliothèque, qui « habite » en quelque sorte le lecteur. Par ces deux types de discours, le Cinématon témoigne d’une communauté spécifique d’habitants (parfois habités). Souvent, parce qu’on y vient beaucoup, la Bpi fait partie de notre vie comme ce jeune homme l’explique à la caméra d’une voix douce :

La Bpi, pour moi, c’est une grande partie de ma vie. Je pense que je m’en souviendrai longtemps. J’y ai passé les deux dernières années pour réussir mon concours de médecine, tous les jours, de l’ouverture jusqu’à la fermeture.

35Il poursuit en racontant très tranquillement comme meilleur souvenir, une anecdote révélatrice d’une appropriation singulière des lieux :

Mon meilleur souvenir à la Bpi, c’est, je pense… alors là, c’est un peu moins studieux, c’est notamment… on avait récupéré un paquet de pâtes… [rires] un paquet de pâtes qui avait fini entre deux livres. On avait laissé un mot, jusqu’à ce que plusieurs jours après, quelqu’un nous contacte pour nous expliquer qu’il avait retrouvé notre paquet de pâtes. Et voilà. C’est un bon souvenir qui nous a pas mal amusés.42

36Cette jeune lectrice nous livre une belle analyse de cet éternel retour à la ville Bpi et sa fameuse ambiance :

J’ai beau avoir testé plein d’endroits pour écrire – par exemple, avant les attentats, j’avais tenté d’écrire dans le métro –, eh bien je reviens toujours ici. Et peu importe qu’il fasse trop froid en hiver et trop chaud en été dans les salles, que l’on m’ait piqué un téléphone portable avec la moitié d’un roman. Ben au final, je me sens toujours bien ici pour écrire et je crois que c’est peut-être du fait de la concentration ambiante, de sentir tout le monde dans cette espèce d’état créatif ou intellectuel ou culturel permanent. C’est ultra-contagieux et ça fait du bien aussi de pouvoir se connecter à d’autres gens. Donc voilà, je suis assez reconnaissante pour ces petits moments de sérénité et de calme que m’a offerts la bibliothèque.43

37L’ambiance encore évoquée par ce tout jeune homme, la petite vingtaine, affalé dans le fauteuil, casquette sur les genoux. Son meilleur souvenir est lié à la satisfaction personnelle d’avoir été tenace et d’avoir mené ses révisions jusqu’au bout :

Alors, « votre meilleur souvenir », paradoxalement, c’est pas de l’amusement. Mon meilleur souvenir, c’était en terminale, quand je suis venu à la Bpi en fait parce que j’avais un DM de maths à faire. C’était horrible ! J’avais essayé de trouver toutes les corrections possibles sur internet. Et je me rappelle, j’étais resté jusqu’à la fin. Jusqu’à la fin ! J’ai pas pris de pause. Et j’en ai gardé une gratification personnelle parce que j’avais réussi à avoir un 18,5 à ce DM-là ! Donc ça reste mon meilleur souvenir parce que réellement j’ai pu terminer ce DM et puis… [il lève les yeux au ciel] waouh !44

38On le voit, le meilleur souvenir est aussi le plus marquant, pas toujours le plus agréable, ce que résume un autre étudiant, tout aussi jeune :

Et on me demande si j’ai un meilleur souvenir… La vérité, c’est que j’ai pas de meilleur souvenir ! Parce venir travailler, ce n’est pas une partie de plaisir !45

39À côté de ce qu’on trouve à la Bpi en y étant, il y a aussi les souvenirs de ces moments de bascule de vie dans lesquels la bibliothèque a joué un rôle qui perdure une fois les lieux quittés. Ainsi, cette lectrice raconte :

J’aime la Bpi parce qu’il y a plein de choses qu’ils me proposent, beaucoup d’information. Ça fait quatre ans que je suis venue ici. Et le meilleur souvenir que j’ai, c’est le jour où j’ai réussi à mon examen parce que j’ai rencontré quelqu’un de très très très compétent et il a bouleversé et changé ma vie. Et c’est ici à la Bpi que tout c’est… que ma vie a complètement changé, que tout a basculé. Et franchement c’est un endroit… pour ceux qui veulent venir pour travailler, ils peuvent ! C’est accessible pour tout le monde, il y a plein d’activités. Il y a des trucs très très très sympas. C’est super pour la culture, culturellement… Et les personnes aussi, elles sont très sympathiques. C’est très très bien sécurisé surtout… ici il y a de tout ! Et comme je vous ai dit, mon meilleur souvenir, c’est effectivement… j’ai rencontré un monsieur quand je suis venue là pour travailler, j’avais des lacunes et je savais pas quoi… m’en sortir pour le bac. Et quand j’ai rencontré ce monsieur, on s’est mis ici pendant trois semaines, je suis partie passer mon examen. Et maintenant, je suis en troisième année, en licence d’économie. Et je ne compte pas m’arrêter là. Parce que, ici, surtout quand on vient quand on veut réussir, on réussit ! Même si on vient sans vouloir réussir, on réussit ! Parce qu’à la Bpi, il y a vraiment de tout, vraiment de tout : on propose plein de choses pour se documenter, les emplois, des activités, même pour parler des langues, tout est possible ici et tout est faisable. Ah oui, c’est… […] Le centre Bpi il est vraiment… [elle envoie un baiser dans les airs] génial ! Top ! [elle lève le pouce] Je vous le conseille vivement !46

40Comme le laisse supposer l’étudiant en médecine dans la séquence précédemment mentionnée, on découvre souvent la Bpi lors de ses études et cette expérience marque, la bibliothèque accompagne le moment des épreuves au sens fort du terme47. Plusieurs témoignages de lecteurs adultes – notamment les témoignages de familles – nous le confirment. Ils ne sont pas venus depuis « des années », la dernière fois étant quand ils étaient étudiants. Voici celui, assez représentatif de la famille Dovis48. Lui, la quarantaine, est installé dans le fauteuil avec son fils d’environ 6 ans sur les genoux, elle est agenouillée à sa gauche, au sol, et tient leur petite fille d’environ 2 ans qui s’accroche à l’accoudoir du fauteuil. Il prend la parole en premier :

– Bonjour, donc, la famille de Dovis qui est présente. Donc on va présenter pourquoi on apprécie de venir à Beaubourg. Alors, moi personnellement je viens à Beaubourg, parce que… c’est pour, notamment, préparer des examens. Donc, pour la bibliothèque, je trouve que la bibliothèque est assez importante. En plus elle est gratuite et ça me permet d’avoir un certain nombre de documents. Alors, je ne suis pas un… au niveau de la culture, je ne suis pas un fan de la culture. Ma femme, elle va vous parler un peu plus, beaucoup plus, pourquoi elle apprécie Beaubourg au niveau culturel.

– Ben moi j’y suis venue depuis bien longtemps pendant mon année d’histoire de l’art et j’ai toujours pu apprécier la liberté qu’il pouvait y avoir à Beaubourg, d’aller et venir ne serait-ce que dans le hall, la bibliothèque. C’est vraiment un espace de liberté très appréciable.

– Alors comme on a maintenant deux enfants, on va essayer de leur faire découvrir Beaubourg et toutes ses spécificités… et également je pense qu’il y a beaucoup d’œuvres. On va essayer d’y aller un peu plus… facilement et longtemps.

– Je pense que Théophile apprécie déjà le look extérieur de Pompidou.49

41Théophile a 6 ans, il aime déjà le look de Pompidou qui, décidément, ne vieillit pas.

Photo 5. Quelques « cinématés »

Image

Portée symbolique d’une institution nationale

42Nombre des séquences enregistrées témoignent de ce que la Bpi représente pour ses usagers en tant qu’institution nationale : sa portée symbolique dépasse très largement son périmètre urbain et sa fonction documentaire.

« Une cathédrale gothique moderne »50 du savoir

43Dans cette ambiance si particulière, évoquée régulièrement également dans les enquêtes de public, se trouve aussi tout un environnement esthétique qui constitue un indéniable attrait pour ces visites régulières, parfois éprouvantes, mais souvent aussi satisfaisantes.

44De nombreux lecteurs apprécient tout particulièrement la Bpi pour sa forte empreinte architecturale. Elle peut parfois un peu effrayer au premier abord, comme nous l’explique Daniel, encore, cet habitué à la retraite assez réservé et introverti :

Votre meilleur souvenir à la Bpi… Ben, la première fois que j’ai vu les bâtiments de l’extérieur, j’ai été surpris et puis finalement, c’est passé tout seul !51

45Souvent, au contraire, elle est mise en avant : on aime ces grands espaces. Dans tous les cas, le Centre Pompidou est devenu un monument architectural et les lecteurs en ont parfaitement conscience, comme nous l’explique ce jeune étudiant :

Dans 40 ans, je pense qu’il [le Centre Pompidou] sera toujours le même, mais différent. Toujours le même, bien sûr, parce que ça reste un assez grand monument qui se reconnaît par son physique, par sa structure, par les gros tuyaux. Moi je viens de Senlis, donc je connais pas le nom. Mais quand on parle du Centre « avec beaucoup de tuyaux », là tout le monde le reconnaît ! Donc dans ce sens-là, je pense que rien va changer. D’ailleurs, ce serait dommage qu’il change.52

46Une étudiante étrangère, Ania, en Erasmus pour une année, parle même d’une expérience :

Déjà le bâtiment elle-même (sic) m’a vraiment surpris parce qu’avec tous ces tubes, avec toutes ces couleurs, c’est quand même une expérience assez particulière ! Déjà le bâtiment, ça vaut le coup de le visiter.53

47C’est d’ailleurs cette forte empreinte architecturale qui fait s’exclamer à cette jeune fille d’une dizaine d’années, venue avec sa famille (ils enregistrent tous les quatre ensemble, serrés sur le fauteuil) : « [la mère] Comment imaginez-vous le Centre Pompidou dans 40 ans ? [la fille, comme une évidence] Ben… un peu rouillé ! »54

48Cette jeune étudiante nous livre à cet égard un témoignage assez poétique de son meilleur souvenir à la Bpi :

Et puis mon meilleur souvenir à la Bpi, c’était il y a quelques semaines. Il faisait très très froid dehors. J’avais un gros travail à faire avec un ami et j’étais venue ici pour regarder dans les bouquins, pour m’aider un peu. Et par les grandes baies vitrées du premier étage, on voyait la statue, enfin pas la statue, la fontaine avec les statues de Niki de Saint Phalle. Et l’eau de la fontaine, elle était toute congelée. Et à la fermeture, vers 22 heures donc, on est sortis. On avait fini tout notre travail et on est allé juste à côté et on a glissé sur la glace comme sur une sorte de patinoire improvisée. Et c’est aussi ce que j’aime à la Bpi. Parce qu’il y a le musée et il y a tout ce qui est arty autour. C’est super agréable.55

Une agora intemporelle

49Les plus jeunes apprécient d’y retrouver leurs amis. Beaucoup, d’ailleurs, expliquent être venus à la Bpi parce qu’il en avait entendu parler, « le fait qu’il y ait des camarades qui y vont, ça m’a vraiment entraîné dans cette démarche »56 explique l’un. La Bpi ne vieillit pas, elle reste toujours à la mode, elle reste la bibliothèque des jeunes, même si déjà deux générations y sont passées. C’est bien ce que pressentent ces deux jeunes étudiantes :

[L’une, lisant la pancarte] Alors pourquoi on aime la Bpi ? [L’autre, dans un grand sourire] Ben alors, moi, c’est la première fois que je viens ici ! Mais on en a beaucoup entendu parler comme un endroit super grand, pour les jeunes, les étudiants, tout ça… Voilà. […] Comment on imagine le Centre Pompidou dans 40 ans ? Ben toujours à la mode ! Toujours dans l’air du temps.57

50Un ensemble de séquences du Cinématon construit la Bpi comme un point d’étape dans la ville, un point de rendez-vous impromptus et de rencontres inopinées. On retrouve ces anciens copains de lycée mais surtout, on rencontre d’autres étudiants, parfois dans des disciplines différentes, et on peut « échanger des expériences » comme l’explique ce jeune lecteur enjoué :

Bon, c’est parti, deux minutes avec vous ! Du coup, on m’a posé trois questions. La première c’est : « Pourquoi aimez-vous la Bpi » ? Ben, la Bpi c’est un endroit sympa. Tu rencontres du monde, tu peux échanger, partager avec différents étudiants, qui font pas les mêmes choses que vous. Ben, du coup, c’est assez intéressant… Ben, on peut avoir de nouvelles expériences, une ouverture d’esprit, etc., etc. Deuxième question : « Votre meilleur souvenir à la Bpi » ? Ben, mon meilleur souvenir à la Bpi… J’ai pas réellement de meilleur souvenir qui me vient en tête, mais c’est quand tu rencontres un ancien ou une ancienne camarade de classe avec qui t’étais au lycée. Ben, du coup, on va pas dire que c’est émouvant mais c’est sympa de rencontrer deux ou trois ans après une personne que t’as vu au lycée, ben que ça fait longtemps que t’as pas vu. Et du coup, ben tu partages avec elle son expérience scolaire, etc. Et tu échanges, quoi, c’est assez sympa.58

51Plus lyrique, un habitué explique presque scientifiquement ce carrefour de rencontres que constitue la Bpi :

Ce que je retiens, ce sont surtout les rencontres que l’on fait sur ce forum qui fait confluer des personnalités parfois très très intéressantes. J’ai rencontré un très grand peintre, j’ai rencontré un metteur en scène qui m’a invité à dire des poèmes. Mes meilleurs souvenirs sont donc ces rencontres. Parce que la Bpi est un forum et donc il y a un besoin « agorique ». Les âmes se rencontrent, se percutent.59

52On y fait des rencontres qui changent notre vie parfois – nous en avons cité un exemple –, qui nous enrichissent dans tous les cas. Un autre habitué, qui consulte avec assiduité et méthode les collections de littérature, explique lentement – il a un souci d’élocution – à mots pesés :

Et c’est un lieu de rencontres parce que, en fait à la bibliothèque, il y a pas mal d’intellectuels et autres étudiants qui viennent, donc on peut discuter de diverses choses, de divers sujets qui nous intéressent, qui nous passionnent. Et ici, on trouvera toujours réponse aux questions qu’on se pose. On trouvera toujours un interlocuteur compétent pour répondre aux questions que nous nous posons. Alors quel est mon meilleur souvenir à la Bpi ? Mon meilleur souvenir à la Bpi, c’est le souvenir d’une dame qui est professeur de lettres classiques. J’avais fait sa rencontre il y a une dizaine d’années ici, et à cette époque, je ne savais pas quel était son métier. C’est après une discussion que nous avons eue elle et moi qu’elle s’est dévoilée en me disant qu’elle était professeur de lettres et sûrement par le plus grand des hasards… [il est interrompu par la sonnerie du chronomètre] 60

53Pour ceux qui osent l’avouer, la Bpi est aussi un endroit de drague potentielle, où on se regarde, comme le constate Daniel, l’habitué retraité : « Y’a pas de gosses, y’a des nanas, c’est déjà pas mal. »61 Et parfois, on rencontre l’amour… Pas moins de quatre « cinématés » racontent comme meilleur souvenir avoir rencontré son amoureuse, son amoureux.

54Cette jeune fille, venue enregistrer avec deux copines, nous livre une anecdote tout à fait représentative de la vie de la bibliothèque :

– Alors, pourquoi aimez-vous la Bpi ?

– Il y a une bonne ambiance de travail…

– Ouais, c’est studieux ! C’est cool ! Ça finit tard, on rigole bien…

– Votre meilleur souvenir à la Bpi ? [Désignant son amie] Je pense qu’elle va pouvoir parler…

– Et bien, moi, un jour, j’étais à la Bpi et j’étais assise à côté d’un garçon… Enfin, il y a un garçon qui s’est installé à côté de moi et il avait une canette de Red Bull, et le truc, c’est qu’il l’a renversée sur moi. [Les copines rigolent] Et en fait, ce qui est drôle, c’est que ce garçon… ça va être mon futur mari dans deux semaines à peu près [les trois éclatent de rire]. Et bien là, on peut dire que j’ai rencontré mon mari à la Bpi.62

55Pour cet autre lecteur, le souvenir est un peu plus mitigé, même s’il en plaisante :

Alors du coup, le meilleur souvenir que j’ai de la Bpi, c’est quand j’ai rencontré mon ex-copine [rires]. Oui, j’ai rencontré mon ex-copine ici… On s’est séparés, mais bon… je l’ai rencontrée ici ! C’est le meilleur souvenir que j’ai eu de la Bpi.63

56Il semble bien ancré dans l’imaginaire collectif que la Bpi est un lieu de rencontres, au point que cette jeune femme termine son enregistrement par :

Et peut-être que dans 40 ans, quand je serai vieille, quand vous referez une vidéo comme ça, je pourrai vous dire que j’ai rencontré l’homme ou la femme de ma vie ici. Peut-être…64

« La vraie maison du peuple »

57Pour de nombreux lecteurs étrangers, notamment ceux qui ont appris le français à la bibliothèque, la Bpi c’est, au-delà de la capitale, l’image même de la France.

58Cette jeune lectrice étrangère, hispanophone, tenait absolument à laisser un témoignage alors même qu’elle était impressionnée par la caméra. Elle m’a demandé de rentrer avec elle dans le studio, pour que ma présence la rassure, je ne suis pas du tout intervenue. Elle enregistre son intervention épaules rentrées, bras le long du corps, mains coincées entre les genoux, en se tortillant un peu dans le fauteuil :

Bon, je voulais souhaiter un bon anniversaire au Centre parce que je suis très attachée, moi, au Centre Pompidou, surtout à la bibliothèque. Ça a été pour moi un premier pas en France quand je suis arrivée à 16 ans. Le professeur de français, Isabelle, la première école de français que j’ai fait qui était rue Tiquetonne, elle nous avait amenés à Pompidou, au premier étage, au laboratoire de langues. […] Et puis après, avec les études de lettres, de psychologie, finalement, jusqu’à aujourd’hui, je continue à venir. Je suis très attachée à ce quartier, à la Bpi… [rires gênés] Quand on a l’opportunité, c’est gratuit, c’est accessible… Et puis voilà… Je souhaite une longue vie au Centre et merci beaucoup !

Mon meilleur souvenir à la bibliothèque ? C’est, ben, mon premier jour en France, mon premier jour, là où mon professeur de français nous a amenés à la bibliothèque, au laboratoire de langues. Et ça va rester pour moi le plus beau souvenir, je pense, en France parce que… c’est extraordinaire d’avoir un accès à l’éducation gratuite comme ça, libre… Voilà.65

59La Bpi peut aussi représenter le Paris ouvert et moderne comme pour ce lecteur étranger, certainement hispanophone, d’une cinquantaine d’années, qui se présente bien droit face à la caméra et déclare très calmement et distinctement, en appuyant son propos de mouvements de bras :

Bonjour ! Bon, le Centre Pompidou, pour moi, c’est une place magique ! C’est un lieu de rencontres, c’est la place que j’aime beaucoup à Paris. Je viens depuis 2003 et si j’étais Toulouse-Lautrec, j’allais éterniser le Centre Pompidou, chaque jour, chaque détail, chaque personnage, parce que je pense que c’est un lieu où Paris est vivant, Paris se transforme, Paris se développe et Paris se modernise. Parce que c’est aussi une place démocratique. C’est ouvert à tous. C’est ouvert presque tous les jours. Donc Pompidou, mon amour.66

60Dans cette parole collective que forment les 72 portraits du Cinématon, le scénario improvisé par les 110 participants reste étonnamment cohérent : « place démocratique »67, « vraie maison du peuple »68, les expressions relevées dans plusieurs séquences érigent, sans trop d’ambiguïtés, la Bpi comme symbole républicain, voire comme symbole d’un idéal républicain comme nous l’explique cette quadragénaire, calme et posée, pas très à l’aise face à la caméra mais qui s’exprime avec clarté :

Bonjour, je m’appelle Anne. Je suis parisienne de **** [inaudible]. J’ai découvert la Bpi il y a deux ans, j’ai repris mes études, et je trouve ça formidable. Pour moi, c’est un lieu ouvert, c’est lumineux. On y rencontre toute sorte de gens. C’est un melting-pot social. Chacun y trouve quelque chose qui l’intéresse. Et mon meilleur souvenir, c’est que je suis venue travailler un jour avec ma nièce, qui a quinze ans de moins que moi et qui est psychologue, et on a travaillé toutes les deux. C’est quelque chose qui paraît incroyable parce qu’on est de générations différentes et on travaille sur des sujets différents. Et je trouve que le monde devrait être à l’image de la Bpi, c’est de la tolérance, de l’ouverture. Chacun peut venir et s’ouvrir à la culture gratuitement, quelles que soient ses conditions sociales. Voilà [avec un grand sourire] !69

61Les paroles du Cinématon ne sont pas pour autant uniformes ou simplement démagogiques : on n’élude pas le fait que la mixité puisse présenter quelques risques. Cette jeune femme, dont la vie a été totalement transformée par la Bpi selon elle, constate, lucide : « C’est très très bien sécurisé surtout… Ici il y a de tout ! » 70 Il y a fort à parier que bien des lecteurs ne souhaiteraient probablement pas avoir à cohabiter, dans leur vie quotidienne, avec des publics tant « sur le fil du rasoir ». Cependant, il ne s’est pas trouvé un seul témoignage pour se plaindre de ce mélange, parfois improbable, de publics si divers.

62Sans se concerter, les participants au Cinématon fabriquent chacun avec leurs mots un discours d’hommage envers la Bibliothèque : ce qui frappe le spectateur du film est le sérieux, voire la gravité (enjouée) ainsi que la portée politique de leurs paroles. Et c’est souvent dans la troisième question, à savoir imaginer le Centre Pompidou dans 40 ans, que la notion de service publique de la culture est la plus mentionnée. Comme quelque chose à préserver, dont on craint qu’elle ne disparaisse.

Il faut que ça dure ! La Bpi, il faut que ce soit quelque chose qui dure, qui soit quelque chose qui continue à intéresser les jeunes et puis les gens plus vieux. Pour l’instruction, c’est important qu’on continue à venir ici pour s’informer, pour s’instruire, pour apprendre des langues, etc. C’est très important. Voilà, et je pense qu’il n’y a pas d’âge.71

En guise de conclusion

63Pour fêter ses 40 ans, la Bpi souhaite donner la parole à ses usagers. Ce souhait est le fruit d’un long travail d’accueil des publics, qui prend ses racines dans les années 1970 – cette décennie contestataire – et qui a su perdurer au sein d’une véritable culture de service public72. Florence Verdeille et moi-même nous sommes simplement inscrites dans cette tradition en proposant le Cinématon. Avec cette certitude que ces publics, nous qui les côtoyons si fréquemment, sont intéressés et intéressants, loquaces et perspicaces, variés et riches d’enseignements.

64Vouloir faire participer le public à un événement est hasardeux et délicat pour nos établissements très prescripteurs – nous parlons d’« offre » documentaire, qui suit une politique mûrement réfléchie. On fait le pari de l’intérêt, on espère l’adhésion à défaut de l’enthousiasme… Le Cinématon n’a pas suscité d’intérêt spontané, ou bien peu. Tout d’abord, enregistrer son image n’est pas chose aisée, même dans un environnement familier et même avec une grande liberté. Ensuite, il nous est vite apparu que le public ne souhaitait pas ou peu laisser une trace individualisée, « sa » marque, son « quart d’heure de gloire », dans un film institutionnel, pour aussi prestigieuse que soit l’institution.

65Nous avons dû nous adapter et très rapidement trouver un autre protocole : aller chercher ce public, parfois littéralement dans certains coins de la bibliothèque – notamment pour nos habitués que nous connaissons si bien. Nous avons tenté d’en représenter la diversité, en toute subjectivité. Certaines négociations ont été âpres : plus d’une vingtaine de minutes à parlementer pour un binôme de jeunes étudiantes intimidées et surtout persuadées qu’elles n’avaient rien d’intéressant à dire… Et cela s’est révélé payant. Sollicités dans un but précis, à savoir venir parler de cette bibliothèque qu’ils connaissent souvent bien, les « cinématés » ont, avec un plaisir certain, accepté de laisser leur témoignage. C’est ainsi qu’une animation festive, un événement participatif sans plus d’ambition que d’offrir un moment joyeux de libre parole, s’est muée en un film d’archive, rendant sensible et partageable le lien qui unit la Bpi à son public.

Annexe 3. Tableau de dérushage

66Dérushage du film documentaire Le Cinématon : cette codification temporelle permet d’identifier dans le film les séquences précises auquel le texte fait référence.

SéquenceTime codeTypologieCatégorie d’âgeUsager Bpi
10:07groupe< 25oui
21:40indiv25–60oui
33:10binôme< 252e visite
44:58indiv25–60habitué
56:59groupe< 25Oui
68:09indiv> 60habitué
710:10indiv25–60habitué
811:28indiv< 25Oui
913:07indiv25–60oui
1015:05indiv25–60oui
1117:09indiv25–60non
1218:32indiv25–60habitué
1320:27indiv25–60oui
1421:35indiv> 60non
1523:35indiv> 60habitué
1625:38indiv< 25oui
1727:30groupe< 251re visite
1828:56binôme< 25oui
1929:52indiv> 60habituée
2031:58indiv> 60?
2132:52indiv25–60oui
2233:55indiv> 60habitué
2334:50indiv25–60oui
2436:00indiv25–60oui
2536:20indiv> 60habitué
2638:15indiv25–60oui
2739:15binôme : parent/enfant< 12 • 25–60oui
2841:17indiv> 60habitué
2943:20indiv25–60non
3044:25binôme< 251re visite
3145:06groupe familial< 12 • > 60Oui
3246:48indiv< 25non
3347:38groupe familial< 12 • 25–60oui
3449:15binôme familial< 12 • < 25oui
3550:30binôme : parent/enfant< 12 • 25–60non
3651:55indiv< 25oui
3753:49indiv< 25oui
3854:56binôme< 25non
3955:36indiv> 60oui
4057:21binôme< 25oui
4158:10binôme< 12 • > 602e visite
4259:56binôme< 25oui
431:01:14indiv25–60oui
441:03:16groupe< 25oui
451:04:40indiv< 25oui
461:06:00indiv< 25non
471:08:03binôme : parent/enfant< 12 • 25–60non
481:08:37binôme< 25non
491:09:40groupe familial< 12 • 25–60oui
501:10:56binôme25/60oui
511:12:40binôme< 25oui
521:14:14indiv25/60oui
531:15:21indiv> 60oui
541:17:37indiv< 25oui
551:19:24indiv25/60non
561:20:49groupe familial< 12 • 25–60?
571:21:50binôme< 25oui
581:22:43indiv< 25oui
591:24:30indiv25–60non
601:26:10indiv25–60oui
611:28:07indiv< 25oui
621:30:08indiv< 25oui
631:31:09indiv25–60habitué
641:33:04binôme< 25oui
651:34:57indiv< 25oui
661:36:31indiv< 25oui
671:38:04binôme< 25oui
681:39:38indiv> 60habituée
691:41:01indiv< 25oui
701:43:03groupe familial< 12 • 25–60non
711:44:27indiv25–60oui
721:45:10binôme< 25non

Notes de bas de page

1 Ouvert au public le 31 janvier 1977, le Centre Pompidou fête ses 40 ans avec le public lors du week-end des 4 et 5 février 2017.

2 Cinématon, sous la direction de Caroline Raynaud et Florence Verdeille, réalisation de Pierre Dupuis et Thomas Joossen, 4 au 6 février 2017, production Bpi : < http://webtv.bpi.fr/fr/doc/14548/Cinematon >.

3 Gérard Courant (réal.), CINÉMATON (1978-2019), [203 h 56 min], Les Amis de Cinématon, 2019. Voir aussi le site du projet : < http://www.gerardcourant.com/index.php?t=cinematon >.

4 Le 18 octobre 1977, Gérard Courant se filme lui-même pour une séquence zéro du film à venir, une séquence de trois minutes vingt secondes, soit le temps d’une bobine de super-8. Le 7 février 1978, il signe le Cinématon numéro 1, un portrait de Madame Mirmant, sa concierge. Le Cinématon de la Bpi renoue avec l’origine populaire de ce début.

5 À l’heure où nous écrivons ces lignes, on relève sur le site dédié au film que le portrait no 3064 vient d’être mis en ligne : il s’agit de celui d’Helena Patricio (Pays : Suisse/Espagne. Profession : performeuse, contorsionniste), fait à Toulouse (France) le 22 septembre 2019 à 17 h 15.

6 Raymond Depardon (réal.), Les habitants, [1 h 24 min]. France 2 Cinéma, 2016.

7 Voir sur ce point : Muriel Amar, Christophe Evans, Joëlle Le Marec et Agnès Vigué-Camus, « Habitués, séjourneurs, habitants », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2019, no 17, p. 32-41. Disponible en ligne : < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2019-17-0032-003 >.

8 Déjà, pour les 30 ans du Centre, la Bpi avait valorisé ses lecteurs au verso d’une affiche carrée de 50 cm. Une sélection de photos, dont certaines de Martine Franck, capture les lecteurs en situation : accroupis entre deux rayons, assis à même le sol, hypnotisés par des écrans ou carrément assis dans le pot d’un ficus géant… Chaque photo est accompagnée d’une légende : pour cette lectrice, tranquillement avachie sur un fauteuil, les pieds sur un charriot de rangement : « On diiiit, que j’ai de belles gambettes, c’est vraiiii », ou ce lecteur, isolé sur son fauteuil entre deux tables de travail remplies d’étudiants affairés : « Je suis le Ténébreux, le Veuf, l’Inconsolé… »

9 Les micros-cravates auraient permis d’obtenir une meilleure qualité sonore mais auraient été aussi plus intrusifs.

10 Le projet est porté par Caroline Raynaud et Florence Verdeille, programmatrices culturelles.

11 Toutes ont signé un formulaire d’autorisation de diffusion.

12 Nous ne sommes présentes qu’à de très rares exceptions et uniquement à la demande des lecteurs.

13 Voir le tableau complet des participants en annexe 3.

14 Séquence no 24 (0:36:20), voir le tableau complet en annexe 3.

15 Ne boudons pas notre plaisir… La Bpi est aussi perçue à travers ses bibliothécaires dont la gentillesse et la disponibilité sont mentionnées dans plusieurs séquences : pour les mentions les plus notables, voir les séquences no 3 (0:03:10), no 9 (0:13:07), no 62 (1:30:08), no 63 (1:31:09) et no 69 (1:36:31).

16 Séquence no 62 (1:30:08).

17 Séquence n° 68 (1:39:38).

18 Voir notamment : Jean-Pierre Seguin, Comment est née la Bpi : invention de la médiathèque, nouvelle édition, Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1987. [en ligne] < http://books.openedition.org/bibpompidou/1899 >.

19 Séquence no 53 (1:15:21).

20 Séquence no 5 (0:08:00).

21 Séquence no 1 (0:01:34).

22 Séquence no 22 (0:33:55).

23 Séquence no 7 (0:10:10).

24 Séquence no 33 (0:47:38).

25 Séquence no 26 (0:38:15).

26 Séquence no 69 (1:41:01).

27 Séquence no 51 (1:12:40).

28 Séquence no 1 (0:00:07).

29 Séquence no 64 (1:33:04).

30 Séquence no 13 (0:20:27).

31 Sur la base de nos documents de communication dont l’accroche était : « Moteur… Action ! À l’occasion de ses 40 ans, la Bpi vous met sous les projecteurs. En 2 minutes, venez nous parler de votre Bpi idéale ou rêvée, de vos meilleurs souvenirs, seul ou à plusieurs, dans un Cinématon imaginé pour vous. Venez laisser votre trace pour les 40 prochaines années dans ce film anniversaire ! »

32 Témoignage no 19 (0:29:52).

33 Séquence no 28 (0:41:17).

34 Séquence no 4 (0:04:58).

35 Séquence no 6 (0:08:09).

36 Séquence no 25 (0:36:20).

37 Séquence no 42 (0:59:56).

38 En tout cas, moins que pour une visite d’exposition par exemple.

39 Séquence no 28 (0:41:17).

40 Séquence no 21 (0:31:52).

41 Séquence no 12 (0:18:32).

42 La nourriture est interdite en dehors de la cafétéria à la Bpi, et il y a fort à parier que ce jeune homme le sait parfaitement.

43 Séquence no 65 (1:34:57).

44 Séquence no 58 (1:22:43).

45 Séquence no 45 (1:04:40).

46 Séquence no 61 (1:28:07).

47 Sur ce point, voir le chapitre 2 d’Agnès Camus-Vigué dans ce même volume.

48 L’orthographe du nom est phonétique.

49 Séquence no 33 (0:47:38).

50 Séquence no 17 (0:27:30).

51 Séquence no 25 (0:36:20).

52 Séquence no 58 (1:22:43).

53 Séquence no 46 (1:06:00).

54 Séquence no 33 (0:47:38).

55 Séquence no 66 (1:36:31).

56 Séquence no 45 (1:04:40).

57 Séquence no 30 (0:44:25).

58 Séquence no 8 (0:11:28).

59 Séquence no 6 (0:08:09).

60 Séquence no 15 (0:23:35).

61 Séquence no 25 (0:36:20).

62 Séquence no 44 (1:03:16).

63 Séquence no 23 (0:34:50).

64 Séquence no 65 (1:34:57).

65 Séquence no 10 (0:15:05).

66 Séquence no 20 (0:31:58).

67 Séquence no 20 (0:31:58).

68 Séquence no 68 (1:39:38).

69 Séquence no 71 (1:44:27).

70 Séquence no 61 (1:28:07).

71 Séquence no 4 (0:04:58).

72 Il est à noter qu’à la Bpi, tous les agents, quel que soit leur grade, effectuent la même quantité horaire – week-end et jours fériés inclus – et les mêmes tâches en « service public », à hauteur environ d’un tiers du temps de travail (en comptant les récupérations dans la quotité annuelle d’heures travaillées).

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.