Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 3. Naviguer sur le Web à la Bpi

Spécificités d’un usage en public

p. 87-119


Texte intégral

Exploration socio-technique de l’Internet libre de la Bpi

Vingt ans d’accès libre au Web

1La Bpi s’est toujours voulue pionnière en matière d’accès public à l’information, se positionnant dès son ouverture en 1977 comme une bibliothèque multimédia. Postes de télévision, lecteurs de vidéodisques, terminaux Minitel et bases de données y furent ou sont encore librement consultables, et ce, depuis les années 1980 [Barbier-Bouvet, 1984 ; Poulain, 1985]1. Attentive à l’émergence de nouveaux moyens de communication, la bibliothèque propose dès juin 1995 un service gratuit et anonyme d’accès au Web à partir de dix postes filaires.

2Au regard de l’histoire du Web2, ce fut un geste novateur que de permettre à un large public de se connecter si tôt à des points d’accès en ligne. Ce service, appelé depuis Internet libre, s’est peu à peu adapté aux diverses évolutions du Web : avec la multiplication au milieu des années 2000 de contenus sonores et vidéographiques gratuits, la Bpi choisit d’équiper les postes Internet de casques audios individuels et accessibles sans médiation. Permettre ainsi aux visiteurs d’accéder facilement au Web dans toutes ses dimensions (textes, images, sons, etc.) reste, encore aujourd’hui, une des singularités de la Bpi au sein des bibliothèques de lecture publique3.

3L’Internet libre est rapidement adopté par les visiteurs de la Bpi : le profil des scientifiques et curieux des premières années s’est ainsi élargi à celui, plus hétérogène, des peu ou mal équipés de l’après crise de 2008 [Amar, 2018]. Si c’est par le wifi que se connectent désormais la plupart des usagers de la bibliothèque4, ceux qui utilisent intensément les postes Internet filaires déclarent en majorité manquer d’équipements soit de façon temporaire (visiteurs de passage) soit de façon plus durable (visiteurs non ou mal équipés)5. Les utilisateurs d’un Internet nomade (équipés individuellement d’un ordinateur, d’une tablette, etc.) et les usagers des postes fixes, plus sédentaires, ne relèvent pas des mêmes profils. En effet, parmi ces sédentaires se trouvent une part plus importante de lecteurs précaires d’un point vue économique dont certains relèvent des pauvres au sens que Paugam et Giorgetti ont donné à cette catégorie d’usagers des bibliothèques6.

Encadré 2. Profils des personnes interviewées installées aux postes Bpi Internet (enquête printemps 2016)

33 hommes et 21 femmes

11 retraités

12 personnes au chômage

26 n’ont pas Internet à domicile

2 entretiens avec des personnes ne consultant pas Internet

1 • Homme, ingénieur à la retraite. Habitué Internet Bpi. N’a pas Internet chez lui. Vient depuis dix ans. A repris des études sur le tard pour obtenir notamment un master de gestion (a commencé à fréquenter la Bpi à cette occasion). Consulte Wikipédia, YouTube, écoute de la musique (mais pas en secteur musique), sites d’actualité.

2 • Homme, comptable à la retraite. Habitué Internet Bpi. N’a pas Internet chez lui mais possède un smartphone, équipé d’une connexion Internet, dont il trouve l’écran trop petit : d’où son recours aux postes Bpi. Vient à la Bpi une fois par semaine et fréquente les bibliothèques de la Ville de Paris. Consulte sa messagerie, des informations générales et sur l’histoire (Antiquité).

3 • Femme, soixantaine, titulaire d’une carte d’invalidité. Habituée Internet Bpi. Vient habituellement de 17 h 30 à 21 h 30. N’a pas Internet chez elle et vient à la Bpi tous les jours pour jouer à des jeux de logique et de langage (Playtopie).

4 • Femme, 50 ans, donne des cours de français à des expatriés. Habituée Bpi. A accès à Internet chez elle mais pas de smartphone (d’où l’intérêt d’utiliser Internet dans les bibliothèques quand elle se déplace). Vient à la Bpi une fois par mois environ pour consulter Internet et éventuellement pour les télés du monde (CNN). Consulte sa boîte mail et des documents.

5 • Femme, 25 ans, Ukrainienne, vient à la bibliothèque depuis un an, pour travailler son français (dictionnaire). Sur Internet, consulte Facebook et des pages Wikipédia.

6 • Homme, 35 ans, préparateur de commande, réside en France depuis quinze ans (Afrique). N’a pas Internet chez lui. Se rend dans des cybercafés mais surtout à la Bbi découverte en 2015 pour consulter internet. Vient à la Bpi à partir de 15 h et la quitte vers 20 h 30 – 21 h. Sur Internet, il travaille la philosophie et le droit grâce à des vidéos et à des sites Internet. Il lui arrive de se détendre en regardant des vidéos, de la musique sur Internet. Il voudrait reprendre ses études et devenir avocat.

7 • Femme, soixantaine, retraitée. Habituée Internet Bpi. Connaît la Bpi depuis l’origine. Peu à l’aise sur Internet. Elle note trois ou quatre questions avant de venir à la bibliothèque puis lance sa recherche dans le temps dont elle dispose. Cela lui permet de faire des économies de matériel et d’abonnement. Fréquente d’autres bibliothèques.

8 et 9 • Hommes, étudiants en école de commerce, 19 ans. Sont équipés chez eux et à l’école qu’ils fréquentent. Utilisent Internet pour accéder aux cours mis en ligne par leur enseignant.

10 • Femme, environ 30 ans, au chômage. N’a pas Internet chez elle. Première visite à la Bpi. A découvert la Bpi en cherchant sur Internet « accès gratuit Internet dans Paris ». Consulte le site de Pôle emploi, lit des offres d’emploi (elle est à la recherche d’un emploi dans l’administration), planifie ses voyages et recherche des activités pour personnes âgées. Fréquente également la Cité des métiers de Choisy, la bibliothèque Nelson-Mandela de Créteil pour accéder à Internet.

11 • Homme, 50 ans environ. Entrepreneur dans le domaine des LED, juriste de formation. Vient pour la troisième fois à la Bpi. N’a pas Internet chez lui et, avant de découvrir la Bpi, allait dans des cybercafés mais il trouve cela « trop cher quand on veut rester longtemps ». Depuis qu’il a découvert la Bpi, il y vient deux fois par semaine de 14 h à 17-18 h. Sur Internet, il fait des recherches sur des associations humanitaires (Amnesty International, Action contre la faim) et sur le droit, la politique. Il me dit qu’il ne consulte « pas encore » les ressources de la bibliothèque mais compte le faire prochainement.

12 • Homme, environ 50 ans. N’a pas Internet chez lui, fréquente des cybercafés. Habitué de la Bpi. Sur Internet à la Bpi, ne fait que se divertir, chercher des informations sur la culture, l’art, les actualités mais pas de choses confidentielles. Ne vient pas à la Bpi pour Internet mais pour consulter les ressources en langues (espace Autoformation + assiste à des ateliers de conversation en anglais) et celles de l’espace Presse, notamment Pressdisplay.

13 • Homme, 25-30 ans. N’a pas Internet chez lui. A terminé ses études en 2015 (économie et cinéma), écrivain non publié. Vient pour la deuxième fois à la Bpi où il a déjà consulté Internet. Communique par mail à la Bpi sur les ordinateurs de la bibliothèque, cherche des informations sur les sujets qui l’intéressent et écoute de la musique sur YouTube tout en travaillant. Se rend dans d’autres médiathèques pour consulter Internet car il trouve ces lieux plus calmes et plus spacieux que les cybercafés.

14 • Homme, 53 ans, sans emploi (ouvrier du bâtiment), habitué de l’espace Presse. N’a pas Internet chez lui. Vient tous les jours à la Bpi (depuis trois, quatre ans), pas nécessairement pour Internet. Sur Internet, cherche les positions géographiques et les personnes/mots/concepts qu’il lit dans les journaux, va sur YouTube et Amazon (mais ne commande pas en ligne). Consulte peu ses mails car il ne reçoit pas de correspondance.

15 et 16 • Femmes, lycéennes en terminale. Consultent un poste Internet à la Bpi pour la première fois, utilisent habituellement le wifi mais n’ont pas apporté leur ordinateur portable. Travaillent sur Internet (Google Docs) depuis une heure.

17 • Femme, 68 ans, ancienne agroéconomiste à l’ONU. N’a pas Internet chez elle. Vient de la Guadeloupe. Grande habituée Internet, s’installe toujours au même endroit et vient tous les jours pour Internet. Dispose d’une carte d’invalidité qu’elle n’utilise pas pour accéder aux postes. Elle reste à la Bpi de 12 h à 19 h. Ses recherches sur Internet concernent principalement son projet de monter une école hôtelière en Guadeloupe (administratif et mails) mais il lui arrive aussi d’écouter Jean Ferrat.

18 • Homme, 50 ans, professeur d’études politiques à Pasteur. N’a pas Internet chez lui et ne sait pas très bien l’utiliser (demande à son voisin). Revient pour la première fois à la Bpi depuis vingt ans. Est venu pour faire des recherches sur la philosophie et la religion, ses passions. Il utilise Internet pour trouver des bibliographies sur les sujets qui l’intéressent mais il trouve son poste trop lent.

19 • Homme, 33 ans, travaillait dans la restauration (est au chômage). N’a pas Internet chez lui (mais a un smartphone) et, à la Bpi, consulte Facebook et fait des recherches d’emploi. Sinon, il se rend dans des taxiphones (cybercafés). Vient à la Bpi deux ou trois fois par semaine, consulte des livres et des documentaires sur l’histoire de France en Autoformation.

20 • Femme, 34 ans, a Internet chez elle. Vient à la Bpi une fois par mois environ pour étudier (formation continue) et s’est installée à ce poste car elle avait oublié son ordinateur portable (utilise le wifi habituellement). Il lui arrive de consulter le catalogue.

21 • Homme, 69 ans, travaillait chez Renault. N’a pas Internet chez lui. Consulte sa boîte mail à la Bpi sur Internet (parfois dans les cybercafés), réserve des billets d’avion (le fait depuis quatre, cinq ans). Vient à la Bpi presque tous les jours de 16 h à 20 h ou 22 h pour consulter des livres.

22 • Homme, 31 ans, entrepreneur sur Internet. N’a pas Internet chez lui pour le moment : la Bpi lui sert de « dépannage ». Habitué Internet Bpi. Vient trois à quatre fois par semaine depuis trois ans. Consulte parfois des ouvrages. Fréquente le cybercafé à côté de la bibliothèque car il peut y travailler sur Word (logiciel qu’il préfère à sa version gratuite disponible sur les postes de la Bpi).

23 • Homme, 43 ans, formation de juriste, cherche du travail en rapport avec le droit. A le wifi chez lui mais n’a pas d’ordinateur et a perdu son smartphone. Habitué Internet Bpi, vient tous les jours sauf le dimanche, arrive à 13-14 h et part à 20 h. Sur Internet, consulte la presse (prolongement/complémentarité avec journaux papier qu’il consulte), ses mails, des recherches d’emploi, les statistiques des jeux (pour ses paris) et fait ses démarches administratives en ligne. La Bpi est la seule bibliothèque qu’il fréquente car il aime son ambiance. Consulte également Internet dans des cybercafés.

24 • Homme, habitué de la Bpi (espace Presse). A Internet chez lui mais son ordinateur est petit, il profite donc des postes de la bibliothèque dont l’écran est plus grand. Il se rend également dans d’autres bibliothèques pour consulter Internet (André-Malraux, deux heures par jour et par personne, mais nécessite d’être inscrit). Il vient à la Bpi trois à quatre fois par semaine, arrive à 14 h et repart vers 16-17 h. Consulte la presse, sa boîte mail, écrit des textes sur LibreOffice et les envoie par mail.

25 • Homme, monsieur âgé aux cheveux blancs, qui consulte une page Wikipédia (Diane de Poitiers). N’a pas Internet chez lui et préfère consulter les livres à la Bpi, déclare ne pas utiliser Interne à la Bpi, a accédé à Wikipédia depuis le catalogue (un bibliothécaire lui a montré comment faire).

26 • Femme, 19 ans, cherche un travail dans l’administration. A Internet chez elle mais préfère venir à la bibliothèque (depuis Évry, 1 h 15 de trajet) pour faire ses recherches d’emploi, tous les jours de 12 h à 22 h. Vient à la Bpi et sur Internet depuis deux semaines.

27 • Femme, environ 50 ans, a une connexion Internet chez elle mais pas d’ordinateur et vient donc à la Bpi mais aussi dans les mairies pour dépanner. Utilise Internet à la Bpi depuis quelques jours seulement (a toutefois connu le système des tickets il y a plusieurs années). Fait des recherches sur les actualités internationales, le site de Pôle emploi et des notions concernant sa « retraite à venir » (création d’entreprise, association). Va sur Facebook pour avoir des nouvelles de sa famille.

28 • Homme, 18-19 ans, terminale S. Vient pour la première fois à la Bpi, les autres bibliothèques étant fermées le lundi. Consulte Facebook sur l’ordinateur Bpi.

29 • Femme, 52 ans, est au chômage (vient de quitter la fonction publique). N’a pas Internet chez elle mais se rend dans des bibliothèques municipales pour consulter (limité à deux heures par jour). Ne veut pas d’ordinateur chez elle car elle refuse d’être « happée », « les gens deviennent fous avec ça ». Elle consulte également les ouvrages et les ressources en ligne de la bibliothèque. N’utilise que le catalogue et les ressources de la bibliothèque (est sur Cairn pendant que je l’interroge) et profite d’Internet pour aller chercher la signification des mots qu’elle lit dans des articles scientifiques sur des dictionnaires en ligne et consulter des sites et blogs psychanalytiques.

30 et 31 • Femmes, 20 ans, la première recherche un poste de décorateur merchandiser en alternance. A Internet chez elle mais, comme elle n’habite pas Paris, lui arrive d’aller dans des cybercafés. Vient à la Bpi pour la première fois. Est venue avec une amie pour travailler et constituer son dossier Erasmus, consulter ses mails et faire des recherches.

32 • Homme, 23 ans, en recherche d’emploi. A Internet chez lui. Est installé devant un poste depuis deux heures car il ne trouvait pas de place ailleurs. Le poste étant déjà ouvert sur une page Internet (pas de déconnexion de l’usager précédent), a tout de suite compris qu’il pouvait surfer librement. A consulté une vidéo YouTube.

33 • Homme, soixantaine. Retraité, dispose d’une carte d’invalidité. N’a pas Internet chez lui, se rend dans d’autres bibliothèques pour consulter. Parle avec réticence des sites qu’il consulte, déclare tout de même : « échecs, sciences, météo », « ajoutez philosophie », « et ajoutez physique-chimie » en regardant ce que j’écris dans mon carnet. Consulte également les livres de la bibliothèque.

34 • Homme, 60 ans, retraité. N’a pas Internet chez lui, va dans d’autres bibliothèques (Malraux), dans des cybercafés pour consulter. Habitué Internet, vient plusieurs fois par semaine et consulte également les collections (et l’espace Musique). Consulte ses mails, son compte bancaire, effectue plus rarement des achats.

35 • Femme, 18 ans, première année de CPGE [classe préparatoire aux grandes écoles] scientifique. A Internet chez elle. C’est la première fois qu’elle vient à la Bpi, elle s’est installée sur le poste pour aller sur Internet (anglais, WordReference) vers 13 h et ne l’a pas quitté depuis. Ne connaît de la Bpi que le niveau 1 : « Je ne sais pas ce qu’il y a là-haut. »

36 • Femme, 27 ans, diplôme d’ingénieur, école de commerce à Toulouse, souhaite se reconvertir dans l’informatique, ne trouve pas de travail dans le domaine qui l’intéresse (industrie pharmaceutique). Utilise habituellement son ordinateur portable mais ne l’a pas apporté aujourd’hui. Est installée depuis 14 h, essentiellement pour consulter sa boîte mail (son portable n’a plus de batterie). Dit préférer consulter ses mails sur son iPhone car c’est « plus perso ». Aurait « comme des remords » à consulter des choses personnelles sur un poste en accès libre.

37 • Femme, lycéenne, 18 ans. A Internet chez elle. S’est installée devant un poste car elle ne trouvait pas de place et en a profité pour consulter Internet. Compte aller voir les collections que propose la Bpi (annales).

38 • Homme, en recherche d’emploi, 28 ans, niveau bac + 3 en art plastique à Paris-8. A Internet chez lui. Vient consulter Internet à la Bpi pour voir des tutoriels de vidéo sur le graphisme, fait des études dans ce domaine, consulte également sa boîte mail. Vient deux fois par mois à la Bpi pour ce type de consultation et aussi pour consulter des livres dans le domaine du graphisme. « Je me forme tout seul pour trouver du travail. »

39 • Homme, étudiant, BTS d’assistant manager, 23 ans. A Internet chez lui. Vient juste consulter ses mails et ses messages Facebook. Il vient à la Bpi pour réviser un examen.

40 • Homme, licence de philo, travaille dans une salle de concert, 22 ans, habitué de l’espace Musique. A Internet chez lui. Vient plusieurs fois par mois pour consulter les livres. « Là, je viens juste checker un truc pour le boulot. »

41 • Homme, soixantaine, chômeur en fin de droits, ancien ingénieur dans l’industrie. N’a pas Internet chez lui pour des raisons financières : « C’est tout de même 35 euros par mois. Il faut changer de portable, des cartouches pour imprimer, payer la maintenance… Et puis l’avoir chez soi, on tombe dans des travers. On passe tout son temps sur Internet. » Utilise Internet pour préparer sa retraite : « Sur les sites, il y a des documents… On passe de plus en plus de temps sur Internet. » Fréquente la Bpi depuis le début des années 1980.

42 • Femme, quarantaine, employée dans une mission d’insertion locale à Montreuil. A Internet chez elle mais sa connexion est très faible et elle a des soucis de téléchargement. Venait souvent utiliser les postes Internet : « Je me connecte à ma boîte mail si j’ai des documents pdf qui me sont adressés. » Vient tous les jours en ce moment. Maintenant, « comme c’est en accès libre, j’ai découvert biblioVox. Comme c’est en accès libre, c’est comme les abeilles… ». A découvert « l’autre Internet » : « J’ai découvert l’autre Internet, des thèmes, des liens gratuits. Le catalogue, c’est plus complexe. L’autre internet est plus simple, il n’y a pas cette interface complexe avec une présentation des ressources pour les bibliothécaires. » « Sur le catalogue, c’est pas facile de chercher. Il y a les bordereaux thématiques sur le côté… » « J’ai découvert aussi d’autres moteurs de recherche peu connus comme Qwant… »

43 • Femme, 30 ans, master de droit. Prépare des concours administratifs à la bibliothèque. Dispose d’un ordinateur portable mais sa connexion wifi n’est pas performante. « En temps normal, je m’assoirais plus près de la salle où je vais étudier, pas près des télévisions du monde. Aujourd’hui, j’avais besoin d’accéder à ma boîte mail. »

44 • Homme, plus de 60 ans, retraité (était dans l’informatique). N’a pas Internet chez lui. Il vit sans téléphone, six mois en France, six mois à l’étranger. Vient consulter Internet le lundi à la Bpi car les bibliothèques de la ville de Paris sont fermées. Vient pour consulter sa messagerie, son compte bancaire et des informations qu’il consulte sur le site Boursorama où il y a toutes les nouvelles importantes du jour.

45 • Homme, 20 ans. A Internet chez lui. Installé devant un poste en accès libre avec une amie. Utilisaient le traitement de texte pour un exposé qu’ils préparent à deux pour le lycée. Utilisaient également, à deux, Internet pour leurs recherches et le catalogue.

46 • Homme, 49 ans, chômeur. N’a pas Internet chez lui (« pour plusieurs raisons, dont financières »). Vient régulièrement pour utiliser Internet. Tient un livre sur la programmation à la main, un livre de la bibliothèque.

47 • Femme, 36 ans, chômeuse. N’a pas Internet chez elle.

48 • Homme, 50 ans, chômeur (travaillait dans la décoration). A Internet chez lui mais apprécie la consultation à la Bpi. Fréquente aussi la bibliothèque Marguerite-Duras. Vient à la bibliothèque pour lire, consulter Internet, lire ses mails. Fait des recherches sur YouTube, dans le domaine musical.

49 • Homme, ouvrier cariste à la retraite. N’a pas Internet chez lui car « sinon je serais toujours dessus ». Vient surtout consulter de vieux journaux sur microfilms et Internet.

50 • Homme, 27 ans, en formation (plomberie). N’a pas Internet chez lui. A la Bpi, consulte sa boîte mail, YouTube.

51 • Homme, retraité, ancien préparateur de commande dans l’industrie. N’a pas Internet chez lui, déclare ne pas en avoir les moyens et ne pas avoir d’ordinateur. « Ici, ça me permet d’être au courant, d’avoir Internet. » A une adresse mail et consulte ses courriers et YouTube.

52 • Homme, 54 ans, juriste dans un cabinet. A Internet chez lui, mais « je viens ici à cause de l’impérialisme de la possession pour mes enfants ! ». Fréquente des bibliothèques universitaires, Paris-1, Cujas. Fait de la recherche sur des questions juridiques.

53 • Femme, vingtaine, étudiante, master 1 Arts plastiques. A Internet chez elle mais a un problème avec son ordinateur portable. A aussi un smartphone mais préfère un grand écran. C’est plus pratique pour la recherche.

54 • Homme, trentaine, chômeur. N’a pas Internet à son domicile à Paris. Habitué du service à la Bpi depuis un an environ. Vient de Béziers, ne connais pas beaucoup de monde à Paris. Consulte Internet pour ses recherches d’emploi. « En tout cas c’est très positif. À la Mairie de Paris, c’est deux heures non renouvelables. Quand vous êtes en recherche d’emploi, c’est pas top. Je viens de Béziers, là-bas, c’est illimité : faut juste être inscrit. » « Je suis allé bouquiner, je suis revenu [sur son poste], pas de problème. J’ai pas cherché à trouver un poste, pas de problème. »

4C’est pourquoi, quel que soit le type de visiteur qui y a recours (communauté scientifique de geeks hier, communauté plus précaire aujourd’hui), l’Internet libre à la Bpi semble constituer un objet singulier dès lors qu’il est consulté en public et sur des postes dédiés appartenant à l’institution. En bibliothèque, l’usager n’est jamais véritablement seul face à son écran (il ne l’est pas plus face à son livre) [Barbier-Bouvet et Poulain, 1986] : il a des voisins assis à ses côtés, des personnes circulent autour de lui, qui développent des postures, des habitudes, portent tels vêtements ou tels sacs, sont jeunes, vieux, etc. Comment le Web à travers lequel on navigue à la Bpi retrace-t-il cette tension entre l’intimité des consultations et la visibilité de la pratique ?

D’une trace individuelle de navigation à l’esquisse d’un Web parcouru en bibliothèque

5De 2016 à 2018, notre équipe a eu accès à l’entièreté des logs de navigation Web du service Internet libre, c’est-à-dire à chaque trace individuelle de navigation Web émise depuis un poste Internet filaire de la bibliothèque. Cependant, un glissement, relatif à la nature même de l’objet de nos travaux, s’est opéré durant ces deux années. En effet, nous sommes passés de l’analyse des usagers de l’Internet libre, vus à travers leurs traces en ligne, à la caractérisation plus générale du Web de la Bpi comme un écosystème. Ce chapitre se propose de revenir sur la genèse et les évolutions de ce changement d’échelle de l’individu (le visiteur) à l’espace qu’il parcourt (le Web) tout en présentant certaines singularités révélées par notre étude.

6Par ce changement d’échelle, nous construisons l’étude d’un objet socio-technique : en effet, le Web consulté à la Bpi ne doit pas être, comme le rappelle Dominique Cardon, « [expliqué] uniquement par la technique. [il] contient aussi la société, la culture et la politique de son époque. Le choix des technologies, les alliances entre acteurs, la manière de définir les usages sont étroitement liés au contexte social, culturel et politique » [Cardon, 2019]. C’est pourquoi nous faisons le choix d’une méthodologie qui se situe, elle aussi, à la frontière de l’informatique et de la sociologie et où s’articulent méthodes d’exploration quantitatives à large échelle et validations qualitatives. Les deux disciplines dialoguent ainsi sur un pied d’égalité, l’analyse technique ne pouvant se concevoir sans les apports de l’analyse sociologique et inversement.

7Les particularités du service de consultation du Web à la Bpi (anonyme, libre et gratuit) ont motivé le choix de la matière première de nos recherches : les logs de navigation Web. Partant de ces logs, il nous a été possible de privilégier une méthode garantissant l’anonymat des visiteurs7 et pouvant être opérée à distance ; cette méthode permet d’éviter de demander à l’usager de réaliser l’impossible tâche de décrire ce qu’il fait ou a fait sur le Web. Comme nous le verrons ultérieurement, il est en effet compliqué de décrire fidèlement un parcours de navigation8. Cependant, les logs n’enregistrent que (et en partie seulement) les actions des visiteurs dans le système. Ce sont de simples informations d’ordre topographique. Ainsi, les logs ne permettent pas de reconstituer à eux seuls et finement la notion d’utilisateur. De même, ils ne traduisent en rien les connaissances, les raisonnements, les intentions, les impressions, etc., mobilisés pendant la navigation en ligne [Beaudoin, Garron et Rollet, 2016]. Pour autant, ce « manque » prolonge l’hypothèse précédemment établie à partir d’autres supports lus, vus ou écoutés en bibliothèque, à savoir que ce qui est consulté sur le Web, à travers les postes informatiques de la Bpi, est spécifique d’une pratique individuelle développée en public au cœur d’une institution culturelle : un usage collectif, ou des usages collectifs, dont nous essaierons de cerner les spécificités.

Plan

8Nous commencerons par définir le contexte de production et la nature des données mobilisés dans nos travaux. Ce faisant nous expliciterons le cadre juridique dans lequel ces recherches s’inscrivent. Nous présenterons ensuite notre méthodologie d’analyse comme une possible réponse aux enjeux pluridisciplinaires soulevés par tout travail de recherche portant sur le Web.

9Comment construire un protocole scientifique capable de combiner analyses automatiques à large échelle, validations qualitatives, entretiens individuels et observations de terrain ?

10Ce chapitre retracera, à cet égard, les réussites comme les impasses rencontrées au cours de nos travaux. Nous décrirons d’un point de vue technique notre système d’analyse chargé de la collecte, du tri et de l’enrichissement des logs de navigation. Puis, nous présenterons le processus de validation de chaque session Web en les comparant à ce que nous appelons des carnets de navigation Web. Nous ferons ainsi apparaître une tension entre représentation machine et représentation humaine de ce qu’est une navigation Web au sein de la bibliothèque. Nous reviendrons ensuite sur les premiers temps de nos analyses, centrées d’abord sur le profil des utilisateurs mais se révélant finalement décevantes. Puis nous détaillerons le glissement vers l’analyse multi-niveau du Web de la Bpi en tant qu’écosystème complexe. Nous discuterons enfin des limites de nos travaux liées autant à la mise en place de notre protocole de recherche qu’à la nature fuyante des logs de navigation. Cette dernière discussion sera l’occasion de proposer un nouveau cadre méthodologique à même de motiver la tenue de recherches à venir.

Méthodologie

Les postes Internet libre

11Menés entre 2016 et 2018, nos travaux témoignent d’un moment charnière de l’histoire du service Internet libre à la Bpi : le passage d’un système de sessions de navigation Web limitées, dans le temps et sur un nombre de postes restreint, à un service aujourd’hui sans limite de durée et accessible sur un nombre de postes trois fois plus important. Historiquement, le parc informatique de la bibliothèque est composé de 50 postes accessibles de façon anonyme (sans demande de pièce d’identité, ni formulaire à remplir) et donnant accès à une session Web de 40 minutes, renouvelable plusieurs fois dans la journée. Cette session est ouverte grâce à un code, inscrit sur un ticket imprimé qu’il faut retirer auprès d’un bureau spécifique : le ticket remis oriente le visiteur vers la machine qui lui est attribuée (figure 1). Pour l’utilisateur muni d’un ticket, il suffit de se connecter avec le code indiqué pour ouvrir une session. Un compte à rebours indique en permanence le temps encore alloué. Cette limitation à 40 minutes est progressivement abandonnée au cours du printemps 2017. Le nombre de postes accessibles est porté à 170 en accès libre, sans ticket et sans limite de temps. Une personne peut donc passer toute la journée devant un poste si elle le souhaite. Il n’y a ni modération ni régulation systématique.

Figure 1

Image

12Les postes sont répartis sur l’ensemble des trois étages de la bibliothèque, parmi les rayonnages des collections, à l’entrée ou le long des couloirs (figure 2).

Figure 2

Image

13Comme on l’observe, les écrans sont visibles aux yeux de tous les visiteurs : c’est pourquoi la connexion Internet de la Bpi est partiellement restreinte, les sites pornographiques, de pari en ligne, etc., sont exclus de la diffusion publique sur la base d’une liste noire9.

Cadre juridique

14Nos recherches s’appuient sur les logs de navigation Web mis à notre disposition par la bibliothèque. La création et la conservation de ces logs par la Bpi s’inscrivent dans un cadre juridique spécifique.

15Dans le contexte sécuritaire de l’après 11 septembre 2001, nombre de gouvernements se dotent d’un arsenal législatif renforcé en matière de captation, de conservation et de fouille de données électroniques personnelles. En France, la loi du 15 novembre 2001 relative à la sécurité quotidienne10 introduit le principe de rétention des données à des fins notamment d’enquêtes judiciaires et codifié dans le Code des postes et des communications électroniques (CPCE). L’article L.34-1 assimile, de fait, une bibliothèque comme la Bpi à un opérateur de communications électroniques en cela qu’elle a pour objet d’« offrir un accès à des services de communication au public en ligne […] par l’intermédiaire d’un accès au réseau, y compris à titre gratuit »11.

16Le CPCE prévoit, tout particulièrement, une obligation de conservation des données dites « relatives au trafic ». Il s’agit d’un ensemble de données exclusivement techniques, mais contenant néanmoins des « informations permettant d’identifier [un] utilisateur »12 telles qu’une adresse IP. Les données de communication (e-mail, messageries en ligne, etc.) sont exclues de cette captation, la loi interdisant toute mesure d’interception ou de surveillance de ces données13.

17La durée de rétention des données de trafic est fixée à une année glissante. Le stockage est effectué par et chez l’opérateur de communication qui doit être en mesure de fournir les données à la justice. Ainsi la Bpi garde-t-elle en permanence une année de logs de navigation sur ses serveurs, auxquels nous avons eu accès dans le cadre de cette étude.

18Dans un premier temps, il ne nous est pas possible de manipuler directement les logs. Ces derniers restent en effet hébergés à la Bpi. Nous devons nous connecter depuis l’extérieur à une machine dédiée (mise à notre disposition par la bibliothèque) via le protocole de communication sécurisé SSH14. Nos programmes d’analyses sont également hébergés sur cette machine. Puis, lorsqu’il devient nécessaire de « sortir » les données de la Bpi afin de les traiter dans des machines plus puissantes, nous les transférons sur des serveurs dont la sécurité est garantie par la plateforme TeraLab15. Les traces de navigations y sont traitées puis rendues accessibles uniquement sous la forme de résultats agrégés. La dimension individuelle des logs (même anonymisés) disparaît lorsque nous présentons des résultats agrégés par plages horaires, par classes de visiteurs, îlots de postes, etc. Notons enfin que l’étude s’est arrêtée avant l’entrée en vigueur du règlement général sur la protection des données (RGPD16), et ce, pour des raisons liées principalement à la qualité même de ces données comme nous l’expliquerons ultérieurement.

19Un travail juridique et technique devrait être aujourd’hui mené afin de reconduire une telle étude dans le cadre du RGPD, notamment sur les questions de protection des données (en cela notre expérience avec TeraLab fut tout à fait satisfaisante), de droit à l’effacement et au portage des logs de navigation.

Les logs de navigation Web

20Un log de navigation est un enregistrement textuel généré automatiquement par un proxy Web17 dès qu’une page Web est chargée depuis l’un des postes Internet libre de la Bpi. Il associe l’URL18 d’une page visitée à l’horaire exact de cette visite. Le log est notre unité d’analyse première.

21Toute page Web peut être vue comme un agrégat d’éléments distincts : texte, images, publicités, vidéos, etc. Certains de ces éléments sont nativement présents sur la page Web, d’autres doivent être importés. Ces ressources tierces sont liées à des URL distinctes de l’adresse de la page Web dont elles dépendent. Aussi, il est rare qu’une page s’affiche immédiatement. Il lui faut souvent une poignée de secondes pour se charger dans son intégralité, élément par élément et en fonction de la qualité de la connexion. Ainsi chaque fois qu’un utilisateur visite une page Web à la Bpi, cela se traduit, en base de données, par la création d’un ou plusieurs logs (figure 3). Plus une page Web aura de ressources hétérogènes à charger, plus elle produira de logs.

Figure 3

Image

22Un log est une capture horodatée d’une action donnée (figure 4). À la Bpi, les logs de navigation font correspondre dates de visite et URL affichées. Dans le détail, nous pouvons y trouver les informations suivantes : une adresse IP virtuelle associée à chaque session de navigation, un identifiant physique de poste, l’horodatage du chargement de l’URL, l’URL visitée, son code de retour HTTP et, enfin, une catégorie. Les IP virtuelles ne sont pas uniques. Elles sont issues d’un lot d’adresses disponibles et redistribuées à chaque ouverture d’une session de navigation. En revanche, à un identifiant physique de poste correspond une et une seule machine à la bibliothèque. Cet identifiant permet de situer le poste Internet dans les locaux de la Bpi. Par exemple, l’identifiant PUB-2-MUS-239 signifie : poste publique, étage 2, espace musique, numéro 239.

23S’il est vrai qu’un log peut être facilement décodé par un humain, le volume de logs à décoder – à une seule session correspondent dans les faits plusieurs centaines de logs – rend impossible un traitement humain. Un log est donc un enregistrement humainement interprétable mais destiné avant tout à être traité automatiquement par des logiciels d’analyse servant à fournir, le plus souvent, des rapports de trafic Web quotidiens.

Figure 4

Image

24Le proxy Web utilisé par la Bpi est développé par l’éditeur de logiciels Olfeo. Il a pour particularité de fournir une catégorisation à la volée de chaque URL qu’il voit passer. Cette catégorisation se fait sur la base de tables de correspondance de noms de domaines, mis à jour et maintenus par Olfeo et sa communauté d’utilisateurs19. De fait, nous n’avons pas la main sur ces catégories, mais elles peuvent néanmoins servir à enrichir nos analyses ou à servir de filtres. Par exemple, le site youtube.com est catégorisé sous l’identifiant 1207 correspondant à l’appellation Sites de partage de vidéo.

25Chaque log est donc une ligne de texte et plusieurs logs, mis les uns à la suite des autres, forment un fichier de logs. Ces fichiers sont générés quotidiennement, compressés, puis stockés sur les serveurs de la Bpi. Pour résumer, les logs de navigations de la Bpi archivent grossièrement les interactions entre un utilisateur donné et la page Web (adressée par une URL) qu’il visite.

26Notons qu’il existe plusieurs types de logs de navigation, plus ou moins détaillés, plus ou moins proches des actions de l’utilisateur ou du site Web. En effet, il est possible de générer des logs spécifiquement centrés sur le geste des internautes, souvent limités à un site donné, en collectant chaque clic ou chaque mouvement de la souris. Cette forme enrichie est, par exemple, utilisée pour analyser les usages du site Web gallica.bnf.fr qui déterminent plusieurs profils type d’utilisateurs gallicanautes [Beaudoin, Garron et Rollet, 2016]. Mais, si les logs de la Bpi ne bénéficient pas d’un tel niveau de finesse, ils nous offrent néanmoins un champ plus large de pistes de recherche. Dans le rapport site/usager, aucune des deux dimensions n’est favorisée. Ainsi, pour caractériser le Web de la Bpi, nous pouvons choisir de placer nos analyses soit du côté des utilisateurs (détection de communautés temporelles, géographiques, etc.), soit du côté des sites Web (études topologiques, sémantiques, etc.), soit en associant les deux.

Chaîne de traitements socio-techniques

27L’analyse des logs que nous menons s’appuie sur la construction d’une première couche méthodologique purement technique : une chaîne d’extraction, d’enrichissement et de visualisation des logs de navigation. Aussi, en collaboration avec le service informatique de la bibliothèque, nous commençons par copier quotidiennement les logs générés la veille vers notre espace de stockage TeraLab. Là, un script automatique se charge d’ordonner les fichiers et de les décompresser. Les données antérieures à une année glissante sont automatiquement supprimées de cet espace.

28Une fois copiés, les logs passent au crible de trois briques logicielles distinctes20 : 1) le logiciel Logstash se charge d’extraire les logs de leur fichier d’origine, de les nettoyer et de les filtrer ; 2) le moteur de recherche Elasticsearch indexe et rend interrogeables les logs ; 3) l’interface Web Kibana permet de réaliser des visualisations à la volée de nos données de navigation agrégées (figure 5). Ici nous ne re-développons rien, nous agençons et configurons des solutions déjà existantes et performantes [Berrachedi, 2016].

Figure 5

Image

29Les postes Internet libre de la Bpi génèrent entre deux et trois millions de logs de navigation par jour. Beaucoup de ces logs ne sont en réalité que du bruit, de l’information superflue du point de vue de l’analyse des usages. Nous cherchons à nous rapprocher d’un ratio un pour un, soit un log généré par page visitée. Pour ce faire, nous filtrons d’abord les logs associés à des URL publicitaires en réutilisant à notre compte les listes des bloqueurs de publicités21, certaines catégories du proxy Web Olfeo comme celles des sites d’annonceurs, des générateurs de métriques, etc. Enfin, pour gérer les multiples URL de chargement, nous choisissons d’agréger ensemble les logs produits par un même nom de domaine, et ce, dans un intervalle inférieur à quatre secondes22. En sortie du logiciel Logstash (figure 5, a), nous supprimons 9 logs sur 10 et envoyons au moteur de recherche une moyenne de 200 000 logs/jour. Il nous faut environ trois heures pour traiter une journée de logs.

30Ces données peuvent être interrogées via l’interface de visualisation Kibana (figure 5, c) pour faire, par exemple, du suivi quotidien (top 10 des sites les plus visités, occupation des postes par étage, etc.), ou encore, procéder à des analyses comparatives. Nous pouvons également explorer les données de manière plus large et plus souple en travaillant directement depuis le moteur de recherche Elasticsearch (figure 5, b).

31La mise en place de cette chaîne d’analyse s’inscrit dans le courant statistique de l’analyse exploratoire de données (AED) [Turkey, 1977]. Avec l’AED, c’est par la connaissance intime des données que l’explorateur (le chercheur) peut faire émerger des pistes de recherche et des hypothèses de travail. Il faut éprouver (qualitativement) les données dans la durée et retrouver une forme de rapport artisanal avec celles-ci. En cela, l’AED est un processus fondamentalement itératif, basé sur des boucles d’explorations successives, où l’analyste est amené à conjuguer intuition, capacités visuelles et expérience des données. L’explorateur multiplie les vues lui permettant de décrire les données dans leur ensemble et se place ainsi dans une position d’étonnement. Il s’agit de s’attacher autant aux tendances générales qu’aux détails, pour progresser pas à pas, par hypothèses successives en suivant la piste des indices précédemment révélés.

Carnets de navigation Web

32À mesure que nous progressons dans le traitement des logs, l’écart se creuse entre la représentation humaine et la représentation machine de ce que nous appelons navigation Web.

33La métaphore du voyage peut être ici utile. Au cours d’une navigation Web, nous parcourons la Toile de site en site, de manière plus ou moins sinueuse, tout en allers et retours ou en détours, parfois en suivant plusieurs pages en parallèle, etc. Cependant cette navigation ressentie de manière réticulaire et hasardeuse se donne à voir dans sa transcription machine de manière toute différente, sous forme de listes ordonnées de logs valorisant les sites très « verbeux »23, exhibant des URL sur lesquelles nous ne nous sommes pas aventurés ou dans un ordre qui ne correspond pas à nos souvenirs.

34Ce qu’enregistre la machine de nos trajets est destiné à être utilisé par d’autres machines. Les logs traduisent la manière dont un proxy Web voit la Toile tout autant que sa conception de nos trajets à travers cet espace, c’est-à-dire un assemblage complexe d’URL de ressources tierces, de traceurs publicitaires et de sondes plus ou moins discrètes que nous rencontrons sur la Toile. Les logs enregistrent les coulisses du Web, l’ensemble des interactions cachées derrière la surface des pages chargées sur nos écrans.

35Aussi, pour mieux nous repérer dans les logs, comprendre ce décalage et le questionner, nous mettons en place ce que nous appelons des carnets de navigation Web. Nous demandons à l’usager d’un poste Internet de la bibliothèque de tenir un carnet de bord de ses actions en ligne, indiquant à chaque instant la page visitée, l’heure exacte, l’action liée (un clic, un défilement, un retour arrière, etc.) et s’il le souhaite un commentaire (figure 6).

Figure 6

Image

36Une fois la session terminée, nous consultons les logs correspondants depuis notre logiciel et nous comparons le déroulé de la session suivant les différents points de vue : celui de l’utilisateur et celui de la machine. Enfin, nous confrontons l’internaute à ses propres traces enregistrées par les logs et essayons de remonter ensemble le fil de son cheminement en notant les écarts de perception. Nous faisons ces expériences avec le concours d’une dizaine d’étudiants de Télécom ParisTech et d’une dizaine d’étudiants de l’IUT Paris Descartes [Barboza et al., 2018]. Les sites vertueux (sites des administrations notamment) se détachent rapidement des sites plus verbeux et prompts à pister leurs visiteurs. Les traceurs de Facebook et de Google semblent s’être infiltrés dans toutes les couches du Web24, apparaissant dans des sessions où aucun de ces deux sites n’a été visité. Nous voyons ainsi se dessiner à travers la simple lecture des logs de véritables enjeux de politique commerciale entre les acteurs du Web [Levy, 2011]. Quel site permet à quel autre site d’utiliser les données de ses utilisateurs ? Qui agrège quel type d’action ? Quels sont les espaces où nous sommes tracés et ceux où nous sommes relativement moins observés ? Etc.

37En tant qu’outils méthodologiques, ces carnets de navigation Web et leur confrontation aux logs ont plusieurs vertus. Tout d’abord, ils nous aident à valider qualitativement notre chaîne de traitement des logs, en améliorant par le détail et en continu le nettoyage de ces derniers. Nous ne coupons pas le lien entre l’image du Web de la Bpi tel que nous le voyons à travers les logs et la réalité du terrain. Au contraire, nous dressons des ponts entre le réel et le Web, afin de pouvoir questionner à tout moment les représentations que les logs dessinent. Ensuite, chaque session accompagnée d’un carnet est l’occasion d’une plongée dans la bibliothèque au milieu des usagers. Une phase d’observation est effectuée avant et au cours des sessions. Nous pouvons ainsi étudier les pratiques du Web développées non seulement par l’utilisateur du poste étudié mais aussi par les usagers situés à ses côtés et trouver de nouveaux angles pour nos analyses à venir. Les sites vus sur les postes voisins influencent-ils son propre parcours ? Est-ce qu’un usager préfère s’installer dans un îlot de postes isolés ou au contraire être au milieu du passage ? S’il s’agit d’une femme utilisatrice d’un poste, va-t-elle choisir en priorité un poste Internet qui ne soit pas entouré que d’hommes ? Etc.

38Enfin, les carnets révèlent l’écart de perception entre l’internaute et la réalité technique du Web à travers lequel il navigue. Bien que l’analyse de ces perceptions n’ait pas été au cœur de nos travaux, nous pensons que l’usage des carnets de navigation se révélerait utile pour qui voudrait questionner de tels rapports. Observons que nous avons fait preuve d’un grand mimétisme dans le choix du format de nos carnets de navigation. Ces derniers ne sont que des versions simplifiées des fichiers de logs… Il pourrait être intéressant de proposer une définition plus phénoménologique des navigations Web en y ajoutant des actions, des gestes, des perceptions bien plus humaines, telles que : « je tourne la tête vers l’écran de mon voisin », « un bruit attire mon attention dans l’allée », « je m’endors dix minutes », etc.

Analyses des logs de navigation et discussions

39L’analyse des logs de navigation Web a connu deux moments distincts, faisant glisser notre sujet d’une échelle à l’autre. Le premier s’attache à caractériser les usagers de l’Internet Libre sur la base de leurs propres traces de navigation individuelles. Le second porte sur l’exploration plus large de l’écosystème Web de la Bpi vu à travers les usages des personnes qui le traversent et le façonnent.

Des communautés d’utilisateurs

40Lorsqu’il s’agit de caractériser des utilisateurs sur la base des traces de navigation individuelles, les méthodes habituelles s’orientent vers l’étude de profils et de parcours communs [Feng, Guang-Sheng et Hu, 2006]. Quels sont les grands motifs de navigation dominants ? Y a-t-il des effets de périodicité temporelle (à la semaine, en fin de journée, etc.) ou de territorialité (par étage ou par effet de voisinage, etc.) ? L’idée est ici de ramener les logs à la notion de trajet d’une page à une autre et de voir, par des méthodes de classification, s’il n’existe pas des trajectoires communes aux utilisateurs de la Bpi.

41En phase de découverte des données, notre première stratégie est de nous tourner vers des techniques non supervisées25. La méthode dite des k-means26 permet par exemple de déterminer le centre d’une communauté d’individus représentés par des vecteurs.

42Pour initialiser l’algorithme des k-means, il faut lui indiquer le nombre de centres recherchés (soit le nombre de communautés), nombre qui peut être déterminé en utilisant la méthode dite du coude27. Ces centres sont positionnés aléatoirement dans un espace vectoriel (figure 7, b), puis l’algorithme procède par itération. La distance entre les centres et les individus est calculée pour permettre une première assignation (figure 7, c). Les centres se déplacent au milieu de ces communautés temporaires et la distance est à nouveau calculée. L’algorithme chemine ainsi jusqu’à ce que les centres ne se déplacent plus (figure 7, c), déterminant ainsi les communautés et leurs individus moyens (les centroïdes).

Figure 7

Image

43Avec nos logs, nous commençons par créer un identifiant de session unique pour regrouper les pages visitées par un même individu : soit la concaténation de l’IP virtuelle, de l’identifiant de poste et de la date. Chaque session est ensuite représentée par un vecteur ayant autant de dimensions que de catégories Olfeo existantes. Les parcours sont déterminés par la catégorisation des URL. Nous choisissons, dans un premier temps, de ne pas prendre en compte la dimension temporelle à l’intérieur des sessions, c’est-à-dire le fait qu’une page soit visitée après ou avant une autre. Il existe néanmoins des exemples de catégorisation de sessions de navigation par k-means temporel [Stevanovic, Vlajic et An, 2011]. Aussi, pour chaque log de chaque session, nous incrémentons la coordonnée de la catégorie correspondante dans le vecteur. Nous testons cette méthode sur une semaine de données, du 20 au 26 mars 2017, semaine a priori neutre, sans événement particulier.

44Le nombre de centres varie d’un jour à l’autre, entre deux et quatre centroïdes. La figure 8 présente les résultats sous la forme d’une matrice : les 11 catégories d’ULR les plus représentées en ordonnée, les jours en abscisse. Pour chaque journée, nous ne conservons que les deux classes les plus importantes (les colonnes) et pour lesquelles nous indiquons la proportion de logs correspondants.

45Deux grands profils se dégagent, à savoir un profil fait exclusivement de consultations de sites de partage de vidéos (YouTube, Dailymotion, etc.) et un profil fait de consultations de vidéos partagées en proportion avec les sites de réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.). Notons le cas particulier du mardi, où la bibliothèque est fermée. Notons aussi la sur-représentation des sites de traduction le lundi 20 mars 2017, qui, après fouille dans les données, s’avère être liée à des recherches russophones. Cette information confirme l’observation dans la bibliothèque d’une forte communauté d’usagers russophiles ou originaires d’Europe de l’Est. La catégorie services aux entreprises s’avère, après recherches, être un ensemble d’URL et de sites de types analytics, traceurs ou cookies. Cela ne nous renseigne pas beaucoup sur le profil des usagers, mais plutôt sur la nature du Web en général, qui tend à générer pléthore de statistiques et de sondes autour des internautes.

Figure 8

Image

46En mars 2017, les sessions de navigation étaient encore limitées à 40 minutes. Nous relançons une seconde fois notre algorithme en choisissant maintenant une semaine où l’Internet libre est en accès entièrement ouvert, du 22 au 28 mai 2017. Les résultats sont sensiblement les mêmes, à ceci près qu’ils sont moins précis puisqu’avec la fin des sessions, un visiteur n’est plus obligé de se déconnecter en quittant un poste informatique. À une session peut donc correspondre plusieurs personnes. Notre identifiant de session pourrait être ici amélioré en ajoutant la détection d’un temps de non-activité entre deux usagers. Nous testons également des différenciations par moments de la semaine, de la journée ou par étage, mais là encore les deux mêmes profils ressortent à nouveau [Pierru, 2017].

Changer d’échelle et de sujet

47En nous laissant guider uniquement par les logs de navigation, nous n’avons fait que confirmer ce que nous savions déjà par l’observation des usages sur le terrain. À savoir une pratique du Web à la Bpi caractérisée par la consommation massive de vidéos en ligne et de plateformes de réseaux sociaux. Si nous pouvions employer une méthode plus fine pour reconstruire nos profils de navigation, en utilisant par exemple des chaînes de Markov [Cadez et al., 2003], la multitude d’autres formes d’usages observés in situ serait inexorablement écrasée par le poids statistique de la norme et de la moyenne.

48Le Web de la Bpi doit être caractérisé par ses pratiques dominantes tout autant que par la multitude de pratiques minoritaires situées dans la longue traîne28. En effet, les sites Web ne sont pas tous verbeux d’égale manière. Des sites emplis de publicités (même si nous en supprimons beaucoup), de vidéos ou de traceurs vont mécaniquement générer plus d’URL, et donc plus de logs, qu’un site modéré comme le portail d’une administration ou des sites gouvernementaux. Aussi, si la consultation d’un site semble faible, écrasé par les mastodontes YouTube et Facebook, cela traduit bien une part de la réalité des navigations du Web mais également un biais majeur lié à la nature même des logs.

49Plutôt que de chercher à caractériser les visiteurs de la Bpi en les groupant en communautés, nous pouvons aussi chercher à saisir l’analyse du Web de la Bpi en tant qu’écosystème complexe. Cet espace en ligne est tout autant le fruit de l’institution culturelle qui l’accueille que des usagers qui le font vivre et le parcourent session après session. Localement, chaque internaute de la bibliothèque produit des interactions, des dynamiques et des gestes qui lui sont propres mais qui, à une plus large échelle, font émerger les contours d’un Web collectivement façonné.

50Nos observations de terrain, au cœur de la bibliothèque, nous ont permis de rester sensibles à la diversité des profils et des pratiques. En dépit de leur nombre et de leur richesse potentielle, les traces de navigation ne peuvent être les seuls vecteurs de compréhension du Web de la Bpi. La « vérité » ne saurait venir de ces seules données, à savoir que les visiteurs de la bibliothèque ne regarderaient que des vidéos sur YouTube et passeraient le reste du temps sur Facebook. Au contraire, nous devons revenir sur nos explorations avec la connaissance que nous avons des publics de la bibliothèque. Savoir où positionner nos instruments d’observation parmi cette vaste constellation de traces de navigation, c’est aussi savoir passer du télescope au microscope : il nous faut pour cela explorer le Web de la Bpi par dimensions et thématiques particulières, ces dimensions pouvant être d’ordre topologiques, thématiques, sémantiques, linguistiques, etc.

Explorations thématiques

51Rappelons d’abord que la fonction première d’un log de navigation est d’horodater le passage d’un usager de la bibliothèque sur une page Web donnée. Pris deux à deux, les logs nous permettent de reconstruire des trajets de navigation en ligne, de page en page. Mais de manière indirecte, les logs nous offrent aussi la possibilité d’accéder au contenu des pages et des sites Web visités grâce à leurs URL. Ce faisant, après nous être intéressés aux trajectoires des usagers, concentrons-nous maintenant sur le contenu même de ce qui est lu et vu depuis les postes Internet libre de la Bpi.

52Comme la masse des logs générés par les sites verbeux écrase les cas singuliers, nous nous proposons de construire des sous-ensembles de données, suivant une ligne thématique dictée par nos observations in situ. Par exemple, les URL des sites de traduction contiennent, en elles-mêmes, les mots que l’usager a cherché à traduire :

Figure 9

Image

53Ces informations, agrégées à l’échelle d’une semaine, d’un mois ou d’une année peuvent nous renseigner indirectement sur la langue première de certains usagers ou sur leurs préoccupations de traduction : s’agit-il de termes courants ou de termes techniques ? Vers quelle langue sont principalement traduits les mots français ? Etc.

54Nous construisons ainsi plusieurs sous-ensembles de données29, soit en déconstruisant les URL, soit en analysant automatiquement le contenu des pages Web afin d’obtenir les termes les plus traduits, une liste de requêtes adressées aux moteurs de recherche (Google, Bing, etc.), les titres des articles des sites de news et d’actualités, les titres et les descriptions des vidéos visionnées, etc. Puis nous débutons plusieurs explorations à la manière d’un Georges Legrady qui propose de visualiser certaines dimensions singulières des données d’emprunts de la bibliothèque municipale de Seattle [Legrady, 2005]. Différentes hypothèses sont testées et certaines pistes se révèlent plus fructueuses que d’autres.

55Ainsi, entre autres prototypes, nous pouvons d’abord citer un système de visualisation des catégories d’URL par îlots de postes (figure 10, b). Il s’agit en l’occurrence des postes situés à l’entrée de la Bpi, généralement occupés par des habitués de cet étage. Nous ne constatons pas particulièrement d’effet d’influence par voisinage, mais parmi la domination, par la durée, des sites de vidéos émergent des séquences spécifiquement dédiées à des recherches en ligne ciblées ou à la consultation de sites de traduction et d’actualités régionales. Concernant ces derniers sites, l’analyse des langues dans lesquelles sont écrites les actualités met en avant l’importance de l’arabe (à travers le site d’Al Jazeera notamment, figure 10, a), de l’italien ou de l’espagnol. Si le français reste la langue principale de consultation des sites d’information, le Web de la Bpi révèle la place non négligeable destinée à une presse en ligne étrangère variée. Cette diversité peut être enrichie par l’observation de la distribution des sous-domaines de recherche Google. Ainsi, en excluant les domaines .fr et .com, nous constatons une domination des requêtes effectuées depuis des noms de domaines letton (google.lv), russe, allemand ou polonais [Amar, 2018]. D’un point de vue plus spécifique encore, une exploration des sites de résultats sportifs révèle un intérêt marqué des usagers pour la première ligue de cricket indienne allant même jusqu’à rivaliser avec l’audience des sites traitant du football30 (figure 10, c). Ces marqueurs sont autant d’indices de la présence à la bibliothèque de communautés d’origine étrangère cherchant à maintenir à travers les consultations Web un lien avec les événements majeurs de leur pays ou de leur région d’origine. Dans le prolongement de cette idée, un travail sur les sites de rencontre en ligne révèle une sur-représentation de plateformes marquées par la recherche d’endogamie tels qu’inshalla.com ou afrointroduction.com.

Figure 10

Image

56À travers ces explorations ciblées, le Web de la Bpi se révèle plus bouillonnant et complexe que ne le suggérait notre précédente analyse. S’il s’inscrit assez naturellement dans une sorte de paysage commun du Web contemporain (concentration des visites autour de Google, de Facebook, de YouTube, etc.), le Web de la bibliothèque s’en démarque en cultivant des enclaves de consultations régionalisées, ritualisées, communautaires, etc.

Discussion

57L’exploration du Web de la Bpi dessine les contours d’un espace qui, sous certains aspects, se rapproche des observations qu’a menées Dominique Pasquier au sujet de l’Internet des familles modestes31.

58D’une part, elle constate une absence de spécificité des consultations, au moins dans les grandes masses : « Ce qui est finalement le plus surprenant c’est qu’il n’y a pas de caractéristiques particulières. » De ce point de vue, la courbe de consultation des sites les plus visités à la Bpi suit, elle aussi, la tendance des enquêtes Médiamétrie pour la globalité du Web français32.

59On l’a vu, certaines poches de spécificités se laissent deviner à travers nos explorations thématiques : endogamie des sites de rencontre en ligne et consultation de sites d’actualités communautaires ou régionales par exemple. À cet égard, on constate, après D. Pasquier, que le Web consulté à la Bpi, comme à la maison, n’élargit pas forcément les horizons de consultation : chacun y trace sa route spécifique, sourd et aveugle aux sollicitations qui ne font pas sens pour lui, les fans de cricket le recherchent et le trouvent sur Internet, les Lettons privilégient leur journal préféré, etc., et on retrouve sur le Web des pratiques initiées ailleurs, dans l’enfance comme dans le pays d’origine. À cet égard, l’Internet libre permet de maintenir vivace une consultation rituelle de sites liés aux origines et aux histoires personnelles de chacun.

60D’autre part, ces poches spécifiques signalent une mise à distance de l’écrit à la faveur de la consultation d’un Web des images, et en particulier de l’image animée et de la vidéo. Comme l’observe Dominique Pasquier33, « l’Internet engage une certaine relation à l’écrit, qui ne va pas de soi pour des individus qui développent peu de pratiques scripturales sur leur lieu de travail et/ou dans leurs pratiques personnelles ». À cet égard, dans la continuité d’un usage intensif des écrans de télévision, la navigation Web peut s’inscrire dans un temps de loisirs moins par souci de pratiques récréatives que par contraste avec un emploi qui, lui, ne nécessite aucun passage ni par l’écran, ni par Internet, ni par le Web : comme le note D. Pasquier, si « Internet dans les milieux populaires est intimement associé à la sphère personnelle et de loisirs, c’est avant tout parce que les emplois occupés ne nécessitent pas de mobiliser une pratique de l’ordinateur et a fortiori d’Internet ». Pour tous les autres types d’emplois, les frontières travail/loisirs sont évidemment plus mouvantes.

61Ressaisie à travers d’autres données d’enquêtes, notamment celle de D. Pasquier, la sur-représentation, à la Bpi, des consultations de sites vidéo peut signaler certes un usage récréatif d’Internet mais surtout la présence d’une communauté d’usagers peu familière des pratiques d’écriture, pour laquelle le média de l’image est fortement sollicité comme outil de compréhension du monde, d’apprentissage, d’information autant que de distraction. Les observations fines de Dominique Pasquier nous rappellent que le temps libre des employés travaillant sans ordinateur peut être pleinement occupé par des navigations sur le Web sans, pour autant, que l’on puisse aisément qualifier ces pratiques de récréatives ou de distractives34.

62Pour aller plus loin sur le terrain de la Bpi, il convient de continuer d’observer et d’enquêter. Le Web de la Bpi apparaît, en dernière instance, comme un objet complexe et hétérogène. C’est pour cela que nous nous sommes efforcés de suivre une approche sensible de cet écosystème en cherchant à confronter représentation informatique des données et représentation humaine.

63Ajoutons à cette complexité le caractère indéniablement plastique et fuyant du Web de la Bpi. Au cours de notre étude, celui-ci n’a cessé d’être traversé par des changements et de profondes mutations technologiques. Ainsi, de 2016 à 2018, la proportion d’URL protégées par le protocole de sécurité HTTPS35 a significativement augmenté, réduisant fortement notre capacité à extraire des logs une information exploitable. Début 2018, la qualité de l’information contenue dans les logs approchait d’un minimum critique. En effet, les URL associées au protocole HTTPS empêchent le proxy de la Bpi d’enregistrer l’entièreté des adresses hypertextes. Sur une journée moyenne de logs36, 88 % des sites Web sont ainsi identifiés comme protégés. Par exemple, toutes les URL du site youtube.com sont désormais tronquées après le nom de domaine principal. Nous ne pouvons donc plus avoir accès à l’adresse exacte d’une vidéo ou d’une page Web. À terme, les logs perdront définitivement leur précision. Nous ne pourrons plus raisonner en termes de pages mais uniquement à l’échelle des sites dont elles dépendent.

64Les traces de navigation se dérobent à nos recherches et se protègent de nos analyses. Plus généralement, ces données se défendent contre toute forme de collectes massives que ce soit à des fins académiques, marchandes ou publicitaires. Cette transformation radicale des logs nous conduit à clore prématurément nos analyses.

Conclusion

65Ce chapitre retrace la genèse et les différents stades d’un effort de recherche mixte regroupant acteurs du domaine public culturel et universitaire issus d’horizons divers. Pour tenter de comprendre les spécificités de l’Internet libre à la Bpi, nous nous sommes tournés vers une source de données jusqu’alors peu exploitée mais aujourd’hui fortement dégradée. Les logs de navigation Web ne sont pas des données facilement saisissables. Leur prise en main nécessite le déploiement d’une infrastructure technique adaptée à leur volume et à leur vitesse de production. La nature des logs nous oriente assez classiquement vers la caractérisation de communautés d’usagers. Mais, en faisant remonter les observations de terrain, nous pouvons amorcer un changement de perspective. Les logs de navigation forment finalement la trame de fond sur laquelle esquisser les contours bouillonnants de l’Internet libre. Le Web de la Bpi n’est finalement pas si éloigné d’un Web pratiqué à la maison par les familles modestes [Pasquier, 2018]. Ce constat actualise notre regard sur le rapport qu’entretiennent certains visiteurs avec la Bpi : lieu de flânerie idéal pour tromper l’ennui, certes, l’Internet libre de la Bpi permet aussi – voire surtout – des routines de consultation structurantes, voire rassurantes, dans un circuit sur le web essentiellement visuel et sonore.

66La nécessité méthodologique de conjuguer traitements automatiques et validations fines, de débrayer du quantitatif au qualitatif en quelque sorte, nécessite d’inventer des outils, comme les carnets de navigation Web, dont le format mériterait cependant d’être enrichie de données issues notamment d’observations des signes non verbaux.

67L’état actuel des logs ne nous permet pas de pousser plus avant cette piste. Cependant, les logs ne sont pas devenus inutiles pour autant. Nous pourrions, par exemple, nous servir de ces traces comme un ensemble de pointeurs destinés à une campagne d’archivage du Web de la Bpi. À intervalle régulier, il s’agirait d’extraire des logs la liste de l’ensemble des sites visités depuis les postes de la Bpi et de transférer cette liste à l’une des deux institutions en charge de l’archivage du Web en France : l’Ina ou la Bnf pour des collectes ponctuelles. Ce faisant, nous obtiendrions au fil du temps et des années, une image en mouvement de l’Internet libre qu’il nous faudra alors explorer afin d’en saisir les dynamiques propres. Là est peut-être la clé qui nous permettra dans un futur proche de percer les mystères du Web de la Bpi.

Annexe 2. Charte d’accès à Internet à la Bpi

68L’utilisation d’un système informatique, quel qu’il soit, est soumis au respect d’un certain nombre de textes de lois. Leur non-respect est passible de sanctions pénales (amendes et emprisonnement). Sont notamment exclus de la consultation les sites à caractère violents, pornographiques ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine.

69Pour information et de manière synthétique, ces textes concernent :

  • la protection des mineurs : la Bpi étant ouverte à tous, il est interdit de consulter des sites à caractère violent, pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine susceptibles d’être vus ou perçus par un mineur. A fortiori, la consultation de sites de ce type mettant en scène des mineurs est également sanctionnée pénalement (articles 22723 et 22724 du Code pénal) ;
  • la fraude informatique : « Le fait d’accéder ou de se maintenir frauduleusement dans tout ou partie d’un système… le fait d’entraver ou de fausser le fonctionnement d’un système… le fait d’introduire, de supprimer ou de modifier frauduleusement les données qu’il contient » sont considérés comme des délits. « La tentative des délits est punie des mêmes peines. » (articles 3231 à 7 du Code pénal) ;
  • le droit des auteurs : le Code de la propriété intellectuelle sanctionne la contrefaçon et d’une manière générale toute atteinte aux droits des auteurs. Toute réutilisation de données comportant des œuvres littéraires et artistiques notamment est illicite sans le consentement exprès des auteurs ou des ayants droit.
  1. Objectifs du service
    • Élargir l’offre documentaire de la bibliothèque.
    • Permettre au public de découvrir et d’utiliser les nouveaux outils de recherche d’information.
  2. Modes de consultation
    • Un accès à des sites sélectionnés par domaines de connaissances : cliquez sur « catalogue » puis à gauche sur le thème qui vous intéresse dans « Explorer par thème ».
    • Un accès au réseau Internet.
  3. Conditions d’accès : la consultation des sites sélectionnés est ouverte à tous. L’accès au réseau Internet est possible à tous à l'exception des mineurs non accompagnés.
  4. Type de consultation
    • Sont exclus de la consultation : les sites à caractère violent, pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine.
    • Il est interdit de télécharger des programmes.
    • Il est interdit de modifier la configuration des équipements.
  5. Moyens de sauvegarde
    • L’utilisation de disquettes est interdite.
    • La messagerie électronique est possible.
    • L’impression est possible.
  6. Tarifs
    • L’accès est gratuit.
    • Les impressions sont payantes (0,13 € / page).

70Les usagers qui chercheraient à détourner l’esprit ou la lettre de la présente charte peuvent se voir expulsés de la bibliothèque, sans préjudice des autres mesures envisageables (dépôt de plainte par exemple).

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Amar M. et Béguet B. (2008), Les consultations « libres » d’Internet à la Bpi : enquête exploratoire, Paris, Bibliothèque publique d’information. Accessible sur Hal : < https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01056007 >.

Amar M. (2018), Analyse des logs de consultation d’Internet en accès libre à la Bpi : qu’apporte le Big Data ? [Rapport de recherche], Paris, Bibliothèque publique d’information. Accessible sur Hal : < https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01721032 >.

Barbier-Bouvet J.-F. (1984), « Portrait de groupe avec Minitel : petite ethnographie des utilisateurs », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), n° 3, p. 230-234. [En ligne] < https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1984-03-0230-005 >.

Barbier-Bouvet J.-F et Poulain M. (1986), « Chapitre IV : lecture publique, lecture en public », in : Publics à l’œuvre : pratiques culturelles à la Bibliothèque publique d’information du Centre Georges Pompidou, Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information.

Barboza K., Ben Haniche S., Martin S., Neupont A., Ségard O. et Sahuc N. (2018), L’offre d’accès à Internet en bibliothèque, projet tuteuré, Paris, IUT Paris Descartes ; Bibliothèque publique d’information.

Beaudouin V., Garron I. et Rollet N. (2016) « Je pars d’un sujet, je rebondis sur un autre » : pratiques et usages des publics de Gallica [Rapport de recherche], Paris, Télécom ParisTech ; Bibliothèque nationale de France ; Labex Obvil. Accessible sur Hal : < https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01709238 >.

Berrachedi C. (2016), Création d’une application d’analyse de logs au Centre Pompidou, Rapport technique, rapport d’étude, cursus d’ingénieur ParisTech.

Cadez I., Heckerman D., Meek C., Smyth P. et White S. (2003), « Model-based clustering and visualization of navigation patterns on a Web site », Data Mining and Knowledge Discovery, 7(4), p. 399–424.

10.1145/347090 :

Cardon D., (2019), Culture numérique, Presses de SciencesPo, collection « Les petites humanités ».

10.3917/scpo.cardo.2019.01 :

CERN (1993), The document that officially put the World Wide Web into the public domain. [En ligne] < https://cds.cern.ch/record/1164399?ln=fr >.

Feng G., Guang-Sheng M. et Hu J. (2006), « Web navigation patterns mining based on clustering of paths and pages content », in : Shen H.T., Li J., Li M., Ni J., Wang W. (eds) Advanced Web and Network Technologies, and Applications, APWeb 2006, Lecture Notes in Computer Science, vol. 3842, Springer, Berlin, Heidelberg, p. 857-860.

Hervé R. (2010), Usages par le public des postes informatiques et des hot-spot wifi à la BmL, mémoire sous la direction de Bertrand Calenge, Lyon, Bibliothèque municipale de Lyon ; École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques. [En ligne] < https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/48467-usages-par-le-public-des-postes-informatiques-et-des-hot-spot-wifi-a-la-bml >.

Legrady G. (2005), « “Making Visible the Invisible”. Seattle Library Data Flow Visualization », in : Digital Culture and Heritage. Proceedings of ICHIM05, Paris, p. 21-23. [En ligne] < http://www.archimuse.com/publishing/ichim05/Legrady.pdf >.

10.1145/3306211 :

Levy S. (2011), In The Plex : How Google Thinks, Works, and Shapes Our Lives, New York, Simon & Schuster.

Pasquier D. (2018), L’Internet des familles modestes : enquête dans la France rurale, Paris, Presses des Mines, collection « Sciences sociales ».

10.4000/books.pressesmines.4115 :

Paugam S. et Giorgetti C. (2013), Des pauvres à la bibliothèque : enquête au Centre Pompidou, Paris, PUF, collection « Le lien social ».

10.4000/books.bibpompidou.966 :

Pierru M. (2017), Étude de la répartition des logs à la bibliothèque Pompidou à Paris, détermination de profils d’utilisateurs, rapport technique cursus d’ingénieur ParisTech.

Poulain M. (1985), Ni tout à fait mêmes, ni tout à fait autres : profils et pratiques des usagers des films vidéo à la Bpi, Paris, Bpi.

Stevanovic D., Vlajic N. et An A. (2011), « Unsupervised clustering of Web sessions to detect malicious and non-malicious website users », Procedia Computer Science, no 5, p. 123-131.

10.1016/j.procs.2011.07.018 :

Tukey J. W. (1977), Exploratory Data Analysis, Addison-Wesley Publishing Company.

Notes de bas de page

1 Note de l'éditeur : les références entre crochets renvoient à la bibliographie en fin d’article.

2 L’Internet (réseau et protocole de communication entre ordinateurs/serveurs, réseaux d’ordinateurs/serveurs, etc. distants) ne doit pas être confondu avec le Web (protocole de mise en relation de pages par un système d’adressage et de liens hypertextes). Le Web, créé au tournant des années 1990 (CERN, 1993), est une couche haute d’Internet. L’usage courant fait cohabiter et se confondre les deux notions.

3 Observant les conditions d’utilisation d’Internet dans douze bibliothèques situées en région parisienne (six bibliothèques universitaires, six bibliothèques municipales), Barboza, Ben Haniche, Martin et al., observent que « la mise à disposition de casques n’est pas souvent proposée dans les bibliothèques bien qu’il soit toléré que les usagers apportent leur propre matériel. » [Barboza, Ben Haniche, Martin et al., 2018 : 11].

4 La Bpi offre un accès wifi depuis 2010. En 2018, un visiteur sur deux déclare avoir consulté Internet à la Bpi le jour de sa visite, mais seuls 9 % des visiteurs interrogés l’ont fait à partir des postes filaires de la Bpi. Voir l’enquête de public réalisé en 2018 par la société Test pour le compte de la Bpi : < https://pro.bpi.fr/etudes/observation-des-publics-de-la-bpi/barometre/ >.

5 Voir encadré 2 ci-dessous.

6 « Les pauvres qui fréquentent la Bpi viennent dans ce lieu public ouvert à tous pour y trouver les deux sources fondamentales de chaque type de lien social que sont la protection et la reconnaissance. » Serge Paugam et Camilia Giorgetti, Des pauvres à la bibliothèque : enquête au Centre Pompidou, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2013, p. 16.

7 L’anonymat est garanti par les traitements que nous faisons subir aux logs en amont des analyses quantitatives (masquage de l’adresse IP, effacement des données, agrégation, etc.), voir infra pour le détail.

8 D’autant que le public de la Bpi n’est pas forcément francophone : entre 2003 à 2018, les enquêtes de public indiquent qu’entre un quart et un tiers des visiteurs de la bibliothèque sont de nationalité étrangère.

9 Voir annexe 2 : charte d’utilisation d’Internet à la Bpi. L’utilisateur est invité à valider cette charte pour accéder au service Internet depuis les postes de la bibliothèque.

10 Loi no 2001-1062 du 15 novembre 2001 relative à la sécurité quotidienne (dite loi Vaillant), texte accessible en ligne : < https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000222052 >.

11 Code des postes et des communications électroniques – Article L34-1, accessible en ligne :

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006070987&idArticle=LEGIARTI000006465770 >.

12 Voir le décret d’application du 24 mars 2006 que la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a, par ailleurs, qualifié d’imprécis dans sa « Délibération portant avis sur un projet de décret relatif à la conservation des données de communications électroniques et modifiant le code des postes et des communications électroniques », datées du 10 novembre 2005 : < https://www.legifrance.gouv.fr/affichCnil.do?id=CNILTEXT000017652102 >.

13 Garantie par l’article 5 de la directive 2002/58 de l’Union européenne : < https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:32002L0058&from=FR >.

14 Pour une première approche de Secure Shell : < https://fr.wikipedia.org/wiki/Secure_Shell >.

15 Institut Mines-Telecom : < https://www.teralab-datascience.fr/ >.

16 Règlement 2016/679 du Parlement européen et du Conseil, du 27 avril 2016, relatif à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données, et abrogeant la directive 95/46/CE (règlement général sur la protection des données), accessible en ligne : < https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:32016R0679 >.

17 Logiciel intermédiaire entre le réseau de la Bpi et le Web, utilisé notamment pour filtrer certains sites.

18 Système d’adressage hypertexte d’une ressource hébergée sur le Web.

19 Pour le détail des catégories d’URL : < https://frama.link/ffuy3r1h >.

20 Logiciels libres, voir : < https://www.elastic.co/fr/products/logstash >, < https://www.elastic.co/fr/products/elasticsearch >, < https://www.elastic.co/fr/products/kibana >.

21 Par exemple : < https://filterlists.com/ >.

22 Le temps moyen de chargement d’une page Web avoisine les 3 secondes sur un ordinateur fixe et jusqu’à 7 secondes sur un appareil mobile (voir le rapport en continu d’Internet Archive : < https://httparchive.org/reports/loading-speed >).

23 Dans cet article, nous désignons par « verbeux » des sites dont l’affichage d’une page génère plus de 5 logs différents : si l’on n’y prend garde, la consultation de ce site pèsera 5 fois plus qu’un site que l’on nommera vertueux, dont l’affichage d’une page générera moins de 5 logs, idéalement 1. On comprend que la mesure de consultation des sites par comptage de lignes de logs mérite d’être pondérée pour être représentative d’usages effectifs.

24 Voir l’article d’E. Zuckerman (2014) sur l’histoire de la publicité et des traceurs en ligne : < https://www.theatlantic.com/technology/archive/2014/08/advertising-is-the-internets-original-sin/376041/ >.

25 Contrairement aux techniques d’analyses statistiques supervisées (qui permettent de faire des prédictions à partir d’échantillons préalablement annotés), les méthodes dites non supervisées explorent et décrivent les données cibles sans a priori. Une fois les données défrichées une seconde campagne supervisée (s’appuyant sur les résultats non supervisés) peut alors améliorer la précision des analyses (voir : < https://fr.wikipedia.org/wiki/Apprentissage_supervis%C3%A9 >).

26 La méthode des K-moyennes (en français) est une technique de partitionnement des données en k groupes qui cherchent à minimiser la distance entre les données à l’intérieur de chaque groupe (voir : < https://fr.wikipedia.org/wiki/K-moyennes >).

27 Méthode décrite à cette adresse : < https://en.wikipedia.org/wiki/Elbow_method_(clustering) >.

28 Sur cette notion et son usage dans l’observation des usages du Web, voir : < https://fr.wikipedia.org/wiki/Longue_tra%C3%AEne >.

29 Travail réalisé en collaboration avec A. Sciberras, A. Habis, T. Mokart, J. Grenier, M. Arrivat, A. Saheb, M.A. Chamli, P. Bernat, étudiants à Télécom ParisTech.

30 Données extraites des mois de mai et juin 2018, couvrant une coupe du monde de football et la finale de la ligue de cricket indienne.

31 Dans L’Internet des familles modestes : enquête dans la France rurale, Dominique Pasquier explore deux types de données : des entretiens (50) qu’elle a menés auprès d’ouvrier.es et d’employé.es, de personnes aides à domicile ou travaillant dans le secteur des services à la personne, vivant en milieu rural (régions Rhône-Alpes, Aquitaine, Pays de la Loire) ; des comptes Facebook (46) issus de la recherche Algopol, appartenant à des femmes et des hommes âgés de 30 à 50 ans, habitant dans des communes situées hors des grandes agglomérations urbaines et déclarant être ouvrier.e ou employé.e des services à la personne.

32 La représentativité des enquêtes Médiamétrie mérite toutefois d’être relativisée ; voir notamment Cardon, 2019, p. 362.

33 Dominique Pasquier, op. cit., p. 43 et suivantes.

34 Les heures passées sur Le Bon Coin à la recherche de la bonne affaire ne relèvent-elles pas du travail domestique, plus ou autant que du loisir distractif par exemple ? Voir D. Pasquier, op. cit., p. 55-74.

35 Pour en savoir plus : < https://fr.wikipedia.org/wiki/HyperText_Transfer_Protocol_Secure >.

36 Données de mars 2018.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.