Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 1. Activités studieuses et activités culturelles à la BnF

Au-delà des oppositions

p. 27-56


Texte intégral

Un « souci des publics » de l’institution1

1« Qui sont les publics de ma salle ? » « Comment faire venir plus de visiteurs à l’exposition de l’automne prochain ? » « Quels sont les services à proposer aux juristes ou aux musiciens pour qu’ils comprennent la richesse des collections ? » « Pourquoi les étudiants ne consultent-ils pas plus les documents de nos magasins, est-ce parce qu’ils utilisent Internet ? » « La Bibliothèque nationale s’est-elle démocratisée ? »

2Ces questions, formulées par des directeurs de la BnF comme par des magasiniers ou des chargés de collection assurant un service auprès des publics, témoignent à la fois de préoccupations et de projections vis-à-vis des usagers. On discerne dans ces interrogations des professionnels un « souci des publics »2, non pas au sens d’une difficulté à résoudre mais bien d’une attention aux publics, qui suscite un questionnement réflexif. Parallèlement, les enquêtes visant à connaître les usagers de l’établissement rendent compte d’un éclatement des catégories d’analyse des publics et d’une incertitude sur les manières de les saisir. Certains viennent tous les jours lorsque d’autres consultent des notices en ligne ; certains posent des questions en arrivant à l’accueil lorsque d’autres évitent d’avoir affaire aux personnels ; certains compulsent des listes de documents sur Gallica lorsque d’autres jettent un œil ou une oreille aux activités culturelles. En fonction des offres et services proposés3, les usagers sont quelques dizaines ou des milliers, francophones ou allophones, identifiés par leur titre d’accès ou inconnus. Ensemble, ils constituent les publics de la BnF, chacun dans un lien à l’institution qui est fonction de son activité et de sa biographie. À défaut de pouvoir révéler chaque profil, ce chapitre se propose de faire dialoguer les résultats de différentes études sur les publics4, en s’efforçant de montrer, au-delà des apparentes oppositions entre catégories et motivations des usagers, quelques déterminants communs des pratiques au sein de l’institution.

Une préoccupation ancienne

3Avant de s’intéresser aux usagers actuels de la BnF, un bref retour sur le passé rappelle l’antériorité de ce « souci des publics ». Si la mission première de la Bibliothèque (royale, impériale, nationale) est de réunir les savoirs, notamment en collectant le dépôt légal, l’accès à ces collections a suscité aux différentes époques de son histoire diverses interrogations. Les conditions d’accueil et surtout les contraintes de conservation obligent à statuer sur les règles de consultation des précieux documents comme sur celles concernant l’accès aux fascicules de presse. La question se pose de savoir à qui et comment donner accès aux ressources de la BnF. Les manières de désigner les publics dans les différents documents administratifs du passé témoignent des usages observés autant que de ceux souhaités. Dans son mémoire Accueillir le grand public à la BnF : origines, permanences et évolutions5, Marie Galvez retrace, principalement au XIXe siècle, les arguments des administrateurs pour réaliser des expositions de collections et pour créer une salle de lecture accessible à des lecteurs non érudits et savants (non chercheurs). Elle montre que l’idée d’exposer des collections de la Bibliothèque est envisagée dès 1720, avec pour argument de « satisfaire la curiosité de tous ceux que l’envie de s’instruire attirera [dans les salles, cabinets et galeries] ». La mise en œuvre de cette intention ne sera effective que plus tard et restera fluctuante en fonction des époques, administrations et tutelles. C’est sous l’administration de Léopold Delisle (de 1874 à 1905) que la Bibliothèque nationale structurera un « véritable projet pour les expositions » [Galvez, 2011 : 12], c’est-à-dire à la fois l’installation d’espaces, le choix d’objets et de documents exposés, et l’inscription dans une programmation interne ou en rapport avec l’agenda culturel national comme lors des expositions universelles. Aussi bien dans les notes produites pour demander des financements que dans les témoignages de la presse, l’exposition d’œuvres de l’institution répond à une logique de valorisation de la richesse des collections et à des objectifs pédagogiques liés à la tutelle du ministère de l’Instruction publique. L’exemple de l’exposition Libri et Barrois en avril 1888 retenu par Marie Galvez montre en germe la potentielle contradiction de ce double objectif :

Dès l’arrivée [des manuscrits des fonds Libri et Barrois], des travaux de mise en ordre et de classement ont été entrepris pour permettre la communication aux savants ; cependant, cette entreprise s’annonçant très longue, il est décidé de donner une première satisfaction à la curiosité du public en exposant dans les vitrines de la salle du parnasse français, à l’entrée de la galerie Mazarine, un choix des volumes et des pièces retrouvées. L’objectif de cette exposition, outre celui de justifier auprès du plus grand nombre les efforts financiers consentis par la Bibliothèque, est le même que pour la galerie Mazarine : éduquer et instruire, même si le caractère particulier de l’exposition, saisissable surtout par les familiers de l’affaire Libri, a dû principalement attirer les initiés. [Galvez 2011 : 24-25]

4Les profils des visiteurs ne peuvent toutefois faire l’objet que d’hypothèses puisque, dans les sources disponibles, ni la fréquentation ni les publics ne sont notifiés.

5S’agissant des salles de lecture, le rapport de la Commission Mérimée de 1858 établit une distinction entre un public « tout-venant » et des « travailleurs sérieux », ce qui justifie la création de deux salles distinctes puisque ces publics n’auraient pas les mêmes usages des collections. La fameuse « salle B », salle de lecture publique, ne verra le jour qu’en 18686, après certes des travaux d’aménagement mais aussi de longs débats sur les collections à y faire figurer : en libre accès ou sur communication, dans le domaine des belles lettres ou en sciences, avec des ouvrages récents ou plutôt des ressources acquises par échanges… En présentant les questionnements qui surgissent à l’occasion de la construction de la salle B, Marie Galvez retrace aussi l’élaboration progressive de ses conditions d’accès dont le principe sera, dans un premier temps du moins, de donner accès aux savoirs à « l’ouvrier désireux d’approfondir les connaissances de son métier ». Elle rend compte toutefois du déplacement progressif de l’usage de la salle, de plus en plus fréquentée par les étudiants :

En reconnaissant comme sérieux le travail des étudiants, qu’elle n’assimile pas cependant aux recherches érudites des savants de la salle Labrouste, l’institution semble prendre conscience qu’il existe une grande diversité d’usages des collections, et parfois même plusieurs « strates » à l’intérieur d’un même usage. Le raisonnement ne s’articule donc plus seulement autour d’une lecture « savante » opposée à une lecture « utilitaire » ou « de divertissement », mais autour d’une lecture « érudite » et d’une lecture « étude » qui, pour être moins spécialisée que celle des chercheurs, n’en demeure pas moins sérieuse. [Galvez, 2011 : 44-45]

6On note ici que les « autres » lecteurs sont inévitablement comparés, et même opposés, aux chercheurs (savants, érudits, lettrés…) qui constituent le public premier de la Bibliothèque nationale. Ce public sert de valeur d’étalon à toute mesure de démocratisation de l’institution, comme en témoignent, un siècle après, les polémiques qui ont accompagné le projet de création de la Bibliothèque nationale de France.

Un établissement multifonction, des publics multi-usages ?

7Ces interrogations sur la variété des usages dans les salles de lecture et dans les galeries se prolongent au fil des évolutions de l’établissement. En 1994, la grande étude sur les lecteurs de la Bibliothèque nationale de Christian Baudelot et Claire Verry insiste sur la procédure d’inscription qui, du fait d’un nombre de places limité dans les salles du site historique, est vécue par beaucoup d’usagers comme une épreuve au cours de laquelle ils doivent justifier du caractère légitime de leur recherche7. Aussi, la construction d’une nouvelle très grande bibliothèque a pour objectif premier de desserrer cette contrainte de l’espace, pour les publics comme pour les collections. Le décret fondateur de la BnF en 1994 inscrit dans les missions de l’établissement la mise à disposition des documents aux chercheurs ainsi qu’« au plus grand nombre ». Mais ce plus grand nombre concerne-t-il plus d’étudiants, plus de visiteurs des expositions, plus de chercheurs admis à consulter les documents patrimoniaux, plus de professionnels utilisant les notices ? Le projet développé par l’Établissement public de la Bibliothèque nationale (EPBF) conduit non pas à une augmentation homothétique de capacité mais de fait à l’émergence d’une nouvelle configuration institutionnelle. Avec les 1 500 places du Rez-de-jardin, l’établissement augmente certes significativement ses possibilités d’accueil, comparativement au site de Richelieu8. Avec la création du Haut-de-jardin, bibliothèque pour tous à vocation encyclopédique, la BnF devient au fil du temps un acteur de référence dans le paysage des bibliothèques d’études cherchant à toucher un large public, sans pour autant basculer dans la lecture publique. Avec deux auditoriums, trois galeries d’exposition et des ateliers pour les enfants, la BnF intensifie ses activités de médiation dans le champ de l’éducation artistique et culturelle, et développe une production de manifestations culturelles ainsi qu’une activité éditoriale autour des collections. Cette activité est soulignée par Roland Schaer, en 1997, lorsqu’il décrit la politique culturelle du tout nouvel établissement9. Pour synthétiser cette pluralité d’activités, le tableau en annexe 1 liste les collections et offres proposées sur le site François-Mitterrand comme dans les sites historiques, soulignant les différentes missions de la BnF : des missions de bibliothèque de recherche, de bibliothèque d’études et d’établissement culturel. Ces multiples activités débordent aussi hors des murs, que ce soit dans les établissements universitaires, les écoles, les bibliothèques de lecture publique ou dans d’autres musées et galeries.

8En même temps que le caractère multifonction de l’établissement s’accroît, le « souci des publics » se généralise aux différents espaces et aux différentes activités. Denis Bruckmann s’interroge, dans un article publié fin 2018 dans le Bulletin des bibliothèques de France10, sur l’atteinte des objectifs de l’EPBF d’ouvrir la Bibliothèque au « grand public ». De même qu’au XIXe siècle, les projets d’expositions et de salles de lecture « publique » ont pu sembler manquer leur cible, quelle adéquation entre l’ambition d’un public incarnant la figure de « l’honnête homme » et les usagers qui aujourd’hui arpentent les couloirs et occupent les salles de lecture ? Est-ce que la BnF accueille aujourd’hui des profils qui ne trouvaient pas place jadis dans le quadrilatère Richelieu ? Et observe-t-on des publics spécifiques de chaque offre et service ou, au contraire, a-t-on affaire à des usagers démultipliant leurs activités pour se saisir de l’ensemble des possibilités offertes par l’institution ?

9Avant de répondre à ces interrogations, notons que les deux jambes sur lesquelles marche l’établissement renvoient à des activités dont les représentations peuvent paraître antinomiques (voir tableau 1). Les bibliothèques en général, et les bibliothèques d’étude en particulier, sont des lieux que l’on souhaite silencieux et où l’on vient travailler de manière concentrée et régulière. Les musées, eux, représentent un espace de loisir culturel où l’on vient regarder, occasionnellement et parfois rapidement, des œuvres pour leur caractère esthétique, en déambulant dans un certain brouhaha (chuchotements entre visiteurs, discours de conférenciers, etc.). Ces deux activités convoquent deux postures physiques, l’une assise et l’autre debout, ainsi que deux postures intellectuelles, opposant concentration et curiosité. Les professionnels ne sont pas présents de la même manière dans ces deux situations : alors que les bibliothécaires sont en salle et assurent un « service public » à la demande, en réaction aux questions des usagers sur les collections qu’ils ont constituées, les commissaires et chargés d’expositions s’adressent aux publics indirectement, par le truchement des cartels ou des médiateurs. Les personnels de bibliothèque insistent sur l’accompagnement des usagers pour leur donner une autonomie dans leur recherche, de façon à ce que chacun accède aux documents appropriés à ses centres d’intérêt. Les producteurs d’exposition aboutissent à un contenu culturel identique pour tous les visiteurs, novices ou spécialistes du sujet, construit sur la base de l’expertise du curateur11.

10Cette distinction entre activités studieuses et activités culturelles s’observe d’un autre point de vue dans la dissonance de l’image perçue de l’établissement. Une enquête conduite en 2017 auprès d’un échantillon représentatif de la population française montre que 70 % des répondants déclarent connaître la BnF12 et l’image dominante qui est associée à l’institution est celle de grandes étagères de livres, signifiant avant tout des activités de conservation et de recherche. Du reste, la majorité des répondants ne se sent pas spontanément concernée par une institution considérée d’abord comme un lieu d’étude, tout en concédant qu’une visite culturelle pourrait être un motif de venue. Dans l’esprit de tout un chacun, l’image studieuse semble ici évincer l’attrait culturel de l’établissement.

11Enfin, la tension entre les offres de l’établissement s’observe également dans son organisation opérationnelle, par exemple dans la gestion des files d’attente : si une file est dédiée aux chercheurs qui ont réservé une place pour un horaire donné, faut-il aussi fluidifier l’accès des spectateurs d’une manifestation qui débute ? Chaque année au printemps, le site François-Mitterrand doit concilier l’accueil de lycéens en quête d’espaces de travail pour réviser le baccalauréat et l’organisation du festival La bibliothèque parlante (week-end de lectures, performances et spectacles), occasionnant des arbitrages sur l’occupation des espaces physiques et le niveau de volume sonore autorisé. Une forme de concurrence peut se faire jour entre les publics eux-mêmes : les chercheurs questionnent la présence des étudiants qui n’ont pas besoin des collections patrimoniales, de même que les étudiants préparant un concours reprochent à la BnF d’accepter des lycéens dissipés. Sans être nombreuses, certaines plaintes mettent en question la légitimité de la présence des « autres ».

Tableau 1. Critères opposant de manière simplifiée activités culturelles et activités studieuses

Publics culturelsPublics studieux
MotifLoisirsÉtudes
PostureDebout, en déplacementAssis, figé
RégularitéVenir à une visiteVenir régulièrement
AmbianceAnimationSilence
Mode de découverteCuriositéConcentration
Lien avec les professionnelsDésynchronisé : les professionnels sont en amontAccompagné : les professionnels sont en salle
SociabilitéAvec des prochesAvec des pairs

12Si les bibliothèques de lecture publique ont intégré depuis longtemps des créneaux pour les classes ou disposent d’espaces d’activités culturelles13, ce développement peut paraître moins naturel pour un établissement qui a longtemps été regardé comme un sanctuaire pour les chercheurs, concentrant ses services sur la consultation des ressources patrimoniales. La juxtaposition d’activités culturelles et studieuses aux missions premières de collecte et de conservation, et aux pratiques savantes qui en découlaient, interroge sur les usages réels qui en sont faits : les publics de la BnF recourent-ils chacun à différentes offres de l’établissement ou se concentrent-ils principalement sur un service donné ?

Trois sources de connaissance des publics

13Les études sur les publics14 et leurs usages vont donc servir ici de boussole à la perception des missions de la BnF et de leur appropriation par les publics. Trois sources d’information sur les publics vont être mobilisées.

14Première source, la base des lecteurs inscrits : pour accéder à ses espaces, la BnF délivre différents titres d’accès, sous forme de Pass15, qui couvrent la plupart des activités individuelles réalisées à la Bibliothèque16. L’inscription permet de collecter des informations sur le profil de l’usager (sexe, âge, lieu d’habitation, nationalité), sur son parcours universitaire (niveau, discipline, lieu d’études) et le but de sa venue à la BnF (étude, recherche, personnel). En 2018, on compte environ 73 000 détenteurs d’un Pass : ~48 500 usagers fréquentent le Haut-de-jardin et ~29 500 les espaces de recherche (tous sites confondus). Cette base d’inscrits donne également des informations précises sur les lieux fréquentés et l’intensité des visites. En revanche, ces données quantitatives laissent dans l’ombre les personnes qui viennent en salles de lecture avec des tickets (8 % des entrées au global) ou restent dans les espaces libres17, et ne livrent pas d’informations sur les motivations de visite à la Bibliothèque.

15Il est par conséquent essentiel de compléter les informations issues de la base des inscrits par des enquêtes mettant en œuvre d’autres approches. Régulièrement depuis 199918, la délégation à la Stratégie et à la recherche (DSG) pilote des enquêtes par questionnaire sur de larges échantillons. Trois « observatoires » ont été conduits ces dernières années. Par ordre chronologique, un premier questionnaire a été mis en ligne sur Gallica19, en septembre 2016, et a permis de collecter 7 600 réponses, score tout à fait enthousiasmant20. En octobre 2016, 1 400 personnes ont été interrogées, de manière représentative21, en sortie de la Bibliothèque François-Mitterrand. Un sur-échantillon a été constitué auprès des usagers des espaces libres et des publics des événements et des manifestations, mal captés par ces enquêtes sur des flux. 1 400 personnes ont également répondu à un questionnaire en ligne placé sur le catalogue général et le site institutionnel bnf.fr. Enfin, en novembre 2017, 600 personnes ont été interrogées sur le site de Richelieu22 et 600 usagers BnF de ce site ont répondu à un questionnaire en ligne adressé par courriel23. Pour cette dernière enquête, on observe une complémentarité entre l’échantillon recruté en ligne et celui recruté sur place, l’emailing ayant permis de toucher des personnes qui viennent peu régulièrement sur site. Ces enquêtes par questionnaire permettent de mieux saisir la diversité des publics : 17 % des visiteurs de François-Mitterrand n’ont pas de titres d’accès et n’existent donc pas dans la base d’inscrits ; 62 % des répondants à l’observatoire Gallica déclarent n’être jamais venus à la BnF.

16Enfin, en complément des observatoires barométriques, la DSG conduit chaque année un certain nombre d’études sur des offres ou événements ponctuels de la Bibliothèque (les publics d’une exposition, du festival la Bibliothèque parlante, des journées européennes du patrimoine, etc.) ou sur des usages spécifiques d’espaces ou d’offres (les publics du Haut-de-jardin, les usages des ressources électroniques, les publics des offres et contenus pédagogiques, etc.). Ces études peuvent être menées en propre, par un prestataire ou en collaboration avec des chercheurs. Chaque cas est spécifique et livre des résultats éclairants sur une pratique. Ces multiples sources d’informations sont enrichies par des observations qualitatives de terrain, réalisées au fil de l’eau, dans un cadre ou non d’étude, qui illustrent et donnent corps aux données chiffrées. Ces sources permettent aussi de mieux comprendre les spécificités des publics de la BnF en les situant par rapport à des études menées par d’autres établissements ou entités, comme la Bpi ou le Département études, prospective et statistiques (DEPS) au ministère de la Culture.

17À partir de ces différents matériaux, comment décrire les publics de la BnF et peut-on identifier « un » public de l’institution ?

Activités studieuses, activités culturelles

18Le site François-Mitterrand, avec son million d’entrées par an, constitue un lieu d’observation large des publics et illustre l’hétérogénéité des visiteurs. Ainsi, l’observatoire des publics réalisés en octobre 2016 sur ce site montre que, sur dix personnes présentes, quatre ont utilisé des documents, trois ont travaillé en salle avec leurs propres ressources, deux sont venues pour des activités culturelles et une s’est installée dans les espaces libres. Ce « fond de carte » des publics va permettre de préciser les traits caractéristiques des usagers studieux – entendus en un sens large comme les personnes venant « pour travailler » – et des visiteurs culturels.

Pour les activités studieuses : un cadre de concentration et un statut

19Que ce soit avec ou sans les ressources de la BnF, 63 % des personnes sur le site François-Mitterrand déclarent venir pour « travailler, étudier »24. Cette activité studieuse se lit à travers les profils des publics, mais aussi dans la saisonnalité et le rythme de la fréquentation. Les étudiants et universitaires sont fortement présents : 52 % des détenteurs d’un Pass sont étudiants et 25 % académiques25 (doctorants, chercheurs et enseignants-chercheurs). Compte tenu de leur vocation respective, un clivage existe entre le Haut-de-jardin, qui accueille 70 % d’étudiants, et le Rez-de-jardin, où la moitié des lecteurs est de profil académique. Comme pour la salle B en son temps et la Bpi26 un siècle après, les étudiants ont investi les espaces de la BnF bien plus que « l’ouvrier » ou « l’honnête homme ». La différence entre les espaces s’observe aussi à travers les disciplines d’études : les étudiants qui fréquentent le Haut-de-jardin sont inscrits pour 32 % en droit, économie et politique, et pour 24 % dans des disciplines scientifiques. A contrario, les usagers en Rez-de-jardin s’intéressent pour 40 % aux disciplines des langues, littératures et arts, et pour 38 % aux sciences humaines et sociales. Cette différence dans la distribution des disciplines s’explique par le fait que la bibliothèque de recherche s’adresse à un public travaillant sur des sources et documents patrimoniaux pour lesquels l’excellence de la BnF dans les humanités est reconnue. Pour certains chercheurs de ces disciplines, la BnF est le graal permettant d’accéder à des collections uniques et rares. C’est aussi dans ce lieu que l’on s’autorise à se sentir pleinement chercheur, grâce au « sésame » du Pass, à la communauté des autres lecteurs et au travail sur les collections.

20Ces usagers viennent pour des longues périodes (cinq heures en moyenne pour ceux qui consultent des documents, quatre heures pour ceux qui travaillent avec leur propre matériau27) et intensément à certains moments. Les espaces du Haut-de-jardin sont très régulièrement saturés au cours de l’année, en particulier les week-ends, les vacances scolaires et systématiquement pendant les périodes qui précédent les partiels (janvier et avril) ; la bibliothèque de recherche connaît, elle, une fréquentation élevée pendant la période estivale, au moment où les enseignants et chercheurs n’ont plus de charge de cours et peuvent donc se consacrer à leurs recherches, voire s’installer à Paris pour les étrangers. Le calendrier universitaire rythme donc en partie la fréquentation de la BnF. En moyenne, les usagers du Haut-de-jardin sont venus 9 fois en 2018, pour presque 12 visites annuelles pour ceux du Rez-de-jardin. Ces moyennes masquent en réalité des pratiques hétérogènes, entre ceux qui déclarent venir tous les jours (10 % des usagers sur le site François-Mitterrand) et ceux qui viennent consulter un unique document et ne reviendront pas.

21Si on note des profils distincts entre usagers du Haut et du Rez-de-jardin, à travers le niveau d’étude, la régularité de visite, la discipline et l’usage des collections, retenons que, pour les étudiants comme pour les chercheurs, l’établissement est d’abord le lieu du travail et de la concentration. Les jeunes qui font leur première expérience des espaces disent bien leur surprise du silence et de l’ambiance : « Ici, je vais pas aller sur Internet ou chercher un truc dans le frigo toutes les 10 minutes. » Et, en riant, ils formulent des demandes rajoutant de la contrainte à ce lieu déjà fortement sous contrôle : « Vous pourriez garder nos téléphones portables à l’entrée, comme ça on est sûr de pas être tenté au lieu de réviser un cours ? » Cette ambiance touche aussi des chercheurs pour qui la BnF permet de « reprendre [leur] souffle » : le confort et le silence des espaces de travail produisent, même après plusieurs années de fréquentation, satisfaction et parfois émerveillement ; les rituels de visite et les sociabilités informelles facilitent la poursuite de travaux de longue haleine.

22Cette assimilation des salles de lectures comme lieux de travail s’étend aux espaces libres du site François-Mitterrand. Les visiteurs qui s’installent dans le déambulatoire et les foyers sont deux sur trois à déclarer venir pour travailler. Fait significatif, ces usagers sont moins diplômés ou moins avancés dans leurs études que ceux fréquentant les salles de lecture. Ils sont aussi d’origine socioprofessionnelle moins aisée : la part de résidants en région parisienne et d’étudiants ayant un parent employé ou ouvrier est nettement plus élevée que parmi ceux qui passent les tourniquets d’accès aux salles. Ces enquêtés déclarent ne pas connaître les conditions d’inscription, mais apprécier d’être face au jardin et préférer l’animation du couloir au silence des espaces de lecture. Si on peut se satisfaire que chacun trouve une place qui lui convienne, force est de constater la puissance d’inspiration du lieu et, dans le même temps, la persistance d’une barrière symbolique qui restreint l’accès à la bibliothèque.

23Pour l’ensemble de ces usagers studieux, retenons que la BnF est à la fois l’incarnation de la bibliothèque académique, grâce à ses collections, et le cadre de concentration nécessaire à la production d’un travail intellectuel.

Les activités culturelles : des touristes aux habitués

24À quelques mètres de ces personnes concentrées, des visiteurs flânent dans le bâtiment ou visitent les galeries d’expositions, pour une heure ou deux au plus, parmi d’autres activités. 16 % des visiteurs du site François-Mitterrand viennent pour l’offre culturelle de la BnF. Le plus souvent, ils se mêlent à la masse des lecteurs dans les espaces de circulation, sauf en cas de file d’attente, de visite de groupes ou de sortie d’auditoriums dont les mouvements et regroupements rendent tout d’un coup visibles ces visiteurs. Deux motifs de visite permettent de mieux appréhender ces publics : d’un côté, les visiteurs du bâtiment, qui viennent pour l’architecture et l’institution ; de l’autre, les visiteurs des expositions. En 1999, les publics dits « touristiques », c’est-à-dire ceux qui viennent pour le lieu, formaient les deux tiers des publics des activités culturelles quand les visiteurs d’exposition représentaient un tiers de ces visiteurs ; en 2016, neuf visiteurs sur dix déclarent venir pour voir une exposition28. En proportion, il y a donc une nette diminution des visiteurs curieux du site et ce sont aujourd’hui les expositions qui suscitent plus de visites culturelles.

25Pourtant, les visites du bâtiment constituent incontestablement l’offre la plus adaptée aux « découvreurs ». En 2018, 12 000 personnes ont participé à une visite du bâtiment organisée par le service de l’accueil29. Un questionnaire administré ponctuellement nous renseigne sur le fait que 60 % de ces visiteurs venaient pour la première fois sur le site. Lors des Journées européennes du patrimoine de 2018, ce sont 58 % des enquêtés qui indiquent découvrir l’établissement. L’Observatoire des publics de 2016 nous apprend que presque la moitié des visiteurs du bâtiment viennent de province contre un sur six seulement s’agissant de l’ensemble des visiteurs culturels : en cela, les expositions ne constituent pas un produit d’appel pour des touristes alors que le site l’est. Ces visiteurs ne viennent pas pour utiliser les collections mais pour découvrir ce qu’est une grande bibliothèque, son histoire, sa fonction mémorielle et son architecture.

26Néanmoins, l’évolution du public culturel entre 1999 et 2016 et les spécificités des profils des personnes qui le composent montrent qu’après la période d’ouverture suscitant la curiosité, la BnF a connu un étiolement des visites propres au bâtiment au profit d’un public qui s’intéresse davantage aux expositions et aux manifestations. De façon générale et malgré des nuances à apporter à chaque exposition, les galeries accueillent plutôt un public d’habitués : 57 % des visiteurs déclarent venir depuis plus de quatre ans30. 60 % des auditeurs des manifestations et 85 % des spectateurs du festival 2019 indiquent être usagers de l’établissement, principalement des auditoriums et des galeries d’exposition. Or, ces visiteurs habitués de la BnF ont pour caractéristiques générales d’être, pour un sur quatre, retraités, et pour trois sur quatre, titulaires d’un diplôme supérieur ou égal à bac + 331. Un sur six travaille dans l’enseignement. Ces traits dessinent le portrait de visiteurs plutôt âgés, éduqués et cultivés. Ces enquêtés déclarent aussi visiter en moyenne 10 expositions par an et avoir lu, pour deux tiers d’entre eux, plus de 10 livres au cours des 12 derniers mois. Cela en fait des « consommateurs culturels » dont l’intensité des pratiques dépasse celles des publics de musées observés dans l’enquête du ministère de la Culture et de la Communication, Les pratiques culturelles des Français32, même dans une comparaison restreinte aux publics parisiens ou aux personnes âgées. Les visiteurs des expositions de la BnF ne sont donc pas les visiteurs étrangers du Louvre ou les publics occasionnels des monuments historiques mais bien des publics qui entretiennent un rapport construit et régulier à la pratique muséale et à la culture, fidèles à la BnF et fréquentant de nombreux autres lieux culturels.

27Au prisme des données, usagers aux activités studieuses et usagers aux activités culturelles semblent bien distincts. Ils ne se mélangent que peu, dans un sens ou dans l’autre : en 2018, 4 % des détenteurs d’un Pass sont allés visiter une exposition et un visiteur sur dix déclare prolonger sa visite par un passage en salle. Chacun dans sa pratique semble ne pas envisager d’explorer les autres offres de l’établissement. Les jeunes reprochent même à la Bibliothèque de proposer des activités trop proches du divertissement : lorsqu’à l’occasion de journées portes ouvertes, on les invite à découvrir la collection de jeux vidéo de la BnF, ils répondent : « Me déconcentrez pas s’il vous plaît, il faut que je révise aujourd’hui. » Comme si les publics de deux activités, bibliothèque et lieu culturel, ne faisaient que cohabiter, dans la file d’attente ou au café. Sur ce point, le numérique favorise-t-il des usages plus composites ?

En ligne, recherche et loisir entrelacés ?

28Qu’en est-il en effet des utilisateurs de la bibliothèque numérique Gallica, sur laquelle près de six millions de documents sont accessibles en ligne ? Grâce à Internet, il n’est plus nécessaire d’être habilité comme chercheur, ni de trouver une place dans une salle de lecture pour consulter un manuscrit médiéval. Est-ce que cette offre touche des individus qui ne se rendent pas habituellement à la BnF ? Est-ce qu’elle crée de nouveaux usages, ni exclusivement studieux, ni pleinement culturels ? À distance, sans qu’il soit nécessaire de comprendre dans quelle étagère est rangé le document, sans avoir à s’inquiéter de la disponibilité de l’ouvrage convoité, la consultation en ligne autorise des pratiques de recherche et d’exploration des collections susceptibles de trancher avec les contraintes à l’œuvre dans l’espace physique de la bibliothèque. Les études sur les usages numériques ont cependant montré que donner accès aux ressources ne suffit pas, tant l’abondance de contenus fait perdre les repères. Il importe donc d’observer les usages numériques sans trop s’illusionner sur les potentialités du support à lui seul. D’autant que, si les quelque seize millions de visites comptabilisées sur Gallica en 2018 constituent un matériau d’étude exceptionnel, c’est aussi une source complexe à analyser en termes de pratiques documentaires33. L’enquête réalisée auprès des « gallicanautes » en 2016 ainsi que le programme de recherche entrepris par Valérie Beaudouin et les chercheurs de Télécom ParisTech en association avec OBVIL permettent de dessiner les profils des internautes venus sur le site et de mieux comprendre les situations d’usages34.

29En premier lieu, notons que ce sont les recherches personnelles qui pèsent le plus dans les consultations, marquant une nette différence entre les raisons pour aller sur Gallica et celles justifiant de venir sur place : 45 % des répondants déclarent venir sur Gallica pour une recherche personnelle, contre 6 % des visiteurs du site François-Mitterrand. Autre trait caractéristique, l’âge moyen des répondants – 54 ans – est nettement plus élevé que celui observé dans les salles de lecture35. Les documents consultés en ligne font écho, eux, aux disciplines des chercheurs sur site : 77 % des documents portent sur l’histoire, 44 % sur la littérature et 40 % sur des ressources liées à l’art. Profil âgé et éduqué36, intérêt marqué pour l’histoire et la généalogie, part dominante de la recherche personnelle, ces caractéristiques dessinent la figure du chercheur amateur comme idéal type du visiteur de la bibliothèque numérique. Les gallicanautes s’adonnent avec sérieux à une activité qui relève de leur passion, confondant travail et loisir dans une même démarche. Gallica vérifie ici l’idée qu’Internet sert de tremplin aux « pro-am » décrit par Patrice Flichy37 : des amateurs passionnés d’un sujet, qui font preuve d’une exigence professionnelle pour chercher et documenter leur centre d’intérêt. Ces « pro-ams » se sont emparé des outils numériques depuis les premiers forums jusqu’à Instagram en passant par Wikipédia, autant pour chercher des informations que pour interagir, produire et publier des savoirs construits, aussi bien en musique ou botanique qu’en histoire locale ou géographie… À ce titre, Internet ne joue peut-être pas le rôle de canal de démocratisation auprès d’une aussi large population qu’espérée mais assure indéniablement un accès aux contenus pour des chercheurs amateurs qui n’auraient pas nécessairement trouvé une place à la Bibliothèque nationale.

30Si les consultations de Gallica sont en général liées à une intention et à un objectif de recherche précis (à l’inverse d’une visite de routine sur un site média par exemple), cet objectif peut naître de différents contextes. En effet, les gallicanautes déclarent plusieurs motifs de consultation, alternant recherches sérieuses et ludiques, mêlant objectifs professionnels ou personnels. Par exemple, parmi les entretiens vidéo-ethnographiques réalisés par le BibliLab, une enquêtée, utilisatrice régulière de Gallica pour ses études, se lance dans une recherche d’illustrations pouvant l’inspirer pour dessiner des cartes à jouer. Son habileté à utiliser les outils de recherche et son expérience de la navigation sont ainsi remobilisées dans des cadres d’usages différents. La familiarité avec la bibliothèque numérique permet d’y recourir de multiples manières, y compris pour des explorations distinctes ou complémentaires de ses habitudes de consultation.

31Ainsi, si les espaces du site François-Mitterrand légitiment la concentration et les études, Gallica autorise, à distance, grâce à des logiques de sérendipité, des usages démultipliés, variés, illustratifs autant que scientifiques, hors cadres strictement studieux. Nicolas Auray explique comment les technologies numériques outillent cette « exploration curieuse »38, notamment en créant des liens hypertextuels entre les ressources qui permettent de faire rebondir la navigation. Si les liens entre documents au sein de la bibliothèque numérique ne sont pas de même nature, Gallica offre plusieurs portes d’accès aux ressources pour faciliter cette exploration : son moteur de recherche sert de « grande porte » d’accès aux chercheurs armés pour traiter les pages de résultats ; les sélections recréent des ensembles documentaires et offrent des chemins d’accès éditorialisés à des ressources limitées et organisées ; la médiation par les billets de blogs ou les réseaux sociaux permet de fixer l’attention sur des ressources contextualisées. En cela, pour ses ressources numérisées, la Bibliothèque s’attache à multiplier les prises39 hétérogènes, de manière à répondre aux divers contextes d’usage.

Trois liens aux documents

32Cette observation des pratiques en ligne incite à repenser la place de l’exploration dans les salles de lecture et à reconsidérer celle de la concentration dans les espaces d’activités culturelles. Vient-on dans les salles de lecture pour travailler et parfois se promener comme l’idéalise Umberto Eco40 ? Les lecteurs s’autorisent-ils à flâner pour explorer les collections ? Un même renversement d’approche s’applique-t-il aux visiteurs culturels, supposés passifs ? En plus de leur fidélité à l’établissement, les visiteurs des expositions de la BnF se distinguent de manière très nette des visiteurs d’autres musées par une autre caractéristique : ils viennent seuls pour la moitié d’entre eux41. Cette particularité dit bien que la visite d’une exposition à la BnF relève davantage d’une approche personnelle, voisine en cela d’une démarche d’apprentissage. Ces visiteurs seraient-ils, comme les gallicanautes, des « amateurs éclairés », trouvant dans l’établissement un espace d’apprentissage et un lien aux savoirs qu’ils ne trouvent pas autant ailleurs ?

33Pour mieux rendre compte des logiques d’usages à l’œuvre à la BnF, on se propose de repartir du lien construit par les usagers aux collections. Les activités réalisées par les publics à la BnF peuvent être distinguées, non plus seulement en fonction de l’opposition apparente entre étude et loisir42, mais de façon plus essentielle en fonction de trois niveaux d’appropriation des ressources, comme illustrés dans le tableau ci-dessous.

Tableau 2. Activités à la BnF en fonction du lien aux ressources

Lien aux ressourcesActivité culturelleActivité studieuse
Aucun lienVisiter le bâtimentTravailler sur ses documents en salle de lecture
Exploration de quelques ressourcesExposition et programmation culturelleÉtude et recherche sur les ressources de la BnF
Appropriation d’un ensemble de ressourcesActivités professionnelles et d’exploitation dans d’autres domaines (transfert de notices, productions pédagogiques, traitement informatique, art, etc.)

34Le premier niveau identifié recouvre un lien distant aux collections, les usagers pouvant ne pas consulter les documents, qui constituent un décor, toutefois non neutre mais inspirant, et créent ce qu’il est proposé d’appeler un espace de possibles. Le deuxième niveau est celui d’usagers qui identifient, dans l’ampleur d’une bibliothèque qui se veut exhaustive et encyclopédique, une sélection particulière de ressources appropriées à leurs besoins. C’est notamment le cas des jeunes chercheurs qui circonscrivent les documents qui rentrent dans le périmètre de leur sujet et qui ensuite se concentrent longuement et en profondeur sur ce sous-ensemble. C’est vrai également du lien qu’un visiteur entretient avec les collections dans le contexte d’une exposition. Dans un cas, c’est le commissaire qui choisit les contenus et élabore le propos ; dans l’autre, ce sont les chercheurs qui décident des ouvrages qu’ils consultent et leur donnent sens. Le troisième niveau porte sur un volume de documents, appréhendé autant par son contenu que par ses métadonnées. Dans ce lien aux documents, la masse constitue à la fois la qualité et le défaut, l’attrait et la limite : pour s’y retrouver, l’expertise et l’analyse computationnelle deviennent des outils incontournables.

Un espace de possibles

35Si 70 % des usagers des salles du Haut-de-jardin sont des étudiants qui souhaitent réussir un concours ou valider leur année, qu’est-ce qui motivent les autres 30 % ? L’ethnographie des publics du Haut-de-jardin menée par Joëlle Le Marec, Judith Dehail et Igor Babou en 201643 identifie comme point commun de la venue à la Bibliothèque, que ce soit pour des jeunes étudiants, des actifs ou des retraités, d’avoir un projet à réaliser. Visionner des films pour en produire un soi-même, reprendre des études, écrire un livre de fiction ou sur sa famille, acquérir des connaissances de manière générale sont autant de « projets sérieux » qui justifient de venir à la Bibliothèque, comme réussir son bac ou finir un mémoire. Ainsi, le fait que les étudiants et chercheurs entreprennent des projets studieux crée pour les autres usagers un cadre inspirant et rassurant qui encourage leur propre démarche. Une personne en recherche d’emploi indique venir pour « aider ses trois enfants à faire leurs devoirs », un cuisinier vient entre deux services approfondir sa passion pour les mathématiques. De même, la participation à des conférences et manifestations, au cours desquels certains prennent des notes avec application, est très voisine de démarches d’apprentissage. Au fond, ces visiteurs attentifs s’appliquent des consignes de concentration qu’on attend en général des étudiants.

36Ces activités d’apprentissage hors cadre universitaire sont relativement invisibles dans les statistiques et rarement mises en lumière, si ce n’est dans certains portraits #BnFAttitude réalisés par Béatrice Luchesse pour le compte Instagram de la BnF. Elles témoignent du fait que la Bibliothèque est également un « espace de transformation » pour des individus en transition ou dans un parcours « qui ne rentre pas dans les cases ». Une immigrée roumaine, diplômée dans son pays mais qui n’a trouvé qu’un travail d’aide-ménagère depuis son arrivée en France, retrouve entre les murs de la Bibliothèque le droit de lire les livres et « pas seulement de les dépoussiérer ». Ces individus sont d’autant moins visibles qu’ils cherchent à se comporter comme les autres. À leur endroit, la Bibliothèque joue le rôle d’un milieu protecteur au cours d’une étape de transformation de soi. Pour ces profils singuliers, l’établissement est un cadre où l’on entreprend ce que l’on ne peut pas faire chez soi, où l’on est ramené à un ordinaire.

37De fait, les différents lieux de travail sont occupés de différentes manières. Certains préfèrent la « chapelle » de la bibliothèque de la BULAC quand d’autres apprécient la « cathédrale » que symbolise pour eux la BnF. Un même individu peut s’installer à différents endroits, en fonction de périodes de vie ou des tâches à réaliser. Un informaticien explique qu’il vient travailler à la BnF quand il doit réfléchir et concevoir un projet, puis se rend dans des espaces de coworking entre professionnels pour développer son programme, une fois le plan de travail défini, pour bénéficier d’éventuels conseils. Cette évaluation et cette appréciation des différents lieux de travail possibles impliquent d’avoir identifié où faire quoi, en combinant l’organisation générale de son temps44, la nature du travail à entreprendre ainsi que l’ambiance et les spécificités de chaque espace.

38La particularité de la Bibliothèque pour cet informaticien, qui n’utilise pas les documents sauf exceptionnellement pour se détendre, est la présence inspirante des étudiants et l’ambiance de concentration qui en découle. La perception des lieux et leur appropriation dépendent fortement d’effets de proximité et de contagion. Les lycéens disent notamment apprendre le fonctionnement de la bibliothèque et des espaces en accompagnant un pair ou en imitant, une fois le bac en poche, les étudiants45. Le rôle des autres usagers est en cela semblable au fonctionnement des communautés de pratique46, dans lesquelles les uns initient et entraînent les autres dans une activité partagée. Les témoignages racontant le rôle d’accompagnant ou les rencontres faites sur place sont nombreux. La BnF, comme d’autres bibliothèques, devient ainsi un espace de possibles où l’on peut cheminer, grâce au cadre et à la communauté de travail, dans un processus d’apprentissage qui fait que l’on sort toujours un peu enrichi par rapport à celui ou celle que l’on était en entrant.

39La fonction de légitimation des projets est, elle, particulièrement prégnante dans le cas de la BnF. L’éventail des projets menés dans ses murs est très vaste et les formes de réalisation tout aussi multiples, d’un diplôme à un livre en passant par des carnets de notes ou la création d’une entreprise. Cette diversité de projets peut paraître plus importante à la Bibliothèque que dans d’autres lieux, assignés à des fonctions spécifiques et réunissant des usagers plus homogènes, comme les bibliothèques universitaires ou les lieux de coworking. C’est un peu comme si la diversité des ressources de l’institution appelait en retour une variété des réalisations de ses publics. Comme si le caractère multifonction du lieu laissait la place à des appropriations variées. Quel que soit l’objet de la venue, la BnF procure une table, une chaise ainsi que, surtout, une légitimation tacite. Ne soyons pas naïfs : pour certains, l’institution et le lieu sont hostiles, par le gigantisme, par l’austérité ou encore par la méconnaissance des conditions d’accès. Mais pour ceux qui s’y installent et « l’habitent »47, la bibliothèque joue le rôle essentiel d’un espace permettant une étape parfois décisive de transformation de soi.

Consulter et explorer les ressources

40Ce qui distingue la bibliothèque d’autres espaces de travail comme ceux de coworking est évidemment la présence des collections, autant celles encyclopédiques de la bibliothèque pour tous que celles patrimoniales conservées dans les magasins et consultables à la demande dans les salles de recherche. Pour autant qu’on puisse la mesurer avec fiabilité, la consultation en salles de lecture des documents en libre accès reste modeste48 et les demandes de documents des magasins, elles, ont chuté d’un tiers en dix ans. Du reste, seulement 40 % des usagers du site François-Mitterrand, tous espaces confondus, déclarent avoir consulté un document au cours de leur visite. Ils sont 30 % des usagers du Rez-de-jardin à ne jamais consulter de documents patrimoniaux au cours d’une année49 et ceux qui en demandent ne le font pas à chaque visite. Cette observation est d’autant plus déroutante que la BnF a longtemps utilisé l’argument d’être une bibliothèque de « dernier recours » pour justifier la délivrance d’un titre d’accès en recherche, conditionnant l’entrée dans les salles au besoin de documents patrimoniaux. Que des usagers ne consultent pas de ressources au cours de leur visite relèverait donc d’une sorte d’anomalie. Cette apparente désaffection pour les collections s’inscrit à l’évidence dans un contexte de mutation profonde de l’enseignement supérieur, qui professionnalise les étudiants à l’université en réduisant de fait les attentes en travaux de recherche. Les technologies de l’information contribuent aussi à transformer les conditions d’exploration et de consultation des ressources. Il reste néanmoins nécessaire de réfléchir aux liens que les publics entretiennent avec les collections, et leur construction au fil du temps, pour percevoir les usages et spécificités de la BnF.

41Mélanie Roustan a conduit en 2012 une ethnographie des usages documentaires dans les départements du site Richelieu50. Les collections spécialisées forment un cas d’étude intéressant car elles interrogent la spécialisation des profils qui les consultent. Comment de telles collections – manuscrits, estampes, monnaies, arts du spectacle, musique ou cartes et plans, etc. – peuvent-elles être approchées ? Est-ce que seuls des spécialistes sont à même de percevoir l’intérêt de ces collections spécialisées ? D’autres usages, dans des cadres d’activités non académiques, de créations ou d’illustrations, sont-ils concevables ? Peut-on s’autoriser une forme d’exploration curieuse ou seule l’expertise permet-elle d’appréhender ce matériau ?

42Soulignons d’abord que les départements du site Richelieu accueillent majoritairement des chercheurs mais, plus encore que sur le site François-Mitterrand, une part d’actifs non académiques est aussi présente. Il peut s’agir d’écrivains, de documentaristes, de personnels de salles des ventes, qui ont besoin de consulter des documents pour leur activité professionnelle. Ces usagers viennent plus ponctuellement que les chercheurs et ne cherchent pas à acquérir une expertise documentaire. Ils viennent pour identifier ou collecter des documents précis, pas pour apprendre à se servir du catalogue. Pour les chercheurs académiques comme pour les usagers non académiques, Mélanie Roustan rappelle l’incertitude qui se joue autour du travail documentaire. Que l’on vienne consulter un document particulier ou inventorier un fonds, que l’on souhaite vérifier une information sur ses ancêtres ou entreprendre une thèse, la consultation des ressources s’inscrit dans un parcours qui implique d’identifier des documents dignes d’intérêt et de donner du sens à ces objets. Consulter des bibliographies, localiser une ressource, identifier une cote, demander la communication d’un document et, une fois qu’il est arrivé, observer, noter, recopier, prendre des notes et rebondir pour consulter le document contigu, ces multiples actions sont constitutives du travail de recherche. Or, à chaque étape, le chercheur doit se concentrer sur le but de sa visite et garder une attention « sérendipitaire » à l’environnement, aux informations périphériques, au contexte des collections, afin de se saisir d’un objet inconnu ou capter un élément qui pourrait s’avérer utile. Pour les deux profils identifiés par la chercheuse, le « moissonneur », qui collecte des reproductions pour les analyser chez lui, et « l’affineur », qui approfondit sur place au fil de son exploration, force est de constater que les pratiques documentaires restent souvent personnalisées et assez artisanales, rendant le travail encore peu modélisable et automatisable. En cela, l’expertise documentaire, mêlant compréhension des plans de classement bibliothéconomiques et connaissance historique des conditions de production et de diffusion des documents, reste la compétence principale à acquérir pour ces usagers.

43L’exemple de la consultation des « ressources électroniques », ensemble de bases de données et portails de revues académiques, illustre parfaitement ces besoins d’expertises documentaires. Une étude réalisée au printemps 201651 révèle la complexité de ce type de collections. L’offre de la BnF couvre environ 200 bases, acquises ou sur abonnement, recouvrant des centaines d’articles issus de la recherche académique, des ressources du monde de la presse, des études de marché coûteuses ou encore des bases très spécialisées. Cette offre protéiforme pourrait coïncider avec l’idéal d’une bibliothèque virtuelle offrant un accès facilité à un ensemble très large de contenus. Or, l’observation des usages débouche sur des conclusions plus mitigées. Passé le constat d’un usage limité de ces ressources par méconnaissance (26 % des usagers interrogés) ou par préférence pour des accès via l’environnement numérique de l’université ou le centre de recherche de l’usager (50 %), les 22 % d’utilisateurs présentent un profil de chercheurs nettement expérimentés52. L’expertise documentaire, acquise au cours de leur carrière, leur permet de se retrouver dans les silos des ressources électroniques. A contrario, les chercheurs jeunes ou moins aguerris rencontrent des difficultés à utiliser les moteurs de recherche, spécifiques à chaque base, qui sortent des listes interminables de résultats avec une hiérarchisation déconcertante. Ce résultat témoigne du fait qu’à ce jour, les portails de ressources électroniques mettent encore en œuvre une logique documentaire d’accès par arborescence (revue, numéro, article) ou catalogue (titre, auteur, année), et non les principes de navigation en usage sur le web (lien, texte, visualisation). Les ressources électroniques servent à consulter des documents, plus difficilement à explorer des collections du fait d’interfaces cloisonnées ne favorisant pas la navigation ou la sérendipité. Cela rend, au final, l’accès à ces contenus particulièrement sélectif et leur usage relativement confidentiel.

44Ces observations, menées auprès des utilisateurs des collections spécialisées et de ceux des ressources électroniques, restent valables pour les usagers des ressources en général, dans les salles de lecture et sur Gallica. Si l’expertise documentaire apparaît comme une compétence indispensable à la consultation des collections, si la sérendipité apparaît comme une forme d’attention nécessaire à l’exploration, reste à se demander si la flânerie intellectuelle est permise et dans quelles conditions. Il ne fait aucun doute que la curiosité est plébiscitée par les chercheurs, du moins une fois qu’ils sont complétement établis dans leur statut. Les jeunes chercheurs confessent une réelle angoisse autour de leur bibliographie : louper une référence, ne pas avoir lu tout ce qui porte sur leur sujet, passer trop de temps sur des articles qui finalement ne peuvent pas forcément être utilisés dans leurs recherches, sont des risques qui hantent les apprentis de la recherche et rajoutent de l’incertitude à leur démarche. Les masterants consultent le plus souvent les documents qui leur sont conseillés par leurs enseignants, quand les doctorants jugent qu’ils ne peuvent pas s’autoriser à sortir des sentiers battus et tentent de rationaliser leurs lectures afin d’absorber une masse considérable d’écrits. Recourir à une exploration plus « curieuse » des collections relève donc a priori de pratiques de chercheurs aguerris qui peuvent questionner les catégories, regarder du côté de sujets adjacents, piocher dans d’autres disciplines en croisant, de manière féconde, notions et savoirs distincts.

45Réciproquement, appliquer une attention sérieuse dans une activité qui se présente comme un divertissement culturel se vérifie aussi. Les visiteurs qui fréquentent les salles de lecture, les galeries et les manifestations pour s’instruire et développer de nouveaux projets hors de cadres académiques revendiquent une ouverture aux thèmes proposés par la programmation, une liberté dans leurs centres d’intérêt. Dans ces espaces de médiation que sont les conférences ou les expositions, les documents sont mis en visibilité par les professionnels, chercheurs ou conservateurs, à travers un discours scientifique. Ces publics, que l’on avait assimilés à des « visiteurs culturels », entretiennent eux-mêmes un lien particulier aux documents sans qu’il leur soit utile d’en connaître les chemins d’accès. Ils profitent d’un accompagnement et suivent un expert dans son cheminement. Ils mettent en œuvre une posture studieuse à partir d’une impulsion curieuse et mélangent, de manière encore différente des pratiques des gallicanautes ou des chercheurs experts, concentration et exploration.

Donner sens à la masse

46Les collections de la BnF ont un volume et une surface difficiles à délimiter53. Se retrouver dans la masse semble une entreprise aussi vaine que de trouver une aiguille dans une botte de foin. Mais si certains usagers recherchent précisément tel ou tel document, d’autres pratiques explorent les documents comme un ensemble, et c’est le volume qui est ici recherché : il s’agit moins de valoriser une ressource exceptionnelle que de traiter un ensemble pour le rendre appréhendable et intelligible. Deux types d’usagers travaillent en ce sens : d’un côté, les professionnels du livre et des bibliothèques ; de l’autre, les utilisateurs de données numériques, notamment les chercheurs en « humanités numériques »54.

47Les enquêtes menées auprès des usagers des catalogues et des offres pédagogiques montrent que les professionnels des bibliothèques sont fortement présents parmi les répondants55 et révèlent une connaissance précise des collections, ressources et offres de la BnF. Ces professionnels combinent des compétences documentaires et la connaissance de publics non spécialisés. Ils forment une communauté d’intermédiaires experts, capables de comprendre et de télécharger les notices du catalogue pour alimenter la base de données de leur établissement mais aussi de faire, pour un enseignant, des recherches sur Gallica ou conseiller les ressources d’une exposition virtuelle produite par la BnF. Ce rôle de « passeur » des ressources de la BnF est particulièrement actif dans des lieux éloignés de l’établissement et repose, principalement, sur l’expérience de chaque bibliothécaire. Ces professionnels assurent une fonction d’aiguillage en orientant leurs publics dans l’offre de la BnF. Comme pour les gallicanautes, l’universalisme de la Bibliothèque leur donne l’assurance de pouvoir aborder différents sujets, une fois les logiques de constitution et d’exploration des collections acquises.

48L’autre usage qui conduit au dépassement de l’opposition culture/lecture découle de l’évolution des outils informatiques qui traitent de gros volumes de données. Avec l’augmentation constante des contenus numériques (dès aujourd’hui : archives du web, collections numérisées, notices bibliographiques sous licence Etalab ; prochainement : dépôt légal des supports nativement numériques – livre, presse, carte, musique, vidéo… –, mais aussi avec le développement des connaissances informatiques – machine- et deep-learning, reconnaissance de formes ou d’écritures…), un autre type de rapport aux collections se fait jour, encore marginal, prenant appui sur le traitement automatique des textes et des données. Les solutions de reconnaissance d’image, d’analyse de textes ou encore de visualisation en réseau permettent de faire des liens entre des documents que le catalogue ou les chercheurs ne faisaient pas avec les outils antérieurs. À défaut de réelles études d’usages puisque les expériences restent à ce jour ponctuelles, on peut citer l’exemple des travaux de Pierre-Carl Langlais sur la classification par genre des romans dans les collections collectées par la BnF au XIXe siècle56 ; ou encore les représentations en graphe du Web de la Grande Guerre tracées par Valérie Beaudouin et Zeynep Pehlivan à partir des archives de l’Internet57. Dans chaque cas, les chercheurs font des allers-retours entre des documents singuliers et des traitements de masse, pour questionner les objets unitairement et valider globalement les observations. Ces différents niveaux d’observations ne peuvent se faire sans une ingénierie de développement ni sans une expertise des données et métadonnées utilisées. On observe dans ces projets que le chercheur est porteur d’une hypothèse et d’une problématique de recherche, le conservateur apporte son expertise sur les fonds et des compétences d’ingénierie sont nécessaires pour permettre de développer et maîtriser les traitements informatiques58. Cette complémentarité entre chercheur, spécialiste documentaire et informaticien fait naître, en plus de nouvelles modalités d’interaction entre professionnels de la BnF et usagers, de nouveaux sujets d’exploration. Ce n’est pas la navigation sérendipitaire du Web qui est utilisée ici pour explorer les ressources mais les traitements computationnels qui permettent de donner du sens à une masse de données et métadonnées. Ces traitements révèlent des territoires disciplinaires inconnus et produisent des savoirs ainsi que des objets indéterminés, comme la data-visualisation, donnant des prises mixtes entre « connaissance » et « art » sur les collections. La BnF pourrait connaître, de façon inédite et spectaculaire, une forme d’effacement – voire de dépassement – de ses frontières59. En extrapolant – avec regret ou exaltation – cette trajectoire, on pourrait en conclure que le numérique participe d’une certaine forme de déconstruction du savoir académique.

*

49Les trois niveaux d’appropriation des ressources de la BnF permettent d’identifier des appropriations de l’institution que la dichotomie lecture/culture rendait invisible. Dans cette typologie des usages, le document est parfois regardé, parfois consulté, parfois compulsé. Les frontières entre les niveaux sont évidemment poreuses, voire inclusives : les chercheurs qui s’attellent à un fond regardent aussi parfois de loin les rayonnages, les visiteurs peuvent devenir lecteurs… L’enjeu est alors de comprendre l’accompagnement que l’institution peut proposer pour faciliter ces différentes appropriations et pour permettre aux usagers d’utiliser les ressources dans un cadre ou un autre. En mettant des documents dans des vitrines à l’entrée des salles de lecture du site François-Mitterrand, les départements de collection s’attendent à susciter de la curiosité auprès des étudiants. En créant des lieux d’accueil pour les équipes de recherche travaillant sur des corpus numériques, la BnF développe une offre accompagnant les expérimentations en humanités numériques. À tous les niveaux, explorer les collections de la BnF se fait nécessairement étape par étape, en suivant parfois le chemin tracé par l’établissement, parfois les pistes initiées par d’autres, et parfois en faisant ses propres explorations. L’établissement peut alors s’appuyer autant sur son histoire, son statut et son personnel, que sur les usagers eux-mêmes pour donner à voir les multiples usages possibles de la BnF.

L’institution, trait d’union entre les usagers

50Les enseignements issus des observations et études sociologiques menées sur les publics de la BnF invitent à dépasser les catégories courantes à partir desquelles sont le plus souvent appréhendés les usagers et qui tendent à les limiter, de façon exclusive et isolée, à une activité, studieuse ou culturelle. L’attention aux propos que livrent les enquêtés oblige à déplacer le regard, en resituant leurs activités dans des parcours et des trajectoires qui ne correspondent pas infailliblement aux logiques d’offres et de services et aux cloisonnements organisationnels. En positionnant le lien de l’usager à l’institution sur le rapport aux documents, on a vu que la réflexion permettait de mettre en évidence une plus grande porosité, une transversalité et un entrelacs des usages. Les publics studieux, en faisant preuve de sérieux et de concentration, « aident » des personnes non inscrites dans une trajectoire universitaire à se lancer dans un projet, qu’il soit professionnel ou amateur. À l’inverse, la curiosité dont font preuve les visiteurs des expositions et manifestations trouve un écho dans la « sérendipité » de certaines pratiques documentaires. L’expertise acquise pour maîtriser l’offre et les outils numériques de la BnF permet aux publics de déployer des usages multiples des collections, autant dans des cadres relevant du travail que du loisir.

51Plus largement, la BnF propose à ses usagers un très vaste champ de possibilités, en salles de lecture et sur Gallica, dans les galeries d’exposition ou dans les auditoriums. Pour autant, la BnF ne se donne pas d’entrée de jeu : elle s’apprend, s’explore, s’apprivoise. Cette démarche concerne naturellement l’usager lui-même, en ce qu’il donne l’impulsion nécessaire à sa recherche, à ses explorations studieuses comme à ses découvertes curieuses. Deux éléments essentiels l’accompagnent cependant dans cette appropriation. De façon évidente, c’est la fonction première de la médiation organisée par la bibliothèque en direction de ses usagers et qui se décline sous des formes variées : la signalétique, des interfaces web efficaces, des formations d’apprentissage de ses « outils », l’assistance et les conseils des personnels, etc. Complémentairement, de façon silencieuse mais également efficace, la communauté des usagers joue un rôle tout aussi central d’intercesseur, en faisant découvrir à ses pairs l’institution, en transmettant la connaissance de son fonctionnement et en montrant des usages et pratiques facilitant l’acculturation. De façon volontariste, l’institution pourrait sans doute encourager plus encore cette fonction de trait d’union entre usagers, en suscitant des interactions, en organisant des formes de partage et en lui donnant une forte visibilité institutionnelle.

Annexe I. L’offre de la BnF à destination des publics

Liste des collections et activités actuelles par site de la BnF

Image

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Akrich M., « De la participation à l’engagement : communautés en ligne et activisme dans le domaine de la santé », in : Laurent B., Baker M., Beaudouin V. et Raulet-Croset N. (dir.), Innovation et participation : approches critiques, Paris, Presses des Mines, 2018, p. 19-40.

Auray N. in : Bourcier D. et Van Andel P. (dir.), La sérendipité, le hasard heureux, Paris, Hermann, 2011, p. 329-343.

Baudelot Ch. et Verry Cl., « Profession : lecteur ? Résultats d’une enquête sur les lecteurs de la Bibliothèque Nationale », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1994, no 4, p. 8-17. [En ligne] < https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1994-04-0008-001 >.

Bermès E. et Moiraghi E., « Le patrimoine numérique national à l’heure de l’intelligence artificielle. Le programme de recherche Corpus comme espace d’expérimentation pour les humanités numériques », Revue d’Intelligence Artificielle (RIA). [En ligne]< https://hal-bnf.archives-ouvertes.fr/hal-02122073 >.

Bertrand A.-M., Les bibliothèques, La Découverte, collection « Repères », 2011.

10.3917/dec.bertr.2015.02 :

Blasselle B. et Melet-Sanson J., La Bibliothèque nationale de France : mémoire de l’avenir, Paris, Gallimard, 2006, p. 60-62.

Bruckmann D., « Bibliothèque nationale de France et grand public : une longue marche », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2018, no 16. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2018-16-0136-002 >.

Chevallier Ph. et Evans Ch., « Attention, lycéens ! Enquête sur les publics réviseurs à la Bpi et à la BnF », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2013, no 2, p. 24-29. [En ligne] < https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2013-02-0024-005 >.

Donnat O., Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique, enquête 2008, Ministère de la Culture et de la Communication. [En ligne] < http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/ >.

10.3917/cule.095.0001 :

Eco U., De Bibliotheca, L’Échoppe, 1981. [En ligne] < https://actrimbio.firebaseapp.com/24/De-bibliotheca.pdf >.

Eidelman J., Roustan M. et Goldstein B., La place des publics : de l’usage des études et recherches par les musées, La Documentation française, 2008.

Evans Ch., « IX. Usagers et usages en bibliothèques », in : Dominique Arot (dir.), Les bibliothèques en France : 1991-1997, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, collection « Bibliothèques », 1998, p. 201-224. [En ligne] < https://www.cairn.info/les-bibliotheques-en-france-1991-1997--9782765407065-page-201.htm >.

Flichy P., Le sacre de l’amateur : sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris, Seuil, 2010.

Galvez M., Accueillir le grand public à la BnF : origines, permanences et évolutions, mémoire de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Dominique Varry, Enssib, 2011. [En ligne] < https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/49074-accueillir-le-grand-public-a-la-bnf-origines-permanences-et-evolutions >.

Hennion A., La passion musicale : une sociologie de la médiation, Métailié, collection « Sciences humaines », 2007.

Jacquier Cl., « Qu’est-ce qu’une communauté ? En quoi cette notion peut-elle être utile aujourd’hui ? » Vie sociale, 2/2011 (no 2), p. 33-48.

10.3917/vsoc.112.0033 :

Langlais P.-C., « Reconstituer les genres romanesques sur Gallica : essai de classification automatisée de 1 500 romans (1815-1850) », avril 2019. En ligne : < https://scoms.hypotheses.org/986 >.

Poulain M. (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, tome IV, « Les bibliothèques au XXe siècle, 1914-1990 », Paris, Éditions du Cercle de la librairie, 1992.

10.3917/elec.verne.2009.02 :

Ripon R., « Les publics du site Tolbiac-François-Mitterrand : résultats de l'enquête de janvier 1999 », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1999, no 6, p. 29-39. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1999-06-0029-003 >.

Roustan M., Pour un accès renouvelé aux collections : une ethnographie de la BnF-site Richelieu et de ses publics, [Rapport de recherche] Bibliothèque nationale de France, 2013. [En ligne] < https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01405341 >.

Schaer R., « Sur la politique culturelle de la Bibliothèque nationale de France », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1997, no 6, p. 18-22. [En ligne] < https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1997-06-0018-003 >.

Les études réalisées par la BnF sont mises en ligne régulièrement sur la page : < https://www.bnf.fr/fr/mieux-connaitre-les-publics-de-la-bnf >, ou à la demande.

Notes de bas de page

1 Je remercie chaleureusement Thierry Pardé pour son implication dans la rédaction de ce chapitre, ainsi que les relectrices attentives : Céline Leclaire, Mélanie Leroy-Terquem, Muriel Amar, Agnès Vigué-Camus, Christophe Evans.

2 On reprend ici l’intitulé de la journée professionnelle de l’OCIM (Office de coopération et d’information muséales) organisée le 13 novembre 2018 à Paris en partenariat avec le Celsa-Paris Sorbonne. Voir la présentation de la journée : < https://ocim.fr/formation/musees-recherche-2018-le-souci-du-public/ >.

3 On considérera ici les publics en aval de la constitution des collections. Les éditeurs et auteurs qui déposent leurs productions, les professionnels impliqués dans la collecte du dépôt légal ou le catalogage sont aussi des utilisateurs de la BnF mais ils ne seront pas considérés ici comme « public ».

4 Les études citées comme sources sont disponibles sur le site de la BnF (< https://www.bnf.fr/fr/mieux-connaitre-les-publics-de-la-bnf >)ou à la demande.

5 Mémoire de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Dominique Varry, Enssib, 2011. [En ligne] < https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notices/49074-accueillir-le-grand-public-a-la-bnf-origines-permanences-et-evolutions >.

6 Voir aussi Bruno Blasselle et Jacqueline Melet-Sanson, La Bibliothèque nationale de France : mémoire de l’avenir, Paris, Gallimard, 2006, p. 60-62.

7 Christian Baudelot et Claire Verry, « Profession : lecteur ? Résultats d’une enquête sur les lecteurs de la Bibliothèque Nationale », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1994, no 4, p. 8-17. [En ligne] < https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1994-04-0008-001 >.

8 360 places dans la salle de consultation des imprimés.

9 Roland Schaer, « Sur la politique culturelle de la Bibliothèque nationale de France », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1997, no 6, p. 18-22. [En ligne] < https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1997-06-0018-003 >.

10 Denis Bruckmann, « Bibliothèque nationale de France et grand public : une longue marche », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2018, n° 16. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2018-16-0136-002 >.

11 Quand bien même la réception du contenu est propre à chacun et que différentes médiations interviennent dans cette réception.

12 Étude menée par l’IFOP fin 2017 auprès d’un échantillon représentatif de la population française.

13 Martine Poulain (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, tome IV, « Les bibliothèques au XXe siècle, 1914-1990 », Paris, Éditions du Cercle de la librairie, 1992.

14 Voir Anne-Marie Bertrand, Les bibliothèques, Paris, La Découverte, collection « Repères », 2011, pour l’attention croissante au cours du XXe siècle à ces études. Jacqueline Eidelman, Mélanie Roustan et Bernadette Goldstein, La place des publics : de l’usage des études et recherches par les musées, Paris, La Documentation française, 2008, pour comprendre la professionnalisation des services d’analyse de la fréquentation dans les établissements culturels.

15 L’inscription des lecteurs est antérieure à la création de l’EPBF mais ne sera décrite ici que l’offre tarifaire actuelle. Le Pass annuel pour la recherche est vendu aux lecteurs autorisés pour 50 € par an ou 35 € en tarif réduit. Un Pass Recherche est proposé avec un nombre d’entrées limité : 1 entrée pour 5 € ou 5 entrées pour 20 €. Le Pass dit « Lecture/Culture », donnant accès à la bibliothèque pour tous (anciennement du Haut-de-jardin) et aux expositions, est à 15 € par an. Des tickets, non nominatifs, sont vendus pour l’accès aux expositions et pour un accès à la journée, et sont distribués gratuitement à partir de 17 h pour accéder à la Bibliothèque pour tous.

16 À l’exclusion des entrées exonérées (dans les expositions) ou gratuites (pour les manifestations, colloques, conférences). On notera que ne sont pas considérées ici les activités de groupe (les classes en visite, par exemple).

17 Les déambulatoires, le Club de l’Est, le Café des Globes, les Halls Est et Ouest, le foyer du Petit auditorium sont des espaces communs libres d’accès où plus de cent personnes peuvent s’installer. L’équipement de ces espaces en prises électriques et la généralisation du wifi ont transformé ces « périphériques » des salles de lecture en véritables espaces de travail privilégiés par certains usagers.

18 On se réfère ici à l’Observatoire de 1999 mené par Romuald Ripon et la société SCP. Voir Romuald Ripon, « Les publics du site Tolbiac-François-Mitterrand : résultats de l’enquête de janvier 1999 », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 1999, no 6, p. 29-39. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1999-06-0029-003 >.

19 Pour l’ensemble de l’enquête, voir : < https://gallica.bnf.fr/blog/10052017/resultats-de-lenquete-2016-aupres-des-usagers-de-gallica?mode=desktop >.

20 Rappelons que, malgré le nombre, la représentativité de l’échantillon ne peut toutefois pas être garantie avec ces méthodes d’auto-administration d’enquête en ligne.

21 Pour l’ensemble de l’enquête, voir : < https://www.bnf.fr/sites/default/files/2018-11/observatoire_publics_2016_complet.pdf >.

22 De façon indifférenciée, visiteurs et lecteurs des départements spécialisés de la BnF et de l’INHA (Institut national d’histoire de l’art).

23 Voir le rapport complet : < https://www.bnf.fr/sites/default/files/2018-11/rapport_observatoire_public_richelieu_2017.pdf >.

24 Observatoire des publics du site François-Mitterrand, 2016.

25 Conformément aux statistiques du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, les étudiants inscrits en thèse (doctorants) sont comptés comme relevant de la recherche académique.

26 Christophe Evans, « IX. Usagers et usages en bibliothèques », in : Dominique Arot (dir.), Les bibliothèques en France : 1991-1997, Paris, Éditions du Cercle de la librairie, collection « Bibliothèques », 1998, p. 201-224. [En ligne] < https://www.cairn.info/les-bibliotheques-en-france-1991-1997--9782765407065-page-201.htm >.

27 Observatoire des publics du site François-Mitterrand, 2016. Cette durée moyenne diminue par rapport à l’Observatoire de 2012, soit que les chercheurs aient moins de temps à consacrer à leurs travaux, soit que les espaces de travail se déplacent à la maison ou vers d’autres lieux.

28 Observatoire des publics 1999 et Observatoire des publics 2016.

29 Sur le site François-Mitterrand uniquement. Environ 14 500 personnes ont été reçues pour des visites sur l’ensemble des sites de l’établissement en 2018.

30 Observatoire des publics 2016.

31 Idem.

32 Olivier Donnat, Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique, enquête 2008, Ministère de la Culture et de la Communication. [En ligne] < http://www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/ >.

33 La connaissance précise des consultations de documents et ressources sur Gallica reste complexe à mesurer, tant à travers l’analyse des traces de navigation (logs de connexion) qu’à partir des outils statistiques aujourd’hui disponibles. Voir pour cela le tableau de bord de la consultation de documents à la BnF, produit dans le cadre du contrat d’objectif et de performance de l’établissement, disponible à la demande.

34 Les résultats ont été présentés lors d’une journée d’étude le 3 mai 2017 ; vidéos disponibles à la demande.

35 65 % des répondants à l’enquête Gallica ont plus de 50 ans, contre 20 % de visiteurs du site François-Mitterrand. Un biais de recrutement pour l’enquête sur Gallica est probable, mais la différence reste notable !

36 Les gallicanautes ont un niveau d’étude et des profils socioprofessionnels supérieurs à la moyenne française. 58 % ont un bac + 4 et plus contre 14 % au sein la population française. 33 % sont cadres (9 % dans la population française).

37 Patrice Flichy, Le sacre de l’amateur : sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris, Seuil, 2010.

38 Nicolas Auray, in : Danièle Bourcier et Pek Van Andel (dir.), La sérendipité, le hasard heureux, Paris, Hermann, 2011, p. 329-343.

39 En écho à la définition des « prises » dans le domaine musical portée par Antoine Hennion, voir l’ouvrage d’Antoine Hennion, La passion musicale : une sociologie de la médiation, Paris, Métailié, collection « Sciences humaines », 2007.

40 Umberto Eco, De Bibliotheca, L’Échoppe, 1981. Consultable en ligne : < https://actrimbio.firebaseapp.com/24/De-bibliotheca.pdf >.

41 Dans l’enquête Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique, enquête 2008 (op. cit.), la part de visiteurs déclarant aller au musée ou exposition seuls est de 9 %.

42 L’opposition entre travail et loisir a été approfondie par Patrice Flichy. Voir en particulier son ouvrage : Les nouvelles frontières du travail à l'ère numérique, Paris, Seuil, 2017.

43 Dans le cadre d’une convention de recherche entre la BnF et le CELSA. Voir le rapport complet Habiter la BnF : < https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01399233 >.

44 L’organisation se fait aussi en fonction des autres rendez-vous ou de sa vie personnelle.

45 Philippe Chevallier et Christophe Evans, « Attention, lycéens ! Enquête sur les publics réviseurs à la Bpi et à la BnF », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2013, no 2, p. 24-29. [En ligne] < https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2013-02-0024-005 >.

46 Voir les définitions de Claude Jacquier (« Qu’est-ce qu’une communauté ? En quoi cette notion peut-elle être utile aujourd’hui ? », Vie sociale, 2/2011, no 2, p. 33-48) ou les travaux de Madeleine Akrich sur les communautés en ligne (par exemple, en 2018, « De la participation à l’engagement : communautés en ligne et activisme dans le domaine de la santé », in : Laurent B., Baker M., Beaudouin V. et Raulet-Croset N. (dir.), Innovation et participation : approches critiques, Paris, Presses des Mines, p. 19-40).

47 Selon l’expression de Joëlle Le Marec, dans le rapport Habiter la bibliothèque, op. cit.

48 Voir l’analyse des campagnes de pistage des documents consultés en libre accès à la BnF : < https://www.bnf.fr/sites/default/files/2018-11/evaluation_consultation_docs_libre_acces.pdf >.

49 Analyses statistiques internes à la BnF.

50 Mélanie Roustan, Pour un accès renouvelé aux collections : une ethnographie de la BnF-site Richelieu et de ses publics, [Rapport de recherche] Bibliothèque nationale de France, 2013 : < https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01405341 >.

51 Étude réalisée avec Émile Provendier dans le cadre d’un stage au sein de la DSG.

52 Par rapport aux non-usagers de ces ressources, ils sont plus âgés (la moitié a plus de 40 ans), plus « installés » (la moitié sont enseignants-chercheurs en poste), ont alors des bases bibliographiques personnelles plus importantes (plus de 100 références) et se considèrent comme experts de leur champ disciplinaire.

53 On peut citer les slogans de la campagne publicitaire de la BnF, réalisée en 2014 par l’agence BETC, qui insistent, avec amusement, sur la taille des collections, physiques comme numériques : « Êtes-vous déjà entré à l’intérieur d’une encyclopédie ? », « Pour tout lire, compter 150 000 ans », « Internet est tout petit finalement ».

54 Nous utiliserons ici ce terme pour désigner toute activité de recherche élaborée sur la base de traitements computationnels dans les disciplines liées aux humanités, malgré les débats interrogeant la spécificité de cette activité par rapport à une simple intégration des technologies informatiques dans le travail de la recherche.

55 Signe de cet engagement, bibliothécaires et documentalistes sont les catégories qui, de loin, répondent le plus à ce type d’enquêtes. 32 % des répondants de l’enquête sur l’offre pédagogique sont de ce profil, pour la moitié, bibliothécaire, et pour l’autre, professeur-documentaliste. Dans l’enquête de 2016 sur le catalogage général, 25 % des répondants sont bibliothécaires.

56 Pierre-Carl Langlais, « Reconstituer les genres romanesques sur Gallica : essai de classification automatisée de 1 500 romans (1815-1850) », avril 2019 : < https://scoms.hypotheses.org/986 >.

57 Valérie Beaudouin et Zeynep Pehlivan, Cartographie de la Grande Guerre sur le Web : rapport final de la phase 2 du projet « Le devenir en ligne du patrimoine numérisé : l’exemple de la Grande Guerre », [Rapport de recherche] Bibliothèque nationale de France ; Bibliothèque de documentation internationale contemporaine ; Télécom ParisTech, 2017 : < https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01425600 >.

58 Il peut arriver que ces compétences se rassemblent, en partie, chez un même individu : ce défi d’hybridation des savoirs est celui que tente de relever le champ disciplinaire émergeant des « humanités numériques ». Voir < https://hal-bnf.archives-ouvertes.fr/hal-02122073 >.

59 C’est du moins le postulat de certains chercheurs.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.