Version classiqueVersion mobile

Dialogue ou labyrinthe ?

 | 
Joëlle Le Marec

Première partie

Chassez le papier, il revient au galop

Texte intégral

1Le visiteur qui décide d’utiliser Geac ou Lise peut découvrir qu’il se trouve face à un « catalogue » qui est plus proche, apparemment, du traditionnel catalogue imprimé que ne le laissait supposer la différence de physionomie entre les volumes imprimés et l’écran-clavier, et qu’il ne l’avait parfois craint ou souhaité.

2En effet, sur Geac, comme sur Lise, la consultation peut avoir trois formes différentes :

  • consultation par auteur

  • consultation par sujet

  • consultation par titre.

3Seule, cette dernière n’existait pas dans le catalogue imprimé de la Bpi, mais on la trouve couramment dans les catalogues des éditeurs, en librairie. Une quatrième forme de consultation, par cote et par ISBN, est totalement inutilisée par le public, en tant que mode possible de recherche d’un ouvrage ou document.

4Sur Geac, ces différents types de consultation existent dans chacun des trois catalogues proposés :

  • catalogue général,

  • catalogue des périodiques,

  • catalogue audiovisuel.

5Par contre, sur Lise, on consulte un catalogue général uniquement.

6Même en tenant compte de cette variante, la description précédente nous ramène à des principes de recherche en bibliothèque bien familiers, qui ne se différencient pas de ce que l’on pouvait attendre des formes de consultation d’un catalogue imprimé.

7Il n’est donc pas surprenant, lorsque l’on observe les demandes formulées par les usagers de Geac et Lise, de reconnaître un certain nombre de difficultés qui ne sont pas spécifiques des systèmes Geac et Lise, et que l’on pourrait tout à fait rencontrer dans la consultation d’un catalogue imprimé : il s’agit des problèmes liés à des conventions de formulation, mais surtout, des problèmes liés à l’indexation, commune à l’imprimé et à Geac ou Lise, qui préexiste à ces nouveaux systèmes, dans son principe, et qui prend forme en amont des caractéristiques spécifiques liées à la technologie de Geac et Lise.

8En ce sens, il faut parler de Geac et Lise comme de systèmes nouveaux d’accès au catalogue plutôt que comme de nouvelles formes de catalogue.

9Ces difficultés rencontrées par l’usager sont multiples : elles ont toutes pour origine la méconnaissance de conventions de formulation et d’indexation qui ne sont pas explicitées.

10Ces difficultés existent dans la consultation par auteur et par titre.

11Par exemple, en ce qui concerne la recherche par auteur :

  • la recherche par nom classé alphabétiquement est une convention. L’erreur très fréquente qui consiste à demander le prénom suivi du nom est dans certains cas due à l’ignorance de cette convention ;

  • l’emploi de l’orthographe translittérée pour les noms étrangers, l’utilisation de sigles et la façon dont on sépare les lettres par un point sont des conventions.

12Mais c’est surtout dans la recherche par sujet que les difficultés sont les plus nombreuses : le visiteur ne trouvera rien à « Saint Louis », « Empire perse », « Mai 68 », « Deuxième Guerre Mondiale », « éthologie », « industrie de luxe ».

13La façon la plus quotidienne de formuler un sujet n’est pas forcément acceptable : il existe à la Bpi de nombreux ouvrages qui traitent de l’Empire perse, de Mai 68, de la Deuxième Guerre Mondiale, d’éthologie, mais l’accès à ces thèmes est étroit : il passe par l’emploi de certains termes obligés dont le choix semble totalement arbitraire à l’usager. A ce premier facteur de « rétrécissement » s’en ajoute un second, sur Geac, l’absence des opérateurs booléens et et ou et ses conséquences : la nécessité de formuler des demandes dont chacun des termes est hiérarchiquement ordonné par rapport aux autres. Pour éphémère et très conjoncturelle qu’elle soit, cette hiérarchisation de la demande accentue considérablement les deux effets du principe de l’indexation et des conventions de formulation (conjoncturelles aussi si elles sont considérées individuellement, mais dont le principe est incontournable) : opacité et hétérogénéité.

Un effet d’opacité

14Comment savoir qu’il faut chercher « Mai 68 » sur Geac à : france, histoire, 1968, dans cet ordre, « éthologie » sur Lise à : animaux, comportement.

15Pour consulter Geac, Il faut savoir, non seulement qu’il existe une hiérarchie, mais aussi quels sont chacun des échelons de cette hiérarchie pour chaque recherche. Les difficultés dues à la nécessité de trouver le bon terme sont multipliées puisque, à chaque échelon, il faut renouveler un effort « risqué » et que d’autre part, la combinaison des termes appropriés formulée dans un « ordre différent », ne donne aucun résultat.

16De plus, non seulement les conventions ne sont pas explicites, mais c’est le visiteur qui a l’initiative, et qui doit, le premier, formuler sa demande sans rien connaître de l’offre pré-déterminée, invisible, qui la précède.

17L’effet d’opacité concerne non seulement le principe même de la hiérarchie, et la nature de cette hiérarchie, mais aussi, plus fondamentalement, les critères de sélection qui ont conduit à choisir un ou quelques termes signifiants parmi de nombreux synonymes possibles : que ce soit dans le cas de Geac ou de Lise cette fois, la demande comporte, de ce fait, un risque : la formulation du terme correct est une opération en grande partie aléatoire. Il faut taper juste, et en ce sens, la demande est un jeu où le hasard intervient.

18Par exemple, sur Lise, celui qui s’intéresse à un thème relatif au comportement animal, ne trouvera rien à « éthologie », mais rien à « sociétés animales », rien non plus à « comportement animal ». Il devra demander « animaux comportement ».

19Non seulement aucun raisonnement, aussi réfléchi soit-il, ne peut conduire un usager « ordinaire » à préférer cette formulation aux autres, mais en plus, il est impossible de savoir si c’est la seule rubrique où il trouvera des ouvrages sur le thème recherché.

20En effet, l’information est parfois dispersée : on découvre notamment que, sur un sujet donné, on obtient des références différentes selon qu’on formule ce sujet au singulier ou au pluriel.

21Celui qui demande association obtient 70 références sur Geac et 20 sur Lise, mais s’il demande associations, il se verra proposer 50 références sur Geac et 102 sur Lise.

22L’information peut être également dispersée dans des rubriques très voisines, mais très éloignées alphabétiquement : il n’y a pas la même chose à musée du prado – prado – museo del prado.

Un effet d’hétérogénéité

23Une des caractéristiques des effets de l’indexation est l’hétérogénéité, inséparable de la sensation d’arbitraire, notamment dans les codes de formulation plus que dans l’indexation proprement dite : on obtient des réponses différentes selon qu’on demande icom ou i.c.o.m. Il y a également hétérogénéité dans le corpus des termes indexés : une discipline tout entière comme « éthologie », à la différence d’autres disciplines, ne figure pas au catalogue.

24Opacité et hétérogénéité sont les résultantes de l’effet de discontinuité, que ce soit dans un sens « horizontal » à cause des « trous » qu’il faut franchir entre les termes pour atteindre ceux qui fonctionnent (à cet égard, un dictionnaire est quelque chose de continu), ou dans un sens « vertical » à cause de ces autres « trous » qui existent entre les marches, les échelons d’une demande hiérarchisée.

25Les effets de l’indexation, on l’a vu, ne sont pas spécifiques de Geac et Lise. Cependant, leur « visibilité » et leur ampleur sont remarquables et problématiques avec Geac et Lise. Est-ce dû au simple fait que ces systèmes nous permettent enfin de révéler, de voir la séquence de consultation, qui dans le cas du papier, reste secrète, incluse dans le parcours silencieux d’une page par un regard à peine mobile, dans le fil d’une pensée informulée ? Pas uniquement ; l’indexation est un principe né de la mise au point des catalogues imprimés : il est inadapté aux caractéristiques de Geac et Lise ; il en résulte des effets d’opacité, d’hétérogénéité, très aggravés par rapport au papier, et qui à la fois augmentent le risque d’erreur et la gravité de ses conséquences, et accroissent la difficulté de rectifier l’erreur une fois qu’elle est commise.

26Or, si les difficultés nées de l’indexation existent aussi avec le catalogue imprimé, celui-ci permet l’usage de multiples démarches d’ajustement possibles, systèmes souples et efficaces qui sont devenus des habitudes rodées par l’utilisation constante de catalogues, de tables, de listes... imprimés. Que l’on déplace l’indexation dans un contexte différent, ces systèmes de correction spontanée, tout un savoir-lire efficace, disparaissent, et laissent l’utilisateur démuni face à des difficultés qu’il surmontait avec une telle aisance la veille qu’il ne les reconnaît même pas aujourd’hui. Un de ces systèmes est le suivant :

27sur le papier, le visiteur passe par une étape obligatoire lorsqu’il entreprend une consultation par mot du sujet : il s’agit de la consultation de la liste des sujets. Cette étape, pour être le plus souvent implicite, inconsciente, n’en est pas moins extrêmement utilisée.

28Elle est une étape de recherche qui permet d’obtenir immédiatement une foule d’informations sur l’allure des termes indexés, et du même coup, sur les critères de choix de ces termes indexés, sur la hiérarchie de classement, sur les conventions de formulations, sur la dispersion des références à des rubriques différentes, mais parfois proches à l’échelle d’une page (termes au singulier et au pluriel). Le visiteur peut dès lors adapter sa demande à une offre figée et inamovible, sans même qu’il ait eu auparavant à en ressentir et à en expliciter consciemment le besoin.

29Qu’en est-il de cette étape sur les systèmes Geac et Lise ?

Sur Geac

30Cette consultation préalable de la liste des sujets est, comme sur le papier, une étape automatique : pour chaque demande par mots du sujet, que ce sujet existe ou non au catalogue, la réponse est la liste de références alphabétiquement voisines de ce terme, et comprenant ou non ce terme. Cependant, cette liste couvre une page écran, soit une quantité de 8 à 10 termes, très faible par rapport à la quantité immédiatement visible sur le catalogue imprimé. Non seulement cette quantité est par elle-même trop faible pour fournir de réelles indications sur certains caractères répétitifs apparaissant dans les mots du sujet, révélateurs de critères d’indexation, mais le feuilletage, en deçà et au-delà de la page affichée, s’il est possible, est relativement peu utilisé, il ne peut remplacer le parcours d’une ou plusieurs pages imprimées ; c’est un processus discontinu : une page chasse l’autre. Il est impossible d’appréhender immédiatement et globalement une quantité incluse dans des limites spatiales que l’on règle soi-même. Il est impossible de « transformer » mentalement cinq ou six pages écran successives en une « page » mentale homogène qui permette de restituer la perception d’une globalité et de fournir ainsi les conditions de la mémorisation d’indices perçus inconsciemment.

31En plus, cet affichage d’une liste de termes arrive en réponse à une demande qui ne l’appelait pas : cette liste de termes dont il n’est pas même évident, au premier abord, qu’elle ait quelque chose à voir avec celle qu’on demandait, est inattendue, déroutante voire indésirable, et donc inutilisée.

Sur Lise

32Cette consultation de la liste des sujets n’est possible que si l’on en fait la demande explicite, en tapant sur la touche de la fonction correspondante, F7. Or, cette fonction est pratiquement inutilisée : il y a loin du besoin à la perception consciente du besoin, de l’usage à l’explicitation consciente de l’usage.

33Le visiteur aura d’autant moins l’idée de recourir à cette fonction, qu’il ne peut reconnaître en elle l’accès à une étape obligatoire dans la consultation du catalogue imprimé, puisque, dans ce dernier, cette étape est « invisible », imperceptible, elle est intégrée dans le mouvement unique, continu, de la lecture.

34Il utilise cette liste et toutes les indications qu’elle lui fournit en même temps qu’il recherche son sujet. Les deux étapes sont imbriquées totalement.

35Sur Lise, ces deux étapes sont dissociées : il peut exploiter la liste des sujets avant ou après la demande par mot du sujet. Or, rien ne permet à l’utilisateur de soupçonner que sa demande nécessitera des étapes intermédiaires d’ajustement. Il ne peut évidemment pas prévoir à l’avance les difficultés qu’il va rencontrer, et les opérations qu’il pourrait d’emblée effectuer, avant qu’aucun problème n’ait surgi pour prévenir ces futures difficultés : il ne peut anticiper les problèmes qu’il n’a pas encore et dont il ne peut pas même soupçonner la nature.

36Dans son ouvrage L’ordre caché de l’art, le psychanalyste viennois Anton Ehrenzweig, bien que traitant d’un sujet qui n’a rien à voir avec celui qui nous occupe, consacre un long développement sur l’efficacité de ce qu’il nomme « scanning inconscient », une vision syncrétique, perception diffuse, globale qui fonctionne par « repères » par opposition à la vision analytique, à l’attention focalisée. Ce « scanning » ressemble fort à une démarche d’ajustement de la demande à l’offre, spontanée, efficace, qui existe dans l’utilisation du catalogue imprimé.

37Cet ajustement se fait lors du parcours de la page, mouvement continu qui intègre une multitude d’indices, de repères, qui ne sont pas analysés, mais embrassés globalement, inconsciemment, avec, en particulier un glissement permanent d’une échelle à l’autre. On passe de l’échelle des mots du sujet aux notices abrégées, de l’un à l’autre en un mouvement d’aller et retour instantané et permanent qui court-circuite la succession obligatoire des étapes sur Geac et Lise, qui transcende tout le processus à tout instant, et survole ainsi le volume global d’un champ de références, en même temps qu’il exploite un indice infime à l’intérieur d’un terme, ou dans une notice.

38Un grand nombre d’informations sont ainsi obtenues sur les variables spatiales, et les quantités. La quantité est un concept qui fonctionne difficilement sur Geac et Lise ou tout du moins, qui est difficile à maîtriser. Quel que soit le sujet demandé, ou l’étape de consultation, c’est toujours l’espace d’une page écran qui est proposé à l’utilisateur. Celui-ci ne peut régler son attention entre les bornes visuelles de termes successifs qui l’aident à délimiter et à estimer un volume d’informations. Le lecteur fait défiler des « écrans » en lisant, mais ces écrans ont une taille qui varie de façon continue, par un effet de zoom qui focalise son attention sur une zone choisie plus ou moins approximativement, et qui laisse toutes les autres informations au second plan.

39Le balayage, le défilement des titres étalés sur une feuille de papier, peuvent permettre d’apprécier chaque notice comme la projection d’un volume sur un plan, équivalent direct de son référent : cette conversion de volume en plan est une transformation d’espace en espace, proche de la projection du volume d’un ouvrage à la superficie de sa tranche, le long des rayonnages. Cette représentation spatiale est un outil qui sert en permanence pour faire des choix, et qui fonctionne particulièrement bien à la Bpi, où chaque allée est une gigantesque page parcourue physiquement.

40Or, ces variables spatiales et ces quantités sont très difficiles à maîtriser sur Geac et Lise : on a affaire à des systèmes. Ou c’est un chiffre affichant le nombre de références ou bien une durée de feuilletage, qui fournit des indications, indirectes, qu’il faut retraduire si le visiteur veut constituer une image spatiale d’un volume, d’une quantité.

41Par ailleurs, le balayage visuel de la feuille imprimée permet de résoudre d’un coup quantité de problèmes à la fois, chacun manifestant des effets à des échelles séparées :

  • problèmes d’orthographe du mot (sujet, titre, auteur),

  • problèmes d’utilisation de sigle, de particule ;

  • problèmes de dispersion des informations sur différents termes (mots au singulier et au pluriel par exemple, à l’échelle, non plus du terme lui-même, mais de la liste des termes).

42Or, sur Geac et Lise, la dissociation de tout le processus de consultation en étapes successives, et la nécessité d’analyser consciemment, d’expliciter un par un chacun des problèmes que l’on doit résoudre, annule entièrement l’efficacité du « scanning » pour rectifier les erreurs.

43Chaque démarche, chaque correction, doivent être conscientes, ponctuelles, localisées. L’ajustement, qui permettait de s’adapter à un « style » de termes qui comportait de très nombreux facteurs perçus intuitivement et simultanément au travers de dizaines de références, se heurte ici à trois contraintes nées de la discontinuité du processus de consultation sur Geac et Lise :

  1. les problèmes doivent être résolus un par un, ce qui implique

  2. qu’ils doivent être hiérarchisés, et auparavant

  3. qu’ils doivent être explicités, ce qui n’était pas forcément nécessaire dans le cas du catalogue imprimé.

44Ce mécanisme d’explicitation est d’ailleurs, en soi, un type de démarche qui nécessite que l’on ait la maîtrise consciente des opérations que l’on est en train de faire.

45A l’occasion des « tests » proposés aux utilisateurs au cours de l’enquête, c’est d’ailleurs beaucoup moins la variété des démarches de consultation possible pour une même demande que l’uniformisation des démarches qui s’est révélée être un caractère remarquable.

46Dans les conditions du test, la variété des cheminements individuels, observée dès la première phase, disparaissait. Les usagers soumis à ces tests avaient d’ailleurs été observés au préalable, en train d’effectuer une consultation pour leur propre compte, et manifestaient un changement de comportement très marqué dès qu’ils se voyaient proposer un thème de recherche.

47Devant l’enquêteur, notamment, l’usager préfère souvent une formulation par mots-clés plutôt qu’une séquence de termes ordonnés selon une syntaxe « littéraire ».

48Tel qui avait été observé en train de demander, à « mots du sujet » : démographie au japon, lorsqu’il se voit demander de rechercher des ouvrages sur le thème de l’industrie au Brésil, tape au mot sujet brésil tout seul.

49Devant l’enquêteur, l’usager manifeste la nécessité de procéder par étapes, notamment, en ne formulant qu’un terme à la fois.

50A l’analyse, ce phénomène n’est pas surprenant. Soumis à un test, le visiteur se sent l’obligation de justifier sa démarche et ses choix à l’intention de l’enquêteur. Il est alors amené à expliciter sa démarche, et, du même coup, à adopter une démarche qui se prête à l’explicitation, puisque toute une catégorie de recherches peut s’effectuer sans maîtrise consciente. Les conditions de test « conditionnent » un certain type de démarche : démarche analytique par étapes, avec explicitation et anticipation des situations successives.

51Curieusement donc, le fait de proposer un test provoque parallèlement, par voie de conséquence, la destruction nécessaire d’un style de démarche « syncrétique ».

52L’expérimentation détruit ce qu’elle voulait observer. Cependant, son intérêt se transfère et naît précisément de ses propres effets destructeurs : l’expérimentation permet, non pas de mettre en évidence une diversité de démarches qu’elle annule précisément, mais de démontrer les effets des conditions dans lesquelles l’explicitation est nécessaire.

53La dissociation de tout le processus de consultation en étapes successives, et la nécessité d’analyser, consciemment, et un par un, chaque problème sur Geac et Lise est lourde de conséquences notamment en cas d’erreurs.

54En cas d’erreurs, il peut y avoir rapide dégradation : elles s’enchaînent et se multiplient d’étape en étape, elles s’aggravent les unes les autres. En effet, pour les corriger, il faut pouvoir les isoler et situer l’endroit où elles ont déclenché le problème. Le phénomène est d’autant plus grave que certains visiteurs accumulent les erreurs : orthographe, formulation...

55Un exemple : un utilisateur de Geac demande, par mots du sujet : travaux publiques. Cette erreur d’orthographe va s’aggraver rapidement : la liste des références alphabétiquement proche s’affiche. Elle démarre à travaux publiés. Le visiteur est sans aucune indication sur la cause de l’absence de référence sur le sujet qui l’intéresse.

56Le visiteur n’est pas en mesure, comme sur l’imprimé, de se rattraper en regardant autour, un peu avant et un peu après, des références parmi lesquelles il aurait sans doute découvert travaux publics. Il doit donc interpréter « au jugé » ce qui s’est passé.

57n’y a-t-il aucune référence sur le sujet ?

  • sont-elles accessibles par un autre terme ?

58a-t-il fait une erreur lui-même, soit dans la formulation des termes, soit dans le choix des instructions appliquées ?

59Les conséquences de l’erreur ne donnent aucun renseignement sur la nature de celle-ci. Notre visiteur décide de modifier sa demande, et d’accroître ses chances d’obtenir une réponse, en ajoutant un autre terme : travaux publiques, maçonnerie.

60Il rajoute du même coup une seconde erreur, car Geac ne peut pas chercher deux termes à la fois.

61Ce visiteur tente alors une démarche rare, que très peu ont l’idée d’essayer : chercher son sujet aux mots du titre.

62L’initiative n’est pas récompensée. Il repasse à la recherche par mot du sujet et demande cette fois bâtiment (or il existe bien des références à travaux publics)...

63Rien, dans les opérations qu’il a effectuées, ne lui a permis d’obtenir un renseignement sur la présence, et sur la nature d’un accident, d’une erreur.

64Il en est ainsi dans un grand nombre de cas : l’apprentissage se fait par la découverte aléatoire de la bonne solution plus que par les vertus de l’erreur.

65Tout seul face à l’écran, le visiteur doit tenter de surmonter les difficultés une par une, en aveugle, étant uniquement prévenu que quelque chose ne va pas, ou même, sans l’être du tout, car si la recherche est infructueuse, il peut toujours se figurer qu’il n’existe aucun document sur le sujet qui l’intéresse.

66C’est à lui de décider, parmi tous les facteurs possibles responsables d’un résultat insatisfaisant, quel est celui qui est le plus pertinent.

67Un phénomène typique à cet égard est la réaction des visiteurs au problème identifié comme tel ; il existe deux types de réactions opposées :

  • Quelque chose ne va pas : le visiteur tente de se construire une démarche analytique pour contrôler et faire varier un par un les facteurs qu’il a répertoriés comme pouvant être les causes de l’erreur. Ainsi, il peut changer le terme sans changer la démarche, ou bien garder le même terme, mais choisir une autre démarche (recherche par mots-clés au lieu de rechercher par mots, par exemple).

  • Le visiteur, dans l’impossibilité de connaître la nature de l’erreur, fait tout varier à la fois pour gagner du temps : il demande un autre terme et choisit d’autres fonctions.

68Ces deux attitudes peuvent être interprétées en termes de motivations différentes. Dans le premier cas, on consacre du temps à une démarche qui pourrait permettre de comprendre ce qui s’est passé et d’en tirer un enseignement. Dans le deuxième cas, on ne souhaite pas différer l’obtention de l’information : on veut absolument l’obtenir, même si la démarche adoptée n’est pas « éducative ».

69Certains visiteurs tentent de retrouver implicitement les conditions du catalogue imprimé : ils choisissent un terme, et feuillettent ensuite plusieurs fois de suite, au-delà et en deçà du terme, pour « effacer » la discontinuité.

70Dans un autre cas, un visiteur, sur Lise, adopte systématiquement un mode de consultation en deux étapes, au lieu de bénéficier de la possibilité de la recherche croisée de deux termes à la fois.

71Ainsi, sollicité dans un « test » pour rechercher des ouvrages sur l’industrie au Brésil et le comportement animal, il demande la recherche par sujet : brésil, animal, puis frappe la fonction affiner votre recherche » et demande industrie, comportement.

72Il tape un mot pour le sujet et un second mot pour affiner la recherche.

73Il réintroduit sur Lise une hiérarchie qui avait été supprimée. Il recrée une consultation hiérarchisée, comme sur Geac. Derrière cette démarche, à travers les explications de l’usager, se dessine paradoxalement, non pas une sorte de suradaptation à la dissociation de la consultation en étapes, mais la création d’un ordre dans l’opération, immuable, prévisible, qui s’oppose en fin de compte à la discontinuité.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search