Version classiqueVersion mobile

Dialogue ou labyrinthe ?

 | 
Joëlle Le Marec

Préface

De quelques enjeux de l’usage des catalogues en ligne dans les bibliothèques

Martine Poulain

Texte intégral

1Le temps est loin où les circulaires officielles concernant les rôles des bibliothécaires dans leur activité de catalographe y voyaient non une activité intellectuelle de compréhension et de tentative de classification des connaissances, mais une activité purement mécanique, voire un pur exercice calligraphique.

2En effet, il y a à peine un siècle, les circulaires s’inquiétaient surtout de la présentation matérielle des catalogues, peu de leur rigueur intellectuelle et point du tout de leur efficience, de leur usage social ni donc de leur capacité communicative. « L’impression du catalogue méthodique est généralement désirée par le public des bibliothèques. Presque partout aussi un budget restreint ne permet point cette dépense relativement considérable. Comme toute publication de ce genre se tire à très peu d’exemplaires, comme elle est consultée par des lecteurs lettrés et comme elle n’a jamais un caractère bien définitif, puisque chaque année apporte un nouveau contingent, on peut recourir au procédé moins coûteux de l’autographie. Si le bibliothécaire a une écriture lisible, il peut, en écrivant sur du papier autographique, n’avoir d’autres frais que ceux du report, du papier et du tirage. Toute initiative de ce genre est assurée des encouragements de l’administration », dit par exemple une circulaire de la fin du XIXe siècle.

  • 1 Christian Jacob. « Mémoire, lecture et écriture : autour de la bibliothèque d’Alexandrie. » Interve (...)

3On devrait pourtant bien être persuadé que toute intervention sur un document modifie son objet. Il n’est que de survoler rapidement l’histoire du traitement de la production écrite pour s’en convaincre : on sait que les scribes d’Alexandrie puis ceux du Moyen Âge modifiaient les textes qu’ils avaient charge de reproduire, soit par mégarde, soit par choix intellectuel comme le rappelait récemment Christian Jacob : le travail du bibliothécaire en recopiant le texte était aussi celui de « choisir entre plusieurs variantes », « de supprimer des passages jugés suspects », « voire d’ajouter un vers supplémentaire pour éclaircir un contexte obscur1 ». On sait encore que l’invention de l’imprimerie a eu entre autres conséquences, celle de contribuer à une plus grande fixité du corps même du texte, suscitant alors un déplacement des interventions intermédiaires du texte au « para-texte » : mise en page, constitution de parties liminaires, modifications de la présentation matérielle du texte et du livre.

4Et l’on sait à quel point aujourd’hui l’intervention du monde éditorial sur le texte peut en modifier complètement l’image et le sens : ce qui est dit d’un texte est dans un premier temps, d’abord dit par sa jaquette, sa quatrième de couverture, sa typographie, par tout un ensemble de dispositifs qui, selon les cas, confortent ou déforment les intentions de l’auteur, mais de toutes façons influent sur la première perception par les lecteurs du texte lui-même.

5C’est dans cette perspective qu’il faut situer l’intervention des bibliothécaires : pas plus qu’aucune autre forme de traitement du document, elle n’est neutre ni complètement fidèle, quand bien même elle fait de la fidélité la plus grande possible au contenu du document, la philosophie de son fonctionnement et le sens de son travail. Si l’on croit que nous nous amusons ici à pure argutie rhétorique, il n’est que de se reporter aux fables d’un Borges ou d’un Eco montrant la puissance potentielle du bibliothécaire qui souhaiterait ôter à tout jamais un texte aux regards humains. La description d’un document, son indexation, sa classification ne sont alors jamais sans enjeux puisqu’elles ont comme fonction d’en faciliter l’usage, d’aider à en repérer les traces, de contribuer à sa communication.

6C’est dans le souci de cette communication la plus intelligible possible que se situe l’intervention du bibliothécaire sur le document qu’il décrit. C’est bien mû par cette conscience diffuse de vouloir répondre tout à la fois à la richesse et à la polysémie d’un document et à la multiplicité ou à la diversité de ses lectures que le bibliothécaire agit, cherchant dans le même temps à respecter la complexité du contenu et à anticiper sur la pluralité, l’imprévisibilité et l’inégalité que les lecteurs exprimeront dans leurs recherches. Ce sont bien toutes ces questions que nous agitons lorsque nous nous interrogeons sur la meilleure manière d’indexer et classer tel ou tel ouvrage et de répondre aux usagers des bibliothèques publiques qui expriment leurs demandes comme ils les ressentent et non selon nos règles – et qui cherchant à savoir pourquoi les « Indiens ne mangent pas de vache », ne savent pas, ne peuvent évidemment pas savoir, pour la plupart, que la réponse à cette question peut être obtenue en cherchant du côté d’hindouisme/XXe siècle par exemple –.

  • 2 L’expression « nouvelles technologies » devrait maintenant être précisée. Elle recouvre trop d’obje (...)

7Les questions que posent la mise en service des catalogues en ligne ne sont donc pas radicalement nouvelles. Elles peuvent être, elles aussi, rapportées au binôme description – communication. Mais la différence est peut-être que ces « nouvelles technologies2 » ont apporté avec elles l’espoir, ou l’utopie, de résoudre en même temps les questions que nous nous posions sur la description et sur la communication.

  • 3 Sur ces notions de médiateur ou d’ingénieur, sur ces déplacements des modèles de référence dans l’e (...)

8Et la première erreur fut, et reste, de croire que les solutions concernant ces problèmes de description et de communication peuvent être purement techniques. Cette illusion techniciste n’a pas fini de faire des ravages en France : elle fut à l’œuvre dans tout ce courant voulant dénommer notre rôle et notre métier comme étant une ou faisant partie des « sciences » de l’information. Bernadette Seibel a montré à quel point devait être présente une interrogation sociologique dans cette analyse de l’évolution des aspirations professionnelles et de la définition des nouveaux « pôles d’excellences ». Toute redéfinition des rôles et des fonctions a aussi une origine corporatiste : face au « vieux conservateur » du livre érudit ou au trop « populaire » « médiateur culturel » de la lecture publique, l’« ingénieur » des sciences de l’information s’affirme autant par la nécessité de sa fonction, que par la recherche d’une légitimité renouvelée par la vertu de sa compétence en matière de « nouvelles technologies3 ». Compétence qui n’est parfois pas sans trouver nécessaire une marge d’obscurité, une forme d’incompréhension obligée de la part de ceux pour qui elle est mise en œuvre.

  • 4 Jürgen Habermas. La technique et la science comme idéologie : la fin de la métaphysique. Denoël Gon (...)

9Sur un plan plus général, Jürgen Habermas4 a longuement analysé les dangers et les impasses de ce positivisme qui « hypostasie la science au point d’en faire comme l’équivalent d’une nouvelle foi donnant réponse à tout » et comment le modèle technocratique, ou « technicisme », « aboutit à faire en quelque sorte fonctionner le savoir scientifique et plus encore la technique » en tant qu’idéologie et à en attendre des solutions pour la totalité des problèmes qui se posent à nous. Habermas rappelle qu’il existe bel et bien un « défi de la technique que la technique seule ne permet pas de relever ». Il nous appartient donc d’assurer une « médiation entre notre savoir et notre pouvoir techniques d’une part, notre savoir et notre vouloir pratiques d’autre part » en refusant une « scientification » de tout savoir, un fonctionnement de la technique et de la science comme idéologie.

10Un questionnement culturel et social de la technique, ici des nouvelles technologies de l’information, reste donc plus que nécessaire. Ceci nous a conduit à interroger la mise en place des catalogues informatisés à la Bibliothèque publique d’information (Bpi) sous ce double aspect : leur efficience technique certes, mais aussi leur usage social. Efficience technique car il est bien évident qu’un système conçu par des spécialistes a besoin d’être testé et que le test à la Bpi ne ressemblait à aucun autre : bibliothèque publique accueillant chaque jour dix à quinze mille personnes en consultation sur place, la Bpi procurait là encore une virtualité importante de démarches possibles, de modes d’interrogation, qui en faisait un terrain d’expérimentation et de test idéal à l’efficacité – à l’opérativité – à la compréhension – à la résistance – à la durabilité de ces différents systèmes d’interrogation.

11En effet, les circonstances d’usage influent largement sur les techniques et sur les modes d’usage. Le lieu où se fait cette recherche documentaire, le profil de l’usager qui l’effectue, ses motivations, ses finalités ou ses absences de finalité modèlent attitudes et façons de faire.

12C’est bien à la rencontre des règles techniques et des représentations sociales que se situent les pratiques des usagers des catalogues en ligne. Et c’est à l’examen de ces interactions que s’est livrée Joëlle Le Marec, attentive tout à la fois à ce qui relève de performances techniques et à ce qui relève d’imaginaires sociaux ou plutôt à ce qui, dans l’exercice même de manipulations techniques relève d’imaginaires sociaux. Et c’est, comme elle le montre, dès l’abord, dès la vue même par l’usage de l’écran-clavier, que ces imaginaires sociaux sont à l’œuvre comme ils sont à l’œuvre tout au long du parcours, tout au long de cette confrontation hommes/machines.

13Au-delà de ces lourds enjeux sur les modes d’accès au savoir, restent ouvertes d’autres questions, essentielles elles aussi. Celle, par exemple, des représentations du savoir lui-même. Non contentes de modifier les modes d’accès aux documents, et les imaginaires sociaux quant au champ initial des connaissances, ces nouvelles technologies ne vont-elles pas modifier les modes d’appropriation mis en œuvre par les usagers eux-mêmes pour assimiler, comprendre, réfléchir sur ces informations et plus, ne vont-elles pas modifier les savoirs eux-mêmes ? En un mot, les modifications d’accès aux savoirs ne finissent-elles pas par transformer les conditions de production et de réception de ces mêmes « savoirs ». Du côté de la production, de très nombreuses questions se posent : qu’entraîne dans la création même ou dans la construction intellectuelle d’un texte, le passage du modèle traditionnel stylo/papier/reprises/ratures/états divers de manuscrits au modèle actuel de traitement de texte, reprises effacées successivement à l’écran, disquette ne présentant que l’état définitif d’un texte ? On peut d’abord en éprouver une forte nostalgie : est-ce à dire que dans cent ans, les bibliothèques et les archives ne pourront plus s’émouvoir à la vue de l’équivalent des cahiers de Marcel Proust, des manuscrits de Gide ou de Cocteau, des dictées de Stendhal ?

14Sans vouloir ici jouer Marcel Proust contre Macintosh, on peut légitimement s’interroger sur les conséquences paradoxales que ces technologies peuvent avoir sur les opérations mêmes de création ; elles, en qui certains voient la possibilité d’une mémoire totale, affirment d’abord leur capacité amnésique : les états du travail de construction, les longues étapes de labeur et de sueur, ces siècles de minutes dépensées par Flaubert pour rectifier un mot, une virgule, nous n’en aurons plus trace. Au-delà de cette nostalgie, c’est toute une histoire de la production intellectuelle d’un texte qui ne pourra plus être faite. En l’an 2250, n’y aura-t-il plus un seul carnet de travail du Flaubert contemporain à jeter en pâture à ses lecteurs et à ses épigones ? D’autres modes d’approche des œuvres verront le jour, sans doute riches elles aussi. Mais ce seul exemple du recours de plus en plus généralisé des chercheurs (et de certains écrivains) aux machines à traitement de texte laissent augurer des changements dans les conditions de production qui ne peuvent être sans effets sur les textes eux-mêmes.

15Il existe autant de questions du côté de la réception, du côté de l’appropriation des textes. Il est aujourd’hui proclamé par tous que nous sommes dans une époque d’« explosion de l’information », de « l’accumulation de masse », de « flot permanent de données en temps réel ». Beaucoup de ces réflexions amalgament sans précision des notions, des faits ou des concepts qui sont pourtant à manier avec rigueur et précaution. Qu’est-ce qui rapproche et qu’est-ce qui distingue des notions telles que : information, documentation, données, savoirs, connaissances ? A tout appeler information, on finit par oublier que l’information n’est pas le savoir, n’est pas l’organisation raisonnée et construite, et n’est pas le seul but d’une bibliothèque publique par exemple. Celle-ci est autant dédiée au plaisir, à l’émotion, aux sentiments et aux sensations par l’exercice de la lecture, et ce, pas seulement par celle des romans. Réfléchissons à ce que nous oublions, ou à ce que nous construisons lorsque nous voulons faire des bibliothèques publiques des bibliothèques d’« information ».

  • 5 Voir Anne Dujol Le Clair et l’obscur, Bpi, 1985 ou Nicole Robine Les Jeunes travailleurs et la lect (...)

16Au-delà, l’espoir, cher aux bibliothécaires d’avant-garde, que grâce aux nouvelles technologies, un jour, « tout sera disponible tout de suite », cet espoir légitime ne va pas sans poser quelques questions. Correspond-il vraiment aux souhaits des usagers ? La question mérite de ne pas être évacuée sans réflexion. On a vu à maintes reprises à quel point l’abondance, l’hyperchoix, bonheur aux yeux des bibliothécaires soucieux d’exhaustivité documentaire et meurtris par des années de pénurie budgétaire, étaient parfois perturbants pour les usagers : ceux-ci, affirmant souvent avoir au contraire besoin non de « tout » mais de « quelque chose » sur leur sujet5, n’ont pas le profil thésauriseur des chercheurs ni la déformation professionnelle du bibliothécaire. Beaucoup veulent « un ou deux livres sur l’Espagne », « quelque chose qui plaît », « un livre bien », « préparer un stage de comptabilité », etc. Ne devrait-on pas être plus attentif à une demande, qui ressemble parfois à un appel au secours des usagers sur l’aide à la sélection dans l’hyperchoix. Les risques de l’abondance, de l’illusion de l’abondance ne seront-ils pas un jour plus forts que ceux de la pénurie de naguère ?

17Et avant de conclure que toute tentative de guidage sur les niveaux de lisibilité des textes relève du dirigisme et du moralisme, ne devrait-on pas penser au désarroi devant l’inconnu qu’éprouvent bien des lecteurs et notamment les plus démunis d’entre eux. On peut penser en effet qu’un des effets pervers de la multiplicité des documents et des sources est qu’elle nécessite de plus en plus de maîtrise et d’aisance de la part des usagers. A eux (et avec quels outils ?) de savoir maintenant résister à l’accumulation, résister à l’abondance. A eux de savoir hiérarchiser leurs choix, sélectionner selon de multiples critères. C’est dire l’importance et l’enjeu de toute initiation, de toute formation des usagers à la recherche en bibliothèque. La constitution de champs de savoir qui passait naguère pour un lecteur par la difficile assimilation de quelques œuvres, s’accompagne maintenant d’un tout aussi difficile travail d’exclusion. Travail toujours plus incertain et plus délicat pour le lecteur ordinaire que pour le lecteur expert.

  • 6 Voir descriptif de ces deux systèmes en annexes.
  • 7 Les données quantitatives citées ici et données de manière exhaustive en annexes sont celles d’une (...)

18Mais l’heure n’est pas au rejet. Dès leur mise en place, nos deux catalogues informatisés, Geac et Lise6, ont trouvé preneurs. Presqu’un quart du public les utilisait pour leurs recherches quelques semaines seulement après leur mise en place7 : encore ce chiffre (23,5 %) ne comptabilise-t-il que les usagers qui avaient eu effectivement recours à Lise ou Geac le jour où ils ont été interrogés, sans préjuger de ceux qui peuvent l’avoir utilisé la veille ou lors d’autres venues. Cette première donnée est intéressante car elle témoigne d’une absence de réticence devant cette offre nouvelle de recherche documentaire. Nous verrons que cette attirance pour l’écran peut relever de logiques diverses et qu’attirance ou tentative n’est pas forcément signe d’aisance. Mais en quelques semaines, les usagers étaient aussi nombreux (et même un peu plus) devant les écrans qu’ils l’avaient été à feuilleter les catalogues après des années de présence de ceux-ci.

  • 8 Cf. Publics à l’œuvre : pratiques culturelles à la Bibliothèque publique d’information du Centre Ge (...)
  • 9 Cf. Patrick Parmentier. Les rayons de la bibliothèque ou comment faire son miel. Bulletin des bibli (...)

19L’enquête de 1981-19828 avait montré que chaque jour environ un usager sur cinq (22 %) avait recours aux catalogues auteurs ou matières ou des périodiques, et que 55 % les avaient consultés au cours d’une autre visite ; une grande partie des usagers, à la Bpi comme dans les autres bibliothèques publiques9, préférait donc encore son propre « sens de l’orientation » aux orientations didactiquement fournies par les catalogues ou par les bibliothécaires.

20Le paysage actuel des usagers de la Bpi dans leur relation à la médiation humaine (les bibliothécaires) ou bibliothéconomique (les catalogues imprimés et les catalogues informatisés) se présente ainsi :

  • la majorité des usagers (environ 60 %) se « débrouillent » tout seuls. Ils n’ont recours ni aux bibliothécaires ni aux catalogues, mais à leurs habitudes, à leurs instincts, ou aux repères signalétiques mis en place par la bibliothèque ;

  • presqu’un quart des usagers (23,5 %) a recours à Geac ou à Lise ;

  • un usager sur cinq (19,5 %) consulte le bureau d’information à la recherche d’un renseignement bibliographique ;

  • 8 % des usagers consultent les catalogues papier mais pas les catalogues informatisés. Ces 8 % regroupent, nous le verrons, des profils très divers : des usagers totalement réticents à l’informatique, tels que bon nombre de retraités, à ceux qui s’en estiment incapables, ou qui n’ont pas encore « essayé » les terminaux, ou qui sont des amoureux « irréductibles » du papier ;

  • 6,5 % des usagers associent recherches au terminal et demande d’information au bibliothécaire. L’enquête ici ne permet pas de savoir s’il s’agit d’association ou de succession, c’est-à-dire si les aides se complètent autour d’une même demande ou si les recours aux catalogues et aux bibliothécaires portent sur des sujets différents. Ainsi, un lycéen peut échouer dans sa recherche au terminal s’il la formule telle qu’il la cherche : « les jeunes et l’Europe de 1992 » et se retourner vers les bibliothécaires. Il peut aussi opérer une recherche réussie sur le terminal et s’adresser aux bibliothécaires sur un tout autre sujet ;

  • enfin 2,5 % des usagers cumulent terminaux et papier, complètent, comparent, juxtaposent ces deux sources d’information bibliographique.

21La comparaison de ces premières données avec les usages du catalogue papier tels qu’ils avaient été mis à jour en 1982, laisse apparaître une tendance très ténue mais existante à l’autonomie : il semblerait que les usagers qui ont utilisé Geac ou Lise aient moins recours dans le même temps aux bibliothécaires (en 1982, 10,5 % des usagers consultaient le catalogue mais pas les bibliothécaires, en 1988 ils sont 15,5 %).

22Nul ne peut savoir avec certitude si ces nouveaux systèmes viendront substantiellement grossir les rangs des usagers des catalogues, quand bien même le parc d’écrans s’accroîtrait considérablement. Ce serait là encore confondre possibilités techniques et logiques d’usage : si 60 % des usagers des bibliothèques publiques n’ont recours ni aux catalogues ni aux bibliothécaires, ce n’est pas tant parce que les premiers peuvent être obsolètes et les autres impressionnants, que parce que les démarches et les recherches des usagers dans la bibliothèque ne répondent que rarement, ou pas toujours, à celles que les professionnels projettent en augurant un usage raisonné et exhaustif de leurs fonds. Soulignons donc cette attirance rapide et forte pour les catalogues en ligne en faisant l’hypothèse qu’elle arrivera malgré tout elle aussi à un point de saturation, puisque tout comme le catalogue papier (mais pas comme lui) ils ne répondent qu’à une partie des démarches.

23La plupart des usagers utilisent le système Geac : 16,5 % l’interrogent, 4,5 % interrogent Lise, 1 % les deux, pendant qu’1,5 % ne sait pas quel système il a utilisé. Encore faut-il prendre ces données avec une double précaution :

  • le succès de Geac ne fait que correspondre à une offre inégale : la Bpi offre 55 écrans Geac et 8 écrans Lise. La mise en relation de l’offre et de l’usage pourrait donc faire plutôt penser à un succès légèrement plus net de Lise. En fait, à certaines heures de la journée, la plupart des terminaux sont constamment occupés et il est souvent nécessaire que les bibliothécaires indiquent aux usagers des terminaux moins en vue, pour qu’un groupe d’attente ne se forme pas devant les plus visibles ;

  • ces répartitions entre Geac et Lise ne sont que des indicateurs de tendance. Pas question bien sûr pour l’enquêteur d’employer uniquement ces appellations professionnelles Geac – Lise. On a donc formulé la question en intégrant des données simples, que les usagers peuvent avoir mémorisées (par exemple la couleur de l’écran, vert pour Geac, vert et bleu pour Lise). C’est dire si là comme ailleurs un chiffre n’est qu’une indication de perception, au mieux une tendance.

24Les usagers interrogent donc assez volontiers les catalogues informatisés, même lorsqu’ils n’en connaissent pas le fonctionnement. Leur impression d’ensemble est plutôt positive : la consultation semble très facile ou assez facile à la grande majorité d’entre eux (84 %). On perçoit là tout l’intérêt et toute la limite d’un questionnement en termes de satisfaction qui ne permet pas aux gens d’exprimer dans la nuance leurs comportements mais est en revanche un bon indicateur d’un sentiment d’ensemble, ici une forme de contentement. Nous verrons pourtant à quel point, derrière ce sentiment positif, se jouent entre l’homme et la machine nombre de conflits et se nouent nombre de passions... Conflits plus forts bien sûr autour de l’interrogation par sujet, forcément plus difficile pour les usagers en cette époque transitoire où les thésaurus et les listes-autorités ont été conçus pour des systèmes manuels avec une nécessité impérative de hiérarchisation et le recours tout autant obligé à une trop grande rigueur dans les « formes retenues ». Attendons donc avec impatience dans les bibliothèques publiques les logiciels permettant l’interrogation en langage naturel.

  • 10 Rappelons que l’expression « en ligne » tout comme l’anglicisme Opac (On line public access catalog (...)

25La familiarité avec le lieu, avec la Bpi, l’ancienneté ou l’intensité de fréquentation de la bibliothèque influent peu sur l’usage des catalogues « en ligne10 ».

26Que l’on soit habitué ou nouveau, la tendance à s’essayer à l’interrogation n’est pas radicalement différente : il n’est pas besoin d’être un familier de la bibliothèque pour s’installer devant les écrans. Les comportements ludiques qui sont, comme le montre Joëlle Le Marec, mis en œuvre pour se confronter à une machine et à un système et non pour rechercher un document ou un renseignement, ces comportements ludiques ne sont pas le seul fait des nouveaux venus à la Bpi. Deux catégories d’usagers semblent pourtant plus rétifs à l’interrogation : les « anciens » qui viennent depuis l’ouverture en 1977, les plus assidus ou les tout nouveaux dont c’est la première visite, manifestent une réticence très légèrement supérieure à l’usage de Geac et de Lise. Sans doute les premiers ont-ils leurs habitudes et leurs parcours bien ancrés et les seconds, bien d’autres choses à découvrir.

  • 11 Avec toutes les réserves qu’apporte Joëlle Le Marec quand elle compare l’usage des catalogues infor (...)

27Certains discours sur les conséquences de l’introduction des nouvelles technologies dans les bibliothèques, ressemblent aux discours antérieurs sur les vertus immédiates de l’animation, de l’audiovisuel, du libre accès : ces nouvelles technologies auraient comme origine et pour conséquence de favoriser l’accès de tous à la documentation ; ce « tous » étant entendu dans le double sens de sa multiplicité (le plus grand nombre) et de sa diversité sociale (sans exclusion ni exclusive). Or, il en est de ces espoirs des années 1980 comme de ceux des années 1960 ou 1970 : ils doivent être maniés avec précaution, au risque de devenir des illusions. Si l’on peut attendre, avec juste raison, un jour ou l’autre, une plus grande efficacité, une plus grande précision, une diversification ou une simplification des services rendus par les catalogues en ligne comparativement à ceux rendus par les catalogues papier11, on ne peut leur inférer ipso facto un usage égal par tous, voire une vertu égalitaire.

28L’usage des catalogues informatisés, comme ceux des catalogues imprimés, obéit donc à un certain nombre de variations sociales. Ainsi, légèrement moins fort chez les femmes que chez les hommes, l’usage est aussi très fortement corrélé avec l’âge : les plus jeunes l’utilisent plus facilement que les plus âgés. Le recours aux catalogues en ligne décroît spectaculairement avec l’âge. Il ne faut bien sûr pas y voir un effet d’âge mais un effet social : si les enfants de la presse quotidienne ou de la radio sont maintenant grands-pères, les enfants de la télévision sont adultes et ceux de l’informatique en pleine croissance. A chaque génération, depuis un siècle, son support et ses engouements. Cette courbe déclinante dans l’usage de l’informatique n’est pas spécifiquement liée à l’âge, mais à l’arrivée de cette nouvelle technique sur le marché. Elle présentera un profil différent dans 20 ou 30 ans.

29Plus fortes de sens sont les variations d’usage selon les diplômes et selon la catégorie socioprofessionnelle. Elles révèlent une forte exclusion des catégories non diplômées, mais au contraire un usage intense des catalogues en ligne dès qu’on a un petit bagage scolaire (brevet élémentaire). Chômeurs, employés, ouvriers, artisans y sont rétifs, pendant que cadres supérieurs, professions intermédiaires, étudiants et plus encore scolaires s’initient fortement. Sans doute faut-il voir dans ces différences un effet d’autres distinctions : les professions et couches sociales qui manifestent le plus d’ouverture à l’usage des catalogues en ligne sont aussi celles qui utilisaient le plus le catalogue papier : ce sont aussi ces mêmes catégories sociales qui ont l’usage le plus traditionnel et le plus studieux de la bibliothèque : venue avec un projet précis, usage intensif de l’imprimé, prise de notes fréquente, etc.

30Enfin autre exclusion, plus forte que dans la consultation du catalogue papier, la nationalité ou la langue : les étrangers manifestent plus de réticence à interroger en ligne. Les données, rassemblant ici des touristes étrangers et des résidents en France, sont trop générales pour qu’on puisse inférer réellement une raison linguistique à cette réticence. Mais Joëlle Le Marec montre à l’évidence à quel point l’exactitude de l’orthographe est plus contraignante dans l’interrogation en ligne que dans la recherche sur catalogue papier : là où l’œil humain adapte et rectifie par le feuilletage, le logiciel refuse (avec des souplesses différentes selon les systèmes, certes).

31Tels sont donc quelques-uns des enjeux que pose d’une manière nouvelle l’introduction des nouvelles technologies dans l’espace public de la bibliothèque. Telles sont quelques-unes des circonstances sociales dans lesquelles sont insérées les pratiques des usagers. Les bibliothèques et singulièrement les bibliothèques publiques sont un des lieux majeurs où peut être affirmé et mesuré un questionnement social et culturel de la technique. N’est-il pas en effet inquiétant de constater que, selon une enquête récente du crédoc, 62,7 % des Français considèrent que « la diffusion de l’informatique est une chose peu souhaitable ou dangereuse » ? Mais cette méfiance (pour irrationnelle qu’elle puisse être parfois) ne devrait-elle pas conduire à s’interroger plus fermement sur les usages dans le souci notamment de ne pas créer des « exclus » des nouvelles technologies, dans le souci d’éviter que des systèmes dits « Opac » ne deviennent parfois trop opaques...

Notes

1 Christian Jacob. « Mémoire, lecture et écriture : autour de la bibliothèque d’Alexandrie. » Intervention au colloque « Mémoires du futur », tenu à la Bibliothèque publique d’information les 3,4 et 5 décembre 1987.

2 L’expression « nouvelles technologies » devrait maintenant être précisée. Elle recouvre trop d’objets, de supports, de matériels, de fonctions, d’objectifs, d’usages différents. Il serait temps de cesser d’employer une expression générique et de savoir, cas par cas, de quoi l’on parle.

3 Sur ces notions de médiateur ou d’ingénieur, sur ces déplacements des modèles de référence dans l’exercice de la profession de bibliothécaire, voir Bernadette Seibel. Au nom du livre : analyse sociale d’une profession, les bibliothécaires. Paris, la Documentation Française, 1988.

4 Jürgen Habermas. La technique et la science comme idéologie : la fin de la métaphysique. Denoël Gonthier, 1978. Les citations ici restituées sont extraites de la préface rédigée par Jean-René Ladmiral.

5 Voir Anne Dujol Le Clair et l’obscur, Bpi, 1985 ou Nicole Robine Les Jeunes travailleurs et la lecture, Dalloz, 1984 ou Elíseo Veron Espaces du livre : perception et usages de la classification et du classement en bibliothèques, collection « Études et Recherche », Bpi, 1990.

6 Voir descriptif de ces deux systèmes en annexes.

7 Les données quantitatives citées ici et données de manière exhaustive en annexes sont celles d’une enquête générale de fréquentation faite auprès des usagers de la Bpi, en mai 1988. Pendant une semaine, un échantillon représentatif de 1 893 personnes a été interrrogé. Ces résultats qui ne concernent pas les seuls usages des catalogues mais l’ensemble des pratiques du public, seront commentés dans une prochaine livraison de la collection « Études et Recherche », Bpi.

8 Cf. Publics à l’œuvre : pratiques culturelles à la Bibliothèque publique d’information du Centre Georges Pompidou par Jean-François Barbier-Bouvet et Martine Poulain. La Documentation Française, 1986.

9 Cf. Patrick Parmentier. Les rayons de la bibliothèque ou comment faire son miel. Bulletin des bibliothèques de France, tome 30, no 1, 1985.

10 Rappelons que l’expression « en ligne » tout comme l’anglicisme Opac (On line public access catalogue), sont impropres à Lise qui est un CDRom. On nous pardonnera cette inexactitude au profit de la commodité de langage.

11 Avec toutes les réserves qu’apporte Joëlle Le Marec quand elle compare l’usage des catalogues informatisés et des catalogues imprimés et qu’elle réaffirme certaines spécificités irréductibles de ces derniers.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search