Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques et autoformation

 | 
Gérald Grunberg
, 
Thierry Grognet
, 
Philippe Carré
, 
et al.

Annexes

Parcours d’autodidactes

Pascaline Blandin

Texte intégral

Valentin Jamerey Duval

  • 1 Chartier (Roger) dir., Pratiques de la lecture, Paris, Rivages, 1985, p. 54.
  • 2 Chartier (Roger) dir., Pratiques de la lecture, op. cit., p. 54.

1Né en 1695, il fugue en 1708, à l’âge de treize ans. C’est au cours de sa première année de pérégrinations qu’« un vénérable ecclésiastique croisé sur la route de Sedaine à Vittel et aussitôt interrogé1 » lui suggère d’apprendre à lire rapidement « cette parole parce qu’elle vient à son heure sera décisive2 ». Cette même année, Valentin saura lire. C’est ainsi qu’il arrive à Clézantaine, au nord d’Épinal, où il demande à ses compagnons bergers qui savent lire de lui apprendre. Il a alors quatorze ans.

  • 3 Livres diffusés par les colporteurs.

2Dès le départ, il baigne dans une culture qui, même si elle est populaire et diffusée par le biais de la bibliothèque bleue3, lui permet de trouver des points de repères lorsqu’il commence à lire. À l’époque, il n’y a pas forcément de séparation entre culture orale et culture écrite. Mais il y a bien une distinction entre culture populaire et culture savante, et, très vite, Valentin s’en rendra compte. Ainsi, il va très rapidement s’apercevoir qu’il existe une autre forme de littérature, et c’est ce qui motivera ses déplacements.

  • 4 Figuier (Richard) dir., La Bibliothèque : miroir de l’âme, mémoire du monde, op. cit., p. 101.

« Toutefois le savoir lire ne suffit pas hier comme aujourd’hui à faire un lecteur régulier et un habitué des bibliothèques4. »

3Mais Valentin se soucie « d’asseoir » ses connaissances et, toujours à Clézantaine, fréquente assidûment le maître d’école et le marguillier de la paroisse.

  • 5 Chartier (Roger) dir., Pratiques de la lecture, op. cit., p. 65.

« Ces personnes d’érudition assurent à son égard un véritable tutorat culturel5. »

4À partir de cette période, Valentin se déplace d’ermitage en ermitage, car c’est dans ces lieux monastiques qu’il trouve à la fois du travail et un accès aux livres.

  • 6 Chartier (Roger) dir., Pratiques de la lecture, op. cit., p. 55.

« L’errance se transforme en exploration systématique des bibliothèques lorraines qui veulent bien s’ouvrir à sa curiosité6. »

5Il lui faudra sept ans pour épuiser les ressources en livres de trois ermitages. Entre-temps, il aura appris à écrire. Ses lectures, « savantes » au départ, touchent au domaine religieux, puis, au gré de ses déplacements, s’orientent vers l’histoire et la géographie. Il commence aussi à acquérir quelques livres dès qu’il en a les moyens.

Jean Marie Deguignet

6Né dans un village près de Quimper, dans une famille de paysans très pauvres, il est obligé de mendier pour se nourrir. Il apprend à lire avec sa mère, qui ne sait lire que trois livres en breton, et une voisine qui fait le catéchisme. À douze ans, il fait sa première communion ; à cette occasion le curé lui offre un petit livre de messe latin/breton, il apprend alors le latin. Par la suite, travaillant comme vacher dans la ferme d’un professeur d’agriculture, il apprend quelques mots de français puis, ayant trouvé une reproduction de l’alphabet, il s’essaye à copier les lettres, c’est ainsi qu’il apprend à écrire. Dès qu’il le peut, il s’engage dans l’armée pour pouvoir voyager et apprendre.

  • 7 Déguignet (Jean-Marie), Mémoire d’un paysan bas-breton 1834-1905, Le Relecq-Kerhuon, Éditions An He (...)

« Je brûlais d’envie, non pas d’être soldat mais de quitter le pays pour m’instruire […]7. »

7Lors de la campagne de Crimée, blessé, il rencontre son mentor sous les traits d’un caporal, son voisin de lit, qui va devenir son professeur. Il peut enfin réaliser son rêve de toujours : être à l’école. Au cours de ses quatorze années d’engagement militaire, il va apprendre trois langues : le français, l’italien et l’espagnol, qu’il parle couramment.

8Les livres jouent un grand rôle dans sa vie : il achète des grammaires pour apprendre les langues. Lors de la campagne du Mexique, en garnison à Durango, il fréquente la bibliothèque où il retrouve les grands auteurs Rabelais, Victor Hugo… ; et où il se fait prêter des livres d’histoire en espagnol pour comprendre ce qui se joue autour de cette campagne du Mexique. Mais il hésite, malgré tout, avant d’y aller :

  • 8 Déguignet (Jean-Marie), Mémoire d’un paysan bas-breton 1834-1905, op. cit., p. 232.

« Une bibliothèque dans ce pays si éloigné, cela me frappa. J’hésitai cependant pour y entrer, car je savais que nous étions là dans le pays des libéraux, des républicains. J’y serai mal reçu sans doute. Cependant le mot bibliothèque avait tant d’attrait pour moi que je résolus d’aller voir ça au risque de m’y faire assassiner8. »

9Arrivé à la fin de sa vie, vivant petitement à Quimper, il sera tenté de fréquenter la bibliothèque. Mais les deux seules fois où il s’y risque à demander un ouvrage d’astronomie, le bibliothécaire lui rit au nez et le renvoie vers le tas des livres au rebus.

Charles Le Quintrec

10Né à Plescop, dans le Morbihan, Charles Le Quintrec est scolarisé, encouragé par ses parents qui n’ont pas été à l’école. Premier en histoire, il obtient de bonnes notes, passe son certificat d’étude et poursuit au collège. Vers l’âge de quinze ans il se découvre du goût pour l’écriture et, en particulier, pour la poésie. À cette même période, trop pauvre pour pouvoir s’acheter des livres, il les vole : c’est Jules Verne, Fenimore Cooper, Melville, Jack London… Lors de vacances à Paris, il découvre Victor Hugo et, nous dit-il :

  • 9 Le Quintrec (Charles), Une enfance bretonne, Paris, Albin Michel, 2000 ; rééd. Paris, Le Livre de P (...)

« À mon insu, Hugo devint mon mentor. J’allai m’inscrire à la bibliothèque municipale pour le lire et dévorer les ouvrages qui évoquent son enfance aux Feuillantines9. »

  • 10 Le Quintrec (Charles), Une enfance bretonne, op. cit., p. 263.

11Il travaille pendant ses vacances et « avec ce qui me restait, j’achetais des livres. Je lisais Hugo bien sûr, Vigny, Musset dont le théâtre passait pour injouable ; Lamartine que j’admirais […] J’étais aussi très friand de poèmes que je trouvais dans l’arrière-boutique de librairies plus ombreuses que des caves10 ».

12Son professeur de français devient son référent culturel et lorsque, malade, il part pour le sanatorium, une correspondance suivie s’établit. Voulant améliorer son écriture, il se plonge dans les quelques deux mille ouvrages de la bibliothèque du sanatorium dotée, l’auteur l’apprendra plus tard, par Roger Martin du Gard d’ouvrages choisis pour leur qualité littéraire et leur humanisme. De retour chez lui, il passe son temps à lire :

« Désormais livré à moi-même et libre de mon temps, j’en profitais pour entrer dans de “vastes” lectures. Je passai en quelques mois de Corinne à la Chartreuse de Parme et du Père Goriot à Mme Bovary, sans parler des chefs-d’œuvres ordinaires qui me tombaient sous la main. Cette façon de lire à table, dans mon lit, à la promenade inquiétait mon père qui me traitait de feignant. »

13Plus tard, après la publication d’un premier recueil de poésie, il rencontrera un nouveau mentor qui l’aidera à trouver son style. De même, sa correspondance avec Hervé Bazin le poussera à écrire des nouvelles et des romans.

Notes

1 Chartier (Roger) dir., Pratiques de la lecture, Paris, Rivages, 1985, p. 54.

2 Chartier (Roger) dir., Pratiques de la lecture, op. cit., p. 54.

3 Livres diffusés par les colporteurs.

4 Figuier (Richard) dir., La Bibliothèque : miroir de l’âme, mémoire du monde, op. cit., p. 101.

5 Chartier (Roger) dir., Pratiques de la lecture, op. cit., p. 65.

6 Chartier (Roger) dir., Pratiques de la lecture, op. cit., p. 55.

7 Déguignet (Jean-Marie), Mémoire d’un paysan bas-breton 1834-1905, Le Relecq-Kerhuon, Éditions An Here, 1998 ; rééd. Paris, Pocket (1 155), 2001, p. 120.

8 Déguignet (Jean-Marie), Mémoire d’un paysan bas-breton 1834-1905, op. cit., p. 232.

9 Le Quintrec (Charles), Une enfance bretonne, Paris, Albin Michel, 2000 ; rééd. Paris, Le Livre de Poche, 2002, p. 95.

10 Le Quintrec (Charles), Une enfance bretonne, op. cit., p. 263.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search