Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques et autoformation

 | 
Gérald Grunberg
, 
Thierry Grognet
, 
Philippe Carré
, 
et al.

Rapport d'enquête sur le public de l'espace Autoformation de la Bpi

L’espace Autoformation de la Bpi, un lieu de recours

Texte intégral

1L’éclatement du modèle traditionnel de la bibliothèque a déjà fait l’objet de nombreuses analyses. Historiens et sociologues ont montré que les bibliothèques ne sont plus seulement des ensembles de collections imprimées réservées à un public de lettrés, mais des espaces désormais largement ouverts, accessibles à des usagers et à des demandes hétérogènes. Emblème de ce nouveau type de bibliothèque - médiathèque

  • 9 La Bpi présente différents traits qui permettent de la classer dans la catégorie des médiathèques s (...)
  • 10 Pierre Bourdieu montre que ce passé a été intégré sous forme de catégories mentales et de relations (...)
  • 11 Voir notamment les travaux d’Eliseo Vérón, Espaces du livre, perceptions et usages du classement et (...)

29, la Bibliothèque publique d’information a été conçue sur un modèle en vigueur dans le monde anglo-saxon, introduit en France par des professionnels militants, farouches partisans de la modernisation des bibliothèques et de son corollaire, le libre accès. Mais si l’usager a désormais la possibilité de déambuler librement parmi les rayonnages, il se heurte à d’autres obstacles d’ordre culturel. Dès le milieu des années soixante-dix, des travaux menés dans le champ de la sociologie de la culture montrent que des dispositions culturelles lient le sujet à son passé, un passé qui ne le prépare pas forcément à acquérir des compétences de lecteur10. D’autres recherches, plus précisément ciblées sur la lecture et sur l’usage des bibliothèques, mettront par la suite en question la capacité des usagers à démêler les arcanes de la classification et des nomenclatures, outils indispensables aux professionnels11.

  • 12 De nombreux articles du Bulletin des bibliothèques de France, par exemple, sont consacrés à ce thèm (...)

3Ces difficultés n’ont pas échappé aux bibliothécaires. La question de l’autonomie de l’usager et de sa formation émerge au début des années soixante-dix comme un axe majeur de réflexion. Ce questionnement se poursuivra durant les deux décennies suivantes ; dans la presse professionnelle, des voix s’élèvent ainsi régulièrement pour insister sur la nécessité de former les usagers12. Au plan de la pratique professionnelle, des procédures de formation se mettent également en place. Dès l’ouverture la Bpi, en 1977, des sessions de formation à différents outils de bibliothéconomie s’organisent (signalétique, documentation et usuels, cédérom, Internet…). Des interrogations sur les possibilités réelles du lecteur à se saisir des ressources que l’on met à sa disposition, sur sa capacité à décoder la signalétique, à se débrouiller au milieu des rayonnages et des écrans, viennent en outre alimenter nombre de débats internes dans l’établissement.

4Les questions liées à l’autonomie du lecteur ne sont donc neuves ni dans la profession, ni à la Bpi. Mais, elles se posent sans doute de façon particulièrement aiguë à l’eaf, espace où les usagers doivent pouvoir non seulement accéder à des fonds culturels, mais mener seuls un apprentissage. Si certains théoriciens, comme Carl Rogers, par exemple, ont montré l’efficacité d’une méthode pédagogique offrant à l’apprenant la possibilité d’adopter une posture active face au savoir, ils ont toujours souligné l’importance des interlocuteurs. Apprendre seul, en effet, n’est pas forcément facile et requiert souvent un certain nombre de compétences. En plus d’une maîtrise au moins minimale des appareils techniques, cette approche suppose une stratégie d’apprentissage, une grande régularité… Or, pour beaucoup d’usagers, l’autoformation n’est pas véritablement un choix pédagogique. L’eaf représente avant tout un environnement à leur disposition, la seule ressource dont ils disposent pour répondre à leur besoin de formation (« Quand je peux faire des cours, je préfère les cours… Mais là, plutôt que de rien faire, je préfère faire des autoformations », homme, quarante ans). L’autonomie s’impose alors comme une règle d’usage d’un espace que je désignerai comme un lieu de recours. Non pas au sens d’un recours en grâce contre l’exclusion ou la misère, mais au sens premier qui lui est conféré par le Robert de la langue française : « Ce à quoi on a recours, le dernier moyen efficace. » Recours doit être compris ici comme un synonyme de ressource.

5Il y a, en effet, de forts enjeux à pouvoir se former et s’autoformer. Ceci est vrai pour les chercheurs d’emploi, les personnes en situation précaire, mais aussi pour les actifs et pour les étudiants. L’eaf, comme le point Emploi, est largement ouvert sur le monde social et professionnel – sans doute plus que d’autres secteurs de la bibliothèque. C’est une sorte de chambre d’écho du monde du travail. En tant que tel, l’espace Autoformation, tout en faisant partie intégrante de la bibliothèque, tend à tirer celle-ci vers une logique de spécialisation, de professionnalisation qui peut parfois entrer en résistance avec la mission généraliste et encyclopédique de l’établissement. Ce faisant, l’espace est porteur de certaines tensions que nous mettrons en évidence tout au long de ce travail.

6Du labo de langues à l’espace Autoformation

  • 13 Anne Volkoff, journée d’étude abf (Association des bibliothécaires français) sur la pluralité cultu (...)
  • 14 Rapport d’activité 2004 de la Bibliothèque publique d’information.

Lorsque la Bibliothèque publique d’information ouvre ses portes, en 1977, la « médiathèque de langues » (c’est ainsi qu’on l’appelle alors), répond aux mêmes critères que l’ensemble de la bibliothèque. Elle constitue un « espace d’auto apprentissage des langues, sans professeur, ouvert à tous, offrant un accès libre et gratuit à un fonds multimédia et encyclopédique13 ». Mais, sur le plan pratique, les méthodes de langue sont en réalité stockées en magasin et il faut nécessairement passer par le bureau d’information pour emprunter cassettes et documents d’accompagnement avant de gagner sa cabine. Depuis la réouverture de la Bpi, en 2000, l’offre en matière d’autoformation s’est considérablement amplifiée et enrichie. L’actuel espace Autoformation, qui regroupe l’ancienne médiathèque de langues (désignée communément comme le « labo langue ») et la logithèque, offre de multiples possibilités de formation : il est loisible à tout un chacun d’apprendre seul une langue étrangère, le solfège ou le code de la route, de se former à la bureautique ou au maniement d’Internet, d’améliorer sa culture générale ou de s’initier à un logiciel comptable. L’offre de langues reste cependant majoritaire, avec mille deux cent seize méthodes (analogiques ou numériques) pour cent quarante-huit langues représentées14. Les autres domaines du savoir sont couverts par des didacticiels : trois cent trente-huit titres en 2004.

Actuellement, l’espace comporte cent vingt cabines individuelles : quatre-vingt-quatre postes informatiques et trente-six postes analogiques (audio-vidéo, dvd) dédiés au seul apprentissage des langues. Les méthodes analogiques sont stockées dans un magasin situé derrière le bureau d’information et communiquées à la demande par les bibliothécaires, tandis que les documents numériques sont directement accessibles sur les postes informatiques, sans médiation humaine obligatoire. En conséquence, ces postes informatiques, désormais supérieurs en nombre, constituent une sorte de « nébuleuse » d’usages pour les bibliothécaires qui n’ont pratiquement pas de relation avec leurs utilisateurs. On dispose cependant de traces d’usages, grâce aux statistiques de consultation. Elles font apparaître – et ceci depuis l’ouverture de l’ancien laboratoire de langues, en 1977 – la très forte demande exercée sur les méthodes de français langue étrangère (fle), qui totalisent à elles seules la moitié des consultations en langues. Les méthodes d’anglais et d’américain, les logiciels de bureautique, le code de la route et les didacticiels relevant des sciences et techniques remportent également un vif succès.

Des informations sur les usagers de l’eaf sont, par ailleurs, disponibles dans la dernière enquête générale de fréquentation, réalisée en juillet et novembre 2003 sur l’ensemble du public de la Bpi. L’exploitation de ces données montre que les usagers de l’eaf présentent des traits spécifiques par rapport à l’ensemble du public. La catégorie étudiant y est moins représentée que dans l’ensemble de la bibliothèque (42 % et 63 %), tandis que la population d’actifs y est plus importante (29,3 % contre 23 %). Mais le chiffre marquant concerne la catégorie des demandeurs d’emploi qui est nettement plus présente à l’eaf (19, 5 %, contre 10 %). Le relevé des motifs de venue est cohérent avec ces données puisque il y est fait état, plus qu’ailleurs, de motifs professionnels (21,8 %, contre 13,7 %). Tout aussi logiquement, l’usager type de l’eaf fréquente, plus que les autres visiteurs, le point Emploi de la Bpi (14, 4 % contre 5 %).

Moins étudiant, le public est également plus masculin que la moyenne des usagers de la Bpi (66,7 % d’hommes contre 49 %). Il semble encore plus assidu que l’ensemble des visiteurs de la bibliothèque (50 % viennent une à deux fois par semaine à l’eaf, contre 38 % pour le public global de la Bpi). La lecture de ces données signalétiques ne manque pas de poser quelques questions. L’eaf attirerait-il une population sensiblement différente du reste de la bibliothèque ? Des personnes qui travaillent ou cherchent un emploi, forcément plus assidues, plus impliquées pour des raisons qui tiennent à leur condition économique précaire ? Les témoignages recueillis durant l’enquête devraient nous permettre d’en savoir plus.

Une offre aisée à s’approprier

7Premier constat : l’eaf, tout comme la Bpi dans son ensemble, bénéficie d’une image positive, tant du point de vue de l’espace décrit comme facilement accessible – malgré la file d’attente – que de l’offre documentaire, perçue comme riche et variée. Cette appréciation n’est pas pour nous surprendre, elle ne fait que corroborer, pour cet espace spécifique, les données issues des nombreuses enquêtes consacrées à la bibliothèque.

Gratuité, accessibilité

  • 15 Evans (Christophe), Camus-viguÉ (Agnès), Cretin (Jean-Michel), Les Habitués. Le microcosme d’une gr (...)

8Nos interlocuteurs apprécient avant tout l’accès libre et la gratuité de l’offre d’autoformation. C’est à l’évidence une des premières raisons de fréquenter l’eaf. Nous retrouvons ici les thèmes déclinés par Les Habitués15 de la Bpi juste avant la fermeture provisoire de la bibliothèque en 1997 : libre accès, facilité d’horaires et gratuité. Tous ces traits participent d’une représentation sociale de la Bpi, fortement partagée par ses usagers. Mais ceci leur paraît sans doute plus frappant encore pour un espace comme l’eaf. Beaucoup de bibliothèques sont gratuites, mais il n’existe pas à notre connaissance d’espace Autoformation, ouvert à tous et gratuit, sur le modèle de la Bpi. Les personnes qui se renseignent au bureau éprouvent fréquemment le besoin de se faire préciser les conditions d’accès aux outils qui leur sont présentés (« C’est gratuit ? »). Elles expriment une sorte d’incrédulité devant ce qui leur est offert et qui ne relève pas de la logique du contrat ou du marché. L’offre de la bibliothèque peut ainsi être vécue comme une sorte de don de l’institution, qui appelle en retour une dette affective et symbolique s’exprimant sous forme de reconnaissance envers l’établissement. Sans l’eaf, nous expliquent-elles, il aurait été beaucoup plus difficile de mener à bien leurs projets :

Enquêteur. – Globalement, que pensez-vous en pensez de cet espace ?

Maurice. – Je le trouve indispensable, je le trouve vraiment hyper utile, indispensable. […] Si je n’avais pas eu ça, ça aurait été beaucoup plus long dans la mesure où, là, j’avais tout à ma disposition gratuitement. Cela, il faut le souligner de manière très importante.

Enquêteur. – Oui, la gratuité…

Maurice. – La gratuité, qui permet l’accès en fait à… C’est quelque chose dont le Centre, la mairie de Paris ou je ne sais pas qui gère ce budget-là… Mais on doit le dire haut et fort.

9Cet endroit est tellement utile, insistent certains, qu’il faudrait le faire connaître :

« Je suis dans mon monde. C’est mon jardin en quelque sorte. (Rires.) C’est devenu mon jardin et mon terrain de jeu et c’est vrai que je pense que beaucoup de personnes comme moi, qui ignorent l’existence de la Bpi… Et je pense qu’il faudrait effectivement… On pourrait faire une campagne publicitaire parce qu’il y a une richesse énorme ici. Il y a beaucoup de gens qui, malheureusement, ne savent pas comment profiter de cela, qui ne demandent qu’à apprendre… Français, étrangers, qui demandent à apprendre dans tous les domaines et le fait de savoir qu’ici, c’est accessible, en libre accès, qu’ils ont un éventail de choix… Je pense que ça pourrait faire un grand bien. » (Bruno.)

La qualité de l’offre

10En outre, l’eaf présente, tout comme l’ensemble de la Bpi, l’avantage de présenter des fonds constitués de façon pertinente :

« En ce qui concerne les avantages, en matière d’accès d’autoformation, de logiciels et de langues, je trouve cela très bien fait. » (Maurice.)

  • 16 Ibid.

11On retrouve là encore un thème fortement présent dans les entretiens réalisés lors de l’été 199716 : l’idée que la libre disposition des ressources de l’eaf relève d’un régime d’abondance. L’offre y est foisonnante et renouvelée régulièrement :

« Quand je suis arrivé ici la première fois, ça m’a semblé vraiment très, très… luxueux, quoi. » (Yvan.)

« Je me rends compte que les programmes qu’on met en place… Il y a des programmes nouveaux… Et tous les six mois, très très souvent. Donc, il y a toujours des nouveaux programmes à faire. Ça, c’est très bien. Très, très, très bien. C’est très agréable. » (Elisa.)

12Certains fonds sont fort appréciés parce qu’ils sont rares :

« C’est aussi le seul endroit, l’espace Autoformation, où, par exemple j’ai pu avoir un dictionnaire français/bambara (rires). Dans le commerce, je n’en trouve pas. » (Josiane.)

13L’offre en didacticiels de bureautique est également évaluée positivement :

« Access et Excel, c’est pas mal comme didacticiels. Photoshop, c’est un tgv, si vous n’y avez jamais touché (rires). Pour s’en servir, je vous mets au défi de pouvoir s’en servir tout de suite après. » (Jacques.)

14Sont également appréciés les didacticiels qui offrent la possibilité de se former à un certain niveau scolaire ou universitaire. Ainsi, cet homme de cinquante-deux ans qui veut passer son baccalauréat :

« Je trouve que les logiciels de mathématiques du cned sont très, très bien faits. Les autres aussi, ceux d’un niveau supérieur également, au niveau des statistiques, etc. Pas de problème à ce niveau-là. Je trouve que c’est très bien fourni, il y a tout ce qu’on cherche. » (Maurice.)

15En revanche, les produits moins courants semblent faire davantage défaut, comme le souligne cet homme d’une quarantaine d’années, au chômage, à la recherche de logiciels spécifiques en informatique :

« En ce qui concerne les formations un peu plus scientifiques, hors cursus scolaire, style électronique, je n’en ai pas trouvées. […] Bon, j’aimerais bien avoir des autoformations un peu plus poussées dans certains domaines. […] Ça serait bien quand même qu’il y ait… Il y a déjà énormément de choses à disposition, niveau autoformation, mais qu’il y ait encore plus de choses, plus techniques. Mais bon, déjà c’est énorme. Enfin tout ce qu’on trouve là, on ne le trouve nulle part ailleurs, déjà… Enfin, peut-être que c’est ailleurs, mais je connais pas, j’ai jamais vu. Déjà, c’est déjà énorme, même le nombre de postes est énorme… Ce que je regrette c’est qu’il n’y ait pas assez d’autoformations, niveau réseaux, réseaux informatiques. Tout ce qu’il y a, c’est un petit peu léger quand même. » (Denis.)

Défauts : les nuisances sonores

16L’expression de cette satisfaction trouve cependant certaines limites, lorsqu’il est question de l’environnement sonore. Qu’il s’agisse de la cafétéria ou des voisins, plusieurs témoignages font état d’un cadre d’activités trop bruyant. Soit, par exemple, ce témoignage :

« Non, non, la cafétéria est très mal située. Ou alors on ne demande pas assez aux gens de respecter un peu plus le silence. » (Maurice.)

17Un des problèmes récurrents de l’espace, c’est que s’y côtoient dans des cabines juxtaposées, des personnes qui se livrent à des activités différentes, voire opposées, comme nous l’explique cette interlocutrice :

Josiane. – Peut-être que… C’est histoire de trouver une critique, hein, mais peut-être qu’on n’est peut-être pas assez isolé, parce que quand on fait des langues en tout cas, des fois il faut se mettre à parler…

Enquêteur. – Hum.

Josiane. – Et le voisin, là, il n’est pas forcément intéressé par ce qu’on apprend, parce que vous dérangez. Là, on peut pas s’exercer à parler à voix haute.

Enquêteur. – Ce n’est pas suffisamment isolé.

Josiane. – Oui. On est obligé un peu de tout avoir… en voix intérieure, donc c’est un peu dommage.

18Cette notion de voix intérieure est intéressante car elle pointe un paradoxe lié aux caractéristiques de l’espace. Les apprenants en langue ne peuvent se livrer à l’entraînement syllabique et phonétique, tel que cet exercice est recommandé par leur méthode de langue, c’est-à-dire par la pratique à voix haute. Une simple promenade dans l’espace permet d’observer les regards agacés de certains usagers, dès que leur voisin s’entraîne à la répétition à haute voix. Des plaintes sont reçues au bureau et les différents qui éclatent dans les cabines ont souvent pour origine le fait que ceux qui se côtoient se livrent à des activités divergentes : les uns ayant besoin de s’exprimer à haute et intelligible voix, tandis que les autres doivent pouvoir se concentrer en silence.

19L’extrait d’entretien suivant montre que le quotidien des usagers est tissé d’interactions qui visent à réguler les nuisances sonores :

Élisa. – La prononciation, au début, on a essayé aussi… Mais aussi, ce qui arrive dans les programmes, qu’il faut répéter, ça c’est très ennuyeux pour les gens. Et donc, on n’ose pas vraiment, parce qu’il faut répéter « Bonjour, bonjour, bonjour, bonjour » une centaine de fois, et on s’écoute et on écoute les programmes. Mais, finalement, on se rend compte que les gens autour… (Rires.) Ça, c’est un problème.

Enquêteur. – Les gens, en fait, vous regardent, on ne peut pas répéter.

Élisa. – Parfois, ils vous tapent sur l’épaule pour vous dire…

Enquêteur. – Ah, d’accord !

Élisa. – Mais je sais bien que c’est un peu ennuyeux. Donc, on n’ose pas vraiment utiliser les programmes pour améliorer la prononciation.

20Comme l’explique un interlocuteur dans l’extrait d’entretien suivant, les usagers ont intériorisé cette contrainte :

Bruno. – Je pense que la prononciation, c’est assez mal adapté. Par exemple, il y avait une personne hier qui faisait de la prononciation… Et c’est assez gênant pour l’entourage.

Enquêteur. – Oui, effectivement.

Bruno. – Donc, j’évite… j’évite… D’ailleurs, je crois que tout le monde évite…

21Globalement, en dépit de ces critiques qui restent marginales, nos interlocuteurs expriment leur satisfaction quant à l’offre. Les visiteurs qui fréquentaient l’ancien laboratoire de langue évaluent très positivement la transformation de l’espace. Celui-ci est, selon eux, plus vaste, moins confiné et présente infiniment plus de ressources. Certains usagers souhaiteraient toutefois trouver précisément – et c’est plus problématique car se pose inévitablement la question du niveau de spécialisation – le produit qui serait ajusté à leurs besoins professionnels, même si ces derniers sont spécialisés. Deux logiques s’affrontent alors. D’une part, l’eaf est un service proposé par la bibliothèque qui offre un ensemble de ressources destinées au plus grand nombre. D’autre part, des individus s’emparent de ce service et souhaitent qu’il s’ajuste de façon plus précise à leurs besoins. Cette tension entre l’offre collective et les demandes individuelles est toujours présente à la bibliothèque et s’accentue avec l’existence des outils numériques qui vont dans le sens d’une individualisation des pratiques. Mais elle est plus prégnante à l’eaf car certaines ressources mises à disposition concernent des univers professionnels parfois très spécialisés. Ceci ne manque pas de créer quelques tensions, dont on peut trouver des traces dans le cahier des lecteurs.

L’eaf : une offre de la bibliothèque ou un espace à part ?

22Alors que l’eaf est souvent décrit par les usagers comme un endroit à la fois « indispensable » et « luxueux », il est frappant de constater que nombre d’entre eux racontent leur découverte de l’espace sur le mode de l’événement fortuit. Gérard, par exemple, s’initie à l’italien, à l’anglais, autant de langues nécessaires à l’exercice de son art (il est champion de karaté, discipline qu’il exerce dans différents pays) et approfondit l’arabe, une langue essentielle pour sa pratique du Coran. Pourtant c’est presque incidemment qu’il découvre les ressources de l’eaf « un jour, en faisant une petite promenade à travers les espaces » – alors qu’il fréquente un autre secteur de la Bpi pour préparer un diplôme d’ingénieur. Son récit est révélateur d’une certaine façon de déambuler dans la bibliothèque, sur le mode de la flânerie urbaine. Certains habitués, interviewés lors de l’enquête de 1997, avaient évoqué, eux aussi, leurs cheminements spécifiques, leurs façons d’inscrire des traces. L’un d’entre eux, par exemple, s’était attribué une place – toujours la même, située entre l’économie et l’histoire – depuis laquelle il traçait des circuits dans d’autres secteurs de la bibliothèque (musique, espace de langues…). On peut ainsi avancer l’hypothèse que nombre de visiteurs découvrent progressivement les ressources mises à leur disposition. C’est-à-dire qu’ils n’obéissent pas seulement à une stratégie documentaire rationnelle qui consisterait à optimiser leurs premières visites en se faisant rapidement une idée de toute la gamme des possibles, mais qu’ils procèdent un peu comme pour la conquête d’un territoire, par annexions successives de lieux et de documents. Un peu au-delà du cadre familier, une zone, jusque-là inexplorée, attire ainsi l’attention de Gérard :

« Ça m’a étonné. C’est ainsi que je suis parvenu à avoir des informations sur la façon dont ça fonctionne… qui consistait à apprendre des langues, je veux dire de manière tout à fait indépendante. » (Gérard.)

23Notre interlocuteur évoque un lieu un peu à part, voire complètement indépendant dans la bibliothèque. Si, pour certains, l’eaf est bien pensé comme un secteur de la Bpi, dans laquelle on peut trouver des ressources spécifiques mais complémentaires de l’offre générale de la bibliothèque, parfois en revanche, l’eaf est conçu comme un endroit autonome, ouvert sur la ville et sur une série d’autres lieux (anpe, cybercafés…). Nous allons présenter des témoignages d’usagers qui exemplifient ces deux formes de représentations.

Une offre complémentaire

24Pour ceux qui utilisent l’eaf en complément de l’offre de la bibliothèque, l’eaf représente souvent un espace de détente qui ponctue des séances de travail.

25Nathalie, par exemple, qui connaît une période d’immersion dans la bibliothèque – elle prépare activement un concours pour devenir attachée à l’insee –, fréquente alternativement les rayons du secteur mathématique et l’eaf :

« Dans la bibliothèque, je viens à partir de 14 heures jusqu’à 22 heures. Mais au centre d’autoformation, j’y vais à partir de 20 heures, 21 heures… Le soir… Parce que j’ai besoin de me détendre et l’anglais ça s’y prête bien. » (Nathalie.)

26L’eaf peut ainsi être utilisé comme un lieu de récréation, que l’on investit en fin de journée. Outre le fait que la langue anglaise peut fonctionner comme une discipline exotique, pour quelqu’un qui travaille d’arrache-pied les mathématiques, c’est aussi, probablement, la dimension jubilatoire de l’image et la fonction ludique de l’activité de « navigation » qui permettent de s’approprier l’écran comme un intervalle de jeu. Nathalie, qui a d’abord utilisé l’espace Autoformation pour se perfectionner en anglais a ainsi étendu son programme :

« Au début, je ne suis venue que pour l’anglais… Et après je me suis amusée à naviguer sur le site et c’est comme ça que j’ai compris qu’il y avait de la culture générale. » (Nathalie.)

27Plutôt que de parler d’un second type d’utilisation de l’espace, on évoquera une autre attente qui pourrait devenir, si l’offre se diversifie dans le domaine de la culture générale, un usage en cours de construction. Certains usagers cherchent, par la médiation de l’informatique, à se simplifier l’accès aux documents. Malik, étudiant en théologie, vient consulter des cédéroms d’anglais et d’histoire, après avoir commencé à chercher des livres dans les rayons de la bibliothèque. Attiré par la batterie d’écrans, il se représente l’eaf comme un lieu où sont accessibles, plus facilement qu’à d’autres endroits de la bibliothèque, les ressources culturelles dont il a besoin. Alors qu’il avait éprouvé des difficultés à trouver les ouvrages qu’il cherchait dans les rayonnages – il ne maîtrise guère, manifestement, l’utilisation du catalogue informatisé – il découvre à l’eaf un cédérom de culture générale, qu’il va désormais consulter régulièrement. Si pour lui l’eaf est bien un lieu complémentaire des autres secteurs de la bibliothèque, cette complémentarité est un peu fantasmée car l’image qu’il se fait de l’espace est celle d’un pôle pédagogique où l’accès à la culture et à l’information est plus aisé parce que médiatisé par les écrans.

« En fait, dans ma scolarité, je n’ai pas appris grand-chose au niveau de l’histoire, je dirais. J’ai juste appris les axes, en fait, mais je veux vraiment approfondir certaines choses que je n’ai pas apprises. Je me rends compte aujourd’hui qu’il y a vraiment des vides, des espaces que je comprends pas dans l’histoire, que je ne connais pas. Mais ça, c’est ce que j’essaye de combler aujourd’hui… » (Malik.)

28La démarche de ce jeune homme est exemplaire d’un profil d’usager peu familiarisé avec les outils de la bibliothèque (catalogue, bibliographie) et qui préfère utiliser un cédérom présentant une vision synthétique de périodes historiques qu’il connaît mal.

29Autre type d’usage complémentaire de l’eaf : l’utilisation du traitement de texte dans une fonction de prise de notes en complément de la consultation des fonds de la bibliothèque. Clémentine, qui suit une formation pour devenir auxiliaire de puériculture, décrit sa méthode de travail :

« Je viens tous les jours pour taper des textes. Comme ça, quand je rentre chez moi, je suis tranquille pour les réviser. Ce sont des livres que je trouve ici. Et il y a beaucoup de livres intéressants. Je prends des notes… Je lis le livre d’abord, avant de venir ici. Je lis pendant plusieurs jours. J’écris les pages, tout ça, et après je commence à taper. » (Clémentine.)

30Cette façon d’utiliser l’eaf comme une sorte d’atelier de prise de notes sous forme dactylographiée a été mentionnée par plusieurs interviewés, ce qui montre qu’elle correspond probablement à un usage stabilisé. L’offre en logiciels de traitement de texte permet à des personnes non équipées en micro-ordinateur personnel de bénéficier de la possibilité de présenter leurs travaux dans un format qui constitue désormais la norme dominante dans la plupart des situations sociales et, notamment, dans les cursus universitaires. Or cette utilisation de l’eaf relève d’une logique différente de l’apprentissage défini comme la fonction essentielle de l’espace. Peut-on la considérer comme un détournement ? C’est, en tout cas, une utilisation intéressante à étudier.

Un usage exclusif, « la salle d’autoformation »

31A contrario, certains utilisateurs fréquentent exclusivement l’eaf. Monique, par exemple, vient apprendre l’italien et ne s’intéresse guère au reste de la Bpi. L’eaf constitue aussi pour elle un espace de sociabilité. Elle y a pris des habitudes :

Monique. – J’ai fait seule la première série et j’ai commencé la deuxième, de perfectionnement. Mais je trouvais que c’était un petit peu factice, disons, alors je suis venue. Je suis venue avec une copine ; on s’est entraînées à venir à deux, toutes les deux pour l’italien. Donc on y vient depuis le mois de septembre. On essaie d’être régulières, deux fois par semaine. Le lundi et le vendredi, habituellement.

Enquêteur. – Comment vous avez connu l’espace ?

Monique. – Par une voisine au-dessus. Son mari est péruvien et il est donc venu, il a appris le français ici. […] Et donc, je lui disais que j’apprenais l’italien toute seule à la maison, que j’aurais bien aimé pouvoir me réécouter et tout ça, il m’a dit : « Mais il faut aller à l’espace Autoformation à Pompidou. » […] Et, c’est avec plaisir, ce matin, que je me suis dit : « Tiens, cet après-midi, je vais… à Beaubourg, retrouver auto-italien. »

32Sun-Yu, jeune étudiante chinoise, vient elle aussi à la Bpi uniquement pour se former au français (langue étrangère), tandis qu’elle préfère, pour ses études, fréquenter la BnF, plus calme, plus silencieuse. Élisa est venue conseillée par un voisin colombien. Elle se rend à l’eaf deux fois par semaine, mais ne s’intéresse guère aux autres espaces de la Bpi. Nombreux sont les apprenants du « français langue étrangère » qui fréquentent l’eaf de façon exclusive. Ils sont dirigés vers l’espace par des membres de leur communauté linguistique, ou par des personnes qu’ils ont rencontrées dans d’autres lieux de formation, (associations ou centres pour étrangers). Cette fonction/ressource de l’eaf, dans les réseaux d’immigrés récents est bien connue du personnel en poste au bureau d’information. Différentes communautés linguistiques se côtoient à l’eaf. Selon la variation des flux migratoires dans la bibliothèque, il y a parfois des périodes de pénuries de méthodes d’arabe ou de russe. L’eaf est identifié comme un lieu incontournable par certaines communautés.

33Phénomène moins connu, mais qui apparaît progressivement, alors que les logiciels de bureautiques se multiplient, l’eaf commence à être repéré comme un lieu ressource dans ce domaine. Ainsi, Bénédicte vient compléter une formation à Excel qu’elle a suivie dans le cadre de cours municipaux d’adultes. Elle explique qu’elle éprouve le besoin de faire des exercices de révision, faute d’avoir pu s’entraîner suffisamment longtemps dans le contexte des cours municipaux. Elle nous signale qu’elle fréquente régulièrement l’espace alors qu’elle « n’était pas particulièrement attirée par le Centre Beaubourg ». Mais l’eaf fait à présent partie intégrante du circuit dans lequel elle s’est engagée lorsqu’elle a décidé de se former en bureautique :

« J’ai été conseillée à la Géode. En cherchant quelque chose sur une revue, j’ai vu des gens travailler sur l’ordinateur et je leur ai demandé si l’on pouvait s’entraîner et on m’a dit : “Ici non, mais au Centre Beaubourg, oui”. » (Bénédicte.)

34Elle-même, par la suite, a conseillé, lors de ses stages « la salle d’autoformation de Beaubourg », une idée que l’animateur de la formation lui-même a repris : « Le prof a dit “Ah oui, c’est une bonne idée de le dire parce que, dorénavant, je le dirai aux gens quand ils n’auront pas d’ordinateur”. C’est quand même une façon d’apprendre pour ceux qui n’ont pas d’ordinateur… » Geneviève, interrogée par ailleurs, emploie une terminologie qui illustre bien le statut un peu à part de l’eaf. Elle parle de « salle d’autoformation » ; un autre usager, envoyé par une bibliothèque municipale pour se former en langues, parlera de « salle de recherche ».

35Marie-Chantal, qui fréquente elle aussi exclusivement l’eaf, est venue pour s’exercer au logiciel Photoshop. Elle a identifié « Beaubourg » comme un lieu susceptible de lui fournir les ressources qu’elle recherche « parce qu’il s’agit d’un centre culturel » et qu’il lui semblait logique d’y trouver le logiciel photo dont elle avait besoin. Elle n’envisage pas, même dans l’avenir, de fréquenter les autres secteurs de la bibliothèque.

« Entre la manipulation et la formation… », une cartographie des lieux de recours

36L’eaf est donc perçu parfois comme un espace qui fait pleinement partie de la bibliothèque, mais parfois aussi comme un endroit à part, dont la fréquentation prend sens en relation avec d’autres lieux. Certaines personnes viennent parce qu’elles repèrent la Bpi dans le cadre d’un circuit plutôt étranger au monde des bibliothèques. À la lecture de certains entretiens, on peut ainsi retracer des cheminements par lesquels les usagers naviguent entre différentes institutions pour trouver les ressources qui leur font défaut – l’anpe, des centres de formation – en dessinant dans la ville des cartographies des lieux de recours. Ainsi, cette femme d’une quarantaine d’années, cherche à trouver un emploi dans ce qui constituait son premier domaine de compétence, le graphisme. Elle n’a rien d’une personne marginalisée ou rencontrant des difficultés d’intégration sociale au sens classique. Pourtant, elle se trouve provisoirement « sur la touche », parce que, ayant cessé d’exercer dans ce domaine durant quelques temps, elle est aujourd’hui confrontée à l’évolution technique des outils graphiques. C’est ce qui l’amène à la l’eaf.

« En fait, j’habite à Sceaux et c’est vrai qu’il y a une mjc juste à côté où ils ont le logiciel sur lequel je peux travailler avec quelques conseils, mais pas d’assistance… Donc je suis obligée de me débrouiller toute seule. Donc, en fait, je suis allée voir à Beaubourg pour consulter le logiciel Photoshop. Et après, j’ai travaillé toute seule sur ce logiciel que je ne connaissais pas, puisque je n’ai jamais fait d’informatique et, comme il y avait un jeune homme qui m’assistait plus ou moins, eh bien il y a des choses qu’il voulait m’expliquer et d’autres non. Donc j’ai demandé deux ou trois tuyaux à un copain et après je me suis débrouillée toute seule. Et là, je me le repasse pour essayer de voir s’il n y a pas des menus qui m’échappent. » (Marie-Chantal.)

37Plutôt qu’un simple cheminement débouchant sur une remise à niveau, c’est une véritable progression qui est tracée ici depuis la mjc à proximité du domicile, jusqu’à l’eaf. La fréquentation de ces lieux, à laquelle s’ajoute les « tuyaux d’un copain » sont autant d’éléments que notre interlocutrice a intégrés dans une stratégie qui vise à la rendre de nouveau opérationnelle dans son métier. Louis, secrétaire administratif, souhaiterait, quant à lui, devenir documentaliste. Il fréquente le bureau de la formation du ministère, mais les stages lui sont accordés au compte-goutte car ses supérieurs hiérarchiques ne sont pas favorables à son projet. Lui aussi cherche des ressources à l’eaf. Mme Massé voudrait savoir utiliser Internet. Elle apprend les bases dans une maison de quartier à La Varenne et vient s’exercer aux didacticiels à la bibliothèque.

38Ces usagers savent, bien sûr, que l’eaf fait partie de la bibliothèque, mais c’est un savoir d’arrière-fond. Le cadre immédiat de leur activité à l’eaf prend place dans une stratégie d’accumulation de ressources, tout à la fois ressources techniques (accès à un traitement de texte, accès à Internet) et ressources en termes de formation et d’amélioration de ses compétences.

39La géographie des « lieux de recours » ne comprend pas seulement les établissements « en dur », mais elle devrait pouvoir s’étendre aux lieux accessibles sur le web. Nous avons rencontré, en effet, quelques usagers qui se réfèrent à ces deux univers :

« [Je travaille dans le domaine de l’informatique], les langages de développement et la bureautique aussi. Je regarde ce qui m’intéresse dans les postes. […] J’ai suivi des cours il y a très longtemps en 1991, et c’était vraiment des cours de base […]. Par la suite, j’ai vu que j’accrochais vraiment en informatique et donc, tout seul en partie et via Internet Ensuite, j’ai eu accès à pas mal de ressources qui m’ont permis d’évoluer aussi de cette manière-là… Je participe à certains forums sur le développement. » (Bruno.)

Peu d’autres endroits où se former

40Dans cette cartographie, l’eaf occupe une place assez unique, notamment chez ceux qui fréquentent l’espace pour des motifs professionnels – dans le but de trouver un emploi, mais aussi pour évoluer dans leur carrière. De nombreux témoignages soulignent la rareté des formations en entreprise, surtout lorsqu’on occupe une position peu élevée dans la hiérarchie :

« Il n’y a pas beaucoup d’occasions de se former. On ne se forme pas, faute de moyens… Le monde évolue et on a pas les moyens de faire des formations. […] J’ai été secrétaire de direction de 1986 à 1992. Dans l’entreprise où j’ai travaillé jusqu’en 1999, je n’ai jamais eu le droit d’avoir une formation en informatique. La direction n’accordait pas de formation en interne. C’était toujours les cadres qui avaient la priorité. Je crois que savoir ce que les autres ne savent pas, avoir la connaissance, cela donne un pouvoir sur les autres. »

41Aujourd’hui, au chômage, Geneviève a pris l’habitude de venir suivre des formations en bureautique et en langues :

« Oui, ici, même les gens qui n’ont pas les moyens peuvent venir. Et puis il y a de bons produits : pour moi, les cassettes d’anglais. Le matériel est bon. J’ai pu travailler pendant dix jours, trois heures par jour et préparer un entretien d’embauche. » (Geneviève.)

42Nicole, qui a passé la majeure partie de sa vie professionnelle comme personnel intérimaire, livre un témoignage assez proche :

Nicole. – En intérim c’est sûr, on nous apprenait aussi, on nous formait un peu, mais c’était à la vitesse grand V. Pour pouvoir vous envoyer tout de suite chez le client… Alors, évidemment, c’était la motivation. Il fallait apprendre vite, il fallait être performant.

Enquêteur. – Donc, vous veniez vous former ici ?

Nicole. – Voilà, tout à fait.

  • 17 Les revendications des syndicalistes ont toujours cherché à mettre en évidence l’inégalité d’accès (...)

43On peut se demander pourquoi, à en croire nos interlocuteurs, les formations constituent des denrées si rares, alors même que des dispositifs légaux existent. On peut avancer plusieurs hypothèses. Parmi ceux qui auraient besoin de suivre des apprentissages, certains ne peuvent en bénéficier, soit parce qu’ils n’entrent pas dans le cadre catégoriel prévu par la loi (intérimaires, chômeurs), soit parce qu’ils n’occupent pas les postes prioritaires dans l’entreprise17. Par ailleurs, la réalité sociale déborde le cadre juridique, notamment en raison des changements technologiques qui ont affecté notre société ces trente dernières années. Ce contexte aurait nécessité des investissements considérables dans le domaine de la formation. Or, localement, dans le contexte économique de pénurie que l’on connaît, de telles priorités ont rarement été accordées aux politiques de formation. Cet interlocuteur évoque ici les difficultés rencontrées pour pouvoir bénéficier des maigres ressources existant dans un cadre social :

Françoise. – Quant à trouver un stage avec [l’anpe] et puis les outils de formation… Les outils de formation, je n’en ai jamais eu à disposition et se former… Bon, oui, si on se bagarre pour l’obtenir, tandis que là on sait qu’on va trouver.

Enquêteur. – Hum, hum.

Françoise. – Non, il y a une chose, ici, c’est que la porte est ouverte à tout le monde, il suffit d’être correct ici. Bon, il faut peut-être savoir aussi se débrouiller seul…

44Pour acquérir des compétences qui leur sont nécessaires, ces personnes, à un certain moment de leur trajectoire sociale ou professionnelle, vont s’efforcer de combiner au mieux les opportunités qui s’offrent à elles. Les ressources qui y sont fournies sont d’autant plus appréciées, qu’il existe très peu de lieux de formation de ce type.

« D’après ce que je vois, c’est unique à Paris, apparemment. […] Justement, j’aimerais bien, en fait, que d’autres espaces s’ouvrent afin de décharger celui-ci, en fait, ce qui est logique. Il en faudrait au moins trois dans Paris. Un dans le centre de Paris, c’est le cas de figure avec Beaubourg, un autre dans le nord, nord-est de Paris avec La Villette, et je pense qu’il en faudrait un troisième. C’est le minimum du minimum. » (Maurice.)

45De manière plus inattendue, l’espace offre également une alternative aux étudiants. Ivan, par exemple, vient à l’espace Autoformation car il a besoin d’apprendre le slovène, mais aussi parce qu’il veut se perfectionner en allemand. Cette langue, il l’avait apprise au lycée, mais n’avait pu à son grand regret, poursuivre son apprentissage dans l’enseignement supérieur. Pour lui, la Bpi vient « pallier un manque de l’université » :

« Vous voyez, des langues comme le slovène, qui sont peu étudiées… Il y a très peu de possibilités pour l’apprendre en France. […] On s’en aperçoit ici, on a pas mal d’étudiants qui viennent aussi pour apprendre la bureautique parce que c’est pareil… L’université n’assure pas de ce point de vue-là. Je peux vous dire qu’à l’université je n’ai jamais, on ne m’a jamais appris à me servir d’un ordinateur et j’ai raté la mention “très bien” de la maîtrise parce que ma maîtrise était mal tapée. Parce que je l’ai fait taper par quelqu’un et que ça n’a pas été très bien tapé. J’avais vu un ordinateur, mais je n’avais jamais tapé à un ordinateur il y a encore quatre ou cinq mois, j’ai dû le faire par moi-même. Alors que c’est pas difficile, mais si on vous apprend pas… » (Ivan.)

Quel serait l’espace de travail idéal ?

46Geneviève, à la recherche d’un emploi, doit répondre à des annonces et réaliser des entretiens d’embauche. Elle se rend régulièrement à l’anpe, fréquente également un cybercafé et vient presque tous les jours à l’eaf.

Geneviève. – Je vais à l’anpe. On a droit à 1 h 25 par semaine. Il y a six postes pour des personnes qui viennent de plusieurs arrondissements. On peut éditer des disquettes, éditer des cv, mais en 1 h 25, c’est juste. Ça prend du temps. On sait le faire au bout d’un an, mais c’est quand on démarre sa recherche d’emploi, qu’il faut être performant. En 1 h 25, j’ai juste le temps d’aller sur des sites que je connais. On a les bras coupés. On nous donne un élan et après rien… Par contre, ce qui est bien, à l’anpe, c’est que l’on est suivi dans notre recherche par un cabinet conseil. Ils nous donnent de nouvelles idées, nous mettent en phase avec ce qui pourrait exister. On peut élargir notre recherche par rapport à notre expérience. […] Moi, j’ai quarante-huit ans… je fais beaucoup de recherches spontanées. Cela demande quatre à six heures par jour. Pour dix lettres manuscrites, il faut trois heures… On a l’impression que l’on est dans un monde où ça va vite, mais en fait pas du tout. […] Ici, je viens préparer, réviser mon anglais pour les entretiens… Il y a de bons produits. […] [Pour la bureautique] le problème est qu’on ne peut pas insérer de disquette. Moi, j’ai mon cv… Je vais travailler dans un cybercafé. Ils ne vous laissent pas non plus utiliser votre disquette. Ils prennent eux-mêmes votre document et l’installent sur le disque dur, en documents partagés…

Enquêteur. – Que serait l’espace de travail idéal pour vous ?

Geneviève. – J’ai mon CV sur ma disquette. Il est mis sur le disque dur. J’ai aussi ma lettre de motivation. Quand je consulte les annonces qui m’intéressent, je peux préparer un mail et adapter ma lettre de motivation.

Enquêteur. – Il faut aussi Internet alors ?

Geneviève. – Oui, il faut Internet, plus un e-mail. Si j’ai une annonce, je fais une copie, j’ajoute mon cv + une lettre de motivation adaptée selon l’annonce. Il faut Word pour ça. D’autres gens peuvent avoir Excel, ça fait partie des bateaux…

Enquêteur. – Les incontournables ? Mais ça, vous pouvez l’avoir à l’anpe ?

Geneviève. – Oui, mais à l’anpe, il n’y a pas le suivi, ça manque de lieu où l’on puisse pratiquer. Si vous ne savez pas ce que ça rend quand on imprime… Il y a un aperçu avant impression, mais ça ne suffit pas. La relecture est importante. Ce que l’on fait dans les stages ne suffit pas. Dans aucun stage, on ne peut imprimer. Il faut pouvoir refaire la manipulation. S’il y avait ici un animateur qui s’occupait de vous, et vous aidait aux manipulations…

Enquêteur. – Oui, mais justement ici, c’est un espace d’autoformation.

Geneviève. – Oui, mais ce serait une petite formation qu’on ne voit pas… Entre la manipulation et la formation… Et puis il y a des heures… Si vous aviez quelque chose après 19 h 00-19 h 30… On a besoin de se former en entreprise. Il faut être au top. Si ce n’est pas vous, ce sera quelqu’un d’autre. On vous jette. On est interchangeable. Pourtant il y a certaines compétences qu’on a acquises. On est sûrement plus utile à la place qu’on occupe que quelqu’un d’autre, mais ils s’en fichent… Ils vous jettent. Même en ayant un poste à l’heure actuelle, on est en cdd. On est en cdd en permanence. C’est important de continuer à se former. Et puis c’est important d’aller vers des choses qui nous motivent. On est tellement ballotté en entreprise… Aller vers ce qu’on est, ça donne une force. Dans l’entreprise, on vous enlève de l’énergie.

47L’espace de travail idéal, représenté ici, est une sorte de compromis entre l’atelier de l’anpe qui offrirait à cette jeune femme la possibilité d’être conseillée, le cybercafé – espace payant –, dans lequel elle peut travailler facilement sur ses propres documents et l’eaf, où elle prépare ses entretiens d’embauche.

48Pour ce faire, outre le poste informatique, Geneviève souhaiterait avoir accès à une connexion à internet. En effet, pour envoyer des curriculum vitæ et préparer des entretiens, il est indispensable aujourd’hui de pouvoir consulter des annonces et d’envoyer son cv via Internet. Outre le fait que nombre d’annonces ne sont consultables que par messagerie, les cv et lettres de motivations ne peuvent, bien souvent, être adressés que par le canal numérique. Des interlocuteurs ont souligné que cette contrainte représentait pour eux un obstacle important et souvent décourageant.

49On observera que cette représentation de l’espace de travail idéal laisse une place non négligeable au personnel, évoqué sous la forme d’un animateur offrant une médiation avec l’environnement technique. Or, curieusement, nous allons voir qu’il existe un hiatus entre ces attentes d’accompagnement parfois assez poussées, et la façon dont les usagers pratiquent l’espace.

Notes

9 La Bpi présente différents traits qui permettent de la classer dans la catégorie des médiathèques si l’on s’appuie sur les propriétés mises en évidences par Anne-Marie Bertrand pour caractériser ce modèle de bibliothèque : des espaces de consultation vastes et accueillants, des collections abondantes et en libre accès, un personnel en mesure de faciliter la médiation. Anne-Marie Bertrand, Bibliothèques territoriales, Identité et environnement, Paris, CNFPT, 1996.

10 Pierre Bourdieu montre que ce passé a été intégré sous forme de catégories mentales et de relations affectives qui sont incorporées par le sujet. Voir, notamment, La Distinction : critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

11 Voir notamment les travaux d’Eliseo Vérón, Espaces du livre, perceptions et usages du classement et de la classification en bibliothèque, Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information/Centre Pompidou, 1990, et de Joëlle Le Marec, Dialogue ou labyrinthe, la consultation des catalogues informatisés par les usagers, Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information/Centre Pompidou, 1990.

12 De nombreux articles du Bulletin des bibliothèques de France, par exemple, sont consacrés à ce thème : Geneviève Guilhem, « Le temps de lire, la formation la lecture dans l’Essone », Bulletin des bibliothèques de France, t. 30, no 3-4 1985, p. 258-265 ; Blaise Cronin, « Des formations de l’utilisateur », Bulletin des bibliothèques de France, t. 30, no 2 1985, p. 138-143. En 1995, un numéro de la revue est intitulé : Information, formation des utilisateurs, (t. 40, no 1), un autre en 1999 : La formation des usagers (t. 44, no 1). À partir du milieu des années quatre-vingt-dix, le thème de la formation des usagers aux outils multimédias apparaît régulièrement. Citons, notamment, l’article de Dominique Baude « Formation aux cédéroms à la Bibliothèque publique d’information », dans ce numéro du Bulletin des bibliothèques de France consacré à la formation des usagers (p. 32-34), et l’article de Josepha Link-Pezet et d’Élisabeth Lacombe « La formation de masse aux outils d’information électronique », dans Bulletin des bibliothèques de France, t. 40, no 5, 1995.

13 Anne Volkoff, journée d’étude abf (Association des bibliothécaires français) sur la pluralité culturelle, avril 2004.

14 Rapport d’activité 2004 de la Bibliothèque publique d’information.

15 Evans (Christophe), Camus-viguÉ (Agnès), Cretin (Jean-Michel), Les Habitués. Le microcosme d’une grande bibliothèque, Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information/Centre Pompidou, 2000.

16 Ibid.

17 Les revendications des syndicalistes ont toujours cherché à mettre en évidence l’inégalité d’accès aux formations prévues dans le cadre de la loi de 1971, qui exclut les personnels les moins qualifiés et ceux qui travaillent dans les petites entreprises.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search