Version classiqueVersion mobile

Bibliothèques et autoformation

 | 
Gérald Grunberg
, 
Thierry Grognet
, 
Philippe Carré
, 
et al.

Actes du colloque Bibliothèques et autoformation

État des lieux de l’autoformation dans les bibliothèques françaises

Michel Fauchié

Texte intégral

1Bonjour à tous. L’enquête que l’Association pour le développement du document numérique en bibliothèque (addnb) a voulu mener de concert avec la Bpi sur les espaces d’autoformation en bibliothèque constitue un riche gisement d’informations et de réflexions dont nous ne verrons qu’une partie aujourd’hui : manque de temps et nécessité d’approfondir les résultats. Il faut donc la lire à la fois sous son aspect quantitatif : cent réponses, dont plus de soixante à soixante-dix exploitables, c’est-à-dire un certain nombre de données précises et d’autres plus vagues, mais qui nous renseignent aussi sur la difficulté à répondre à ce type d’enquêtes, puis à au niveau qualitatif, en tentant de porter quelques réflexions pour l’avenir.

2Donc vingt-six questions, un questionnaire diffusé en septembre, cent réponses exploitables. Cela appelle une première remarque sur le périmètre de l’enquête. On va constater que ce sont principalement des bibliothèques municipales qui répondent ainsi que des bibliothèques de prêt (bdp). Et ensuite, quasiment à l’unité, des communautés de communes, commissions d’entreprises, grands établissements et bibliothèques universitaires. Notre champ recouvre donc principalement des bibliothèques municipales et des bdp qui, sans doute, pratiquent également des espaces autoformation à travers les différents établissements. Sur la carte de France, on observe que les espaces qui ont répondu sont répartis de manière très inégale. Apparemment les Bretons boudent un peu la chose, le centre de la France aussi, tout comme le Sud-Ouest… L’Est a très bien répondu et nous voilà dans une sorte de couloir qui comprendrait le Rhône-Alpes, à l’est, l’Alsace Lorraine, la région parisienne et un petit peu le Nord.

Tranches de population

3Si l’on s’intéresse maintenant au critère des tranches de population, on voit qu’une grande majorité (44 %) correspond à des groupements de dix à cinquante mille habitants, autrement dit à des bibliothèques de taille moyenne, non pas forcément de très grands établissements. C’est un enseignement que nous pouvons conserver. Viennent ensuite ceux de moins de dix mille habitants. Et enfin, les moins de cent mille habitants, qui les suivent ensuite de près. Donc, d’une part, des bibliothèques moyennes et, ensuite, soit des plus petites dans des villes, soit des plus grandes donc accessibles à tous.

4Si l’on regarde maintenant la carte des populations pour déterminer comment se répartissent les bibliothèques qui ont répondu à l’enquête, on obtient une carte relativement semblable à celle de tout à l’heure, mais avec quand même des poches. Dans plusieurs départements aucune bibliothèque municipale n’a répondu. C’est assez frappant et il y a vraisemblablement d’autres raisons que le manque de temps pour expliquer cette absence de réponse à l’enquête. Ce sont peut-être aussi des besoins différents, l’existence ou non d’espaces d’autoformation dans ces régions, voire des questionnements sur leur développement qui ont empêché ces établissements de répondre.

Conditions de création des espaces Autoformation

5Comment ces espaces d’autoformation se présentent-ils ? Nous constatons pour 32 % qu’ils existent déjà, pour 11 % qu’ils sont en projet, que pour 52 % des bibliothèques il n’y a pas de projet et 1 %, ce qui est très petit, reste non renseigné. Autrement dit, une bibliothèque sur deux répondant à cette enquête dit qu’elle n’a pas de projet d’espace Autoformation. Ou bien, pourrait-on dire plutôt que la moitié de ces bibliothèques ont soit un service existant, soit un projet en cours.

6Pourquoi des espaces sont-ils créés, comment sont-ils créés ? Nous avons déjà parlé de volonté politique, mais les réponses qui nous sont données montrent justement que c’est l’établissement lui-même qui a décidé dans 73 % des cas de créer les espaces d’autoformation, ce qui est assez surprenant. Ces espaces n’ont été créés qu’à 13 % seulement à la demande des élus. Cela signifie donc sans doute que les bibliothèques municipales ont une assez grande liberté d’initiative qui s’est ici traduite par la création d’espaces. C’est une leçon intéressante à retenir.

7Ces espaces sont-ils labellisés ? Pour la grande majorité (68 %), il n’y a pas de label de type Cyberbase ni ecm (16 %), ni epn (8 %). L’absence de label traduit à la fois une grande liberté dans la construction, mais aussi une absence de réseau. Et c’est peut-être l’une des difficultés qu’il faudra pointer à l’avenir.

Fonds des espaces Autoformation

8Comment sont constitués les fonds multimédias des espaces ? Les langues étrangères occupent quasiment un quadrant de l’ensemble du fonds multimédia, suivies de près par la bureautique, puis par les savoirs de base, le français et l’économie. Le tout étant divisé en parts assez égales. Le gros du peloton est bien entendu constitué par les langues étrangères, ce qui était attendu. En revanche, la bureautique qui le rejoint est quelque chose de plutôt nouveau cette année.

9Si l’on regarde la répartition par domaines, les langues sont en tête – je prends ici un total de citations et de classements sur l’ensemble des bibliothèques. Ensuite arrive la bureautique qui est rattrapée par les sciences et techniques – ce qui est également assez nouveau – qui viennent s’intercaler entre la bureautique, les savoirs de base et le français langue étrangère. Dans le palmarès des domaines, on retrouve en effet les langues et la bureautique : c’est ce que l’on a vu avec le français.

10Et si on s’attache à la répartition par support, on remarque que les cédéroms occupent 61 % des supports, mais que l’on en voit arriver d’autres. Et notamment les sites gratuits (18 %), les sites payants (3 %), soit 21 %, ce qui s’impose comme une vraie ressource à la fois en ligne et sur place. Les dvd ne représentent que 4 % seulement des supports, et les cd audio résistent assez bien.

11Les cédéroms se répartissent, comme on l’a déjà noté, dans la majorité des cas, entre langues étrangères, bureautique et sciences et techniques, mais ils sont rejoints dans ce classement par huit pratiques qui, tout à l’heure, n’arrivaient pas tout à fait en tête. Autrement dit les cédéroms présentent apparemment encore un grand intérêt pour l’autoformation en matière de vie pratique, alors qu’on aurait pu penser, par exemple, que les sites Internet étaient des outils parfaitement adaptés. Si l’on observe maintenant la répartition des sites Internet payants, on retrouve les langues étrangères, la bureautique et puis le français langue étrangère. Ce qui était donc plutôt tenu auparavant par vie pratique ou sciences et techniques n’est plus en tête du palmarès. Il y a à nouveau un glissement, comme si certains supports étaient mieux adaptés à certains domaines que d’autres. Et si l’on s’intéresse aux sites gratuits, ce sont les sciences et techniques qui ressortent le plus, domaine qui semble le plus demandé, le plus adapté, toutes choses étant égales par ailleurs. Après les sciences et techniques, on retrouve aussi bien les langues étrangères que les savoirs de base, le français langue étrangère, la vie pratique, etc. Autrement dit, dans les ressources de sites Internet accessibles gratuitement, il nous semble qu’il y aurait beaucoup de ressources intéressantes à puiser. Peut-être est-ce là un enseignement à retenir.

Prêt/consultation sur place

12En matière de prêt sur place ou de répartition entre consultation sur place et prêt, on obtient pour les supports traditionnels 29 % sur place et 71 % en prêt. Pour les sites Internet, en calculant non par simulation mais par agrégation, c’est le nombre d’activités sur place qui pâtit le plus de l’offre de sites Internet et non le prêt. Il faut donc être extrêmement vigilant sur le fait qu’introduire des éléments distants d’informations risque en effet d’atténuer, de minorer une fréquentation et qu’il faudra aussi apprendre à introduire une autre manière de comptabiliser nos activités dans les rapports et bilans.

Fréquentation

13Il y a peu à dire sur les modalités de fréquentation parce que les chiffres ne sont pas significatifs. Il y a inscription la plupart du temps, mais ce n’est généralement pas une inscription spécifique à l’espace. La réservation est également la règle générale et, en ce qui concerne le temps de consultation, les solutions sont très simples : soit on ne modère pas le temps de consultation, soit on le limite à une heure.

Publics

14Concernant les publics visés, les éléments sont extrêmement décevants. Les bibliothécaires nous répondent seulement que les publics sont plutôt des adultes que des jeunes. Laissons cette question ouverte, elle appellera des prolongements et des précisions supplémentaires.

Médiation

15Quatre types de médiation sont indiqués : une aide par rapport au contenu (26 %), une aide technique sur le fonctionnement des documents (33 %), une aide au choix des ressources (31 %) et une aide sur le conseil des parcours pédagogiques (10 %). Il en ressort nettement que l’aide technique prend le pas sur le choix des contenus. Il y a donc une vraie difficulté à accéder aux supports d’autoformation et il me semble qu’il faudrait réfléchir ensemble à la façon de proposer cet accès de manière plus simple. Il n’y a pas systématiquement de personnels dédiés à la médiation, notamment en termes d’espaces autoformation. Mais il faudrait regarder les résultats de manière plus approfondie car on a quelques données plus précises sur le type de personnel et de qualifications dans les espaces autoformation.

Usage/Offre

16En termes d’usage, les domaines les plus demandés, sont les langues étrangères, la bureautique, la vie pratique, le français langue étrangère. En matière d’offre, celle-ci est à peu près équivalente à la demande pour ces domaines. En revanche, nous offrons beaucoup plus de documents, par exemple, en matière de sciences et techniques alors que la demande n’est pas forcément là. Il faudrait ajouter notre offre à côté de ce que nous avons noté comme étant les domaines les plus demandés, mais aussi ce que les usagers souhaiteraient. L’enquête manque ici d’un peu de précision scientifique, qui aurait consisté à recenser de manière beaucoup plus exacte les demandes des usagers.

Nouveaux publics

17Nous nous étions également demandé si cette offre en autoformation entraînait l’arrivée de nouveaux publics. Trois types de public sont effectivement pointés. D’abord les demandeurs d’emploi qui trouvent dans les bibliothèques une vraie ressource grâce aux espaces Autoformation, soit parce que d’autres organismes ne remplissent pas ces missions ou ne peuvent pas les remplir, soit parce qu’il y a une triple difficulté d’accès à la formation, à l’information et à son intégration – cela rejoint ce que nous disions tout à l’heure du rôle social des bibliothèques – ; ensuite, un public nouveau qui vient pour l’informatique – il s’agit donc là encore d’initiation, de découverte et même d’appropriation des outils informatiques qui permettent d’accéder à l’information. Et enfin, la présence assez importante d’un public étranger qui découvrirait ainsi les espaces des bibliothèques.

Partenariats

18Sur les partenariats, ce qui renvoie à l’exposé précédent à propos de la collaboration entre la médiathèque de Lomme et les app, 37 % des enquêtés ne pratiquent aucun partenariat. Pour les autres, en revanche, on note des partenariats avec les écoles, avec les organismes de formation, avec l’anpe, ce qui représente en tout 40 % des réponses. Il y a aussi une curiosité extrêmement intéressante : 10 % ont mis en place un partenariat avec les maisons de retraite, c’est-à-dire un public beaucoup plus âgé, et il y a vraisemblablement là un gisement d’usagers extrêmement intéressés par les espaces Autoformation.

19En conclusion, cette enquête n’est pas sociologique, c’est une enquête sur les lieux. À notre sens, il conviendrait de la renouveler quasiment chaque année pour pouvoir comparer les résultats. Mais nous ne le ferons qu’avec vous, si vous acceptez de répondre à notre enquête ! Répondre aux enquêtes ne rend pas sourd, contrairement à ce que certains pensent. Il faut certainement aller plus loin dans un certain nombre de domaines, notamment sur les modes de médiation parce que cette enquête nous renvoie à des offres plus traditionnelles et à une politique documentaire globale. Elle nous renvoie aussi à l’apprivoisement des tic dans les établissements publics. Et enfin, elle nous renvoie à l’accès à des ressources en ligne, en accès libre, j’entends par « libre », garanties libre par la bibliothèque. Et l’on sait à quel point le débat actuel sur les droits d’auteurs/droits voisins dans la société de l’information (dadvsi) nous inquiète par rapport à cet objectif.

20Il conviendrait donc, sans doute, d’explorer de nouvelles formes de médiation en ligne. Ce serait ma conclusion. Par des forums, des foires aux questions, voire des guichets du savoir, de l’information sur les ressources, par des newsletters, des échanges en systèmes de communauté, pourquoi pas des blogs et surtout par des partenariats. Enfin cette enquête nous renvoie à notre propre autoformation : multiplication des journées d’études, formation interne entre nous, apprentissage permanent de nouvelles technologies, de nouvelles techniques. Pratiquant nous-mêmes des formes d’autoformation, nous pourrons peut-être ainsi trouver quelques clés pour avancer et pouvoir proposer. Afin de ne pas rester sans propositions concrètes, je vous annonce donc que l’addnb a ouvert sur son site (http://www.addnb.fr) un forum consacré à l’autoformation. Ce forum vous est destiné et vous y êtes les bienvenus. Il sera modéré et animé par des personnes que vous avez rencontrées aujourd’hui. Nous essaierons d’y faire le tour de vos questions et d’y apporter des réponses. Et nous y mettrons sans doute les résultats de cette enquête de la manière la plus complète, si la Bpi le souhaite et – pourquoi pas ? – les documents annexes qui ont été présentés aujourd’hui. Le but étant non pas de faire du bruit sur les forums mais plutôt de trouver des outils de partage, d’informations entre nous et de mutualisation car nous nous devons de proposer le meilleur service possible à l’usager. Je vous remercie.

21Olivier Chourrot : Merci beaucoup Michel. Après ce portrait de la bibliothèque moyenne, parce que c’est à cela qu’aboutit finalement cette enquête, nous allons passer à des cas concrets. Je vous propose de présenter en quelques minutes chacune de vos bibliothèques et l’offre d’autoformation que l’on y trouve. Après quoi nous lancerons la discussion et nous nous ouvrirons aux questions. Nous allons tout d’abord écouter Maxime Greze, de la bibliothèque de Rueil-Malmaison.

© Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search